AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Grah mo chree [ft Lawrence Doogood]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Annexes :: ◄ Le Parc :: ► Pelouse
MessageSujet: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Dim 18 Sep - 16:51
Il ne devait pas être loin de minuit, quelques nuages caché de temps à autre la lumière de la lune et une brise froide soufflait l'arriver de l'hiver. J'étais allongée dans l'herbe fraîche, vêtu d'un jean et d'un fin pull bordeau, mes bottines devaient traîner quelque part pas loin, et mes cheveux s'étalait autour de moi comme une auréole flamboyante. J'étais perdue dans mes souvenirs d'enfances qui m'avaient hanté toute la journée me rappelant sans cesse ma mère et la berceuse qu'elle me chantait les soirs où je n'arrivais pas à fermer l’œil. Une boule c'était formé dans ma gorge et depuis ce matin ne demander qu'à remonter comme les larmes que je cachais.
Je me mis à chanter cette mélodie qui me trottais dans la tête depuis si longtemps.

« Rest tired eyes a while
Sweet is the baby’s smile
Angels are guarding and they watch o’er thee »


Je m'assis pour mieux porter ma voix, après tout j'étais seule pourquoi me retenir, et tout comme mes larmes ma voix se libéra.

« Sleep, sleep, grah mo chree
Here on you mamma’s knee »


Je me leva pour tournoyer au rythme lent de la chanson, les cheveux flottant dans le vent frais d’automne, un léger sourire aux lèvres.

« Angels are guarding
And they watch o’er thee

The birdeens sing a fluting song
They sing to thee the whole day long
Wee fairies dance o’er hill and dale
For very love of thee »


Je me laissa tomber en étoile sur la terre meuble, mon sourire s'évanouit pour laisser place de nouveaux aux pleures. Mes épaules étaient secouées par des sanglots et le reste de mon maquillage coulait le long de mes joues.

« Que se passe-t-il ? Depuis ce matin tu te comportes bizarrement. Tu t'embrouilles avec ta sœur, tu réponds à un de tes professeurs, tu rêves au point de ne même pas me répondre et maintenant tu chantes danse et pleure sans raison. »

Je l'ignora royalement et repris le court de mes pensée ansi qu ma contemplation du ciel et des quelques étoiles qui ne se cachaient pas derrière les nuages cotonneux.

« La moindre des choses seraient de répondre ! »

Une tension se créa entre nous et j'ai bien senti que si Nyx avais pu, elle m'aurait giflée ou bien pire. Même si en général elle est assez calme, elle a horreur qu'on se moque d'elle. C'était une déesse qui avait vécu des choses que jamais je ne pourrais imaginer et que pour cela je lui devais le respect, m'avait-elle dit un jour.

« Arrête ! C'est bon je vais te répondre ! Ma mère me manque. Contente ! »

L'atmosphère était lourde, l'air devenait de plus en plus irrespirable, c'était une impression assez désagréable. Elle exigeait des excuses et je le devais si je ne voulais pouvoir continuer à discuter avec elle. Je respira un grand coup pour m'apaiser et pris un ton plus calme.

«  Je suis désolée. Mais j'ai besoin d'être un peu seule en ce moment, est-ce que tu pourrais me laisser un moment, s'il te plait. »

J'entendis comme un soupire puis plus rien comme si elle s'en était allée. Bon elle est toujours là et peux tout entendre si elle veut mais c'est mieux que rien. Elle c'était calmée et me comprenais les membre de sa famille lui manquaient aussi, même si elle ne m'en parlait pas souvent.
Je me rallongea et observa, mélancolique, le ciel parsemé de nuages noirs et d'étoiles brillantes tandis que la lune qui émergeait entre deux cumulus. Mes larmes avaient séché ne laissant que des marques noires sur mes joues et tandis que je ramenais mes boucles emmêlées sur mon épaule, j'aperçus une étoile filante fusait devant moi.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 261
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Lun 19 Sep - 5:01
Il était tard et je n’arrivais pas à dormir, fidèle à mon habitude, j’avais observé une tache noir tracé sur le mur de ma chambre, d’un blanc immaculé derrière mon armoire et n’étais pas encore arriver à la retirer…sans doute la raison pour laquelle elle y avait été caché par le précédent locataire. Depuis, j’observais cet armoire de façon haineuse sans arriver à dormir. Je me doutais bien qu’une trace indélébile sur mon mur n’étais pas une raison de changer de chambre. On me le refuserais certainement. Aussi, après enfin avoir eu droit à un colocataire décent, je me voyais mal demander à Mykha de me suivre pour la même raison. Mon plan était donc de tout repeinturer si je ne trouvais pas d’autres solutions! Je m’étais promis d’en parler à Mykhaila demain matin. En attendant j’avais décidé d’aller prendre l’air pour me changer les idées, mais le couvre feu étant déjà en cours, il m’avait fallu faire cela discrètement et était aller me réfugier dans mon arbre favori dans le parc, loin des yeux indiscrets et des caméras, ma lampe de poche, mon sac de secours et un bon livre pour compagnie. Entre temps toutefois, ma tranquillité fut troublé par une jeune femme qui était venu s’étendre sur l’herbe tout près. Elle observais les étoiles et s’était mise à chanter, me faisant arrêter ma lecture. Je fermai mon livre et appuyai ma tête contre le tronc de l’arbre, observant les étoiles à travers les branches. Je n’avais définitivement pas le meilleur point de vue pour le faire, mais cela m’importait peu. Je connaissais cette chanson et un flot de souvenirs m’envahissait.

« Rest tired eyes a while
Sweet is the baby’s smile
Angels are guarding and they watch o’er thee »


Ayant senti du mouvement tout en bas et souhaitant apercevoir comme je le pouvais la chanteuse en question, je m’étirai un peu le coup en me penchant sur le côté pour voir entre les branches.

« Sleep, sleep, grah mo chree
Here on you mamma’s knee »


Je pu la voir danser, tournoyer sur elle même et je ne retins mon sourire à l’idée de que c’était agréable de sentir une certaine liberté chez la jeune fille. Malgré tout, quelque chose dans sa voix me disait que ça n’allait pas. L’heure qu’il était était fort possiblement un bon indicateur qu’elle n’arrivait peut-être pas à dormir non plus.

« Angels are guarding
And they watch o’er thee

The birdeens sing a fluting song
They sing to thee the whole day long
Wee fairies dance o’er hill and dale
For very love of thee »


Comme de fait, elle s’était arrêter à ce couplet, secoué de sanglot. Les traits de mon visage se crispèrent de malaise. Je ne voulais pas la déranger, mais la regarder aussi triste, du haut de mon perchoir sans rien faire me semblait une belle attitude de sans coeur. J’attendit néanmoins un moment, lui laissant le temps de reprendre sur elle-même, ce qu’elle fit avant de se rallonger au sol en fixant le ciel. Encore une fois, je m’étirai plus loin pour percevoir son visage, un indice qui me confirmerait qu’elle allait mieux, mais la noirceur de la nuit m’empêchait d’en distinguer les étoiles.

-Tu vas rester là à la fixer toute la nuit? Comment tu dis? "Creep"…ah ah!


-Non, pas du tout, je me demande quoi faire…mais…j’ai une idée…je crois…

Timidement, je commençai à chanter avec mon gros accent écossais, poursuivant sa berceuse du mieux que je pouvais en espérant qu’elle ne m’en voudrait pas.

« Dream, Dream, grah mo chree
Peaceful your dreams will be.
Angels are guarding and they watch o’er thee »


-Ouh! J’aime bien! cette chanson…Elle chante mieux que toi par contre, mais tu me surprends!

C’était bien la première fois que je chantais devant Hypnos. J’étais bien trop timide pour le faire face à des gens. Il fallait donc dire que cette situation était particulière. Je n’étais pas particulièrement bon, ni très mauvais, juste très…normal. Une voix douce tout de même cassé par mon accent et ma prononciation des mots.

« The primrose in the sheltered nook
The crystal stream the babbling brook
All these things God’s hands have made
For very love of thee

Twilight and shadows fall
Peace to His children all
Angels are guarding and they watch o’er thee
As you sleep…
…May Angels watch over and May they guard o’er thee ?»


La dernière phrase avait été hésitante, craignant m’être trompé là ou ailleurs dans la chanson.

-Je n’aime pas chanter devant les gens. Je me sent ridicule….mais j’aime bien les berceuses et les shanties… , répondis-je à Hypnos.

-Humm…je suis curieux. Tu me montreras j’espère! C’est divertissant! J’aimerais bien en apprendre aussi! Nous pourrions en chanter avec Njord! Je suis certain qu’il en connait des tas!


L’engouement d’Hypnos pour son nouvel ami, du moins c’est ce que je croyais qu’ils étaient devenu, me faisait plaisir à voir. J’avais le sentiment qu’il se sentais beaucoup moins seul en fait et il était bien plus sympathique depuis et avait beaucoup trop de projets. Je devais me retenir pour ne pas me retrouver dans la chambre d’Alistair en pleine nuit par sa faute, mais nous nous étions mis d’accord que cela n’arriverais pas. Les visites des amis se feraient de jour bon!…

M’étirant une fois de plus pour voir sa réaction et mieux la voir, ma main glissa sur un morceau d’écorce fragile et je plongeai vers le sol dans un vacarme qui rendait peu justice à cette berceuse si douce que je venais de terminer. C’était tout moi quoi!

Souffle coupé par le choc, mais amortissant ce dernier avec mes mains, j’entendis le craquement de mon poignet et d’un doigt qui ne me disait rien de bon. Pas brisé, ils bougeaient toujours…douloureusement, mais j’aurais probablement une bonne entorse…Je pris donc un instant au sol pour reprendre mon souffle en maintenant ma main contre moi, serrant les dents et fermant les yeux en grimaçant de douleur. Je réussi éventuellement à prendre une bonne inspiration et soufflai l’air de mes poumons comme si j’avais pu chasser le mal par la bouche. Ouvrant les yeux, je notai toutefois que j’avais atterri aux côtés de la jeune fille, ma tête à côté de la sienne alors que je la tournais sur le côté, face à elle. Nerveusement, j’eu un mouvement de recul vu la proximité et je sentis la chaleur envahir mes joues en affichant un sourire un peu niais.

- Dé…dé…désolé… je je…ne voulais pas…eumh…, balbutiais-je.

Soudainement, je me trouvais particulièrement imbécile. Pourquoi n’étais-je pas resté tranquillement dans mon arbre en silence jusqu’à ce qu’elle parte…Empathie de m***…

- Je euhm…tu vas bien? Lui demandais-je comme si c’était elle qui venait de s’écraser au sol.

Ayant enfin la possibilité de la voir je noté, à la lueur de la lune, les traces de ses larmes et la rougeur de sa chevelure, non loin de la mienne. Toute petite, elle semblait encore plus fragile que moi.

-C’est sans doute à ça que tu aurais ressemblé su tu avais été une fille…mais sans les boucles.

-Euh…drôle de réflexion.


-Bouais, ça m’est passé par la tête, mais avoue! Tu aurais peut-être dû être une fille finalement…, m'affirma ma divinité sur un ton taquin.

-Ah ah ah, t’es con. , lui balançais-je d’un rire faussement joyeux.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1769
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Mer 21 Sep - 22:20
Je revoyais ma mère, venir me border les soirs d'orage. Elle s’approchait du lit dans sa longue chemise de nuit blanche, son parfum de fleur embaumait l'air de ma chambre et tandis qu'elle s’asseyait sur le bord de mon lit elle me caressait amoureusement les cheveux avant de se mettre à chanter. C'était presque comme si j'entendais encore les paroles raisonner dans ma tête… mais attends je les entends. La voix était plus grave et hésitante, mais elle était bien là. Quelqu'un chantait dans l'arbre au-dessus de moi.

« Dream, Dream, grah mo chree
Peaceful your dreams will be.
Angels are guarding and they watch o’er thee »


Je relevai la tête vers les branchages dans l'espoir vain d’apercevoir le chanteur. Nyx m'avait parlé des pouvoirs que la possession me procurait mais je ne les avaient jamais utilisé.

« Nyx, peux-tu m'aider ? »

Un long silence suivi ma demande et le jeune inconnu continuait à fredonner. Elle ne comptait pas me répondre de ci-tôt.

« Allez, s'il te plaît... »

Je me reçus à nouveau un vent glacé, je l'avais légèrement vexée.

« The primrose in the sheltered nook
The crystal stream the babbling brook
All these things God’s hands have made
For very love of thee

Twilight and shadows fall
Peace to His children all
Angels are guarding and they watch o’er thee
As you sleep…
…May Angels watch over and May they guard o’er thee ?»


Je l'écoutai, en silence, finir doucement la chanson avec son accent écossais et son manque d’assurance.
Je voulus lui demander son nom mais à peine avais-je ouvert la bouche, le mystérieux jeune homme tomba à mes côtés dans un craquement horrible et roula juste à côté de moi. Il était bien plus grand que moi, ce qui n'est pas vraiment difficile, il paraissait peu sportif et assez fin. Ses cheveux roux, légèrement plus foncés que les miens, étais plutôt long pour un garçon.
Il tourna sa tête vers moi, recula légèrement et rougis de notre proximité. La première chose que je vis furent ses yeux verts, profonds, brillants, avec une étincelle de connaissance. J'aurai pu m'y perdre si Nyx ne m'avait pas interrompu.

« Arrête de le dévorer des yeux comme ça, tu vas lui faire peur. »

A ces mots je rougis instantanément jusqu'aux oreilles.

« Je ne le dévore pas des yeux. Je … je l'observe. Puis c'est que maintenant que tu te décides à parler. »

Il m'adressa la parole mais j'étais trop concentrée à me trouver une excuse que je n'entendis pas sa phrase. J'avais encore du mal à parler avec ma déesse et à discuter avec quelqu'un d'autre. Je tournai mon attention vers lui afin de comprendre sa prochaine phrase.

« Je euhm…tu vas bien? »

Je pouffai de rire et m'assis à côté de lui pour mieux l’observer avant de lui sourire et de prendre ma voix la plus assurée, oubliant mon maquillage digne d'une poupée gothique.

« C'est plutôt à moi de te demander ça ? C'est toi qui viens de tomber de l'arbre. Ta main ça va ? Elle a l'air de te faire mal. Oh et avant que j'oublie je m'appelle Erin Aberline. Et d’ailleurs qu'est-ce que tu faisais dans l'arbre ? Tu m'observais ? »

Mon rire reprit de plus belle mais cette fois il était plus hystérique qu'amusé. Mes pensées étaient embrouillées. Elles allaient, elles partaient et moi je ne savais pas quoi dire, quoi faire. Je commençais à paniquer, il m'avait vue pleurer, mais pourquoi commence-je à avoir peur  ? Peut être parce que c'était la première personne à qui je parlais qui ne venait pas de la seconde M, il n'était peut être pas au courant pour les dieux.
Je le regardai à nouveau et croisa son regard toujours aussi captivant. Il devait me trouver bizarre à débiter des âneries et à le fixer comme ça. Mais ses yeux si verts me faisaient pensées aux forêts de mon enfance, à mes escapades nocturnes, …

« Il est bien fait, bien qu'un peu maigrichon. Qu'est-ce que t'en pense ? »

Sous la surprise et la panique mes mots dépassèrent ma pensée, littéralement.

« MAIS C'EST FINI ? T'ARRÊTE DE DIRE DES CONNERIES ! »

Réalisant mon erreur trop tard je me levai avec rapidités et souplesse avant de chercher mes chaussures complètement paniquée, ne sachant quoi faire et voulant m'enfuir.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 261
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Mer 28 Sep - 4:24
La jeune femme me fixa un moment, sans doute surprise. Qui n’le serait pas, elle venait de passer à un cheveux de se faire écraser par un imbécile de rouquin qui aurait dû rester silencieux et faire comme si de rien était. J'étais tout de même rassuré que la noirceur puisse cacher la rougeur de mes joues, car le silence qui s’installait allait rendre la situation suffisamment inconfortable ainsi. Par chance, la demoiselle éclata finalement de rire, m’observant, se redressant à mes côtés et rendant la situation moins embarrassante. Avec soulagement, mais gêné par son rire, je passai une main nerveuse dans mon épaisse tignasse affichant du même coup un sourire contrit. J’ignorais si je devais être mécontent qu’elle rit de ma chute et ma douleur ou simplement heureux de voir que même après avoir beaucoup pleurer, j’étais arrivé à lui remonter le morale en quelques minutes. La méthode était discutable, mais mon premier but ayant été de la réconforté, c’était un succès non? Je décidai de piler sur mon orgueil blessé, ne lui soulignant pas à quel point mon poignet était à présent sensible et que ce n’était pas drôle. J’avais donc réprimé difficilement le froncement de mes sourcils, mais son rire était contagieux et je me mis involontairement à ricaner faiblement par petites secousses timides alors qu’elle me faisait réalisé l’idiotie de ma dernière question concernant son état.

« C'est plutôt à moi de te demander ça ? C'est toi qui viens de tomber de l'arbre. Ta main ça va ? Elle a l'air de te faire mal. Oh et avant que j'oublie je m'appelle Erin Aberline. Et d’ailleurs qu'est-ce que tu faisais dans l'arbre ? Tu m'observais ? »


« Ah ah! Alors tu y goûtes enfin monsieur l’inspecteur! Pour une fois que c’est à toi que l’on pose les questions en quantité! Ça fait plaisir à voir.»

« Wow…tellement de questions…elle arrive à me concurrencer…c’est épeurant en fait…»


Par où commencer? Je lui devais certainement des explications, mais ne voulais pas avoir l’air de l’avoir espionné.

« Ce que tu as fait. »


« Involontairement! Juste… elle était à côté c’est tout. C’est arrivé par hasard! »

Le rire de la dénommé Erin était clair mais de plus en plus nerveux et convulsif. Cela m’en disait long sur son état, sans doute plus qu’elle n’aurait souhaiter partager avec moi. Je tombais définitivement sur un mauvais moment. Sans jeux de mots… Mon propre inconfort ne devait certainement pas aider à ce qu’elle se calme. J’affichais un regard inquiet, voulant lui répondre, mais ne souhaitant pas empirer la situation. Je balbutiai quelques mots à peine audible en tentant de faire de l’ordre dans mes réponses, mais elle m’interrompit.

« MAIS C'EST FINI ? T'ARRÊTE DE DIRE DES CONNERIES ! »

« Désolé… », murmurais-je visiblement anxieux et coupable de ne pas être plus habile locuteur dans ce genre de situations.

J’entrai ma tête dans les épaules, de crainte de l’avoir offensé et m’attendant à recevoir des reproches de sa part. Au lieu de cela elle se leva brusquement, observant le sol avec un sentiment d’urgence palpable. Elle…allait quitter? Sans plus? Voyant la nécessité de rester calme afin de comprendre dans quel état elle se trouvais et afin de lui venir en aide, je fis tout ce qui était en mon pouvoir pour me détendre une peu. Déjà, plus calme qu’elle, j’arrivait à réfléchir de façon posé et à chercher avec elle et ce, avec plus d’efficacité. J’attrapai ma lampe torche qui était tombée non loin de moi, puis cherchai le sol à mon tour pour apercevoir une forme plus loin. J’en déduisis que c’était ce qu’elle cherchait. En un clique de lampe torche, je vérifiai ce dont il s’agissait. Une paire de chaussure convenant définitivement aux pieds délicats de la jeune fille était éclairée par le faisceau lumineux. Elle était donc nu pied en cette période de l’année? Moi qui était si frileux, je ne pouvais que la prendre en pitié. Toujours pour éviter d’être repéré, je fermai la lumière et me penchai, un genou au sol pour prendre les chaussures et les épousseter d’un geste doux.

« Attend! Tu…tu dois avoir froid. Tiens. » Je lui tendis le soulier afin qu’elle y mette son pied. « Tu va prendre froid. »

Je gardai un bref moment de silence, mais le brisai rapidement, sentant que je devais dire quelque chose, me justifier du moins.

« Pour te répondre…Euh…ou..oui mon poignet va bien. Ce n’est rien. Une petite entorse…ça partira au bout de quelques jours…ou semaine…mais mais…toi? Je veux dire. Tu semble. Erm. Je m’inquiétais, tu semblais…triste? »

Je lui pointai ses joues comme pour lui expliquer que ses larmes de mascara étaient toujours apparentes et ne trompaient personne.

« Je ne voulais pas t’espionner! »
, ajoutais-je rapidement.

J’allumai ma lampe torche une fois de plus en un petit coup, éclairant mon sac et mon livre qui se trouvaient un peu plus loin puis, l’éteignit aussitôt pour lui prouver que c’était bel et bien ce que je faisais sans révéler notre position.

« J’étais dans l’arbre. J’y lisais pour ne pas être repéré par les gardiens. Je…euhm…je ne veux pas te faire fuir. Je comprendrais que tu ne veuilles pas me voir, mais…Enfin, je me voyais mal faire comme si de rien était et ne pas t’adresser la paroles. Tu semblais avoir besoin…D’une oreille attentive peut-être? Alors, tu veux bien m'excuser pour ma maladresse Erin, c'est bien ça?»

Toujours au sol, les souliers tendus j’attendais patiemment qu’elle mette son pied à l’intérieur ou les prennent, idéalement sans partir en courant. Je voulais une chance de me rattraper.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1769
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Jeu 29 Sep - 2:41
« Désolé… »

Il avait murmuré ça avant de baisser la tête, attendant la suite de ma crise qui ne vient jamais.

« Merci de me faire passer pour une cinglée. Il manquait plus que ça.. »

J'émis un claquement de langue pour signaler mon agacement et mon énervement. Ah ben voilà j'ai réussi à lui faire peur ! Mais quelle idiote je suis. Il faut absolument que je retrouve mes chaussures avant qu'il appelle un asile. Je commençai à chercher mes bottines quand je l'entendis soupirer et se lever. Je le regardai et aperçu qu'il tenait quelque chose dans sa main. Je sus rapidement qu'il s'agissait de sa lampe torche qu'il utilisa pour trouver mes chaussures.

« Attend! Tu…tu dois avoir froid. Tiens. Tu va prendre froid. »

Il me les présentait comme l'aurait fait un prince, calme attendant d’apercevoir la princesse du bal derrière ce masque de saleté.

« Houla tu regardes trop de film Disney. Cela commence à déteindre sur ta personnalité. »

La réflexion de Nyx, bien que totalement hors sujet vu mon état de panique et d'énervement, me fit sourire.

« Tu as raison je me fais peur à moi-même. Maintenant que tu as fini de te moquer de moi je vais pouvoir y aller. »

Il reprit la parole tandis que je m’approchais de lui encore un peu apeurée. Cependant, il était posé et calme, enfin plus que moi, et plus j’avançais plus je me calmais comprenant que je n'avais aucune raison de fuir.

« Pour te répondre…Euh…ou..oui mon poignet va bien. Ce n’est rien. Une petite entorse…ça partira au bout de quelques jours…ou semaine…mais mais…toi? Je veux dire. Tu semble. Erm. Je m’inquiétais, tu semblais…triste? »

Il pointa mes joues pour me signaler que mon mascara avait coulé, je m'en étais pas rendu compte bien entendu. Je les essuyais tant bien que mal du revers de ma main enlevant le plus gros mais laissant des ombres sur mes joues. Décidément c'était pas mon jour aujourd'hui.

« Je ne voulais pas t’espionner! »

Il éclaira rapidement l'endroit où il était tombé peu de temps avant pour me faire voir un sac et un livre tomber sûrement avec lui.

« J’étais dans l’arbre. J’y lisais pour ne pas être repéré par les gardiens. Je…euhm…je ne veux pas te faire fuir. Je comprendrais que tu ne veuilles pas me voir, mais…Enfin, je me voyais mal faire comme si de rien était et ne pas t’adresser la paroles. Tu semblais avoir besoin…D’une oreille attentive peut-être? Alors, tu veux bien m'excuser pour ma maladresse Erin, c'est bien ça?»

Je finis enfin par me calmer, ému par les mots qu'il venait de dire. J'avais besoin d'une oreille attentive ? C'est bien ce que me répéter Nyx depuis qu'elle me connaissait, me rabâchant que je ne pouvais pas cacher mes émotions comme je le faisais et qu'un jour je finirais par me détruire toute seule. Peut être que je devrais me confier à lui au pire il ne me connaît pas et puis il a l'air gentil.
J'attrapai les souliers qu'il me tendait avant me laissait tomber à côté de lui et de les enfiler. Je n'avais pas eu froid avant de me chaussée, maintenant mes pieds me faisaient mal tellement ils étaient froids. Ils se réchauffaient peu à peu doucement me laissant le temps de trouver mes mots. Je serai mes bras autour de mes genoux et posai ma tête sur ces derniers avant de commencer mon monologue.

« Tu es la première personne à me voir pleurer depuis presque quatre ans, depuis la mort de ma mère en faite. Je n'ai plus voulu pleurer devant personne après ça me cachant derrière un sourire factice. Je préférais confiée mes peines à la nuit noire et silencieuse et aux vastes champs verts entourant ma maison. »

Les larmes roulaient à nouveaux sur mes joues, sans retenues, elles courraient se perdre dans mon épaisse chevelure.

« Depuis que je suis arrivée ici tout a changé et surtout depuis que j'ai intégré la seconde M. Je parle de temps en temps avec mon père et il a l'air d'aller mieux comme si c'était ma sœur et moi qui l’empêchions de vivre. Et je m'en veux, c'est pas ma faute mais je m'en veux quand même. »

Ma voix se brisa et les épaules secouées par les sanglots je ne continuai pas. Je me sentais apaisée, calme et vidée mais étrangement pas vide, comme si mes larmes et mes paroles avaient nettoyé mon cœur d'un poids trop lourds à porter, comme si quelque chose s'envolait. Nyx avait raison j'aurais dû me confier à quelqu'un depuis bien longtemps. Elle était sûrement trop heureuse d'avoir raison pour me le faire remarquer.
Une fois ma voix revenue et mes pleures calmés je repris la parole un ton légèrement moqueur et un sourire triste aux lèvres.

« Alors, est-ce que le belle inconnu qui a écouté, la petite idiote que je suis, déblatérer sur sa vie et sur ces sentiments avec quelqu'un qu'elle ne connaît pas à un nom? »
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 261
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Lun 3 Oct - 2:50
Erin avait tenté d’essuyer le maquillage avec peu de succès, l’étendant plutôt. Je retins un mince sourire à cette vu. La pauvre …son geste avait été peu efficace, mais elle était avec moi. Il était donc évident que je ne laisserais pas cette situation comme cela. Enfin, comme je venais d’épousseter ses chaussures, j’avais sorti pour moi-même une petite lingette humide de mon sac pour laver mes mains de la poussière. Cela me donna l’idée de lui en fournir une pour elle également. Ce n’était pas un démaquillant, mais ce serait mieux que rien. Je farfouillai de nouveau dans mon sac alors qu’elle s’était assise près de moi pour mettre ses souliers tranquillement. J’avais l’impression que mes paroles avaient suffit à la calmer un peu, elle semblait moins pressé de partir, même qu’elle s’était recroqueviller, bras autour des jambes et tête posé sur les genoux. Une position qui lui était sans doute rassurante puisqu’elle osa m’expliquer la cause de son état et ses malheurs. Comme promis, j’allais porter attention à ces paroles. J’étais plutôt satisfait de moi d’avoir su lui apporter un brin de réconfort. Elle devait en avoir besoin après tout. J’était surpris de la facilité avec laquelle elle venait de déballer des faits important de son existence à un parfait inconnu. Nah pas que je ne sois pas digne de confiance, mais il me semblait qu’il lui en avait pris peu pour tout révéler. Elle devait avoir accumulé depuis vraiment longtemps. Plus précisément depuis quatre ans selon ses paroles. J’arrêtai mes gestes, lingette en main, mais entièrement concentré sur elle. Je vins m’assoir face à elle pour être plu confortable. Je la discernait à peine dans le noir. Seul le reflet de la lune éclairait son doux visage, ses larmes luisantes à la lumière de celle-ci.

« Tu es la première personne à me voir pleurer depuis presque quatre ans, depuis la mort de ma mère en faite. Je n'ai plus voulu pleurer devant personne après ça me cachant derrière un sourire factice. Je préférais confiée mes peines à la nuit noire et silencieuse et aux vastes champs verts entourant ma maison. »


Un immense poids, sans doute fait entièrement de larme, semblait s’écouler de ses grands yeux et je me retins de ne pas aller la serrer dans mes bras. Je ne pouvais que comprendre ce chagrin que causait la perte de sa mère. Moi-même je dû résisté à ne pas la suivre dans sa peine en me remémorant la mienne. Malgré cette résistance, la compassion et l’empathie était grandement apparente dans mon regard soudainement légèrement reluisant. Je ravalai ma salive alors qu’elle poursuivait sur son arrivée et indirectement sa possession, comme elle m’affirmait être en M. Elle avait été chanceuse d’être tomber sur moi et non pas un étudiant normal. Elle affirma enfin que son père semblait heureux de les voir partir, elle et sa soeur. C’était d’une grande tristesse toute cette histoire, mais j’étais frapper par les similitudes entre nos deux parcours. J’en restai sans voix un moment, ne laissant que ses sanglots et quelques grillons pour seul son dans les environs. Après un moment, elle en profita pour se ressaisir, se calmer, comme soulagé et même un léger sourire éclairant son visage. Celui-ci était triste toutefois et je me rappeler le début de son histoire où elle affirmait sourire faussement. Celui-là n’était pas faux…pas joyeux, mais pas faux. Il me fallait changer cela. C’était mon nouvel objectif.

« Alors, est-ce que le bel inconnu qui a écouté, la petite idiote que je suis, déblatérer sur sa vie et sur ces sentiments avec quelqu'un qu'elle ne connaît pas à un nom? »

« Hein quoi?! », Lancions Hypnos et moi d’un coeur commun.

Évidemment, j’avais cru mal entendre le début de sa phrase, mais mes joues s’étaient embrasé par la gêne. Je venais de recevoir un compliment sur mon physique, moi? J’étais…un bel inconnu? Moi le petit maigrichon un peu coincé? Hypnos restait lui-même surpris mais beaucoup trop enjoué pour que j’en sois satisfait. Comme si, j’avais pu apercevoir quelqu’un d’autre dernièrement à qui ce message était adressé, je m’étais retourné une fraction de seconde avant de revenir à elle en bégayant.

« Eh..m..mon…nom…euh….Law..Lawrence….Doogood. », ajoutais-je en réalisant qu’elle s’était elle même nommé par son nom de famille.

« Non, mais fait quelque chose pour cette nervosité! Tu as l’air déficient. », me lança t-il mécontent que je gâche des chances potentiel avec une fille possiblement intéressé par ma personne.

Il n’allait définitivement pas lâcher le morceau, jamais. Toutes les occasions étaient bonne pour me rappeler que j’étais inapte dans le domaine. Pour ma part, je considérais qu’il s’agissait que d’une façon cocasse de parler. De toute personne, il n’y avait qu’à me regarder pour le savoir. Une chose était certaine et je me promis de rétablir ma concentration sur cette base: la jeune fille n’était pas idiote.

« Erm…Tu…Tu n’es pas idiote. Juste… Tu en as beaucoup sur les épaules, je crois. Bon après, tu es quand même tombé sur la bonne personne pour te comprendre alors…peut-être que tu as simplement suivit ton instinct. C’est bien je pense. L’instinct est là pour t’aider à survivre. Peut-être que c’était une question de survit dans ton cas… Et je préfère voir un vrai sourire franc, même s’il est un peu tristounet, qu’un sourire factice comme tu dis. Alors s’il te fallait pleurer pour le récupérer. Je suis heureux d’avoir pu provoquer quelques larmes de plus en t’écoutant. Ton faux sourire, celui que tu avais à ma mon arrivé, est déjà bien jolie, j’imagine à peine un vrai. Il serait dommage qu’il ne revienne pas. »

Je marquai une pause, la laissant intégrer mes paroles avant de reprendre.

« Devenir étudiant M n’est pas facile, j’en sais quelque chose. D’ailleurs…tu devrais faire attention à qui tu en parles….Enfin, en ce moment ce n’est pas grave, mais on ne sait jamais sur qui on tombe. Malgré tout, tu pourras par contre te rendre compte que tout n’est pas noir ici, même après une possession. J’ai…eu…bah tant qu’à être dans les confidences…J’ai perdu ma mère il y a trois ans. Je me suis rendu compte par la suite que ma mère avait dû mettre beaucoup d’énergie à me protéger d’un possible trauma émotif face à mon père qui, au bout du compte, ne m’aime pas beaucoup. Je me doutais bien de ne pas être son favori, mais c’est bien pire depuis le décès de ma mère et j’ignore pourquoi. Je crois qu’il se forçait en sa présence. Ce qu’il n’a plus besoin de faire maintenant. C’est l’une des raisons qui m’a poussé à accepter l’offre de du pensionnat de venir ici. Je souhaitais être loin de ma famille. Évidemment, je ne m’attendais pas passer dans la 3.4.»

Je soupirai en souvenir de ce jour fatidique.

« Je croyais que j’allais mourir, que ce qui m’arrivait était inacceptable. Je ne suis toujours pas d’accord avec les méthodes du pensionnat et ne connais pas leur objectifs avec tout ça, mais en fin de compte…Je me suis rendu compte qu’il y avait de grand avantages à cette situation. Parfois, et j’espère que c’est ton cas, ta divinité peut te venir en aide. Ils ont des milliers d’années d’expériences! Je suppose que ça compte un peu comme conseil. Je ne m’entendais pas du tout avec la mienne, mais maintenant c’est différent. On a appris à vivre avec l’un et l’autre et, d’un sens…Il est plus proche de moi que ma famille ne l’est…c’est un peu ma nouvelle famille…en quelque sorte… »

Au fur et à mesure que je parlais, je réalisais l’importance de ces paroles autant pour moi que pour Hypnos. Moi qui avait toujours voulu paraître détaché, c’était un échec!

« Tout à fait!…Mais je te l’accorde. Tu remplace ma famille et mon panthéon. D’un sens. »

Enfin, par chance Hypnos aussi venait de lâcher sa couverture lui aussi. Cette rencontre avec la dénommer Erin semblait nous être également profitable finalement. Je me rappelai soudainement que moi et Erin n’étions pas les seuls à avoir perdu notre mère et notre famille ou clan si nous pouvions dire. Nos divinités aussi étaient séparés l’une de l’autres et possiblement à jamais aussi.

« Bref, tout ça pour dire que, j’ignore si ce que tu dis est la profonde pensée de ton père ou non, si oui, c’est bien horrible, mais il est inutile de s’attarder sur cela. Tu as bien plus à te préoccuper ici et tu n’as plus besoin de « confiée tes peines à la nuit noire et silencieuse ». Tu as ta divinité et tu me semble charmante. Je suis certain que tu y trouveras des copains prêts à t’écouter. Tu sais? Si tu as besoin de parler de tout ça. Te gêne pas pour le faire avec moi. Je comprends le besoin plus que quiconque. J’ai dû faire de même dernièrement, alors peut-être que je dois te rendre la pareille qui sait? Donner au suivant quoi! Ça me ferait plaisir de t’aider porter ton fardeau, sinon à t’en débarrasser.»

« Encore en train de prendre le monde sur tes épaules… Cesse. Tu vas t'épuiser! Nous sommes suffisamment crevé comme cela.»

J’ignorai le commentaire exaspéré d’Hypnos et décidai de continuer sur un sujet plus joyeux.

« Je suis désolé, je parle beaucoup. C’est un problème chez moi quand je commence à être…à l’aise… tu m’excuseras… »

Je passai de nouveau ma main dans mes cheveux, puis tentant de trouver sur quoi poursuivre dit la première question qui me venait en tête. Voilà! L’interrogatoire pouvait commencer.

« Tu….tu est donc ici depuis peu si j’ai bien compris? Tout ce pa…passe bien?….Je veux dire…ton intégration et tout ça? Ta divinités ne te mène pas trop la vie dure? Tu te sent bien en général? Autre que ce malaise, je veux dire! Question…idiote…désolé…Autre question: tu es en quel année? Oké…finalement je ne suis pas tant à l’aise je crois.» , ajoutais-je en ricanant bêtement devant le défilement de mes questions et mes tentatives échoués de changer de sujet. J’avais tant de questions. Comment était décédé sa mères? Mais c’était impoli comme je la connaissais si peu. Qui était sa divinité? Sujet tabou à Immortalia et je devrais lui révélé la mienne…Hypnos savait comme je détestais les nouvelles rencontres pour cette raison…Par où commencer? J’étais si maladroit.

"Commence par la laisser répondre..."

"Aye...bonne idée..."

Je baissai la tête, détournant le regard légèrement, de crainte de percevoir un malaise dans le sien. Mes yeux se posèrent alors sur la lingette humide que je tenais toujours en mains. Brusquement, je la levai droit devant moi.

"Oh tiens! J'ai ça! Si tu veux te nettoyer la figure. Ce n'est pas un démaquillant, mais c'est toujours ça de gagné!"


Par réflexe, je tendis la main devant pour aller frotter les deux coulisses de mascara décorant son visage.

"Lawrence, je crois qu'elle peut le faire seul. Ce n'est pas un meuble que tu peux nettoyer comme bon te semble."

Au bon moment, je réalisai mon geste et relâchai la lingette en la tenant de deux doigts. Attendant qu'elle le prenne. De mon autre main, j'attrapai des mouchoirs pour les lui tendre.

"Aussi, si tu as besoin...."

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1769
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Mer 5 Oct - 21:08
« Alors, comme ça il s’appelle Lawrence … J'aime bien, c'est joli. »

J’ignorai le commentaire de Nyx et essayai d'observer le jeune homme bien que lumière soit trop faible pour le voir correctement. Cependant à l'entendre bégayer comme ça il devait sans aucun doute être aussi rouge que ses cheveux.
Tandis qu'il me réconfortait, un rayon argenté perça à travers le feuillage des arbres pour me permettre d'analyser son regard et ses expressions. Contrairement aux gens normaux qui me prenaient tout de suite en pitié, il donnait l'impression de me comprendre et pour cause, lui aussi avait perdu sa mère. On s'était bien trouvé tous les deux.

« En effet, vous formeriez un joli couple. »

« Mais ça suffit ! Tu arrêtes de vouloir me pousser dans ses bras. Je viens à peine de le rencontrer. Et puis pourquoi tu fais ça ? Ça t'avance à quoi ? »

« Tu mérites juste d'avoir quelqu'un de bien avec toi qui te fassent oublier un peu tes tourments. Et je trouve tout les deux vous vous compléterez parfaitement. »

Je rougissais de plus en plus au furent et à mesure de ces paroles et des images qu'elles m'évoquaient.

« Bref arrête de parler de ça, tu me fais m'imaginer des choses... »

« Oh mais je vois ça »

Son rire éclata dans ma tête, apparemment, mes histoires amoureuses la passionnée bien plus que le reste de ma vie.
Je reportai mon attention sur Lawrence qui continua à me fixer en me parlant. Puis une fois qu'il eut fini, il commença à me poser un tas de questions à une tel vitesse que j'arrivais à peine à le suivre.

« Tu….tu est donc ici depuis peu si j’ai bien compris? Tout ce pa…passe bien?….Je veux dire…ton intégration et tout ça? Ta divinités ne te mène pas trop la vie dure? Tu te sent bien en général? Autre que ce malaise, je veux dire! Question…idiote…désolé…Autre question: tu es en quel année? Oké…finalement je ne suis pas tant à l’aise je crois.»

Je pouffai de rire quand il m'avoua qu'il n'était pas très sûr de lui puis pour combler le silence il me proposa une lingette et un mouchoir.
Je basculai sur mes genoux  et me pencha en avant pour les prendre et surtout pour déposer un délicat baisé sur ça joue.

« Merci pour tout »

Je lui souris tendrement en reculant, les pommettes toujours rouges.

« Toi pas un mot »

« Mais je n'ai rien dit »

Tandis que je finissais d'essuyer mes larmes et mon maquillage, j'entrepris de répondre à ses questions.

« Alors, je suis rentrée en seconde cette année. Je me plais bien ici, malgré les quelque heure de colle que je me suis prise… On m'a chopée dehors après le couvre-feu. »

Je rigolai de mes propres connerie avant de reprendre mon petit monologue.

« Sinon ma déesse est assez gentille malgré son obsession d'aller voir les étoiles quelque soit l'heure. Enfin je peux bien lui accorder ça et de toute façon je ne dors pas beaucoup.  C'est la déesse de la nuit, donc quand je disais que je me confiais à la nuit ce n'était pas juste une métaphore. »

Je rigolai à nouveau et termina de retirer les résidu de ma crise de nerf. Je relevai la tête et réfléchis à toutes les questions qu'il m'avait posé un peu plus tôt.

« Bon je crois que j'ai répondu à toutes tes questions... »

Puis avec mon plus beau sourire je m’empressai d'ajouter.

« J'espère que tu préfères ce sourire ? »
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 261
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Jeu 6 Oct - 5:48
À mon grand soulagement, mes bêtises semblèrent plus la divertir que la rendre inconfortable. Elle s’était mise à rire avant d’accepter mon offre pour se nettoyer un peu le visage. Fffffeeww….Moi qui croyait avoir un peu trop gaffé! Soulagé j’avais relâché mes épaules et temporairement détourner le regard vers l’horizon, attendant qu’elle réponde et ou utilise le tout. J’allais me retourner vers elle, lorsque, pour toute réponse, je fut surpris par le contacte de ses fines lèvres sur ma joue. Fidèle à moi-même, je figeai, devint rouge tomate et sentit mon coeur faire un bond tout aussi inattendu que son baisé. J’aurais jurée avoir cessé de respirer un moment. J’entrouvris les lèvres pour tenter de placer mot, rien. Je restai sans voix alors qu’elle me remerciais.

« Eh bien eh bien, il était temps qu'une demoiselle voit ton potentiel!»


« Elle….ma joue… »


« …Non…tu n’es pas sérieux…Je vais trouver un moyen de t’étouffer dans ton sommeil si tu oses! …NON! Ne touche pas à ta joue! Laisse passer! »


J’avais soulevé légèrement ma main vers mon visage, m’efforçant de le maintenir descendu pour ne pas paraître insultant. J’avais cette envie folle de désinfecté la zone affecté. M’efforçant de lutter contre mon TOC, je tentai de me concentrer sur les paroles d’Erin, combattant également les tiques nerveux qui commençaient à s’afficher sur mon visage. En effet, l’aile de mon nez et le recoin de ma bouche avait commencé à être parsemé de petits spasmes que je tentais également de dissimuler à la jeune femme alors qu’elle nettoyais son visage…la chanceuse…me donnant envie de faire de même.

« Alors, je suis rentrée en seconde cette année. Je me plais bien ici, malgré les quelque heure de colle que je me suis prise… On m'a chopée dehors après le couvre-feu. », m’expliqua t-elle.

Elle ricana, puis poursuivit. Parfait, mon cerveau était bien trop déranger pour lui répondre immédiatement…mais, j’écoutais. Du moins je le tentais de toute mes forces.

« Seconde…heure de colle…couvre-feu…étoiles…déesse… »

« Sinon ma déesse est assez gentille malgré son obsession d'aller voir les étoiles quelque soit l'heure. Enfin je peux bien lui accorder ça et de toute façon je ne dors pas beaucoup.  C'est la déesse de la nuit, donc quand je disais que je me confiais à la nuit ce n'était pas juste une métaphore. »

Elle rigola de nouveau en terminant d’essuyer ses larmes de mascara et affirmant qu’elle avait fait le tour de mes questions. Puis souriante, elle ajouta sa propre question, laquelle, il me fallu un petit délais pour réalisé qu’elle m’étais adressé.

« LAWRENCE! Bouge-toi! Tu l’as entendu?», m’interpela Hypnos beaucoup plus durement qu’à son habitude. Je pouvais sentir l’urgence dans sa voix.

« J'espère que tu préfères ce sourire ? »

Je plongeai mon regard dans le sien, le descendit lentement jusqu’à ses lèvres. Les mêmes lèvres chaudes et douces qui avaient caressées ma joue et m’avaient autant perturbé, partager entre une sensation d’allégresse et de nervosité.

« Entendu…oui… »


« Je…erm…oui…c’est beaucoup mieux. »


« …C’EST TOUT?!  « C’est beaucoup mieux »…c’est tout ce que tu trouve à dire?», me demanda t-il comme si j’étais soudainement débilitant.

« ELLE A DIT DÉESSE DE LA NUIT! Si tu ne creuse pas plus la question, croient moi que tu ne dormiras pas du tout prochainement! Alors ressaisie toi! »


Je secouai ma tête pour répondre à sa demande, comprenant soudainement l’importance de ce détail. Sa mère…sur les cinq panthéons possibles je connaissais deux possibilités: Nephtys et Nyx. La seconde étant la mère et la…euh…amante?…d’Hypnos…il était évident qu’il devenait important pour lui de savoir. J’avais toutefois peur des répercussions. C’était la première fois que je rencontrerais une autre divinité aussi proche de la mienne…un peu TROP proche.

« TU NE PEUX PAS ME REFUSER CELA! Si c’étais TA mère?! Tu ferais quoi?! Tu voudrais que je t’empêche de la revoir?"

Il avait raison. J’allais devoir prendre le risque de m’informer. Cela impliquait donc que je révèle également son identité s’il s’agissait réellement de Nyx. Je n’étais pas presser que cela arrive et je ne voulais pas paraître soudainement un peu trop agressif dans mes questions. Je décidai donc d’y aller graduellement, le temps de trouver comment aborder la chose. Je m’éclaircis la voix, reprenant le contrôle sur mes émotions, comme si j’étais en mission, mais allai pigé inconsciemment dans mon sac pour en sortir une autre lingette que je passai sur ma joue, oubliant ma résolution de ne pas y touché. Ce fut comme un soulagement instantané. J’inspirai, puis expirai profondément.

« Tu as VRAIMENT un très gros problème! J’espère que tu le sais! »
, ajouta Hypnos, déçu par mon attitude clairement contreproductive en terme de relations homme/femme.

« J’y peux rien j’te dis! C’est plus fort que moi! », répondis-je sur un ton plaintif.

« Ouais et bien, il faudra régler ça si tu ne veux pas finir seul hein! Maintenant que c’est certainement fichu, tu as le champs libre par contre…Demande!»


« J’ai l’impression que c’est plus important pour toi que pour moi! Tu sais que je viens à peine de la rencontrer pas vrai?!…Foutu divinité… »

« Répète sur le même ton pour voir? »

« Un baisé sur la joue ne veux rien dire, tu vois des signes partout! Elle est reconnaissante c'est tout. Et plus tactile et expressive que moi probablement. Rien de mal intentionné ou de déplacé. Il y a des gens comme ça! Bref, tu rêves! C’est pas nouveau d’ailleurs! Alors arrête un moment et je vais demander pour ta mère! »

« Quoi? Moi je rêve? Toi tu rêves tout le temps et abusivement, mais pas sur ça hein! Alors que tu devrais! 17 ans! Tu es vraiment bizarre! »


« Du calme. LAISSE-MOI RÉFLÉCHIR! » Hurlais-je, rangeant contre Hypnos qui m’irritait de plus en plus et me transmettait apparemment sa propre anxiété.

C’était la première fois que j’avais la sensation que la nervosité provenait majoritairement de lui. Ce que je pouvais comprendre, mais ne m’aidait en rien vu ma propre condition.

J’osai enfin relever mon regard, honteux d’avoir haussé le ton en la présence d’Erin, moi qui était d’ordinaire si doux.

« Je…euh…suis désolé…Je ne voulais pas paraître rude...Ma divinité me…enfin…je crois que tu comprends... », affirmais-je en me rappelant sa propre perte de contrôle un peu plus tôt.

« Avant qu’il ne m’interrompe, j’allais te dire… »

« C’est ça, met tout sur ma faute! C’est facile lorsque je ne peux me défendre! »

« J’allais te dire que j’allais devoir te donner quelques trucs pour ne pas être choper la nuit. Je commence à m’y habitué moi-même. J’étais un lève-tôt avant ma possession. Ça a changé disons. J’étais ennuyé de rester dans ma chambre toutes les nuits sans dormir, alors j’ai commencé à sortir et j’ai quelques trucs pour éviter les gardiens, des lieux intéressants où aller aussi d’ailleurs. Jamais été coincé encore! », lui révélais-je tout fier de montré mon petit côté rebelle qui en aurait fait rire plus d’un…mais c’était un bon début nah? 

« Évidemment, je suis prêt à partager mes petits secrets avec toi! Entre divinités nocturnes ont se comprends, mais il ne faudrait pas qu’il y ait trop de gens la nuit. Cela gâcherais notre couverture. Pas d’accord? » , lui demandais-je, accompagnant ma question d’un clin d’oeil espiègle, mais entendu.

J’avais en effet espoir de pouvoir conserver mon privilège de promenade et espérait que le partage de mes informations ne me nuiraient pas.

« La nuit hein? J’ai vraiment cru que c’était une métaphore, mais soudainement ça fait du sens. Un peu comme de dire que je n’arrive pas à trouver le sommeil. C’est plutôt marrant en fait quand on y pense…Au fait? Tu es chez les grecs toi aussi? », me risquais-je enfin, hésitant, après cette petite réflexion pour moi-même et indice pour elle.

Il s’agissait évidemment de LA question qui allait déterminer la suite de la discussion.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1769
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Mar 11 Oct - 23:39
Il avait l'ait nerveux, je n'avais pas pu le faire paniquer autant avec d'un simple bisous et d'une question sur moi.

« Je…erm…oui…c’est beaucoup mieux. »

Ces mots m'avaient un peu déçut, mais il n'aurait pas pu dire autre chose. Après tout on venait de se rencontrer, se serait déplacé qu'il en dise beaucoup plus. A quoi je m’attendais, franchement...

« Ne t’inquiète pas. Il ne sait juste pas quoi te dire. »

Nyx avait pris un ton maternelle, voyant que ces paroles m'avaient légèrement vexés. J'attendais qu'il parle, change de sujet ou autre chose mais il se contenta de sortir une lingette et de se nettoyer la joue. Alors ça, c'était la petite étincelle qui m'énerva. J'avais quelque chose sur le visage. J'étais trop pathétique. Il ne pouvait pas s’approchait de moi. Mes couleurs disparurent et mes yeux s’assombrirent mais mon sourire, bien qu'un peu crispé, demeura accroché sur mon visage. Il avait l'air un peu absent, il devait discuter avec son dieux.

« Du calme. LAISSE-MOI RÉFLÉCHIR! »

Je sursautai, surprise par sa soudaine saute d'humeur. Ok, il parle à son dieux.
Il s'excusa et entrepris de me proposer de l'aide pour que j’arrête sans cesse de me faire prendre dehors après le couvre-feu  avant de me faire promettre de ne pas parler de ses astuces. J'étais toujours vexée mais je ne voulais pas le montrai, il m'avait déjà vu pleurer alors il ne me verrait pas en colère. Puis quand il en eu fini avec ça il changea de sujet pour me poser une question qui sortait un peu de nulle part comme si on l’obligeait à demander ça.

« La nuit hein? J’ai vraiment cru que c’était une métaphore, mais soudainement ça fait du sens. Un peu comme de dire que je n’arrive pas à trouver le sommeil. C’est plutôt marrant en fait quand on y pense…Au fait? Tu es chez les grecs toi aussi? »

Je m’apprêtais à répondre positivement quand Nyx m'interrompe anxieuse et pressante.

« Il a bien dit que son dieu était celui du sommeille ? »

« Euh … oui plus ou moins »


Une vague de joie mêlée de tristesse et de ressentiment, me submergea pour prendre la place de mes propres émotions. Ma vexation se dissipa peu à peu pour laisser place aux sentiments de Nyx. Des larmes roulèrent doucement sur mes joues, j'essayai de les essuyer avec le mouchoir que j'avais gardé dans ma main, mais elles ne voulaient pas se tarir.

« Hey ? Qu'est-ce que t'as ? »

«  Hypnos … Je les retrouvé … Peux-tu lui remettre un message de ma part ? »


Me rappelant vaguement de l'arbre généalogique bordélique des dieux grecques, je compris que ça devait être son fils, par élimination étant la première déesse de la nuit, elle était la mère de presque toutes les divinités nocturnes, tel que le dieu du sommeil. Comprenant l’importance de ce message et surtout emportée par des émotions qui n'étaient pas les miennes, j’acceptai et attendis qu'elle formule ses pensées en comblant le blanc qui s'était instaurée entre Lawrence et moi, oubliant ma colère.

« Cette fois je pleure mais c'est pas moi. Jurée. »

Je lui souris à travers mes larmes et rigola entre deux sanglots.

« Ma déesse s'appelle Nyx et elle voudrait que je passe un message à Hypnos … enfin si c'est bien lui ? »

Je n’eus même pas le temps d'ajouter quoi que ce soit que Nyx me coupa la parole assez pressée.

«  Bien sûr que c'est lui ! Tien transmet lui ce que je vais te dire. »


J'écoutai attentivement ce qu'elle me dit avant de me tourner vers le jeune homme et commença à lui parler sans vraiment m'adresser à lui.

« Elle est vraiment heureuse de te revoir et de constater que tu es avec quelqu'un de bien. Elle … elle pensait ne jamais te revoir et elle voudrait te prendre dans ses bras mais personnellement je ne pense pas que Lawrence accepte. »

Je tentai de lui sourire mais la peine de Nyx, se rendant compte qu'elle ne pouvait plus l'approcher, devenais plus forte que tout et mes sanglots dévirent plus violent.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 261
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Ven 14 Oct - 3:00
Pour toute réponses des larmes perlèrent à nouveau sur les joue d’Erin…oh non…non non non! J’avais fait une bêtise encore! Je me crispai, encore plus nerveux, le regard inquiet.

« Non non non, euh Erin? Euh, c’est un sujet délicat? J’ai dit quelque chose de mal? », lui demandais-je en prenant mon courage à deux mains, lui demandant carrément ce qui se passait.

« Je ne voulais pas te vexer, en aucun cas, juste…c’est à cause de la possession? Tu es inquiètes, c’est ça? Je ne voulais pas te ramener tout ça en tête! Je pensais que tu voudrais peut-être en discuter! »

« Regarde ce que tu m’as fait faire! »

« Hey! C’est possiblement de ma mère qu’on parlait, ça valait le coup! Et qui te dit que ce ne sont pas tes manières qui la fond fondre en larmes, imbécile!»


« Quoi?! Tu as intérêt à rester poli si tu veux que je continue de livrer tes messages! »

« Je peux les données moi-même! »


« Tu viens de me menacer de possession totale? »


« Euh…non…désolé…vraiment désolé…Je suis simplement…nerveux. Tu sais ce qu’elle représente pour moi!»

Un petit vent glacial s’installa entre moi et ma divinité, le sujet étant très délicat entre nous dû à nos mauvaises expériences passés.

« ….Ouais…oké… »

« Trêve? », proposa un Hypnos hésitant.

« Trêve temporaire…pour Erin. »

J'avais bien l'intention que l'on ait un petite discussion plus tard, mais pour l'instant, je m'inquiétais de l'état de la jeune femme qui essuyait ses larmes répétitivement sans arriver à les faire arrêter. Toutefois je remarquai que l’expression de son visage ne semblait pas aller avec ces larmes. Elle semblait être dans l’incompréhension la plus totale et ainsi…moi aussi. Moi et les filles hein….un vrai mystère! Je me décidai à la fournir en mouchoirs supplémentaires…C’était maladroit? Peut-être, mais clairement utiles dans la situation elle devrait l’admettre.

« Cette fois je pleure mais c'est pas moi. Jurée. », se justifia-t-elle, étirant un sourire au travers de ses sanglots, ce qui me valut une expression de totale incompréhension sur mon visage.
Je soupirai, soulagé de ne pas être la cause de son malaise.

« Ma déesse s'appelle Nyx et elle voudrait que je passe un message à Hypnos … enfin si c'est bien lui ? »

Je senti mon cœur faire un bon. Étais-ce le mien ou l’impression qu’Hypnos me donnait? Étais-ce ce qu’Erin ressentait? Elle pleurait parce que sa déesse le faisait? C’était réellement touchant comme situation. La possibilité de revoir ma mère aurait été l’un de mes rêves les plus fou, et Erin et moi pouvions donnez cela à nos divinités respectives. Malgré tout, je craignais ce que cela impliquait vu la mythologie…et j’avais raison de le redouter! Toute comme moi, Hypnos avait de la difficulté à réprimé ses émotions les plus puissantes et je comprenais que ma volonté passerait au second rang tout d’un coup, mais pouvais-je le lui reprocher? Je senti mon corps se tendre, Hypnos étant dans l’attente de la suite de l’explication tout comme moi.

« Elle est vraiment heureuse de te revoir et de constater que tu es avec quelqu'un de bien. Elle … elle pensait ne jamais te revoir et elle voudrait te prendre dans ses bras, mais personnellement je ne pense pas que Lawrence accepte. »


« Hmmm? », émis Hypnos plaintivement, comme une demande silencieuse de permission.

Il attendait du moins. Il me donnait le choix, mais je savais qu’un refus ne serait pas une option et si je le refusais je serais un monstre évidemment et notre relation irait de mal en pis. De plus,  j’étais faible devant les larmes des gens, empathique comme j’étais. L’envie de lui faire un câlin était forte, mais je sentais que j’étais manipulé par deux divinités ici et je n’appréciais pas trop. Malgré tout, je me résolu à piler sur mon orgueil pour faire ce qui était le mieux pour tous, et soyons franc Erin était loin d’être une fille repoussante. Je me sentais mal aussi de voir percer dans sa voix une pointe d’accusation, sans doute dû à mon nettoyage de joue. Je baissai la tête, honteux l’espace d’un moment. Au moment où Erin se mis à sangloter plus fort, je n’hésitai plus. Je m’approchai et enserrai fortement la jeune fille dans mes bras, allant déposer sa tête sur mon épaule. D’un sens, une part de moi voulais lui prouver que je n’étais pas totalement sans cœur. Le câlin était ferme et finalement…un peu plus long que prévu. En fait, je réalisai que étais…étrangement confortable…et à l’aise… appuyé ainsi contre sa chevelure épaisse. Un mélange de son odeur et de l’herbe humide contre laquelle elle s’était couché un peu plus tôt envahissaient mes narines dû à la proximité et me calmait étrangement. La chaleur qu’elle dégageait dans la fraicheur de la nuit était également apprécié et rassurante. Je me dis qu’ainsi, elle n’aurait pas froid non plus. De plus, je sentais Hypnos plus calme également, il était bien et un sentiment de béatitude et de sécurité nous pris. C’était un moment paisible comme il s’en faisait peu dans ma vie depuis au moins 3 ans. J’écoutais ainsi le bruissement des feuilles des arbres et observait les étoiles pendant un certain temps. Après un moment en silence toujours scotché à elle, j’osai enfin parler, me justifié à mon tour.

«  …mais personnellement je ne pense pas que Lawrence accepte. », la citais-je.

« Pourquoi pas? », lui demandais-je en la gardant contre moi, n’osant pas croiser son regard qui serait certainement accusateur parce que j'avais fait des trucs débiles...

Je me doutais bien du pourquoi elle le pensait, mais je voulais l’entendre de ses lèvres à elle. Peut-être que je me faisais des idées, peut-être que ce n’était pas ma faute non plus?

« J’ai l’air si froid pour empêcher une mère de retrouver son fils? », demandais-je déçu qu’elle semble avoir mauvaise opinion de moi.

« Pas froid…juste très coincé. », répondit Hypnos à sa place, mécontent que je brise le silence.

« Je te rappel que tu la trouvais dégoutante il y a quelques instant. À sa place aussi je serais offensé. »


« Je ne la trouvais pas dégoûtante! Ses lèvres,…les bactéries,…je ne la connais pas! Pas besoin de te faire un dessin?! »


« Oui, mais ça elle ne le sait pas! Tu es désespérant! Sur ce, quand tu auras fini tu veux bien passer le message à ma mère que je suis plus qu'heureux de l'avoir retrouvé. Elle me manquait, je ne pensais pas la revoir. Tu suis? »

"Oui, oui! Promis!"


"Oh et avant que tu ne réponde Hypnos fait dire à sa mère qu'il avait peur de ne jamais la revoir et qu'il est heureux de l'avoir retrouver qu'elle ait trouvé une possédée aussi bien."


"Je n'ai pas dit ça, mais je suis d'accord, moi aussi je la trouve bien..."

"Oh, mais tu as dis!"


"Non, je n'ai pas dit. Tu te trahis tout seul, mais ça va c'est vrai qu'elle est mignonne et à l'air sympathique. Tu sais que tu as droit de trouver une fille intéressante hein?!"
, me coupa ma divinité.

"JE N'AI PAS DIT ÇA! Et non je ne m'intéresse pas aux filles!...Euh...c'est pas ce que je voulais dire...Je m'y intéresse, juste pas elle, là maintenant...Je la console et la rassure. Je suis là pour son bien c'est tout. J'ai pas dit qu'elle était jolie ou peut-importe ce que tu impliques! Je pensais que tu l'avais dis!"


"Non, mais tu le penses!"
, ajouta-t-il sur un ton triomphant et amusée.

Je cherchai à parler, mais quelle défense y avait-il contre quelqu'un qui logeait dans ma tête? J'étais bouche-bée...intérieurement...c'est possible?

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1769
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Ven 14 Oct - 16:51
Il m'enlaça et posa sa tête contre mon épaule. Dans un premier temps surprise, je finis par lui rendre son étreinte. Mes larmes se calmèrent peu à peu tout comme Nyx qui retrouva peu à peu sa douce joie.

«  …mais personnellement je ne pense pas que Lawrence accepte. Pourquoi pas? »

Je rigolai à l’évocation de ma pique lancée involontairement, j'espère ne pas l'avoir trop froissé.

« J’ai l’air si froid pour empêcher une mère de retrouver son fils? »

Bon il est peut-être un peu vexé mais bon œil pour œil, dent pour dent. Un sourire un peu honteux étira mes lèvres tandis que je remontai doucement ma main et commença à lui caresser les cheveux d'un geste protecteur et maternelle.

« Tu avais juste l'air un peu … distant, mais jamais je n'ai pensée que tu étais quelqu'un de froid. D'ailleurs rien que ta présence me réchauffe. »

En disant ça, je me rendis compte que la limite entre mes émotions et celle de Nyx était devenu complètement flou, dans cette situation où habituellement j'aurais rougi, là je me contentais de poser ma tête dans son cou et de me laisser bercer par son odeur de savon mélangé à celle de sève de pin volé à l’arbre du quel il était tombé. Ses mains dans mon dos provoquaient des décharges se propageant le long de ma colonne vertébrale, et ma respiration s'accéléra légèrement. Je me serrai un peu plus à lui et mon autre main, elle, descendit avant de s’arrêter dans le creux de ses reins. Je me rendus enfin compte de mes actions.
Je reculai brusquement, le visage écarlate, assortissant ainsi mon teint à mes cheveux et à mon pull.

« Je … Je… Je sais plus ce que je fais … c'est que … haaa »

Énervée de ne pas trouver mes mots et surtout de ne pas avoir sus m’arrêter avant, je m'éloignai et m'assit en-tailleur, jouant avec la bague de maman pour essayer désespérément de calmer les ardeurs de Nyx qui étaient progressivement devenu les miennes.

« Pourquoi tu ne m'as pas arrêtée ? Puis c'est ton fils non ? J'ai l'air de quoi maintenant ?»

« Allons, allons, calme-toi. Je n'allais pas t’arrêter en si bon chemin puis certes c'est mon fils mais dans ma famille c'est quelque chose de fréquent. Et tu as juste l'air d'une tomate trop cuite. »

Elle pensait vraiment que c'était le moment de faire de l'humour. Je respirai profondément pour reprendre un rythme cardiaque normal mais c'était peine perdue. Je paniquais trop pour espérer pouvoir y faire quoi que ce soit. Mais je pouvais au moins me trouver une excuse.

« Je suis désolée c'est juste que … euh … t'as des cheveux tout doux. »

Nyx explosa de rire devant ma tentative excuse minable me faisant encore plus rougir.

« Arrête de rire tout est de ta faute ! J'ai rien demandée moi ! »

« Oh mais c'est toi qui décide de tes faits et gestes, pas moi. Tu as juste suivi tes envies. Mais je te comprends après tout c'est le possédé de Hypnos ... »

Le pire c'est qu'elle n'avait pas tout à fait tors, j'avais eu envie de faire ça, mais était-ce vraiment mes propres sentiment ? Je continuai de jouer avec la bague de ma mère en détournant le regard vers les fleurs à côté de nous trop honteuse pour oser croiser son regard.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 261
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Lun 24 Oct - 9:49
Sa tête posée sur mon épaule, j’avais senti sa main remonter lentement dans ma tignasse et m’étais crispé involontairement, peu habitué aux contacts de ce genre. C’était étrangement gênant de me faire…euh…caresser les cheveux par une quasi-inconnue...qui plus est, était possédé par la mère incestueuse de ma propre divinité. Il était encore plus embarrassant d’en éprouver un certain agrément.

« Tu avais juste l'air un peu … distant, mais jamais je n'ai pensé que tu étais quelqu'un de froid. D'ailleurs rien que ta présence me réchauffe. »


« Ah…tant mieux…J’espérais que tu ne prennes pas froid. », était tout ce que je trouvai à dire pour toute réponse alors qu’elle se serrait contre moi et commençait à descendre sa main vers le bas de mon dos…mais qu’est-ce qu’elle?…Sans la repousser, j’avais, sans le remarquer, retenu ma respiration en sentant sa caresse dans mon dos. J’osai un regard vers elle, ignorant si je devais lui demander d’arrêter ce qu’elle faisait ou ne rien dire et la laisser faire. Tant de dilemmes…et apparemment je n’étais pas le seul à me demander ce qui se passait. Elle s’était mise à bégayer un semblant d’explication que je ne relevai même pas. Voulant la rassurer et maintenir mon rôle, j’osai tout de même aller frotter son bras de l’autre côté pour la réchauffer davantage. Peut-être un peu trop…c’était davantage un tic nerveux en fait, ce qu’Hypnos ne manqua pas de remarquer en me demandant si je souhaitais partir un feu de camp à partir des vêtements d’Erin. Je cessai mon mouvement immédiatement au même moment ou la jeune fille s’éloigna, s’assoyant en tailleur et jouant avec un objet quelconque que je ne percevais pas dans le noir. Où était-ce simplement un tic nerveux à elle de jouer avec ses doigts? Pour ma part une vague de crainte m’avait envahi lorsqu’à son départ j’avais senti ma main s’agripper, l’espace d’une fraction de seconde au bras d’Erin, incapable de lâcher prise.

« MON CORPS! », avais-je rapidement pensé à l’intention d’Hypnos qui n’avait tout de même pas eu besoin de mon avertissement pour comprendre, ayant déjà relâché la jolie rousse à regret. Nous n’en étions pas notre première tentative de possession totale. Je craignais toujours que ce ne soit éventuellement permanent, même s’il m’assurait que non, il n’oserait jamais. L’idée que j’ai une divinité plus sympathique que bien d’autres me fit frémir un instant. Jusqu’où pouvaient aller des actes involontaires imposés par une divinité frustrée?

« Lawrence, je ne ferais jamais une telle chose et tu le sais. »

« M’en veux pas de m’inquiéter. Mets-toi à ma place! »

« Oui, je sais. Désolé, c’était plus fort que moi. Elle me manque tu vois… »

« Oui…nous en rediscuterons aussi…S’il le faut. Pas maintenant. »


« Je suis désolée c'est juste que … euh … t'as des cheveux tout doux. »

Je n’eus pas le temps d’en discuter davantage qu’Erin tentant une nouvelle explication peu valide vu l’aspect un peu rêche de ma chevelure bien qu’elle fut soignée. Malgré le froid, je sentais quelques chaleurs dues à mon mésaise. Mésaise non pas désagréable, ce qui me paraissait fort étrange. Erin avait poursuivi son isolation et moi la mienne. Nous détournions chacun notre regard l’un de l’autre. Il nous faudrait bien parler éventuellement, mais qu’est-ce que je pouvais répondre à ça?

« Erm…eh…merci? », hésitais-je, en suivant son regard vers ce qui me semblait être des fleurs non loin de nous.

Après un moment à nous trouver un peu ridicules, je pris néanmoins mon courage à deux mains et décidai de lui expliquer mes propres pensées, me rapprochant et me postant à genoux face à elle en passant doucement ma main dans les fleurs en question sans trop la regarder.

« Euh… Je sens que j’ai tout de même besoin de spécifier un truc pour…détruire le malaise ambiant évident. », ricanais-je pour détendre l’atmosphère.

« Je euh…je ne suis pas habitué à une telle proximité avec…personne en fait. C’est peut-être pour ça que j’ai pu paraître distant. Désolé.»


Je marquai une pause, incertain de vouloir m’aventurer sur ce terrain. Mon TOC était un sujet délicat pour moi, mais je sentais ici que je devais m’expliquer. Pourquoi? J’étais habitué qu’on me prenne pour une personne particulièrement étrange lorsqu’on ignorait pourquoi je faisais tel ou tel geste compulsivement ou évitais certains gestes. Je sentais que je pourrais bien m’entendre avec Erin. Nous semblions avoir quelques intérêts communs et je ne voulais gâcher une amitié possible à cause de ma maladresse.

« Pas que ça m’ait dérangé! » M’empressais-je d’ajouter en craignant qu’elle pense que je regrettais mes gestes.

« Je veux bien…euh…leur permettre des retrouvailles…simplement…euh…C’est incompatible. Avec mes…habitudes. Si je peux dire… Ça semble débile? J’évite généralement les contacts physiques.»

Attendant une réponse de sa part, comme pour me rassurer que je ne paraissais pas si bizarre. J’arrachai délicatement une fleur, qui m'attirais plus que les autres de par sa blancheur, en tentant de voir de quel type il s’agissait dans la noirceur. Elle semblait de la même sorte que les autres, seule sa couleur la distinguait et je n’arrivais pas en voir les traits de façon précise. Sans parler que même à la lumière, identifier une fleur ne m’était pas toujours facile, moi et la botanique faisant deux. Peu importe, cette fleur était jolie. Curieux, je la sentis, puis allumai ma lampe torche un bref moment afin de l’apercevoir. Il s’agissait d'une fleur à cinq pétales qui rappelait vaguement une étoile à mon avis. Ayant terminé mon évaluation de cette dernière, j’allais la rejeter au sol, mais optai plutôt pour aller la déposer dans la chevelure bien fournie de mon interlocutrice. Ce faisant, je lui souris timidement en observant le résultat et reprenant ma position initiale. Quelques secondes silencieuses passèrent avant que je n’entende un craquement de branche un peu plus loin, me faisant sursauter et éteindre ma lampe torche. Je me retournai pour ne rien apercevoir. Je sentais mon cœur débattre. Était-ce mon imagination encore une fois? Un gardien de sécurité? D’autres étudiants ayant décidé de passer une nuit blanche à l’extérieur?

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1769
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Ven 28 Oct - 20:11
Mon tic revenais, je tournais cette  maudite bague autour de mon doigt d'un geste compulsif. Ça me calmait mes nerfs et m’apaisais quand j'étais soumise à une émotion trop forte. C'était un anneau en laiton finement décoré de nœuds celtes qui encadraient une opale de feu ovale. Cette bague était le seul objet que m'avait laissé ma mère. Elle me l'avait offerte à mon anniversaire, un mois avant son accident. C'était un héritage que nous avions dans la famille depuis bien longtemps. Je ne la quittais jamais ne supportant pas sentir mon doigt nu. J'étais plongé dans mes pensées et regardais un buisson de fleur.

« Erm…eh…merci? »

Sa prise de parole me surpris, je relevai la tête vers lui pour m'apercevoir que lui aussi admirait les fleurs.

« Euh… Je sens que j’ai tout de même besoin de spécifier un truc pour…détruire le malaise ambiant évident. Je euh…je ne suis pas habitué à une telle proximité avec…personne en fait. C’est peut-être pour ça que j’ai pu paraître distant. Désolé.»

Je cherchais mes mots en remettant mes pensées en ordre, mais il repris rapidement la parole.

« Pas que ça m’ait dérangé! Je veux bien…euh…leur permettre des retrouvailles…simplement…euh…C’est incompatible. Avec mes…habitudes. Si je peux dire… Ça semble débile? J’évite généralement les contacts physiques.»

Je ne savais pas trop quoi dire. Il m'avait enlacé pour me réconforter alors qui a horreur de ça... Voilà pourquoi je détestais dire ce que j'avais sur le cœur. Après tout le monde essayait de me faire sourire alors je leurs donnais une grimace joyeuse pour qu'il arrête et me retourner vers ma famille et essayer désespérément de faire la même chose …
Un éclat de lumière attira mon attention sur les mains de Lawrence qui tenaient une délicate belle de nuit blanche, chose assez rare en général elles sont rose. Il s'approcha de moi et la déposa dans mes épaisse boucle, puis il se rassit en me souriant timidement.
J'allais enfin dire quelque chose quand un bruit attira notre attention, je me redressai espérant apercevoir quelque chose ou quelqu'un mais la nuit étais bien trop sombre et les épais nuages qui cachaient la lune n'aidaient pas. Mais ce n'était pas ça qu'il allait m’arrêter… pas maintenant, j'ai envie de le connaître mieux.

Je me concentrai un instant, fermant les yeux, calmant ma respiration et me focalisant sur les ténèbres qui m'entouraient. Une petite onde électrique me fit sursauter et quand je rouvris les, je distinguais tout, presque comme en plein jour, même si les couleurs étaient plus sombre.
Je pus enfin observer correctement les trais du jeune homme, ses traits fins.

« Erin… »

« Oui, oui ! Tout de suite ! »


Je me mis sur les genoux pour voir aux alentours et aperçu alors une silhouette, une lampe à la main qui la pointée dans toutes les directions.

« Merde ! Un gardien » chuchotais-je plus pour moi-même que pour Lawrence.

Je cherchai des yeux une cachette pour nous cacher tous les deux. L'arbre ferait l'affaire, mais avec son poignet il ne pourrait pas y monter et j'étais trop faible pour espérer l'aider. Mon regard descendit le long du tronc pour découvrir entre les racines une petite cachette assez grande pour lui. J'hésitai à l'attraper par la main, mais je préférai saisir son poignet intact par-dessus son pull et l’entraîner jusqu’à l'abri. Mes yeux reflétaient la lumière comme ce des chouettes et des hiboux, j'espérais que je n'étais pas trop effrayante

« Cache-toi là il ne devrais pas te trouver ! Attends mon signal pour sortir. Oh et garde moi ça je ne voudrais pas la faire tomber. »

Je lui tendis la fleur qu'il avait déposée dans mes cheveux avec un infini douceur un peu plus tôt. Je m'éloignai de lui, pris un peu d'élan et sauta pour m'accrocher à la première branche. Je me mis debout sur cette dernière, puis m’accrocha à la seconde et me colla contre le tronc pour me dissimuler du regard du veilleur qui arriva à cet instant. Je le voyais marcher sous moi à moitié endormie, il ne fit même pas attention à nos affaires posés dans l'herbe. Il se contenta de passer devant nous comme un fantôme voulant rejoindre son lit. Il s'éloigna de nous doucement, lentement, j'avais presque envie de descendre pour aller lui dire d'avancer plus vite.
Une fois hors de vu, je glissai sur la première branche et m'assit, avant de me laissais glisser en arrière et de me rattraper avec me genoux pour me retrouver accrocher la tête en bas à un peu au-dessus de Lawrence.

« C'est bon il est parti, tu peux sortir. »
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 261
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Jeu 3 Nov - 22:07
Alors que je tentais de voir dans l’obscurité ce qui avait fait ce bruit sans succès, Erin, elle, sembla avoir capté bien plus rapidement ce dont il s’agissait.

« Merde ! Un gardien »
, l’entendis-je dire.

« Quoi où ça?!»

Je n’avais jamais été pris en flagrant délit dans mes sorties nocturnes en dehors des heures du couvre-feu, j’espérais qu’aujourd’hui ne serait pas la première. Je pensais surtout à Erin pour qui ce n’était apparemment pas la première fois. Je me résolu a me faire prendre à sa place s’il était nécessaire de la cacher. Après tout, mon dossier sans tache m’aiderait très certainement à m’en sortir. Toutefois, pour le moment, tout n’était pas terminé et la jolie jeune femme avait d’autres plans consistants en se cacher dans l’arbre. Elle m’avait entrainé avec elle et je l’avais suivi sans attendre. Elle m’avait alors indiqué un espace entre des racines, un trou assez grand pour m’y cacher en bonne partie. Peut-être qu’avec l’herbe et la noirceur, le gardien n’y verrait rien. Arrivé à destination elle s’était retourner vers moi, m’indiquant exactement ce qu’elle avait en tête et je fut surpris par son regard digne d’une chouette, ayant un bref mouvement de recul, mais après un moment à la contempler je m’habituai rapidement, c’était même particulièrement intéressant et me dit que c’était sans doute un peu similaire avec moi et Hypnos, simplement…différemment.

« Cache-toi là, il ne devrait pas te trouver ! Attends mon signal pour sortir. Oh et garde-moi ça je ne voudrais pas la faire tomber. »

Elle m’avait, sur ces mots, tendu la fleur que je venais à peine de lui donner et je souris. Étrangement touché par l’attention. Pourtant, cela n’avait été qu’un simple geste imprévu pour moi. J’avais simplement trouvé cela joli et l’avais fait. Elle aurait bien pu la retirer et la jeter. C’était un geste qui devait servir à m’occuper en discutant, mais elle l’avait accepté apparemment tel un cadeau et j’en étais plus qu’heureux. J’avais donc accepté de reprendre la petite fleur blanche, espérant ne pas l’écraser vu ma maladresse et accepter de me réfugier là où elle me l’avait indiqué. J’allais d’abord l’aider à monter dans l’arbre qu’elle prévoyait clairement monté, mais apparemment la jeune femme était assez agile et le temps nous était compté, les pas du gardien s’approchant dangereusement. M’accroupissant entre les racines, je cachai la fleur sous moi pour ne pas attirer l’homme en question avec la couleur de cette dernière et tentai de réfréner le son de ma respiration. Après un moment, j’entendis Erin se mouvoir dans l’arbre et m’avertir que le champ était libre.

D’un geste brusque, cherchant mon air, je me redressai brusquement inspirant profondément, mais me retournant vivement, je me retrouvai face à face avec une Erin à la tête en bas, ses yeux lumineux à quelques centimètres de mon visage. Sursautant, je fis un pas vers l’arrière m’empêtrant dans les racines qui m’avaient servi de refuge un peu plus tôt et tentant de me rattraper de ma main douloureuse. J’étouffai mon cri de surprise et de douleur, dû à mon poignet déjà souffrant, soufflant l’air entre mes dents et me retenant d’éclater de rire malgré mes yeux remplis d’eau. Je trouvais la situation particulièrement ridicule et ricanai. Je devais avoir l’air d’un parfait idiot. Je ramenai alors mon poignet contre moi un moment et jetai finalement un regard derrière moi. Je ne croyais pas avoir été entendu. Le gardien ne revenait pas.

« Désolé tu m’as surpris. Je ne m’attendais à te voir pendre au-dessus de moi de la sorte. Besoin d’aide pour descendre? Tu peux t’accrocher à mon cou si tu veux. Je vais t’attraper pour le reste. »


Je m’étais rapproché de nouveau au cas où elle aurait eu besoin d’aide ou l’apprécierais. Je lui tendis mes bras pour l’inviter à descendre si elle le souhaitait.

« Après avoir vu ta maladresse, je crois qu’elle n’osera pas accepter ton aide Lawrence….et elle ferait bien. »


« Divinité de peu de foi! J’ai été surpris les deux fois, je ne suis pas toujours aussi nul! »

« C’est discutable. M’enfin…»

J’ignorai son commentaire et retournai à Erin.

« Nous devrions commencer à penser à rentrer. Je te raccompagne? Comme ça on sera deux pour s’avertir…ou se faire prendre. Ah ah! »


J’attendais son avis, mais en fait j’espérais marcher un peu et me réchauffer tout en profitant d’une petite discussion avec ma nouvelle connaissance en espérant qu’elle ne me trouve pas trop imbécile.

« Tu me sembles bien agile. Tu as fait ça plutôt rapidement vu ta taille….Non pas que je ne crois pas les gens plus petits incapables de le faire, mais…je veux dire, enfin… Tu fais ça souvent grimpé aux arbres? »


J’espérais ne pas l’offusquer avec ma remarque sur sa taille, mais en fait j’avais été impressionné par son agilité. Je voulais simplement trouver un sujet de discussion. J’ignorais vraiment pourquoi, mis à part que je trouvais sa compagnie plus agréable que prévu. Maintenant qu’elle semblait aller mieux, j’aurais pu la laisser tranquille, mais une part de moi me disait que nous pourrions bien nous entendre et son agilité avait été le seul sujet qui m’était venu en tête. Elle me faisait un peu penser à Siyanda en fait et me ramenait un flot de souvenirs de jeunesses, de maladresses…dont mes derniers essaient plus ou moins fructueux à la gym.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1769
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Ven 4 Nov - 23:17
Il se redressa en inspirant une grande bouffée d'air puis il se retourna vers moi avant de sursauter et de tomber en étouffant un cri. Il me surprit également et je manquai de peu de tomber.
Il se releva doucement et s'approchant de moi en s'excusant.

« Désolé tu m’as surpris. Je ne m’attendais à te voir pendre au-dessus de moi de la sorte. Besoin d’aide pour descendre? Tu peux t’accrocher à mon cou si tu veux. Je vais t’attraper pour le reste. »

Il marqua une petite pause avant de reprendre la parole.

« Nous devrions commencer à penser à rentrer. Je te raccompagne? Comme ça on sera deux pour s’avertir…ou se faire prendre. Ah ah »

Il sembla attendre une réponse de ma part, mais je préférais descendre de mon perchoir avant de continuer. Je pourrai faire une jolie descente de trapèze ou un salto mais, il m'avait si gentiment proposé son aide que je n'avais pas le cœur de lui refuser ça.

« Avoue que c'est pour être dans ses bras ... »

« On n'a pas tous, une idée derrière la tête ! Enfin je vais quand même reprendre mes yeux normales parce que je dois être légèrement flippante à jouer à la chauve-souris comme ça. »

Je fermais les yeux et relâchai peu à peu la pression jusqu’à ce qu'un léger frisson me prévient que je pouvais les rouvrirent sans ressembler à une créature tout droit sorti d'un roman pour ado.

« Tu me sembles bien agile. Tu as fait ça plutôt rapidement vu ta taille….Non pas que je ne crois pas les gens plus petits incapables de le faire, mais…je veux dire, enfin… Tu fais ça souvent grimpé aux arbres? »

Sa question et son empressement à rectifier son erreur me firent rire. Une fois terminée mon petit éclat de rire, j'accrochai mes bras autour du cou de Lawrence et desserra peu à peu mes jambes pour atterrir délicatement dans ses bras tendu.

« J'espère ne pas être trop lourde... »

« Comment tu veux être lourde … tu pèses à peine 46 Kg. »

Je ne prêtais aucune attention à ce qu'elle disait. Je regardais le jeune homme et lui sourit avant de répondre à sa question.

« Oui, j'adore grimper un peu partout mais, mon agilité me vient plutôt de mes 13 années dans une école de cirque. Et puis ne t’inquiètes pas pour ma taille je ne suis susceptible du tout et puis comme on dit … Tout ce qui est petit, est mignon »

Je me remis à rire en lançant mes jambes dans le vide et en lâchant au même moment son cou pour atterrir debout devant lui. Je relevais la tête pour apercevoir le ciel complètement recouvert de nuages.

« Tu as raison on ferait mieux de rentrer. On ne pourra plus rien observer aujourd'hui… »

« Oh oui le ciel est bien trop couvert mais c'est pas graves on reviendra demain pour que tu continue à apprendre les constellations. »

«  Oh n'y compte pas trop ! Faut que je dorme aussi »

Nyx se tut un peu vexée mais ne sachant pas quoi me répondre. Je tournais mon visage vers le rouquin et exigea une petite chose.

« Je veux bien que tu me raccompagnes, mais avant ça tu peux remettre la belle de nuit dans mes cheveux s'il te plaît Lawrence ? »

Je lui tendis docilement ma tête attendant qu'il y dépose la jolie fleur.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 261
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Sam 5 Nov - 4:14
La jeune fille m’avait également expliqué qu’elle s’entrainait dans une école de cirque depuis 13 ans et que son agilité en provenait certainement. Tout s’expliquait.

« Oui, j'adore grimper un peu partout, mais mon agilité me vient plutôt de mes 13 années dans une école de cirque. Et puis ne t’inquiètes pas pour ma taille je ne suis susceptible du tout et puis comme on dit … Tout ce qui est petit est mignon »

« Ah ah, vrai que t’es….bah que tout ce qui est petit est mignon…J’ai un coloc qui peut se transformer en petit oiseau ou genre poussin! Pas que mon coloc soit particulièrement mignon. Je veux dire…Je m’empêtre pas vrai? Juste, sa transformation est mignonne pas lui. Pas qu’il soit laid non plus….oh…Tu comprends tout de même ce que j’ai voulu dire hein?»

Lui demandais-je nerveusement en passant ma main dans ma chevelure de façon maladroite, un sourire pénitent sur le visage. Je m’étais visiblement empêché de faire une grosse gaffe, empirant finalement la situation. Je me demandais toujours laquelle de ses affirmations était ou aurait été la pire, mais ma réputation était clairement déjà détruite depuis le début de notre rencontre avec toutes les bêtises que j’avais fait ou dit. Malgré tout, elle semblait s’en contenter.

« Wow c’était un échec…ta première idée était la bonne et tu le sais. N’est-ce pas? »

« Non! Je ne vais pas lui dire ça tu es malade! Je vais avoir l’air creep!»

« Pas du tout. C’est un beau compliment et il n'implique absolument rien. Cesse de t'en faire et fait toi confiance un peu! »

« Peu importe, c’est passé. On en parle plus. Trop tard! »


Enfin, pour ma part, j’espérais aussi chasser cette bref part de conversation de mon esprit le plus rapidement possible. J’attendais aussi qu’elle accepte mon offre d’aide pour descendre, réalisant à présent qu’elle n’aurait sans doute pas eu besoin de moi avec ses 13 années de cirques pour descendre d’un arbre. Sans doute pour être gentille, ou par pitié, elle avait finalement décidé d’accepter mon offre. J’avais surtout servi d’appui en fait, mais hey j’avais servi! Elle était à présent debout devant moi acceptant en plus d’être raccompagnée discrètement jusqu’à son étage.

Bonne chose, elle affirmait vouloir rentrer également, expliquant du même coup qu’elle ne pourrait plus rien observer de toute façon. Alors c’était ce qu’elle venait faire dehors? Observer les étoiles? Je suppose que Nyx devait apprécier grandement l’activité, Hypnos avait tendance à faire de même lorsque nous sortions. C’était peut-être une activité qu’il avait l’habitude de faire avec sa mère dans une époque révolue. Il aurait sans doute la chance de le refaire d’une certaine façon. J’étais prêt à demander à Erin de la compagnie pour le lui permettre s’il le fallait, tant qu’il restait sage. Après tout, je n’étais pas contre ce genre d’activités passives moi-même.

« Je veux bien que tu me raccompagnes, mais avant ça tu peux remettre la belle-de-nuit dans mes cheveux s'il te plaît Lawrence ? »

Elle penchait alors la tête vers moi, attendant que j’y dépose « la belle-de-nuit ». C’était du moins le nom qu’elle donnait à la petite fleur que j’avais trouvée un peu plus tôt.

« Oh… la fleur!», m’exclamais-je en réalisant de quoi elle parlait.

« Je suis nul en botanique et… et…en tant que conservateur de fleurs aussi…apparemment…Erm…je ne connaissais pas le nom. Well, c’était approprié comme présent pour toi je suppose. »

J’haussai les épaules, affichant un air contrit.

« AH AH AH, c’est ça essai de te rattraper! Belle tentative en tout cas!»

Hypnos se marrait bien à se ficher de moi et de ma maladresse. Je le soupçonnais également de se faire des scénarios totalement ridicules. Il allait définitivement me le remettre sur le nez pendant au moins un mois! Ce serait pénible…

En effet, j’avais réalisé que la fleur en question n’était plus dans mes mains ni dans ma pochette de veston. En fait, j’ignorais où je l’avais mise. J’avais allumé ma torche pour la trouver et l’avais aperçu, misérablement écrasé au sol entre les racines de l’arbre.

« Je suis tellement navré. Promis, je trouverai comment compenser, promis.», ricanais-je timidement, déçu de ne pouvoir lui fournir de nouveau la fleur alors qu’elle m’avait fait confiance pour la préserver. Mon instinct me disait toutefois que n’importe quelle autre fleur ne vaudrait plus la même chose suite à la cruelle fin de la malheureuse dernière. Mieux valait réfléchir.

« Rentrons, l’air devient plus lourd, j’ai le sentiment qu’il va pleuvoir. »

Je fis quelques pas, l’invitant à avancer. Après un moment de silence, je tentai une nouvelle approche pour chasser mon propre malaise.

« Alors? Ça va un peu mieux malgré tout? Je veux dire, comparativement à quand je t’ai trouvé? Ou sur une note plus joyeuse, si tu ne veux plus en parler… », ajoutais-je précipitamment.

« Tu parlais de cirque un peu plus tôt…euh…Je me suis essayé au trapèze, mais ce n’était pas un succès. Trop maladroit évidemment, et pas d’enseignant, mais j’ai apprécié tout de même. Tu as voulu apprendre ce genre de chose pour quel raison? Pourquoi avoir choisi cela? »

J’avançais dans l’allée du parc, attentif aux ombres et aux sons, en espérant ne pas croiser de gardien jusqu’aux dortoirs qui n’étaient pas trop loin.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1769
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Sam 5 Nov - 16:40
« Oh… la fleur ! Je suis nul en botanique et… et…en tant que conservateur de fleurs aussi…apparemment…Erm…je ne connaissais pas le nom. Well, c’était approprié comme présent pour toi je suppose. »

Je rougie légèrement en entendant le compliment. Même s'il était un peu maladroit il avait rattrapé sa bourde précédente. Je le vis se retourner vers l'arbre et se baisser pour attraper le cadavre de la fleur.

« Je suis tellement navré. Promis, je trouverai comment compenser, promis.»

Je pris la petite étoile froissée dans mes mains et la regarda tristement.

« Oh ce n'est pas si grave. C'est juste que les belles de nuit blanche sont assez rares... »

Je lançais un coup d’œil au buisson à côté de nous où les petites fleurs timides arborais fièrement leur couleurs vives. Le vent nous amena l'odeur de l'humidité, un orage allais pas tardé à éclater.

« Rentrons, l’air devient plus lourd, j’ai le sentiment qu’il va pleuvoir. »

Il commença à avancer et je me mis à trottiner pour le rattraper. Nous commençâmes notre marche en silence avant qu'il ne brise ce dernier.

« Alors? Ça va un peu mieux malgré tout? Je veux dire, comparativement à quand je t’ai trouvé? Ou sur une note plus joyeuse, si tu ne veux plus en parler… Tu parlais de cirque un peu plus tôt…euh…Je me suis essayé au trapèze, mais ce n’était pas un succès. Trop maladroit évidemment, et pas d’enseignant, mais j’ai apprécié tout de même. Tu as voulu apprendre ce genre de chose pour quel raison? Pourquoi avoir choisi cela? »

Je baissais la tête vers mes mains pour regarder ma bague. Les deux questions me ramener à ma mère, elle qui avait été tellement présente dans ma vie avant de disparaître du jour au lendemain.
J'étais assez mélancolique et l'envie qu'on me serre dans ses bras n'avaient pas disparu, mais je n'allais plus fondre en larme. Je décidai volontairement de ne pas répondre à sa première question pour me concentrer sur la deuxième.

« Je me souviens plus vraiment pourquoi j'aime autant le cirque. Ma mère … ma mère m'y a inscrite quand j'étais toute petite, espérant que je puisse dépenser mon énergie là-bas, puis j'ai continué. J'ai toujours été une touche-à-tout, mais ma préférence allait au trapèze. Je me sens libre quand je suis là-haut. Et puis … ma mère m'a toujours dit que quand je grimpais sur un trapèze je devais quelqu'un d'autre … j'étais comme un oiseau prêt à prendre son envol. Sans que je le sache ça m'a toujours poussé à en faire et à me perfectionner. J'ai fait également beaucoup d'acrobatie et de main-à-main, mais voilà ... »

Je relevai ma tête vers lui tandis que nous continuâmes à avancer sous le ciel de plus en plus menaçant. Un éclaire illumina un instant les nuages suivi du tonnerre qui me fit sursauter avec un petit cri aigu rassemblant à celui d'un petit animal.

« Depuis quand tu as peur de l'orage toi … t'es la première à rester pendant des heures à regarder la pluie tomber. »

« J'ai pas peur … ça m'a surpris… »


Je reportai mon attention sur le jeune homme qui marchait toujours à mes côtés.
Je souhaitais absolument changer de sujet ne voulant pas pensée à ma mère. On me disait souvent que je fuyais la réalité, mais je ne voulais simplement pas pensée à ça, essayer de l'oublier pour quelque temps sachant pertinemment qu'une fois endormis mes cauchemars me rattrapaient.  

« Et toi, si t'es debout à cette heure c'est à cause d'Hypnos ? »

Je lui sourie à nouveaux en attendant sa réponse marchant près de lui dans les allées du pensionnat.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 261
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Sam 5 Nov - 19:08
Je ne mis pas beaucoup de temps avant de réaliser que j’avais encore gaffé. Décidément, ce n’étais pas ma soirée. Elle me révéla que la fleur en était une plutôt rare et donc que j’avais fait une bêtise encore plus grosse que je ne le croyais. Je grimaçai, honteux mais impuissant devant le massacre floral. Nous avions tout de même poursuivit la discussion, mais le sujet restait délicat et la soirée devait s’achever rapidement avant que je ne fasse pire. Elle répondit néanmoins à ma seconde question. J’avais toutefois perdu l’impression que j’avais réussi à faire une différence pour la jeune fille ce soir et j’en étais profondément attristé. Elle devait avoir hâte de regagner sa chambre pour avoir enfin la paix.

« Je me souviens plus vraiment pourquoi j'aime autant le cirque. Ma mère … ma mère m'y a inscrite quand j'étais toute petite, espérant que je puisse dépenser mon énergie là-bas, puis j'ai continué. J'ai toujours été une touche-à-tout, mais ma préférence allait au trapèze. Je me sens libre quand je suis là-haut. Et puis … ma mère m'a toujours dit que quand je grimpais sur un trapèze je devais quelqu'un d'autre … j'étais comme un oiseau prêt à prendre son envol. Sans que je le sache ça m'a toujours poussé à en faire et à me perfectionner. J'ai fait également beaucoup d'acrobatie et de main-à-main, mais voilà ... »

J’appréciai tout de même sa réponse qui s’apparentait légèrement à la mienne, sans l’histoire de la mère. C’était pour la même raison que j’avais tenté le coup moi-même. Après Hypnos, l’impression d’être limité dans ma réalité me pesait lourd et j’avais eu besoin de sensations plus extrêmes, similaire à ce que je pouvais retrouver en rêve, notamment celle de voler. Perdu dans mes pensées un moment tout en poursuivant la marche, je sursautai en entendant un petit cri suraigu provenant de la bouche d’Erin. J’allais lui demander si elle s’était fait mal ou peu importe, mais je réalisai que c’était le tonnerre qui l’avait elle-même surprise. Pour ma part, j’appréciais grandement ce son. Souhaitant la rassurer malgré tout, j’allai frotter son dos brièvement pour lui signifier que tout allais bien, que j’étais présent.


« Et toi, si t'es debout à cette heure c'est à cause d'Hypnos ? »
, me demanda-t-elle dans l’espoir sans doute de combler le silence entrecouper du tonnerre.

Je tournai mon regard vers la jeune fille qui, depuis que nous marchions dans l’allée principale éclairé par les lampadaires me révélait un magnifique sourire que je distinguais bien mieux ici. Je le lui rendis, répondant à sa question. C’était la première fois qu’on me le demandait.

« Eh bien, oui. Je suis un lève-tôt à la base, mais depuis la possession j’ai pris le rythme de vie nocturne d’Hypnos. La plupart des gens pensent qu’il passe son temps à dormir, mais c’est plus complexe que ça. Pas qu’il n’aime pas faire des siestes fréquentes, c’est vrai, même un peu trop à mon goût, mais c’est plutôt un horaire de travail différent. Enfin…Ça devient pénible avec les cours et tout ça, mais il y a d’autres avantages. On est tranquille la nuit. Elle me permet de prendre le temps de réfléchir et rêver un peu plus. Un peu comme si le monde était sur pause alors rien ne viens m’en empêcher…Sauf quand je tombe sur des rencontres inattendu. », ajoutais-je en lui jetant un clin d’œil entendu.

« Mais c’est ce que j’aime. Comme je m’attendrais à être seule pour la nuit, lorsqu’il m’arrive de drôles de trucs la nuit c’est marrant et divertissant parce que mine de rien, une nuit seul c’est aussi parfois très long….Donc ouais voilà, je profite de la nuit pour établir des liens avec ma divinité et profiter d’opportunités que la nuit m’offre pour pratiquer mes nouvelles aptitudes. Et bon, mon nouveau colocataire est insomniaque alors nous nous tenons compagnie parfois aussi.  Au début, je tentais de respecter le couvre-feu, mais éventuellement ça devient long de rester enfermer alors qu’on est bien éveiller. Malheureusement, le lendemain, les cours sont toujours pénible et j’ai tendance à m’endormir. J’adore apprendre pourtant, je suis assez studieux, je crois, mais je suppose que je ne peux pas tout avoir. Je maintiens mes notes avec beaucoup d’études de nuit et beaucoup de thé noir de jour. Je cherche encore un équilibre, car la santé s'en ressent, mais disons qu’Hypnos ne m’aide pas beaucoup. Bref, histoire de ma vie…désolé. »

Je réalisai que j’avais beaucoup parlé. Un peu trop peut-être et je me décidai à lui tendre le flambeau à son tour.

« J’espère pour toi que ce ne sera pas aussi compliqué. Nyx est peut-être plus flexible que son fils sur ce point. J’en sais rien. Dans le cas contraire, ma chambre est la 205 si tu cherches quoi faire ou t’ennuies ou à besoin de conseils sur comment gérer le tout. Je ne détiens pas la vérité absolue, mais comme je suis passé par là on peut bien échanger. Sur le sujet. Entre possédés tu vois!?»


« Demande-lui son numéro! »

« Non! Je vais avoir l’air bizarre. Je lui ai déjà donné mon numéro de chambre, si elle veut me revoir malgré la soirée que je lui ai donnée, ce dont je doute, elle viendra. Je ne veux pas avoir l’air de m’imposer. On n’a fait que parler de ses problèmes, elle préfère peut-être que je garde mes distances après ça. Je préfère respecter sa volonté."

Quelques gouttelettes s’étaient mises à tomber et j’avais immédiatement retiré mon veston pour nous en couvrir tous les deux, accélérant le pas jusqu’à la porte d’entrée du bâtiment. J’étais plutôt fier parce que cela avait pris peu de temps avant que la pluie ne tombe davantage.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1769
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Mer 9 Nov - 17:10
Il marchait à côté de moi en me parlant de lui. Je le regardais attentivement m'expliquer comment il s'occupait durant la nuit qu'il trouvait si agréable et comment il tenait le coup avec un dieu nocturne.

« Je te le dis, moi je l'aime bien … Mon fils ne sait pas reconnaître qui il possède. Dit à ce jeune homme que s'il lui pose trop de problèmes qu'il vienne me le dire. »

Je rigolai en écoutant Nyx jouer à la mère sévère et autoritaire.
Je me calmai un peu avant de continuer à le suivre toujours en écoutant toutes ses paroles. J'aimais l'entendre parler surtout quand il s'emportait dans ses explications. Je lui souriais, les joues rosies par le froid et les cheveux gonflé par l'humidité ambiante. Au fur et à mesure de la conversation, il me donna même le numéro de sa chambre au cas où je m’ennuyais trop une de ces nuits.

« J’espère pour toi que ce ne sera pas aussi compliqué. Nyx est peut-être plus flexible que son fils sur ce point. J’en sais rien. Dans le cas contraire, ma chambre est la 205 si tu cherches quoi faire ou t’ennuies ou à besoin de conseils sur comment gérer le tout. Je ne détiens pas la vérité absolue, mais comme je suis passé par là on peut bien échanger. Sur le sujet. Entre possédés tu vois!?»

La pluie se mit à tomber et Lawrence, nous protégea des gouttes avec sa veste qu'il tendit au-dessus de nos têtes. Il accéléra le pas pour se réfugier plus rapidement sous le porche du dortoir. Je dû trottiner pour réussir à le suivre et pour pas qu'il ne me sème, si bien que quand nous arrivâmes à l'entrée du bâtiment, je mis quelque instant à reprendre mon souffle.

« Je pense aussi que Nyx est plus flexible qu'Hypnos. D'ailleurs elle te fait dire que si tu as un problème avec lui viens nous en parler. »

Je lui lançai un clin d’œil avant de me remettre à rire imaginant très bien la scène. Après quelques minutes à ne pas pouvoir m’arrêter, je finis par le calmer pour regardait la pluie qui tomber de plus en plus fort et  l'air devenir glacial.
J'ouvris la porte et l'invita à me suivre.

« On ferai mieux de rentrer avant de prendre froid. »

Je me faufilai dans le bâtiment et tenu la porte jusqu’à ce qu'il la franchisse, avant de  commencer à monter les escaliers qui allaient bientôt nous séparer.

« Merci beaucoup. J'ai eu de la chance de tomber sur toi … ou plutôt que tu me tombes dessus. Hahaha… Enfin merci de m'avoir écouté et remonté le moral. C'est ce dont j'avais besoin… J'espère qu'on se reverra bientôt. »

Nous arrivâmes alors au palier du premier étage, je m’arrêtai un instant pour le regarder dans les yeux. Je commençai un mouvement pour l'embrasser sur la joue avant de me souvenir qu'il n'aimait pas ça. Je lui souris et me reculai un peu.

« Je suppose qu'on va se contenter d'un signe de la main ? »
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 261
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood] Jeu 10 Nov - 5:04
Erin m’affrima qye Byx était en effet plus douce que son fils, insistant ensuite sur le fait que si j’avais un problème avec lui, je pouvais venir lui en parler. Autant étais-je amusé par cette proposition autant je me doutais bien que lui, autant que moi, préférait que nous réglions nos situations problématiques ensemble. J’hochai donc la tête en riant du clin d’oeil entendu d’Erin, mais rassurant Hypnos que je n’avais pas besoin de l’intervention de sa mère pour lui parler, ce dont il me fut grandement reconnaissant. Hypnos n’étais plus un gamin il fallait dire. Il avait déjà suffisamment d’expériences dans la vie pour s’en sortir seul et ses troubles de possession ne la regardait en rien. Il se doutais bien qu’en cas de besoin, il pourrait certainement se confier à cette femme qui était bien plus qu’une simple mère pour lui, mais régler nos ennuis de possession, c’était à nous de le faire et sincèrement, j’avais suffisamment d’une seule divinité pour avoir à en gérer deux. Après un moment, nous nous tenions devant le bâtiment réservé aux dortoirs où Erin me proposa d’entrée. Ce que nous fîmes, entreprenant la monté des escaliers vers le dortoir des filles.

« Merci beaucoup. J'ai eu de la chance de tomber sur toi … ou plutôt que tu me tombes dessus. Hahaha… Enfin merci de m'avoir écouté et remonté le moral. C'est ce dont j'avais besoin… J'espère qu'on se reverra bientôt. »
, me remercia Erin.

Je lui souris, plutôt heureux et fier d’apprendre que je l’avais un brin aidé malgré l’impression que j’avais.

« Ça fait plaisir. Tu avais l’air d’en avoir besoin justement….et bien sûr, si tu as besoin, tu sais où me trouver! J’espère juste que notre prochaine rencontre sera moins brutale dans mon cas et plus joyeux pour toi.»


« Si tu as besoin?! C’est pratiquement une invitation à te revoir?! Même pas…C’EST UNE INVITATION À TE REVOIR! Tu es bouché ou quoi?! »

« Je ne veux rien forcé. Certaines personne ne disent ça que pour ne pas blesser, on me l’a fait souvent. »

Arrivé au premier étage, Erin s’arrêta et planta son regard dans le mien. C’était assez directe comme regard et je me senti rougir, peu habitué de me faire fixé dans les yeux ainsi, mais ce ne fut rien comparativement à lorsqu’elle se pencha vers l’avant pour venir déposer un baisé sur ma joue. Je ne m’étais pas reculé, ne voulant pas la repousser ou la vexer, mais à ma surprise, ce fut elle qui cessa le mouvement, se rappelant que j’avais dit ne pas aimer les contactes. Au lieu de cela, elle se recula et me fit un petit signe de la main

« Je suppose qu'on va se contenter d'un signe de la main ? »

J’étirai un large sourire, amusé, mais content de voir qu’elle respectait mon propre confort dans la situation. Mon sourire devint rapidement coupable toutefois, me sentant un peu nul de la laisser à elle même ainsi. Je levai ma main à mon tour, la saluant.

« Je suppose, oui…désolé… mais je te souhaite une bonne nuit et surtout un réveil pas trop pénible. Je vais tenter de faire pareil je crois. Dors bien! »

Je la saluai d’un dernier hochement de tête poli avant de tourner les talons et de poursuivre mon chemin jusqu’à l’étage suivant où je me dirigeai vers ma chambre, tout sourire aux lèvres.

« Définitivement pas un succès totale comme soirée, mais je crois que tu t’es bien débrouillé. »

« Merci… »
, répondis-je sur un ton hésitant, perduadé qu’il manquait la suite de ces paroles.

« …Mais…j’espère sincèrement que tu ne laisseras pas la chose ainsi…Même si toi tu t’en fiche, la déesse qui la possède est ma mère et un être cher pour moi. Peu de divinités qui possèdent des étudiants doivent avoir cette chance. S’il te plait. Je ne te demande pas de faire quoique ce soit, mais j’apprécierais pouvoir la côtoyer. Sa présence seule me me ferait plaisir. Un peu comme pour Njord quoi! »

« D’accord, promis, je verrai ce que je peux faire pour que ce soit possible, mais il faut qu’Erin soit d’accord. »

« Oh ça elle l’est, j’en suis certain! Mais soit. Prend ton temps pour le réaliser…. »

Je ne voulais pas séparer Hypnos de sa mère, s’aurait été cruel, mais imposer ma présence ne me semblait pas non plus la meilleure des idées. Je verrais bien en temps voulu.


HRP:
 

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1769
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Grah mo chree [ft Lawrence Doogood]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Grah mo chree [ft Lawrence Doogood]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Annexes :: ◄ Le Parc :: ► Pelouse-
Sauter vers: