AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


La charge des rohirrims (ft Erin Aberline)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Annexes :: ◄ Dortoirs des filles :: ► Chambres des filles :: Chambre 107
MessageSujet: La charge des rohirrims (ft Erin Aberline) Sam 12 Nov - 16:48
Depuis mon plus jeune âge, j'aimais que les choses soient ordonnées. Je rangeais mes peluches par taille et couleur c'est pour dire. C'était tant bien une qualité qu'un défaut, la maison était grâce a moi impeccablement rangé mais le moindre petit désordre m’horripilait au plus haut point. Il m'arrivait souvent de m’énerver contre Erin, car elle est tout le contraire : le rangement lui est inconnu. Heureusement que nous avions des chambres séparées. Imaginez le contraste, c'est un miracle si nous ne nous sommes pas entre-tuées depuis le temps. Maintenant c'est pire, on vit dans la même chambre, je vous le dis, l'hécatombe est proche. Enfin, comprenez qu'il soit normal que lorsque je rentre dans ma chambre après une longue journée de cours, c'est plaisant de la retrouver  telle quelle, c'est à dire rangée mais apparemment la providence en avait décidée autrement. Le parfum doux des Clématites chatouillèrent mes narines, au moment où je franchissais le seuil de la porte. Je pensais avoir bien choisis ces fleurs car ma journée avait été agréable et qu'à cette instant j’étais joviale, c'est alors que j'ouvris les yeux et découvrit un capharnaüm innommable. Elle exagère vous allez me dire, cela ne peut être aussi apocalyptique qu'elle le pense et bien laissez moi vous dire une bonne chose : on aurait dit que la charge des rohirrims, bien loin d'avoir eu lieu dans les champs du Pelennor, c'était déroulée dans notre chambre. Vêtements éparpillés, lit défait, feuilles volantes et des tas de sachets de bonbons étalaient sur MON bureau.

*écoute, peut-être qu'il y a eu un énorme coup de vent créant ainsi ce cataclysme*

C'était mignon Atalante semblait la protéger, en même tant je fus vexée qu'elle ne soit pas de mon côté.

*Je rêve ou tu essaies de la protéger ?*

*non, loin de là mon idée, je me sens un peu fébrile vois tu et t'entendre te disputer avec ta jumelle ne va certainement pas arranger ma situation..*

Je me disais aussi que ce n'était pas son genre de vouloir protéger quelqu'un, de plus le bien être d'Atalante n'était pas actuellement ma priorité, il était de mon devoir de faire respecter les règles de notre cohabitation.

*Je suis désolée mais si je n'interviens pas maintenant cela va devenir une habitude et puis j'ai des raisons de la médire, mon bureau a été touché par son désordre je ne peux l'accepter, je dois agir, tout de suite !*

*et c'est reparti pour un tour..*

Erin n'allait pas tarder à rentrer, je méditai durant une dizaine de minutes, tachant de trouver un plan machiavélique à mettre au point, soudain la porte s'ouvrit, une chance sur deux pour que ce soit elle mais on avait un lien fort qui nous permettait de savoir si l'une de nous était dans les parages. Je sentais que c'était elle, je serrai la mâchoire et fis face à mon adversaire. Je dois avouer que lui sauter dessus n'était pas une brillante idée néanmoins son petit cris surpris et son visage crispé par la peur en valait la peine. Je me mis à califourchon sur ma sœur et lui plaquai les épaules au sol. Sa tignasse de cheveux avait dû amortir sa chute, et à présent elle me regardai droit dans les yeux avec toujours le même air ahuri.

« La chambre est un vrai champ de bataille, je ne peux cautionner ce désordre surtout quand cela concerne mes affaires ! Tu as une explication valable à ce désordre ?! »
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 306
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La charge des rohirrims (ft Erin Aberline) Dim 13 Nov - 17:08
Je me dépêchai de rentrer à la chambre avant Ellyn. Je devais ranger la chambre avant qu'elle voit mes affaires éparpillées partout. Je courus dans les escaliers et dans le couloir menant à notre chambre, mais à peine avais-je ouvert qu'une furie rousse me sauta dessus me plaquant au sol et me coupant la respiration par la même occasion. Elle s'assit à califourchon sur moi et

«  La chambre est un vrai champ de bataille, je ne peux cautionner ce désordre surtout quand cela concerne mes affaires ! Tu as une explication valable à ce désordre ?! »

Ah ben merde … elle est arrivée avant moi… Je repris doucement mon souffle en respirant doucement et profondément. Comment allais-je m'expliquer ?

« Déjà tu me lâches et tu te calmes ! T'es juste affreusement maniaque. »

Je la poussai sur le côté et me releva. Je rentai dans la chambre avant de fermer notre porte afin de ne pas exposer notre scène de ménage à tout l'étage. J'eus également une petite pensée pour nos voisins du dessus qui allaient subir notre nouvelle dispute.
Je posai mon sac sur le lit défait, je me retournai et jeta les papier sur son bureau avant le planter mon regard dans ses yeux.

« Je me suis endormis sur mon bureau et j'ai pas eus le temps de ranger ce matin, mon réveil n'a pas sonné. Puis sérieux, tu exagères, y'a que quelques feuilles et quelques habits par terre. »

Je me baissai pour ramasser les feuilles qui avaient dû tomber de mon bureau pendant la nuit. Je les classai rapidement avant de les coincer dans les livres encore ouverts.

« Contente maintenant ! Tu n'as pas besoin de me sauter dessus pour me dire de ranger mes affaires ! Et puis j'ai beau être moins organisée que toi, C'est moi qui fais le ménage ici et même à la maison et ce depuis plusieurs années alors viens pas non plus te plaindre de mon comportement ! »

Je sentais la colère montait en moi et la fatigue accumulée ne m'aidait pas à me calmer. Nyx essaya de me raisonner sans aucun succès. L'attitude d'Ellyn commencer vraiment à m’insupporter. Je m'occupais d'elle, surveillais sa santé et elle, elle me plaquait par terre pour deux petits malheureux sachet de bonbons vide sur son bureau…
Ne désirant pas m'énerver contre elle je me contentai de froncer les sourcils et d'aller m'asseoir à mon bureau pour continuer mon étude des livres de médecine que m'avait prêté le Dr. Nolan.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: la charge des rohirimms Lun 14 Nov - 19:19
Je guettais sa réponse sans sourciller, elle pris une grande inspiration et me demanda de la lâcher et de me calmer. Me calmer ? Certes j'y suis peut être allée un peu trop fort. 
Séance tenante, elle me poussa sur le côté et se releva rapidement. Après être rentrée dans la chambre, par bonté Erin ferma la porte réduisant ainsi notre vacarme à venir, personnellement ce que pensait nos voisins de chambres m'importait peu, je n'avais pas de réputation à protéger.


« Je me suis endormis sur mon bureau et j'ai pas eus le temps de ranger ce matin, mon réveil n'a pas sonné. Puis sérieux, tu exagères, y'a que quelques feuilles et quelques habits par terre. » 

Quoi je dise ou fasse Erin trouve toujours ça exagéré, je dois dire que ça commence à me taper sur le système, j'aimerai bien qu'une apocalypse ait lieu juste pour lui dire pendant qu'elle panique « Tu exagères, c'est pas la mort sérieux ». Bref j'ai un sale caractère je sais, raison de plus pour ne pas me pousser à bout, et puis c'est pas compliqué de ranger quelques feuilles et de jeter ses papiers à la poubelle, le ménage elle connaît mais le rangement ça lui passe au dessus de la tête.. en même temps quand tu fais 1m55.. raaah il faut impérativement que j'arrête de faire à moi même des blagues aussi aberrantes !
Après avoir fait un brin de rangement, elle se tourna une nouvelle fois vers moi et me lança une autre excuse, exaspérée.

« Contente maintenant ! Tu n'as pas besoin de me sauter dessus pour me dire de ranger mes affaires ! Et puis j'ai beau être moins organisée que toi, C'est moi qui fais le ménage ici et même à la maison et ce depuis plusieurs années alors viens pas non plus te plaindre de mon comportement ! »

Elle marque un point, lui sauter dessus n'était pas très civilisé néanmoins ça faisait son petit effet. Lorsqu'elle acheva sa dernière phrase, un goût de bile emplit ma bouche. Comment osait-elle me reprocher mon inactivité ménagère, c'était son initiative de vouloir entretenir la maison après la disparition de maman, moi depuis j'avais fait le deuil, elle non. Ne voulant point me disputer avec Erin sur ce sujet qui nous blessait toutes les deux, elle tout particulièrement, je cessai d'y penser me focalisant sur mon tout premier objectif : qu'elle s'excuse. Je suis quelqu'un de très têtue et tant qu'elle ne se sera pas excusée je vais soit l’emmouscailler jusqu'à épuisement, soit je battrais du froid mais comme elle déteste quand je fais ça elle devra céder.

*Atalante ? Que choisis tu entre l'escagasser et la bouder ?*

*mais qu'est ce j'en ai à faire de vos histoires hein ? Boude.*

*D'accord merci !*

Je m'avançai alors en direction d'Erin qui entre temps s'était assise à son bureau et lisait je ne sais quoi, je me planta devant elle et me penchai tout en lui lançant un regard qui aurait fais trembler Dormammu lui même, et déclara le plus durement possible :

« Excuse toi. »

Ne voyant aucune réaction de sa part, je me redressai et pris ma décision.

« Très bien, tu l'auras voulu. »

Je pris à mon tour un ouvrage et m'allongeai sur mon lit sans ne lui prêter désormais aucune attention. J'étais très forte à ce jeu là, lorsque nous avions huit ans, Erin avait dérangé mes peluches pensant soit disant « bien faire » ne voulant pas s'excuser, je lui ai fait la tête durant cinq jour puis elle a finalement cédé.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 306
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La charge des rohirrims (ft Erin Aberline) Mar 15 Nov - 22:50
Elle se pencha vers moi en me faisant les gros yeux comme à son habitude.

« Excuse toi »

Elle attendit quelque instant que je lui donne une réponse qui ne viendrai jamais. Par contre, ma colère ne faisait qu'augmenter au furent et à mesure.

« Très bien, tu l'auras voulu. »

Cette fois-ci s'en était trop. J'en avais marre qu'elle joue la princesse et je sois toujours obligée de m'occuper d'elle. Je reposai précautionneusement mon livre sur mon bureau en pensant à marquer ma page d'une de mes feuilles me servant à la prise de note.
Je me levai essayant de garder un minimum mon calme, chose quasiment impossible vu l'état dans lequel je me trouvais. Je parcourrai la distance me séparant de son lit. Elle s'y était allongée pour y lire un livre dans l'objectif de me faire la tête. J'attrapai le livre qu'elle tenait et l'envoya sur mon propre lit. Je la regardai droit dans les yeux en arborant un regard des plus froid. La rage qui montait en moi, je ne la montrais que rarement, ne préférant ne jamais monter cette facette de moi. Mais là ça suffit. Je ne pouvais pas en supporter plus.

« Calme-toi Erin. Lui crier dessus n'est pas la solution. »

« Non c'est pas une solution mais, ça soulage. »


Ellyn me regardait toujours étonnée par ma réaction sûrement trop rare. Je pris une grande respiration pour ne pas me mettre à hurler tout de suite. Je commençai ma tirade avec un ton dédaigneux dont habituellement j'avais horreur, mais aux grands mots les grands remèdes.

« C'est toi qui me plaque par terre et m'agresse alors que je venais à peine de renter et c'est moi qui m'excuse... Ça marche pas comme ça. En plus, je me dépêchais pour pouvoir ranger avant que tu rentres et j'allais justement passer le ballet que tu ne passeras jamais alors que c'est toi qui a des problèmes avec la poussière. Tu penses pas que tu exagères ? Ça fait 4 ans que je m’occupe de toi, que je te soigne quand tu es malades, qui m'occupe de tout mais c'est pas une raison pour jouer les princesses. »

Ma voix se faisait de plus en plus dure, violente et forte.

« Tu vas me dires que je ne suis pas obligée de faire tous ça mais si je ne le fais pas qui le fera ? Toi ? Laisse-moi rire. Tu n'es même pas capable de prendre soin de toi-même. Tu tombes facilement malade à cause de ta petite santé je veux bien, mais tu ne fais absolument rien pour remédier à ça. Tu vas te complaindre dans ta faiblesse. Tu penses que je dis ça sous le coup de l’énervement, mais je te rappelle que je t'ai déjà trouvé en train de ramper pour revenir à la chambre parce que tu avais fait un malaise… rappelle moi pourquoi tu étais tombé dans les pommes ? »

Je ne la laissai pas répondre et continua mon monologue.

« Parce que t'es pas foutu de penser à manger à midi. Tu penses pouvoir t'occuper d'une maison, mais occupe-toi déjà de toi ça serait une avancée. Arrête de te comporter en enfant pourri gâté et grandis un peu t'es presque une adulte maintenant. Plus une gosses à qui on laisse tout passer parce qu'elle est tout le temps malade ! Donc maintenant tu te débrouilles avec ton ménage, ta bouffe, tes médicaments et tes problèmes je veux plus en entendre parler. Et pour ce côté, c'est ma chambre elle sera comme moi j'ai envie avec des fringue par terre si j'ai envie ! Et tu n'auras aucun avis à donner. »

Je m'étais mis presque à hurler excéder par ma sœur. About de nerf je souhaitai de tout mon cœur qu'elle ne réponde rien sinon je n'arriverai pas à me retenir de la frapper.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La charge des rohirrims (ft Erin Aberline) Ven 18 Nov - 19:17
« C'est toi qui me plaque par terre et m'agresse alors que je venais à peine de renter et c'est moi qui m'excuse... Ça marche pas comme ça. En plus, je me dépêchais pour pouvoir ranger avant que tu rentres et j'allais justement passer le ballet que tu ne passeras jamais alors que c'est toi qui a des problèmes avec la poussière. Tu penses pas que tu exagères ? Ça fait 4 ans que je m’occupe de toi, que je te soigne quand tu es malades, qui m'occupe de tout mais c'est pas une raison pour jouer les princesses. »

Étrangement, entendre ces mots ne me mit pas plus en colère mais plutôt l'inverse, Erin disait rarement ce qu'elle pensait vraiment, ce qui avait tendance à m'énerver. Elle préférait arborer un sourire pas toujours sincère, tout le contraire de moi.

« Tu vas me dires que je ne suis pas obligée de faire tous ça mais si je ne le fais pas qui le fera ? Toi ? Laisse-moi rire. Tu n'es même pas capable de prendre soin de toi-même. Tu tombes facilement malade à cause de ta petite santé je veux bien, mais tu ne fais absolument rien pour remédier à ça. Tu vas te complaindre dans ta faiblesse. Tu penses que je dis ça sous le coup de l’énervement, mais je te rappelle que je t'ai déjà trouvé en train de ramper pour revenir à la chambre parce que tu avais fait un malaise… rappelle moi pourquoi tu étais tombé dans les pommes ? »

*Si je comprends bien, je suis une incapable qui peut clamser à tout moment. *

*mais non, bon elle y a été un peu fort mais fallait que ça sorte tu sais, ça lui permet de s'alléger d'un fardeau *                            

« Parce que t'es pas foutu de penser à manger à midi. Tu penses pouvoir t'occuper d'une maison, mais occupe-toi déjà de toi ça serait une avancée. Arrête de te comporter en enfant pourri gâté et grandis un peu t'es presque une adulte maintenant. Plus une gosses à qui on laisse tout passer parce qu'elle est tout le temps malade ! Donc maintenant tu te débrouilles avec ton ménage, ta bouffe, tes médicaments et tes problèmes je veux plus en entendre parler. Et pour ce côté, c'est ma chambre elle sera comme moi j'ai envie avec des fringue par terre si j'ai envie ! Et tu n'auras aucun avis à donner. »

Je posai mes pieds par terre et me redressai de tout mon corps lentement, ramassai le livre que ma jumelle avait arraché de mes mains et me dirigeai vers la porte. Après avoir fait quelques pas je tournai la tête en direction d'Erin et lui dis le plus fermement possible :

« Tu sais ça fait belle lurette que tu t'occupes de moi sans que j'ai mon mot à dire et ce, depuis la mort de maman, même si tu refuses de l'avouer, tu as tenté en quelque sorte de la remplacer, breaking news : tu n'es pas ma mère, je fais ce que je veux, si je mange pas comme tu dis ce n'est pas ton problème c'est le mien, je ne t'ai jamais rien demander alors fait pas comme ci tu te te sentais responsable. Que je rampe pour rentrer ça m'est arrivée que deux fois et c'est dû à plusieurs choses, mais ça tu t'en fou, tu te dis juste que je suis  incapable de me nourrir, comme si j'étais encore une gamine. Je suis faible moi ? Je fais de mon mieux figure toi pour être forte, me lever tous les matins en essayant d'être positive, mais moi je ne suis pas fausse comme toi, je sors pas un sourire à tout bout de champ histoire de dire tout va bien alors que ce n'est pas le cas, tu vis dans un mensonge, une illusion, réveil toi un peu, en voulant trop t'occuper de moi tu as évité de faire face à la mort de notre mère et par conséquent tu n'as pas fait ton deuil, moi je l'ai fait je l'ai accepté et c'est moi la faible qui sait rien faire toute seule, excuse moi alors, on ne doit pas avoir la même définition de ce mot. Le ménage tu l'as toujours fait et j'ai toujours rangé, je ne t'ai jamais imposé mes saleté mais je dois subir ton désordre ? Non c'est pas comme ça que ça marche, si tu veux pas comprendre que la cohabitation ne peut se faire dans ces conditions tu m'en vois désolée mais je serais dans l'obligation de changer de chambre alors. »

J'ouvris la porte et franchis le seuil, je pivotai et dis du ton le plus cinglant :

« Oh et j'allais oublier traites moi encore une fois de princesse et tu peux être sûre que tu le regretteras, et t'avise plus de balancer l'un de mes livres ou je te balance tes bleuets par la fenêtre sans hésitation. »

Je sortis de la chambre presque en courant, j'avais les larmes aux yeux mais ça faisait un bien fou de déballer son sac.

*tu as bien fait de battre le fer pendant qu'il était encore chaud, ne rien dire aurait été très saugrenu*

*Je ne suis plus fâchée contre elle à présent, je pense qu'on se comprends mais Erin a plus de mal à admettre que j'ai autant de raisons qu'elle d'être en colère. Enfin je pense que je vais rentrer tard cette nuit ça nous laissera le temps à toute les deux de réfléchir sur ce qu'on a dit.*

*on fait pas d'omelette sans casser des œufs*

Je n'étais pas sûr du sens que son expression dégageait, si elle était vraiment appropriée, préférant ne pas en tenir rigueur, je cheminai dans les couloirs tout en chantonnant.

« Riders on the storm
  Riders on the storm
  Into this house we're born
  Into this world we're thrown
  Like a dog without a bone
  A actor out alone
  Riders on the storm »
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 306
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La charge des rohirrims (ft Erin Aberline) Sam 3 Déc - 17:21
Elle se releva et se tourna vers moi pour riposter. Ses yeux lançaient des éclaires, cette fois-ci je l'avais vraiment énervé, mais soit s'il faut ça pour la réveiller.

« Tu sais ça fait belle lurette que tu t'occupes de moi sans que j'ai mon mot à dire et ce, depuis la mort de maman, même si tu refuses de l'avouer, tu as tenté en quelque sorte de la remplacer, breaking news : tu n'es pas ma mère, je fais ce que je veux, si je mange pas comme tu dis ce n'est pas ton problème c'est le mien, je ne t'ai jamais rien demander alors fait pas comme ci tu te te sentais responsable. Que je rampe pour rentrer ça m'est arrivée que deux fois et c'est dû à plusieurs choses, mais ça tu t'en fou, tu te dis juste que je suis  incapable de me nourrir, comme si j'étais encore une gamine. Je suis faible moi ? Je fais de mon mieux figure toi pour être forte, me lever tous les matins en essayant d'être positive, mais moi je ne suis pas fausse comme toi, je sors pas un sourire à tout bout de champ histoire de dire tout va bien alors que ce n'est pas le cas, tu vis dans un mensonge, une illusion, réveil toi un peu, en voulant trop t'occuper de moi tu as évité de faire face à la mort de notre mère et par conséquent tu n'as pas fait ton deuil, moi je l'ai fait je l'ai accepté et c'est moi la faible qui sait rien faire toute seule, excuse moi alors, on ne doit pas avoir la même définition de ce mot. Le ménage tu l'as toujours fait et j'ai toujours rangé, je ne t'ai jamais imposé mes saleté mais je dois subir ton désordre ? Non c'est pas comme ça que ça marche, si tu veux pas comprendre que la cohabitation ne peut se faire dans ces conditions tu m'en vois désolée mais je serais dans l'obligation de changer de chambre alors. »

Au fur et à mesure de son discourt, mes mains se mirent à trembler et mes yeux s'emplir de larmes que je retenais avec difficulté. Ses mots étaient sûrement les plus durs qu'elle ne m'est jamais dit.
Elle ouvrit la porte et se retourna vers moi pour rajouter à sa tirade une menace.

« Oh et j'allais oublier traites moi encore une fois de princesse et tu peux être sûre que tu le regretteras, et t'avise plus de balancer l'un de mes livres ou je te balance tes bleuets par la fenêtre sans hésitation. »

Elle sortie en claquant la porte derrière elle et moi je m'effondrai au milieu de la pièce et pleura les larmes que j'avais dû retenir tout ce temps. Je pleurai une heure peut être plus, je ne sais plus … je ne m'étais même pas lever, j'étais restée par terre et ne m'étais levée que quand mes jambes repliées sous moi commencèrent à me faire mal. Nyx essayait de me consoler, mais il n'y avait rien à faire, je sais qu'elle avait raison que j'avais fuit ma réalité et la mort de maman en essayant de la remplacer. Mais même si je le savais, ces mots me faisaient souffrir et pourtant, ce n'était que l'entière vérités.
Le soleil commençait à se coucher quand je me relevai enfin,pour me traîner jusqu'à mon lit et m'emballer dans mes couvertures pour continuer à pleurer jusqu’à ce que je m'endorme.
Mon sommeil fût troublé par des cauchemars me montrant le visage de ma mère, pas celui de mon enfance avec son doux sourire, non … celui-là était pâle, ses yeux étaient et clos et ses cheveux étaient terne. Elle ne ressemblait plus à la mère que j'avais connue autrefois. La poudre blanche sur sa figure qui tentait de cacher ses blessures ne dissimulait pas grand-chose à mes yeux. Et ses cheveux ne flamboyaient plus sur ses épaules comme les flammes de notre cheminée. Ce triste visage semblait immuable, gravé dans ma mémoire, tout comme les pleures de mon père et de ma sœur.  
Je me réveillai en sursaut dans mon lit trempé de sueur. Je jetai un coup d’œil à la couchette d'Ellyn, toujours vide et je sortie du lit pour aller me passer un coup d'eau sur le visage allumant les lumières au passage. Je fis couler l'eau chaude avant d'en recueillir dans mes mains et de m'en asperger le visage. Je regardai mon reflet dans le miroir au-dessus du lavabo. Je faisais vraiment pitié à voir, les yeux rouges et gonflés, des traces de mascara le long de mes joues, mes cheveux collés sur mon front par la sueur et l'eau.

« Je suis une vraie gamine… Regarde-moi…  »

« Non, ne dis pas ça. Ce n'est pas vrai. Tu es une jeune femme qui a encore pleine de choses à vivre et qui ne devrait pas déprimer pour une simple dispute. Ellyn ne pensait pas ce qu'elle a dit. »

C'était gentil de la part de Nyx de vouloir me consoler, mais je savais que les paroles d'Ellyn étaient vrais et que je n'avais pas avancé depuis la mort de maman. Je me détournai du miroir pour commencer le rangement que je j'aurais dû faire il y a longtemps. Livre après livre, feuille après feuille et habit après habit, je rangeai toute notre chambre sans déranger les affaires de ma sœur, puis une fois cela fini je fis le ménage dans chaque recoin. J'y passai une bonne partie de la nuit, mais je ne vis pas revenir Ellyn. Je terminai mon œuvre deux heures avant le levé du soleil, alors plutôt que de rester enfermé dans cette chambre je préférai sortir pour observer les couleurs chaleureuses de l'aube. Je laissai un mot :

« Je suis vraiment désolée. Tu as entièrement raison je suis sûrement plus lâche et faible que toi. Si tu veux changer de chambre je comprendrai.
Au cas où tu me cherches, je suis dehors je ne rentrerai pas à la chambre avant ce soir tard.
Je te demande pardon
Erin »


Un mot sur son lit n'était pas le meilleur moyen de lui présenter mes excuses, mais je n'avais pas le courage de le faire autrement.
Je me changeai, pris mon manteau et sortis dans le parc du pensionnat pour prendre l'air et calmé mes nerfs encore au bord des larmes. Je m'allongeai dans l'herbe comme à mon habitude et je regardai le ciel   s'illuminer de mille couleurs. Je restai ainsi un très long moment, les yeux dans le vide.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 264
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La charge des rohirrims (ft Erin Aberline)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
La charge des rohirrims (ft Erin Aberline)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les valeureux rohirrims
» [SdA] "La charge du Rohan" – 1000 points
» Rimbold, Garde Royal du Rohan...
» Charge à partir d'un bâtiment vers la rue.
» La Charge des Mûmakils!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Annexes :: ◄ Dortoirs des filles :: ► Chambres des filles :: Chambre 107-
Sauter vers: