AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Those who wander are not always lost
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Annexes :: ◄ Zone commune
MessageSujet: Those who wander are not always lost Sam 27 Aoû - 20:27


❝ Those who wander are not always lost ❞

Poussant la porte des douches, Mika jeta un rapide coup d’œil à gauche puis à droite afin de s’assurer qu’il n’y avait personne avant d’entrer dans la pièce; au vu de l’absence totale de vapeur et de bruit d’eau qui s‘écoulait, il y avait fort à parier qu'il était le premier à décider de s'y pointer depuis au moins une bonne heure. Ça, et le fait que la porte de toutes les cabines étaient ouvertes était un indice plus que suffisant pour savoir qu’il était seul. Oh, pas que ça l’aurait vraiment dérangé s’il y avait eu quelqu’un d’autre dans les parages, mais honnêtement, il était convaincu que bien des étudiants, malgré le fait qu’ils avaient sans aucun doute l‘habitude de voir des choses parfois franchement étranges se produire dans le coin, n’auraient probablement pas appréciés de voir un pigeon voyageur se promener par terre sur le plancher glissant des douches communes.

Et ne parlons surtout pas du fait que l’idée d’apercevoir par accident les bijoux de famille de ses camarades de classe était suffisante pour lui donner des cauchemars, alors fallait pas s’étonner s’il préférait éviter de se pointer lorsque l’endroit était bondé. Il y avait des choses qu’il valait mieux garder pour soit, et la taille de- bref.

Car c’était ça, le souci; il y venait pour s’entraîner, pas se doucher.

C’était d’ailleurs l’habitude qui le poussait à continuer de venir ici plutôt que de le faire dans le dortoir qu’il partageait avec Lawrence; le fait qu’il n’y avait pas de salle de bain annexée à son ancienne chambre l'avait obligé à trouver un endroit plus adapté que sous sa couette lorsque qu'il était encore avec son colocataire précédent. Et puis, même si ce n'était désormais plus le cas, il préférait ne pas avoir à passer une heure enfermé dans les toilettes; disons que côté vue, il y avait quand même un petit peu mieux et que vraiment, malgré sa taille réduite, il en faisait bien vite le tour.

La petite fenêtre qui était presque toujours ouverte juste à côté de la dernière cabine des douches lui permettant d'aller voleter un peu dans le parc à côté était aussi l'une des principales raisons qui le poussait à continuer de venir s'entraîner ici, il fallait l'avouer.

Déposant son sac dans ladite cabine, il s'empressa de se dévêtir, laissant tomber ses vêtements en un tas informe juste à côté. Un court instant plus tard et il ressortait sous la porte transformé en poussin, se secouant les plumes – ou plutôt le duvet, vraiment, dans son cas – alors qu'il s'aventurait dans la pièce.

‘Et dire que je pensais que tu voulais éviter de trop traîner dans les parages de peur de voir quelque chose qui risquait de toucher ta délicate sensibilité. C’est pas comme ça que tu vas arriver à sortir par la fenêtre!’

‘Hey, on peut en profiter, y a personne! Et regarde, y a de l'eau là-bas, ça va être fun, juré.’

Parce que une chose était sûre; sauter dans les flaques d’eau, peu importe la forme qu’on prenait, c’était toujours aussi amusant.

Sauf que voilà, dix minutes plus tard et même Mika ne pouvait s'empêcher de trouver que l'attrait de la nouveauté des flaques d'eau avait passé. Et bon, il fallait avouer qu'il commençait à avoir froid, comme ça; sans doute que de tomber bec premier dans la flotte après avoir trébuché sur une craquelure dans le linoleum n'aidait pas la chose. Disons juste que les poussins n'avaient jamais été des créatures à la démarche particulièrement stable, lui inclus.

Mais hey, même si le Coq c'était fait un plaisir de le traiter d'imbécile à toutes les sauces, ce n'était pas comme si quelqu'un l'avait vu.

'Tu as d'ailleurs bien de la chance que personne ne t'ai vu, Mykhaila. Pour une fois que tu as enfin la présence d'esprit de choisir une forme acceptable, je refuse à ce que tu te conduises comme un idiot sans cervelle. Et crois-moi, si tu tombes malade, je serais le premier à te dire que je t'avais prévenu.'

Souriant intérieurement, Mika se dirigea en courant à une vitesse sans doute assez déplorable vers la cabine dans laquelle il avait laissé ses affaires, passant sous la porte pour finalement s'arrêter net lorsqu'il réalisa que ses vêtements ne s'y trouvaient plus.

Oh. Merde.

Ce n'était même pas comme s'il pouvait se dire qu'il s'était trompé, puisque son sac s'y trouvait encore, posé tristement par terre dans un coin, semblant d'ailleurs particulièrement immense de là où il était. Comment est-ce que ça avait pu arriver? Ce n'était pas comme s'il avait oublié de les emporter avec lui, il les portait en arrivant. À moins que quelqu'un ait décidé de les lui voler et qu'il n'avait rien remarqué parce qu'il était trop obnubilé par le bruit de ses pattes dans l'eau lorsqu'il était à l'autre bout des douches...?

Ça devait sans doute être ça.

Bien franchement, après réflexion, Mika aurait sans doute dû se douter que quelque chose du genre allait un jour arriver.

Sautillant sur place, il détailla son sac du regard en frissonnant légèrement, indécis quant à la marche à suivre. Hors de question qu'il retourne à son dortoir entièrement dévêtu, mais il ne pouvait pas non plus rester là indéfiniment en espérant que ses vêtements réapparaissent comme par magie. La seule solution était sans doute de rester transformé jusqu'à son dortoir, puis d'espérer que Lawrence allait l'entendre et lui ouvrir la porte.

Okay. Il pouvait faire ça, pas de problèmes.

‘Peut-être devrais-tu au moins prendre la peine de choisir une forme moins frêle et minuscule, Mykhaila. Je sais que tu as l’habitude d’être près du sol vu ta taille franchement minable, mais tout de même, tu risques de te faire écraser par le premier venu et je refuse qu’on finisse en crêpe sur le plancher!’

‘Hey, faut pas t’en faire, tout va bien se passer! Et puis, au moins, comme ça, y a beaucoup moins de chance qu’on se fasse remarquer.’

‘Je n’ai jamais entendu une excuse aussi ridicule de toute ma vie. Tu-’

‘Et puis!’ ajouta Mika en ne prenant pas la peine de lui laisser le temps de répondre, ‘si je fini par me faire marcher dessus, tu vas enfin pouvoir avoir un hôte moins chiant et moins moche que moi, nah?’

‘Tu- ce n’est pas-‘ commença le Coq avant de s’arrêter, commençant à marmonner avec agacement dans un coin de sa tête par-dessus le rire de l’adolescent.

S'approchant d'une démarche un rien hésitante vers la sortie, il leva la tête vers la porte, un rien intimidé par son aspect bien franchement titanesque. Soudainement, l'idée de devoir grimper les escaliers ne lui semblait plus tout aussi simple. Mais enfin, s'il voulait retourner un jour à sa chambre, il fallait bien commencer quelque part; il s'inquiéterait de la chose une fois arrivé devant les marches et voilà.

Et puis, s’il voyait ça comme une mission d’exploration, c’était tout de suite plus intéressant, non? Mykhaila le poussin perdu dans le monde des géants; il était sûr qu’une histoire comme celle-là ferait fureur au cinéma.

En prime, celui – ou celle, il avait déjà une idée du coupable en tête – qui avait décidé de venir voler ses affaires n'avait pas bien refermé la porte des douches, laissant un espace tout juste assez grand pour qu'il arrive à s'y faufiler. Sautillant avec un cliquetis de griffes à peine audible, il s'engagea vers la gauche, s'apprêtant à traverser le couloir lorsqu'un éclat de couleur éclatante attira soudainement son attention un peu plus loin.

S'arrêtant devant ce qui s'avéra être un bouton de chemise rouge, Mika pencha la tête sur le côté, clignant ses petits yeux noirs avant de lui donner un coup de bec. Laissant échapper un piaillement lorsque le petit morceau de plastique roula devant lui, Mika gloussa intérieurement, le poursuivant un rien maladroitement pour le prendre dans son bec et le lancer une dizaine de centimètres plus loin. Peut-être que si-

'Mykhaila!' entendit-il soudainement, le faisant perdre le bouton de vue alors qu'il essayait de ne pas tomber cul par dessus tête suite à l’interruption inentendue.

'Uh?'

'Je pensais qu'on était supposé retourner aux dortoirs, qu'est-ce que tu crois que tu es en train de faire?'

'Oh... j'ai, euh, été... distrait? Ahem. C'est juste, il était là et-'

'Et rien du tout! Parfois, j'ai honnêtement l'impression que la majorité de ton intelligence diminue de moitié chaque fois que tu te transformes. C'est d'ailleurs tout bonnement incompréhensible, considérant que les volatiles sont de loin supérieurs aux humains.'

Il lui aurait bien répondu que ce n'était pas de sa faute, mais vraiment, ça n'en valait pas la peine. Il  fallait dire que Mika avait toujours trouvé que les couleurs brillantes que lui offrait sa vision d'oiseau avait tendance à bien trop souvent le distraire lorsqu'il ne le fallait pas.

« I'm looking for someone to share in an adventure »

With. Mykhaila Zelenko
feat. Gwenhwyfar Ó Néill
#cc3300 ▸ Mykhaila Z.


#ff0000 ▸ Gwen O.

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

If Plan A fails, remember you have 25 letters left
Deception is a gremlin you get wet and then feed after midnight. It multiplies and turns into an uncontainable monster. × Code by lizzou.
#cc3300#66cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 255
Localisation : Qc
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Those who wander are not always lost Mer 31 Aoû - 13:30


Those who wander are not always lost

feat ~ Poussin


D'un signe de la tête, j'saluais, et refermais la porte du bureau du dirlo derrière moi. Un soupir s'échappa d'entre mes lèvres alors que j'commençais à arpenter les couloirs d'une démarche lente.

C'est fou. J'me disais bien dernièrement qu'il n'm'était pas encore arrivé beaucoup d'embrouilles ici. Y a bien eu la bande de bouffons au self, mais j'n'pas eu besoin d'utiliser les poings... Ça n'pas été le cas ce matin. Ça c'est passé lorsque j'comptais sortir du pensionnat. À l'entrée, une bande de quatre lourdauds s'était installé sur les marches et faisait tout pour faire leur intéressant. Des rires gras, des cigarettes et des commentaires plus déplacés les uns que les autres. Les filles se faisaient aborder lourdement et les gars eux avaient droit à de genre de phrase comme "t'cherches la bagarre ?" "T'veux ma photo ?" "Baisse les yeux", alors que la plupart ne les regardaient même pas... En somme, les mêmes bandes avec qui j'avais de mauvaises histoires dans mes précédents bahuts. Certaines personnes faisaient même demi-tour lorsqu'ils les voyaient, ils devaient être donc déjà assez connus. Comme vous vous en doutez, moi, j'm'en suis bien foutu et j'ai dévalé les escaliers en les ignorants superbement. Ils n'ont pas trop apprécié. Ils m'ont appelé, j'n'me suis pas retournée, ni même arrêtée. Ils se sont levés d'un même mouvement et m'ont encerclé en bas des escaliers. J'me suis stoppé calmement, regardant d'un air neutre ceux en face de moi. À croire que j'attire les emmerdes en fait.

- Qu'est-ce que tu vas faire ?

- Ça va dépendre d'eux... Mais ne râle pas si je suis obligée de me battre.

Elle ne dit rien, mais son angoisse était palpable.

J'm'attendais au pire, déjà prête à éviter le moindre coup, bien campée sur mes jambes, et j'faisais bien. Y eut un temps sans qu'ils ne disent rien et qu'on se regardait en chien de faïence avant que l'un d'eux n's'exclame "mais c'est le gars du couple de barjos, qu'Éric qu'nous a dit " ! J'levais un sourcil interrogateur, mais qu'ils n'remarquèrent apparemment pas car ils continuèrent de se parler entre eux. Alors, ils n'étaient pas d'accord sur mon sexe, déjà. Un gars, une fille ? Ils n'arriveraient pas à le savoir avec mon style d'aujourd'hui, chemise rouge et jean noir, ça, c'est sûr. Au fur et à mesure, j'compris qu'ils faisaient référence à la bande de singes du self et de moi et Eireen. Ah, on est bien un couple de barjos. J'souris intérieurement. Mais, celui qui me paraissait être le chef eut une mauvaise idée. Il a voulu savoir si j'étais une nana ou pas en me pelotant. Ouais, vous rêvez pas. Même si j'suis généralement contre la violence, j'allais pas laisser faire ça. J'lui ai pris le poignet et lui ai fait une clef de bras, le lui tordant dans le dos, le faisant gémir. Les autres on très vite réagit mais moi encore plus vite. D'un coup de pied bien placé dans les bijoux de famille du chef il partit se tordre de douleur au sol et j'put m'occuper plus librement des trois autres. Comme vous n'avez pas besoin d'avoir les détails inutiles, j'vais faire avance rapide. J'ai cassé le nez d'un, peut-être les côtes d'un autre et fais vomir le dernier d'un coup de poing dans le foie, lui coupant la force de se relever - moi, j'm'en suis tirée avec une lèvre fendue. Est arrivé sur ça certains profs - par chance, pas D'Arcy -, appelés par les élèves alentour. On m'a envoyé chez le directeur et ils ont emmené les autres à l'infirmerie. Moi qui m'attendais à une grande réprimande comme d'habitude, j'fus surprise de voir comment le vieux fou prenait ça à la légère. Au final, j'm'en sortais juste avec un avertissement. Comme j'étais contente de ça, j'n'ai pas cherché à faire de commentaires et j'ai fait profil bas.

Maintenant, j'me dirigeais vers les douches, comme ça j'pourrais voir l'étendue des dégâts que j'ai subis. Pendant que j'marchais j'étirais certains endroits de mon corps pour voir si j'ressentais des douleurs, mais à part peut-être un peu au dos, c'était juste ma lèvre qui gouttait qui m'embêtait le plus. Tout de même excédée des précédents événements, c'est d'un geste rageur que j'tire le haut de ma chemise pour éponger le sang qui coule jusqu'à mon menton. Cependant, durant le combat, on a dû accrocher le devant de ma chemise à un moment donné, car mon geste fit voler l'un des boutons de ma chemise. Heureusement il n'y avait personne dans le couloir, il fut donc facile de le retrouver. Même si un... poussin semblait d'avis de m'aider à me le montrer en jouant avec.

J'clignais plusieurs fois des yeux en le regardant lui donner des coups de bec tout en paillant d'une façon très cute, lui courant après de sa démarche mal équilibrée. Lorsque soudainement, il s'arrêta brusquement pour aucune raison apparente, échappant de peu à tomber sur le derrière, j'eus du mal à contenir mon rire même en plaquant ma main sur ma bouche. Durant son jeu, le poussin avait poussé mon bouton de chemise jusqu'à mon pied, j'n'eus donc qu'à me pencher pour le récupérer et le mettre dans la poche que j'avais sur le cœur. Le poussin ne m'avait pas vu jusque-là, étant tourné dos à moi et j'n'faisais pas de bruits. Très franchement, j'aurais pu le laisser tranquille, l'ignorer et rentrer dans les douches à ma droite, mais... Il était définitivement trop mignon pour que j'le laisse filer ; de plus, regarder moi cette mèche qu'il a sur le crâne, c'n'est pas encore plus adorable ? Et puis même, si physiquement parlant, j'suis la plus terrifiante, j'n'suis pas le genre de personne à faire souffrir les poussins, donc, quelque part, on va dire que j'lui sauve la vie en le prenant avec moi. Brigid, d'accord avec moi ?

- Oooh que ouuui, prends-le, il est si adorable ! Et ses petits cris de fangirl risquaient sans doute de continuer pendant pas mal de temps si bien que j'dus la mettre en sourdine dans mon crâne pour continuer l'"opération". J'avais l'impression d'avoir de la guimauve à la place du cerveau avec son humeur, pas pratique.

J'foule le sol d'un pas furtif, comme lorsque j'me déplace en combat, me baisse et d'un mouvement leste du bras, récupère le petit volatile dans ma paume, qui est juste à la bonne taille pour qu'il y soit bien à l'aise. J'rajoute tout de même ma seconde main pour que ce soit plus stable et également pour l'empêcher de se sauver - ou de tomber - et j'le porte jusqu'à hauteur de mes yeux, bien qu'un peu éloignée ; j'suis au courant que ces bêtes-là ont un caractère imprévisible et j'n'ai pas envie de me faire picorer le nez. De face, ce poussin est encore plus mignon. Au toucher, il est incroyable doux, le "dessin" qu'il a sur le crâne est très beau et puis cette mèche, s'il vous plaît, qui le rend carrément irrésistible. Oui, j'sais, un poussin avec une mèche, c'n'est pas normal. Mais, hey, bon, j'ai une déesse dans la tête. Une déesse qui est totalement "inlove" sur lui d'ailleurs... Mon Dieu, j'savais pas qu'elle était capable de dire autant de fois d'affilée des phrases contenant "mignon", "joli", "chouchou", "adorable". J'la remets en sourdine, histoire d'avoir des pensées cohérentes.

J'porte mon regard dans celui du poussin, penche la tête sur le côté et me décide enfin à étirer un petit sourire gentil, changeant mon visage inexpressif jusque-là :

- Hello, toi. J'penche la tête de l'autre côté, et j'me parle plus à moi-même cette fois. Qu'est-ce que tu peux bien faire là... Le soudain goût salé que j'ai dans la bouche lorsque mes lèvres se referment me rappelle pourquoi j'suis là - autre chose que de fondre devant ce poussin, oui. Tu vas venir avec moi, m'adressais-je à lui comme s'il me comprenait.

J'me dirige vers la porte des douches des filles en le quittant du regard, le maintenant assez fermement dans mes paumes et ouvre la porte comme j'peux sans le lâcher. J'pousse la porte avec mon épaule une fois le loquet enlevé, va vers les miroirs et pose le poussin à côté des lavabos. Espérant qu'il n'est pas la mauvaise idée de sauter d'ici, j'porte mon intention sur mon reflet. Mouais... Pas très joli. Ça va être enflé pas mal de jours et puis en plus, c'est vraiment crade, ça a coulé n'importe où. Presque toute ma lèvre inférieure en est recouverte et ça a pas mal coulé sur mon menton. J'ouvre un robinet et enlève ma chemise après réflexion, ne voulant pas la tâcher, j'me retrouve plus qu'avec mes bandages qui retiennent étroitement ma poitrine. En quelques minutes, la plaie est propre et le bas de mon visage aussi, j'lave mes mains pour enlever les traces de sang, me sèche et remet ma chemise, ne pouvant pas la fermer jusqu'en haut laissant apparaître ma clavicule. En me regardant dans le miroir, j'me dis en rigolant qu'Eireen aimerait. Pendant ce temps, le poussin avait presque quitté mon esprit mais heureusement, il n'est pas descendu et j'le récupère dans mes paumes. J'le regarde en souriant, un brin amusée, sort des douches et lui demande :

- Alors, qu'est-ce qu'on va faire maintenant ?



(c)LOKIA


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Gwen : #ff0000
Brigid : #00cccc

Avatar by : Kana (kwbr32)
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Celtics
Celtics
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 521
Localisation : Dans ma piaule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Those who wander are not always lost Jeu 15 Sep - 17:18


❝ Those who wander are not always lost ❞

Si Mika était parfaitement honnête avec lui-même, s'il ne s'était pas retrouvé temporairement coincé sous la forme d'un poulet miniature, il aurait sans aucun doute crié tellement fort qu'il s'en serait écorché les cordes vocales lorsque quelque chose le souleva soudainement de terre. Parce que vraiment, qui ne serait pas au moins un tout petit peu surpris de se faire attraper comme ça lorsqu'on ne s'y en attendait pas? Sauf que voilà, au vu des circonstances actuelles, il se contenta de piailler avec autant de force que ses tout petits poumons le lui permettaient; pas que qui que ce soit pouvait lui en vouloir puisqu'on venait de le ramasser comme ça tel un animal de compagnie vagabond, mais tout de même. Et en plus, il n’avait même pas eu le temps de récupérer son bouton!

Et voilà que soudainement une forme noire, blanche et légèrement écarlate s'approchait de lui, mais qu'est-ce que-

'Mais du calme, Mykhaila! Tu vois bien que tu es dans les mains de quelqu'un, pas besoin d'en faire tout un plat. Tu as l'air ridicule, bien franchement, alors arrête de t'énerver et ferme ton bec, veux-tu?'

'Ah... ah oui, uh,' pensa-t-il à l'intention du Coq en bougeant la tête dans tous les sens afin de confirmer ce qu'on venait de lui dire, offrant une attention toute particulière à ce qui, maintenant qu'il prenait la peine de regarder comme il faut, était probablement la tête de son kidnappeur en devenir. 'Mais hey, on m'a pas écrasé, alors je risque pas de finir à la poêle, right?'

-Hello, toi, fit soudainement le gigantesque visage qui était en train de le dévisager avec une expression qui était, bien franchement, trop difficile à lire sous cette forme pour qu'il arrive vraiment à savoir ce qu'on lui voulait. Qu'est-ce que tu peux bien faire là...

Ah, ça. Mika lui aurait bien expliqué en long et en large comment il en était venu à se promener sur des pattes aussi fragile qu'une paire d'allumettes dans les couloirs du pensionnat, mais à moins que l'autre possède un pouvoir de télépathie ou puisse communiquer avec les animaux tel une princesse de Disney, impossible de lui parler. Agitant maladroitement ce qui lui servait d'ailes, Mika tenta tant bien que mal de calmer son cœur de poussin qui lui donnait presque l'impression de littéralement battre à un mille à l'heure. Il fallait dire que vu le ton de voix que l'inconnu – inconnue? Impossible à dire, d'ici – avait prit, le stress qui lui restait ne mit pas longtemps avant de fondre comme du beurre sous une lampe de poche.

-Tu vas venir avec moi, ajouta l'inconnu avant de commencer à marcher dieu seul savait où, la poigne que l'autre avait sur lui se resserrant légèrement.

Uhoh.

S'agitant légèrement entre les mains de l'inconnu, il tenta de sautiller sur place malgré l'espace restreint afin de lui faire comprendre que non, il ne pouvait pas l'accompagner, il devait retourner à son dortoir, avant de tomber pathétiquement sur son flanc à cause de l'aspect franchement instable de son nouveau mode de voyagement. Le tout sous le jugement presque écrasant de l'Esprit du Coq qui, pour une fois, avait probablement raison de le prendre pour un imbécile. Sortir comme ça dans les couloirs de l'école sous une forme pareille? Définitivement pas une de ses meilleures idées.

Oups?

Bon. Adviennent que fera, ou peu importe comment ce proverbe se disait, hein. Autant bien profiter et se laisser promener; surtout que, quand il n'était pas en train de paniquer parce qu'il ne savait pas ce qui était en train de se passer, c'était étonnamment marrant.

Un peu comme voler, mais sans avoir à battre des ailes. Awesome.

Et puis, au moins, il pouvait toujours se dire qu'il avait moins froid, comme ça. Les mains de son sauveur – car au final, c'était un peu ce que c'était, un sauvetage plus qu'un kidnapping – étaient loin d'être désagréables contre son duvet encore légèrement humide. Mika eu d'ailleurs tout juste le temps de se demander si de se blottir au creux des paumes de son avion improvisé était une réponse acceptable au fait de se faire balader comme ça qu'on le déposait sur une surface grise et plate.

Uh?

Tournant la tête, Mika observa ce qu'il pouvait voir des alentours, se demandant pourquoi le tout lui semblant aussi familier. Les douches? Ne venait-il pas juste de- oh. Est-ce que...?

Ah, oui. Il était bel et bien dans les douches des filles. Et bien, au moins, ça répondait à sa vague interrogation quand à savoir s'il s'agissait d'un ou  d'une inconnue, hein. Envoyant un regard indigné à la jeune femme, Mika failli presque s'étouffer lorsqu'il vit que cette dernière était en train d'enlever sa chemise.

Oh. Oh non.

La seule chose de bien que cette situation lui avait apporté, c'était que son visage ne pouvait pas prendre la teinte de homard qu'il aurait définitivement eu normalement. Restant figé durant quelques secondes, il s'empressa de se retourner afin de ne pas en voir plus que nécessaire. Le tout, avant de réaliser qu'il se trouvait face à un miroir et que de faire volte-face n'était peut-être pas la meilleure idée qu'il avait eu de sa vie. Il pouvait encore tout voir! Et même si techniquement, le tout était caché par une masse blanche qui devait sans doute être un sous-vêtement féminin – et que vraiment, vu sa taille et l'angle de vue, il n'aurait probablement pas réussi à voir grand chose – il n'en restait pas moins que c'était déjà bien trop! Ils ne se connaissaient pas! C'était bien trop tôt pour qu'elle retire son haut en sa présence!

Sérieusement, il avait presque l'impression d'être de retour dans la serre avec Alistair, quelques mois plus tôt lorsque les vêtements de son ami c'était soudainement volatilisés pour laisser place à- bref.

Se réfugiant dans le coin du comptoir en fermant les yeux durant d'interminables minutes, il ne pu retenir l'intense soulagement qui s'empara de lui lorsque, une fois que l'étudiante l'ait ramassé à nouveau, il vit qu'elle s'était enfin rhabillée.

-Alors, qu'est-ce qu'on va faire maintenant ? lui demanda-t-elle après être sortit des douches, presque comme si elle attendait réellement une réponse de sa part.

'Très bonne question, mon cher Vatson,' lui répondit Mika en piaillant avec enthousiasme, particulièrement heureux de pouvoir enfin oublier ce qu'il venait de voir, ugh.

’On dit Élémentaire, mon cher Watson,'

'Uh? Quoi? Je parle de Sherlock Holmes, en quoi les éléments on un lien avec ça?'

'… laisses tomber. Un jour, ton manque flagrant de culture te perdra, et lorsque ça arrivera, si tu me fais honte, tu vas regretter amèrement d'avoir vu le jour.'

'Ah, mais bien sûr,' lui répondit-il avec un amusement palpable avant de cligner des yeux, se demandant à quoi il était en train de penser avant d'avoir été déraillé de la sorte.

Il... euh. Il... Ah, oui. Aventure! Explorations! On attendait de lui qu'il offre les directions à suivre!

Levant une de ses petites ailes, il en posa le bout contre son front en une parodie sans doute ratée de salut militaire, lui envoyant un 'à vos ordres, Lieutenant' qu'elle ne dû définitivement pas comprendre. Puis, se posant sur les doigts de la jeune femme, prenant garde de s'accrocher à son index avec ses griffes afin de ne pas tomber, il regarda à gauche, puis à droite, cherchant à déterminer leur position exacte dans le bâtiment. Ahah! Parfait. Il savait où il était, il savait où il voulait aller, il ne restait maintenant plus qu'à essayer de lui faire comprendre tout ça.

… ça n'allait sans doute pas être si difficile que ça, pas vrai?

S'approchant du poignet gauche de la jeune femme en chancelant légèrement, il referma son bec sur le bout de la manche de son haut, tirant cette dernière deux ou trois fois avant de le lâcher. Levant la tête vers sa sauveuse, Mika tourna en cercle au creux de ses mains, sautant sur place durant quelques secondes avant de s'arrêter puis de recommencer, agitant les ailes un instants avant de la dévisager d'un air presque implorant.

Elle allait bien devoir comprendre, non? Gauche, marcher, monter, deux fois. Allez à gauche en marchant, prendre les escaliers jusqu'au deuxième étage. Rien de plus clair, pas vrai?

'Mord la, Mykhaila.'

'Quoi? Non!' pensa-t-il à l'intention de sa divinité sur un ton horrifié.

'Pourquoi pas? Tu vois bien qu'elle ne t'écoute pas et est définitivement bien trop stupide pour comprendre ce que tu essaies de lui dire. Mord la, c'est tout ce qu'une plébéienne sans cervelle comme elle mérite! Et puis, qui sait, peut-être va-t-elle enfin arrêter de faire n'importe quoi, comme ça.'

Ne pouvant s'empêcher de rire intérieurement, Mika secoua la tête. Au moins, il pouvait toujours se dire qu'il ne lui avait pas demandé d'arracher les yeux de son lieutenant d'infortune pour les avoir prit pour un simple animal de compagnie.

Uh. Lieutenant. Allez, c'était un nom comme un autre en attendant qu'il apprendre celui de sa sauveuse. Et puis, elle méritait quelque chose de classe, surtout considérant le fait qu’elle était clairement quelqu’un d’awesome pour être venu l’aider comme ça. Bon, d’accord, il n’était pas sûr que son aide lui soit réellement utile, surtout si elle commençait à le trainer partout dans l’école avec elle ou à lui faire une petite boite sous son lit afin de le garder dans sa chambre, mais c’était l’intention qui comptait, non? Et  au moins, comme ça, il ne risquait plus de se faire marcher dessus par une horde d’étudiants peu observateur. Puis vraiment, il avait beau ne pas encore réellement la connaitre, et elle avait la mauvaise habitude de se changer devant les animaux – imaginez s’il avait été un pervers! -, c’était clairement une bonne personne.

La preuve.

Bon, maintenant, s’il pouvait essayer de lui faire comprendre qu’il n’était pas un vrai poussin, ce serait... uh.

Se dirigeant une nouvelle fois vers la manche de Lieutenant , les yeux rivés sur le bouton rouge vif qu’il venait tout juste de remarquer, Mika ne pu s’empêcher de lui donner quelques coups de becs, essayant avec un manque de succès flagrant de l’enlever de la chemise. Comme quoi, il avait fini par le retrouver, son bouton.
« I'm looking for someone to share in an adventure »

With. Mykhaila Zelenko
feat. Gwenhwyfar Ó Néill
#cc3300 ▸ Mykhaila Z.


#ff0000 ▸ Gwen O.

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring


HRP: Yo! T'es bien entendue libre d’interpréter ce qu'il essaie de te dire comme tu veux, ou de penser que t'as trouver un poussin hyperactif, ou n'importe quelle autre idée que tu vas avoir, hésites surtout pas!

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

If Plan A fails, remember you have 25 letters left
Deception is a gremlin you get wet and then feed after midnight. It multiplies and turns into an uncontainable monster. × Code by lizzou.
#cc3300#66cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 255
Localisation : Qc
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Those who wander are not always lost Ven 14 Oct - 21:34

 

Those who wander are not always lost

feat ~ Poussin


C'était comme s'il me comprenait, c'était assez mignon. Dès que j'avais fini ma question, il m'avait très clairement regardé dans les yeux et m'avait pallié dessus. Brigid s'est évanoui devant ça, pour vous dire. Ça m'avait étiré un petit sourire en coin, alors que j'me résonnais ; j'ne pouvais pas confier à un poussin la charge de ce que nous allions faire. J'le quittais des yeux et jetais un regard circulaire à ce qui m'entourait. Eh bien... Il n'avait pas pu arriver ici tout seul, c'est certain. Il devait appartenir à quelqu'un. Mais l'endroit où j'l'avais trouvé ne m'aidait pas du tout : au milieu d'un couloir parmi tant d'autres, sans personne aux alentours... Il avait été abandonné, si ça se trouve. Cette idée me donna un coup au coeur, tout comme à Brigid, et j'reportais instinctivement mon regard sur Poussin, n'arrivant pas à croire qu'on pouvait faire ça à un animal si mignon. Au même moment, celui-ci fit un mouvement... définitivement pas naturel. Essayait-il de recoiffer sa mèche ? Mon Dieu, mais ça voulait dire qu'il était maniéré, celui-là ! ...Oui, bon, ok, Gwen, stop te faire des idées ; tu délires encore plus que d'habitude. L'attitude de Poussin détourna mon intention. Il me fit d'abord un peu peur à se déplacer sur mes paumes comme ça, en chancelant par moments, et j'étais prête à le récupérer si jamais il tombait. Sauf que Poussin semblait savoir ce qu'il voulait. Ma chemise. C'est vrai qu'une chemise rouge, il devait aimer, mais de là à me la picorer... J'allais devoir peut-être réagir - j'y tenais, à mon haut - lorsqu'il arrêta et se mit à marcher en rond dans ma main. Erm, c'était un comportement normal ? Et puis pourquoi il me regarde régulièrement, avant de remarcher ? Je penchais la tête. Un poussin avec un souci mental, c'était possible ? Ou alors, il était hyperactif. Ou encore, son propriétaire - s'il en avait un -, lui avait appris certains trucs... Mais quel genre de truc ? Parce que c'est bien beau de goûter mes fringues et de me faire un massage en piétinant comme ça ma paume, mais non, j'n'comprenais pas le but de ce tour. Il s'approcha de nouveau de ma manche et j'me mis à espérer qu'il refasse son tour, en me disant cette fois que j'comprendrais, et j'fus presque déçu lorsqu'il se mit uniquement à vouloir arracher mon bouton. C'est vrai que lorsque j'l'avais trouvé, il était en train de jouer avec un autre. Il faisait une fixette dessus. J'réagis avec quelques secondes de retard. C'est dans un léger sursaut que j'changeais de paume au petit volatil, le surprenant en lui faisant changer de support et surtout en le séparant de son jouet que j'inspectais, hors de son bec. Un dernier fil le retenait... J'soufflais, et portais un regard semi-contrarié sur Poussin, ne pouvant être réellement énervée face à une bestiole tellement adorable.

- C'est mon bouton de chemise, Poussin, le réprimandais-je comme j'le faisais avec les animaux à la maison. Peut-être que ça marche aussi avec les poussins ? Tu n'y touches pas. C'est non. J'lui donnais une très légère pichenette sur le haut du crâne, à la base de sa mèche.

J'rigolerais bien si j'le voyais regretter d'avoir fait ça et désolé de c'être fait engueulé, s'il me comprenait bien et qu'il pouvait effectivement faire des tours... Mais c'était impossible, même s'il était Poussin. J'soupirais, mon inquiétude première revenant au galop. Que faire ? Comment retrouver son propriétaire ? Où aller ? C'était un vrai casse-tête et j'n'savais pas la réponse. En premier lieu... Qu'est-ce qu'il y avait de mieux à faire ?

- Le mettre en lieu sûr ?

- Hm, ok. J'haussais inconsciemment les épaules. Mais où ça ?

- Dans notre chambre ? Oh... J'voyais où elle voulait en venir.

- Non Brigid, tu ne vas pas me faire adopter ce poussin, dans l'espoir qu'il va se plaire dans la chambre.

Elle marmonna quelque chose d'incompréhensible et reprit ensuite la parole, toute innocente.

- Ce n'est pas du tout ça. "Bien sûr", ponctuais-je mais elle m'ignora. Réfléchi bien, et tu sauras obligée de reconnaître que mon idée est la bonne.

J'levais les yeux au ciel, contrariée, mais fis ce qu'elle m'a dit. Très franchement, qu'est-ce je pouvais faire avec un poussin, dans un lycée, où les animaux sont loin d'être admis, bien sûr, même dans un lycée où sont enfermés les esprits de très nombreuses divinités, sans me faire chopper ? Au final, la chambre, c'est une très bonne idée... Juste pour rechigné, j'n'arrivais pas à me décider à bouger de là et de me diriger vers la gauche, prendre les escaliers et aller à ma chambre. Ça faisait trop plaisir à Brigid, raaah. J'baissais le regard vers Poussin et souris à demi après quelques secondes. Dans un haussement d'épaules, j'me mis lentement en marche, en levant Poussin à hauteur de mon visage.

- On va aller dans ma chambre. Dans mon délire, j'imaginais qu'il était contrarié de cette annonce et alors j'fis comme si j'l’interrompais. Ah non, ne t'en prend pas trop à moi, c'est la faute à ma coloc' de tête ! Elle est beaucoup trop in love avec toi, elle te veut, si tu savais, dis-je en étirant encore plus mon sourire.

Au pied de l'escalier, du son venant d'en haut détourna mon intention de lui. Attendez, j'avais oublié un détail. Un sacré détail. J'pouvais pas me balader avec un poussin dans les mains à découvert, avec les élèves qui allaient rapporter, et j'avais aussi le risque de me faire chopper par un prof'. Ok... Comment faire ? J'n'avais pas de sac pour l'y cacher, et ni de veste où j'aurais eu la possibilité de le dissimuler plus facilement - dans une capuche ou dans une poche ventrale... J'me regardais frénétiquement, croyant entendre des élèves descendre les escaliers. Fallait pas qu'il le voie, non ! Mon jean ? J'allais le tuer et ça se voyait trop. Si j'avais un vrai soutif' j'aurais pu tenter de le coincer là-dedans mais avec mes bandages, impossible... Aaargh, ils arrivaient, ils arrivaient... Au dernier moment, dans un trait de lucidité, j'le glissais dans la seule poche de ma chemise, sur le cœur, et ma chemise étant assez grande, elle ne me moulait pas, si bien que les plis dus au poids de Poussin dans la poche ne se voyaient même pas. J'poussais un discret soupir de soulagement tout en relevant la tête à l'instant où les élèves qui descendaient se montraient. J'crus sur le coup reconnaître ce trio de filles, hésitant sur l'affirmation de bien les avoir aperçus pendant mon "combat" contre les trois imbéciles de tout à l'heure, elles avaient été branchées, si je me rappelais, et elles faisaient partie de ceux qui ne me lâchaient pas des yeux. N'étant sûre de rien, j'haussais les épaules et commençais mon ascension sans y faire plus attention, sauf qu'à mi-chemin, elles m'abordèrent timidement.

- Euh, hmm... Sa manifeste hésitation me fit m'arrêter malgré moi et regarder celle qui semblait être la porte-parole du groupe. Ce que tu as fait contre les gars, tout à l'heure...Donc, j'n'm'étais pas trompé. Mais j'n'voyais pas où elle voulait en venir. C'était très... Courageux, et classe... Au fur et à mesure, elle était devenu de plus en plus rose, et j'commençais légèrement à être gênée moi aussi. Elles prirent ensemble une grande inspiration, et me lancèrent un honnête "merci !" avant de filer.

Hm... J'restais quelques instants à fixer le vide, en mode "pause". Qu'est-ce qu'il venait d'arriver ? Aucune idée.

- Moi je dirais que tu leur as tapé dans l’œil.

- Mon Dieu, Brigid, mon Dieu, pour cette fois, vraiment, n'dit rien, gémis-je, déjà suffisamment morte de honte.

J'n'voulais plus y penser, plus y penser du tout ! J'frottais vivement mon visage, comme si ça allait faire disparaître la scène et aussi enlever l'impression de gêne que j'avais sur la face. J'restais un instant le visage dans les mains, avant de grogner et de reprendre le contrôle, redressant la tête et le buste avec, essayant de convaincre j'ne sais qui, que j'allais bien. Mon regard fut attiré par la tête de Poussin qui sortait tout juste de ma poche et qui me regardait. Allez savoir pourquoi, j'ressentis le début de ma gêne revenir, comme si son regard était critique et intelligent sur la situation, comme s'il comprenait tout ce qui venait d'arriver.

Alors j'me sentis obligée de dire :

- Pas de commentaire et fait toi discret, avant de reprendre mon ascension, prétextant que rien de bizarre n'était arrivé.



(c)LOKIA

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Gwen : #ff0000
Brigid : #00cccc

Avatar by : Kana (kwbr32)
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Celtics
Celtics
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 521
Localisation : Dans ma piaule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Those who wander are not always lost Mer 2 Nov - 22:34


❝ Those who wander are not always lost ❞

S'il y avait bien une chose à laquelle Mika n'allait probablement jamais arriver à s'habituer, c'était la façon dont les gens avaient l'habitude de se comporter avec lui lorsqu'il n'était pas sous forme humaine. Bon, d'accord, ça allait encore lorsque c'était quelqu'un qui était actuellement au courant que sous toutes ses plumes il n'était pas un véritable oiseau, même si parfois il en surprenait quelques uns à essayer de lui parler comme à un bébé ou un chiot selon la forme qu'il avait décidé de prendre.

Quand c'était quelqu'un qui n'en savait rien, là, par contre, il avait bien souvent droit à trois types de réactions différentes. Soit on l'ignorait totalement parce que de toute façon, des oiseaux, on en voyait partout, soit on essayait de le botter – ce qui, vraiment, était particulièrement mal élevé si on lui demandait son avis – car apparemment il y en avait plusieurs qui n'aimaient pas beaucoup les pigeons, ou soit on se mettait à s'adresser à lui comme s'il était particulièrement simple d'esprit avec bien souvent une voix beaucoup trop aiguë pour que ce soit normal.

-C'est mon bouton de chemise, Poussin. Tu n'y touches pas. C'est non.

Un peu comme venait tout juste le faire sa sauveuse. Il aurait probablement trouvé ça un rien vexant s'il n'avait pas été aussi amusé par la chose. Le Coq, quand à lui, avec sa manie de s'offusquer pour un tout et pour un rien, ne sembla pas trouver la chose aussi drôle que lui, par contre.

Oh, tiens, pourquoi est-ce qu'elle approchait son doigt comme ça, mais qu'est-ce que...

Ah! Et voilà qu'on venait de lui donner une pichenette sur la tête!

Le hurlement strident qui lui résonna dans la tête le surpris presque autant que le geste tandis que son dieu s'insurgeait contre la chose avec une vigueur qui semblait bien franchement disproportionné à côté de ce qui venait d'arriver. Même si Mika avait plus que l'habitude des réactions du genre – cohabitation de bientôt deux ans oblige -, la chose ne manqua pas de le faire éclater de rire intérieurement, son corps de poussin l'empêchant de faire plus que de laisser échapper quelque cui-cui particulièrement aiguë en réponse à l'énervement palpable du dieu.

'T'en fait pas!' dit-il intérieurement en une tentative maladroite de calmer l'Esprit du Coq. 'J'ai la tête dure! C'est pas ça qui va me faire mal, promis.'

'Te faire mal?' lui répondit aussitôt la divinité comme si l'idée même était tellement ridicule qu'il n'arrivait tout simplement pas à croire qu’on venait de lui dire une chose pareille. 'Mais je m'en contre-fiche comme de ma première plume de ça, Mykhaila! Le plus important est le manque de respect to-tal qu'elle vient tout juste d'avoir à notre égard!'

'Erm...'

-On va aller dans ma chambre, lui dit soudainement Lieutenant, son visage soudainement beaucoup plus près de lui que tout à l'heure, le faisant sursauter violemment. Ah non, ne t'en prend pas trop à moi, c'est la faute à ma coloc' de tête ! Elle est beaucoup trop in love avec toi, elle te veut, si tu savais.

'Mais!' s'exclama Mika avant même qu'elle n'ait le temps de finir en secouant sa petite tête en espérant que ça allait lui faire changer d'avis alors qu'elle se dirigeait vers l'escalier. 'Mais non! Je peux pas aller dans ta chambre, Lieutenant! Je dois retourner à mon dortoir! Le succès de ma mission en dépend! Tu- hey!'

Un mouvement soudain mit fin à ses piaillements incessants, la jeune femme refermant sa main qui le tenait pour le glisser cul par-dessus tête dans ce qui était probablement une poche de chemise. Se débattant durant quelques secondes, Mika tenta de prendre une position un peu plus confortable, chose qui n'était pas des plus faciles quand on était coincé de la sorte dans ce qui ressemblait presque à un sac de couchage gigantesque. La chaleur qui se dégageait du corps contre lequel il était posé aurait d'ailleurs sans doute été étouffante s'il n'avait pas encore un peu froid suite à son passage dans les flaques d'eau de la salle de bain.

Arrivant enfin à se redresser, Mika se figea lorsqu'il entendit une voix qui n'était définitivement pas celle de Lieutenant résonner à l'extérieur de la poche de chemise. Clignant des yeux durant quelques secondes, l'adolescent fini par lancer un regard déterminé à l'espace lumineux qu'il arrivait à apercevoir au dessus de lui, se tortillant vivement et agrippant au tissus à l'aide de ses griffes afin de remonter à la surface.

Ah, ouais. C'était plus facile à dire à faire.

'Mykhaila, mais qu'est-ce que tu fais, petit imbécile?' fit le Coq en soupirant d'exaspération lorsqu'il parvint enfin à sortir sa tête. Reste là, tu vas tomber et te fracasser le crâne sur le plancher!'

'Mais j'entends presque rien! Et je vois même pas où est ce qu'on s'en va! C'est important pour cette mission d'exploration que je rate rien du tout!'

Et puis, il ne pouvait quand même pas laisser Lieutenant seule contre le reste du monde, pas vrai? Même si, du peu qu'il avait réussi à saisir de la conversation étouffée qui venait toujours d'avoir lieu entre sa sauveuse et les trois autres inconnus qu'il arriva tout juste à apercevoir avant qu'ils ne continuent leur route, elle n'était pas en danger de quoi que ce soit.

Levant la tête, Mika envoya un regard admiratif à la jeune femme après que celle-ci ait été remerciée pour un acte fort probablement héroïque. Vraiment, même s'ils n'avaient pas encore réussi à entretenir une véritable conversation, il l'aimait de plus en plus, celle-là.

-Pas de commentaire et fait toi discret, lui envoya Lieutenant en recommençant à monter les escaliers, l'embarras qu'il semblait percevoir dans sa voix le faisant ricaner intérieurement malgré lui.

Se faire discret, uh?

'Chef oui chef!' fit-il avec sans doute beaucoup trop d’enthousiasme pour une demande aussi simple.

Surtout que vu sa taille minuscule et la cachette improvisée dans laquelle on l'avait fourré, ça n'allait pas être bien compliqué. Se laissant légèrement glisser à l'intérieur de la pochette, Mika ne laissa que ses yeux et le dessus de sa tête dépasser; il voulait bien essayer de se la jouer poussin invisible, mais hors de question qu’il se contente de rester caché telle une volaille inutile. Après tout, il fallait qu'il soutienne sa compagne dans leur aventure improvisée! Et ce, même si l'aventure en question n'était qu'une simple montée d'escalier et la traversée d'un couloir pour se rendre dans la chambre de la jeune femme. Pas l'idéal, ça c'était certain, mais enfin. Il allait peut-être trouver un moyen plus simple de communiquer une fois arrivé dans le dortoir de sa sauveuse.

Il fallait dire que malgré tout l'effort qu'il y avait mit, ses charades improvisées n'avaient pas l'air d'avoir fonctionné.

Tournant légèrement la tête, Mika détailla les alentours du regard, essayant tant bien que mal de se repérer de là où il était. Ils n'étaient plus dans l'escalier, ça c'était bien certain. L'étage des chambres des filles, peut-être? Il espérait qu'ils étaient presque arrivé à destination, en tout cas, car le mouvement répétitif de Lieutenant qui n'arrêtait pas de marcher commençait franchement à lui donner envie de piquer du bec. Il fallait dire que malgré son insomnie chronique, dormir dans les transports en commun ne lui avait jamais posé problème. En plus de son corps de poussin qui demandait définitivement plus de sommeil que ce à quoi il était habitué et c'était tout juste s'il arrivait à garder les yeux ouverts, au chaud comme ça dans son cocon improvisé.

Et puis, il devait avouer qu'il était vraiment confortable, en ce moment, ce qui devait sans doute faire du sens considérant le fait qu'il était installé sur sa... poitrine.

Oh.

Oh, nu-uh. Laissant échapper un cri horrifié qui se traduisit par un piaillement perçant, l'adolescent agita frénétiquement ses ailes avant d'escalader la pochette à une vitesse record. Mika n'en avait rien à faire qu'elle n'avait aucune idée qu'il n'était pas un véritable poussin, il n'allait pas rester là, oh que non!

'Mykhaila, mais qu'est-ce que tu fais?! Arrêtes de t'agiter tant tous les sens, voyons!'

'Je peux pas rester là! C'est pas okay! En plus elle a aucune idée que je suis pas un animal, elle aurait jamais fait ça sinon j'en suis sur!' lui répondit-il en manquant de tomber en bas de la poche de chemise, se rattrapant de justesse à la dernière minute.

L'embarras qu'il avait ressentit un peu plus tôt dans la salle de bain lorsqu'elle avait décidé de se changer devant lui n'était rien comparé à ce qu'il ressentait en ce moment. Vraiment, il espérait qu'elle n'allait pas lui en vouloir une fois qu'elle allait avoir réalisé ce qui venait de se passer. Mais hey, elle était probablement trop sympas pour ça, pas vrai?

Utilisant une petite partie de son pouvoir afin d'arriver à voleter très légèrement lorsqu'il n'arriva plus à escalader la clavicule de la jeune femme, il agrippa de toutes ses forces au tissu qui recouvrait l'épaule de Lieutenant. Battant de ses petites ailes durant quelques secondes afin de garder l'équilibre, il bomba fièrement le torse devant cette mission parfaitement accomplie. Et puis, accroché comme il l'était, elle risquait d'avoir un peu de mal si elle souhaitait le remettre dans sa poche.

D'ailleurs, parlant de mission, il n'était pas supposé faire quelque chose lui, d'ailleurs...? Elle lui avait demandé de... uh.

'Rester discret, Mykhaila. Mais vraiment, j'ai l'impression que ça risque de s'avérer difficile vu ce que tu viens de faire.'

Ah! Oui, voilà. Discrétion, ça, il pouvait faire.

Parcourant l'épaule de la jeune femme, Mika monta sur le col de la chemise, basculant de l'autre côté afin de se loger entre celui-ci et le cou de sa sauveuse. Voilà, comme ça, pas de chance que quelque chose de compromettant arrive, et en prime, il pouvait tout voir en étant relativement invisible. Et hey, avec tout ça, ils devaient bien être arrivé, là, non?
« I'm looking for someone to share in an adventure »

With. Mykhaila Zelenko
feat. Gwenhwyfar Ó Néill
#cc3300 ▸ Mykhaila Z.


#ff0000 ▸ Gwen O.

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

If Plan A fails, remember you have 25 letters left
Deception is a gremlin you get wet and then feed after midnight. It multiplies and turns into an uncontainable monster. × Code by lizzou.
#cc3300#66cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 255
Localisation : Qc
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Those who wander are not always lost Jeu 29 Déc - 22:19
HRP ::
 


 

Those who wander are not always lost

feat ~ Poussin


J'commençais très sérieusement à penser que Poussin était capable de comprendre ce qu'on lui disait, parce qu'il n'avait pas bougé comme j'lui avais demandé, et plus discret que ça, c'n'était possible. J'montais les deux premiers étages sans aucun souci, et j'commençais à me dire que c'était décidément trop facile de se promener avec un animal sans qu'on le remarque, et c'est lorsque j'arrivais au troisième étage que Poussin décida, comme pour me contredire, de bouger. En plus, il choisissait clairement le pire moment pour faire une crise alors que j'étais dans le couloir des chambres. Il s'agita comme un diable dans ma poche et faillit en sortir comme une fusée. Dans un réflexe j'amenais ma main, soit pour le réceptionner s'il tombait, soit pour l'empêcher de sortir, j'ne savais pas trop. Sauf qu'il retomba tout seul dans la poche, enfin, il failli, mais il semblait qu'il n'avait vraiment pas envie d'y rester, car ces petites griffes s'accrochèrent au tissu de ma chemise. Enfin, pas uniquement au tissu, mais à ma peau aussi. Et se faire pincer le sein, j'vous le dis, ça fait mal. J'laissais échapper une plainte, à moitié de douleur et de surprise, en amenant ma main à l'endroit où j'avais mal instinctivement. Dans ce mouvement, j'aurais réussi à prendre Poussin, mais celui-ci semblait avoir un regain d'hyperactivité ou-je-ne-sais-trop-quoi car il se mit à escalader ma clavicule avant de bondir - ou ça en donnait en tout cas l'impression - sur mon épaule. Avant que j'n'ai tout simplement l'idée de le chopper, monsieur bougea de nouveau et vint se lover entre mon col et ma nuque, à demi dissimulé par quelques mèches de cheveux. J'regardais autour de moi si quelqu'un avait pu voir la scène. Une fille, plus jeune que moi, chétive au possible, me regardait bizarrement - comme si j'étais la chose bizarre, en fait. Pour dire, j'devais être étrange oui, à avoir gesticulé et en ayant émis un bruit pareil, me tenant pratiquement un sein en main. Au lieu de me démonter, j'lui lançais le pire regard que j'avais ; plus menaçant, noir, et froid, tu meurs. La fille, qui avait la nette envie de sortir, referma plutôt sa porte, brusquement, de peur de se faire tuer par moi, j'imagine. Bon, au moins, elle était trop terrifiée pour faire quoi que ce soit si jamais elle avait aperçu Poussin. J'm'attendais à une remarque de la part de Brigid sur mon injuste comportement, mais rien. J'n'y réfléchis pas plus. J'enlevais ma main, n'ayant eu mal que sur le coup alors que j'repensais à ce qu'avait fait Poussin. Était-il fou ? Un poussin pouvait-il seulement être fou ? Ou alors il était juste très idiot. Il n'empêche qu'après ce qu'il avait fait, il pouvait compter sur moi pour lui faire la gueule. Il avait failli nous faire prendre ! J'soupire, et reprends ma marche.

J'atteins enfin la porte de ma chambre et m'apprête à insérer ma clef lorsque j'ai la pensée de vérifier si c'était fermé. J'abaisse la poignée et la porte s'entre ouvre. Of course, Alix. J'soupire et lève les yeux au ciel puis entre sans autre cérémonie dans la pièce puis referme derrière moi - pas à clef. J'hésite un peu à faire ma gaga en souhaitant la bienvenue à Poussin (encore un truc qui me ressemble pas), sans oublier que j'boude, puis finalement mon avis s'arrête sur un choix qui s'accorde à mes doutes. J'essaye de dénicher Poussin de son nid improvisé sur ma nuque, ce qui n'me met pas dans une position très agréable, d'autant plus que ce mouvement réveille une douleur dans mon dos. Ok, finalement, j'ai une séquelle de mon précédent combat, autre que ma lèvre. J'soupire et rabaisse mes bras, prudemment. J'me tourne face à ma porte pour que Poussin puisse, lui, avoir une bonne vue sur ma chambre.

- Tadam, Poussin, j'annonce sobrement, ce qui ne colle pas trop au ton qu'on emploierait habituellement. Voilà ma chambre. J'désigne ce qu'il y a dans mon dos par un geste du pouce. Allez savoir pourquoi, mais j'laisse quelques minutes à Poussin pour pouvoir inspecter ma chambre, ayant le sentiment que ces petits yeux noirs remplis de curiosité inspectaient mon habitat. Oui, j'suis dérangée, mais ce n'était pas nouveau. T'aimes ? J'me retourne à mon tour, pour voir ce qu'il avait pu voir.

Ma chambre n'avait très franchement rien de particulier. Les couleurs étaient banales, le mobilier tout aussi banal et leur disposition tout autant. Tout était relativement rangé, mon sac de sport traînait par terre, l'armoire d'Alix entre ouverte et les draps des lits étaient "presque" bien mis. Le reste, j'en étais fière, était propre. Uniquement la légère odeur de tabac qui me dérangeait, mais bon, fallait faire avec. Alix avait même pensé à ouvrir la fenêtre avant de se barrer, exploit ! Bon, pas comme si un poussin pouvait juger la propreté d'un endroit, mais, voilà ; c'était Poussin.

J'positionne ma main droite au niveau de mon épaule gauche, et remue les doigts.

- Il faudrait que tu viennes là, Poussin. J'ai trop mal pour te prendre moi-même. J'mouve de nouveau ma main, l'incitant à descendre. Viens, Poussin, s'il te plait, j'lui demande, avec la douceur que j'emprunte lorsque j'm'adresse à un animal. Et puis, c'était trop compliqué de lui faire la gueule.

Au bout d'un petit moment, il atterrit dans ma main. J'la baisse doucement et la ramène au niveau de ma poitrine. J'fais un meilleur support à Poussin en joignant ma seconde main à la première. J'lui adresse un sourire amical puis reporte mon regard sur ce qui m'entoure. Que faire ?

- Première chose : Lui trouver un endroit confortable.

Deuxième chose : Lui trouver quelque chose à becter.

Troisième chose...


- Stop ! J'l'interromps en fermant les yeux sous la contrariété. J'n'doute pas que tu aies finement pensé à ta liste - j'te trouvais trop calme -, mais on va s'arrêter avant que ça n'aille trop loin. Non, j'insiste en l'empêchant d'en placer une, j'ne vais pas mettre Poussin dans je-ne-sais-quoi qui lui servira de vêtement. J'avais capté ses pensées avant qu'elle n'ait fini - ou même commencée sa phrase. J'eus comme réponse un soupire déçu. Elle allait avoir ma peau.

Bon, n'empêche qu'elle avait raison sur les deux premiers points - t'excite pas trop, Brigid - et il fallait donc trouver un endroit confortable. J'avance dans la pièce jusqu'à mon lit, garde Poussin contre ma poitrine avec une main tandis qu'avec l'autre j'rassemble ma couverture pour créer un creux où j'place Poussin. C'est à sa taille, il ne se fait pas étouffer par les couvertures mais il est quand même protégé. J'lui souris de nouveau, le trouvant définitivement trop mignon. J'm'accroupis pour être à son niveau et après l'avoir fixé avec douceur pendant quelques secondes, j'lui fais de nouveau une pichenette à la base de sa mèche puis j'me lève, non sans chantonner :

- T'es trop cute, Poussin.

Deuxième point, à présent : la bouffe. J'mets mes mains sur mes hanches, franchement dans la mouise. Qu'est-ce que j'pourrais donner à manger à un poussin, sérieux ? J'avais beau avoir réussi à planquer quelques nourritures dans la chambre, y avait pas de grains parmi, quoi. Et que j'sache, les brioches fourrées et les barres énergétiques, ce n'était pas tellement le tripe des poussins. Fallait des trucs petits et fins, des graines quoi, de la taille de sel ou de sable, même. Ok. Alix avait beau avoir des trucs de cette taille-là, il était hors de question que j'donne à manger cette poudre à Poussin. J'ose même pas imaginer le résultat - j'hésitais entre sa mort ou alors un gros pétage de câble. Et j'n'avais pas envie d'avoir le cœur brisé, vraiment pas. Donc, non.

À court d'idée, j'allais inspecter mes tiroirs. Alors, comme déjà dit, brioches, barres, boissons, madeleines et sablés... Wait, sablés, ça pourrait le faire. J'prends le paquet - pas encore ouvert - et en sorti des biscuits. Il s'effrite déjà. J'en prends un et faute d'autres supports, j'l'effrite dans ma main. Lorsque j'ai une jolie petite montagne dans le creux de ma paume, j'me dirige de nouveau vers le lit.

- Regarde ça Poussin, j'pense que tu devrais trouver ça accepta... Poussin ?

Il avait disparu ! De ma main libre, j'pris les draps en tirant un coup sec dessus, au risque de faire tomber Poussin s'il était empêtré dedans, mais alors que les tissus pendouillaient dans ma main, aucune trace de Poussin. J'laissais tomber par terre ma couverture en même temps que mes miettes alors que j'accourais dans la salle de bain pour voir s'il s'y était infiltré. J'fouillais tous les coins en l'appelant, mais aucun signe. J'retournais dans la chambre et regardai en dessous des lits et les autres meubles, toujours en l'appelant, ma voix se tintant de plus en plus d'inquiétude, mais toujours rien. J'me relevais, la respiration précipitée dû au stress. Mais où était-il, b*rdel ?!

La fenêtre. Non ! Pas la fenêtre ! J'me précipitais vers celle-ci et regardai au-dehors, de peur de voir plus bas le cadavre d'un petit poussin, même s'il aurait difficilement de voir cela de 3 étages. Aucun signe d'un poussin mort en bas. J'me reculais en prenant ma tête à deux mains, gémissant sous la panique.

- C'est bon, Gwen. J'étais prête à lui gueuler dessus mais elle fut plus rapide. La fenêtre est trop haute ! Il n'aurait pas pu l'atteindre. Respire maintenant !, m'ordonnait-elle, essayant de rester stable alors que j'sentais qu'elle s'inquiétait aussi.

J'repris mon souffle. Bon, il n'a pas sauté. Ça me rassurait dans un sens, mais dans l'autre, j'n'savais toujours pas où il était. J'me tournais, me mettant dans le sens pour pouvoir voir la chambre et les moindres cachettes qui avaient échappé à mon inspection. Au bout d'un moment, mes yeux trouvèrent, non pas une cachette, mais une sortie. La porte. Ouverte. Juste une micro-ouverture, qui laissait tout juste la place à un poussin de pouvoir passer. J'me précipitais sur la porte, m'accrochant presque à la poignée ayant mal calculé ma vitesse alors que j'ouvrais et que j'déboulais dans le couloir, respirant lourdement et regardant à droite à gauche comme une folle. J'tournais sur moi-même alors que j'regardais n'importe où, sentant une boule dans mon ventre, se logeant parmi mes entrailles, tandis que la réalité s'abattait comme une fatalité dans mon esprit.

Poussin s'était échappé, et maintenant disparu.



(c)LOKIA

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Gwen : #ff0000
Brigid : #00cccc

Avatar by : Kana (kwbr32)
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Celtics
Celtics
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 521
Localisation : Dans ma piaule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Those who wander are not always lost
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Those who wander are not always lost
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue
» « I've lost myself in all these fights, I've lost my sense of wrong and right » Ҩ CAT&KATH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Annexes :: ◄ Zone commune-
Sauter vers: