AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Pensionnat :: ◄ Premier étage :: ► La bibliothèque
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Ven 11 Nov - 19:22
*ça fait deux heures et trois minutes*

Je levai la tête me détachant de la préhistoire pour me retrouver au présent, ce retour à la réalité me donna le tournis, je me pinçai l'arête du nez et inspirai profondément pour chasser les paillettes qui papillonnaient autour de moi. J'aimais ce calme ambiant qui régnait dans la bibliothèque, seul le frôlement des pages se faisait entendre.

*C'est fou comme le temps passe vite quand on étudie!*

*y'a divergence d'opinion, et puis tu m'avais dit pas plus d'une heure et demi, faut pas pousser mémé dans les orties*

Il faut vraiment qu'elle arrête avec ses expressions du moyen âge et qu'elle change de disque, si ça continue je vais moi-même me mettre à les employer. Je refermai l’encyclopédie d'une main, un peu trop brutalement puisque la bibliothécaire  me lançai un regard désapprobateur tout en taillant l'un de ses crayons avec vivacité, j'esquissai un faux sourire et remballai mes affaires méthodiquement. Je sortis rapidement et le plus silencieusement possible.. mais c'était apparemment trop demander vu qu’un caillou me fit trébucher (qui soit dit en passant n'avait strictement rien à faire là) et m’étalai avec maladresse sur le sol doux comme un vieux coussin rejeté par la société tellement il est inconfortable. Néanmoins ce fut une relevée gracieuse accompagnée de ricanements dont je ne fis attention et sortis pour de bon.  

*je comprends pas, comment arrivaient-ils à déplacer des pierres aussi colossales avec si peu de moyens comparé à aujourd'hui ?*

*Eh bien il y a diverses façon de procéder, par exemple ils plaçaient sur le sol des rondins de bois et ils les réutilisaient au fur et à mesure de la progression permettant le déplacement des charges les plus lourdes, ou encore à l'aide de traîneaux, comme le montrent certaines fresques égyptiennes décrivant la traction de statues faramineuses.*

*ah je vois..*

*Tu sais tu peux te débrouiller avec très peu de moyens du moment que tu sais faire fonctionner ta matière grise.*

Je continuai mon avancée dans les couloirs caressant du bout des doigts le mur en brique, refroidit par cet achèvement d'après-midi. J’accélérai le pas déterminai par ma faim qui me tiraillai, « je devrai  arrêter de sauter le repas du midi, pensai-je, ou sinon je risque de faire des malaises et montrer par conséquent ma faiblesse au gens ». Un éclaire de génie me frappa, « une pomme » m’exclamai-je ! La pomme est riche en fibres, pauvre en calories et riche en anti-oxydants, elle possède un effet coupe-faim. Il me suffit d'en prendre une dans mon sac tous les jours et le tour est joué !

*wow ton érudition m’impressionne*

*Je sais je sais..*

Le ton qu'employa Atalante était sarcastique mais je n'avais pas le courage de la rembarrer, je décidai plutôt d'utiliser les forces qui me restaient à essayer d'atteindre ma chambre sans ramper en agonisant, bon j'exagère peut être un peu. La sonnerie retentit et une déferlante vague d'élève passa près de moi m'obligeant à me plaquer contre le mur, une odeur de transpiration parvint à mes narines,après ça ce fut le calme le plus total, plus personne n'était dans les couloirs, ils devaient être pressés de se jeter sur leur lit ou peut être avaient-ils faim comme moi.
Le couloir me semblait interminable et je devais prendre appui sur les murs pour ne pas flancher, ma tête me faisait horriblement mal et mes jambes engourdies peinaient à tenir en place. Des pas me provinrent derrière moi et je me redressai autant que je le pouvais pour cacher mon état comateux. Je ne me retournai pas mais la personne se rapprocha et cria quelque chose, je crus entendre mon prénom mais je n'en étais pas sûre, je tournai la tête et un garçon beaucoup plus grand que moi apparut.

*c'est qui celui-là ? tu veux que je lui règle son compte ?*  

*Je.. je ne crois pas l'avoir déjà vu, il doit faire erreur et non merci je peux me débrouiller toute seule Attila*  

J'observai le garçon, toujours appuyée sur le mur, il était mignon mais pas mon genre, en même temps comment pourrai-je savoir quel est mon genre, je suis sortie qu'avec un seul garçon je ne peux donc pas en juger.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Ven 11 Nov - 23:32

J’avais terminé mon cours un peu plus tôt que prévu. L’enseignant nous libérant à la fin de nos exercices et j’en avais profiter pour mettre à exécution mon plan de la journée précédente. J’étais donc retourné à ma chambre prendre le pot de belles de nuit que je m’étais procurer durant la semaine et déposer mes effets personnels en trop, conservant mon sac en bandoulière pour mes accessoires de survis habituels. La fin des cours allait sonné et j’avais réussi à obtenir l’horaire de cours des Seconde avec espoir d’attraper Erin. Quel ne fut pas ma surprise de la croisé dans un couloir assez loin de la salle de classe que l’on m’avait nommé. Peut-importe! L’important était de la croiser non?! Je m’étais senti coupable pour la belle de nuit que j’avais détruite et qu’elle avait demandé. Homme de parole, j’en avais trouver une autre pour compenser..enfin, une autre…Je n’aimais pas faire les choses à moitié, je m’étais donc procurer un plant entier de ces petites fleurs blanches. Ainsi donc, une fleur dans une main, le pot caché dans l’eau dans mon dos, j’avançais d’un pas sûr vers la rouquine que j’apercevais plus loin quand la cloche sonna, une masse de gens sortant des classes. L’odeur de sueur qui s’en dégageait m’irrita et je fit de mon mieux pour éviter les contacts en me collant contre les murs, appuyant le pot contre ce dernier pour m’assurer de ne pas l’échapper. Une fois la vague passé, je repris mon chemin vers la jeune femme qui avait eu un réflexe similaire et reprenait elle aussi sa marche. Je l’interpellai alors en accélérant le pas.

« HEY ERIN! »


J’arrivai finalement à sa hauteur, et je sentais le rythme de mes battements accélérer dû à la nervosité. Comme allait elle le prendre? J’ignorais, si pour elle, cela était important, mais j’avais promis et me voyais mal laisser tout cela en plan. J’espérait qu’elle ne me trouve pas trop lourd en fait. Je n’avais de toute façon pas l’intention d’insister. J’allais lui remettre la plante, prendre de ses nouvelles et la laisser à ses truc jusqu’à ce qu’elle me sonne au besoin. Rien de bien compliqué, mais je me sentais un peu débile maintenant que j’était à côté d’elle. Il était trop tard pour reculer toutefois et je lui déposai immédiatement une belle de nuit dans les cheveux.

« Comme promis à madame! MAIS! J’ai fait mieux pour vraiment compenser la chose. J’ai trouvé un plant entier.»

Je sorti de derrière mon dos le fameux pot, mais ne lui laissai même pas le temps de s’exprimer, tenant à m’expliquer un peu tout de même.

« Je ne voulais pas finir notre petite soirée sur la pauvre fleur écrasé. Tu semblais tellement déçu et je me sentais mal. C’était la moindre des choses que de réparer. Alors j’ai décider de t’en mettre une dans les cheveux et de t’en procurer indéfiniment…Enfin, si tu l’entretiens. Je sais qu’il est tard. J’ai fait mes recherches et elle cesse de fleurir en fin septembre. Ce qui est comme…maintenant, mais tu en auras pour l’an prochain et en attendant elle vit bien dans un pot. Tu sais que dans la nature elle peut atteindre 1 mètre de hauteur? J’aurais pas cru en fait. Elle viens aussi d’Amérique du Sud…Pérou pour être plus précis. Je savais pas. Elle a dû être introduite ici, enfin…elle supporte bien les hivers qui ne sont pas trop froid, mais pour être certain, tu devrais la garder à l’intérieur ou sinon demander un petit coin de serre du pensionnat, elle y seront bien. Normalement, il faut les planter en mai je crois…Ah merde…je ne suis plus certain…M’enfin j’ai laisser les instructions planté dans la terre tu verras. »

Je repris une grande inspiration, réalisant que je manquais d’air à force de parler autant et aussi vite et lui avais carrément mis le plant dans les mains. Ne souhaitant pas que le silence s’installe immédiatement, je repris toutefois aussi rapidement.

« Au fait, c’est très jolie tes cheveux. Ça te va bien!….Mais t’as mauvaise mine. Tout vas bien? »

J’avais en effet remarqué, tout en lui parlant, qu’elle semblait un peu blême…plus que la dernière fois que je l’avais vu. Je la sentais aussi peu stable sur ses pieds et me demandai si sa démarche incertaine d’un peu plus tôt était dû à cela. Je posai ma main sur son bras et l'observai d'un air inquiet.

« …Non…tu n’as pas l’air bien. Tu as besoin d’aide? Ou c’est le manque de sommeil? Elle te laisse vraiment te reposer? Tu veux que je tienne tes trucs? N'importe quoi?»

"Mais du calme, laisse-la te répondre et respirer! Je t'écoute et je manque d'air! Et cesse d'accuser ma mère! Erin est peut-être simplement malade. C'est la saison pour."

"Malade...ouais...", pensai-je en retirant lentement ma main de son bras par crainte de chopper le truc.

Malgré j’avais l’impression que si j’appuyais mon doigt sur son épaule je pourrais facilement la faire tomber. Peut-être que je me trompais, la connaissant que d’une nuit seulement.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1804
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Sam 12 Nov - 16:00
Il avait l'air nerveux pour une raison que j'ignorai, mon cerveau se mit à réfléchir à toute vitesse essayant de me rappeler si je l'avais déjà croisé mais cela me paraissait impossible je m'en serais obligatoirement souvenue je suis très physionomiste. L'idée qu'il soit un psychopathe fut vite écartée ses beaux yeux m'inspiraient confiance et non méfiance et puis.. mes réflexions furent stoppées net, il déposa dans mes cheveux une fleur, une belle de nuit pour être exacte qui représente la discrétion. La passion d'Erin pour les fleurs me contamina un peu, à force de m'en parler mon savoir concernant les fleurs  s'agrandissait de plus en plus et j'en vint à devenir particulièrement férue de leur langage. Cela devenait trop incohérent et déplacé, un contact physique avait eu lieu lorsqu'il déposa la fleur, sa main avait frôlée ma joue !

« Comme promis à madame! MAIS! J’ai fait mieux pour vraiment compenser la chose. J’ai trouvé un plant entier.»

Je fis un pas en arrière voyant qu'il sortait quelque chose de derrière son dos, un pot, en fin de compte ma deuxième hypothèse s'avérait peut-être vraie, il voulait m’assommer avec pour ensuite.. « non arrête, me dis-je, tu deviens complètement cinglé ».

  « Je ne voulais pas finir notre petite soirée sur la pauvre fleur écrasé. Tu semblais tellement déçu et je me sentais mal. C’était la moindre des choses que de réparer. Alors j’ai décider de t’en mettre une dans les cheveux et de t’en procurer indéfiniment…Enfin, si tu l’entretiens. Je sais qu’il est tard. J’ai fait mes recherches et elle cesse de fleurir en fin septembre. Ce qui est comme…maintenant, mais tu en auras pour l’an prochain et en attendant elle vit bien dans un pot. Tu sais que dans la nature elle peut atteindre 1 mètre de hauteur? J’aurais pas cru en fait. Elle viens aussi d’Amérique du Sud…Pérou pour être plus précis. Je savais pas. Elle a dû être introduite ici, enfin…elle supporte bien les hivers qui ne sont pas trop froid, mais pour être certain, tu devrais la garder à l’intérieur ou sinon demander un petit coin de serre du pensionnat, elle y seront bien. Normalement, il faut les planter en mai je crois…Ah merde…je ne suis plus certain…M’enfin j’ai laisser les instructions planté dans la terre tu verras. »

Tout en faisant son monologue incompréhensible, il avait mis le plant entre mes mains, je n'avais pas eu le temps de réagir qu'il reprit de plus belle.

« Au fait, c’est très jolie tes cheveux. Ça te va bien!….Mais t’as mauvaise mine. Tout vas bien? »

Je devais halluciner, c'est la seule explication plausible, je me suis évanouie dans le couloir et tout ça est dans ma tête.

« …Non…tu n’as pas l’air bien. Tu as besoin d’aide? Ou c’est le manque de sommeil? Elle te laisse vraiment te reposer? Tu veux que je tienne tes trucs? N'importe quoi?»

Je me pinçai le bras droit pour en être sûr mais rien ne changea le garçon était toujours planté devant moi inquiet, attendant que je lui réponde, mais aucun son ne pouvait sortir de ma bouche.

*mais fais quelque chose ne reste pas planté là !*

Suivant le conseil d'Atalante je tournai les talons puis je me ravisa, je déposai ce que j'avais dans les mains par terre et bredouilla une excuse.

« Je suis vraiment désolée tu.. tu as l'air vraiment gentil mais euh je ne te connais pas et je dois y aller, une urgence vois-tu, et euh merci pour la fleur mais offre la plutôt à quelqu'un que tu apprécies j'entends par là une personne que tu connais, et non une personne que tu interpelles comme ça sans raisons.. »

Je fis demi-tour une seconde fois puis prise de vertiges je me laissai glisser contre le mur et finis par  terre. J'avais envie de pleurer mais je me retins car l'inconnu était toujours là et je me lançai à mon tout dans une tirade plus ou moins compréhensible.

« Tu sais tu aurais sans doute préféré tomber sur ma sœur, elle au moins n'aurait pas trouvé ça immédiatement bizarre elle aurait été tellement contente, elle adore les fleurs en plus les belles de nuits sont ces fleurs préférés et puis elle est toujours contente, elle a toujours le sourire même dans les moments difficiles elle essaie d'être forte alors que moi je laisse les émotions me submerger pour un rien, maintenant par exemple j'ai envie de pleurer car cette situation est très bizarre, un inconnu me parle comme ci on se connaissait bien alors que ce n'est pas le cas et j'ai pas mangé depuis ce matin ce qui fait approximativement dix heures, je pourrai pas atteindre ma chambre car je peux plus tenir sur mes jambes mais en même temps je vais pas rester éternellement là je devrai ramper et  avec un peu de chance j'a.. ».

Je mis fin à ce méli-mélo de phrases en plaquant la main contre ma bouche et inspirai profondément, il doit me prendre pour une folle mais c'est contre mon gré si j'agis ainsi, quand je suis pas bien je dis tout et n'importe quoi pour tenter d'expulser mon mal-être. Je cognai ma tête doucement contre le mur et tentai de me relevai, mes jambes tremblaient et des points noirs apparaissaient un peu partout dans mon champ de vision, je basculai et la voix de l'inconnu résonna sans que je puisse comprendre un traître mot.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Dim 13 Nov - 2:00
J’avais été impatient d’entendre sa réponse pour les fleurs, nerveux de passer pour une idiot parce que je transpirais l’insécurité, mais ça…ça je ne m’attendait pas à ça. Non seulement elle avait refuser le bouquet, mais faisait comme si elle ne me connaissait pas. Avait-elle honte d’être vu en ma présence? Elle avait été jusqu’à me recommander de la donner è quelqu’un d’autre que je connaissais vraiment. Ouch. C’était une façon de me dire que j’avais l’air imbécile de lui offrir cela après une seule rencontre? Je la rendait peut-être inconfortable? Ou alors, elle ne se rappelle pas de moi parce que well…elle ne se rappelait réellement pas de moi. Après tout, je n’étais pas vraiment mémorable. J’avais toujours été un fantôme dans l’école avant il y a quelques temps. Qu’est-ce qui me blessait autant? Je réalisais que mon nouveau cercle social m’avais peut-être fait un peu trop rêver. Certains avaient appris à me tolérer à m’apprécier et comme un idiot, je m’étais dit que j’étais plus appréciable que je ne le pensais. Quand on monte trop haut, on tombe de haut…Cela me rappela mon rêve d’Icare avec Hypnos. Jolie métaphore fournit par mon subconscient, mais s’appliquant fort bien dans tout les aspect de ma vie où je finissait toujours par retomber violemment. J’étais donc resté sans voix, devant l’attitude d’Erin, perdu dans mes pensée, comme sous le choc de la réalisation.

Une part de moi était même en colère. J’avais voulu aider Erin et voilà comment elle me le rendait… Elle s’était entre temps retournée après avoir déposé la plante au sol, à mes pieds. Je cherchais des mots pour lui répondre, mais j’ignorais sur quel ton les lui dire. Si elle ne voulais pas de moi comme ami, je n’avais pas un mot à dire et cela ne changerait rien pour moi. Je la connaissait si peu, mais ses paroles et la façon de me traiter m’avaient blessé bien plus que je ne l’aurais cru. J’aurais aimé le lui dire, au lieu de cela je restait planter-là, immobile comme la plante qui semblait me fixer également en ce demandant bien ce que je lui voulais elle aussi.

« Tu sais tu aurais sans doute préféré tomber sur ma sœur, elle au moins n'aurait pas trouvé ça immédiatement bizarre elle aurait été tellement contente, elle adore les fleurs en plus les belles de nuits sont ces fleurs préférés et puis elle est toujours contente, elle a toujours le sourire même dans les moments difficiles elle essaie d'être forte alors que moi je laisse les émotions me submerger pour un rien, maintenant par exemple j'ai envie de pleurer car cette situation est très bizarre, un inconnu me parle comme ci on se connaissait bien alors que ce n'est pas le cas et j'ai pas mangé depuis ce matin ce qui fait approximativement dix heures, je pourrai pas atteindre ma chambre car je peux plus tenir sur mes jambes mais en même temps je vais pas rester éternellement là je devrai ramper et avec un peu de chance j'a.. ».

« Mais qu’est-ce que j’en ai à faire de sa soeur…c’était pour toi…», pensais-je en écoutant à moitié ce qu’elle s’était mise à défiler.

J’allais tourner les talons, préférant ne pas l’affecter d’avantage que je ne le faisait apparemment et décidant de fuir et d’oublier le malaise que j’avais ressenti, mais rapidement, je me rendis compte que ce serait impossible. J’avais vu qu’elle s’était appuyer contre le mur et s’était laissé glisser. La pâleur de son visage s’était accentuer d’avantage et si j’avais bien compris, elle n’avais pas mangé depuis ce matin et ses jambes ne la soutenait plus. Je ne pouvais pas en bonne conscience la laisser ramper jusqu’à sa chambre.

« T’inquiètes Erin, tu vas retourner à ta chambre et ne me verra plus après. Promis. Laisse-moi t’aider au moins…. »

Je m’approchais d’elle d’un pas sûr, sentant qu’elle allait éventuellement perdre conscience et ce fut la bonne action. À peine l’avais-je atteinte qu’elle s’écroula pour de bon dans mes bras tendu vers elle.

« Erin! Reste avec moi! ERIN! »

J’amorti du mieux que je pus sa chute. Je n’en étais pas a ma première perte de conscience à traité et je savais exactement quoi faire. Tout d’abord, vérifier si elle peut répondre, si sa perte de conscience n’est pas brève.

« Erin tu m’entends? », demandais-je d’une voix forte en allant poser ma main sur son épaule en espérant que le toucher ou ma voix la ramène.

Je portai ensuite mes deux doigts sur sa carotide pour vérifier son pouls. J’observai ma montre. Tout était bon et elle respirait normalement. Peut-être même mieux que lorsqu’elle me parlait en fait. Je soupçonnais donc un simple malaise dû au manque de sommeil, au manque d’alimentation dont elle m’avait vaguement parlé, hypoglycémie ou anémie, un truc du genre pas bien grave, mais à ne pas traiter avec légèreté. Je la plaçai donc en position latérale de sécurité et lui relevai légèrement la tête pour dégager ses voies respiratoires en  espérant qu’elle reprenne conscience rapidement. Un peu plus loin, un étudiant tardif sortait dans le couloir et je l’interpelai, lui demandant d’aller chercher l’infirmière Nika et le Dr. Nolan immédiatement. Je n’avais toujours pas confiance en les soins prodigués à Immortalia, mais nous n’avions pas tellement le choix. Je me promis de veiller sur elle et de la suivre au besoin. J’espérais que nous n’en ayons pas besoin par contre. Peu importe, l’étudiant ne posa pas plus de question et était parti accomplir la mission que je lui avais confié. Pour ma part, il ne me restait qu’une chose à faire: détacher tout vêtement serré. Dans ce cas-ci, la cravate et le soutien-gorge….Je glissai mais mains sous sous la chemise de son uniforme pour le lui détacher, cherchant avec plus de difficultés de prévu comment défaire les agrafes….Succès! Je rabaissai sa chemise afin qu’elle n’ait pas froid et attendit un moment. Pendant ce temps, je fouillai dans mon sac à la recherche de nourriture. Il me restais un jus d’orange, ce qui serait parfait pour lui redonner de l’énergie rapide le temps qu’on lui donne autre chose. Je vérifiai ensuite ses poignets pour m’assurer qu’un bracelet médicale n’y était pas, puis vérifiai son sac à la recherche de médicaments ou autres détails qui pourraient m'informer sur sa condition.

"Alors maintenant?"

"Si elle ne s'éveille pas il lui faut des soins professionnels. Je ne peux pas la ramener à sa chambre immédiatement. Si elle se réveille, il faudra qu'elle prenne ça tranquille et qu'elle mange un peu. Elle devrait ensuite être examiner, mais je ne peux rien faire en attendant. L'aide arrive de toute façon."

"...Je ne comprends pas pourquoi elle agit comme ça avec toi...Nous sommes liés. Ma mère la possède! Elle ne va pas me renier non? Nyx ne l'aurais pas laissé faire. Couper les liens comme cela après retrouvailles."

"C'était un brin cruel comme façon de me le faire comprendre en tout cas."

"Elle avait un malaise. C'était peut-être sa façon d'essayer que tu ne partes avant que ça n'arrive? Orgueil?"

"Si c'est le cas, c'est idiot. Elle avait clairement besoin d'aide!"


Poursuivant mes recherches dans son sac, je tombai sur un cahier identifié au nom d'Ellyn.

"...Ellyn..."

"Oh...j'avais mal entendu la dernière fois... Je croyais qu'elle s'appelait Erin. J'ai vraiment eu l'air con."

"Euh...moi aussi j'ai bien entendu Erin."

"Attend..."

Un doute apparu soudainement dans ma tête...et si ce n'était réellement pas la bonne fille? Elle avait bien parlé d'une soeur non? Une soeur qui sourit toujours...qui aime les fleurs...Étais-ce possible? Sentant le besoin de vérifier je m'abaissai à son niveau pour observer et analyser son visage.

"Des jumelles?", nous demandions-nous en coeur ma divinité et moi.

Cette explication m'étais bien plus satisfaisante que celle de me faire rejeter de la sorte. Un brin d'espoir m'envahi et je décidai de l'interpeler une nouvelle fois.

"Ellyn?"

"J'espère que nous avons raison, mais si oui...quel parents se trouvaient drôle au point de nommer leurs filles jumelles d'un nom quasi similaire...franchement!"



◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1804
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Dim 13 Nov - 12:22
"Ellyn?"

Tout devint noir entre le moment où j'ai basculé jusqu'à mon réveil, en ouvrant les yeux je découvrai l'inconnu penché au dessus de moi en train de me dévisager. J'ai dû lui faire une sacrée impression, d'abord je le rejette lui et ses cadeaux (pour une raison justifiée) ensuite je m'évanouis dans ses bras, je le plains sincèrement. Bon le fait que je sois tombée dans ses bras n'était pas sûr à 100 % mais comme je ne ressentais aucune douleurs physiques liées à mon potentiel plongeon vers le sol, j'en avais déduis qu'il m'avait rattrapée tant bien que mal. Mon poids plume avait sûrement facilité cela, d'ailleurs vu qu'on parle de mon corps j'en vint à remarquer que mon soutiens gorge et ma cravate étaient défaits, une légère panique monta en moi puis je me calmai. Grâce aux cours de secourisme que j'avais reçu en troisième, je savais qu'en cas d'évanouissement il fallait détacher tout ce qui était serré, fort heureusement je ne portais pas de pantalon, mais bon savoir qu'un inconnu vous a dégrafé votre soutiens gorge c'est pas génial non plus.  

*t'inquiètes pas Ellyn, il a appelé de l'aide, ils ne devraient plus tarder, tu m'as vraiment fait peur t'as pas intérêt à recommencer où sinon tu subiras mon courroux*

Atalante avait une manière bien a elle d'exprimer son angoisse à mon égard, cela me fit sourire un peu.

*Non, je ne veux de l'aide de personne, je suis une grande fille, j'aurai très bien pu me débrouiller toute seule, d'ailleurs c'est de la faute au garçon au yeux verts s'il ne m'avait pas interpellé je serai arrivée dans ma chambre sans encombre.*

*alors de un ramper n'est pas une solution et qu'il t'interpelle ou non tu serais dans tous les cas tombée dans les pommes, de plus j'ai eu le temps de réfléchir et j'en suis venue à la conclusion qu'il t'avait confondu avec Erin*

Confondu avec Erin ? Après réflexions faites, en effet cela paraissait logique, la première fois qu'il m'a interpellé j'ai cru entendre « Ellyn » mais en réalité il avait probablement crié « Erin », concernant la belle de nuit ce ne pouvait être une coïncidence qu'il m'offre la fleur préférée de ma sœur. Je me rappelais aussi que le garçon avait complimenté ma nouvelle coupe de cheveux, Erin a des cheveux longs, il a dû croire qu'elle se les étaient coupés.. Tout cela prend son sens.. oh mais quelle cruche, j'aurais dû y penser plus tôt ! Je me sentais désormais tellement gênée d'avoir réagis comme ça, je l'ai rejeté sans qu'il puisse comprendre pourquoi. Je relevai mon buste doucement en pressant mon bras droit sur ma poitrine pour éviter que mon soutiens gorge ne tombe, j'inspirai profondément et tournai ma tête en direction de l'inconnu, je le fixai droit dans les yeux mais cette fois ci avec un regard embarrassé et non apeuré.

« Je suis désolée d'avoir réagis comme ça, je n'avais pas compris que tu m'avais pris pour ma sœur Erin, moi c'est Ellyn on est des sœurs jumelles, je voulais pas te vexer mais ton comportement m'a fait peur et je n'ai pas fait le lien tout de suite entre ma sœur et moi, tu dois avouer que la situation était assez déroutante pour moi, je croyais que tu étais un stalker.. mais ce n'est plus le cas à présent, je suis sûre que tu es quelqu'un de bien, en tout cas Erin doit t’apprécier enfin je crois.. en même temps elle ne m'a jamais parlé de toi.. »

*tu sais si tu avais un petit ami je ne pense pas que tu en parlerai de suite à Erin, ça doit être le cas pour elle aussi*

*Tu penses qu'ils sortent ensemble ?*

*c'est passablement envisageable*

Tout en parlant j'avais agrafé mon soutif, et balayai des yeux ce qui se trouvait autour de moi : le plant de belles de nuits, mon sac ouvert et une brique de jus de fruit. Je m'emparai du jus d'orange et le bu d'une traite, je me sentais tout de suite beaucoup mieux puis réalisai que cette brique n'était pas à moi.

« Ah euh c'était à toi ? Demandai-je à l'inconnu moins inconnu, je.. euh j'avais très soif vois-tu et il était juste à côté de moi, la tentation était trop forte.. »    
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Lun 14 Nov - 4:57
Après un moment, je vis Ellyn se redresser en posant une main sur sa poitrine. J’étais toujours à genou à ses côté et m’étais redressé en même temps qu’elle, regard inquiet sur le visage. Je notai que son regard sur moi avais changé, mais ignorais trop pourquoi. Elle semblait malaisé plus que craintive. Peu importe, je tentais de lui dire de rester étendu et j’allais appuyer sur son épaule pour l’étendre au sol moi-même afin et lui relever les jambe, mais sans doute légèrement confuse, elle ne m’écouta pas et après un moment de retour à la réalité, se mis à parler étonnamment beaucoup pour quelqu’un qui reprenait conscience.. Elle s’excusait pour son comportement précédent.

« Je suis désolée d'avoir réagis comme ça, je n'avais pas compris que tu m'avais pris pour ma sœur Erin, moi c'est Ellyn on est des sœurs jumelles, je voulais pas te vexer mais ton comportement m'a fait peur et je n'ai pas fait le lien tout de suite entre ma sœur et moi, tu dois avouer que la situation était assez déroutante pour moi, je croyais que tu étais un stalker.. mais ce n'est plus le cas à présent, je suis sûre que tu es quelqu'un de bien, en tout cas Erin doit t’apprécier enfin je crois.. en même temps elle ne m'a jamais parlé de toi.. »

En parlant, elle passa ses mains sous sa chemise pour agrafer de nouveau son soutien-gorge. Je rougis, soudainement malaisé à mon tour d’avoir du le lui dégraffer au départ. Je sentais le besoin de m’expliquer, mais malgré qu’elle n’ait pas protester, mais elle venait clairement de me dire qu’elle m’avait pris pour un stalker donc…

« Euh…au fait dé…désolé pour le soutien-gorge…c’est juste que, enfin, je voulais dégager tes voies respiratoires…Je ne veux pas que tu crois que c’était…enfin… »

Je fis quelques gestes rapides sur mon torse pour expliquer par geste l’inconfort que j’avais à exprimer le geste de la toucher.

« J’veux dire…je n'ai pas regarder…ou rien j’ai fait ça discret. Je voulais juste que tu sois bien.»

Je me rappelais fort bien comment Yuuki avait réagi lorsque je lui avais fait le même traitement. Me débarrasser de mon étiquette de pervers avait été particulièrement difficile, moi qui pourtant avait un si grand respect pour le sexe opposé.

Pendant mes tentatives de lui expliquer, elle avait attraper le jus d’orange que j’avais mis à ses côté et le cala. Immédiatement, je vis la réalisation dans ses yeux qu’elle venait de boire un truc qui n’était pas à elle et elle tenta à son tour de s’expliquer. On devait être beau à voir tous les deux.

« Ne t’inquiète, j’ai sorti le jus exprès pour toi, et bon…ça prouve que tu en avais besoin. Tu devrais t’étendre à nouveau et lever les jambes. J’empilerai des sacs. C’est simplement pour réoxygéner le cerveau, laisser le sang circuler un peu. Tu me semble déjà beaucoup mieux avec le jus, mais je préférerais que tu le fasses. Mettre les chance de ton côté quoi! Je ne voudrais pas te ramasser encore une fois avant que l’infirmière n’arrive. Ce qui devrait être le cas d’une minute à l’autre. Je t’aurais positionner moi-même dès ton réveil, mais tu m’as pris de cours un peu. »

Pour faire bonne mesure, je fermai nos deux sacs et les empilai en les lui montrant et attendant d’elle qu’elle s’étende. Je pris ensuite mon veston et le déposai au sol pour que sa tête ne soit pas directement au sol.

«Au fait…Tu as une soeur jumelle et tu n’as pas pensée que la première possibilité était que je te prenne pour elle? Pourtant ça doit vous arriver souvent non? Première idée: je suis un stalker? Ce n’est pas un reproche en passant juste…enfin je trouve ça étrange. Je dois t’avouer que j’étais déçu qu’Erin me traite de la sorte, mais je comprends mieux. Alors, j’accepte tes excuses et moi aussi j’aimerais m’excuser pour la peur que j’ai pu te causer. »

Je marquai une pause, réfléchissant à ses paroles précédentes.

« Mais possible qu’elle ne t’ai jamais parlé de moi, je l’ai rencontré il y a peu de temps et on ne s’est vu que cette fois-là. Je savais moi-même qu’elle avait une soeur, mais j’ignorais que vous étiez jumelles…. »

« Alors leurs parents leur ont vraiment donner un nom similaire…wow. »

« Reviens-en! C’est mignon je trouve. Ce doit être sympa d’avoir un jumeau. Peut-être que j’aurais été bien mieux qu’avec mon imbécile de frère. Je me serais certainement fait beaucoup de plaisir à échanger de place avec lui ah ah ah. Ce doit être chouette les tours que tu peux jouer. »

« C’est toujours plus rose chez le voisin, n’est-ce pas? »


« Possiblement, mais là je ne fait qu’imaginer. Je ne les envies pas...mais je te l'accorde pour le nom similaire. Nous n'aurions peut-être pas eu autant de problèmes. Elle n,avais sans doute pas réalisé que je disait Erin et non pas Ellyn.»

« Erm…Ellyn? Ah oui et désolé, je m’en suis rendu compte en fouillant tes effet personnel. Je cherchais un indice pour ta condition pour l’infirmière. C’est là que j’ai réalisé pour ton identité. Enfin, ce n’est pas là que je voulais en venir…Je me demandais simplement si une fois que tout serais régler, je pourrais te laisser la plante pour que tu la donne à Erin. Comme dit, je ne la connait pas beaucoup en fait et je voulais simplement la lui remettre comme nous en avions discuter un peu dans la soirée et que j’ai gaffé. J’ai…comment dire…tué une plante de couleur apparemment assez rare par accident. Je voulais, faire amende tout simplement. C’était elle que je cherchais comme c’était la fin des cours. J’espérais la croiser.»

J'étais visiblement honteux de décrire ma gaffe à la soeur d'Erin, mais j'espérais qu'elle accepte en sachant que je ne faisait pas cela pour stalker sa soeur comme elle avait pensé que je ne le faisait avec elle.


"Tu ne vas pas les lui remettre toi-même?"


"Non pas besoin. Et surtout, il vaut mieux qu'elle ait la plante le plus rapidement possible avant que je ne la tue pas accident encore une fois. Elle sera plus en sécurité avec Erin ou Ellyn."

"Oui, mais...ça n'a pas le même impact."


"Oui, je sais quel impact tu veux et non, ce n'est pas mon objectif. Je suis certain qu'elle sera très heureuse de l'attention seulement. Je lui avais promis."

Sur ces mots j’entendis des pas rapides, mais délicats un peu plus loin. Je me doutais qu’il s’agissait fort probablement de l’infirmière Nika, si douce et gentille accompagné de l’étudiant que j’avais envoyé en mission précédemment.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1804
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Mar 15 Nov - 20:17
Pendant que j'avais bu le jus d'orange, l'ami d'Erin tenta maladroitement de s'excuser d'avoir dégrafé mon soutiens gorge et bredouilla que c'était nécessaire, je ne me sentais pas du tout gênée à vrai dire je suis plutôt pudique mais bon là c'était un geste bienveillant donc je le prenais bien.

Suite à mes excuses à propos du jus d'orange qui ne m'appartenais pas, il me dit d'un ton rassurant :

« Ne t’inquiète, j’ai sorti le jus exprès pour toi, et bon…ça prouve que tu en avais besoin. Tu devrais t’étendre à nouveau et lever les jambes. J’empilerai des sacs. C’est simplement pour réoxygéner le cerveau, laisser le sang circuler un peu. Tu me semble déjà beaucoup mieux avec le jus, mais je préférerais que tu le fasses. Mettre les chance de ton côté quoi! Je ne voudrais pas te ramasser encore une fois avant que l’infirmière n’arrive. Ce qui devrait être le cas d’une minute à l’autre. Je t’aurais positionner moi-même dès ton réveil, mais tu m’as pris de cours un peu. »

L'infirmière ? Fichtre ! C'est vrai, Atalante m'avait dis que de l'aide allait arriver, le problème c'est que je déteste avoir à faire appel à ce genre d'aides, cela m’embarrasse fortement.  


«Au fait…Tu as une soeur jumelle et tu n’as pas pensée que la première possibilité était que je te prenne pour elle? Pourtant ça doit vous arriver souvent non? Première idée: je suis un stalker? Ce n’est pas un reproche en passant juste…enfin je trouve ça étrange. Je dois t’avouer que j’étais déçu qu’Erin me traite de la sorte, mais je comprends mieux. Alors, j’accepte tes excuses et moi aussi j’aimerais m’excuser pour la peur que j’ai pu te causer. »

Absolument pas, cela ne m'a pas du tout traversé l'esprit, en même temps on est plus au collège j'aurais dû me douter que les choses allaient changer, personne excepté Erin ne me connais ici.

« A ce sujet.. disons simplement que non, les gens de mon entourage avaient perdu cette mauvaise habitude de nous confondre, ma fâcheuse tendance a les envoyer promener de façon plus ou moins douce pour x raison, les obligea à trouver nos différences et les repérer de loin. »  

Je rajoutai aussitôt : « Mais là c'est plus le cas, je rembarre plus les gens pour rien, bon à part si je suis de très mauvaise humeur ! »

Je savais pas si cela allait le rassurer mais bon tant pis.

« Mais possible qu’elle ne t’ai jamais parlé de moi, je l’ai rencontré il y a peu de temps et on ne s’est vu que cette fois-là. Je savais moi-même qu’elle avait une soeur, mais j’ignorais que vous étiez jumelles…. »

Mon hypothèse comme quoi ils sortaient ensemble, devint à ce moment là moins probable vu qu'ils ne s'étaient vu qu'une seule fois, à moins que ce ne soit le coup de foudre.. non, si c'était le cas il m'aurait sûrement embrassé ou montrer un quelconque signe d'affection bien distinct (en oubliant les fleurs bien sûr).  

« Erm…Ellyn? Ah oui et désolé, je m’en suis rendu compte en fouillant tes effet personnel. Je cherchais un indice pour ta condition pour l’infirmière. C’est là que j’ai réalisé pour ton identité. Enfin, ce n’est pas là que je voulais en venir…Je me demandais simplement si une fois que tout serais régler, je pourrais te laisser la plante pour que tu la donne à Erin. Comme dit, je ne la connait pas beaucoup en fait et je voulais simplement la lui remettre comme nous en avions discuter un peu dans la soirée et que j’ai gaffé. J’ai…comment dire…tué une plante de couleur apparemment assez rare par accident. Je voulais, faire amende tout simplement. C’était elle que je cherchais comme c’était la fin des cours. J’espérais la croiser.»

« Tu avais tout faux, ils ne sortent pas ensemble. »

*yep, tant pis *

Avais-je formulé cela à voix haute ? Ne voulant pas savoir la réponse j’enchaînai derechef sur le souhait que le jeune homme avait formulé concernant les fleurs.

« Aucun soucis ! Mais peut être qu'elle sera plus ravit si c'est toi qui lui apporte, enfin personnellement j'aurais préféré, après c'est comme tu veux, surtout que je suis très maladroite alors le pot ne risque pas d'arriver entier à destination.. »


*je pense qu'Erin va être déçue..*

*Eh attend tout est encore possible, je vais essayer de le convaincre, qui ne tente rien n'a rien!

J'aperçus derrière lui l'infirmière arriver, ne voulant en aucun cas aller à l'infirmerie, je saisis le bras du garçon, mais me rappelant qu'avant mon malaise il m'avait déjà touché le bras et l'avait retiré quelques instants, répugnant sûrement les contacts physiques, je me ravisai.

« S'il te plaît, tu peux la convaincre que je vais mieux et que par conséquent un passage à l'infirmerie est inutile ? Et puis comme ça, étant toujours un peu fébrile, tu te comporterais en galant jeune homme en me raccompagnant jusqu'à ma chambre, en plus je ne peux tenir tout ce que tu veux que j'apporte à Erin, mes bras sont encore trop faibles. Tu devras alors lui offrir toi même, c'est pour cela que tu m'as interpellé à la base non ? Pour lui remettre en main propre les belles de nuits, je ne veux pas que la déception d'être tombé sur moi t'empêche de faire ce pourquoi tu es venu. »

Je gardai un air malicieux tout en lui disant cela, je voulais vraiment me rattraper en lui permettant de voir la bonne jumelle.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Mer 23 Nov - 6:15
Ellyn m’avait affirmé que la plupart des gens savaient faire la différence entre les deux sœurs depuis un moment et qu’elle ne rembarrait plus les gens pour rien à présent à moins d’être de mauvaise humeur. Je notai, un petit sourire en coin s’affichant sur mon visage. Donc elle était de mauvaise humeur aujourd’hui et j’allais devoir apprendre à faire la différence rapidement. Cheveux courts, cheveux longs…c’était imprégné dans mon cerveau. Je n’allais certainement plus faire une telle erreur. Ensuite, je suppose que ce serait une question de temps pour apercevoir les différences de caractères et de démarches et tout ça.

Enfin…je lui avais ensuite expliqué ce que j’étais venu faire avec la fleur en lui demandant de me rendre un service soit, la remettre à sa sœur. À ma grande surprise, la phrase qui suivit ne semblait pas m’être adressée et je compris rapidement que c’était pour sa divinité pour avoir fait l’erreur souvent à mes débuts ou dans des moments d’absence ou de semi-éveil. Malgré tout, cette phrase ne m’étant pas destinée me fit rougir telle une tomate. Par chance ou malchance, comme je n’avais pas eu le temps de répondre ou me défendre, mais que je n’avais pas envie de me justifier non plus, Ellyn sembla se rendre compte de son erreur rapidement et avais poursuivi rapidement.

« Aucun souci ! Mais peut être qu'elle sera plus ravie si c'est toi qui lui apportes, enfin personnellement j'aurais préféré, après c'est comme tu veux, surtout que je suis très maladroite alors le pot ne risque pas d'arriver entier à destination. »

J’allais lui répondre qu’il n’était pas plus en sécurité avec moi et que je préférais vraiment ne pas embêter sa sœur avec tout ça, mais nous fûmes interrompus par l’arrivée de l’infirmière. Nika, arriva donc de ses petits pas trottinant, mais drôlement rapides en compagnie de l’étudiant qui avait répondu à ma demande.
Juste à temps avant qu’elle ne soit à portée de voix, je sentis une main se poser sur mon bras, attirant mon attention. Ellyn me demandait en gros de nous débarrasser de l’infirmière. Selon elle, elle allait mieux et préférait que je la ramène à sa chambre tout en en profitant pour apporter la plante comme elle affirmait être trop faible pour la porter. Je ricanai légèrement.

« Ça sonne comme une mauvaise excuse, mademoiselle « je vais mieux, mais je suis trop faible pour apporter une plante ». Mais d’accord…j’en suis. Je ne suis pas fan des soins d’Immortalia de toute façon.», chuchotais-je à son intention avant de me retourner vivement pour jouer les innocents devant l’infirmière qui arrivait à notre hauteur.

« Ah vous voilà! Bien! J’ai eu une surprise quand mademoiselle s’est effondrée, mais elle va beaucoup mieux. J’ai fait ce qu’il fallait, position latéral de sécurité, le pouls est normal aussi et elle a pu avaler un truc. C’est ce qui arrive quand on ne mange pas! »

Je jetai un faux regard de reproche à Ellyn qui avait néanmoins son brin de vérité il fallait le dire.

« Enfin, tout ça pour dire, je m’excuse de vous avoir fait déplacer pour rien, mais je crois qu’après avoir mangé un morceau et un peu de repos tout ira bien. »

L’infirmière avait sorti son matériel pour prendre la pression artérielle de la jeune femme et s’était déjà affairée à vérifier elle-même mes dires en me souriant, apparemment amusée.

« Je vais déterminer cela moi-même, M. Doogood. Elle peut aussi me parler.»

Elle me fit un clin d’œil en poursuivant son examen rapide avec la réaction des pupilles face à une lumière. Elle semblait également attendre le commentaire d’Ellyn qui allait confirmer mes dires. Elle lui demanda finalement comment elle se sentait en poursuivant son examen, puis se retourna de nouveau vers moi qui les observait, attendant le verdicte.

« Mais…vous avez bien réagi. Il faut dire aussi que ça fait du bien de vous voir en dehors de l’infirmerie. Lorsque je vous ai vu au bout du couloir, j’étais certaine que c’était vous le blessé. L’habitude quoi!...L’état de votre amie est tolérable et votre diagnostic approprié. Je recommande tout de même de passer me voir à l’infirmerie pour des prises de sang. »

Je levai le droit pour prendre la parole.

« Mais ce n’est pas nécessaire maintenant, n’est-ce pas? Elle pourrait revenir après le repos. Je pense que c’est ce qu’elle prévoyait et préférait. »

L’infirmière soupira en posant son regard sur moi et je compris rapidement où elle allait en venir par la suite. Elle pensait que c’était moi qui ne voulais pas envoyer Ellyn à l’infirmerie et non pas elle qui ne voulait pas y aller. Nika était aux premières loges à mon retour de l’hôpital et avait rapidement perçu ma réticence à être soigné dans un établissement qui s’était chargé de ma possession sans mon consentement. Ce qu’elle semblait comprendre de toute évidence, étant elle-même passée par là. Ce n’était pas que je doutais d’elle. La jeune infirmière était douce et compréhensive avec ses patients, mais elle devait suivre des ordres très certainement, comme tout le monde ici nawh?

« Elle pourrait, en effet, revenir après avoir mangé un morceau. Elle pourrait aussi aller voir un médecin à l’extérieur. C’est son droit…comme nous avons déjà discuté nous-mêmes. Mais elle devrait vraiment aller vérifier avant de refaire une chute. Je n’ai pas besoin de vous faire un dessin des risques, vous êtes parfaitement au courant. Mr. Doogood…Vous devriez vraiment apprendre à nous faire confiance. Nous sommes là pour vous soigner et votre main ne serait pas dans un tel état si vous aviez suivi nos conseils. Je ne vous parle même pas de votre autre blessure.»

Elle pointa mon ventre de son crayon et je ne pus m’empêcher de lui faire un sourire gêné. Nika se retourna alors vers Ellyn avec un sourire attentionné pour lui donner ses instructions.

« J’ai terminé. Il n’y a pas de commotion et votre pression est belle. Vous pouvez y allez. Veillez à vous reposer mademoiselle et à bien manger. Je ne peux pas vous forcer, mais je vous recommande tout de même de venir nous voir rapidement si vous n’êtes pas suivis par un médecin personnel. Si vous avez un quelconque malaise, n’hésitez pas à rejoindre l’infirmerie ou appeler un ami qui vous y amènera ou nous contactera....Monsieur ci-présent par exemple. Bonne journée à vous deux.»

« Merci beaucoup. », dis-je à l’intention de la douce infirmière.

« Et vous avez évité votre dernier rendez-vous. J’aimerais bien jeter un coup d’œil à cette main. », ajouta-t-elle toutefois à mon intention avant de poursuivre son chemin.

Je levai ma main cicatrisée des deux côtés et d’un air taquin sur le visage, agitai les doigts devant elle pour les lui montrer.

« Ce n’était pas ce que je voulais dire, mais d’accord. », me répondit-elle en haussant les épaules d’un air innocent, mais de toute évidence aussi amusé.

J’avais voulu la taquiner, mais l’infirmière l’attrapa plutôt, me prenant à mon jeu, et appuya légèrement sur la cicatrice m’arrachant une brève expression étouffée de douleur.

« Sensible? Ça ne devrait pas et il vous semble plus difficile de bouger les doigts que normalement.», me reprocha-t-elle.

« Légèrement sensible parfois. C’est juste une mauvaise journée. Je n’ai pas toujours mal. C’est guéri depuis le temps.»


L’infirmière soupira et haussa les épaules.

« Auen a réussi un bon travail malgré tout. »

« Vous voulez dire la première fois ou la seconde? », répondis soudainement plus amère et sarcastique que je ne l’aurais souhaité.

« Wow du calme tout va bien! », me raisonna Hypnos qui avait senti cette soudaine montée d’émotion forte en moi.

Elle-même surprise de cette réaction qui m’était peu habituelle, Nika balbutia quelques excuses en m’observant d’un air grave et contrit.

« Dé…désolé, je ne voulais pas dire.. »


« Non, c’est moi qui m’excuse. J’ai compris, juste… Sujet délicat. », me repris-je, gêné par ma propre attitude.

« Je comprends. Vous savez où me trouver au besoin, mais pour votre main, je ne peux plus faire grand-chose. J’espère pour vous que cette sensibilité partira.»

Je sentais qu’elle ne parlait pas exactement de ma blessure, mais ce n’était pas tellement important. Ce qui importait maintenant c’était de ramener Ellyn à sa chambre. Je saluai poliment d’un signe de tête et la jeune femme posa sa main sur mon épaule de façon rassurante avant de nous quitter en faisant signe de tête à la rouquine également. L’étudiant qui l’avait suivit, rassuré également nous quitta en même temps après que je l’eus remercié aussi. J’attendis qu’ils soient tous deux suffisamment loin pour pousser un profond soupir avant de me retourner vivement vers Ellyn, un large et fier sourire affiché. Par habitude, pour enlever la sensation d’impropreté de ma main sans trop le remarquer et un peu pour calmer, ma nervosité qui s’était installée je sortis ma solution hydroalcoolique pour m’en couvrir les mains, frottant le tout jusqu’à ce que ce soit sec tout en observant la jeune fille.

Je ne souhaitais évidemment pas m’attarder sur la petite discussion qui venait d’avoir lieu avec l’infirmière. Je cherchais simplement à poursuivre la journée normalement et c’était d’Ellyn que je me préoccupais le plus.

« Satisfaite? Puis-je raccompagner madame?»


Sans demander, j’attrapai le sac de la jeune fille, puis le mien. Chargé comme un mulet, je me penchai ensuite pour attraper la belle-de-nuit d’une main et tendit l’autre à ma « patiente » pour l’aider à se relever.

« Tu te sens assez bien pour tenir jusqu’aux machines distributrice? Je crois qu’il serait bien que l’on y passe avant pour que tu puisses manger dans ta chambre. Parce que je ne partirai pas si tu n’as pas mangé avant et je peux être particulièrement tache si tu ne prends pas soin de toi! En plus Erin m’en voudrait certainement de te laisser dans un tel état en plus de t’encourager à ne pas passer à l’infirmerie. D’ailleurs, tu devrais vraiment, éventuellement prendre des prises de sang. C’est peut-être de l’hypoglycémie, de l’anémie, ou…ou…enfin tu vois le genre. Peut-être rien de grave, mais en le sachant ça t’éviterait de recommencer. »

Je sentais que je parlais beaucoup, mais je me sentais un peu mal de l’encourager à ne pas recevoir des soins. Pas que je sois un exemple non plus clairement, mais…fait ce que je dis, pas ce que je fait nawh?!

« Ah ah…ça lui apprendra à refuser les fleurs de sa sœur! Même si je suis d’accord avec elle. C’est bien mieux si tu les lui amènes, mais tu parles beaucoup trop. Nerveux? »

« Légèrement… »

« Erin? »

« Eh…naaawh…c’est Auen… »

« Ouaaais… »

« Même mort il me…Oh fou moi la paix avec Erin et Nyx!»


J’entendais Hypnos ricaner dans mon crâne. Il savait pertinemment que j’étais timide à l’idée de lui amener des fleurs. Même si cela ne voulait rien dire, je savais pertinemment que cela pouvait être mal interprété par les gens de façon générale. Sa sœur elle-même en doutait apparemment.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1804
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Lun 28 Nov - 20:58
Suite à ma tentative désespérée de le convaincre, il émit un petit ricanement. Il faut reconnaître que mes arguments n'étaient pas vraiment éloquents, enfin j'avais tenté le tout pour le tout.

« Ça sonne comme une mauvaise excuse, mademoiselle « je vais mieux, mais je suis trop faible pour apporter une plante ». Mais d’accord…j’en suis. Je ne suis pas fan des soins d’Immortalia de toute façon.»

Toute crédibilité fut perdue, ce qui compte pour l'heure c'est qu'il soit d'accord avec mon plan de génie, oui bon tout est relatif..

*je sens que vous allez bien vous entendre ! Oh et apprend un peu à faire confiance à ce pensionnat, tu t'imagines toujours le pire *

*Tu veux parler du fait qu'on déteste tous les deux se faire soigner par le même genre de personne qui a eu l'idée de nous imposer un dieu dans notre corps, il est vrai qu'il n'y a aucune raison de s’inquiéter, non vraiment il m'inspire tellement la confiance.*

*roooo il faut toujours que tu dramatises toi, par contre ça m'arrange pas trop que vous deveniez amis, j'ai toujours cette envie folle de l'empaler*

L'infirmière arriva à notre hauteur, l'ami d'Erin expliqua brièvement la situation tout en ajoutant à la fin que mon état résultait du fait que n'avais pas mangé. S'ensuivit un regard à mon intention mi-taquin mi-reproche, je rougis un peu et détournai les yeux. Il s'excusa puis dit à l'infirmière qu'après avoir mangé un morceau, mon état s’améliorerait. Elle me fit un examen rapide tout en me posant quelques questions mais avant qu'elle ne me les posent, je pris la peine d'attester de tout ce qu'avait dis le garçon aux yeux verts, « ventant ses mérites » si je puis dire, espérant qu'elle reparte sans exiger de moi un passage à l'infirmerie.

« Comment vous sentez actuellement mademoiselle ? »

« Parfaitement bien ! Il n'y a vraiment pas de quoi s’inquiéter vous savez », dis-je avec empressement et exagération.

« Votre teint n'est pas aussi convainquant que votre voix » me répondit-elle à moitié amusée.

Elle se retourna vers le garçon et lui énonça un verdict plutôt positif mis à part qu'un passage à l'infirmerie pour prises de sang était obligatoire. Cependant il lui demanda si cela ne pouvait être reporté dans mon intérêt et après un temps de réflexion et un échange de regard entre eux dont je ne comprenais pas vraiment le sens, l'infirmière finit par céder à mon plus grand bonheur.  

« Elle pourrait, en effet, revenir après avoir mangé un morceau. Elle pourrait aussi aller voir un médecin à l’extérieur. C’est son droit…comme nous avons déjà discuté nous-mêmes. Mais elle devrait vraiment aller vérifier avant de refaire une chute. Je n’ai pas besoin de vous faire un dessin des risques, vous êtes parfaitement au courant. Mr. Doogood…Vous devriez vraiment apprendre à nous faire confiance. Nous sommes là pour vous soigner et votre main ne serait pas dans un tel état si vous aviez suivi nos conseils. Je ne vous parle même pas de votre autre blessure.»

Elle pointa le ventre de « Mr. Doogood » (désormais je pourrais l'appeler par son nom de famille) tout en finissant son discours, je me tournai vers lui surprise. « Qu'avait il bien pu lui arriver » me demandai-je, cela avait l'air plutôt grave comme blessure, ne voulant lui poser des questions car le moment n'était selon moins pas propice, je me retournai vers l'infirmière qui me souris et me donna quelques brèves instructions. Mr. Doogood la remercia et je fis de même. Ils échangèrent avant le départ de l'infirmière, des phrases concernant la main du garçon, qui apparemment n'était pas totalement cicatrisée. J'étais étrangement curieuse, moi je n'aime pas me faire soigner en général surtout quand je ne connais pas mais lui semblait avoir une bonne raison d'en vouloir au centre médical d'Immortalia et cette raison m’échappait totalement. Après leur discussion tendue l'infirmière repartit d'où elle venait suivit d'une élève dont la présence m'était jusqu'à présent inconnue, je leur dis au revoir d'un signe de main.

« Satisfaite? Puis-je raccompagner madame?»

« Plus que tu ne peux l'imaginer ! », m'exclamai-je, heureuse de pouvoir enfin rentrer dans ma chambre.
Je n’eus pas le temps de répondre à sa deuxième question qu'il s'empara vigoureusement de mon sac, après s'être muni de toutes les affaires (notez bien qu'à ce moment précis, il était aussi chargé qu'un oliphant), il me tendit sa main et je la saisit, un peu hésitante, et me redressai.

« Tu te sens assez bien pour tenir jusqu’aux machines distributrice? Je crois qu’il serait bien que l’on y passe avant pour que tu puisses manger dans ta chambre. Parce que je ne partirai pas si tu n’as pas mangé avant et je peux être particulièrement tache si tu ne prends pas soin de toi! En plus Erin m’en voudrait certainement de te laisser dans un tel état en plus de t’encourager à ne pas passer à l’infirmerie. D’ailleurs, tu devrais vraiment, éventuellement prendre des prises de sang. C’est peut-être de l’hypoglycémie, de l’anémie, ou…ou…enfin tu vois le genre. Peut-être rien de grave, mais en le sachant ça t’éviterait de recommencer. »

J’appréciai vraiment ce garçon, malgré sa maladresse et sa tendance à beaucoup parler ( deux choses que l'on a en commun), il émane de lui une certaine confiance et franchise qui me plaisent amplement. Aucune méprise, je ne suis pas tombée sous son charme, n'exagérons rien, mais je rêverai d'avoir un ami tel que lui sachant que pour l'instant.. et bien comment dire.. je n'en ai pas, voilà c'est dis.

« Écoutes je sais qu'il y a de ça deux minutes j'avais un aspect cadavérique, mais maintenant je vais mieux je te le promet, la force de ton jus d'orange et avec moi ! »

J'avais levé mon poing, signe de triomphe, tout en disant cela mais me cognai maladroitement le coude contre le mur, je vous jure un vrai boulet ambulant. Je me massai de mon autre main mon os meurtri et repris.

« Tu m'as l'air d'être quelqu'un de tenace alors par pur bonté, je décide que nous allons de ce pas aller acheter des bonbons et des cacahuètes au distributeur. »

Je tirai légèrement sur sa manche et l’entraînai dans le couloir en sautillant à la recherche du distributeur perdu.

« Concernant l'infirmerie, j'irai, non pas que cela m'enchante, mais tu as raison c'est important d'être sûr. Je trouve ça quand même hilarant, venant du garçon qui lui même répugne toute envie d'y aller, cependant tu dois avoir de meilleures motivations que moi alors je ne permet pas de juger. Je m'autorise néanmoins à te poser une petite question, mais sache que si tu ne veux pas répondre, c'est pas grave je comprendrai. »

Je tourna ma langue sept fois dans ma bouche histoire d'être sûre de bien formuler tout ça puis me lançai.

« Je ne sais pas et ne te demande pas de m'expliquer ce qu'il t'es arrivé, mais est ce que à l'heure actuelle tu vas bien ? »

Après avoir attendu sa réponse, j'aperçus en face de nous le distributeur baignant dans les dernières lueurs du jour. J'introduisis mes pièces de monnaies dans la machine et plongeai ma main dans le bac. Victorieuse, je m'empressai d'ouvrir le paquet de cacahuètes et fourrai un poignée dans ma bouche.

« Au fait tu connais mon prénom mais le tien m'est toujours inconnu, pour l'instant tu réponds au nom du 'garçon aux yeux verts' », dis-je après avoir avalée.

*imagine il a un nom suranné du genre Hippolyte ou Ephrem ?*

*Eh bien que veux tu que cela me fasse ? *

*si le nom d'une personne est vraiment minable ça peut te donner envie de le tuer non ? ou au moins le frapper ?*

*Vois-tu, nous les humains (évidemment ce n'est pas le cas de tout le monde) sommes des êtres plus ou moins civilisés, qui ne ressentent pas automatiquement l'envie d'étriper une personne à cause de son prénom ou autre raison futile.*

*Vous avez tort, oh et puis zut ! tu me pompe le choux à toujours être aussi butée, c'est vrai quoi le monde ne va pas s'arrêter de tourner parce qu'un garçon insignifiant avec un prénom d'autant plus piètre, est mort. on s'en contrefout comme de sa première chaussure*

*Je ne partage pas ton avis, tu ne prends pas la peine d'écouter attentivement le mien, la discussion est clause.*  

Le mode de pensée d'Atalante commencer sérieusement à me courir sur le haricot.. et voilà c'est fabuleux, je me mets à utiliser ses expressions désuètes, c'est pitoyable.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Mar 29 Nov - 11:58
Elle accepta ma main et se relevai, apparemment fort heureuse que je lui permette de retourner à sa chambre. Aussi, il me semblait qu’elle avait tout de même écouté ce que j’avais eu à dire. Cela ME rendait heureux comme la plupart des gens semblaient préférer me laisser parler seul et ignorer mes conseils. Je récupérai un peu plus de confiance en moi face à la jeune femme qui m’accordait son attention. C’était un peu comme avec Alistair. Je ne me sentais pas jugé. C’était un sentiment agréable de gagner en crédibilité après toutes ses années à me faire ignorer ou martyriser. M’enfin, écouter, ne voulais pas dire être d’accord et elle Ellyn s’était rapidement empressé de me faire savoir que le jus avait été suffisant. Suffisant sans doute, mais pas pour moi. Je lui avais alors lancé un regard peu convaincu tout en restant silencieux et riant intérieurement à la maladresse de la jeune femme qui venait de s’éclater le coude contre le mur. Elle me rappelait vaguement quelqu’un d’aussi incompétent à la vie : moi. Elle avait tout de même accepté d’avaler un truc provenant des machines. Mieux que rien, même si des bonbons ce n’était pas le mieux pour elle. Les cacahuètes seraient meilleures tout de même. J’avais donc acquiesçai, acceptant le compromis avant qu’elle n’attrape mon bras et ne prenne les devants en sautillant. Je ne pus éviter de ricaner en la voyant faire, elle qui s’était dite trop faible il y a peu de temps, pour tenir le pot de fleurs. Je secouai la tête d’un air faussement découragé alors qu’elle se mit à tour à parler autant que moi précédemment. Elle avait inévitablement noté ma réticence à recevoir des soins et avait apparemment des questions pour moi. Je les craignais légèrement vu la discussion que j’avais eue avec Nika, mais j’étais tout ouïe.

« Ouais, vas-y. », lui avais-je répondu, considérant que je lui imposais déjà suffisamment ma personne pour ne pas la laisser me poser des questions à son tour.

« Je ne sais pas et ne te demande pas de m'expliquer ce qu'il t'est arrivé, mais est-ce qu’à l'heure actuelle tu vas bien ? »


« Euh…Aye. »

J’hésitai un instant, réalisant que mon affirmation restait peu convaincante.

« En effet, j’ai mes raisons de ne pas vouloir y aller. Mauvaise expérience, disons. Toi aussi je suppose? Je me demandais pourquoi tu ne voulais pas au départ, mais ce ne sont pas mes affaires par vrai? Mais, dans mon cas…Aye, physiquement, ce ne sont que des douleurs fictives selon la météo ou aléatoire, un peu comme une douleur fantôme ou simplement des fragilités, mais c’est guéri et le reste…Et bien c’est beaucoup mieux, ça suivra éventuellement. Ça fait déjà un an tout ça. J’ai pris les mesures nécessaires pour régler le tout. »

Je baissai la tête un moment, réfléchissant à mes propres paroles…le reste viendrait….J’espérais que la réponse la satisferait. À présent, elle était devant la distributrice à se servir. Je décidai de faire de même, y insérant des pièces et faisant mon choix en écoutant ce qu’elle avait à dire, me rappelant que je ne m’étais toujours pas présenté et qu’elle m’identifiait simplement au terme « garçon aux yeux verts », ce qui me fit rire, sachant pertinemment qu’ils étaient un trait distinctif chez moi.

« Oh god, vraiment désolé! Où avais-je la tête! Enfin, certainement occupé à penser aux soins, mais tout de même, ça me semble peu convenable à présent. Tu peux m’appeler Lawrence! Lawrence Doogood.»
, lui dis-je un brin trop motivé de mon accent écossais prononcé.

« Surtout que tu connais le sien pour avoir farfouillé ses effets personnels. », me remémora ma divinité.

Je m’étais retourné brusquement pour tendre la main à Ellyn de façon officieuse et nerveuse en réalisant ma bêtise.

Présentations faites en bon et due forme, je m’affairai à attraper ma propre commande dans la machine, soit une barre de chocolat, deux laits de soya, un à la vanille et l’autre chocolat ainsi qu’une pomme. Je glissai ensuite subtilement dans son sac le fruit et le lait de soya au chocolat, comme elle semblait aimer le sucré, dans le sac de la jeune femme en lui rendant un regard insistant qui voulait clairement dire qu’elle devait les consommer plus tard plus tard. Quelque chose me disait qu’elle ne prendrait de toute façon rien de bien supportant comme elle s’obstinait à grignoter plutôt que de réellement se nourrir, mais au moins ce serait sain si on totalisait le tout. Faisant cela, je passai toutefois très proche de renverser la plante que je tenais à présent d’une main incertaine en rangeant le tout, mais la rattrapai de justesse en passant aussi proche d’éclater le pot contre la machine distributrice en ayant tenté de m’en servir pour me rattraper. Je plissai les traits de mon visage en entendant le son du pot en terre cuite contre la vitrine de la machine…oups…

« Elle ne survivra tellement pas le voyage…C’est moi qui le dit. »

Rattrapant le tout, je fus satisfait de voir que rien n’avait brisé, plus de peur que de mal finalement! Je tentai donc de me réorganiser, prêt à poursuivre notre chemin en discutant, espérant la connaitre un peu mieux.

«Alors…euh…tu…vous êtes jumelles…Ellyn et Erin Aberline…Vous partagez la même chambre à Immortalia? Même niveau scolaire aussi je suppose. Seconde non? Vous venez d’où, si ce n’est pas indiscret? Je..je parle…pour parler hein! Pas…euh…obligé de répondre. »

Mais voilà, fidèle à mon habitude, dès que je quittais mes domaines d’intérêt, ma confiance en moi se poussait avec le sujet, les bégaiements et les hésitations décuplaient de peur de faire une bourde qui me vaudrait un rejet total. Ma curiosité l’emportait toutefois toujours sur ma crainte et une fois les premières questions posées, je n’en finissais plus et Hypnos devait rapidement me rappeler à l’ordre.

« Ça me fait penser. Des jumelles ont-elles des divinités similaires ou pas du tout?...Euh…désolé…ça c’est indiscret… Reste que la question se pose hein! Comme on ne connait pas vraiment en détail le processus de sélection des possédés….Et et tu as une cravate bleue à ton uniforme. Donc tu es chez les Grecs comme nous hein! »


J’hésitai une nouvelle fois, réalisant ce que j’impliquais et me remémorant qu’Ellyn n’avait pas semblé impressionné que je la prenne pour sa sœur un peu plus tôt.

« Pas que que j’insinue que vous soyez parfaitement identique ou la même personne…Je je veux dire, vous êtes deux individus différents hein! J’en ai conscience! Reste, c’est prouver que les jumeaux ont des liens fort parfois limite inexplicable et tout ça…enfin j’ai toujours été curieux alors…dans ce cas-ci aussi…avec la possession je me disais que peut-être que…Enfin… »

Je marquai une pause subite en entendant Hypnos m’interpeler comme un chien.

« Couché Lawrence! Tu patauges! »

« Mais…la question… Je ne veux pas la vexer, mais ce serait bien de savoir non? »


« Oui, mais relaxe, c’est trop d’un coup! Et surtout prends ton souffle, tu vas bien finir par nous faire une crise... »


Je soupirai en me retournant vers Ellyn pour évaluer son niveau d’exaspération, incertain.

« Désolé. », fini-je par dire pour ne pas prendre de chance.

« Ouvre la voie, je te suis jusqu’à la chambre. »

Je la laissai passer devant moi d’un signe de tête mes bras et mes mains étant entièrement occupés.

HRP:
 

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1804
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Sam 3 Déc - 18:28
* Lawrence.. alors là c'est tout sauf déplorable, je trouve que ce prénom lui correspond parfaitement.*

* je ne suis pas de cet avis, j'ai toujours autant envie de le lapider, sa tête me plaît pas*

J'ignorai les pulsions meurtrières d'Atalante et calmai les miennes à son égard. La main de Lawrence était désormais tendue devant moi et après un long moment de réaction, je finis par la saisir, clôturant ainsi nos présentations officielles si je puis-dire. Alors que je continuai à grignoter mes cacahuètes, le garçon commanda à son tour et déposa dans mon sac, délicatement, non sans un un regard qui semblait dire « nourris toi, c'est un ordre ! », une pomme et du lait soja chocolat. Cette prévenante attention me touchai et je lui souris légèrement pour le remercier. Il avait entrepris une tentative dangereuse en faisant cela car le pot risqua à deux reprises d'être brisé. Lawrence me fit comprendre que le remettre à Erin intact serait mission impossible.. s'il savait toutes les affaires d'Erin que j'avais malencontreusement casser, déchirer, détruites.. je pense qu'elle n'était plus à ça près. Finalement Lawrence réussit tant bien que mal à organiser tous ce qu'il avait entre les mains et réengagea la conversation.

«Alors…euh…tu…vous êtes jumelles…Ellyn et Erin Aberline…Vous partagez la même chambre à Immortalia? Même niveau scolaire aussi je suppose. Seconde non? Vous venez d’où, si ce n’est pas indiscret? Je..je parle…pour parler hein! Pas…euh…obligé de répondre. »

Cette avalanche de questions me surpris un peu, mais je tentai de répondre naturellement, ce qui n'est pas chose facile pour une fille comme moi.

« Tu as vu juste pour les deux premières question, oh et bien nous habitions à Kenmare.. hum dans le Sud de comté de Kerry.. je sais pas si tu connais, disons que c'est au Sud ouest de l'Irlande.. désolée mes connaissances en géographie sont plutôt limitées je préfère largement l'histoire c'est beaucoup plus intéressant.. après ça n'engage que moi .. »

*arrête toi là, tu parles trop pour ne rien dire, qu'est ce qu'il en a à faire sérieux que tu préfères l'histoire hein ? On s'en bat l’œil !*

*Je fais pas exprès, ça sort tout seul, je ne possède pas de bouton off à mon plus grand dam..*

« Ça me fait penser. Des jumelles ont-elles des divinités similaires ou pas du tout?...Euh…désolé…ça c’est indiscret… Reste que la question se pose hein! Comme on ne connait pas vraiment en détail le processus de sélection des possédés….Et et tu as une cravate bleue à ton uniforme. Donc tu es chez les Grecs comme nous hein! »

« Indiscret ? » Unknown. Je manque pour la plupart du temps de tact avec les gens et pose des questions dont la réponse est le plus souvent «  ça ne te regarde pas », « tu n'as pas à le savoir » ou comme dans ce cas ci apparemment « c'est indiscret ». Mon souci, lorsque je veux vraiment savoir quelque chose, c'est que je le demande sans passer par quatre chemins, et d'après mon expérience, ce genre de chose ne se fait pas. Vous croyez que ça m'empêche de continuer ? Pffu loin de là, en fait c'est le contraire. Je brûlais de savoir ce que Lawrence avait exactement eu concernant ses blessures, mais comme je le connaissais à peine, je réfutais l'idée de lui poser des questions dites "indiscrètes", je vous l'accorde que c'est tout sauf simple, ma curiosité me démangeait.


« Pas que que j’insinue que vous soyez parfaitement identique ou la même personne…Je je veux dire, vous êtes deux individus différents hein! J’en ai conscience! Reste, c’est prouver que les jumeaux ont des liens fort parfois limite inexplicable et tout ça…enfin j’ai toujours été curieux alors…dans ce cas-ci aussi…avec la possession je me disais que peut-être que…Enfin… »

J'avais presque l'impression de regarder un miroir, son bégaiement, ses questions incertaines et sa nervosité.. caractéristiques de ma personne ! Néanmoins il m'apparaissait comme étant sociable et de nature positive, là je ne me reconnaissais pas.

« Dans notre cas, non, après je veux pas faire de généralités.. il.. il est sûrement probable que d'autres jumeaux ou jumelles ont des divinités similaires, je ne parle pas en connaissance de cause donc euh.. je ne peux te le certifier. Il est vrai qu'avec Erin nous avons un lien très fort qui nous unis, et je pense que personne ne peut vraiment comprendre ce lien.. c'est comme ci on entend un son particulier qui nous permet de savoir si l'autre va bien ou non, euh par exemple lors de notre cinqui.. non oublie je divague. »

Suite à un temps de silence je soulevai ma cravate.

« Très observateur n'est ce pas ? »

Question rhétorique, évidemment.

Il finis par s'excuser de sa maladresse et je lui répondis qu'il n'y avait pas de problème, quand on est aussi empotée que moi juger quelqu'un comme lui serait un comble.

« Ouvre la voie, je te suis jusqu’à ta chambre. »

« Si tel est votre désir Mr. Doogood », plaisantai-je.

Je marchai devant lui et après quelques pas nous sortîmes enfin du lycée et pénétrâmes dans le parc.  Ne sachant quoi dire je déballai toutes mes pensées espérant que ces dernières n'étaient pas trop incongrues.

« Justice doit être établie ! Tu possèdes à présent des informations sur moi, à toi de me livrer tes plus lourds secrets ! Non.. c'est une blague bien sûr.. ta vie secrète ne me concerne pas, non pas que ça m'intéresse pas mais euh voilà quoi.. je comprends si tu aimerais favoriser le silence, jusqu'à ce que l'on arrive à ma chambre.. je.. j'arrive pas à bien converser, faut toujours que ça devienne déroutant.. »

Je passai ma main sur l'intérieur du coude, ma dermatite atopique avait complètement disparue mais je possédais toujours cette mauvaise habitude de de pressai la main dessus lorsque je suis nerveuse ou embarrassée. J’accélérai le pas sentant qu'il valait mieux que l'on arrive avant que je ne sorte une autre turlupinade.

HRP:
 
[/quote]
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Sam 3 Déc - 21:49
Ellyn me confirma que j’avais visé juste pour la plupart de mes questions et me révéla aimé l’histoire, mais s’y connaître peut en géographie.

« J’adore l’Histoire également! Mais j’ai toujours pensé qu’il fallait tout de même un brin de connaissance en géographie pour vraiment l’étudier. Enfin, si tu veux pousser la chose. Si ce n’est qu’un intérêt, je suppose que ce n’est pas si mal. »

Aussi, répondant à mes questions suivant elle affirma qu’elle et Erin avaient, en effet un lien particulier selon elle, mais cela ne semblait pas s’être répercuté sur leurs divinités. J’étais satisfait de la réponse, mais je me promis de continuer mon petit sondage si je venais à rencontrer d’autres jumeaux au sein du pensionnat.

«  Il est vrai qu'avec Erin nous avons un lien très fort qui nous unis, et je pense que personne ne peut vraiment comprendre ce lien.. c'est comme ci on entend un son particulier qui nous permet de savoir si l'autre va bien ou non, euh par exemple lors de notre cinqui.. non oublie je divague. »

Je la vie soulever sa cravate comme si elle réalisait à peine ce que la cravate de son uniforme voulait dire et souris lorsqu’elle me dit que j’étais observateur. C’était l’un de mes talents, j’étais peut-être vraiment maladroit et peu habile de mes mains, mais le sens de l’observation ça, je l’avais.

«Possible… », répondis-je humblement avant de l’inviter à nous diriger vers sa chambre, ce qu’elle fit.

« Si tel est votre désir Mr. Doogood », plaisanta-t-elle.

« Et voilà, les offres indécentes commencent!», blaguai-je à mon tour.

« Et si c’était vrai…C’est marrant comme tu passes ton temps dans les dortoirs des filles hein…»


« Pas ma faute si j’ai des affinités avec la gent féminine. La plupart de mes amis y sont…autres que Mykh et Alistair. »

« J’attends encore le jour où dormir dans leur chambre voudra dire plus qu’une soirée à écouter leurs ennuis ou à les soigner.  »

« Pas prêt d’arriver! Pas tant d’intérêt. »

« Non, j’ai bien vu ça! », soupira Hypnos décourager.

Ce furent les paroles soudainement pleines d’autorité d’Ellyn qui nous sortirent de notre petite conversation intérieure dans un sursaut.

« Justice doit être établie ! Tu possèdes à présent des informations sur moi, à toi de me livrer tes plus lourds secrets ! Non.. c'est une blague bien sûr.. ta vie secrète ne me concerne pas, non pas que ça m'intéresse pas mais euh voilà quoi.. je comprends si tu aimerais favoriser le silence, jusqu'à ce que l'on arrive à ma chambre.. je.. j'arrive pas à bien converser, faut toujours que ça devienne déroutant.. »


Je ricanai, légèrement malaisé. J’étais celui qui posait des questions plus que je n’y répondais habituellement, mais ça n’aurait pas été juste de ne pas lui rendre la pareille. Je décidai donc de lui offrir des informations équitables.

« Ah ah! Non ça va. Je suis toujours un peu pataud autant dans mes conversations que mes mouvements, alors je ne peux que comprendre et bon, malgré tout, j'aime bien parler avec les gens avec qui je m'entends bien. T'as dû le remarquer en fait...Ça devient lourd par moment pour les gens...je crois. Alors ne te gêne pas pour me dire de la fermer, je suis habitué aussi, mais je veux bien t'entendre. Alors tu veux savoir quoi? Je ne suis pas quelqu’un de très intéressant par contre. Tu es prévenue…Je suis un garçon sans histoire, si je peux dire. C’est sans doute pour ça que je m’intéresse autant à l’Histoire et aux histoires…ce sont mes petites passions. Je suis en première année de licence. J’aimerais devenir psychiatre éventuellement ou psychologue. J’ai pensée à journaliste ou écrivain, mais j’ai dû choisir rapidement avec la fin de session alors j’ai opté pour continuer de pratiquer les deux derniers comme passe-temps et de m’ouvrir des portes en médecine peut-être. On verra ce que ça donne…et bon sinon…à mon accent trop évident, tu as du deviner que j’étais Écossais. De Kirkwall en fait, dans l’archipel des Orcades, mais on a aussi des appartements à Edimburgh. C’est pas mal tout ce que je peux dire…»

« Un garçon sans histoire? Laisse-moi rire…c’est de moins en moins vrai tout ça. Ça te manque?»

« Je ne sais pas…non…enfin…parfois, mais on est à Immo alors je crois que nous pouvons faire une croix là-dessus. »


«Et toi? Tu sais en quoi tu veux t’orienter dans quelques années? Et surtout surtout! Ne me laisse pas en suspens, je hais ne pas savoir. Qu’est-ce qui s’est passé lors de « votre cinq…quelque chose »? Cinquième anniversaire, je présume? Racétaientonte-moi tout. J’aime les histoires comme j’ai déjà dit. »


En effet, mon plus grand défaut, malgré ma maladresse  certainement mon intolérance et ma frustration facile lorsque je n’avais pas tous les détails ou que l’on me maintenait dans l’ignorance. Elle avait commencé sa phrase, je voulais qu’elle la termine. Aussi, elle semblait elle-même intéressée à en parler et n’ayant pas de frères jumeaux, le sujet m’intéressait. J’étais curieux quoi! Tout en discutant avec Ellyn, je m’étais dirigé à sa suite dans le dortoir des filles jusqu’à la chambre 107 devant laquelle je figeai et fronçai les sourcils. J’avais un drôle de sentiment face à cette porte et j’arrivais mal à me l’expliquer. Je tentai de chasser cette impression désagréable de mon esprit et rapporter mon attention sur Ellyn. J’avais hâte de déposer la plante il faut dire. Mes doigts crispés autour dans l’espoir de ne pas l’échapper commençaient à être endoloris.

HRP:
 

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1804
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Dim 4 Déc - 19:15
Il se mit à rire, non pas pour se moquer mais plutôt pour montrer qu'il était gêné, probablement pour m'avoir posé autant de questions sans que j'ai à mon tour mon lot d'informations sur lui.

« Ah ah! Non ça va. Je suis toujours un peu pataud autant dans mes conversations que mes mouvements, alors je ne peux que comprendre et bon, malgré tout, j'aime bien parler avec les gens avec qui je m'entends bien. T'as dû le remarquer en fait...Ça devient lourd par moment pour les gens...je crois. Alors ne te gêne pas pour me dire de la fermer, je suis habitué aussi, mais je veux bien t'entendre. Alors tu veux savoir quoi? Je ne suis pas quelqu’un de très intéressant par contre. Tu es prévenue…Je suis un garçon sans histoire, si je peux dire. C’est sans doute pour ça que je m’intéresse autant à l’Histoire et aux histoires…ce sont mes petites passions. Je suis en première année de licence. J’aimerais devenir psychiatre éventuellement ou psychologue. J’ai pensée à journaliste ou écrivain, mais j’ai dû choisir rapidement avec la fin de session alors j’ai opté pour continuer de pratiquer les deux derniers comme passe-temps et de m’ouvrir des portes en médecine peut-être. On verra ce que ça donne…et bon sinon…à mon accent trop évident, tu as du deviner que j’étais Écossais. De Kirkwall en fait, dans l’archipel des Orcades, mais on a aussi des appartements à Edimburgh. C’est pas mal tout ce que je peux dire…»

Loin de là mon idée de trouver ce garçon insipide, le fait qu'il continue de me parler avec cette particulière attention le rendait intrigant. Une passion en commun, « stunning ! », pensai-je. En ce qui me concerne, j'adore lire toutes sortes d'histoires, m'immerger complètement dedans, mais j'aime autant en inventer. Hélas j'ai le défaut de ne jamais montrer mes écrits, d'ailleurs je me demande si quelqu'un est au courant de mon engouement pour l'écriture.  

*tu devrais le séquestrer, pour une fois qu'une personne te parles plus de cinq minutes et que tu la remballe pas.. ça tient du miracle !*

*Je ne remballe plus à tout bout de champ les gens je te rappelle, cette période appartient au passé, je suis à Immortalia maintenant ce temps est à présent révolu !*

*alors pourquoi je ne suis pas convaincue d'après toi ?*

Cette question demeura sans réponse, Atalante ne semblait pas croire que j'avais changée mais moi je voulait à tout prix y croire.

« Je pense que tu ferais un bon psychologue car tu sais écouter les gens et puis une certaine confiance se dégage de toi, cela n'empêche pas que tu puisses devenir aussi psychiatre ou quoi que ce soit d'autre.. du moment que tu aimes ce que tu fais, c'est l'essentiel.. enfin je suppose. »

*drôlement convaincante tu es !*

*Mets là en veilleuse Attila tu veux !*

Après ce court échange avec Atalante je repris la conversation.

« Ton accent est assez prononcé donc oui j'avais deviné ton origine. Kirkwall dis tu ? L'une de mes tantes à séjourné las-bas pendant un temps.. »

Évoquer ma tante me fit penser à ma mère et je fus pendant un instant perdue dans mes pensées, la voix de Lawrence me ramena à la réalité.

«Et toi? Tu sais en quoi tu veux t’orienter dans quelques années? Et surtout surtout! Ne me laisse pas en suspens, je hais ne pas savoir. Qu’est-ce qui s’est passé lors de « votre cinq…quelque chose »? Cinquième anniversaire, je présume? Raconte-moi tout. J’aime les histoires comme j’ai déjà dit. »

« Et bien.. devenir écrivain serait l'un de mes plus grands rêves, après je sais que ce n'est pas chose facile, mon style d'écriture doit être plaisant et original sinon les éditeurs ne seront pas intéressés. J'écris souvent tu sais, et sur divers sujets, mais je n'arrive jamais à terminer mes histoires, elles restent inachevées.. »

« Oh je ne pensais pas que ne pas savoir la suite était un supplice pour toi, tu m'envoies désolée, si tu tiens tant à le savoir alors je vais te raconter. Lors de notre cinquième anniversaire ( oui tu avais vu juste), nos parents avaient organisé un goûter dans le jardin, tout se déroulait merveilleusement bien. L'éternel rituel ne nos anniversaires était de faire une chasse au trésor, c'est ainsi que ma mère et mon père se mirent à cacher un peu partout nos cadeaux. Je patientais pendant ce temps en mangeant du gâteau au fromage blanc mais soudain je remarquai l'absence de ma jumelle. Je n'étais pas inquiète supposant que, fidèle à la chipie qu'elle était, Erin avait dû suivre mes parents. Cependant un son aigu et déchirant parvins à mes oreilles et je sus tout de suite que ma sœur avait un problème, je me mit alors à courir en direction de ce bruit insupportable et pénétrai dans notre manoir. Ma première réaction lorsque je la vis étendue par terre fut de me demander « était-ce notre dernier anniversaire ensemble ?». En effet lorsque tu as cinq, tu ne te rends pas vraiment compte du degré de gravité que peut avoir une situation. Ma jumelle avait simplement voulu chercher son nounours mais en descendant les escaliers cette dernière avait trébuché et s'était écorchée le coude et l'épaule. Ce fut la première fois que je réalisai l'importance de notre lien.. »

« Au fait, ajoutai-je, tu peux éviter de parler de mon malais à Erin ? Je t'en serais gré, please ou sinon je vais encore avoir droit à un sermon. »          

Je remplis d'air mes poumons, tout en observant la porte de la chambre, un mauvais pressentiment s'empara de moi, je n'en tins compte et reportai mon attention sur le garçon aux yeux. Un éclair frappa mon être et je me souvins que la belle de nuit était toujours dans mes cheveux. Voyant que Lawrence était trop chargé et pour m'amuser je me mis sur la pointe des pieds et déposai la fleur au dessus de son oreille lui chuchotant : « elle te va mieux qu'à moi de toute façon »

A ce moment là, la porte s’ouvrit, dévoilant mon visage déconfit à la vue d'Erin, qui paraissait fort surprise.

HRP:
 
[/quote]
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Dim 4 Déc - 21:34
Je me réveillais, la tête sous les draps. Je sortis de mon cocon tout chaud pour observer la chambre. Ellyn n'était toujours pas rentré et je commençais à m'inquiéter. Je me levais pour aller chercher mon téléphone et l'appeler.

« Ne t'inquiète pas elle va bien. Tu veux qui lui arrive quoi ? »

« J'ai un mauvais pressentiment voilà tout. Et puis il peut lui être arrivé plein de choses, elle peut avoir fait un malaise, elle peut être tombée dans les escaliers et j'en passe... »

« Calme-toi ! Tu paniques pour rien. »


A peine était-je arrivé devant la porte pour prendre mon mobile dans mon manteau que j'entendis des voix à travers la porte. Je plaquai mon oreille contre la porte, ce n'était pas bien d'écouter les conversations des autres, mais ma curiosité était plus forte que mes principes. La voix de Ellyn était légèrement étouffée, mais je compris tout de même qu'elle racontait une anecdote sur notre enfance, celle de nos cinq ans apparemment.
A qui pouvait-elle bien raconter ça ? Un garçon ?

«  Tu penses qu'elle a un petit copain ? Elle me l'aurait dit tout de même… non ? »

« Tu lui aurais dit toi ? »

je ne pris même pas la peine de répondre et continua mon écoute plus attentivement.

« Au fait, tu peux éviter de parler de mon malaise à Erin ? Je t'en serais gré, please ou sinon je vais encore avoir droit à un sermon. »           

Comment ça elle avait fait un malaise ?! Oh oui elle allait m'entendre, elle pouvait en être sûre ! Mais pas tout de suite, je voulais d’abord voir la tête de son interlocuteur.

Je me relevai et ouvris la porte d'un coup.

« A qui tu ... »

Ma question resta en suspens quand je découvris la scène qui se jouait devant moi. Ellyn sur la pointe des pieds en train de chuchoter quelque chose à l'oreille d'un garçon, tout en déposant une magnifique belle de nuit blanche. Cette scène ne m'aurait pas autant choqué si le jeune homme en question n'était pas Lawrence. Je ne savais pas quoi dire ou quoi faire, je rougis, mais je ne disais rien encore sous le choque. Pourtant, mon étonnement commençait à se transformer en une colère noire. Je ne remarquais rien d'autre que leur visage bien trop proche à mon goût. Je fermai la bouche, mes yeux se durcir et je commençais à tourner ma bague autour de mon index gauche. Mais rien n'y faisait, ma colère continuait à augmenter. Je ne pus que m’enfuir pour dissimuler cette partie de moi.

« Je suis désolée. Je ne voulais pas vous déranger... »

Je refermai la porte avec une violence qui m’étonna moi-même. Ce n'était pas dans mes habitudes de m'énerver autant pour si peu...

« Alors, ma chère, à part cette colère incontrôlable qui t'envahit quand il est avec une autre fille, tu n'es pas amoureuse de lui... »

Nyx semblait ravie de ma réaction.

« Je ne suis pas amoureuse de lui ! Combien de fois faudra que je te le dise? C'est juste qu'Ellyn a fait un malaise et ne voulait même pas me le dire. »

« Mais oui, mais oui ... »


je commençais à faire les cent pas dans ma chambre comme une lionne en cage. Je voulais une explication. Comment se faisait-il qu'ils étaient ensemble et puis il avait l'air vraiment proche…
Je passai devant notre miroir et aperçus ma dégaine assez pitoyable. Mes cheveux étaient en bataille telle un petit poussin qui sortait de sa coquille, mes cernes noires étaient plus visibles que d'habitude et mes vêtements étaient froissés à cause de mon petit somme.
Je m’arrêtai devant me demandant ce qui se passait. Je ne m’énervais jamais devant les autres et pourtant cette fois-ci, rien n'avait pu me calmer à temps… Pourquoi ?
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Dim 18 Déc - 16:13
Je la connaissais encore peu, mais Ellyn me fit savoir qu’elle me voyait bien psychologue comme il était facile de me faire confiance et que je semblais avoir une bonne écoute. J’en rougis légèrement flatté par son commentaire.

« Bah, c’est normal je crois…d’écouter les autres. Je ne sais pas, c’est naturel? »



La conversation s’était alors porté sur ma nationalité, puis nos domaines de prédilections respectif. Il était agréable de rencontrer quelqu’un de nouveau avec qui j’avais autant d’intérêts commun. Apparemment, l’écriture lui plaisait également, mais elle n’achevait jamais ses travaux. Je connaissais bien ce problème moi-même. J’allai finalement creuser un peu plus loin, allant jusqu’à lui demander le récit qu’elle semblait réticente à me donner.



« Tu sais…Parfois on a tendance à s’acharner pour atteindre la perfection alors qu’en fait, ce ne le sera jamais. L’important est de terminer un projet et de le soumettre ainsi. Après il est plus facile d’apprendre de ses erreurs et de s’avancer un peu plus. Sinon, je sais ce que c’est, tu écris, tu te relis, tu n’es pas satisfait, puis tu corrige. Éventuellement, soit tu te lasse de ton projet, soit il reste inachevé. Je crois que l’important est donc de terminer les choses quitte à se reprendre ou améliorer le produit final. Après…plus facile à dire qu’à faire hein! »
, lui avais-je conseillé avant qu’elle ne poursuive sur le sujet intéressant : une tranche de vie lors de ses 5 ans.

« J’espère qu’elle a eu son nounours au moins? Question de ne pas avoir fait ses efforts pour rien du moins.» , lui avais répondu en souriant.

J’étais surpris du lien dont elle parlait. Après tout l’accident n’était ps très grave, malgré tout elle avait eu ce drôle de pressentiment de malheur. C’était tout de même mignon comme histoire, mais la question qui suivit coupa cours à ce partage de souvenir. Voulant éviter de se faire sermoner, Ellyn me demandait de ne pas en parler à Erin. Ce à quoi j’acquiesçai. La santé d’Ellyn et sa relation avec sa soeur n’était pas de mon ressort et elle avait droit de garder son état de santé privé.

« C’est d’accord. Je comprends que tu ne veuilles pas nécessairement en parler. Promets-moi juste que, si ce n’est pas à ta soeur que tu en parles, tu viendras me voir ou m’appellera si tu as des ennuis. Je ne voudrais pas que tu refasse un malaise et que personne ne soit là pour t’aider.»

J’avais alors sorti un stylo de ma poche pour lui attraper sa main et y inscrire mon numéro de téléphone en cas d’ennuis. Avant que je ne puisse ajouter quoique ce soit, elle était en train de poser la belle de nuit que je lui avait déposer dans les cheveux, dans les miens.
   


« Elle te va mieux qu'à moi de toute façon », vint-elle me chuchoter à l’oreille, sa proximité me faisant un brin rougir.

Je ricanai, me doutant bien que j’avais certainement l’air ridicule. Si on me voyait, cela n’aiderait certainement pas les rumeur quant à mon orientation, mais je m’en fichais. Je trouvais la réaction d’Ellyn plutôt marrante, et un brin embarrassante, comme cela me rappelait que je l’avais pris pour Erin. Mieux valait en rire à présent! Elle ne m’en tenait pas rancune apparemment.

« Je suis en désaccord, mais chacun son… »


Je fut interrompu par la porte de la chambre 107 qui s’ouvrait, laissant apparaître les cheveux entremêlés et les yeux cernés de la soeur jumelle en question qui semblait se demander avec qui semblait avoir une foule de questions. Immédiatement, je tendis maladroitement le pot de belle de nuit vers elle, droit devant moi.

« Cadeau! », lançais-je joyeusement en rougissant davantage, gêné de lui apporter son présent, mais particulièrement fier de ma trouvaille. J’avais promis après tout de réparer mon erreur.

Quoiqu’il en soit, Erin semblait d’abord inquiète, puis surprise avant de laisser ses traits se durcir. Elle semblait très en colère. Avait-elle entendu les paroles d’Ellyn à travers la porte? Ou avait-elle senti le malaise de sa soeur comme nous venions tout juste d’en discuter? Était-elle fâché de ma présence? Déçu du cadeau? Je n’allais de toute évidence pas le savoir maintenant. Aussitôt que son regard s’était posé sur nous, elle s’empressa s’excuser de nous avoir déranger. Nous déranger? Apparemment, c’était moi qui dérangeait, nah? Elle avait l’air d’à peine s’être levé. Connaissant sa possesseure, cela ne m’étonnait pas trop en fait. J’aurais dû prendre garde. J’allais à mon tour m’excuser et lui dire qu’elle ne dérangeait pas du tout, mais, sans un seul regard à la fleur, elle avait refermé la porte avec une telle violence que j’en sursautai. Ce qui devait arriver arriva, j’en échappai le pot qui alla se fracasser au sol, répandant son contenu au sol: terre et plant.

Je laissai échapper une expression, mélange de surprise et de désespoir avant de me laisser tomber au sol pour tenter de rassembler le tout. Les mains terreuses, l’anxiété monta inévitablement et je ne savais pas plus quoi faire de la terre et du plant. Je n’avais pas de pot de rechange, mais je voulais sauver la plante. Elle aurait certainement un choc, mais tout n’était pas perdu.

« Ellyn, vous avez un porte poussière et un pot de fleur? Sinon au moins de l’eau. N’importe quoi…»

Ma nervosité apparente devais paraître exagérer pour un problème aussi mineur vu de l’extérieur, mais c’était ma façon bien involontaire de combattre le stress du moment qui était surtout d’avoir fait quelque chose de mal. Aussi, dans un geste rapide je m’étais aussi couper avec un tesson de céramique et réalisa que j’allais définitivement devoir me laver les mains.

« Euh…lavabo…sur l’étage…ah non…étage de fille…Je…je vais devoir me laver les mains à l’étage au dessus. Gosh, c’est loin…Je…euh reviens…ou pas…je crois que. Je vous dérange. Vous avez définitivement des choses à régler….Je reviens…pour ça.»

Je pointai le dégât qui était au sol puis, me levai brusquement pour quitter les lieux et ce, sans réaliser que j’étais toujours équiper du sac d’Ellyn en plus du miens. La priorité allait au nettoyage, ne pouvant rien faire pour la plante pour le moment. j’espérais qu’Ellyn ne m’en veuille pas de lui laisser la plante ainsi, mais j’avais d’autres préoccupations en tête. En chemin, vers l’étage des garçon, Hypnos en profita pour tenter de me calmer. Il semblait bien s’amuser de la situation.

« Tu as vu son visage?! Je pense qu’elle protégeait son territoire! »

« De quoi tu parles? On est pas des animaux. Tu penses que ça la dérange que je sois aller jusqu’à sa chambre?»

« Non, imbécile. Tu sais très bien de quoi je parle, mais c’est évident! »

« Tu veux dire moi? C’est ridicule. Elle doit simplement avoir entendu parler Ellyn a travers la porte. Et tu as vu comment Ellyn semblait ne pas vouloir qu’elle soit au courant. Je sent que Erin est peut-être simplement un peu contrôlante. Elle s’inquiète pour sa soeur. Tu te rappels ce qu’elle nous a dit la dernière fois sur sa mère et sa soeur et tout ça. Ça doit être sa façon a elle de gérer tout ça. Pas l’idéale, mais je peux comprendre. Je me suis seulement trouvé là au mauvais moment. »

« Mouais…peut-être…Je préfère de loin ma version! »


Arrivée dans la salle de bain, j’en profitai pour nettoyer le tout, reprendre mon calme et désinfecter la plaie. Je trouvai ensuite un diachylon dans mon sac, réalisant alors que j’avais également celui d’Ellyn. J’allais de toute évidence devoir le lui rapporter immédiatement. Je ne pouvais me défiler. Peut-être auraient-elles besoin d’un arbitre. Comme j’étais au courant de l’histoire pour Ellyn…aye…Je me voyais mal ne pas intervenir et la laisser se faire taper sur les doigts après sa perte de conscience. J’arriverais peut-être à calmer Erin et la rassurer. À l’école, elle n’était plus entièrement seul à devoir tout faire. Cela incluait s’occuper de sa soeur. Peut-être que lui faire réaliser que sa jumelle était une grande fille et qu’elle pouvait compter sur de l’aide extérieur à la famille serait bon pour elle.

Apercevant mon reflet dans le miroir, je souris brièvement en apercevant la petite fleur blanche sur ma tête. Je la retirai, passai à ma chambre chercher un porte poussière au cas où les filles n'en auraient pas et redescendit en direction de la chambre où j’espérais ne pas assister à un trop gros drame familial.

HRP:
 

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1804
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Jeu 22 Déc - 21:52
Tout se déroula sous mes yeux comme si une scène d'un film avait été tourné en accéléré. Avant que je n'ai pu parler ou faire le moindre geste Lawrence était parti et mes pieds étaient sous terre, oui, littéralement. Je réfléchis un instant, hésitant à aller chercher Lawrence puis je me ravisai. Après tout il avait juste voulu, sur ma demande, ramener une catastrophe ambulante et donner à Erin les bleuets. Et qu'avait-il gagné ? Un pot de fleur brisé et une Erin courroucée. Le jeu en valait la chandelle ! Je m'en voulait un peu par conséquent mais reconnaissez que la situation était pour le moins amusante non ? C'était mon cas, je laissai échapper un petit rire puis me repris en me donnant une petite claque sur la joue. Je fis quelques pas dans le couloir et appelai le garçon au yeux vert. Ce fut un échec total car aucune réponse me parvint mis à part l’écho de ma voix. Puis, je réalisai qu'il ne reviendrait sûrement pas, quoi de plus normal en même temps, son pot qu'il avait eu du mal à amener en entier jusqu'ici, était fichu tout ça parce que moi, Ellyn Aberline, j'ai le don de tout gâcher (forte heureusement ce genre de choses ne pèse pas lourd sur ma conscience, j'ai l'habitude). Je lançai un désolée qui s'étouffa dans le dédale de mes pensées. Atalante ne me parlai pas et cela m'inquiétai, à l’accoutumée elle ne se gênait pas pour faire ses petits commentaires dans les situations incommodantes. Je lui tendis alors une perche qu'elle serait alors obligée de saisir.  

*Penses tu que si je rentre l'air de rien dans la chambre ça pourrait marcher ?*

*bien sûr et si tu te proclames pape personne ne va se foutre de toi*

Vous voyez ? Elle ne peut s'en empêcher, dès qu'il y a matière à se moquer, elle n'en rate pas une. Le fait qu'elle se mit à me parler, juste pour me faire passer pour une arriérée m'agaçai fortement et je lui fit savoir.

*Épargne moi ton sarcasme s'il te plaît, l'heure n'est plus à la plaisanterie. Il faut que j'agisse de façon à ce que Lawrence et Erin soient mieux émotionnellement, enfin tu vois ce que je veux dire.*

*hélas oui je partage tes plus noires pensées.. nan j'dec bon commençant par Erin : tu vas rentrer, t'excuser de l'avoir inquiété et pour finir tu vas lui faire un câlin tout en lui disant que Lawrence n'est plus libre désormais*

*Je déteste quand tu fais ta sauvage, tu t'exprimes horriblement mal et tes propos concernant les gens qui m'entourent sont vraiment inappropriés, néanmoins, j'ai appris à décoder tes paroles et je vais suivre plus ou moins tes conseils à sens cachés.*

*je m'exprime parfaitement bien ok? Mais je te rappelle que j'ai été élevée dans les bois, donc mon côté sauvage prend parfois le dessus c'est comme ça je n'y peut rien  et ouai c'est vrai que pour le dernier j'ai exagéré j'avoue mais bon tu as compris l'essentiel*

J'expirai un grand coup puis tournai la poignée et pénétrai dans l'habitacle dont l'odeur laissait à désirer, ouvrir les fenêtres n'aurait pas été du luxe. Enfin j’aperçus Erin figée devant le miroir, perdue dans ses réflexions. Elle semblait manquer de sommeil plus que d'habitude et cela me préoccupai un peu je dois dire. Malgré le fait que Nyx soit plus aimable qu'Atalante, cela ne la rendait pas plus vivable, elle ne laisse pas Erin avoir des nuits complètes et ça se voit comme le nez au milieu de la figure. «Bon, me dis-je, quand faut y aller faut y aller». Je m'avançai prudemment vers elle et dans le but, suivant les conseils d'Atalante, de m'excuser mais le sort en décida autrement car ma première phrase fut tout autre.

«Avons nous un porte poussière et un pot de fleur ?», lassai-je échapper.

En effet avant de parler la conversation avec Lawrence m'était revenu en tête et les mots avaient franchis mes lèvres inconsciemment (du moins c'est ce que je pensais). Réalisant mon erreur je portai la main devant ma bouche puis balbutiai un début de charabia digne de moi, puis continuai avec plus d'assurance.

« Non euh.. ce n'est pas ce que je voulais dire je hum.. je suis désolée, tu as sûrement du te faire du souci pour moi mais rassure toi je vais bien le charmant jeune homme, ton ami, m'a gentiment aidé et ramené jusqu'ici. »

*et je ne sors pas avec lui, personnellement je l'aurais précisé*

*Mais de quoi tu parles ? Pourquoi diable penserait elle une chose pareille ?!*

Moi penchée sur Lawrence pour lui remettre la fleur et Erin surprise puis en colère découvrant la scène qui se jouait, voici l'image qui me frappa de plein fouet. Il est vrai que la scène peut porter à confusion. Coupable, voilà la tête que je devais avoir, j'arrêtai pas de passer ma main sur mon bras de façon machinale, je levai finalement les deux bras puis laissai le droit retomber doucement. Je ne suivis pas les conseils d'Atalante à la lettre, j'approchai ma main de son beau et pâle visage et essuyai du mieux que je pouvais le mascara qui la faisait ressembler à un panda passé à tabac. Décidant qu'il était inutile de justifier ce qu'elle avait cru voir je bifurquai sur ma première question.

«Maintenant, dis moi, sommes nous en possession d'un porte poussière et d'un pot de fleur ? Le pot s'est cassé et ce serait vraiment dommage que tous les efforts de Mr Doogood (je préférais le nommer ainsi devant elle, allez savoir pourquoi) pour t'apporter les belle de nuits soient vain ne crois tu pas ?»

Tout en écartant une mèche qui lui mangeait sa frimousse, je remarquai que des chiffres noirs étaient inscrits sur ma main. Je reculai et observai incrédule, je ne me souvenais pas comment ces chiffres s'étaient retrouvés inscrits sur ma main.

«Un numéro ? Mais je ne..», soufflai-je, Atalante me coupa avant que je n'eus la possibilité de finir.

*Haha! Tu perds la mémoire maintenant ? Je te rappelle que c'est l'autre maltaillé  qui l'a écrit sur ta main, je crois que tu ne t'es toujours pas remise de ton malaise*

*Vraiment ? Je n'en ai pas souvenance.. tu as raison.. je devrai m’asseoir deux minutes histoire de me remémorer tout ça.*

Et c'est ce que je fis, j'oubliai totalement le reste et m'assis en tailleur là où je me trouvai, un peu tremblotante. Le sol paraissait très inconfortable vue de debout mais je vous certifie qu'il est très agréable lorsque que l'on dépose son corps dessus. Le fait que je ne me sente pas bien devait probablement jouer là dedans. Je me détendis du mieux que je le pouvait, pressant mes paumes sur mes yeux clos tout en faisant défiler les images passées en négligeant aucun détail. Quand je rouvris mes globes oculaires, ma jumelle avait disparu de mon champ de vision.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Ven 23 Déc - 0:24
«Avons nous un porte poussière et un pot de fleur ?»

Ce fût les premiers mots que m'adressa Ellyn en rentrant dans la chambre après ce qu'elle avait fait. Je me retournai en lui jetant un regard noir, quand elle me vit elle se mit à bégayer puis fini par reprendre enfin un discours un peu compréhensible.

« Non euh.. ce n'est pas ce que je voulais dire je hum.. je suis désolée, tu as sûrement dû te faire du souci pour moi mais, rassure toi je vais bien le charmant jeune homme, ton ami, m'a gentiment aidé et ramené jusqu'ici. »

Le charmant jeune homme ?! S'en était trop pour moi !

* Non, il ne sorte pas ensemble, sinon elle te l'aurait dit et puis ça ne voulait rien dire elle a juste déposé une fleur dans ses cheveux... *

Nyx avait du mal à se convaincre elle-même de ses paroles.

Moi, j'avais envie d'exploser, de la gifler et de m'enfuir, mais quand Ellyn s'approcha pour retirer le mascara de mes joues je me laissai faire et ne bougea pas.

«Maintenant, dis-moi, sommes nous en possession d'une porte poussière et d'un pot de fleur ? Le pot s'est cassé et ce serait vraiment dommage que tous les efforts de Mr Doogood pour t'apporter les belles de nuits soient vain ne crois tu pas ?»

Il les avait apportés pour moi ? Vraiment ? Je me surpris à sourire, cette révélation me réchauffée le coeur. Il avait tenu sa promesse et il avait réussi à compenser la fleur de la dernière fois. Il avait même acheté en plant complet je n'en attendais pas tant ...
Ellyn enleva une mèche devant mon visage, mais elle la retira aussitôt, je le regardai et aperçus un numéro de téléphone écrit sur le dos de sa main. Il lui avait donné son numéro... J'avais dû passer par Mykhaila pour l'avoir et elle elle le connaissait depuis cinq minutes et il lui donnait déjà le sien !

«Un numéro ? Mais je ne..»

Elle recula et s'assit par terre en plaquant ses paume sur ses yeux. Je la tenue à l'oeil quelque instant pour m'assurer qu'elle aille bien, quand elle rouvrit les yeux je me détournai pour aller chercher le porte poussière dans la salle de bain. J'en profitai pour effacer les traces noires sous mes yeux enfin presque toutes mes cernes, elles restaient bien visible.

J'ouvris la porte sur un tas de terre et sur un arbuste au sol. J'allai immédiatement chercher un des pots en céramique bleue que je gardais en réserve. Je plaçai les racines de la plante en vérifiant qu'elle n'avait rien de cassé, malgré une ou deux branches en moins elle n'avait rien. Tout à coup je fus soulagée d'un poids qui m'avait serré le cœur au moment où Ellyn m'avait dit que Lawrence me les avait apportées. Il me les avait apportées lui-même pour s'excuser alors qu'il n'était pas obligé et moi je lui avais claqué la porte au nez ...

Des larmes commençaient à couler sur mes joues, tout le monde aurait pu me voir et Ellyn plus particulièrement, mais je me laissai aller sans sangloter. Sans bruits, mes larmes coulaient en silence sur mon visage dissimulé par un rideau de boucles.

Je ramassai la terre par terre et la mis délicatement dans le pot qui contenait à présent les douce belles de nuit. Je m'appliquais dans ma tâche tout en pleurant. Je ne sais pas si j'aurai encore le courage d'aller parler au jeune homme après ma crise de nerf.

Nyx n'avait plus parlé depuis sa tentative avortée pour tenter de me calmer. Elle préférait attendre un meilleur moment pour me parler et me faire entendre raison.
Je tassai doucement la terre dans le pot et pris la bouteille d'eau dans mon sac posé à côté de la porte. Je fis couler l'eau autour du pied de la plante tout en observant encore les magnifiques fleurs que commencaient à éclore malgré leur chute. Mes larmes se calmèrent un peu et un très léger sourire étira les coins de mes lèvres devant ce délicat spectacle que j'aimais tant.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Mar 27 Déc - 5:05
Équipé de gants de latex pour ne pas me salir à nouveau et armée d’un porte poussière et d’un petit balai, j’avançais à grand pas dans le couloir de l’étage des filles, m’attirant quelques regards sur le passage. J’avais pris soin de ramener le sac d’Ellyn avec moi, mais alors que j’arrivais près du la chambre 107 avec ce même pressentiment étrange qui m’habitait que la première fois, je notai que la jeune femme qui se trouvait au sol avait les cheveux plus long. Il s’agissait toutefois et de toute évidence d’Erin. Cette fois, je ne referais plus l’erreur. Elle était dans l’entrée de sa chambre après avoir ramassé mes bêtises et s’affairait apparemment en rempoter la belle de nuit qui avait bien souffert. Je supposai toutefois qu’elle était en bien meilleur main à présent. Je me sentais toutefois mal qu’elle ait eu à faire cela alors que j’avais littéralement fuis dans la salle de bain, mais je n’avais pu résisté à cette pulsion qui m’avais crié de tout désinfecter immédiatement, sans parler de ma nervosité subite. Je pris donc mon courage à deux main en m’approchant de la jeune femme et me plaçant de manière à percevoir Ellyn à l’intérieur de la pièce et une main nerveuse dans ma chevelure de feu, m’adressai à elles de façon à être audible pour les deux.

« Je …eum…vous dois des excuses pour vous avoir laisser vous occuper de mon dégât… J’avais apporté le nécessaire pour le faire, mais je vois que vous êtes bien équipée pour ce genre d’urgence. Je…euh…voulais vous laisser votre temps entre vous, et soigné ça, mais j’avais oublié que je portais le sac d’Ellyn.»

Je montrai mon doigt pansé, puis involontairement me triturais les mains, espérant qu’Erin me pardonnerais mon écart de comportement et ne considèrerait pas que j’avais tenté de la trahir en respectant le secret d’Ellyn. Je notai alors ses cernes noirs encore plus profonde qu’auparavant, définitivement dû à l’écoulement de son maquillage et ses yeux légèrement rougit. Des larmes semblaient s’en être écoulé également.

« Oh…Erin! Tu vas bien ? Quelque chose ne va pas ? Tu…euh…je te dérange ? C’est un mauvais moment ? Un problème avec ta divinité? Je peux t’aider? Ou…ce n’est pas pour le cas d’Ellyn, j’espère? Tu n’as pas à t’inquiéter, je me suis assurer qu’elle ait quelque chose dans l’estomac et l’infirmière est au courant ! »

Je lui tendis les mains, posant l’une d’elle dans son dos et l’autre sous son avant-bras, l’incitant à se relever du sol, puis lui retirant la plante des mains. J’étais tout de même surpris qu’elle prenne autant à cœur la santé de sa sœur au point d’en pleurer pour une simple perte de conscience. C’était inquiétant, mais pas dramatique. Peut-être était-elle épuisée. J’avais tendance à être plus irritable moi-même après un manque de sommeil.

« Laisse, je m’en occupe. Je crois que la fleur peut attendre un peu encore au vu de tes bons soins. Rentrons. Ce sera plus discret que devant la porte. J’ai déjà fait assez de bêtise. Quel empoté je fais… Sans jeux de mot...», ajoutais-je bêtement en indiquant le pot de fleur que j’allai déposer sur la première surface que je trouvai près de la porte.

Je me retournai de nouveau vers Erin, lui déposant dans les cheveux la fleur que j’avais déposé dans ma poche, en partant de la salle de bain. Après tout, elle avait d’abord été destiné à Erin, puis je sortie de la même poche, un mouchoir en tissus pour essuyer sa joue. J’arrêtai toutefois mon geste juste avant le contact. Me trouvant peut-être un peu bête de la paterner autant, je préféré finalement le lui tendre, cessant mon geste à mi-chemin et lui indiquant ses joues de mon autre main. En résultat un arrêt un peu bizarre du mouchoir un peu trop prêt du visage.

« Drôle…j’ai un sentiment de déjà-vu. », lui affirmais-je avec un sourire timide, en me rappelant notre première rencontre.

Je lui imposai donc le mouchoir avant de prendre la liberté d’avancer un peu plus dans la chambre. Je venais de réaliser qu’Ellyn était assise au sol.

« Euh..?...Tout va bien?...Tu te sent bien? Mange. », lui ordonnais-je doucement, en me débarrassant de son sac que je lui tendit.

Les collations que je lui avais procuré y était toujours et j’espérais qu’elle en ferait bon usage. Je préférais ne pas prendre de chance. De toute façon, Ellyn avait été découverte, il ne servait à rien de le cacher à Erin plus longtemps. Sans doute préoccupé par l’état physique d’Ellyn et l’état moral d’Erin, je n’avais pas réalisé immédiatement l’état de leur chambre…J’avais vu pire…largement, mais ordonné n’était de toute évidence pas le qualificatif que je lui aurais donné. J’allais devoir me retenir de ne pas faire leur ménage. Il fallait dire que je n’étais déjà pas à l’aise de m’imposer de la sorte, mais je sentais qu’elles avaient peut-être besoin d’aide. Je ne pouvais pas les laisser ainsi non?

« Techniquement ce ne sont pas nos affaires…mais je suis d’accord ! On ne peut pas laisser ces pauvres jeunes demoiselles à elle-même. Ce serait vraiment cruel de notre part. »

Cela me surprenait. Hypnos préférait généralement que je me mêle de ce qui me regarde, lui-même ayant expérimenter plusieurs situations du genre dont il s’était occupé et qui avaient mal tournées. Il avait, disait-il, appris la leçon. J’en doutais parfois comme la mythologie le racontait bien. Hypnos n’avait pas appris assez rapidement à mon avis qu’endormir Zeus en intervenant dans les conflits avec Hera n’était pas une bonne idée. Même moi j’étais assez brillant pour savoir que c’était une idée débile, mais il maintenait qu’il avait eu des bonnes raisons de prendre des risques à l’époque. Considérait-il cette fois-ci comme un risque valable à prendre ? Inutile de chercher bien loin ce que voulait dire « raison valable » pour lui et cela m’en disait long sur les espoirs qu’il se faisait quand à ma rencontre avec Erin/Nyx. Je ne pus m’empêcher de rouler les yeux à cette pensée avant d’observer les deux filles, en m’appuyant sur une commode en soupirant, tentant de ne pas balayer la pièce de regard pour rester concentrer sur les jumelles.

« Pour être franc…Je me sentirais mal de partir en vous laissant dans cet état… Vous avez besoin de quelques choses? Je veux dire…vous ne semblez pas très bien. Je...je...crois que vous avez besoin de parler. Ce ne sont pas mes affaires, je...je sais. », ajoutais-je précipitamment.  

« Je suis assez fervent de communication et souvent il suffit de s’expliquer pour tout régler. Je sens que vous avez beaucoup cumulé toutes les deux. Le fait que Ellyn ne veuille pas confier son malaise est assez révélateur en fait. Et toutes ces larmes aussi. », dis-je en pointant Erin.

« Est-ce que tu crois que c’est vraiment le temps de les psychanalyser ? »


«Je sais pas quoi faire d’autre à vrai dire...»

En effet, la situation m'étais peu confortable et le fait que je ne connaissais que très peu les deux jeunes femmes n'aidaient en rien, mais je pouvais toujours faire des observations et les aider à cheminer. Si je ne me trompais pas, peut-être que de régler leurs différents leur ferait passe plus de bon temps ensemble.

« Je crois que vous tenez l’une à l’autre vraiment beaucoup, mais que vous avez du mal à vous respecter dans votre individualité. Peut-être parce que…vous êtes jumelles ? Vous avez toujours tout fait ensemble je présume ? Je me trompe ? Ce ne sont que des réflexions hein ! On se connait à peine…. Mais, Je sais… je sens que vous vous sentez responsable l’une de l’autre. Selon le peu que vous m’avez dit…Erin et le décès de vos parent…Ellyn et l’espèce de « liens entre jumelles »... soucis de santés et tout ça…Je crois qu’il vous faut apprendre à lâcher prise. Vous laissez la liberté mutuelle de venir ou non parler de vos ennuis. Vous avez droit de vouloir les garder pour vous hein. J’ai un frère et je ne lui dis pas tout. C’est un idiot de toute façon, il ne comprendrait rien. », précisais-je sur une note plus humoristique.

« Je ne vous dit pas que votre proximité est nuisible. Simplement de respecter le fait que malgré vos ressemblances vous êtes deux personnes uniques avec des besoins différents. Ensuite…Il faut aussi rester ouvert à l’aide en cas de nécessité. Ta santé est réellement préoccupante. Peut-être que si tu prenais un peu plus soin de toi, Erin n’aurait pas le sentiment d’avoir le besoin de le faire pour toi ? Et peut-être que si Erin, tu cessais de réprimander Ellyn, elle se confirait davantage. Cela peut être difficile de parler de ses soucis de santé. J’en sais quelque chose. »

Je cessai de parler subitement. Je m’emportais probablement un peu et je ne leur avais toujours pas laissé la chance de parler, moi-même visiblement nerveux de m’être imposé de la sorte et toujours stressé d’avoir vu la porte se refermer aussi bruyamment sur moi. J’ignorais toujours si Erin était en colère contre moi. Si ça se trouvait, je me plantais complètement dans mon analyse de la situation et j’avais l’air d’un parfait imbécile. Sans m’en rendre compte, je m’étais retourné dos aux filles pour commencer à placer les livres qui se trouvaient sur la commode de façon bien droite et finalement à aligner de la même façon les divers papiers et objets que j’y trouvais. Je terminai en glissant mon doigt ganté sur la surface et observant la poussière qui s'y était cumulé.

« Maniaque… »

Je cessai immédiatement mon mouvement en rougissant comme une tomate en en prenant conscience et me retournai vivement vers les deux rouquines. Je tirai sur le collet de ma chemise comme pour me donner un peu plus d'air. Parler sans arrêt me faisait perdre mon souffle apparemment.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1804
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Mer 28 Déc - 1:44
J'étais plongée dans mes pensées et dans ma tâche, si bien que je n'entendis pas Lawrence approcher. Il prit doucement la parole en se plaçant face à la porte.

« Je ...eum...vous dois des excuses pour vous avoir laisser vous occuper de mon dégât... J'avais apporté le nécessaire pour le faire, mais je vois que vous êtes bien équipée pour ce genre d'urgence. Je...euh...voulais vous laisser votre temps entre vous, et soigné ça, mais j'avais oublié que je portais le sac d'Ellyn.»

Au son de sa voix, les yeux encore embués de larmes, je relevai doucement la tête pour l'observer d'un air surpris, je ne m'attendais pas à le revoir de ci-tôt.
Il me regarda également et quand son regard croisa le mien je me mis à rougir. J'avais honte de ma réaction et je voulais trouver un moyen de rattraper mon erreur. Je cherchais mes mots pour m'excuser, mais il me devança et se pencha vers moi tout en me posant des questions avec une voix douce et inquiète.

« Oh...Erin! Tu vas bien ? Quelque chose ne va pas ? Tu...euh...je te dérange ? C'est un mauvais moment ? Un problème avec ta divinité? Je peux t'aider? Ou...ce n'est pas pour le cas d'Ellyn, j'espère? Tu n'as pas à t'inquiéter, je me suis assurer qu'elle ait quelque chose dans l'estomac et l'infirmière est au courant ! »

Il glissa une de ses mains gantées de latex dans mon dos et l'autre sous mon coude pour me relever. A son contacte, je me raidis immédiatement et devint aussi rouge qu'une pivoine. Je me détendis que quand ses mains quittèrent mon corps pour aller récupérer pot de fleur que je tenais toujours entre mes mains.

« Laisse, je m'en occupe. Je crois que la fleur peut attendre un peu encore au vu de tes bons soins. Rentrons. Ce sera plus discret que devant la porte. J'ai déjà fait assez de bêtises. Quel empoté je fais... Sans jeux de mot...»

Je ne pus retenir un petit sourire en entendant sa maladroite fin de phrase. Il déposa doucement la plante sur le petit meuble de l'entrée puis se retourna vers moi et déposa une belle de nuit blanche juste au-dessus de mon oreille, comme a notre première rencontre. Je sentais mes joues chauffaient et je ne pus m'empêcher de détourner mes yeux des siens.

« Tu vois que ces fleurs t'étaient destinées. Il a dû croiser Ellyn qui faisait un malaise et il l'a aidée. »

« Sûrement ... et moi je lui ai claqué la porte au nez... »


Un grand soupir retentis dans mon être me faisant comprendre que s'il était revenu et qu'il s'occupait de moi c'est qui ne m'en voulait pas. Je me redressai pour le remercier et lui présenter mes excuses, mais je me retrouvai face à un mouchoir qu'il me tendait. Je le saisis en repensant à notre première rencontre.

« Drôle...j'ai un sentiment de déjà-vu. »

Apparemment je n'étais pas la seule à repenser à cette nuit. Je lui souris tandis qu'il se tournait vers Ellyn encore assise au sol. J'en profitai alors pour me glisser dans la salle, bain et me démaquiller correctement et pour laver mes mains pleines de terre.

Je l'entendis au loin parler avec ma sœur et quand je reviens quelque seconde plus tard il était appuyé sur ma commode et nous observait.

« Pour être franc...Je me sentirais mal de partir en vous laissant dans cet état... Vous avez besoin de quelques choses? Je veux dire...vous ne semblez pas très bien. Je...je...crois que vous avez besoin de parler. Ce ne sont pas mes affaires, je...je sais. »

Il n'avait l'air très à l'aise, mais il voulait rester pour essayer de nous aider, mais Ellyn et moi n'avions pas de gros problème comme il le laissait entendre.

« Tu te berces un peu d'illusion Erin. »

J'ignorai le commentaire agaçant de Nyx pour me concentrer sur ce que nous disait le jeune homme.

« Je suis assez fervent de communication et souvent il suffit de s'expliquer pour tout régler. Je sens que vous avez beaucoup cumulé toutes les deux. Le fait qu'Ellyn ne veuille pas confier son malaise est assez révélateur en fait. Et toutes ces larmes aussi. »

Je lui souris sans vraiment savoir quoi faire. Je ne voulais pas lui parler de ça, mais je ne pouvais pas lui dire de partir, alors je me contentais de sourire faussement plus par réflexe que par nécessité. J'attendais en silence qu'il recommence à parler enfin je l'espérais, mais le connaissant il ne devrait pas tarder à combler ce blanc où personne ne parlait. Ça ne manqua pas.

« Je crois que vous tenez l’une à l’autre vraiment beaucoup, mais que vous avez du mal à vous respecter dans votre individualité. Peut-être parce que…vous êtes jumelles ? Vous avez toujours tout fait ensemble je présume ? Je me trompe ? Ce ne sont que des réflexions hein ! On se connaît à peine…. Mais, Je sais… je sens que vous vous sentez responsable l’une de l’autre. Selon le peu que vous m’avez dit…Erin et le décès de vos parent…Ellyn et l’espèce de « liens entre jumelles »... soucis de santés et tout ça…Je crois qu’il vous faut apprendre à lâcher prise. Vous laissez la liberté mutuelle de venir ou non parler de vos ennuis. Vous avez droit de vouloir les garder pour vous hein. J’ai un frère et je ne lui dis pas tout. C’est un idiot de toute façon, il ne comprendrait rien. Je ne vous dit pas que votre proximité est nuisible. Simplement de respecter le fait que malgré vos ressemblances vous êtes deux personnes uniques avec des besoins différents. Ensuite…Il faut aussi rester ouvert à l’aide en cas de nécessité. Ta santé est réellement préoccupante. Peut-être que si tu prenais un peu plus soin de toi, Erin n’aurait pas le sentiment d’avoir le besoin de le faire pour toi ? Et peut-être que si Erin, tu cessais de réprimander Ellyn, elle se confirait davantage. Cela peut être difficile de parler de ses soucis de santé. J’en sais quelque chose. »

Je l'écoutais attentivement tout du long sans interrompre, mais je sentais mon sourire se perdre et ma tête se baisser. Il ne savait pas à quel point il avait raison. J'avais envie de revenir à l'époque où on était tous heureux et où moi et ma sœur étions comme deux fleurs d'une même plante. On se disait tout et on ne se quittait jamais. J'ai l'impression que plus le temps passe plus elle s'éloigne et que je me retrouve seule comme après la mort de maman où plus personne ne communiquer où on ne se voyait plus malgré tous mes efforts.
Je repensais à cette horrible époque en sentant les larmes montaient à nouveau et embuaient mes yeux rendant flou la moindre des choses que je regardais.

Mon attention fut attirée par des frottements, je vis alors Lawrence en train de ranger mes livres sur ma commode. Je me rendis compte que mes affaires traînaient un peu partout dans ma partie de la chambre. Je rougis et pour fuirent mes sombres pensée je me mis à ramasser et à ranger tout ce qui me passait sous la main.
Je glissai mes chaussures dans leur tiroir et mes livres dans l'étagère, mes vêtements posé sur ma chaise de bureau furent plié et quand tout fut plus ou moins rangé, je partis chercher le pot de belle de nuit pour le disposer sur le rebord de ma fenêtre au milieu de mes bleuets et de mes hyacinthes qui embaumaient la pièce de leurs doux parfums.
J'eus rapidement terminé et je me laissai tomber sur mon lit en continuant à penser à mon ancienne vie. Mon petit rangement ne m'avait en rien aidé à me la sortir de la tête, ça m'avait juste permis de laisser ma soeur répondre aux questions de l'étudiant et de m'isoler.

J'étais complètement muette ce qui ne me ressemblait pas, mais que pouvais-je lui répondre ? Il avait raison sur presque toute la ligne.

« Erin, arrête de déprimer. Il est là pour vous aider alors parle le lui, confis-toi à lui. »

« Facile a dire moins a faire. »

Ça l'agaçait que je refuse de parler de moi à quelqu'un et je sentais l'énervement de Nyx se propager en moi. La barrière entre nos émotions respectives était mince et se brouillait souvent.

« Pour te connaître j'ai dû chercher dans tes souvenirs parce que tu refusais de me raconter ton passé. »

« ET ALORS ?! TU NE M'AS JAMAIS RACONTE LE TIEN NON PLUS ! Alors, réfléchis avant de parler ! »

Ma voix retendis dans la pièce et fini par se briser sur un sanglot incontrôlable. J'étais au bout du rouleau. Je ne dormais presque plus, je me comprenais de moins en moins. J'avais besoin de tout évacuer et la scène que j'avais vue fut la goutte de trop. Je ne pouvais plus rien retenir plus rien supporter.
Depuis que j'étais arrivée au pensionnat j'avais tout pris sur mes épaules sans me confier à personne.

Je me mis à pleurer sans me contrôler, les larmes coulaient sans que je ne puisse rien faire. Lawrence et Ellyn s'étaient retournés vers moi étonnés de ma réaction. Leurs yeux tournés vers moi me stressaient et me donnaient juste envie de m'enfuir à toutes jambes. Je pris mon visage entre mes mains pour pleurer sans devoir croiser leurs regards. Je voulais être seule, mais en même temps je voulais me réfugier dans les bras chauds de quelqu'un de confiance et d'y disparaître.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Mer 4 Jan - 0:07
Je souriais. Étrange, dérangé, anormal vous vous dites sûrement, mais laissez moi vous expliquez la raison de mon exultation soudaine. Erin, pour faire court, ne se met jamais en colère (du moins très, mais vraiment très rarement) je la range dans la catégorie « masque », signifiant qu'elle se déguise tous les jours de la même ravissante expression. Une grande partie de nos disputes sont dues à ça en fait. Étant dans la catégorie « ce que tu penses m'indiffère », j'ai beaucoup de mal avec ma jumelle mais j'essaie néanmoins et échoue dans la perspective de la comprendre. Ah oui je l'ai sûrement dis récemment ou il y fort longtemps, mais radoter ne fais pas de mal, je déteste les hypocrites. Pour moi le comportement d'Erin est similaire à l'hypocrisie. La voix de Lawrence me parvint est je ne réagis point à l'instant même, inconsciemment je devais attendre la répercussion du retour de Lawrence sur ma sœur. Rien. Elle restait de marbre. A moins que.. il ne communique par télépathie pour faire croire que la situation est tendue alors que pas du tout, c'est un leurre, une façon de me piéger parce que …

*wow je remarque que t’asseoir n'a pas amélioré ton état, tu divagues, ton manque d'apport en nourriture provoque une baisse de tes fonctions cognitives*  

Et comme si mes prières furent entendues, le garçon au yeux vert me tendit mon sac, m'ordonnant par la même occasion de me sustenter. Et c'est ce que je fis. Après m'être « rassasié », je me relevai et époussetai ma jupe par pur réflexe.  

« Pour être franc…Je me sentirais mal de partir en vous laissant dans cet état… Vous avez besoin de quelques choses? Je veux dire…vous ne semblez pas très bien. Je...je...crois que vous avez besoin de parler. Ce ne sont pas mes affaires, je...je sais. »

* Pour ma part je me sens parfaitement bien *, pensai-je en souriant.

« Je suis assez fervent de communication et souvent il suffit de s’expliquer pour tout régler. Je sens que vous avez beaucoup cumulé toutes les deux. Le fait que Ellyn ne veuille pas confier son malaise est assez révélateur en fait. Et toutes ces larmes aussi. »

Il dit cela tout en désignant Erin de la main, ah oui c'est vrai qu'elle pleurait. Ensuite Lawrence commença à nous analyser, il avait vu tout juste et c'était ça le plus exaspérant. Je ne veux jamais parler de mes problèmes de santé parce que je ne souhaite pas importuner les personnes qui m'entourent (oui le cercle est très petit), je me dis que des gens subissent pire comme ennuis. Alors pourquoi se plaindre ? Pourquoi en parler ? Lawrence avait répondu à mes interrogations. Parce que des gens se soucient de moi, s'inquiètent et ont besoin de communiquer. Sans doute en parler me ferai du bien mais il y a un je-ne-sais-quoi qui m'empêche de faire de la sorte. Je n'y arrive point c'est ainsi, je fais des efforts, apparemment pas assez d'après Mr. Psychologist. Et comme il s'y connaît plus que moi sur le sujet, je suis obligée de lui donner raison, pour une entêtée comme moi, reconnaître que j'ai tort, c'est dur. Je crois aussi qu'une part en moi refuse de voir la réalité en face : je suis maladive et rien ne peut changer ça. En fait je crois que je viens de comprendre que si je refuse de parler de ma santé à qui que ce soit c'est parce que dans mon esprit je ne suis pas malade, je vais parfaitement bien. Et dire que j'ai économisé des séances chez un psy pour comprendre cela ! Bon dieu ce que j’apprécie ce garçon là tout de suite, mais je me gardai bien de lui dire parce que 1) je ne suis pas vraiment adroite pour remercier 2) Erin est en colère et je ne veux pas la froisser d'avantage. Je me suis alors contentée de lui adresser un large sourire.

« Je te l'avais dis, un bon psychologue tu ferais », affirmai-je.

Erin et Lawrence se mirent par la suite à ranger la chambre, ne sachant que faire j'observais un moment sans rien dire.

*c'est moi ou l'ambiance est tendue ? 'fin pourquoi elle reste muette Erin, elle devrait être contente qu'il soit revenu l'autre asperge*

*Je pense que l'accumulation de beaucoup de choses font qu'elle a craqué et c'est tant mieux, qu'elle pleure, qu'elle hurle du moment qu'elle ne fasse plus son robot.*

*ça m'insupporte aussi de toujours la voir sourire, pas au point de la tuer mais de la baffer*

*Canalise ta violence, j'ai peur que ça se répercute sur moi un jour, je te rappelle que nous sommes dans le même corps.*

Après avoir tout ordonné, Erin s'abandonna sur son lit. Je lançai un regard interloqué à Lawrence ne sachant si je devais agir, ou le laisser faire. Je m'avançai d'un pas puis m'arrêtai nette lorsqu'une Erin courroucée pris la parole.

« ET ALORS ?! TU NE M'AS JAMAIS RACONTE LE TIEN NON PLUS ! Alors, réfléchis avant de parler ! »

Bien évidemment ces mots ne nous étaient pas adressés, Nyx aurait du être la seule à entendre ça. Pour finir elle se mit à sangloter, enfournant son visage entre ses mains. J'étais ravie qu'elle soit aussi émotive mais là s'en était peut être trop. Je me retournai vers le garçon, les bras ballants, puis me téléphone se mit soudainement à sonner. Il m'échappa des mains lorsque je le sortis de ma jupe ( oui j'ai pour habitude de le stabiliser entre ma taille et ma jupe ) et à mon plus grand étonnement Lawrence le rattrapa. Dans les films ce genre de situation semble incroyable car le jeune homme le saisit avec agilité et adresse, là, il manqua à deux reprises de lui faire subir une chute pire que celle à laquelle je l'avais initialement destiné. L'essentiel était qu'au final mon portable ne jonchait pas le sol, vous auriez du voir l'expression paniquée de Lawrence tentant désespérant de le sauver, c'était désopilant.

« Merci, tu es quelqu'un de surprenant ! Il y peut être de l'espoir pour les gens comme nous en fin de compte ? Étrangement je n'y crois pas..», plaisantai-je.

Mon portable se remit à sonner, je regardai le numéro affiché : mon père. Apparemment c'était le jour des stupéfactions. En effet mon père nous appelaient Erin et moi toutes les semaines                 son appel me fit grand plaisir puis tous les pires scénarios de la raison poussant mon père à m'appeler alors qu'il l'avait déjà fait hier. Oui, il faut toujours que j'imagine une chose exécrable.

« Il faut que je décroche.. je .. c'est important.. », articulai-je.

Je quittai la pièce en quatrième vitesse et décrochai immédiatement après avoir fermé la porte, parcourant ainsi le couloir.

« Bonjour papa, tout va bien ? », demandai-je en essayant de ne pas monter ma panique.

« Bonjour ma chérie, à toi de me le dire ? Es-tu au courant de l'heure de colle de ta sœur ? Je viens de recevoir une lettre apparemment ce n'est pas la première fois, elle se ballade la nuit en dépit du couvre-feu mis en place ! »

*il va descendre de ses grands chevaux le vieux, qu'il fasse pas celui qui en a quelque chose à faire de vos écarts de conduite alors qu'il vous a envoyé dans ce pensionnat pour son propre bien*

*Atalante ce n'est pas le moment, on parlera de ça plus tard, promis.*

« En effet elle a reçu plusieurs heures de colle, cependant sache que c'est moi la responsable dans cette histoire. Si Erin sort aussi souvent la nuit c'est parce que je fais depuis quelques temps des crises d'angoisse, la passiflore étant un remède à mon mal, Erin se charge d'aller en chercher pour moi la nuit. Pourquoi la nuit ? Eh bien parce que ça se déclenche je l'ai formellement interdit d'en parler à qui que ce soit et pour cela il faut qu'elle y aille la nuit en toute discrétion m'en chercher. Rassure toi il n'y a pas lieu de s'inquiéter, d'ici quelques semaines je serai débarrassée de ces crises ! », mentir à son père n'est pas la meilleure des choses, mais c'est parfois nécessaire.

Mon père me répondit qu'il était désolé, qu'il ne savait pas pour mes crises et que les actions d'Erin étaient honorables. Il me fit promettre de voir l'infirmière car même s'il ne doutait pas de notre savoir faire avec les plantes médicinales, l'avis d'un expert serait plus sûr. Sachez que mon père n'est pas qualifié d'intelligent, il a pas chercher midi à quatorze heure, mon explication incompréhensible et tirée par les cheveux lui a amplement suffi. Après avoir raccroché je décidai de faire le tour des dortoirs avant de revenir dans ma chambre.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Jeu 19 Jan - 5:19
Erin avait accepté mon mouchoir et était allé rapidement se nettoyer alors que je m’étais retourner pour parler aux deux jeunes femmes, haussant le ton pour être entendu un peu le temps qu’Erin revienne. Leur expliquant ce que j’avais perçu chez elle, je notai avec un malaise grandissant qu’Erin perdait le petit sourire que j’avais su lui redonner un peu plus tôt. Pour sa part Ellyn semblait s’en ficher royalement en me souriant, ou était-elle satisfaite de mon intervention? J’aimais le penser…mais je commençais à me demander si j’avais bien fait de donner mon avis. Après tout on ne me l’avait pas demandé comme me disait souvent Hypnos. J’avais compensé la nervosité rapidement en commençant un peu de rangement dans la chambre. À peine avais-je commencé qu’Hypnos m’avais sermonné à sa façon et qu’Erin s’était également mise à faire le ménage. Oups…C’était plutôt impoli de ma part, mais ça avait été plus fort que moi. J’avais rougit et tout cessé, prenant même la peine de déplacer rapidement quelques trucs que je venais de placé pour ne pas avoir l’air trop maniaque justement, mais incapable de le toléré, j’avais dû les replacer tout aussi vite. Un point positif restait tout de même, le ménage d’Erin faisait déjà un changement dans la pièce…enfin de mon point de vu…et elle avait même trouvé un emplacement pour sa plante. Pendant ce temps, c’était Ellyn qui avait pris la parole à mon grand soulagement. Je tournai alors la tête de nouveau vers Erin qui s’était assise sur son lit et semblait se renfermer sur elle-même.

« Ce ne sont pas des reproches hein… », avais-je hâtivement, mais faiblement précisé en observant la réaction de la jumelle aux cheveux long. Rapportant mon attention sur sa sœur qui venait d’affirmer que je ferais un bon psychologue, un mince sourire timide s’étira sur mon visage alors que je portais nerveusement ma main dans ma chevelure.

« Mais tu ferais une mauvaise patiente. », osais-je la taquiner, prenant sa réponse pour un moyen de fuir le fond du sujet.

Je n’allais toutefois pas la forcer à me répondre si elle ne le souhaitait pas. Si j’avais simplement pu la faire réfléchir sur le sujet se serait déjà une bataille de gagné. Les filles étaient suffisamment grandes pour régler leurs propres conflits bien qu’un petit coup de pouce ne semblait pas mauvais dans ce cas, ce que j’avais pu fournir peut-être.

Soudainement, le silence qui s’était installé du côté d’Erin fut brisé par l’explosion de sa voix qui me fit sursauter et même me crisper.

« ET ALORS ?! TU NE M'AS JAMAIS RACONTE LE TIEN NON PLUS ! Alors, réfléchis avant de parler ! »

« Wow du calme! Elle parle simplement fort, il n’y a aucun problème, rien ne va te sauter dessus, elle ne va pas non plus t’attaquer. »
, tenta de me rassurer Hypnos sachant que j’avais toujours mes petits problèmes personnels avec les sons trop brusque et fort. En effet, il avait dû sentir mon cœur se serrer et se mettre à débattre par la suite. J’avais alors fait de mon mieux pour analyser la situation, comprenant rapidement que ses paroles ne m’étaient peut-être pas destiné? Nous n’étions pas assez proche pour qu’elle ne s’intéresse à mes problèmes personnels alors… Elle devait parler à Nyx, car je ne voyais aucunement comment cela aurait pu être une réponse à mon intervention. Enfin, une grosse part de moi l’espérait. J’en déduisais toutefois qu’Erin était épuisé émotionnellement et sans doute physiquement aussi. Se cachant dans ses mains, je devinais qu’elle ne voulait pas qu’on l’observe pleurer, mais était incapable de cesser de verser des larmes. Un regard compatissant ornait à présent mon visage et un sentiment d’impuissance me submergea. Je lançai un bref coup d’œil à Ellyn en espérant qu’elle croise mon regard qui signifiait clairement : « Fait quelque chose! Tu la connais mieux que moi.» Je fus plutôt déçu, par sa réaction ou plutôt son manque de réaction, autant face à mon regard que lorsque son téléphone tomba. À mon grand étonnement, je m’étais alors élancé pour rattraper l’objet avant qu’il ne se fracasse au sol, passant proche de même l’envoyer un peu plus loin alors qu’il faisait deux ou trois bonds supplémentaires entre mes mains encore à moitié crispés tout comme ma mâchoire. Elle me remercia, me félicita ensuite sous l’appui de ma divinité, surprise de ce soudain réflexe, mais cela ne changeait pas la situation pour moi. Pire encore, Ellyn avait un appel et devait, selon elle, absolument le prendre. Je secouai la tête avec véhémence pour lui signifier que j’avais besoin d’elle maintenant, mais elle n’en fit rien et quitta la pièce. Je la soupçonnais de simplement fuir la situation et je fronçai les sourcils, désapprouvant la chose alors qu’elle quittait en fermant la porte derrière elle. Elle venait de me filer la responsabilité d’aider Erin. Évidemment, je n’allais pas refuser, mais on se connaissait à peine! J’étais qui moi pour l’aider !?

Le dos légèrement courbé sous le poids de mon inconfort, me rapprochant discrètement d’Erin, je vins prendre place à ses côtés, alors qu’elle était étendue les mains toujours sur ses yeux larmoyants, ses épaules secouant sous les sanglots.

« Erin…je…je suis mal placé pour t’aider je crois. Je pense aussi que tu as besoin de repos…alors…Tu m’excusera, mais je me sens un peu impuissant. Alors je vais prendre les grands moyens. »

« Hey! Nous avions dit pas de pouvoir sans consultation! »


« Allez ça fait un moment! Et elle a besoin, tu ne me diras pas le contraire! …En plus…si j’arrive à mieux contrôler tout ça éventuellement nous pourrons retourner en rêve…et aller voir Nyx…du moins son incarnation en rêve. Nah? »

« Tu peux procéder. », accepta finalement Hypnos sans plus d’argumentation et avec une légèreté qu’il ne m’avais plus été donné d’entendre depuis un bon moment. Je souris légèrement, avant de retirer le gant de ma main gauche, me penchant sur Erin.

« Laisse-moi faire. », lui ordonnais-je en allant glisser ma main contre sa joue, remontant mes doigts jusqu’à sa tempe. Je pouvais sentir l’humidité de ses chaudes larmes contre ma peau froide, mais l’ignorai me concentrant afin d’établir un meilleur contact. Il y avait longtemps que je n’avais pas tenté d’utilisé ce pouvoir de sommeil et j’avais peur d’être un peu rouillé. En plus d’être clairement trop proche de sa personne, j’allais passer pour quelqu’un de vraiment étrange si j’échouais. J’étais toutefois bien déterminé à l’endormir, lui permettre le sommeil qu’elle semblait cruellement manquer. Après un moment qui s’étirais un peu trop à mon goût, mes yeux prirent leur teinte bleu nuit caractéristique de ma divinité et se parsema d’un semblant de poussière d’étoile alors que mon pouvoir semblait faire effet. Je pouvais sentir les mains de la jeune fille s’alourdir contre son visage jusqu’à éventuellement se relâcher complètement. Ses paupières devenus lourdes pendant ce temps étaient à présent totalement fermés et je relâchai ma prise en lâchant un soupir de soulagement. Cette sensation d’énergie qui se propageait en moi lors de l’utilisation de ce pouvoir me faisait un bien fou et me donnait cette sensation de puissance impressionnante sur le coup. Je savais toutefois que c’était de courte durée comme, cette énergie me quittait d’un coup sec après. Hypnos m’avais promis que cela cesserait avec la pratique, mais apparemment, malgré toute la pratique j’en était encore bien loin de ne plus en ressentir les effets. Je voulais donc profiter de cet instant particulier pour m’assurer que son sommeil serait réparateur et donc avec des rêves qui ne seraient pas agressants. Je n’avais pas l’intention de m’éterniser, ni de rencontrer Nyx aujourd’hui, mais peut-être simplement suggérer à son subconscient quelque chose de plus doux que tout ce qu’elle avait en tête à présent.

Tout d’abord, j’allai vérifier qu’elle réagissait bien à mon petit tour de magie, en observant sa respiration lente, allant vérifier le rythme de son pouls à son poignet entièrement relâché à la manière d’une poupée de chiffon…Rien. Elle semblait dans un sommeil déjà profond et son corps semblait bien réagir. Je pouvais donc en toute quiétude enclencher la suite des opérations.

Je la replaçai légèrement de façon à ce qu’elle soit confortable le plus possible sans la réveiller et m’installai moi-même de façon à ne pas risquer une chute. Puis, j’allai redéposer mes mains sur son front, cette fois, une sensation de pincement dans le crâne se fit sentir, mais me retint de relâcher. Ce ne serait pas bien long de toute façon et ça valait bien un tout petit mal de tête pour soulager Erin.

L’air absent, fixant apparemment le vide avec mes yeux aux couleurs sombres étoilés, je restai ainsi un petit moment, devenant de plus en plus pâle au fur et mesure que je m'efforçais de maintenir la connexion, cherchant à trouver un passage dans les rêves d’Erin. Concentré sur ma tâche, je n’entendis même pas sa sœur jumelle revenir dans la chambre alors que je formais dans mon esprits l’image d’une grande cascade avec à son pied une multitude de fleur et de plante aquatiques près de l’eau. La lumière de la lune éclairait le lieu adéquatement malgré les arbres. Je ne cherchai pas à détailler la végétation, je n’y connaissais rien et le subconscient d’Erin s’en chargerait certainement. Je ne manquai toutefois pas de lui créer un petit bosquet de muguet, fleur qu’elle m’avait affirmé être sa favorite en texto. Celui-ci était situé en plein milieu du cours d’eau sur un petit ilot accessible par une série de rocher sur lesquelles elle pouvait sauter. Si elle était curieuse, elle se demanderait certainement pourquoi ses plantes poussaient là. Cela devrait l’occuper un moment. J’ajoutai même au centre du bosquet une autre fleur d’un bleu vif bordé de noir et tracé de quelques minces lignes blanches qui partaient de son centre. Elle aurait beau chercher, il lui serait impossible de trouver une telle fleur dans la réalité. Je m’amusais déjà à imaginer de possibles réactions, mais je me disais déjà que je devais revenir et Hypnos semblait d’accord sur ce point.

« Tu faiblis, toi et ta concentration. Relâche et laisse la rêver seul, nous reviendrons après quelques échauffement.»

Il disait cela pour moi et j’en était conscient, car je pouvais deviner la déception dans sa voix de ne pas rester suffisamment longtemps pour établir un contact avec sa mère. Me sentant légèrement coupable j’hésitai à m’exécuter.

« J’ai dit relâche. Nous reviendrons, ce n’est pas grave. Je vais laisser un message par un petit oiseau. Ma mère comprendra l’allusion possiblement.»

Nous nous regardions un instant, lui qui venait de faire son apparition mes côtés.

« Nightingale! », disions-nous alors en cœur, satisfait de notre accord sur l’idée.

Quoi de mieux qu’un petit oiseau réputé pour chanter la nuit. Ricanant de notre propre sens de l’humour je lui tendis la main attendant qu’il la frappe, ce qu’il fit comme un bon ami l’auraient fait. Celui-ci se mit à voleté dans la clairière, un petit message griffonné de ma main à sa patte.

Bonne nuit, repose-toi bien!
-Law et Hypnos-


J'observai la scène satisfait. C'était paisible, je ne voyais pas comment elle ne pourrait pas être curieuse...moi je le serais. L'envie d'explorer le coin me démangeait d'ailleurs, mais ce ne serait pas sage, n'est-ce pas?

HRP:
 

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1804
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Dim 22 Jan - 2:22
Point de vue d'Erin :

Mon cri avait surpris tout le monde et ma crise de larme encore plus. Ellyn ne m'avais pas vu verser de larme depuis le jour de la mort de maman et Lawrence me connaissait à peine. Avec les pleurs de notre première rencontre, il devait me prendre pour une enfant pleurnicharde qui ne supporte ni la fatigue, ni les émotions fortes.

Je me restais immobile, le visage dans les mains, tandis que les sanglots que je tentais de ravaler secouaient mes épaules de spasmes incontrôlables. Personne ne bougeait, ils restaient là à me regarder et moi je voulais qu'une chose, fuir cette situation. Apparemment, je n'étais pas la seule dans ce cas-là. Le téléphone de ma soeur sonna et nous affirmant, plus pour Lawrance que pour moi, qu'elle devait absolument répondre, elle sortit, laissant le rouquin se dépatouiller avec moi.

Il vient s'asseoir à côté de moi sûrement pour me réconforter comme il avait déjà fait.

« Erin...je...je suis mal placé pour t'aider je crois. Je pense aussi que tu as besoin de repos...alors...Tu m'excusera, mais je me sens un peu impuissant. Alors je vais prendre les grands moyens. »

Les grands moyens ? Que voulait-il dire par là ?

Malgré mes interrogations je ne fis pas le moindre mouvements et resta assise à pleurer toutes les larmes de mon corps.

Il se tourna vers moi et enleva son gant en latex avec claquement sonore.

« Laisse-moi faire. »

Il glissa sa main sur ma joue avec une délicatesse qui me fit doucement frissonner. J'avais envie de le regarder et de lui dire que tout aller bien qu'il n'avait pas à s'en faire, mais il était trop tard, tout comme Ellyn, il était inquiet, que ce soit de mon état mental ou physique.

Sa main se crispa un peu plus sur ma joue et alors je sentis ma fatigue resurgir comme si je m'enfonçais dedans. Je faisais tout pour m'en échapper, je ne voulais pas m'endormir maintenant. Je voulais pouvoir m'excuser auprès de Lawrence pour tout ce qui s'était passé, le pot de fleur, ma crise et mes larmes, mais plus je me débâtais plus la fatigue m'engloutissait.

« Erin ! Arrête de résister ! C'est le pouvoir d'Hypnos. Ce que tu fais ne sert à rien. Laisse toi aller, tu en as besoin. »

Les paroles de Nyx résonnèrent dans mon esprit avant que ce dernier sombre complètement dans un sommeil profond.


Point de vue de Nyx :


Maintenant que sa jeune protégée était endormie et que le petit rouquin était connecté à son esprit elle avait le loisir de lui parler de ce qu'elle souhaitait, mais aussi de revoir son bien-aimé fils. Elle savait qu'il était là quelque part à créer un rêve, elle sentait sa présence, bien que très légère, elle la ressentait.

Elle se concentrait sur ce faible signal pour le trouver. Il était dans son royaume et il souhaitait cacher sa présence, cela n'aidait pas la déesse.

Alors qu'elle continuait ses recherche elle vit apparaître en dessous d'elle, une cascade d'eau claire entourée de plante aquatique et de toutes sortes de végétation qui plairont à Erin. Elle souriait en voyant ce merveilleux paysage se façonner sous ses yeux.

Le travail de Nyx finit par porter ses fruits et elle finit par trouver son fils et son possesseur. Hypnos signalait à ce dernier qu'il était temps de laisser Erin à ses rêveries. Devant la mine désolée du jeune homme le dieu lui affirmât qu'ils reviendront et qu'il me laisserait un message par le biais d'un oiseau. Tout deux pensèrent à la même petite créature, un rossignol.

C'est deux la c'étaient bien trouvés, ils avaient le même sens de l'humour.

Dans un mouvement délicat et gracieux elle atterrit face aux deux hommes. Ses cheveux ondulaient dans son dos comme une cascade d'encre noire et ses yeux d'un bleu sombre étaient fixés sur le jeune dieu ailé. Son péplos partait de son épaule gauche et couvrait sa poitrine dans un élégant drapé puis tombait sur son corps et ses jambes jusqu'à ses pieds nus avant de glissait derrière elle en une traîne vaporeuse qui disparaissait dans son ombre. Le tissu pareil à la nuit noire semblait scintillait tout comme les bijoux dont elle était parée. Les bracelets, boucles d'oreille et autre parement fait d'or, d'argent et de pierreries pétillaient sur sa peau d’albâtre et dans ses cheveux d'ébène.

Quand elle arriva face à Hypnos, elle leva un regard qui à lui seul voulait dire tout ce que sa voix ne pouvait exprimer, sans un mot ils se comprenaient. Elle glissa sa main contre la joue de son amant, la caressant avec délicatesse et gentillesse.

« Hypnos... »

D'un mouvement vif, qu'on attendait pas d'une femme aussi calme, elle s'accrocha au cou de sa moitié.

« Tu m'as tellement manqué... Je suis si heureuse de te revoir mon chéri. »

Elle se recula un instant pour admirer le doux visage de son enfant puis elle encadra ce visage de ses mains fines et l'embrassa. Elle était si contente de le revoir que seul son contact avait de l'importance, le monde autour d'elle s'effaçait peu à peu tandis qu'elle prenait possession de ses lèvres.

Elle dût malgré tout se séparer à contre-coeur de lui et elle alla poser ces pieds sur l'herbe fraîche, avant d'appuyer son dos contre le torse sculpté d'Hypnos et de s'entourer de ses bras musclés.

« Si je suis ici ce n'est pas que pour revoir Hypnos. Je dois te parler aussi Lawrence, à propos d'Erin. »

Elle tourna ses yeux bleus vers le rouquin tout en lui adressant un sourire protecteur et bienveillant.

« Elle souhaiterait sûrement ma mort si elle savait ce que je m'apprête à te dire, mais c'est pour son propre bien. »

Elle rigola à la pensée que cette petite humaine, qu'elle avait pris sous son aile, s'énerve contre elle encore une fois, puis elle reprit son sérieux et son calme.

« Elle ne sait pas se confier aux autres. Depuis la mort de sa mère, elle a enfouit ses sentiments au plus profond d'elle pour faire passer les besoins de sa soeur et de son père avant les siens. Seulement, le monde précaire qu'elle s'était construis autour d'eux a commencé à s'effriter depuis qu'elle est au pensionnat. Bon en plus ma présence ne doit pas vraiment l'aider. D'ailleurs désolée pour sa petite saute d'humeur, c'est un peu ma faute ... »

Elle montra un petit sourire contrit puis reprit.

« Tu as été la première personne, depuis près de 4ans, à qui elle s'est confiée. Elle commence à s'attacher à toi alors s'il te plaît ne l'abandonne pas. »

Elle tourna doucement son regard vers le paysage qui s'étendait devant elle.

« Tu devrais avoir plus confiance en toi. Regarde le songe que tu as créé pour elle. Il est parfait, il y a tout ce qu'elle aime. Tu la connais mieux que tu ne le penses, alors ne dit plus que tu es mal placé pour l'aider. »

Elle releva la tête et regarda Hypnos avec un rictus malicieux aux lèvres.

« Je pense même que tu es le mieux placé pour lui venir en aide. »

Elle regarda à nouveau au loin, comme si elle avait remarqué quelque chose.

« Tien, tien, quand on parle du loup... »

Point de vue d'Erin :

Je me réveillais dans une clairière qui me rappelait celle que j'explorais enfant. Au centre, coulait une cascade claire qui chutait dans un petit lac bordait de nénuphar et de roseau. Au milieu, trônait une petite île accessible par des rochers sur lesquelles il fallait sauter. Je ne pus m'empêcher d'aller voir ce qui se trouvait sur l'îlot.

J'enlevai mes chaussures pour ne pas glisser sur les pierres et après quelque saut qui agile j'arrivai à destination et j'y trouvai des brins de muguet plantés ici sans raison et surtout une plante que je n'avais jamais vue. Je m'agenouillai devant la plante inconnue et commençai à répertorier toutes les fleurs dont je me souvenais. Mais rien, elle m'était totalement inconnu. Puis la bande noire qui faisait le tour des pétales était bien trop régulière ... Cette plante était trop parfaite, elle n'avait aucun défaut.

Quelque chose clochait, mais quoi ?

Je me relevai pour observer mon environnement. Tout me paraissait si réel, s'en était presque effrayant. Je tournai sur moi-même jusqu'à repérer au loin deux silhouettes, l'une grande ailé et l'autre plus petite et frêle. En regardant de plus prêt, je remarquai que je plus petit des deux était roux. J'inspirai et poussa ma voix pour que malgré la distance qui nous séparait il puisse m'entendre.

« LAWRENCE ? »

Je fis quelques pas vers l'avant pour mieux le voir, mais ce que j'avais oublié c'est que l'île sur laquelle j'étais, était minuscule. Je tombai dans l'eau froide ce qui m'arracha un cri aigu. Je m'empressai d'atteindre la rive et de sortir du petit étant, tremblotante et frigorifié.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Lun 23 Jan - 22:04
Lawrence devait sûrement m'en vouloir de l'avoir laissé seul avec une Erin larmoyante. Je vous l'accorde, en m'enfuyant ainsi j'ai fait un peu la sauvage. Il faut dire ce qui est. De toute façon je n'aurais en rien arrangé les choses, préférant qu'elle continue à pleurer jusqu'à ce que toutes ses larmes, si longtemps retenues, sortent enfin. Me voyez pas comme une horrible personne surtout, il ne faut pas catégoriser les gens trop rapidement. Je pense simplement que ça fait du bien d'exploser de temps à autres. Dans mon cas j'explose un peu trop régulièrement, je sais pas doser.

C'est à pas feutrés que je pénétrai dans la cambre ne sachant à quoi m'attendre. Plusieurs situations plausibles s'offrirent à moi dont une particulièrement pittoresque. J'imaginais Erin étendue sur le lit narrant sa vie déplorable, les yeux boursouflés  et munit d'un mouchoir inutilisable. Et à côté, assis dans un fauteuil en cuir, le garçon au yeux vert, ces-derniers seraient encadrés par des lunettes carrés. Il griffonnerait des semblants de phrases sur son carnet et hocherait la tête de temps en temps d'un air très professionnel. Une odeur de menthe poivrée embaumerait toute la pièce, grandement éclairée par la paisible après-midi. Puis lorsque le silence, seulement comblé par les sanglots de la jeune fille, le psychologue se mettrait à poser des questions. Ainsi la patiente continuera à déblatérer sur la perte, encore récente, de sa petite tortue, Browyn (on a vu mieux comme non de tortue en effet mais un peu d'originalité ne fait pas de mal). Mon imagination débordante vous étonne ?  Et bien va falloir vous y habituer chers amis. La scène qui se présenta finalement à moi était inattendue et à vrai dire j’eus du mal à saisir ce qui se produisait sous mes yeux. Ma jumelle, comme prédit, était allongée sur le lit et Lawrence penché au dessus d'elle, demeuré immobile. Comprenez ma confusion ! Le plus étrange c'est qu'ils semblaient tous les deux être dans une sorte de transe.

*Atalante ? As-tu une explication à cela ?*

*non mais je t'avais prévenu sur les risques de rester avec ce gars là, faut pas lui faire confiance*

*Bien, mais ça ne m'avance pas. Je devrais peut être m'en aller, il est possible qu'ils soient plus intimes que ce que je pensais en fin de compte.*

*t'avise pas de faire une chose pareille, va les secouer un bon coup*

Je n'allais bien évidemment pas les « secouer un bon coup », mais les appeler serait plus judicieux, à mon humble avis.

« Erin ? Lawrence ? Tout va bien ? »

Aucune réponse ne me parvint. Je commençais à trouver cela pour le moins inquiétant. Je m'approchai d'eux et finis à leur hauteur. La main de Lawrence était posée sur la tempe d'Erin et semblait former un pont entre leur esprit. Enfin, c'est comme ça que je le percevais. Les yeux clos ils restaient dans cette position sans ciller.

*Argh je sais pas quoi faire ! On dirait des somnambules, et j'ai lu quelque part qu'il ne fallait jamais réveiller un somnambule car ça pourrait créer un.. un choc, imagine qu'il est cardiaque hein ? Je.. je fais quoi moi ? Je sais pas comment réagir face à ce genre de situation.. faudrait prévenir l'infirmière encore une fois mais moi j'ai pas envie .. je veux pas la revoir, non pas que j'ai quelque chose contre elle en particulier mais en ce qu'elle représente ... En même tant j'ai lu aussi que ce n'était que des balivernes et qu'il était préférable de réveiller une.. p.. personne victime de somnambulisme de peur qu'elle ne se blesse durant sa crise.. je crois que ma première affirmation est fausse en fait, la science l'a démentis non ? Ou peut être pas, non je me souviens maintenant il est préférable de ne pas réveiller un somnambule MAIS de le raccompagner pas de façon brusque dans sa chambre, avec une multitudes de précautions, verrouiller la fenêtre au cas ou il lui viendrait l'envie de se défenestrer et fermer la porte à clé car le désir de se promener pourrait lui prendre sans crier gare.. rooo mais qu'est ce que je raconte moi, il est impératif de trouver une solution ou alors je vais rester là debout impassi.. *  

*arrête de paniquer, ça va pas faire avancer les choses je te signale ! Et puis quoi encore ? tu préfères t'asseoir tranquillement attendant que tout ce passe ? non tu va te bouger et agir sans discuter*  

J'ai la fâcheuse tendance, comme vous avez pu le remarquer, à faire des tirades incompréhensibles lorsque je panique. C'est ainsi, je n'y peux rien.

*Non.*

*non ?*

*On va agir, on est une équipe je te rappelle, tu vas me permettre de rester calme et de ne pas tout faire dérailler ok ?*  

*va pour la wild team*

*Tu ne t'es pas foulée pour le nom, mais je reconnais que ça nous correspond bien.*

« C'est parti », me dis-je. Je ne savais pas qui réveiller en premier et décidai suite à une demi-seconde de méditation, de sortir d'abord Lawrence de son « coma » car il se trouvait physiquement plus proche de moi. Après observations je me rendis compte qu'il avait les yeux ouverts, néanmoins ils avaient une teinte différente. Lawrence était absent, comme s'il était perdu dans ses pensées. 

*Il n'aime pas lorsqu'on le touche, es-tu sûre que cela soit une bonne idée ?*

*l'asperge est pas en sucre que je sache alors c'est bon, pas le moment de faire ta pudique*

J'eus malgré tout la prestance de tirer mes manches, afin de mettre le plus d'écart possible entre nos peaux. J'avançai ma main, tremblotante, vers son épaule. Grâce au soutien de ma colocataire, mes soubresauts cessèrent et je déposai ma paume délicatement. J'exerçai une légère pression, dans l'objectif de le faire réagir.

« Lawrence, tu m'entends ? »
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Dim 29 Jan - 3:36
HRP:
 

J’avais finalement pris la décision de quitter, c’était plus sage. J’aurais bien aimé voir la réaction d’Erin, mais je commençais à faiblir selon Hypnos et je savais que mon réveille ne serait pas des plus agréable. C’étant sans doute ma plus grande manipulation de rêve jusqu’à présent. J’avais façonné beaucoup trop de détails et cela se sentait à ceux qui semblaient vouloir disparaître passant d’un état plus flou et éthéré à un objet concret et vice versa, et ce, à répétition. Je fermai donc les yeux afin de tenter de quitter par moi-même, mais comme à mon habitude, me « déconnecter » était toujours difficile. Je dû me résoudre à demander à Hypnos un peu d’aide, redoutant cette fois la méthode qu’il utiliserais.

« J’ai besoin de toi finalement. Je n’y arrive pas. »

Mais le dieu du sommeil ne m’écoutait pas, il avait les yeux fixés au-dessus de ma tête et un sourire léger se dessinait sur ses lèvres. Il ne me prit pas longtemps à comprendre ce qu’il y avait. Des pieds délicats descendaient à présent devant mon visage pour flotter à plusieurs centimètres au-dessus du sol non loin d’Hypnos et ce face à nous deux. C’était Nyx. Pas besoin d’explication pour le savoir, je pouvais reconnaître les traits de ma divinité à travers les siens. Les deux, sans doute grâce à l’ambroisie ou un quelconque pouvoir divins semblaient avoir conserver leur jeunesse alors que je m’étais imaginé Nyx comme étant beaucoup plus vieille. Sa chevelure surnaturelle et son péplos aux fins vaporeuses rappelaient aisément le voile de la nuit. Ses bijoux brillaient de mille feux, un peu comme les étoiles dans les yeux de son fils. Évidemment, les deux n’avaient pas pris de temps à se trouver. Je soupçonnais Hypnos de ne pas avoir mis les efforts nécessaires pour éviter la rencontre, mais je me voyais mal lui en faire la reproche. Ce n’était tout de même pas le moment.

La tendresse qui émanait de Nyx envers son fils était à la fois touchante et étrangement inconfortable…jusqu’à ce que cela devienne carrément déplacé vu le lien biologique qui les unissait. En effet, Hypnos avait accueilli les caresses de sa mère sur son visage en fermant les yeux, profitant de ce touché qui au fond n’était pas réel, ce n’était que le souvenir d’Hypnos et Nyx. Y songer me rendait un peu triste pour eux sincèrement. Tout était un rêve après tout, mais les émotions elles étaient bien là.

« Tu m'as tellement manqué... Je suis si heureuse de te revoir mon chéri. »

«À moi aussi.», avait-il répondu faiblement en attrapant sa main sur son visage.

Le regard que la Nuit déposait sur lui était celui d’une mère aimante et attentive. Je me rappelais qu’il avait conservé sa place sur l’Olympe grâce à elle. Elle aurait sans doute fait n’importe quoi pour sa progéniture, qu’il l’ait mérité ou non. Lui-même, le lui rendait bien. Je me rappelais du lien que j’avais moi-même avec ma mère. C’était sécurisant, de savoir qu’elle était là pour moi. Une fois décédé, j’avais perdu ce sentiment de protection. Le lien avec mon paternel n’avait jamais été aussi fort et je me doutais être comme un cailloux dans sa chaussure. Ce problème ne se sentais pas avec Nyx et autant je voudrais reprocher à son fils de laisser souffrir mon corps actuellement, que je savais que j’aurais tout donné pour retrouver l’amour et la sécurité des bras de ma mère. Ce moment d’attendrissement fut toutefois de courte durée lorsqu’elle revint attraper le visage d’Hypnos pour l’embrasser, plus à la manière d'une amante que d'une mère. Argh….

Ce que je redoutais arrivait…Non seulement, je me sentais comme un porteur de chandelle, mais j’avais perdu l’innocence de mon regard sur le sujet. J'avais beau vouloir être tolérant et trouver cela romantique...nah...quelques chose m'en empêchait. Je comprenais toutefois que j'allais devoir m'y faire...Enfin...Je ne m’identifiait plus à ce lien mère-fils et on m’ignorait totalement, moi ou Erin, quand j’y pensais. Hypnos avait bien eu un brin de retenu, hésitant à s’abandonner au baisé de sa mère, conscient du tabou et de ma présence, mais il oublia apparemment tout ça très rapidement alors qu’il rendait son baisé avec un peu plus d’ardeur. Je suppose qu’après tout ce temps, je devais me montrer compréhensif. Je me contentai donc de soupirer et de détourner la tête vers la rivière qui coulait non loin. Peut-être y verrais-je plus intéressant, comme la légitime propriétaire de ce rêve. Me perdant dans mes pensées je fus surpris d’être éventuellement interpellé. Ça alors on ne m’avait pas oublié! Nyx avait regagné le sol, allant s’entourer des bras de son fils qui ne résista pas, mais me regardait avec un sourire contrit.

C’était la douce voix de Nyx, douce oui, mais aussi décidé. Une certitude digne d’une déesse primordiale s’échappait des lèvres de la belle qui, n’avais apparemment pas donné ce trait à son fils sinon que très peu. Hypnos était plutôt du genre à laisser aller ses pensées et ses paroles avec autant de légèreté qu’il volait lui même. Il lui arrivait toutefois d’avoir un regain de sûreté dans les moment important, me rappelant alors que j’avais affaire à une divinité primordiale moi-même et donc avec beaucoup d’expérience.

Je croisai le regarde de Nyx qui avaient posé ses yeux d’un bleu profond dans les miens, me souriant de façon bienveillante. Je ne pus réprimer le mien en retour alors qu’elle s’apprêtait apparemment à me révéler des choses qu’Erin n’aurait pas souhaité. Je levai immédiatement la main pour l’empêcher de m’en parler, mais c’était trop tard, la déesse semblait déterminer à m’expliquer certains détails concernant sa possédée. J’aurais préféré me boucher les oreilles par respect pour la jeune rouquine, mais quelque chose me disait que c’était impolie devant une divinité de son rang et je tenais à ne pas m'attirer la colère de la Nuit.

« Son rang...Ça ne t’as jamais empêcher d’essayer de ne pas m’écouter! », me lança Hypnos, qui suivait mes pensées, à demi blagueur, à demi offusqué.

Je ricanai, légèrement coupable et suivant l’amusement de sa mère qui semblait trouver cocasse que sa possédée lui fasse des reproches. Apparemment tout le monde avait ses petits ennuis avec sa propre divinité.

« Elle ne sait pas se confier aux autres. Depuis la mort de sa mère, elle a enfoui ses sentiments au plus profond d'elle pour faire passer les besoins de sa soeur et de son père avant les siens. Seulement, le monde précaire qu'elle s'était construit autour d'eux a commencé à s'effriter depuis qu'elle est au pensionnat. Bon en plus ma présence ne doit pas vraiment l'aider. D'ailleurs désolée pour sa petite saute d'humeur, c'est un peu ma faute ... »

Un sourire contrit apparu sur ses lèvres.

« Tu as été la première personne, depuis près de 4ans, à qui elle s'est confiée. Elle commence à s'attacher à toi alors s'il te plaît ne l'abandonne pas. »

Elle tourna doucement son regard vers le paysage qui s'étendait devant elle, puis poursuivit.

« Tu devrais avoir plus confiance en toi. Regarde le songe que tu as créé pour elle. Il est parfait, il y a tout ce qu'elle aime. Tu la connais mieux que tu ne le penses, alors ne dit plus que tu es mal placé pour l'aider. »

Un regard malicieux vers son fils m’indiqua qu’elle avait déjà des plans en tête et qu’elle donnait pratiquement une mission à son fils…merde. C’était exactement le genre de chose que je redoutais. Devenir un outil pour des divinités. Pourquoi j’avais eu l’idée débile d’intégrer ce rêve moi?

« Je pense même que tu es le mieux placé pour lui venir en aide. »


Elle regarda soudainement au loin en nous indiquant la présence de la principale concerné ici…Erin.

Je me tournai rapidement en la direction pointé, m’assurant que nous étions hors de portée de voix. Je ne l’avais pas encore aperçu alors ce devrait être bon. J’aurais le temps de répondre à la déesse qui venait sans le vouloir de me piquer au vif. Me retournant de nouveau vers mon interlocutrice, j’allais mettre les choses au clair gentiment et respectueusement. Je sentais que j’arriverais à faire confiance à la déesse de la nuit autant qu’à son fils si la relation en restait une de respect. Elle semblait douce tout de même et je ne la craignais pas, contrairement à d’autres divinités que je n’aurais certainement pas voulu rencontrer. Elle devait être puissante vu son statut, mais qu’en savais-je. Au moins elle discutait et ne m’imposait rien de façon agressive, malgré mon propre statut de simple mortel. C’était déjà un excellent point chez une divinité. Je me permis donc de parler franchement. Au pire elle ne massacrerait pas le corps de son propre fils... J’avais toujours cet avantage non?

« Sans vouloir paraître déplacé ou insultant. J’ai l’air de quelqu’un qui va l’abandonner? »

Je pointai l’environnement qui avait nécessité beaucoup d’effort de ma part justement.

« J’aurais pu le faire aujourd’hui…Ce ne sont pas mes affaires, mais je suis resté parce qu’elle avait besoin. Hypnos pourra vous le confirmer, je n’abandonne personne dans le besoin. »

Hypnos hocha la tête avec un sourire fier à sa mère, lui confirmant mes paroles. J’allais m’acquitter de la tâche qu’elle me le demande ou non tant que je le pouvais. C'était pour moi-même une grande fierté et je m'en faisait une mission personnelle de vie.

« Je comprends votre inquiétude et oui, j’ai vu comment elle se comporte. Je la connais à peine et c’est bien visible. Elle prend sa sœur sur ses épaules pour mieux supporter sa douleur et c’est malsain. Je comprends tout de même pourquoi elle le fait. Je ne veux pas envahir ses rêves régulièrement pour l’empêcher d’aller mal. C’est saint pour elle de se libérer de ses peines. Je veux bien l’accompagner à travers son cheminement par contre. »

Je marquai une pause, le temps que le message passe bien dans l’esprit de la déesse. Je n’étais pas un lâcheur. La persévérance…sauf pour le Fight Club, je l’avoue…me définissait bien.

« Je suis touché qu’elle se soit confier à moi si elle a attendu quatre ans pour parler à quelqu’un, mais il ne faudrait pas que je devienne sa béquille permanente parce que sa sœur la rejette, mais je vais trouver un moyen de l’aider. Toutefois…elle a besoin de sommeil actuellement. Ça semble être de famille les petites virées nocturnes, mais c’est épuisant pour un humain normal. Sans vouloir vexer qui que ce soit. Je suis conscient que vos éléments, vos domaines de prédilections ne se changent pas et pour être franc, je les adore, mais il faudrait vraiment que vous vous arrangiez avec Erin pour convenir d’un moyen, pour elle, d’avoir droit à un peu de sommeil. »

Je réfléchis un moment. J’étais un imbécile vraiment. Je prenais un immense contrat sur mon dos et j’allais promettre la chose la plus stupide qui soit.

« Vous voir plus souvent vous inciteraient-il à dormir davantage?», demandais-je avec un certain inconfort.

« Si c’est le cas je promets de revenir plus souvent. Je viendrais de nuit, évidemment. Comme ça elle dormirait.», précisais-je rapidement afin de ne pas me faire avoir non plus.

Sans délais de réponse, je vis Hypnos hocher la tête avec véhémence, appuyant ma proposition alors que ma question allait à sa mère et non à lui de toute évidence. Je lui envoyai un regard de reproche.

« Nous allons devoir parler si cela arrive! »

« Mais bien sûr! »


Pendant ce temps Erin sautais sur les rochers un peu plus loin. Je n’avais pas suivi ses mouvements, trop occupé à vendre mon âme aux deux amoureux pour qu’on me fiche la paix avec les problèmes d’Erin et mon devoir de l’aider. J’allais le faire, de toute évidence, pour elle, mais me le faire assigner par sa déesse, c’était comme de me faire dire que je ne l’aurais pas fait sinon et ça, ça me vexait un peu franchement.

« LAWRENCE ? »

Je me retournai vers la voix d’Erin qui m’avais interpellée. Je n’étais pas prêt de sortir d’ici! Je senti ma gorge se resserrer. Erin était à présent sur le petit îlot au plant de muguet et fit un pas vers l’avant en notre direction. Je voyais déjà sa chute se dessiner de loin alors que son pas malhabile sur les rochers allait inévitablement la mener au fond de l’eau.

« ATTENTION! », lui hurlais-je trop tard alors qu’elle perdait pied dans l’eau en lâchant un cri aigu.

Immédiatement je m’approchai de l’eau tentant d’imaginer l’eau aussi chaud qu’un spa…ce fut un échec, alors je décidai de m’avancer également. Retirant mes chaussures et mon veston, j’avançai d’ans l’eau jusqu’à en avoir jusqu’au coup, faisant quelques brasses jusqu’à elle pour pouvoir la recevoir dans mes bras et ainsi pouvoir l’aider à sortir. Me connaissant, je préférais qu’elle ne reste pas longtemps dans l’eau. Qui savait ce qui s’y cachait? Aussi, l’eau était si froide, mais ce ne serait plus un problème une fois sorti. J’allais y veiller. Pendant un moment, alors que je rejoignais Erin, je crus entendre mon nom interpellé de façon lointaine, mais finalement tout semblait provenir de mon imagination. Je ne me doutais pas que cela faisait un moment que nous avions intégré le rêve et que sa jumelle, de retour dans la pièce nous appelait sans comprendre ce qui se passait. La blancheur qui me gagnait de mon teint ne devait en rien la rassurer, il faut dire.

Je réussi à atteindre Erin assez rapidement.

« Désolé…J’aurais au moins pu faire un pont en y repensant! Tout va bien j'espère?...Malgré...enfin...Viens, j'ai rien dit. Nous allons sortir.», dis-je en ricanant bêtement.

J’ignorais si elle me prenait pour un élément de son rêve ou si elle avait compris que quelque chose clochait, même pour un rêve. Cela m’importait peu. J’aurais tout le loisir de m’expliquer une fois éveillé, mais le but étant de la laisser dormir, j’allais la ramener à la rive et lui souhaiter une bonne nuit.

Je l’attrapai donc pour l’aider à nager, la poussant vers l’avant pour qu’elle sorte de l’eau rapidement. Je réussi à la raccompagner jusqu’à la rive, la poussant devant moi pour qu’elle y arrive plus rapidement. Trouvant cela trop lent, je fis apparaître une bûche creuse flottante, qui sorti de l’eau comme si elle y avait été enfouie depuis longtemps, pour qu’elle s’y accroche. Une fois fait, je fis une vague dans sa direction en écartant les bras et les ramenant ensemble dans l’eau. Elle était définitivement plus forte que la normal pour le geste que je venais de faire, mais c’était un rêve, donc je le pouvais. Celle-ci qui emporta Erin et sa bûche gracieusement jusqu’à la rive en peu de temps. Je terminai moi-même à la nage, évitant les manipulations inutiles. Hypnos ayant vu la scène il avait immédiatement adopté la forme d’un héron et se tenait à présent, sur une patte dans l’eau, prêt à nous accueillir en dissimulant sa propre personne. En effet, il n’avait jamais été fan de se présenter dans un rêve. Il considérait que cela brisait la cohérence du rêve et que c’était mal en soi. Il préférait la discrétion et n’apparaissait que s’il considérait cela valable autant pour lui que pour la personne qui rêvait. Le héron aux yeux étoilés restait tout de même un élément suspicieux vu ma présence. Il observa la jeune fille s’échouer sur la rive, la tête penchée sur le côté comme pour évaluer son état. Soudainement, comme par magie, la jeune fille était entièrement sec au fur et à mesure qu’elle sortait de l’eau. Il pencha finalement sa tête et son long bec comme pour l’inciter à prendre appui dessus au besoin en se relevant. Un seul soucis…à mi-chemin vers la rive, quelque chose m’avait agrippé sous l’eau. Quelque chose venait d’agripper mon épaule et je n’osais regarder. Ma respiration s’accéléra instantanément. Ça recommençait…C’était quoi? Cadavres, créatures marines, plantes, mutations sorties de mon imagination ou de celle d’Erin ou pire…celle d’Hypnos. Je n’en savais rien encore, mais je ne voulais pas savoir non plus.

« Hypnos…? », laissais-je échapper d’une voix plaintive et inquiète comme si je lui demandais son aide ou des explications.

Le héron releva brusquement la tête, attiré par ma plainte, il tourna la tête d’un air inquiet, attendant la suite de mes explications. Je détournai la tête pour apercevoir une main floue venir faire une légère pression vers le bas à travers l’eau verdâtre et obscure. Fini, il ne m’en fut pas plus pour paniquer totalement. Je lâchai un véritable hurlement de panique et mon imagination se chargea du reste. Plusieurs mains verdâtres se décomposant sortaient à présent de l’eau pour m’attraper le visage, les bras et les pieds sous l’eau. Je me sentis subitement tiré vers le fond et disparu sous l’eau. Je commençais à manquer d’air. Je sentais l’eau emplir mes poumons et ne percevait absolument rien dans la noirceur des profondeurs. Jusqu’à ce qu’une lumière éblouissante m’aveugle soudainement. Sentant encore une main contre moi, je me débattis encore, hurlant toujours comme si ma vie en dépendait, sauf que l’eau dans mes poumons réduisait grandement le son que j’arrivais à émettre.

« Lawrence, tu m'entends ? »

« LAWRENCE! TU ES RÉVEILLÉ C’EST FINI! C’EST FINI! », hurlais ma divinité pour calmer cette crise de panique démesuré alors que ma voix semblait couvrir tout bruit résonnant dans la pièce ou dans ma tête et ce malgré les sécrétions qui avaient envahi mes poumons durant ma crise d’asthme et qui rendait mon hurlement très rauque et légèrement étouffé.

J’avais d’abord crisper inconsciemment ma main sur le visage d’Erin, la réveillant très certainement. Tremblotant, en sueur, avec l’impression que mon cerveau allait exploser, ça sentait l’abus de pouvoir à plein nez!…Enfin non…parce que je ne sentais rien! Je portai instinctivement mes mains à mon cou pour desserrer ma cravate et tenter vainement d’ouvrir les premiers boutons de ma chemise en tentant de prendre de grandes inspirations sifflantes. Peu à peu, j’apercevais le visage inquiet d’Ellyn se dessiner et la couleur de mes yeux reprenaient leur vert naturel. Quelques larmes de panique et de douleur perlèrent sur mes joues alors que je sentais mon énergie me quitter et mon cri s’amoindrir alors que l’air passait de plus en plus difficilement. Il me fallait mes pompes!

« Lawrence, calme-toi et pointe ton sac. »

J’avais franchement aucune idée d’où il se trouvait, d’où je l’avais posé et j’avais encore à peine conscience de mon environnement. J’attrapai toutefois l’épaule d’Ellyn pour me soutenir. Mon teint blême était présent rouge tomate. J’allai appuyer ma tête sur son autre épaule.

« Redresse-toi, laisse l’air passer. Tout va bien… »
, me dit doucement ma divinité.

« Elle t’as réveillé doucement, ton imagination à fait le reste. »


« Je veux que ça arrête. Ça doit arrêter. », me plaignis-je faiblement.

« Ça cessera, je suis confiant. Courage! Nous devrions recommencer les entraînements tranquillement et intégrer les cauchemars graduellement. Quand tu seras prêt. Ça devrait aider. Tu ne veux toujours pas consulter?»


« Non. Feront rien ici…C’est Immo…immor…m’annihiler…vont m’annihiler… si pas capable…Broncho…bronchodi….shit…dilatateur.», articulais-je à voix haute, ne faisant plus la part des chose entre ma tête et la réalité, mais souhaitant expliquer mon problème à Ellyn.

La tête toujours appuyé contre elle, je sentais mes paupières devenir lourdes.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1804
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Mer 1 Fév - 21:24
Point de vue de Nyx :

« Sans vouloir paraître déplacé ou insultant. J’ai l’air de quelqu’un qui va l’abandonner? »

La déesse était sûre de l'avoir vexé. La réponse qu'il lui donna fut sèche bien que sa voix était posé et son attitude respectueuse. Il n'avait pas peur de lui dire ce qu'il pensait, elle aimait ça et le laissa continuer.

« J’aurais pu le faire aujourd’hui…Ce ne sont pas mes affaires, mais je suis resté parce qu’elle avait besoin. Hypnos pourra vous le confirmer, je n’abandonne personne dans le besoin. »

Au-dessus d'elle, le dieu approuvait les paroles du jeune homme avec une fierté non dissimulé. Cela amusait beaucoup la ''jeune'' femme qui ne put cacher son sourire amusé.

« Je comprends votre inquiétude et oui, j’ai vu comment elle se comporte. Je la connais à peine et c’est  bien visible. Elle prend sa sœur sur ses épaules pour mieux supporter sa douleur et c’est malsain. Je comprends tout de même pourquoi elle le fait. Je ne veux pas envahir ses rêves régulièrement pour l’empêcher d’aller mal. C’est saint pour elle de se libérer de ses peines. Je veux bien l’accompagner à travers son cheminement par contre. »

Il marqua une petite pause mais l'entité lui fit un signe pour l'inciter à continuer son discours. Quel que soit son avis elle le respecterai. C'est une chose qui l'avait toujours tenu à cœur, les gens devaient faire ce qu'il voulait. Elle préférait toujours leur demander leur avis et s'il n'était pas d'accords, elle trouvait un moyen pour qui le devient. Ainsi, elle n'obligeait personne, ils le faisaient tous de leur plein grès. Sa vision était particulière elle en avait conscience, mais après avoir vécu aussi longtemps qu'elle, on finissait toujours par développer sa propre vision des choses.

Le rouquin continua sa tirade tandis que la déesse continuer de le regarder attendant qu'il est terminer pour lui répondre.

« Je suis touché qu’elle se soit confier à moi si elle a attendu quatre ans pour parler à quelqu’un, mais il ne faudrait pas que je devienne sa béquille permanente parce que sa sœur la rejette, mais je vais trouver un moyen de l’aider. Toutefois…elle a besoin de sommeil actuellement. Ça semble être de famille les petites virées nocturnes, mais c’est épuisant pour un humain normal. Sans vouloir vexer qui que ce soit. Je suis conscient que vos éléments, vos domaines de prédilections ne se changent pas et pour être franc, je les adore, mais il faudrait vraiment que vous vous arrangiez avec Erin pour convenir d’un moyen, pour elle, d’avoir droit à un peu de sommeil. » 

Il sembla en plein réflexion comme s'il devait prendre une décision très importante et qu'il avait du mal à se décider, finalement il reprit la parole.

« Vous voir plus souvent vous inciteraient-il à dormir davantage?»

Un léger malaise se faisait ressentir dans sa voix.

« Si c’est le cas je promets de revenir plus souvent. Je viendrais de nuit, évidemment. Comme ça elle dormirait.»  

Il rajouta rapidement cette condition comme s'il s'apprêtait à signer un contrat avec Méphistophélès et qu'il souhaitait fixer toutes les petites closes avant de conclure.

Un sourire calme étirait les traits de la belle dame qui ne put s'empêcher de serrer son amant dans les bars, heureuse de savoir qu'ils se reverraient. Puis après un regard entendu avec son aimé elle le lâcha et s'approcha de Lawrence.

« A vrai dire je ne t'en demandais pas tant mais j'accepte volontiers ta proposition. »

Elle lui adressa un sourire à la fois amusé et entendu, elle laisserai Erin dormir plus en échange de rendez-vous régulier.

« Une dernière chose, je ne veux pas que tu sois sa béquille. Je veux que tu l'aides à surmonter cette épreuve à laquelle elle n'arrive pas à faire face. »

Ayant fini sa réponse, elle s'éloigna de lui pour aller profiter des quelques instants qui lui restaient à passer au prêt d'Hypnos.

L'amoureuse entendit au loin sa petite possédée criait le prénom du rouquin qui lui hurla de faire attention. Elle se retourna pour apercevoir Erin tomber à l'eau et Lawrence volant à son secours.

« Ils sont mignons tu ne trouves pas ? »

Elle releva son regard vers le dieux avec un doux sourire bienveillant. L'homme la regardait légèrement méfiant.

« Je sais ce que tu penses. Je ne ferai rien. Je ne vais pas essayer de les mettre couple pour que l'on puisse se retrouver. Il n'en auront pas besoin, pour Erin en tout cas. »

Elle regarda sa possédée dans les bras du rouquin avec le sourire d'une mère veillant sur son enfant.

« Je ne veux pas les pousser. L'amour est quelque chose qu'il faut découvrir par soit-même. N'est-ce pas ? »

Elle avançait doucement, vers le jeune couple, au côté du dieu aillé.

« Pas un mot de tout ça à Lawrence. C'est compris ? Sinon ... »

Elle laissait planer sa menace comme pour l'obliger à imaginer pire que ce qu'elle pourrait faire.

Elle aperçut le jeune homme en difficulté et décida de relâcher son amant pour aller contempler la scène depuis le ciel comme elle l'avait toujours fait.

« Tu ferais mieux de les rejoindre. Au revoir, chéri »

Elle lui donna un dernier baisé avant de faire quelques pas vers les ombres et de disparaître dans les ténèbres de la Nuit.


Point de vue d'Erin :

L'homme que j'avais interpeller se retourna vers moi en entendant son prénom et me cria de faire attention. Mais avant que je comprenne pourquoi, je me retrouvai dans le petit étant. Quand l'eau froide me submergea, je sentis ma respiration s'accélérer et mon pouls se mettre à battre avec intensité. Je réussis à sortir ma tête à temps pour apercevoir un rouquin qui rentrait à son tour dans le lac. Il nagea rapidement vers moi tandis que je me maintenais à la surface.

« Désolé… J'aurais au moins pus faire un pont en y repensant ! Tout va bien j'espère ? … Malgré … enfin… Viens, j'ai rien dit. Nous allons sortir. »

Je distinguais, à présent, parfaitement son visage. Que faisait Lawrence ici ? Quelque chose n'allait pas… Tout était bien trop réel pour être vrai. Il y a quelques instants, nous étions tous les deux dans ma chambre avec Ellyn. Comment nous étions nous retrouvés ici ?

Je revoyais la main du jeune homme glisser sur ma joue et puis plus rien comme si j'étais tombée de sommeil…

« Et bien voilà, tu comprends enfin… Il t'a endormis parce que t'étais à bout et maintenant tu rêves. »

Je me retournai vers le jeune homme qui nageait derrière moi en m'aidant à avancer. Le voyant commencer à fatiguer je voulus lui dire d'arrêter que je pourrais m'en sortir seule, mais à peine avais-je ouvert la bouche qu'une bûche en bois flottant remonta face à moi. Je mis accrocha et une grosse vague me poussa jusqu'à la rive où un grand héron m'attendait. Il tendit sa tête vers moi comme s'il voulait que je m'appuie sur lui pour remonter, mais les oiseaux n'étaient pas vraiment ma tasse de thé. Les moineaux ou les petits volatiles ne m'avaient jamais dérangé, mais pour ce qui était des grands échassiers ou des rapaces, je les avais toujours trouvés effrayant avec leur bec pointu et leurs pattes de dinosaure. Je remontai seule sur la rive en tenant toujours l'animal à l'œil pour être sûre qu'il ne ferait rien.

Mes habits et mes cheveux avaient séché en quelque instant, mais je ne pouvais détourner mon regard du héron pour m'en extasier, du moins jusqu'à ce que j'entende la voix plaintive du jeune homme derrière moi.

« Hypnos ? »

A son nom, le héron avait lui aussi tourné la tête pour connaître la raison de cette inquiétude.

Lawrence ne dit rien il tourna juste la tête vers son épaule ou se trouvait une main verdâtre. J'eus à peine le d'étouffer un cri que d'autres mains l'attrapèrent et l'emmenèrent sous l'eau dans un hurlement sans fin.

La clairière était toujours là, mais le jeune homme et l'oiseau avait disparu et le paysage autre fois si attirant me mettais à présent mal à l'aise. J'avais l'impression que quelque chose aller surgir à n'importe quel moment dans mon dos. Je m'éloignai doucement de l'eau en surveillant sa surface lisse. Des bruit derrière moi me firent me retourner, je tombais face à un cadavre blanchâtre avec de nombreuses entailles sur son visage et sa poitrine. Ses cheveux ternes, ayant perdu toute leur rousseur et leurs boucles, s'écoulaient sur ses épaules décharnés et ses habits déchirés cachaient à peine les blessures et les hématomes qu'elle portait sur le reste de son corps.

Les larmes me montaient aux yeux, mais avant que je ne puisse réagir elle attrapa ma tête et serra.

Je me réveillai en sursaut dans ma chambre, dans mon lit, allongé sur les draps les cheveux éparpillés sur mon oreiller. Je mis quelque temps à reprendre conscience de ma réalité, j'avais l'impression d'être passé d'un rêve à un autre. Ce fut la respiration sifflante et paniquée de Lawrence qui me ramena complètement sur terre.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Cheveux doux et brillants
» À fleur de peau [pv la fille aux cheveux roses]
» cheveux
» l'arrivée d'une fille aux cheveux rose...
» Spécial cheveux frisés...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Pensionnat :: ◄ Premier étage :: ► La bibliothèque-
Sauter vers: