AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Allez, viens boire un p'tit coup à la maison !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Périphérie - Monde :: ◄ Vieux Galway - Centre-Ville :: ► Pubs & Restaurants
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: Allez, viens boire un p'tit coup à la maison ! Mar 27 Juin - 21:42
Harry était en train de finir sa deuxième choppe. Je l’avais mis au tapis et il allait déguster. Quoique ce n’était peut-être pas l’idée du siècle… il s’était déjà blessé une fois après tout.
Il reprit la parole en reposant la choppe vide sur la table.

- Je savais que tu allais me rouler dessus… enfin au sens figé je veux dire, tu pense bien que je n'imaginais jamais que… enfin je me comprend, c'est déjà ça.


Je souris en le voyant gêné alors qu’il s’emmêlait les pinceaux dans ses propres paroles. Je lâchais un petit rire alors qu’il se saisissait de la troisième des cinq verres qu’il avait commandé un peu plus tôt.
Il désigna ensuite les choppe restantes m’invitant à en boire aussi, apparemment lui-même se rendait compte qu’il aurait du mal à en terminer la totalité.

Je pris la plus proche de moi et la tendait pour trinquer. J’avalais ensuite quelques généreuses gorgées vidant à moitié la pinte. On était anglaise ou on ne l’était pas après tout.

Il se mit a rire et l’observais, surprise. Avais-je loupé une blague ou était-il déjà ivre ? Je décidais de ne pas relever souriant simplement. Dans les deux cas cette attitude serait une réponse convenable.

Par la suite il lâcha un rot relativement bruyant et peu odorant. Eh bien ! Il se laissait aller le Harry !

- C'est Kaamelott ! A la volette ! Et je ne suis pas assez bourré pour me rappeler les paroles, souvenir trop lointain ! Ça va Aislinn ? J'espère ne pas trop te mettre dans une difficile position.


Je le regardais sans trop savoir si je devais répondre ou non. C’était définitif il avait trop bu. Fallait croire que ma frêle silhouette tenait mieux l’alcool que lui. Cette pensée me fit sourire, au moins on avait éclairci quelque chose au cours de cette soirée.

A moitié pencher sur le billard, plus affalé qu’autre chose il termina sa choppe. Avant de repartir sur des paroles incohérentes que je ne cherchais pas à comprendre.

« Okaaaay mon grand ! Je pense que tu en as eu assez. »

Je me penchais vers lui pour lui enlever la dernière bière et la poser sur le bar près de Jaime. Je lui fis un signe de tête pour lui faire comprendre l’état de mon ami avant de lui payer nos consos.
L’objectif de la soirée était maintenant de rentrer avec ce grand costaud bourré.

Arrivant à nouveau au côté d’Harry je le prenais par le bras pour le passer sur mon épaule.

« On va te ramener à tes grands parents hein ? Je pense qu’une bonne nuit de sommeil, un grand verre d’eau et une aspirine te feront le plus grand bien. »


*Mais abandonne le là… Personne ne pourra t’en vouloir et il ne s’en souviendrait même pas….*
*Lui peut-être pas mais sa divinité oui… et en plus c’est un ami…. Je dois le ramener.*
*Petite chose fragile que tu es…*

Je lui avais parler avec douceur tout en le dirigeant vers la sortie du pub. Il s’appuyait sur moi et je devais tendre mes muscles pour ne pas fléchir sous son poids. Aaah….les hommes ivres… toujours des poids morts… littéralement.

Une fois en dehors du pub l’air frais de la nuit envahit mes poumons et j’espérais que cela ferait du bien à mon camarade de beuverie.

« C’était un sacré premier round ! »


Je lui envoyais un sourire radieux alors que je tentais de le diriger dans la direction du bar où nous étions auparavant dans la soirée.

« On se remettra ça tout bientôt j’espère ! Mais je pense que pour ce soir, on en a fait assez. Et puis je suis pas certaine que tu tiennes le coup à une prochaine partie de billard. »


Nous avions commencé à bouger, doucement mais surement. Le but actuel était de le ramené avant qu’il ne rende ses tripes. J’espérais seulement que sa famille serait encore éveillée à notre retour…. Car à ce rythme on en avait encore pour un petit moment.


« Aller ! On tient le cap !»




◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn s'exprime avec fougue en : 993399 Hadès cherche les problèmes en : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1389
Localisation : O'Connaire on the Docks
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Allez, viens boire un p'tit coup à la maison ! Dim 23 Juil - 21:42



Allez, viens boire un p’tit coup à la maison Δ feat Aislinn O’Riley







- Okaaaay mon grand ! Je pense que tu en as eu assez.

Avant que je n’ai eu le temps de protester, la voilà qui m’enlève ma si précieuse chope encore pleine pour la poser sur le bar. Elle fait un étrange signe de tête au barman avant de payer, ils semblent plus intime qu’une simple relation barman-client. J’aurais pu trouver ça étrange, mais je préfère baragouiner à l’intention de mon amie une réelle désapprobation quant au vol du divin breuvage que je m’apprêtais à déguster.

- Mmmmmh maiiiiis ma bièèèèèère Sliiiin...

Apparemment sourde à ma suplique, elle se contente de me prendre par le bras pour le passer sur son épaule. Le contact est ma foi très agréable aussi je rougis.

- On va te ramener à tes grands parents hein ? Je pense qu’une bonne nuit de sommeil, un grand verre d’eau et une aspirine te feront le plus grand bien, dit elle avec la douceur d’une mère.

Je laisse inconsciemment une partie de mon poids en appui sur mon amie, me conduisant ainsi en rustre mal élevé mais bien rassasié. J’aimerai franchement la remercier, mais comment un imbécile imbibé d’alcool le pourrait ? Je reste sur cette interrogation lorsqu’une fois dehors, l’air frais vient nous frapper de plein fouet pour nous remettre l’esprit en place. Surtout le mien, il faut bien l’avouer.

- C’était un sacré premier round !, me sort-elle en souriant avant de tenter de me faire marcher tant bien que mal. On se remettra ça tout bientôt j’espère ! Mais je pense que pour ce soir, on en a fait assez. Et puis je suis pas certaine que tu tiennes le coup à une prochaine partie de billard.

Mes pieds se mettent en mouvement sans me demander mon avis, lentement.

- Aller ! On tient le cap !

- Tu me sous-estime très chère, lui dis-je en la regardant avec tendresse et malice avant de bloquer, frappé de plein fouet par sa beauté.

Je me met à rougir de honte, ne pouvant accepter d’avoir un tel regard envers mon amie. Mon taux d’alcoolémie n’est en rien responsable de tout ceci et j’en suis conscient, cela me débride juste. Je dois me reprendre…

Misérable créature affaiblie,
Vacillant d’un si faible taux d’alcoolémie.

Tais-toi mégère, bien peu parmi les vivants sont capables d’encaisser plus de six litres de bière cul sec sans moufter. Oh et puis je m’en moque...

Un whisky dans la chope... chantonne Eithne dans un coin de ma tête.

Je secoue la tête d’agacement puis tourne mon visage vers celui d’Aislinn avant de déposer un doux baiser sur sa joue, sans réfléchir.

- Que tu es belle... dis-je avant de me bloquer de nouveau, conscient de l’avoir accidentellement dit à voix haute.

Je me fige mais plutôt que de marquer un certain regret quand à mon action irréfléchie, une autre pensée vient se greffer par dessus. Sandy.

Toi aussi tu es sublime, mais ça je ne l’avais jamais remarqué. Mes yeux étaient plus clos que ceux d’un macchabée.

Ne laissant pas le temps de réagir à Aislinn, je me glisse vivement hors d’atteinte de sa main et me précipite en avant, me mettant à courir le long des quais humides.

- Attrape-moi si tu le peux, petite luciole !

Je parviens à courir et la joie du poivrot prend place dans mon cerveau, je me sens libre et vivant. Viendra le moment des regrets lorsque mon cerveau sera délivré des effets de l’alcool, mais pour l’heure il faut profiter de ce coup de folie passager. Je suis presque sage, je me suis retenu de décaler mon doux baiser sur ses lèvres mais c’est mieux ainsi, elle aurait pu mal réagir. Autant plaisanter, vu où j’en suis.

Hélas, je n’ai pas parcouru plus de quinze mètres avant que mon pied droit ne glisse, me faisant valdinguer contre une caisse en bois. J’aurais pu avoir mal. J’aurais dû. Et pourtant, me voilà en train de rire, les fesses en l’air. Pourquoi chercher de la logique lorsqu’il n’y en a guère. D’un petit à-coup, me voilà désormais le dos posé contre le sol humide et les yeux fermés.

- Qui aurait cru que je me retrouverais en si facheuse position après de telles révélations. Qui aurait cru que je ferais de telles révélations, ça fait tâche un ami qui manifeste un quelconque désir envers une fidèle camarade. Enfin bon, c’est trop tard. Tu m’aide à me relever s’il-te-plaît ? Je ne suis qu’un bougre imbécile avachi au sol, acoquiné à un trop grand nombre de chopes de bières. Oh la la, que le ciel est beau, dis-je finalement sans même avoir ouvert les yeux une seule seconde.



HRP:
 




Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Allez, viens boire un p'tit coup à la maison ! Lun 7 Aoû - 21:56
Alors qu’il titubait de plus belle Harry m’assura que je le sous estimais. J’esquissais un sourire amusé. Ah les hommes et leur égo… Je préfère cependant ne rien répondre. Je ne le connaissais pas encore assez et je ne savais pas vraiment comment il était lorsqu’il était alcoolisé et je n’avais pas envie de devoir gérer quelqu’un de violent… car oui, l’alcool peut rendre violent, joyeux, malade… et pour le moment, a par qu’il le rendait idiot je n’avais pas encore décidé de quel catégorie il faisait partit.

*Et toi ?*
*Quoi, et moi ?*
*Tu as l’alcool comment ? D’après toi.*

*Aaaah bah comme tu as pu le voir, plutôt joyeux, voir séducteur…*

Nous avions avancé seulement de quelques pas mais je sentais Harry s’agiter contre moi. Aller, plus qu’à prier qu’il ne se mette pas à vomir.
Il finit par tourner la tête dans ma direction avant de me poser un baiser sur la joue. J’ouvrai la bouche puis la refermais, je ne m’attendais pas du tout à ce genre de geste venant de sa part.

- Que tu es belle...


Bon… au vu de sa tronche ce n’était pas volontaire de dire ça à autre voix. Tant mieux… Mais j’espérais seulement que l’alcool ne le fasse pas faire d’autre bêtise. Plus vite je le ramènerai mieux ce sera. Aller s’avoir, il allait peut-être être capable de retomber dans le canal… et ce serait une trèèèès mauvaise chose.

Harry c’est arrêté suite à ses paroles et j’essaie de lui donner une impulsion pour que l’on reprenne la route. Il n’a cependant pas l’air d’être du même avis. Cela va être une sacrée rentrée si l’on avance à ce rythme…
Je soupire entre mes lèvres tout en levant les yeux pour demander un infime coup de main de la part du ciel…

Alors que j’étais perdue dans mes pensées mon camarade, ivre, en profita pour se défaire de mon étreinte. Et avant que je n’aie le temps de faire quoi que ce soit il s’était élancé en courant.

- Attrape-moi si tu le peux, petite luciole !

« Attends-moi ! »


Je tends la main dans le vide, l’espoir vain qu’il revienne en arrière. Mais que nenni, le jeune homme préféra partir plus loin dans la rue, zigzagant sur les pavés.

*Laisse le. Il n’en fait qu’à se tête. En plus il n’est qu’un poids mort pour toi, sans intérêt. Rentre chez toi, ou même au pire retrouve ce cancrelat de barman mais laisse cet ivrogne ici.*

Je roulais des yeux avant de secouer la tête. Hadès pouvait avoir un côté protecteur passablement étrange de temps a autre. Il n’avait pas d’affection pour les hommes qui gravitaient autour de moi et ça m’amusait en temps normal. Mais là, sous-entendre que je devrais abandonner un ami… non c’était tout bonnement hors de question.

Je m’élançais à la suite du semi-barbu. Heureusement pour moi, il ne courait ni vite, ni droit. De ce fait, je le rattrapais aisément. Malheureuses pour lui, j’arrive tout de même trop tard et n’arrive pas à le rattraper alors qu’il glisse sur le sol venant s’étaler sur le sol, les fesses en l’air.
Quelle vision…

Des passants nous regarde, l’air choqué ou intrigué… Je leur lance un regard agressif.

« Aller on circule y a rien à voir. »


Me retournant vers Harry je le découvre allonger sur le dos. Alors là ce n’est pas possible. Il va encore s’endormir et là se sera la vraie galère pour le ramener…

- Qui aurait cru que je me retrouverais en si fâcheuse position après de telles révélations. Qui aurait cru que je ferais de telles révélations, ça fait tâche un ami qui manifeste un quelconque désir envers une fidèle camarade. Enfin bon, c’est trop tard. Tu m’aide à me relever s’il-te-plaît ? Je ne suis qu’un bougre imbécile avachi au sol, acoquiné à un trop grand nombre de chopes de bières. Oh la la, que le ciel est beau.

Je lâche un rire cristallin. C’est mignon comme il s’émerveille de si peu.

Je tends une main et attrape son bras avec l’autre faisant levier avec mes jambes pour le relever.

« Eh bien Usain Bolt, ce n’était définitivement pas ta meilleure course. »

Je remets son bras sur mon épaule et je m’assure de le tenir fermement. Hors de question qu’il s’échappe à nouveau.
Je nous impose un rythme de marche et nous avançons sans encombre alors que je fredonne Starway to Heaven tout au long du chemin.

Après plusieurs minutes de marches nous arrivons devant le pub des grands parent d’Harry. Je contourne la maison pour l’amené à la porte par laquelle nous étions sortis plutôt dans la soirée. Je pouvais voir la lumière à travers les carreaux de la porte.
Sans qu’Harry m’y autorise je frappe trois coups lourds à la porte pour que l’on vienne nous ouvrir.

« Tu as les clefs au cas où personne ne vient ? »


Je l’appuie contre la paroi de la maison en attendant que quelque chose se passe. Je reste cependant devant lui pour éviter qu’il s’en aille je ne sais où encore.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn s'exprime avec fougue en : 993399 Hadès cherche les problèmes en : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1389
Localisation : O'Connaire on the Docks
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Allez, viens boire un p'tit coup à la maison ! Dim 13 Aoû - 0:31



Allez, viens boire un p’tit coup à la maison Δ feat Aislinn O’Riley







Qui m'a collé un pareil poivrot ?!

Bah si j'ai bien compris… c'est toi. Tu as oublié l'option “satisfait ou remboursé” ?

Aislinn éclate de rire ce qui fait que je ne prête même plus attention à ma colocataire déséquilibrée, j'ouvre les yeux à temps pour voir une main qui s'approche et cela m'étonne tant que je les referme instantanément. Aurais-je oublié que je l'ai priée de m'aider à me relever il y a vingt secondes ? Il semblerait. Quoique, là j'y pense. Mais d'ailleurs, j'y pense, mon corps se lève de lui-même, j'ai quatre bons litres qui remuent dans la panse, mon amie me tire par le bras comme on prend une tasse par la anse. Mais que se passe-t-il dans ma tête, pourquoi ce chaos ? Il ne peut s'agir de l'alcool même s'il n'aide probablement pas à aller mieux.

Un vivant n’a pas la force mentale pour lutter contre un dieu, ce que tu as tenté. J'ai beau n'être qu'un oisillon coincé dans sa cage, ça rend tes pensées orageuses.

Des pensées chaotiques ou une possession totale, j'ai choisi le bon cheval je pense. Je suppose que si tu avais réussi cela m'aurait tué, mon esprit aurait été déchiré.

Probablement. Qui sait ? Tu veux qu'on teste ?

Non merci.

Je fini par ouvrir les yeux et je reste bloqué un instant de voir que je suis quand même bigrement haut pour quelqu'un qui était allongé un instant plus tôt.

- Eh bien Usain Bolt, ce n'était définitivement pas ta meilleure course, dit Aislinn en replaçant mon bras sur son épaule.

Je lui laisse les rênes tandis qu’elle s’élance en traînant ma carcasse. J’aurais perdu toute notion de temps et d’espace si sa voix ne s’était élevée pour reprendre les mythiques paroles de Plant. J’en agite légèrement la tête en rythme avec la Gibson double manche de Jimmie, cela fait passer en un éclair le trajet du retour. Tant mieux, je n’aime pas marcher. Visiblement mes grands parents sont encore debout car on peut apercevoir de la lumière à travers les carreaux de la porte, cela m’étonne. Il est tard et le pub est fermé, or ils se couchent tout de suite après pour se lever très tôt et nettoyer à l’aurore habituellement.

Aislinn frappe trois coups secs sur la porte sans attendre, espérant ainsi que quelqu’un vienne la débarrasser du poids mort qui l’encombre.

- Tu as les clefs au cas où personne ne vient ? demande-t-elle.

- Oui bien-sûr. Quelque part. Attends, je vais les retrouver.

Mon corps repose autant voire davantage sur le mur que sur mes cannes, il est donc difficile de chercher dans mes poches mais je parviens cependant à mettre la main dessus. Elle m’aide tandis que je tente de déverrouiller la serrure mais rassurez-vous, je n’ai pas bu suffisamment pour échouer. Je suis juste un peu long à réussir.

- Je vais y arriver ne t’inquiète pas, je suis un champion !

Je ne sais même pas si elle a répondu quelque chose, soit je n’ai rien entendu, soit elle est restée silencieuse, en tout cas aucune parole n’est parvenue à mes oreilles. Le seul son est le grincement de la porte qui s’entrouvre devant moi. Je passe un pied puis me fige, en proie à une mauvaise impression. Très mauvaise en fait, d’autant que les souvenirs de mon départ précipité un peu plus tôt me reviennent. Miséricorde...

- Aislinn, tu ferais mieux de rentrer chez toi maintenant, je ne peux guère t’y aider mais je te remercie néanmoins de m’avoir ramené. Ca devrait aller maintenant, je l’espère en tout cas, dis-je avec une pointe de nervosité qui se noie dans un océan d’incertitude avant de me retourner pour déposer un baiser sur sa joue.

Je reprend mes pas lentement et, jetant un dernier regard désolé à mon amie, je referme la porte. Mon instinct me dit que la suite promet de ne pas être la joie et je veux lui éviter un tel spectacle, d’autant que je l’ai suffisamment embarrassée aujourd’hui. A mesure que j’avance dans la pièce, un bruit me parvient. Je n’entend pas très bien mais il semble venir de l’une des chambres au dessus, et il pourrait expliquer pourquoi personne n’est descendu m’ouvrir malgré que la belle blonde ait toqué.

Il est temps de subir le revers de ton comportement immonde.

Quoi ? Mais qu’est-ce que tu dis là, tu as compris ou entendu quelque chose qui m’a échappé ?

Nous partageons le même système auditif, mais la lucidité est mienne.

Une pointe d’énervement se fiche en mon coeur aussi je continue à avancer. Le bruit est désormais plus audible et je commence à comprendre, aussi ma température interne chute d’un coup : ce sont des sanglots. Une jeune femme pleure dans l’une des chambres, et il ne peut s’agir que d’une seule personne.

- Sandy... dis-je à voix basse avec émotion.

Je fais un pas de plus mais avec une maladresse parfaitement explicable, je heurte une chaise à proximité et m’écrase au sol en amenant la moitié du mobilier environnant. Le vacarme est total, mon entrée est réussie au plus haut point.

Ca va tu es contente ? Je vais bien passer pour un c*n.

Je vais surtout me repaître de la suite. Le silence est parfois bien plus annonciateur de malheurs que le bruit des canons.

Je reste figé tandis que j’entend un bruit de pas qui se rapproche et qui atteint l’escalier, cette attente insupportable va bientôt prendre fin. Le visage courroucé de ma grand-mère me le confirme.

- C’est pas bientôt fini ce boucan ?! Tu aurais pu être discret au moins, surtout après tout le mal que tu as fait ! J’ai honte de toi !

Je reste silencieux dans la semi obscurité, je ne suis désormais plus que spectateur. J’avale avec difficulté ma propre salive tant je suis nerveux.

- Mami, je suis désolé...

- Ah ça tu peux l’être, après toute cette pagaille ! Tu croyais pouvoir revenir ainsi et t’en sortir à bon compte ? Tu ne saisis pas la portée de tes paroles et actions, tu es responsable de bien des maux ce soir !

Avec les hurlements à faire trembler les murs d’Ella, je n’ai même pas entendu descendre mon grand-père. Sa fatigue est certaine, mais sa déception encore plus.

- Tu me déçoit terriblement mon petit… je ne pense pas que tes parents t’aient appris à te comporter en tel goujat, et tout ça pour quoi ? La luxure ? C’est bas comme comportement...

- Ce n’est pas...

- Ce n’est pas ce que tu voulais faire ou non, mais tes actions qui nous ont conduit à cet instant présent, finit-il avec tristesse.

- Tu sais à quel point elle a souffert et ce qu’elle a traversé, elle ne méritait pas que tu lui fasse vivre un tel cauchemar !

Comme pour appuyer ces dires, le regard dévasté de la jeune femme rencontre le mien : sans que je ne l’entende, elle est descendue pour voir la loque que je suis, affalé au sol et pitoyablement incapable de se justifier. Mais comment disculper ce qui ne peut l’être ?

- Je suis désolé Sandy, je ne voulais pas te faire tant de mal... dis-je en tentant de me relever mais sans y parvenir, trop alcoolisé et affaibli par cette épreuve.

Fuyant ce spectacle lamentable, la voilà qui retourne à l’étage sans un mot et en pleurs. Je ne puis la blâmer, je suis le seul responsable de son malheur. Il ne me reste plus qu’à espérer qu’elle réussisse à s’en remettre et surtout qu’elle ne commette pas l'irréparable. Je suis un imbécile et aucune de mes actions ne parviendra à sauver la conjoncture actuelle, le danger que je suis ne fera qu’aggraver la situation, ne reste que la fuite. Lâche comme toujours face à ce que je ne puis contrôler, ma faiblesse : le coeur.

Lisant dans mes yeux comme dans un livre ouvert, ma grand-mère s’avance et va à la caisse enregistreuse pour en extraire quelques billets qu’elle me tend.

- Prends-les et va-t'en ! Je ne veux plus te voir tant que tu n’auras pas réparé tes bêtises, il est temps d’être un adulte responsable, rien n’est jamais sans conséquences. Tu te paieras l’hôtel et tu retourneras à ton école demain.

Je me saisis timidement des billets puis regarde mes grands-parents remonter les marches tandis que s’élèvent plus fort que jamais les sanglots de Sandy. Péniblement, je réussi à me hisser sur mes jambes et me dirigeant vers la table la plus proche, j’y dépose l’argent. Je ne mérite pas qu’on m’aide à trouver où dormir, je ne mérite même pas d’avoir un toit sous lequel dormir ce soir. Je vais me débrouiller et cuver dans un coin, là où mes pas indécis me mèneront. Mes clés ne me serviront plus jusqu’à nouvel ordre, alors je les dépose sur les billets avant de retourner à la porte que je ferme derrière moi tandis que parvient à mon oreille le déclic de la serrure sécurisée.

- Je suis tellement désolé Sandy… je reviendrais lorsque je saurais comment réparer mes erreurs. J’y arriverai, je te le promet...


HRP:
 




Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Allez, viens boire un p'tit coup à la maison ! Mar 15 Aoû - 21:38
Harry sortit difficilement ses clefs de sa poche ma finit tout de même par y arriver. J’étais même surprise qu’il ne les fassent pas tomber à terre. Il mit un certain temps à ouvrir la porte mais je ne fis rien pour l’aider, il avait l’air de tenir à le faire seule.
Une fois la porte ouverte il m’invita à partir, me remerciant de l’avoir ramené. Je lui envoyais un petit signe de tête, lui faisant comprendre qu’il n’a avait pas de problèmes. Des problèmes par contre je pense que lui allait en avoir.
Je ne sais pas qui était la fille d’avant, mais si elle travaillait ici j’imaginais que les grands parents d’Harry refuserait de laisser ce genre d’esclandre se produire. Enfin… ce n’était pas mes affaires après tout et s’il avait besoin il avait toujours mon numéro.

Je fis demi-tour prenant la route pour le pensionnat. A pied il y en avait pour une trotte mais cela me ferait du bien. La nuit était claire et je n’avais pas envie d’arriver directement au pensionnat. J’avais manqué le dernier bus. Je pouvais faire du stop mais cela était dangereux… la dernière fois j’étais tombée sur un type pas réglo du tout qui avait voulu échanger la course contre une petite gâterie… les hommes… mais bon, pas certaine qu’une femme ne puisse pas être tordue.

J’arrivais au abords de la ville lorsqu’il commença a pleuvoir. Je regardais le ciel, qui quelques instant plutôt était limpide.

« Puta*n ! »

J’entendis le rire d’Hadès s’éleva dans ma tête ce qui accru mon agacement. Je sortis rapidement mon téléphone composant le numéro des taxis de la ville que je connaissais par cœur.
Quelques minutes plus tard la voiture arrivait à ma hauteur je montais dedans et donnais l’adresse du pensionnat. Voilà une soirée de plus de terminée.

HRP:
 

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn s'exprime avec fougue en : 993399 Hadès cherche les problèmes en : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1389
Localisation : O'Connaire on the Docks
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Allez, viens boire un p'tit coup à la maison !
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Allez, viens boire un p'tit coup à la maison !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Allez, viens boire un p'tit coup à la maison !
» Allez viens boire un p'tit coup à la maison (ilyas&sarah)
» Allez, viens boire un ptit coup a la maison /paf [Pv Makoto]
» ♪♫ Allez, viens boire un p'tit coup au bar du coin ! ♫♪ (pv Naoki)
» morgan ≠ allez viens, on est bien bien bien bien.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Périphérie - Monde :: ◄ Vieux Galway - Centre-Ville :: ► Pubs & Restaurants-
Sauter vers: