AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: L'Exterieur :: ◄ Galway :: ► Plages
MessageSujet: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Mar 3 Jan - 16:01
Aujourd’hui était un samedi exceptionnel. Certes il faisait et certes il était encore tôt. Mais la prouesse ne se trouvait nullement là. Pour une fois depuis très longtemps je n’avais pas la gueule de bois en me levant un samedi matin, voilà l’exploit.

*Le pire… c’est que tu sembles fière de toi.*

*Ce n’est pas qu’une impression.*

Et les premiers râlements d’Hadès commencèrent. J’avais en effet décidé de ne pas boire hier soir car aujourd’hui je sortais piqueniquer avec Lawrence, le nouvel ami que je m’étais fait ici. En soit j’aurai très bien pu me présenter avec une gueule de bois comme à mon habitude. Mais je ne savais pas pourquoi, au fond de moi, j’avais eu envie de, pour une fois, bien faire.
Me présenté en sentant l’alcool devant ma famille ou encore devant le représentant américain de la firme de mon père, aucun problème. Mais pour Lawrence, j’avais envie de me donner la peine d’être moi et non la jeune fille en colère que je montrais dans les autres moments.

*Toi tu l’aimes bien ce garçon…*
*Oui… Non ! Pas dans ce sens-là voyons ! Il est gentil, et je sens qu’il pourrait être un véritable ami. Autant faire les choses correctement.*
*Très juste*

Face à mon miroir je tirais une mine étonnée suite au fait qu’Hadès approuve mes idées. C’était rare autant en profiter.
Je me préparais tranquillement, j’avais le temps, j’avais réussi par je ne sais quel miracle à me réveiller avant mon réveil.
Je pris une douche puis m’habillais d’une robe turquoise dos nue s’arrêtant au-dessus de mes genoux. Lawrence ne savait pas ce à quoi il avait le droit, les robes de ce genre, j’en portais à tout casser deux fois dans l’année.

J’allais chercher deux de mes livres préféré, mon téléphone et son enceinte pour la musique et des biscuits qui me restaient de Londres et mon ukulélé. Je mis le tout dans un petit sac en toile que je laissais sur mon lit le temps de finir mes préparatifs. Je mis une paire de ballerine et j’étais prête à y aller. C’était encore tôt mais si je partais maintenant je pourrais me promener un peu au bord de l’eau avant l’arrivée du rouquin.

*Tu ne prends pas de maillots de bain ?*

*Oh non ! Si l’eau n’est pas à minimum 25°C y a même pas moyen d’espéré… par contre j’ai  failli oublier !*

Je me dépêchais en direction de mon lit et me penchais pour attraper une bouteille de vin, du Moscato D’Asti. C’était un vin italien pétillant et sucré, c’était juste super. Pas de quoi se casser la figure dessus mais pour accompagner le repas et bavarder ce serait sympa. En plus je pourrais le poser dans l’eau un moment, vu la température il devrait être assez frais.

Je mis mon sac sur mon épaule et me dirigeais hors de ma chambre. Dans les couloirs je ne croisais pas grand monde. Il fallait dire que je n’avais pas l’habitude de me lever aussi tôt. Peut-être était-ce normal ?
En dehors du pensionnat je mis mes écouteurs en commençais à chantonner attendant le bus qui me mènerait à Galway.

Je fus contente de constater que je n’eus pas à attendre longtemps le bus et je montais à l’avant. À ces heures il était étrangement bondé.
Lors du trajet je constatais que ce serait la première fois que je me rendais sur les plages du coin. J’avais visité Galway certes, enfin ses bars… et ses boutiques. Mais je n’avais pas encore eu l’occasion de faire le tour du paysage.
J’étais contente qu’il fasse beau, un pic nic sous la pluie n’était pas l’idéal, surtout lorsqu’il n’y avait rien pour s’abriter.

Mon taux d’alcool… et d’autres substances étant à zéro le trajet me parut cruellement long. Je n’avais jamais constaté à quel point les paysages ses ressemblaient autant. C’était d’un ennui mortel.

*Oh vraiment ? Tu ne penses pas simplement que lorsqu’il fait nuit les paysages sont inexistants ?*

*Un point pour toi.*

Je soupirais en secouant la tête. Le fait était que je m’ennuyais et que mon voyage en bus allait encore durer un moment.
Je décidais de pianoté sur mon téléphone ce qui fonctionna mieux que prévu. Je me retrouvais ainsi au terminus de la ligne, ce qui à mon avantage, se situait à la plage. Je m’étirais et descendis du bus en remerciant le chauffeur.

Un léger vent était levé mais rien de désagréable. J’étais tout de même contente d’avoir pris une jaquette avec moi. J’enlevais mes écouteurs et m’avançais sur la plage où j’enlevais ensuite mes chaussures que j’attrapais de ma main droite.  

L’heure qu’affichait ma montre m’indiquais que j’avais une vingtaine de minutes avant l’arrivée de mon ami. Je décidais de me promener un moment avant de revenir pour attendre mon camarade.

Je me rapprochais de l’eau où le soleil frappait dessus. Ce n’était pas une eau de couleur paradisiaque comme aux Antilles mais elle avait un bleu profond envoutant. L’eau glacée toucha mes pieds et un frisson me parcouru. J’avais eu raison de ne pas prendre mon maillot de bain, il aurait été inutile.
Je longeais le bord de l’eau en chantonnant. La mer était vraiment un endroit que je trouvais reposant. J’allais surement revenir. La plage ne semblait pas attirer grand monde en plus.

Après quelques allers-retours à observer les vagues et l’horizon je décidais de me diriger vers le point de rendez-vous que j’avais avec Lawrence.
Lorsque j’y arrivais il n’était pas encore là. Je m’assis dans le sable, arrangeant ma robe autour de moi. Le soleil commençait à chauffer aussi je décidais d’enlever mon gilet.
Je sortis ensuite mon ukulélé de mon sac et commençais à chanter doucement en attendant mon ami. Somewhere Over the Rainbow, car ici, cette plage, ressemblait tout de même à un petit coin de paradis.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn : 993399 Hadès : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1194
Localisation : Dans le bain
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Dim 15 Jan - 4:17
Le grand jour était arrivé! Hypnos continuais de dire que je valorisais et m’inquiétait un peu trop pour la situation, mais au fond, il était satisfait de la volonté et l’énergie que j’y mettais. En effet, l’année avait été difficile et j’avais travaillé fort autant sur le plan personnel que les études pour m’en sortir et reprendre du poil de la bête. Cette journée en était la preuve. J’avais une amie qui semblait bien prête à me donner une chance par l’entremise d’un pique-nique. Pour moi, c’était comme une épreuve que je ne devais pas échouer. Je ne devais pas avoir l’air trop bizarre et je ne devais pas non plus avoir l’air trop tête en l’air, ni rien dire de déplacé par inadvertance. Je n’avais donc rien laissé au hasard. J’avais opté pour un style propre, mais décontracté, ignorant vraiment ce qu’elle avait en tête comme pique-nique à la plage. Je me doutais toutefois que l’objectif était de me laisser un peu aller à une attitude plus relaxe. Un cardigan bleu marin, en cas de fraicheur pour moi qui était si frileux, par-dessus un T-Shirt blanc m’avait semblé suffisent. Un jeans beige pâle plutôt ample irait certainement avec la légèreté de la rencontre. M’observant dans le miroir, je ne pus m’empêcher de me dire que j’avais l’air un peu trop du garçon de bonne famille avec un peu trop d’argent. Manquait plus que d’attacher le cardigan à mes épaules par les manches et l’illusion était parfaite…eurk.

« N’est-ce que pas ce que tu es? »


Plus de temps à perdre sur mon apparence! J’allais devoir faire avec, mais décidai de m’écheveler un peu pour compenser. Parfait!

Hypnos n’avais pas tort, ayant été élevé dans un milieux aisé, mes choix vestimentaires trahissait souvent mon éducation, mais je n’avais jamais été fan d’être étiqueté de la sorte. Je trouvais ses gens particulièrement ennuyeux et en faire partie me décevais, mais je ne pouvais nier ma provenance malgré ce que mon père pouvait affirmer. J’aurais aimé être tout ce qu’il m’accusait d’être au fond, mais en même temps, j’avoue que le rejet familial et les accusations bien injustes à mon avis n’étaient pas toujours facile à prendre. À l’école toutefois, ça avait toujours été l’inverse. On m’accusait d’être ce que mon père voulait que je sois. La vie est compliquée parfois et il m’arrivait pendant de bref moment de me demander ce que moi je voulais avant de chasser mes pensées rapidement, remplacés par des rêves complètements farfelues et irréalistes. Enfin, aujourd’hui était une de ces journées où je me demandais ce que je devrais projeter tout en étant cette fois totalement incertain. Aislinn était une personne particulièrement ambivalente sur ce point. Elle dégageait une certaine classe et en même temps…une espèce d’attitude de laissé aller que je lui enviais parfois.

Poursuivant mes préparations pour la journée en chassant une fois de plus mes doutes sur ce dernier point, je notais que les températures maritimes de l’Irlande comme celles d’Écosse n’étant pas des plus douces, je me doutais bien que nous n’irions pas nous baigner et le maillot m’avait semblé inutile. Ce qui faisait sincèrement mon affaire… La nourriture, prenait donc, selon moi, une très grande importance comme elle constituerait notre principale source de distraction. J’avais fait pour l’occasion de petites bouchés, soit, des choux au fromage et prosciutto servit avec un petit champagne rosé aux arômes légèrement fruité pour souligner la fin de l’année, des crudités et une petite trempette maison crème sure et oignon, des sandwichs dinde et tomates séchées bien garnies et coupées et mesurées en triangles bien égaux et placé symétriquement, des raisins rouges bien fermes et du fromage en cube en à côté, et enfin, le clou du spectacle, des bouchées de carrés divins au caramel! J’avais aussi ajouté une bouteille de vin rouge au cas où elle préférerait cela ainsi que deux bouteilles d’eau. La préparation de tout cela m’avait pris un certain temps vu mes talents de cuisinier à peu près nul et ma tendance à tout cramer. C’était Leila qui était venu à ma rescousse sans savoir pour qui je préparais tout ça évidemment…jusqu’à la fin en tout cas…Je me sentais toujours mal pour cela d’ailleurs.

Enfin, je plaçai tout dans le panier d’osier que j’avais trouvé pour l’occasion et équipai mon sac en bandoulière dans lequel j’apportai mon « kit de survie » habituel ainsi que, mon téléphone mobile, mes écouteurs, et mon fidèle cahier de note. Prêt à partir, je me chargeai comme un mulet avant d’aller prendre le bus pour les plages de Galway. Une fois installé, j’ouvrit grand ma fenêtre et pris une bonne inspiration. L’air était frais, mais le soleil était chaud et les paysages étaient magnifiques. Il ne me prit pas grand temps pour me mettre à rêvasser en les observant tout au long du chemin. Appuyant mon coude contre le rebord de la fenêtre, j’avais appuyé ma tête contre ma main écoutant Hypnos passer ses propres commentaires sur le paysage, me décrivant ceux de la Grèce qu’il avait connu. Après quelques minutes, nous avions fait le tour du sujet et le silence s’installant, j’attrapai mes écouteurs pour mettre une peu de musique tribal africaine, mes pensées avaient dérivant vers l’élaboration d’un récit au sujet d’un « witch doctor », digressant inévitablement sur un sujet tel que, si la possession est réel : à quel point ce que j’avais pu voir en Afrique avait un brin de vérité, moi qui avait toujours douté avant Immortalia.

« N’importe quoi! » s’était insurgé ma divinité qui était revenu suivre le cours de mes pensées, intéressé, mais considérant, de toute évidence les rites spirituels que je lui décrivais comme étant plus que primitif. Malgré tout, je savais qu’il aimait en entendre parler. Il avait beau croire que le panthéon grec était le meilleur, je le savais de nature curieuse autant que moi. Éventuellement, il y rêverait également. Toutes ces pensées se cumulant, je n’avais pas réalisé que je venais de passer tout droit de mon arrêt. Ce fut Hypnos qui me le rappela en riant.

« Ça commence bien! »


Merde! Je m’étais levé brusquement, attrapant mes effets personnels pour aller supplier le chauffeur de s’arrêter avant le prochain arrêt. Il accepta en me lançant un regard de reproche qui signifiait clairement de ne plus refaire. J’enfonçai ma tête dans mes épaules, m’excusai plusieurs fois et le remerciai tout de même avant de sortir du véhicule pour commencer ma marche vers la plage. Ce serait plus long que prévu, mais au moins je m’en étais rendu compte avant qu’il ne soit trop tard. Enfin, façon de parler, car je dû texter Aislinn pour l’avertir de mon retard et m’excusant. Arrivant finalement en courant légèrement pour ne pas tout renverser, les joues rougies par l’effort, du sable plein les souliers, j’entendis la voix familière de mon amie. C’était la première fois que je l’entendais chanter à ma connaissance ou même jouer du ukulele. Je savais qu’elle jouait un peu de piano, mais je n’avais pas pu suivre toute les auditions de musiques et j’avais apparemment manqué ce talent. Je ralenti le pas, me calmant un peu et ne souhaitant pas la déranger alors qu’elle jouait. J’attendit qu’elle termine sa chanson avant de l’interpeler.

« Aislinn! »

Un brin de soulagement était audible dans ma voix que je déposais le tout à ses côtés.

« Vraiment désolé, j’ai manqué mon arrêt. C’est fou ce que je suis tête en l’air….Enfin, j’ai dû marcher un peu plus longtemps. C’était joli au fait ton morceau. Tu as des talents cachés. Dans ma tête tu étais pianiste. J’ignorais que tu jouais du ukulele. Décidément cette sortie promet d’être enrichissante.»

Je sortie une petite couverture de mon sac. Rien n’était plus désagréable que de manger du sable, d’autant plus que ce n’était pas très hygiénique, et celle-ci éviterais un tel inconvénient. Une fois installé rapidement, je me laissai tomber dessus, me laissant choir complètement une fraction de seconde, avant de me redresser et d’inviter Ais à mes côtés. En petite robe turquoise que je notai, la rendait tout à fait ravissante, très féminin et très class comparativement à ce que je la voyais porter habituellement, devait sans doute  être aussi peu pratique assise dans le sable. J’espérais donc qu’elle apprécierait l’occasion. Cette réflexion me fit sourire un peu, me rappelant une époque où j’avais été moins dédaigneux, une époque révolue à mon avis, mais temporaire dans les plans du dieu du sommeil.

« Alors comment, vas-tu? J’espère que tu n’as pas attendu trop longtemps! »

J’entrepris d’ouvrir le panier, sortant deux coupes ainsi que la bouteille de champagne. Cela étant, je réalisai qu’Aislinn avait pleine vue sur le contenu du panier dont la bouteille de vin.

« Oh eu…J’ai l’air alcoolique, mais je t’assure…J’ignorais simplement ce que tu aimais. Je n’ai pas pris de chance. Tu en veux? J’ai de l’eau aussi!»

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1630
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Dim 22 Jan - 14:56
Quelques instant passèrent, calmes, lorsque je fini la chanson. Il fallait que je l’avoue, quand la météo était de notre côté cette plage n’avait rien à envier à celles de la méditerranée… peut-être la température de l’eau tout de même.
Mes pensées sur les eaux turquoise des plages d’Italie furent interrompues par une voix interpelant ma personne.

Je me retournais en souriant en reconnaissant la voix de mon ami Lawrence. Il avait l’air soulagé de me trouver là. Je lui fis un signe de la main alors que le jeune homme se rapprochait à grandes enjambées.
Je l’observais déposer ses affaires à mes côtés alors qu’il m’expliquait qu’il avait manqué son arrêt de bus en venant ici. Je ne savais pas pourquoi, ce petit côté tête en l’air ne m’étonnait pas trop venant de la part du rouquin. Cela expliquait aussi pourquoi il était légèrement essoufflé, le connaissant il avait dû se dépêcher pour ne pas arriver en retard.
Mon camarade ne manqua pas non plus de me complimenté sur mon morceau de musique, il avait toujours un mot gentil. Je lui revoyais un sourire flamboyant en guise de réponse puis hochais la tête pour confirmer que cette sortie allait effectivement être intéressante.

Le jeune homme sortis une couverture de son sac avant de s’installer dessus. J’en profitais pour le rejoindre. Il était vrai que le sable n’était pas des plus confortables, en plus avec cette robe j’allais en avoir partout si je passais la journée dessus.
J’étais bien contente que mon ami soit aussi prévoyant. Heureusement pour moi d’ailleurs, car je n’étais pas la plus avisée des personnes.

« Alors comment, vas-tu? J’espère que tu n’as pas attendu trop longtemps! »


Je m’apprêtais à lui répondre alors que je l’étudiais ouvrir son panier et en sortir une bouteille de champagne. J’haussais un sourcil, légèrement surprise. Voilà une chose que j’apprenais sur Lawrence, je ne l’aurai pas imaginé boire comme ça sur la plage. Il dû d’ailleurs prendre mon regard pour un regard de reproche ou quelque chose du genre.

« Oh eu…J’ai l’air alcoolique, mais je t’assure…J’ignorais simplement ce que tu aimais. Je n’ai pas pris de chance. Tu en veux? J’ai de l’eau aussi!»


Je lui souris une nouvelle fois en sortant moi aussi la bouteille que j’avais dans mes affaires.

« Alors nous sommes deux alcooliques dans ce cas. »

Je lâchais un petit rire avant de reprendre.

« Ne t’en fais pas, je n’ai pas pris deux bouteilles, n’étant pas aussi prévoyante que toi, mais j’ai aussi pensé que ce serai une bonne idée. Ce n’est pas parce que nous avons trois bouteilles de vin au total que nous devons toutes les boires non ? »


*Tu deviendrais raisonnable ?*
*Je ne suis pas alcoolique tout de même, je ne suis pas obliger de boire forcément parce qu’il y a de l’alcool tu sais…*
*Ce n’est pas ce que j’ai vu lors de tes nombreuses soirées.*
*Vas voir ailleurs si j’y suis…*

Je passais une main dans mes cheveux avant de saisir les deux coupes afin qu’il puisse nous servir le nectar aux fines bulles.

« Et oui sinon je vais bien et non je ne t’ai pas attendu longtemps. J’étais en avance alors j’ai profité pour faire un petit tour sur la plage. Je n’étais encore jamais venue. Et toi ? Comment vas-tu ? »


HRP:
 

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn : 993399 Hadès : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1194
Localisation : Dans le bain
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Dim 29 Jan - 7:57
HRP:
 

Pour toute réponse Aislinn me sortait une bouteille de vin de ses propres effets personnels en s’affirmant être aussi alcoolique. Je ricanai en même temps qu’elle.

« C’est à croire qu’on va accueillir la classe au complet. Eh bah…on a de quoi tenir un moment je crois. Par chance on a pas cours demain!»

Je disais cela en blaguant évidemment. Je n’avais pas de finir saoul mort. J’avais réussi à rester passablement sage depuis Pâques, me satisfaisant d’un verre de gin, de whisky ou idéalement de scotch une fois de temps en temps en bon jeune homme de bonne famille.

"Je dis que l'on profite de la journée peut importe ce qui arrive!", proposa Hypos qui s'était grandement ennuyé pendant la période d'examen à être forcé de réviser avec moi. Nous avions eu peu de temps pour le plaisir et les rêves en fait. Je soupçonnais aussi ma divinité de se faire des idées sur cette petite réunion entre amis à la plage et de souhaiter qu'il arrive plus qu'une simple discussion entre lycéens.

« Ne t’en fais pas, je n’ai pas pris deux bouteilles, n’étant pas aussi prévoyante que toi, mais j’ai aussi pensé que ce serai une bonne idée. Ce n’est pas parce que nous avons trois bouteilles de vin au total que nous devons toutes les boires non ? »

Tout en affirmant cela, Aislinn me tendit deux coupes, donnant le drôle d’impression que nos paroles ne valaient pas grand-chose, mais la situation était cocasse et un large sourire ornait mon visage.

« Et oui sinon je vais bien et non je ne t’ai pas attendu longtemps. J’étais en avance alors j’ai profité pour faire un petit tour sur la plage. Je n’étais encore jamais venue. Et toi ? Comment vas-tu ? »

« D’abord…Ce n’est pas être prévoyant, c’est être anxieux », blaguais-je à moitié. Vrai que j'étais prévoyant, mais le stress y avait largement contribué.

« Ensuite…techniquement quatre bouteilles… une de scotch…bien caché, mais tu as raison et je suis d’accord, on ne passera quand même pas la soirée à boire. Et pour te répondre…bah…ça ne va pas mal. J’ai bien eu quelques ennuis avec mes travaux cette années. Je passe et tout va bien, mais c’était la première fois que ça m’arrivait. Alors pour être franc…Cette sortie me fera du bien. Ça me déprime un peu tout ça. Ils ont tenu compte de mon année merdique toutefois. Comme…Deux mois d’absence et une possession ça handicap après tout, mais l’administration a comprise et je ne suis pas un étudiant à problème en soi malgré tout ce que je m’attire. Comme j’avais tous les papiers du médecin et tout ça…. J’ai travaillé d’arrachepied aussi alors, il me laisse poursuivre mes études vers la neuropsy. J’ai eu peur qu’ils m’annihilent tout simplement, mais je suis peut-être nerveux pour rien. Juste que les cours de D’Arcy n’ont rien pour rassurer parfois.»

J'avais dit tout cela en départageant mes réponse en les comptant sur mes doigts et avait terminé en haussant les épaules avant de retirer la jupe de la bouteille de champagne. En effet, les derniers mois avaient été difficile vu tout ce que j’avais dû rattraper en vitesse. Malgré tout, j’avais fait mon chemin dans le domaine désiré comme prévu. Je me retournai en direction de la plage pour ne pas lui ouvrir la bouteille de champagne en plein visage. Je me connaissais bien sinon, quelque chose tournerait mal. Je tournai doucement l’attache du bouchon en maintenant une main sur le celui-ci, hésitant à l’ouvrir de la bonne façon, sans éclat ou rien…ou à profiter de l’absence et à voir jusqu’où ça irait.

« Toi, ta fin d’année? Et la plage? Elle est jolie? J’avoue que c’est ma première fois sur celle-ci aussi. Triste quand on y pense, j’adore la mer. Après un an à Immortalia, j’aurais cru que j’aurais visité un peu plus les alentours, mais je fréquente plus souvent le port et les bordures de la ville….plus les pub…ça vient avec! J’aime l’ambiance du coin en fait. »

Décidant de tirer le bouchon le plus loin possible, et lâchai le tout en apercevant trop tard le petit couple qui passait près de la mer un peu plus loin et que je passai à quelques centimètres de toucher. La jeune femme se retournant, sans doute pour avoir senti ou perçu quelque chose du coin de l’œil, je me retournai vers Aislinn en cachant la bouteille devant moi, faisant comme si de rien était et me mordillant la lèvre de manière coupable. Puis, jetant un bref coup d’œil derrière, je constatai avec satisfaction qu’ils avaient poursuivi leurs routes sans ennuis.

« Wouhou!», lançais-je discrètement presque en chuchotant pour ne pas attirer l’attention.
J’observai Aislinn avec les joues encore un peu rougis par la bêtise. Un sentiment profond de soulagement m’envahit alors que je m’avançais pour enfin verser le doux nectar dans les deux coupes d’Aislinn avant de prendre place à ses côtés.

« Alors, comme demandé. Quoi de neuf? En cette merveilleuse fin d’année? Tu viens pour le voyage d’étude en Égypte au fait? J’ai hâte personnellement.»

Je profitai de ses réponses pour sortir les crudités et les choux fromage et prosciutto.

"Tiens, si on veux grignoter en attendant."

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1630
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Mer 1 Fév - 20:52
Je lâchais un rire quand Lawrence m’avoua qu’une quatrième bouteille se cachait dans son panier. Et pas n’importe laquelle, du scotch. J’étais plus rhum de base mais je n’allais pas cracher sur un bon scotch. Enfin, pour cela fallait-il déjà que l’on y arrive.
Je l’écoutais ensuite en souriant me raconter que pour lui cela allait plutôt bien. Apparemment, il avait quelque souci mais au moins lui passait l’année. Moi pour le moment je n’en étais même pas encore certaine. Ce serait les dernières notes du semestre qui définiraient de mon avenir.

*Et évidemment tu as révisé assiduement.*
*Réviser c’est pour les faibles. Moi j’y vais au talent !*
*Oui… on voit où ça t’a mené.*

Je soupirais légèrement alors que Lawrence continuait de m’expliquer que même si l’école avait pris compte de ses problèmes de l’année cela lui pesait tout de même… et je pouvais le comprendre après tout, on avait pas la vie facile et de ce que j’avais compris il avait eu des soucis avant que je n’arrive.
Je pinçais tout de même les lèvres lorsqu’il souleva le fait qu’il avait peur que le pensionnat mette terme à sa relation avec Hypnos de manière… définitive. Je ne savais pas ce que pouvait faire concrètement le dieu du sommeil mais je ne pensais pas qu’il était le plus dangereux des dieux possiblement présents au pensionnat. Après tout, j’étais moi-même possédée par le dieu de la mort…

Enfin, il avait par contre raison pour dire que D’Arcy faisait de tout cela une affaire sombre et inquiétante. M’enfin… c’était un coincé surement a tendance psychopathe… même s’il avait un petit air sexy… mais tout cela pour dire que cela ne m’étonnait pas de sa part.

Law se tourna légèrement alors qu’il entamait d’ouvrir la bouteille de mousseux qu’il avait en main.

« Toi, ta fin d’année? Et la plage? Elle est jolie? J’avoue que c’est ma première fois sur celle-ci aussi. Triste quand on y pense, j’adore la mer. Après un an à Immortalia, j’aurais cru que j’aurais visité un peu plus les alentours, mais je fréquente plus souvent le port et les bordures de la ville….plus les pub…ça vient avec! J’aime l’ambiance du coin en fait. »

Je m’apprêtais à lui répondre mais c’est à ce moment que le rouquin décida de lâcher le bouchon de la bouteille. Ce dernier s’envola loin et failli rencontrer sur son passage un couple se baladant. Ils n’eurent pas l’air de s’en faire pour cela alors que mon camarde cachait la bouteille en prenant un air coupable comiquement drôle. Je ne put d’ailleurs m’empêcher de rire alors qu’il poussait un petit « Whouhou » de contentement.
Le rouquin nous servit nos coupes avant de se réinstaller correctement au prêt de moi alors que je lui souriais.

« Alors, comme demandé. Quoi de neuf? En cette merveilleuse fin d’année? Tu viens pour le voyage d’étude en Égypte au fait? J’ai hâte personnellement.»

Alors que je commençais ma réponse il en profita pour sortir plein de petites choses à manger qui avait l’air fort appétissante.

« Alooooooors… De neuf ? Pour le moment je suis toujours pas sûre de passer à l’université, j’attend les derniers résultats. Je suis bordeline pour les notes alors on verra bien. Mais je mise sur la chance, peut être que ma bonne étoile est de mon côté. »

Je lui fis un clin d’œil amusé alors que je piquais un petit choux qui me faisait de l’œil depuis que mon ami les avait sortis.

« Sinon je suis contente d’être bientôt en vacances. Et malheureusement oui, je viens en Egypte… Pas que l’Egypte me déplaise, c’est assez sympa comme pays. Mais mon père était tellement heureux de pouvoir se débarrasser de moi. De base j’avais prévu d’aller à Miami ou à Los Angeles… Mais on repassera. Ce qui me gêne surtout c’est de ne pas couper avec l’environnement du pensionnat. En plus tu images ?! On va être avec des profs ! Dont D’Arcy ! Je suis sûre qu’avec lui on fait un pas de travers et on se retrouve abandonné dans le désert. Non j'ai pire ! D'Arcy en maillot de bain !»

Je pris un nouveau chou puis bu une gorgée du délicieux champagne qu’avait amené Law.

« Tes choux sont une véritable tuerie ! T’es un vrai pro de la cuise dis-moi ! Moi je suis nulle en cuisine, tout ce que je sais faire c’est la manger. »

Je souris à Lawrence avant de me perdre un instant dans la contemplation de la mer. C’était vraiment une belle journée. On avait de la chance.

« En tout cas je suis contente qu’on se fasse cette sortie ! Ca me fait plaisir de te voir en dehors du pensionnat. C’est super relax ici, ça change. Et toi du coup, l’Egypte te motive bien à ce que j’ai compris ? ».

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn : 993399 Hadès : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1194
Localisation : Dans le bain
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Sam 11 Fév - 8:02
Le rire d’Aislinn me soulagea. Valait mieux rire de mes bêtises que de me ridiculiser méchamment ou de me réprimander après tout. Le temps que je sorte la nourriture, Aislinn poursuivit, avec toute sa concentration, malgré le coup du champagne, à répondre à toutes mes questions. J’réalisai qu’elle était plutôt bonne pour suivre mes millions de questions, ce que j’appréciait, comme ça ne semblait pas la déranger comparativement à plusieurs et je n’aurais pas à répéter non plus. Attrapant quelques crudités, je l’écoutai aussi attentivement alors qu’elle me révélait qu’elle avait eu quelques difficultés et n’était pas certaine de rentrer à l’université.

« Oh, mais tu aurais dû me le dire! Je t’aurais aidé avec tes travaux! Faut pas miser sur la chance pour l’université! », la coupais-je avant de plaquer ma main sur ma bouche en renfonçant la tête dans mes épaules, un peu contrit d’avoir interrompu ses paroles, mais elle ne sembla pas en faire de cas. Afin de m’assurer que ça n’arrive plus, j’attrapai un choux à mon tour et le mis dans ma bouche. Tant que je mangeais je la fermerais certainement. C’est ce que je fis tout au long de son explication sur sa déception qu’elle avait d’aller en Égypte avec D’Arcy et ce que le voyage représentait pour elle. J’en était triste pour elle et une expression de compassion venait sans doute d’apparaître sur mon visage, mais la bouche pleine, je n’avais pu répondre alors qu’elle blaguait sur le fait de voir l’enseignant en maillot. Je dû me retenir de ne pas m’étouffer alors que je riais de bon cœur à son commentaire. Inutile de dire que ma réponse ne pouvait plus être immédiate alors qu’elle était déjà en train de me complimenter sur ma cuisine. D’ailleurs c’est vrai qu’ils étaient bon ces choux! Au moins un truc que j’avais bien fait!...Avec un peu d’aide pour m’assurer que ça crame pas, mais bon…c’était pas si mal. Aislinn m’avait d’ailleurs complimenté sur mes talents de chef et je m’étais aussitôt senti mal. Devais-je lui dire pour l’aide que j’avais eu? Ou le prendrait-elle mal aussi? Son sourire m’en dissuada et je me contentai d’avalai ma bouchée et d’émettre un semblant de réponse tout faiblement.

« Pas tellement, j’ai eu de l’aide…Sinon j’aurais tout cramé. J’ai tendance à oublier le four. Possible qui ait des petit bout bruler dans la suite… », affirmais-je en sachant que Leila avait tout de même fait de son mieux pour sauver le tout.»

Un large sourire était apparu sur les lèvres de la jeune femme et un sentiment de gaieté et de sérénité m’envahit alors que je suivais son regard vers la mer. J’étais définitivement dans mon élément ici.

« En tout cas je suis contente qu’on se fasse cette sortie ! Ca me fait plaisir de te voir en dehors du pensionnat. C’est super relax ici, ça change. Et toi du coup, l’Egypte te motive bien à ce que j’ai compris ? ».

« Pareillement. Moins de pression ici qu’à Immo hein! J’ai toujours adoré la mère pour ça. Je pense que ça me rappel un peu chez moi. Ça me manque d’y être parfois, mais bon faut prendre tout ça comme une aventure je crois! Et bon comme on parle d’Égytpe, j’aurai l’opportunité d’y retourner. J’y suis déjà allé en fait, mais pas bien longtemps, j’ai surtout voyager Centre Afrique et Sud en fait. Un peu dans la Côte-D’Ivoire et les alentours, Bénin, Togo. J’ai prévu aller visiter une amie après le voyage et rallonger mon séjour. J’ai demandé une permission spéciale du Directeur, ce qui a été accordé à reculons, je crois. J’aurai peu de temps, mais cela fait quelques années que je ne l’ai pas vu. Alors oui, je suis bien motivé. »

Je marquai une pause, me rappelant ses propres paroles.

« Mais en effet, je redoute un peu que D’Arcy soit chargé de nous y amener et nous surveiller alors qu’il semble bien se ficher de notre apprentissage ou notre survie….m’enfin…Nous verrons bien! Ça ne peut pas être pire que mon année de toute façon! Alors je vais voir ça positivement. Ça m’évite de voir mon propre père aussi! Mais…j’ai bien entendu? Ton père voulait se débarrasser de toi? Comment cela, tu t’entends mal avec lui? Si oui, en tout cas je vais essayer de rendre ton voyage plus agréable si je le peux. Ce n’est peut-être pas Los Angeles et Miami…Je ne sais pas, je n’y ai jamais été…mais si tu t’emmerdes viens me voir on voyagera ensemble. Mykhaila mon coloc y sera aussi et tu verras il est génial…Pour une fois que j’ai un coloc qui n’as pas le goût de m’étouffer dans mon sommeil! »

Je ricanai légèrement à cette pensée, réalisant que je n’avais pas été tellement chanceux auparavant.

« Au fait, pourquoi Miami et Los Angeles? J’ai bien un voyage aux États-Unis, mais c’était pour affaires…mes parents quoi! J'ai peu visité.»

« Hum…drôle. Vous avez peut-être plus en commun que vous ne le penser? Elle semble avoir voyagé beaucoup et les relations avec son père sont tendus. »

« Pas tellement. Chez elle, ça semble bien pire. Mon père ne me chasse pas au moins. »

« Tu dis ça, mais tout ce que j’ai entendu pendant ton coma je le lui aurais fait ravaler….et même après. »


« On s’habitue, il est un peu toujours comme ça. Il critique tout ce qui peut «nuire à sa réputation ». Comme si les gens se préoccupaient de ce que fait son plus jeune et discret fils rouquin isolé en Irlande… Il est comme ça, faut pas comprendre. Personnellement, je m’inquièterais bien plus de mon frère à sa place.»

« Oui, lui aussi c’est un imbécile…Il se valent bien. »


Un mince sourire resta imprégné sur mon visage alors que j’entendais Hypnos prendre ma défense auprès de ma famille. Il avait été en désaccord avec leur façon de me traiter et aurais bien aimé leur parler en face à face apparemment. La direction nous en empêchant évidemment, il ne pouvait que rager intérieurement et me parler de ses frustrations. J’appréciais tout de même son attention qu’il me portait malgré que je le trouvasse un peu sévère avec ma famille. Ça se voulait aimable et protecteur de sa part.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1630
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Mer 15 Fév - 21:03
Lawrence m’expliqua que lui aussi aimait le paysage marin, apparemment cela lui rappelait chez lui. Cela me fit d’ailleurs penser que je ne savais rien de lui en dehors du pensionnat. Avait-il des frères ou des sœurs ? Comment cela se passait-il avec sa famille ? D’où venait-il ? Je me tu pour l’instant j’aurai sûrement l’occasion de lui poser ces questions. Après tout il avait déjà repris la parole pour m’apprendre que lui aussi c’était déjà rendu en Egypte, et dans d’autre pays d’Afrique. Lui aussi avait pas mal voyagé à ce que je pouvais voir.
J’écoutais le rouquin m’expliquer qu’il avait une amie en Egypte et qu’il prévoyait de la rejoindre en fin de séjour. C’était une bonne idée, j’aurai aimé pouvoir faire de même. Je décidais de passer ma frustration en avalant une gorgée de champagne et un en avalant une bouchée.

Le jeune homme marqua une courte pause, peut-être à réfléchir à quoi dire pour la suite de la discussion. Il reprit rapidement en continuant sur le sujet du voyage en Egypte. Apparemment, je n’étais pas la seule dont la présence de D’Arcy dérangeait. Enfin, pour ma part c’était surtout que c’était un prof… des vacances avec des profs… Je poussais un soupire rien qu’en y pensant.

Je pinçais ensuite les lèvres quand Lawrence se risqua à parler de la relation tendue que j’entretenais avec mon père. Je cru comprendre que lui aussi n’avait pas très envie de le voir. Mais au vu du ton qu’il avait employé cela devait être moins désastreux que moi.
Heureusement pour moi, il reparla rapidement de voyage m’assurant qu’il essayerait de rendre mon voyage autant agréable que si j’étais partis aux US.

« Au fait, pourquoi Miami et Los Angeles? J’ai bien un voyage aux États-Unis, mais c’était pour affaires…mes parents quoi! J'ai peu visité.»

« De base pour le soleil, l’ambiance, la plage… et les magasins aussi. »

Je lui envoyais un sourire coupable avant de continuer.

« Mais j’adore les Etats Unis. J’y suis allé pas mal avec ma famille et j’ai deux trois amis dans les deux villes alors j’aurai profité pour les voir. En plus, j’aurai pu faire un peu de surf, je pense que j’ai perdu un peu de niveau, ça fait au moins trois ans que je n’ai pas surfé. »

Je fini ma coupe d’une traite avant de sourire à mon ami.

« Le but ultime c’était d’être loin de ma famille, du pensionnat et de profiter. Mais bon, cela ne sert a rien de s’enflammer sur le sujet, maintenant c’est dunes de sables et pyramides au programme. Et si ça se trouve, on va bien s’amuser. »

*Positive attitude ?*
*C’est soit ça, soit je bois jusqu’à ne plus me réveiller du coup… l’alcool coutant cher…*

Hadès poussa un rire de gorge qui me fit sourire. Au moins la situation le faisait rire, lui.

Décidant de dévier la conversation le plus loin possible de mon père je décidais de renchérir sur l’une des perches que m’avais tendue mon camarade.

« Et alors comme ça tu as eu des colocataires compliqués ? Au point de d’étouffer ? Je VEUX les explications ! Moi ce n’est pas terrible terrible mais bon, je suis avec sa majesté Calypso. Mais on fait aller. »





◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn : 993399 Hadès : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1194
Localisation : Dans le bain
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Mer 22 Fév - 6:20
Lorsqu’Aislinn me révéla qu’elle aurait préféré Miami et Loas Angeles pour les boutiques j’éclatai de rire. Ça lui ressemblait bien, j’aurais dû m’en douter. Aussi je supposais que l’ambiance des plages y étais plus festive qu’ici, lui correspondant bien aussi. Apparemment, elle aimait aussi beaucoup y surfer, mais ce qui l’intéressait le plus était d’être loin de sa famille et du pensionnat. Alors l’Égypte ferait apparemment l’affaire.

« Tu devrais m’apprendre un jour à surfer. Je sais naviguer personnellement, mais n’ai jamais vraiment essayer de sport nautique autrement. Après, je risque d’être aussi nul qu’en combat. Je ne sais déjà pas me tenir debout sur terre ferme alors sur une planche sur l’eau, il ne faudra pas trop d’attentes, mais je crois que j’aimerais beaucoup! »

Aislinn avait entretemps vider sa coupe d’un trait et poliment je décidai de lui en resservir en abordant le sujet de la famille, après tout, je la connaissais peu, mais je sentais que c’était un sujet délicat. Donc d’autant plus intéressant pour moi. Néanmoins, je ne voulais pas la bousculer et décider de suivre le flot de la conversation qu’elle dirigeait vers mes expériences de colocation, me promettant d’y revenir plus tard.

« Oh…Calypso…j’en connais qui voudraient ta place ah ah! Je l’ai connu un peu aussi. Elle avait à du caractère en tout cas! Je trouve qu’elle inspire le respect, mais aussi la nervosité. J’avais peur de ne pas trop savoir où me placer avec elle. Mais finalement, je l’ai traité comme je l’aurais fait avec un client de la famille et tout est allé comme sur des roulettes. Je suis même aller jusqu’à la vouvoyer. Après toutes ses années à jouer le bon fils éduqué, je suppose que j’ai tout de même réussis à conserver quelques aptitudes en affaires. Si tu as de la difficulté avec elle, traite là comme une femme d’affaire. C’est mon conseil. »

J’avais eu la chance de rencontrer la jolie Calypso alors qu’elle s’était intéressé à mes recherches en tombant par hasard sur l’une de mes fiches…et pas n’importe laquelle. Elle m’avait depuis proposer d’intégrer le journal de l’école dont elle était l’éditrice, intéressé par mes compétences d’enquêteur. Intéressé, mais aussi soupçonnant qu’elle-même me cachait des choses, j’avais accepté, me plaçant dans une position de choix pour poser des questions, mais conscient d’être aussi dans une position de vulnérabilité. J’allais devoir me surveiller.

« Sinon, pour ma part…rien de palpitant à dire. En arrivant au pensionnat, je n’avais jamais partagé ma chambre avec qui que ce soit et me disait que ce serait une belle expérience. J’aurais les moyens d’avoir ma chambre seul, mais…je veux vraiment m’améliorer socialement. C’est un truc qui me pèse lourd dans la vie de tous les jours : ma nervosité, ma capacité à faire accepter mon TOC. »

De mémoire, il s’agissait de la première fois que je lui parlais réellement de mes manies. Elles les avaient sans doute remarqués par elle-même, mais pour moi c’était une nouvelle étape qui allait dans le même sens que mes paroles précédentes. Je voulais qu’on accepte ou du moins tolère ce que je n’arrivais pas à contrôler.

« Bref, j’ai accepté d’être en colocation…depuis j’ai eu droit à un colocataire aux tendances meurtrières et à doubles personnalités, un autre qui me trouvais de toute évidence énervant…Il est parti rapidement, mais il n’arrivait pas à supporter ma porte fermer la nuit. Il voulait qu’on garde la porte de dortoir ouverte et je pense qu’il n’aimait pas tellement mon TOC. Pourtant, on ne peut pas me reprocher d’être bordélique justement! Ce devrais être un bon point pour un colocataire…Mais c’est peut-être un peu trop...M’enfin quand tu verras ma chambre, tu pourras me dire si tu supporterais quelqu’un comme moi. J’ai encore un peu de difficulté à voir ce que je fais de mal. »

Un petit rire de la part d’Hypnos, parvint à mes oreilles. Percevant que je me demandais pourquoi, il finit par m’expliquer.

« Tu viens d’inviter Aislinn O’Riley dans ta chambre? Après le pique-nique, on sort le grand jeu! »

« Euh! Non! Ce n’étais pas une invitation louche! Juste un fait! Si elle passe, elle verra! Pourquoi tu dois toujours tout mal tourner? Ce n’est pas parce que je suis un garçon que je fais automatiquement des avances à toutes les filles qui passeront dans ma chambre! »

« « Toutes les filles » Comme si elles attendaient en file! »


« Non jusqu’à présent, j’ai plutôt tendance à dormir dans leur chambre. », ricanai-je malgré tout devant l’ironie de la chose. Ce à quoi Hypnos éclata de rire pour de bon.

« Tu ne pourras pas dire que tes pouvoirs ne servent à rien! »


Je secouai la tête, à moitié amusé, à moitié découragé de l’attitude de ma divinité dont l’attitude devenait dérangeante dès qu’il voyait une fille à proximité qu’il aurait aimé me voir côtoyer.


« Enfin j’ai eu Mykha! Il est tolérant et drôle. Il est motivant et on a un tas de projets ensemble! », terminais-je à l’intention d’Aislinn.

Je soupirai en repensant à Auen.

« C’est au premier que je dois ça, un tas de fragilités corporelles et des pertes de mémoire d’ailleurs. Enfin, c’est plus très important maintenant…Il s’est...Enfin, c’est pas très important…Sinon, comment tu vie ta colocation avec sa majesté Calypso? »

Je montrai ma main cicatrisée qu’elle avait eu la possibilité de voir déjà lors de notre première rencontre.



◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1630
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Mer 22 Fév - 20:04
Lawrence m’annonça que beaucoup de personne souhaiterai avoir sa majesté Caly comme colocataire. Il fallait lui laisser qu’elle était très jolie, je ne pouvais le nier mais son caractère… Ah ! On n’était tout simplement pas compatible. Et les étincelles que créaient la relation n’étaient pas des plus agréables…
J’écoutais le rouquin m’expliquer que lui avait décider de la traiter comme un client de sa famille. J’en appris d’ailleurs plus sur lui, apprenant qu’il avait sûrement dû être un fils à papa lorsqu’il vivait chez lui. Loin de moi l’idée de le critiquer, mes trois frères étaient eux-mêmes aux bottes de notre paternel.
Je lâchais un rire lorsqu’il me conseilla de la traiter comme une femme d’affaire. Non mais il ne me connaissait pas encore assez je pense. La seule envie que j’avais avec la blonde c’était de la virer de la chambre a grand coup de pied où je pensais… Et non lui faire de la lèche. On était diamétralement opposé et j’étais convaincue qu’aucune des deux n’allait faire d’efforts pour améliorer la situation. Elle se faisait d’ailleurs un malin plaisir a me pourrir la vie en tant que chez du conseil des élèves.

Le jeune homme marqua une courte pause, probablement perdu dans ses pensées. Je l’observais en grignotant les légumes disposés devant nous.

Il reprit la parole m’expliquant ainsi le choix de prendre un colocataire. N’ayant jamais partagé sa chambre avec quelqu’un et avait trouvé que ce serait une bonne chose pour lui. Je lui envoyais un sourire compatissant lorsqu’il me parlant de son TOC. Je pouvais comprendre que ça ne devait pas être facile tous les jours pour lui, mais pour les autres, de mon point de vue il y avait bien pire. Au moins il devait avoir une chambre nickel pas comme la mienne. J’étais tout de même contente qu’il me parle de cela et le pris comme une marque de confiance.

Je restais bouche bée lorsqu’il m’annonça que son premier colocataire avait essayé de le tuer… je devais admettre qu’au moins avec Caly on se faisait des crasses plus pacifiques. J’étais tout de même soulagée que Lawrence ne soit plus avec ce garçon inconnu. De la stupeur je passais à un sentiment de tristesse quand il me parla de son second colocataire qui apparemment le trouvait énervant… J’eu envie de le prendre dans mes bras quand il m’avoua ne pas comprendre ce qu’il faisait de faux là-dedans. Pour moi il était surtout tombé sur des cons. Il était génial comme garçon et je ne pense pas que son coté maniaque soit un vrai handicap quand on se donnait l’envie de le connaitre.

*Ton grand cœur t’a fait louper le meilleur. *

*Hein ? *
*Il t’a proposé de venir dans sa chambre gamine.*

Je me repassais mentalement notre conversation et effectivement il avait mentionné quand je verrai sa chambre je pourrai lui dire si cela me semblait trop dur de vivre avec lui.
Je lui envoyais un sourire amusé. J’étais prête à parier qu’il n’avait pas fait exprès. Mais sait-on jamais je préférai ne pas soulever le sujet pour ne pas le blesser ou le choquer vu que je ne sais pas ce qu’il avait réellement en tête.

Law fini par me parler de son colocataire actuel. Je vis dans ses yeux une lueur s’allumer et je su qu’il avait trouvé là un ami. Je connaissais le fameux Mykhaila. En effet on s’était rencontré au club de botanique et il avait sauvé ma main de l’attaque d’un cactus sauvage. Je souris à ce souvenir.

« C’est au premier que je dois ça, un tas de fragilités corporelles et des pertes de mémoire d’ailleurs. Enfin, c’est plus très important maintenant…Il s’est...Enfin, c’est pas très important…Sinon, comment tu vie ta colocation avec sa majesté Calypso? »

Je fronçais les sourcils en observant la main du jeune homme. Je sentis une vague de colère m’envahir de manière soudaine. Là tout de suite j’aurai voulu trouver ce type et de lui faire subir les pires douleurs. Je sentais une sensation étrange en moi, sensation expérimentée lorsque les pouvoirs d’Hadès avaient été utilisés avec Fergal et Alistair. Me rendant compte que je m’énervais pour rien je soufflais doucement, envoyant un sourire à Law avant de lui répondre sur la question sur ma cohabitation avec la reine des garces.

« Sa majesté… Tient il n’y a pas que moi qui le pense alors. Sinon notre colocation est plutôt…. Chaotique va-t-on dire. On ne s’apprécie pas du tout et on se le fait assez payer. Tu te rends compte qu’elle a fait fouiller la chambre et qu’ils ont saisi ma réserve d’alcool ?! Bon heureusement pour moi ils n’ont pas trouvé ce que j’avais d’autre… je pense que sinon j’aurai eu le droit a encore plus d’heure de colle. »

Je lui fis un clin d’œil avant de revenir sur le sujet de ses colocataires.

« Et je suis contente que tu ais trouvé un coloc avec qui tu t’entendes. J’ai rencontré Mykha dernièrement au club de botanique. Je viens de m’y inscrire. Il s’est occupé de ma main qui avait été attaquée sauvagement par un cactus mécontent. Enfin je ne le connais pas énormément mais pour ce que je l’ai vu il a l’air très très sympa. »


Je marquais une pause avant de reprendre la parole, disant à haute voix ce que je pensais au fond de moi.

« Et honnêtement. Si tu veux mon avis je ne pense pas que tu doives être horribles comme colocataire. Tu es tellement gentil et sympa que je ne vois pas en quoi ça cloche. C’était juste des attardés ! On a tous nos manies, plus ou moins prononcées… mais qu’on essaie de toucher à mes instruments dans ma chambres… je risque de me transformer en véritable monstre ! »

Je poussais un rire léger même si au fond j’étais totalement sérieuse.

« Sinon du coup… vu que tu as parlé un peu de ta famille avant. Enfin si tu veux en parler hein. Tes parents font quoi dans la vie pour que tu aies eu à avoir à faire à leurs clients ? »

*Curieuse*
*Toujours !*

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn : 993399 Hadès : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1194
Localisation : Dans le bain
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Jeu 2 Mar - 12:01
J’avais senti qu’Aislinn avait trouver ma méthode pour toléré Calypso un peu débile. Je devais avoir l’air lèche botte en effet, mais elle ignorait mes véritables motivations. J’aurais voulu les lui partager, mais je la connaissais encore trop peu pour lui expliquer les idées étranges qui me passaient en tête. Je me promis d’éventuellement lui en parler si notre amitié se poursuivait sans encombre.

Pour le moment, elle s’était mise à m’expliquer de quoi avait l’air sa propre relation avec sa colocataire. Elle ne semblait pas évidente, mais rien de ce qu’elle me disait ne me surprenait. Calypso c’était une fille très contrôlante. Trop en fait.

« Ils ont trouvés ta réserve d’alcool et ne t’on pas foutu dehors. Eh bien…tu as fait bonne impression sur quelqu’un en tout cas. La plupart de ceux qui se font prendre ne restent pas bien longtemps! Mais je suppose qu’ils ne veulent pas se débarrasser de leurs possédés pour des raisons aussi débiles. D’un sens cela doit nous protéger….Et…autre chose? Qu’est-ce que tu peux bien cacher d’autre Aislinn O’Riley, jeune fille modèle !? », la taquinais-je en l’interrogeant sur ses possessions probablements illicites.

Elle avait ensuite abordé ensuite le sujet de Mykha qui l’avais apparemment aidé dans la serre. C’était bien lui! Mais le sujet dévia rapidement, n’ayant rien à ajouter sur le sujet. Aislinn toutefois, avait bien été attentive à mon récit de colocataires et semblait tenir à me rassurer. Ce qui, je devais l’avouer, me faisait grand bien et rire lorsqu’elle parla de ses instruments. C’est vrai que lorsque les gens tenaient à quelque chose, ils en devenaient beaucoup plus protecteur…un peu comme moi et mes livres au fond. Simplement, passer l’aspirateur au plafond ou ranger les effets personnels de ce dernier selon son propre classement avait parfois de quoi déranger le coloc et avec raison. Je le comprenais, mais c’était tout simplement invivable pour moi sinon. Mykhaila avait généralement compris, faisant attention, mais il m’arrivait encore de déplacer certain de ses effets personnels ou du moins, les placer dans un ordre précis sur son lit lorsque quelque chose me dérangeait. Ainsi, il savait rapidement que quelque chose clochait et je me rependais en excuse dès son arrivé. Il avait su être tolérant jusqu’à présent et pour ma part, je tentais de faire des efforts pour l’être aussi et lutter contre mes obsessions. Malheureusement, elles gagnaient souvent.

Enfin, bref, j’avais souri timidement à Aislinn devant ses éloges sur ma personne. J’étais persuader qu’elle ne me tolérerait pas longtemps dans un espace clos, mais c’était son opinion présente qui comptait. Je la savais sincère. Mais, à ma grande surprise, la suite de la discussion se dirigea soudainement vers ma famille. Jamais personne ne me posait véritablement de question sur elle et l’effet me faisait tout drôle.

« Sinon du coup… vu que tu as parlé un peu de ta famille avant. Enfin si tu veux en parler hein. Tes parents font quoi dans la vie pour que tu aies eu à avoir à faire à leurs clients ? »

« Oh…pas grand-chose de palpitant. Mon père gère une compagnie de développement de technologies d’informatiques et de communications, c’est en essor en Écosse et les opportunités à l’internationales sont évidentes et ma famille a toujours eu la fibre des affaires, s’adaptant aux différentes opportunités. Disons, que la famille a bien réussi jusqu’à présent côté paternel. Pareil du côté de ma mère. Elle a fait médecine, en travaillant entre autres pour l’OMS. Je crois qu’elle a aussi travaillé pour l’armée pendant un moment, mais je n’ai pas connu cette période de sa vie. Elle a passé beaucoup de temps en Afrique pour traiter, et faire des recherches sur la tuberculose. Elle se spécialisait dans les maladies du système respiratoire. Et, mon frère si parfait va reprendre la compagnie familiale avec sa copine top model sans cervelle. Le « portrait » d’une famille parfaite quoi… »

C’est dernières paroles peu convaincantes venant de moi voulait tout dire. J’avais une famille ennuyante.

« À bien y penser, ton frère apprécierais probablement Aislinn. »

« Nah c’est mon amie déjà, elle est barré…Argh….la ferme. », fini-je par lui dire en sachant pertinemment qu’il avait raison, mais préférant ne pas y penser.

« Juste une observation. Si ça peut te faire plaisir, l'inverse n'est pas nécessairement vrai, il est probablement trop fils à papa pour elle et pas assez mauvais garçon.»


« Et après bah y'a moi qui viens un peu briser tout ça. Mon père, ne m'apprécie pas tellement, mais il s’attend à ce que je participe aussi à la reprise de la compagnie. Ça ne m’intéresse pas vraiment. Malgré tout, si je suis avec lui et qu’il a des rencontres, je suis souvent obligée d’y assister avec mon frère ou lors de soirées bénéfice, gala, ou etc. Je dois faire acte de présence et donner l’image d’une famille unie qui réussit bien. Et aussi…Paraît que j’ai l’aspect humain de la compagnie à promouvoir, mon père et mon frère étant légèrement insensible à ce niveau ou du moins pas autant que ma mère l’était ou moi je le suis. Bref comme dit. Rien de palpitant, pas pour rien que j’ai accepté d’étudier plus loin de chez moi. Reste que s’ils veulent me voir rapidement, y’a qu’à prendre l’hélico. Et toi? Tu sembles provenir d’un milieu particulier aussi si je ne me trompe pas. Surtout si tu loges dans les appartements de Calypso. »

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1630
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Lun 13 Mar - 22:06
Lawrence parut surpris par la question que je venais de lui poser. J’espérais ne pas l’avoir gêné, après tout il n’était pas obligé de me répondre.
Je fus soulagée lorsqu’il entama sa réponse. Il n’avait pas l’air de le faire en se forçant, tant mieux, je ne voulais pas créer des tensions entre nous.

J’écoutais sa réponse, le plus attentivement possible en souriant. J’étais surprise des ressemblances que nos vies extérieures avaient. Son père aussi était dans la direction mais ce n’était par contre pas du tout dans le même domaine que mon propre paternel. Je trouvais d’ailleurs que les nouvelles technologies plus intéressantes que les cosmétiques… même si je n’allais pas me plaindre d’avoir le droit à du maquillage gratuit.
J’oubliais les questions de maquillages et de gestions d’entreprise préférant écouter mon ami qui abordait maintenant le sujet de sa mère. Il m’expliqua que c’était un médecin qui avait eu une vie très intéressante, armée, OMS… J’étais assez impressionnée. Il avait de quoi avoir des discussions passionnantes lors des repas de familles. Cependant je me rendis compte de la manière dont il parlait au passé était surement dû au fait que sa mère soit décédé… J’étais triste pour lui.
Je souris lorsqu’il continua en parlant de son frère et de sa copine que visiblement il n’appréciait guère. Je comprenais plus que ce qu’il ne pensait lorsqu’il parla de famille modèle. Le tout était de garder les apparences.
Ma famille était pareil. Mon père surtout. Et j’avais pensé que mes frères n’étaient pas comme lui, mais plus le temps passait, plus j’étais éloignée d’eux et plus il me semblait que je me trompais.

Je soupirais en repensant à ça. Heureusement pour moi, le rouquin était une bonne distraction. Il recommença à me parler expliquant, que de son point de vue, il était un peu le petit canard de la famille. Je lui souris. Je comprenais assez ce sentiment et je compatissais pour lui-même si ses rapports avec sa famille semblaient moins compliqués que les miens.
Je l’écoutais tranquillement jusqu’à la fin tout en prenant de nouvelles bouchées.

« Et toi? Tu sembles provenir d’un milieu particulier aussi si je ne me trompe pas. Surtout si tu loges dans les appartements de Calypso. »

Je m’étouffais à moitié. J’aurai pourtant du m’attendre au retour de question. Je toussais légèrement avant d’essuyer une larme qui pointait au coin de mon œil.

« Ahem, avalé dans le faux trou. »

Je lui souris en me demandant un instant ce que je pouvais bien lui répondre. Je fini par opter pour la vérité, c’était plus simple.

« Alooors oui on peut dire ça je suppose. Mon père est l’un des grand directeur d’une marque de cosmétique. Nous avons beaucoup voyagé pour son travail, c’était le seul côté positif de mon point de vue. On a voyagé un peu partout dans le monde, Europe, Asie… USA, j’ai eu de la chance quoi. J’ai trois frères qui sont actuellement dans de grandes universités et moi je suis ici. Enfaite, je suis ici car mon père ne voulait plus de moi, il était content de pouvoir être seul avec ma mère, et m’avoir sur les bras ne faisait pas partis de son plan. »

Je marquais une pause, mon humeur devenant légèrement amère.

« Enfin, mon père et moi c’est une longue histoire. Je crois que pour lui je n’aurais jamais dû faire partie du tableau. Mes frères sont des enfants modèles qui tous suivent son exemple et il y a moi, la rebelle de service qui n’atteint pas ses attentes. Ma mère, ce n’est pas pareille, elle est juste trop… soumise ? Il ne s’impose pas contre lui mais je sais qu’elle m’aime alors ça va. Et je m’entends bien avec mes frangins, enfin c’était le cas avant que je sois envoyé ici en tous cas. Maintenant, je ne sais pas, C’est étrange ils semblent vouloir à tout prix être comme mon cher paternel… »

Je poussais un petit rire, légèrement nerveux, c’était sujet tabou pour moi en temps normal.

« Pour te la faire simple, mon père mon verse des sommes d’argent pour que je ne vienne pas me mettre entre ses pâtes, ou encore celles des autres membres de la famille. Il m’isole et je crois même qu’il me hait… C’est triste non ? ais j’ai arrêté d’essayer de comprendre pourquoi enfaite et je me laisse faire, au final je m’en sors bien. Et une fois ou deux par année je joue les filles modèle dans un gala ou deux en échanges des plus grosses sommes de l’années… »

Je marquais une pause, posant mon regard sur le large. Je n’aimais pas parler de ça. Mais qui aimerait après tout…. J’étais normale, enfin c’était tout du moins ce que j’essayais de me convaincre.

Je tournais à nouveau la tête vers Lawrence, décidant de pousser mes pensées moroses.

« Mais bon ! Au moins être coincée ici m’a apporté des amis, et ça je n’en avais pas vraiment eu avant alors c’est plutôt cool j’avoue. »

Je lui envoyais un sourire sincère en passant une main dans ma chevelure dorée.

« Bref ! Sinon… Autres la famille et le voyage en Egypte passons au prochain sujet… mmmh… de quoi pouvons-nous parler ? »

Je réfléchis un instant avant d’avoir une illumination.

« J’ai une question. Enfin tu n’es pas obligé de répondre… Enfin voilà. Hypnos, il t’aide à comprendre ce qui t’arrive et à gérer… enfin tout ça quoi. »

J’effectuais un geste vague, je ne savais pas vraiment comment aborder le sujet.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn : 993399 Hadès : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1194
Localisation : Dans le bain
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Jeu 4 Mai - 5:35
Aislinn sembla surprise que je lui renvois ses questions. Non, mais je n’allais pas lui vendre ma vie sur un plateau d’argent sans informations en retour pensais-je amusé. Il se révéla finalement qu’elle était la fille d’un homme d’affaire également. Il travaillait toutefois dans les cosmétiques, domaines dans lequel, je devais l’avouer, ne connaissait rien et ne m’intéressait pas tellement aux premiers abords. Je me doutais qu’Aislinn devait tout de même apprécier les opportunités qui se présentait à elle dans ce domaine, étant une jeune femme très portée sur son apparence. Elle avait aussi voyagé beaucoup, plus que je ne l’aurais cru encore et son père semblait déçu de sa présence tout comme mon propre père de la mienne. Le miens par contre trouvais façon de m’ignorer ou de s’en accommoder. Pas elle. Je l’écoutai attentivement, elle ne semblait pas en parler souvent vu sa nervosité apparente, mais je sentais que ça pourrait lui faire du bien. Je trouvais particulièrement étrange l’espèce de jalousie de son père envers sa fille et surtout la façon de s’en débarrasser. Il la payait. Le miens trouvait plutôt moyen de m’ignorer ou de tolérer ma présence au besoin. C’était réellement triste.

« L’argent, ne remplace pas une famille aimante…À quoi il pense? »
, avais-je balancer, frustrer pour elle.

« C’est le devoir des parents de protéger leurs enfants et ça implique aussi la protection de ses émotions et des relations humaines, surtout celles familiales. M’enfin, ce ne sont pas mes affaires, mais peut-être que justement, tu aurais été moins rebelle s’ils t’en avaient donner la chance et donné ce dont tu avais besoin. Après…j’aime bien la jeune femme rebelle. Alors, si ta famille ne te le montre pas, sache qu’ici tu es accepté comme tu es. Alors si ton père veut une fille modèle ils peuvent aller se faire…enfin…avec tout le respect que je leur dois… », ajoutais-je précipitamment avec un sourire contrit.

« Enfin, je suis content que tu apprécies tes amitiés à Immortalia. C’est réciproque pour moi aussi. Je n’en avais pas non plus avant, mon frère s’en était assurer, et moi-même je ne suis pas très bon pour m’en faire. »


Un bref silence avait alors commencé à s’installer et les sujet étaient lourd, mais Aislinn avait autre chose en tête et avait rapidement enchaîné en cherchant d’autres sujet que la famille. C’était une bonne idée, mais ce fut un peu un échec en ce qui était de trouver un sujet plus léger avec une question sur le traitement d’Hypnos envers moi.

J’ouvrit la bouche. La refermai. La rouvrit et la refermai avant de pousser un long soupire. C’était compliqué. Mais pour qui la possession ne l’était pas.

« Tu sais que je peux suivre le cours de tes pensées. Peut-importe comment tu le dis, je sais ce qui s’en viens alors dit… »

Je passai nerveusement ma main dans ma chevelure en réfléchissant à ma réponse cherchant les meilleurs mots pour répondre à sa question, puis me lançai.

« Oui…il m’aide. Il m’informe de ce qu’il peut me dire. Je sens malgré tout une certaine, retenu. J’ignore pourquoi. Ça rend la chose d’autant plus suspecte. Il m’aide à gérer mes pouvoirs. Je me suis entraîné beaucoup. Un peu trop. Il me l’a fait comprendre et promettre de prendre une pause ce que j’ai de la difficulté à faire et lui aussi je crois. Disons que trop de pratiques peut parfois mener a des effets négatifs aussi et je n’arrive pas à trouver l’équilibre. Il prend soin de moi…jusqu’à un certain point. »

C’était sécuritaire comme réponse. Principalement des faits qui ne le vexeraient pas ou mieux dit, mais cette question qu’elle m’avait posée ne venait certainement pas de nulle part. Elle avait quelque chose à dire. C’était tout de même soudain. Un changement de sujet? Ou une poursuite sur notre lancé de révélations? Je n’en étais pas certain. Aussi bien en avoir le cœur net.

« Pourquoi la question? ...Toi?...Ça va? Il t'aide? »

Mon ton était hésitant. Je me rappelai alors ses commentaires dans le cours de D'Arcy. Commentaires qui m'avaient d'ailleurs inquiété à l'époque. De plus…elle avait Hadès. Certainement pas facile à gérer. Est-ce qu’elle cherchait un moyen de parler de sa situation? Elle en avait peut-être besoin de ça aussi? Peut-être que si je me lançais, moi-même sur la question, elle s’en trouverait rassuré et se confierait? Malaisé, mais prenant mon courage à deux mains, je fis ce que je n’avais pas fait depuis mon rêve avec Alistair.

« …Il m’est arrivé… de perdre contrôle à son profit. », dis-je finalement sans vraiment établir de liens avec ma dernière question. Il s’agissait d’une simple porte ouverte. J’allais poursuivre ou non selon l’angle d’approche qu’elle prendrait.

« Hadès, souverain des Enfers. Tu veux vraiment savoir ce qui se cache là-dessous? Je le connais bien Lawrence et tu pourrais ne pas apprécier ce que tu vas-y trouver. Aussi…je ne suis pas particulièrement fière de ce que j’ai fait…Tu dois vraiment lui en parler?»


« Ce n’est pas contre toi. Je veux juste qu’elle sache que si elle a besoin, elle n’est pas seule. Aussi, j’essaie de passer par-dessus ce que tu as fait justement. Tu passes ton temps à me dire de chercher de l’aide au besoin. En parler fait partie du processus de guérison. Je n’en parlerai pas à tout le monde, mais Alistair et Aislinn sont de bons amis, je crois…assez pour l’entendre. »

« Je sais. Je suis désolé. Je ne veux pas t’empêcher de le faire…simplement comprend mon malaise.»

« Je vais expliquer…pas te diaboliser. Nous en avons déjà discuté et c’est régler. Pour ton cas du moins. »

« Merci. »

J’hochai la tête pour toute réponse et posant mon regard sur Aislinn tentait de lui montrer que j’étais toute ouïe et non pas dans ma tête. De toute façon elle devait se douter que ma divinité ne resterais pas silencieuse sur le sujet. Le sien ne le serait certainement.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1630
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Jeu 11 Mai - 21:18
J’étais soulagée que Lawrence trouve cela anormal le comportement que mon père avait envers moi. Car pour le moment c’était bien le seul… bon oui, je n’en avais pas parlé à masse de gens mais mes frères et ma mère ne disaient rien, et eux étaient au courant.
On n’en parlait pas ensemble, comme un tabou, mais la situation était connue de ma famille et personne ne faisait rien pour que cela ne cesse… peut-être étais-je seule, aveugle, ne voyant pas la raison qui était évidente pour tous.

J’haussais les épaules, ne voulant pas me torturer l’esprit une fois de plus sur le sujet. J’avais passé des nuits, de soirées, des mois entiers, a investiguer sur le sujet mais je n’étais jamais venue à bout de l’énigme… et mon petit doigt me disait que ce n’était pas aujourd’hui que j’aurais la réponse.

Je décidais de me concentrer plutôt sur la conversation que j’avais avec mon ami rouquin. Celui-ci était en effet en train de me répondre quant à ma question concernant ses rapports avec Hypnos.
Il avait l’air d’être surpris de ma question. Je me rendis alors compte que j’étais tellement impatiente de changer de sujet que j’avais pris le premier qui m’avait traversé l’esprit. Soit ma relation tumultueuse avec ce très cher Hadès.
Je l’observais en silence alors qu’il cherchait apparemment une réponse à me donner.

Il mit tellement de temps que j’étais en train d’hésité de lui dire d’oublier ma question. Après tout je ne voulais pas le mettre mal a l’aise et je ne voulais pas forcer les choses non plus. Mais j’étais aussi d’avis que s’il ne voulait pas répondre il pourrait très bien me l’avouer. Après tout on était amis non ?

Lawrence fini par prendre la parole et je l’écoutais, oreilles grandes ouvertes. Hypnos était, comme je m’en doutait, bien plus présent pour son possédé qu’était Hadès. De ce que m’expliquait le rouquin sa divinité l’aidait avec ses pouvoirs et s’inquiétait pour lui. C’était bien.
Je me surpris l’envier. A être jalouse de leur relation et de leur bonne entente. Avec Hadès on se taquinait mais ce n’était clairement pas l’amour fou.

« Pourquoi la question? ...Toi?...Ça va? Il t'aide? »

Je souris, contrite. Eh oui, si je posais des questions je devais m’attendre à avoir les mêmes en retour. Surtout sur ce genre de sujet. En général on ne se livrait pas gratuitement sur soit même.

J’observais mon ami tout en cherchant la réponse adéquate. Il semblait inquiet. Pour moi ? Il devait se faire des films sur moi, peut-être…

J’allais lui répondre mais il reprit la parole pour m’avouer qu’il lui était, à lui aussi, arriver de perdre le contrôle. Il fallait croire que chez toutes les divinités ce point-ci était irrémédiable.

*Pourquoi veux-tu lui parler de ça ? Ca ne le regarde pas ! Et je ne t’aiderai pas plus… et tu as beau penser le contraire je t’ai aidé petite.*


Je choisis de l’ignorer, préférant répondre à la question que j’avais posé moi-même un peu plutôt.
Je me raclais la gorge avant de prendre une grande inspiration.

« Non… pas vraiment. Hadès est comment dire… mystérieux ? Il ne me révèle rien et me laisse me débrouiller comme une grande. Du coup… je fais pas mal de bourdes… »


Je marquais une pause en repensant à Fergal ou encore à Alistair puis frissonnais. Je les avais tué, même momentanément.

« J’ai… j’ai… Hadès me donne la faculté de tuer des gens. Mais que momentanément ! Enfin… pour le moment tout du moins… Mais Hadès ne m’explique pas comment ça fonctionne… je ne sais pas non plus si je peux faire d’autre chose… c’est horrible. J’ai toujours peur de faire du mal à quelqu’un quand je suis paniquée ou hors de contrôle. »


Je n’avais pas encore perdu le contrôle pour le moment… mais le voyage en Egypte approchait… et cela serait peut-être une nouvelle épreuve. Je ne savais pas ce qui allait y arriver.

« Enfin… a chaque fois que je goute à ces pouvoirs… j’ai comme une envie, au fond de moi, qui me pousse à vouloir aller plus loin, à m’y laisser aller. Pour le moment je n’ai pas eu de soucis… mais je me fais pas d’illusions… c’est quand même Hadès et je ne suis que moi… s’il veut prendre le contrôle je pense qu’il y arrivera très bien. »

*C’est bien, au moins tu te rends compte de ce genre de chose. *

*Je lutterai si un jour ça arrive. Je lutterai. *
*Mais je n’en attends pas moins. Ce ne serait pas drôle sinon. *

Je soupirais, je ne savais pas comment prendre ce genre de remarque. C’était dit avec légèreté mais j’étais certaine que c’était au final lourd de sens.

« Enfin… C’était surtout pour savoir si nous étions tous dans mon cas ou bien si c’était lui qui s’amusait à un jeu sadique. Et j’ai ma réponse. »


Je lui envoyais un sourire désinvolte dans le but d’alléger les choses. Pas besoin de l’inquiété outres mesures… même si au final j’avais probablement de quoi me faire un sang d’encre.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn : 993399 Hadès : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1194
Localisation : Dans le bain
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Lun 22 Mai - 5:54
J’avais carrément figé un peu plus tôt en l’entendant me révéler ses pouvoirs, réfléchissant à toute vitesse. Est-ce que Aislinn avait déjà tué? Elle parlait de bourdes. De toute évidence ce serait involontairement? Dans quelles circonstances cela se produisait. Est-ce que je m’en rendrais compte si elle me tuait? L’avait-elle déjà fait? Était-ce douloureux?

« Alors…Ton pouvoir c’est de tuer des gens hein? Genre mort, mort? Momentanément…donc…personne n’a été blessé. C’est bien… C’est bien… Mais ce ne serait pas à l’avantage d’Hadès de t’aider justement? Je veux dire…faire une bourde reste peu discret. Si tu te fais choper…il te perd aussi nawh? Mieux vaut contrôler ce pouvoir. Je veux dire, même s’il voulait prendre le contrôle…Il veut? », m’inquiétais-je finalement pour de bon.

Je commençais à comprendre qu’Hadès ne comptait peut-être pas garder sa possédée. J’avais un risque de perdre Aislinn comme j’avais perdu Yuuki. Sauf que cette fois, on m’avertissait. J’avais peut-être une chance de lui éviter de disparaitre. Peut-être que justement, Hadès attendait qu’elle se plante? Selon moi, le directeur devait avoir prévu le coup. J’ignorais si la situation était risquée pour Hadès, pour Aislinn ou absolument tout le monde qu’elle fréquentait…incluant ma propre personne. Je ne pouvais tout de même pas la laisser seule avec ses préoccupations. C’était trop grave, trop risqué… Première étape : la rassurer, lui expliquer qu’elle n’était pas seule, même si son problème semblait majeur.

Le malaise d'Hypnos était palpable comme il savait où allait la discussion. Il en avait honte également, d'avoir été tenté. Il se taisait donc, écoutant mon récit et éventuellement la réponse d'Ais.

« De la façon dont tu parles effectivement, ça semble un jeu sadique. Hypnos n’avait pas d’intérêt pour la chose avant de l’essayer. Il considère qu’on lui a volé son repos éternel alors, il emmerde un peu la vie actuellement. Tu sais, Hypnos est lié au domaine de la mort indirectement. Les Grecs considéraient le sommeil comme l’étape la plus proche de la mort qu’un vivant pouvait atteindre. Je crois que c’est assez juste en fait, même biologiquement. Enfin…Il l’a aussi côtoyé beaucoup par son frère Thanatos, qui est, la mort carrément. Ils sont jumeaux. J’ignore si Hadès a pu t’en parler un peu, lui qui juge les âmes, ce sont eux qui lui amenaient les morts. Enfin…je m’éloigne du sujet, ça ne t’intéresse peut-être pas du tout…Mais là où je voulais en venir c’est que…Hypnos était contre jusqu’à ce que je lui donne un petit avant-gout de c’était quoi…revivre à travers moi. Tu sais quand, je te parlais... d’Auen un peu plus tôt… »

Ma gorge se serra, mais ravalant la boule qui semblait s’y former, je poursuivis.

« J’étais certain de mourir, avec la douleur et tous les coups de couteau que j’avais reçus. Je sentais que les minutes, que je restais là à me vider, comptaient, et comme personne ne venait aider… Et je ne me rappelle plus pourquoi…sans doute pour vouloir sauver Aelter…J’ai autorisé Hypnos à prendre totale possession. J’allais crever de toute façon. J’étais désespéré. Il l’a fait. Pour moi. Il savait combien je tenais à éviter la mort d’Aelter que je considèrerais comme ma faute. Je lui avais fait promettre de ne jamais prendre possession auparavant et il avait accepté comme il s’en fichait. Ça ne l’intéressait pas du tout. Surtout pas mon corps…soyons franc, je suis loin d’avoir un corps de dieu grec. », blaguais-je pour détendre l’atmosphère en impliquant que ma divinité correspondait en effet à cette description.

« Mais c’était exceptionnel et j’allais mourir. Sauf qu’après coup, les agents de sécurité sont intervenus et Hypnos me savait sauvé et ma laissée mon corps. Par contre c’était foutu, il y avait gouté. Je sais qu’il a un intérêt depuis. Il lutte contre, mais je le sens, lorsqu’il est irrité. Il en faudrait peu pour qu’il se l’autorise. Pendant un temps, il tentait de profiter de chaque occasion qu’il pouvait pour m’emprunter quelques minutes. Perdre le contrôle de son propre corps c’est… »

Un frisson me parcourut l’échine et je me secouai un peu pour le chasser.

« C’est effrayant. Ça me parait faible comme mot…Enfin, il m’a promis de ne plus le refaire, mais pour être franc, maintenant ça me stress un peu plus. Je comprendrais l’envie pour quelqu’un d’emprisonner dans mon corps de profiter d’une plus grande liberté. Hypnos est une divinité très « libre », ailée, il n’est pas du genre à accepter les chaines. Il aime être libre dans son petit monde…Alors Hadès n’est pas seul. Je crois que personne n’est vraiment à l’abri. Mais au moins ma divinité rationalise. Il dit que son temps est passé. Ce que ta divinité ne fait pas. Je crois que ça, c’est le problème! ...Et nawh. Aislinn ce sourire ne trompe personne. », lui dis-je, moi-même avec un rire jaune en ayant vu son sourire qu’elle m’avait fait un peu plus tôt. J’étais à moitié réellement amusé par sa tentative de rester décontracté après avoir amené un tel sujet. Après toutes ses explications, conserver une attitude désinvolte paraissait ridicule. Je n’étais pas un imbécile non plus. Elle ne devait pas dormir bien tranquille…jamais. Je passais ma main dans ma chevelure comme si désordonner ces derniers pouvaient replacer les idées et les questions qui m’assaillaient.

« Tu en a parlé à D’Arcy? Il a l’air lourd, mais il doit savoir ce qu’il fait… Sinon…j’ai peut-être une solution... pour t’aider. »

Étais-je fou de lui proposer ce que j’allais lui proposer? Probablement, pourtant Hypnos ne fit rien pour me décourager. Il comprenait l’importance pour Aislinn de contrôler ses pouvoirs et je le soupçonnais de vouloir revoir l’un des siens aussi et ça franchement, ça me tentait un peu moins. Mais ça venait avec Aislinn alors, aussi bien en profiter.

« J’ai…euh…Tu en penserais quoi de t’entraîner avec moi. Si lui ne le veut pas ou que D’Arcy n’aide pas. Ou même, s’il aide, mais que tu voudrais plus. »

Oui, j’impliquais que je pourrais être son coach. Les rôles s’inversaient drôlement, mais ce ne serait pas la première fois que j’entraine quelqu’un avec ses pouvoirs.

« Je maitrise plutôt bien les miens et je crois que je pourrais t’aider. Je l’ai fait pour l’une de mes amies…avant qu’elle ne disparaisse. Yuuki avait la capacité de contrôler le feu et voulait s’entrainer au sabre aussi, mais n’avait pas de lieux pour vraiment pratiquer. J’ai trouvé une alternative qui me permettait de m’entrainer moi et elle.»

Si Aislinn acceptait, j’allais lui révéler beaucoup et j’en étais nerveux, mais il était peut-être temps justement de s’ouvrir un peu, trouver des alliés. Alistair avait accepté de m’aider, peut-être que si j’aidais Aislinn elle voudrait aussi faire partie de notre petite opération secrète elle qui avait autant d’ennuis avec sa divinité. Peut-être même que Hadès serait intéressé et que cela leur donnerait un projet commun. Tout cela comportait toutefois des grands risques pour moi, mais j’étais prêt à le faire. Je n’avais pas l’intention de perdre mon amie. J’en avait peu, elle était donc précieuse à mes yeux et m’avait confirmé dans la même journée que c’était réciproque.

"Je comprends ce que tu vas lui proposer et suis prêt à t'épauler, mais ce n'est pas sans risques pour toi et elle devrait également le savoir. Tu devrais la mettre au courant des risques que tu encours afin qu'elle sache réellement ce qu'elle accepte. Je sais que tu vas omettre de le lui dire afin qu'elle accepte. Je trouve cela stupide. Tu as mon avis sur la chose, voilà. Si jamais tu l'entraîne et que tu ne le fait pas, moi je lui dirai."

Je n'aimais pas du tout être mis au pied du mur, je savais qu'il avait raison.

"Et si j'accepte de lui dire, quand je suis prêt."

" Ça intérêt à être rapide. Tu es prévenu."

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1630
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Lun 19 Juin - 21:24
Je fixais Lawrence qui s’était muer dans le silence un moment. Cela ne dura que quelques secondes et pourtant le tout me parut des heures. Je ne voulais pas qu’il commence à me prendre pour un monstre… ou pire une meurtrière.
Je continuais à afficher un sourire espérant que cela adoucisse ses pensées et celles d’Hypnos.

Le jeune homme fini par reprendre la parole et je me remis à respirer en même temps. Il avait l’air de réfléchir en même temps qu’il me parlait. Il avait l’air surpris que mes pouvoirs soit ce qu’ils étaient. Pour moi ça me semblait presque normal. En soit, Hadès était le dieu de la mort, et les pouvoirs qu’il conférait devait bien avoir un rapport avec non ?
J’hochais simplement la tête lorsqu’il demanda si je tuais vraiment les gens, mais qu’il soulignait le terme momentané que j’avais mentionné plutôt. En soit c’était vrai, je ne blessais personne… mais le regard que l’on me jetait au réveil m’indiquait bien que l’expérience n’était pas sans séquelles. En même temps je pouvais comprendre le côté traumatisant de la chose. J’étais assez traumatisée moi-même alors que ce n’était pas moi qui mourait.

Le rouquin continua ses réflexions en soulevant le fait qu’Hadès avait tout à gagner à ce que je maitrise mes pouvoirs. On était d’accord là-dessus mais ce cher dieu des morts ne semblait pas d même avis.
A mon plus grand agacement, je sentais qu’il se délectait actuellement de la situation. Ça l’amusait et moi ça m’énervait, c’était un jeu pour lui.

Je revenais à Lawrence qui me demandait d’un air inquiet si Hadès voulait prendre le contrôle ou me l’avait fait comprendre. Pour toute réponse j’haussais les épaule. Je ne savais pas vraiment mais j’avais dans l’idée qu’Hadès avait comme but de retrouver son statut d’entant. Maintenant restait plus qu’à voir de quelle manière il allait vouloir s’y prendre, et de quelle façon j’allais lui servir de pion. C’était comme une partie d’échec que je savais perdue d’avance. Je bougeais mes pièces mais ma divinité allait finir par faire échec et math à un moment ou à un autre.

Mon ami marqua une nouvelle pause. Je buvais une nouvelle gorgée de champagne alors que j’attendais qu’il reprenne la parole. Peut-être était-il en conversation avec Hypnos.

*Ou tout simplement avec lui-même. Je le vois bien parler à haute voix dans la rue.*

*A tien ? Tu parles ? Si c’est pour dire des choses du genre et m’agacer tu n’es pas obligé ! *

L’amusement d’Hadès grandissait en moi tout comme mon bouillonnement intérieur à son encontre. S’il était physiquement présent il se serait déjà pris une sacré claque, super-pouvoirs ou pas.

Je roulais rapidement des yeux préférant m’intéresser à mon compagnon qui avait recommencé à parler. Il semblait analyser au fur et à mesure les informations que je lui avais lâchées. Je restais attentive, et légèrement choquée, lorsqu’il me fit comprendre que lui avait déjà expérimenté e fait de perdre le contrôle.
De l’extérieur je voyais mal Hypnos essayer de faire ce genre de chose… mais je ne connaissais pas tout de leur relation. En plus, cela devait avoir, pour eux les divinités, un côté grisant à reprendre pouvoir de leur vie. Je ne sais pas vraiment ce qui se passerai si j’étais moi-même coincée dans le corps d’un autre. Probablement frustrée, et colérique.

Bref, là n’était pas la question.
Lawrence avait continué ses explications, parlant d’Hypnos et de son rapport au royaume de mort. C’est vrai que je me souvenais avoir lu quelque part qu’il était un des habitant du royaume d’Hadès. Je souris alors qu’il continuait son cours improvisé en mythologie grec. Je prenais note mentalement des informations qu’il me donnait avant qu’il se rende compte qu’il était parti un peu loin du sujet de départ

Je cessais cependant rapidement de sourire en entendant la suite de son histoire avec le dénommé Auen. Je fronçais les sourcils, horrifiées et glacée par ce qu’il me racontait. Il avait failli y rester. J’avais envie de le prendre dans mes bras, voyant bien que raviver ces souvenirs lui faisait du mal mais je me retins, sachant parfaitement que cela lui déplairait. J’avais tout de même la furieuse envie d’aller voir le directeur pour lui demander quand est-ce qu’il comptait mettre en place un suivi psychologique des futurs possédés. J’étais prête à parier que cette idée ne lui avait même pas traversé l’esprit…

Le rouquin continuait d’expliquer la situation avec Hypnos, me faisant comprendre son probable besoin de liberté. Me confirmant qu’Hadès était surement un sociopathe dangereux d’un autre temps.

*N’utilises pas des mots dont tu ne connais pas le sens exacte. *

*Et conn*ard ça je peux l’utiliser ?!*

« ...Et nawh. Aislinn ce sourire ne trompe personne. »


Je lui fis un clin d’œil avant de finir ma coupe. Après tout qui ne tentais rien…

« Tu en a parlé à D’Arcy? Il a l’air lourd, mais il doit savoir ce qu’il fait… Sinon…j’ai peut-être une solution... pour t’aider. »


Je fis non de la tête. Je ne voulais pas en parler à ce type. J’avais l’intuition que lui révéler ce genre d’information ferait de moi la numéro 1 en tête de liste des élèves gênant à éliminer. Et je tenais un peu trop à mes jolies fesses pour ne pas suivre mon instinct.

« J’ai…euh…Tu en penserais quoi de t’entraîner avec moi. Si lui ne le veut pas ou que D’Arcy n’aide pas. Ou même, s’il aide, mais que tu voudrais plus. »

Le jeune homme m’avait intrigué. Il avait l’air gêné, mal à l’aise. Pourquoi me proposait-il son aide si cela le mettait dans un tel état ? Tout ce que je pouvais voire c’est qu’il devait avoir une idée derrière la tête.
L’option D’Arcy n’étant pas envisageable il allait falloir que je me tourne vers lui. Après tout, pourquoi ne pas échanger nos expériences, j’avais bien essayé les arts martiaux avec lui.

« Je maitrise plutôt bien les miens et je crois que je pourrais t’aider. Je l’ai fait pour l’une de mes amies…avant qu’elle ne disparaisse. Yuuki avait la capacité de contrôler le feu et voulait s’entrainer au sabre aussi, mais n’avait pas de lieux pour vraiment pratiquer. J’ai trouvé une alternative qui me permettait de m’entrainer moi et elle.»

Je me perdis dans la contemplation de l’horizon, réfléchissant à toute allure pour analyser toutes les options s’offrant à moi.

Demander à D’arcy se résumait probablement à une mort certaine… ou tout du moins à un isolement et des séances de contrôle de pouvoir et de soumission d’Hadès pas très agréable.
M’en charger moi-même allait sûrement me conduire à tuer quelqu’un définitivement, et les risques que cela arrive à quelqu’un à qui je tenais étaient élevés.
Le fait qu’Hadès puisse m’apprendre était si inimaginable que je me reteins de pouffer à cette idée.

Lawrence restait donc mon seul salut.

« Ok. »

Je marquais une pause, ayant l’impression de venir de poser là les fondations d’un nouveau type de relation.

« Je veux bien que tu m’apprennes. Mais… comment on s’y prend ? »


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn : 993399 Hadès : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1194
Localisation : Dans le bain
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Lun 26 Juin - 1:42
Ma proposition concernant d’Arcy ne semblait pas tellement lui paraitre intéressante, ce que je comprenais totalement. Possiblement, qu’elle apprécierait davantage l’option « Lawrence ». Aislinn avait paru réfléchir à ses options et j’avais cru pendant un instant qu’elle ne me ferait possiblement pas confiance pour cela, mais un « Ok » bien nette se fit rapidement entendre alors que je prenais un gorgé de champagne. J’avais un peu l’impression que j’allais faire affaire avec Aislinn tout comme s’il s’agissait de discuter affaires. Un verre à la main, l’air sérieux je lui faisais mes propositions, mais évidemment elle avait des questions, ce qui était normal. J’allais devoir lui vendre ma salade. Après tout, elle ne serait pas la seule à en tirer avantage et je voulais que nous ayons tout deux confiance en l’autre, ce qui serait certainement plus difficile pour les deux.

« Eh bien…Tu te rappelles de mon As? Comme tu m’as parlé de ton pouvoir, je vais faire la même chose. J’ai la capacité de créer et manipuler les rêves et cauchemar…J’ai trouvé utilité dans le fait de se pratiquer mentalement dans un environnement irréel et donc sans danger physique. Il y a néanmoins des risques psychologiques à jouer dans les rêves et donc, indirectement dans le subconscient des gens. »

Je marquai une pause.

« Je sais ça peut paraître débile, mais je crois que si tu te pratiques mentalement en dormant…et bien tu auras une certaine facilité éventuellement à le faire physiquement une fois éveillé. Je ne dis pas que ce sera automatique, loin de là. Tu devras certainement travailler aussi réellement, mais au moins on renforce l’aspect mental de l’utilisation de pouvoir…sans tuer qui que ce soit…Si ton mentale est assez fort pour maîtriser, possiblement le sera-t-il aussi pour résisté à la perte de contrôle. Alors je me propose pour que nous nous pratiquions ensemble. Comme, je ne te le cacherai pas, cela m’aidera aussi. J’ai aussi un tas de règles que j’ai élaboré pour réduire les risques. Simplement…j’aurai une demande particulière. »

Je pris une bonne  de ma consommation avant de me lancer dans la partie plus délicate.

« Il est difficile pour moi de bien représenter en rêve ce qu’est le ressenti de ton pouvoir sur tes… victimes…J’aimerais voir ton pouvoir à l’œuvre afin que la représentation soit réaliste. Je ne te demanderai pas de tuer quelqu’un d’autre pour l’expérience… », ajoutais prestement.

« Je serai ton…cobaye. »

« OH QUE NON! LAWRENCE! Et si elle te tue pour vrai! Elle a dit « momentanément », mais elle te ne le diras surement pas si elle le fait de façon définitive! Lawrence, je refuse! »

Je fis la grimace en entendant le hurlement d’Hypnos dans ma tête.

« Ce sera bref! Je sais déjà ce que ça fait pratiquement! J’ai déjà failli y rester, mais je veux savoir pour ton pouvoir spécifiquement. Je te fais confiance comme tu m’as dit que c’était un état temporaire. Le plan est donc, de me montrer et ensuite, on fait l’entrainement en rêve. Tu sais ce que cela prend pour que ton pouvoir fonctionne, tu en connais la sensation et je connaitrai la sensation de l’effet. Ensemble, le rêve sera crédible et assez réaliste. »

« Ah ouais?! Parle-lui du reste pour voir si elle est toujours intéressée. Donne-lui tes règles. »

Je soupirai.

« Hypnos n’a pas l’air particulièrement enjoué à l’idée, mais laissez-moi terminer tous les deux... Je m’explique…les rêves sont contrôlés par le subconscient. Si j’arrive à comprendre et à voir ton pouvoir, je ne m’imaginerai pas n’importe quoi et ton pouvoir sera réaliste, sinon, il aura l’air de ce qu’on imagine. Comme je ne l’ai jamais vu, l’image que je m’en fais est certainement faussée et il ne servirait à rien de pratiquer un pouvoir qui n’est pas réel. Je suis prêt à le subir pour comprendre et pouvoir t’aider Aislinn. De mon côté, je pratiquerai la maitrise des rêves, qui m’est assez complexe. Si jamais, on fait de réels progrès, cela veut dire que ma méthode fonctionne et que je suis bien allé dans le bon domaine d’étude. J’aimerais aider les M, qui comme toi ont des problèmes avec leurs divinités Ais, le monde des rêves est idéal pour communiquer avec le subconscient, mais aussi les divinités elles-mêmes. »

En effet, j’étais allez en neuro-psy après avoir connu Auen et les autres étudiants M. J’avais réalisé qu’il y avait un urgent besoin d’aide psychologique, mais aussi de comprendre comment le cerveau d’un possédé fonctionne. Je visais le poste de psy de l’école ou mieux, me partir un centre d’aide pour les possédés si ces possessions devenaient de plus en plus fréquentes. Je prévoyais aider les gens par une thérapie de rêve. En quoi cela consistait-il? Comprendre le subconscient des possédés et les aider à cheminer par eux même et à comprendre leurs propres aptitudes pour bien vivre avec leur possesseur. Comprendre les motivations de leurs possesseurs était également possible comme ils se manifestaient généralement dans les rêves sous diverses formes. Bref…nous avions été laissés à nous même sans manuels d’instructions et cela était inacceptable alors si je ne pouvais prévenir les possessions, il fallait au moins les encadrer. Je me redressai, assis sur mes genoux fixant les réactions d’Aislinn intensément et la suppliant pratiquement d’accepter. De toute évidence, le sujet me tenait à cœur en plus de vouloir aider mon amie. Travailler avec elle serait d’autant plus plaisant, comme une partenaire de recherche quoi.

« Je veux faire neuro-psy pour de bonnes raisons. Je veux aider les gens d’Immortalia et développer ma spécialisation au niveau des possédés. Pour ça, je dois avoir contact et apprendre à connaitre les pouvoirs et leur fonctionnement. Aucune information ne nous est donnée à notre arrivée et je doute fortement que le directeur comprenne l’impact d’une possession sur ses élèves vu le manque d’encadrement. De ce que j’ai vu jusqu’à présent…le futur est très laid si tout le monde sort du pensionnat avec des pertes de contrôles fréquentes, ou occasionnelles. Alors Aislinn O’Riley, voulez-vous être mon cobaye en échange que je suis le tien. SI ça peut te rassurer, tu n’es pas la première sur qui je teste et il y a eu de petits accidents, mais jamais rien de grave et je peux même t’expliquer en détail les règles que je me suis fixées à moi-même et en général pour assurer la sécurité de ma personne et du sujet. Je peux t’expliquer comment ça se passe avant évidemment, mais il faut que je sache que tu participes. Je t’ai déjà dit ce dont j’étais capable. »

Je pris une grande inspiration, moi qui avais défilé le tout avec une vitesse impressionnante pratiquement sans respirer, puis je passai ma main dans ma chevelure de façon nerveuse avant de prendre une autre bonne gorgée, soudainement hésitant. J’avais fait la bonne chose de lui en parler? Je me sentais soudainement vulnérable, moi qui tentais de conserver mes pouvoirs pour ma propre personne, j’avais fait confiance à Aislinn et lui avais pratiquement tout déballé.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1630
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Mer 28 Juin - 15:30
J’observais Lawrence en attendant qu’il réponde à mes questions. J’étais d’accord de m’engager mais avant je voulais savoir de quoi il en ressortirait réellement. Je n’étais pas dupe, l’hésitation que j’avais perçue dans sa proposition m’avait intriguée. Je n’en connaissais pas encore les raisons mais une chose était sûre, je ne me lancerai dans rien sans avoir eu toute les cartes en main.

J’ouvris donc grand mes oreilles lorsqu’il reprit la parole. Il débuta en me rappelant, qu’il y a quelque temps il m’avait avoué garder un as dans sa manche. J’hochais la tête. L’information datait de notre d’y l’y a quelque temps mais ce n’était pas tombé dans l’oreille d’une sourde. Sur le moment j’avais été curieuse mais j’avouais qu’entre temps ça m’était sorti de l’esprit.
Il avait donc décidé de m’avouer quels étaient réellement ses pouvoirs. Ses explications me surprirent à moitié. En effet, étant possédé par Hypnos je me doutais que ses capacités avaient à voir avec le monde du sommeil… Mais le fait qu’il ait la capacité de modifier à sa guise les rêves… c’était un pouvoir puissant qu’il tenait là.
Il avait apparemment eu l’idée d’utilisé des univers afin de s’entrainer sans avoir à subir les conséquences physique. Mais de ce qu’il insinuait cela pouvait avoir des répercussions sur le côté psychologique… Au fond, j’imaginais bien que la manipulation du subconscient n’était pas sans risque. Cependant je ne savais pas si je préférai avoir des séquelles physiques ou psychologiques… c’était difficile d’imaginer les réactions qui seraient engendrées par la suite de nos « entrainements ».

Je me concentrais sur la suite de ses explications où il développait le fait que de son point de vue en s’entrainant dans les rêves on renforçait aussi notre maitrise physique sur nos pouvoirs. J’étais d’accord avec son idée. La méditation était la preuve même qu’en renforçant son mental on devenait plus fort. Il insinua tout de même bien que cela ne serait probablement pas suffisant et qu’il faudrait tout de même exercer de manière physique mes capacités. C’était tout de même un bon point de départ. De plus, je sentais l’agacement d’Hadès grandir en moi, apparemment, les idées du rouquin contrecarraient ses plans.
Tout l’exercice aiderait aussi Lawrence dans la maitrise de ses propres pouvoirs ce qui était aussi une bonne chose. En travaillant ensemble nous deviendrions plus forts.

Je restais seulement surprise par sa dernière phrase. Il avait une demande particulière ?
Je penchais la tête sur le côté, essayant de trouver ce que ça pouvait bien être. Peut-être voulait-il simplement que ça reste secret, après tout c’était compréhensible.

« Il est difficile pour moi de bien représenter en rêve ce qu’est le ressenti de ton pouvoir sur tes… victimes…J’aimerais voir ton pouvoir à l’œuvre afin que la représentation soit réaliste. Je ne te demanderai pas de tuer quelqu’un d’autre pour l’expérience… Je serai ton…cobaye. »

Je toussais, manquant de lui recracher à la figure le champagne que j’avais dans la bouche. Il voulait quoi ? Que je le tue ?! Mais il était timbré ma parole ?! Quelle personne normale aurait envie d’expérimenté ce que c’était de mourir ?
Les rouages de mon cerveau c’étaient mis à tourner à toute allure alors que j’imaginais tous les scénarios possibles dont les plus catastrophiques où le jeune homme ne se réveillait pas.

Je sentais Hadès se relaxer en moi, apparemment ma soudaine peur l’avait conforté dans le fait que je n’allais pas réaliser l’entrainement. Cela confirmait donc mes doutes, il ne voulait pas que je sache comment tout ça fonctionnait.

J’écoutais d’une oreille ses justifications sur le fait que si je le tuais ça ne serait qu’un bref instant et tutti quanti… Et il était certain d’avoir déjà vécu une expérience similaire…
J’avais l’impression qu’il était comme un âne que l’on devrait forcer à boire… le faire changer d’avis allait être difficile, voire impossible, il semblait tout décidé.

Il soupira avant de m’expliquer que sa divinité n’était pas des plus partantes pour tenter l’expérience… Non sans blague ? Il devait penser à peu près la même chose que moi de la proposition, c’était dingue et incroyablement dangereux.
J’écoutais cependant assidument la suite de son argumentaire, car oui c’était exactement ça, il devait me convaincre. De son optique, si il comprenait les sensations, enfin tout ce qui arrivait quand je tuais il pourrait reproduire l’expérience de la manière la plus proche, sinon ce ne serai pas identique et donc le travail que l’on y accomplirait y serait donc caduc.
Il enchaina ensuite sur le faite que ça l’aiderai aussi à savoir si sa méthode de travail était réellement efficace. Il avait pour but d’aider les M dans le futur pour que les divinités et les élèves cohabitent du mieux que l’on puisse faire. On était en tout cas du même avis sur la façon de gérer du directeur mais nous n’allions pas nous lancer dans ce genre de débat, il y avait plus important pour l’instant.

« Alors Aislinn O’Riley, voulez-vous être mon cobaye en échange que je suis le tien. SI ça peut te rassurer, tu n’es pas la première sur qui je teste et il y a eu de petits accidents, mais jamais rien de grave et je peux même t’expliquer en détail les règles que je me suis fixées à moi-même et en général pour assurer la sécurité de ma personne et du sujet. Je peux t’expliquer comment ça se passe avant évidemment, mais il faut que je sache que tu participes. Je t’ai déjà dit ce dont j’étais capable. »

Je restais silencieuse. J’étais torturé entre les deux réponses possibles. Oui je voulais apprendre, oui je voulais me maitriser pour ne pas blesser des innocents… mais cet apprentissage impliquait justement de devoir en blesser…
En répondant par la négative j’en restais sur la case où j’étais déjà avec le risque de voir les choses empirer…
Je me mordais la lèvre inférieure… que répondre.

« Tu ne rends pas les choses aisées tu le sais ça ? »

C’était une question rhétorique, il devait le savoir.
Machinalement je sortis mon paquet de cigarette de mon sac et l’allumais rapidement avant de tirer une bouffée. Ça m’aidait toujours à me concentrer.

« Tu te rends compte de ce que tu me demandes au moins ? Si je te fais subir mon pouvoir… tu pourrais y rester et ne plus jamais aider un élève d’Immortalia. Je comprends le point de vue d’Hypnos, on ne sait pas ce qui pourrait arriver. Si ça se trouve causer une mort temporaire n’est qu’une facette de tout le bordel… Et puis imagine, pire que la mort, je te tue toi mais pas Hypnos… pas que je te trouve méchant Hypnos hein mais bon ça serait quand même problématique… et puis… »

Je marquais une pause me rendant compte que je n’avais pas repris mon souffle depuis le début de mon monologue. J’avais été envahis comme pas une vague de panique. Blessé mon ami était pour moi inconcevable.

« Et en plus, comme je te le disais c’est tout sauf contrôler, je ne peux pas le faire sur demande… alors ça va poser un problème ça aussi… »

Je tirai une dernière fois sur ma cigarette avant de l’écraser dans le sable pour l’éteindre. Je me perdais un instant dans la contemplation de l’horizon avant de continuer.

« J’aimerai que tu m’aides oui. Mais… les dangers que ça impliques… c’est surréalistes… Je sais pas quoi te répondre… j’ai envie oui mais te faire du mal, te blesser… ou pire… je me le pardonnerai jamais. Je pense pas qu’on va pouvoir…»

Je lançais un regard désolé à mon camarade j’étais prise entre deux feux… Mais le mettre en danger était impensable.

*Au moins cette idée de contrôle ne t’aura pas traversé l’esprit longtemps.*


Le ton utilisé par le roi des morts était hautin et emplis d’arrogance… Je pinçais les lèvres… frustrée. Je ne pouvais décemment pas non plus me laisser aller à son bon vouloir… et puis… au final je n’avais jamais tué quelqu’un pour de vrai non ? Si ça aurait dû arriver j’imagine que ça se serait déjà fait…

« Oh et puis tu sais quoi ? On va le faire… mais sous certaine réserve… Je pense que l’on pourrait déjà essayer le fait que tu manipules un de mes rêves pour voir comment ça fonctionne… ensuite si cette première étape se passe bien on enchainera avec la phase critique… mais j’imagine que si je n’ai jamais tué pour de bon ça ne devrai pas t’arriver… »

*Tu n'en as pas marre d'en faire qu'à ta tête ?*

Tiens, il avait l'air énervé maintenant... parfait.

J’étais terrifiée à cette idée, mais l’idée qu’Hadès prenne le contrôle l’était encore plus.

« Par contre je pense que l’on pourrai passer aux choses sérieuses après notre voyage en Egypte… T’en penses quoi ? »


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn : 993399 Hadès : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1194
Localisation : Dans le bain
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Lun 10 Juil - 6:10
Comme prévu Aislinn n’approuvait pas aussi facilement mon plan, passant tout proche de me cracher du champagne à la figure, ce que je redoutai grandement l’espace d’un moment. Je pouvais pratiquement voir dans son regard la série de questions et d’inquiétudes qui s’enchaînaient avant qu’elle ne m’affirme ne pas faciliter les choses. Ce à quoi je lui envoyai un sourire contrit en guise de réponse. Je savais très bien c’était bien la raison pour laquelle je n’avais jamais demandé la permission à qui que ce soit. C’était la première à qui je le demandais franchement. Après tout, risquer mon insertion dans les rêves de la possédé du roi des Enfers n’était pas sans risque. Je me serais senti mal de simplement abuser de sa confiance. Je la vis sortir son paquet de cigarettes, probablement nerveuse. Je ne pus réprimer une brève grimace à l’odeur, tentant subtilement de me déplacer de façon à ne pas recevoir ni l’odeur ni la fumée. Enfin, je tentais d’être subtile afin de ne pas la rendre malaisée et surtout la laisser réfléchir afin qu’elle accepte l’offre. Si elle avait besoin de se détendre un peu pour accepter, c’était pour une bonne cause. Je retins même mon envie de lui passer un commentaire sur le fait qu’elle ne devrait pas fumer. De toute façon elle était occupée à m’expliquer son point de vue et les risques qu’elle y voyait. Je n’avais toutefois pas eu droit à un non catégorique immédiatement, ni à un oui immédiat, ce qui était bon signe et surtout très apprécier. Elle pensait de toute évidence à mon bien-être. Je ne pus m’empêcher, l’espace d’un moment en l’écoutant, de laisser paraître un doux petit sourire, qui devait paraître déplacé dans la conversation. Aislinn toutefois, restait préoccupé. Sans doute sa divinité y était pour quelque chose. Je n’avais absolument aucune idée de ce qui se tramait dans sa tête et j’avouais être curieux. L’idée d’avoir la chance de le rencontrer me rendait également nerveux, je devais l’avouer, mais il était en bon terme avec Hypnos non? Ou du moins pas en mauvais terme…et la curiosité malsaine l’emportait toujours avec moi. Soudainement, après pourtant tant d’hésitation, Aislinn me sortit de mon propre raisonnement.

« Oh et puis tu sais quoi ? On va le faire… mais sous certaines réserves… Je pense que l’on pourrait déjà essayer le fait que tu manipules un de mes rêves pour voir comment ça fonctionne… ensuite si cette première étape se passe bien on enchainera avec la phase critique… mais j’imagine que si je n’ai jamais tué pour de bon ça ne devrait pas t’arriver… »

« AYE! », lançais-je un peu plus fort que prévu, grandement motivé à l’idée de m’entrainer avec Aislinn. C'était une chance inouïe en fait! J'avais la possibiliter de voir mes projets enfin avancer. Si tout allais bien je pourrais peut-être même lui montrer mes recherches. Bon d'accord, je n'avais pas grand chose encore...mais justement à deux ça irait mieux! Et si elle étais rendu à accepter de me tuer...Eh bien, je la voyais mal me reprocher mes méthodes de toute façon.

« Eh… Aye, ça n’arrivera pas! Ais confiance! », me repris-je plus calmement.

«Et aussi, ne t’inquiète pas. Tu dis que tu ne te le pardonnerais pas s’il m’arrivait quelque chose. Moi, je te le pardonnerai, c’est mon choix….et je sais que c’est possible que ce soit une mort définitive, quoique selon ce que tu me dis de ton expérience jusqu’à présent, ça semble peu probable…Reste que… Je prendrai mes arrangements justes avant. De toute façon, ce n’est pas comme si j’avais beaucoup à perdre et je te signerai une décharge comme quoi tu n’es aucunement responsable et blablabla juste au cas où. Car, soyons francs, la direction va se débarrasser de mon corps avant que qui que ce soit ne vienne t’embêter ou les embêter. Dans ce cas, la lettre pourra toujours servir si un jour les plans du directeur sont affichés au grand jour. Et…si je meurs Hypnos à toujours la permission de m’utiliser pour poursuivre ce que nous avons débuté moi et lui et moi et toi…mais je t’en parlerai plus tard. Enfin, nous en avons déjà discuté. Alors ne t’en fais pas avec ça. »

Je marquai une pause en réfléchissant à ses dernières paroles concernant son manque de contrôle. Je toussotai un peu dû à la cigarette, mais poursuivis.

« Et c’est vrai que ne pas pouvoir le faire sur demande pourrait poser problème, mais c’est justement sur ce genre de chose qu’on travaillera. Aussi…si c’est t’énerver qu’il faille pour perdre contrôle, je veux bien tenter de trouver comment le provoquer. J’aurai largement le temps de trouver quelque chose si on commence après notre voyage.», lançais-je à la blague, quoique pas tellement…

Je levai le doigt brusquement en l’air, toussotai un peu plus encore, mais tentai de me reprendre comme une autre précision me revenant en tête.

« Erm…erm…Un autre truc qu’il faut savoir. Autant pour toi que Hadès. Il pourrait même être heureux de l’entendre. Tu auras possiblement la chance de rencontrer Hypnos et Hadès sous la forme de leur choix. Ils seront « libre » de leurs actions et pourra se voir également. Jusqu’à présent les divinités que j’ai vues semblent apprécier ce genre de moments. Hypnos et Njörd sont même devenus bon copains! En rêve, les divinités ont tendance à prendre la forme que leur subconscient veut bien leur donner, donc souvent leur propre forme réelle et parfois une forme adapter qu’ils connaissent bien. Je tenais à prévenir comme…ça peut être impressionnant ou effrayant par moment. C’est comme la fois où j’ai rencontré Héphaistos….ouf…la nervosité, j’te raconte pas! Après aucun d’entre eux ne peut te faire du mal physiquement alors, il n’y a rien à craindre. Il ne pourra que te parler et évoluer dans l’environnement du rêve. Hypnos neutralise les pouvoirs selon son bon vouloir en cas de besoin…après tout c’est du rêve, il fait ce qu’il veut. En gros…le seul truc dont il faut se méfier c’est l’impact de notre subconscient sur le rêve et surtout le propriétaire du rêve, toi ou moi c’est selon…ou encore si Hypnos…enfin….tu verras.»

Il était vrai que les petits "Power trip" d’Hypnos pourvaient être effrayants et même traumatisant. J’en savais quelque chose, mais je soupçonnais que la présence d’Aislinn atténuerait la chose tant qu’il n’était pas fâcher.

"Je serai doux, promis. Toi par contre! Tu as intérêt à bien te tenir. Pas d'écart de comportement, sinon je forcerai la fin de l'entrainement."


Vrai qu'il n'étais pas le seul à avoir ses tords, simplement les siens avaient toujours plus d'impacts que les miens...pour le moment disait-il. Je réfléchis un moment. J’allais définitivement devoir trouver mon petit livret qui contenait la liste des règles à respecter.

« Je vais tout préparer pour notre première séance au retour du voyage. Disons en début d’années scolaires? Nous n’aurons pas encore beaucoup de travaux et nous aurons profité d’un repos bien mérité après le voyage d’études en Égypte. Cela me donnera le temps de tout préparer. Je prévois voir l’une de mes amies aussi en Afrique alors j’ignore si je reviendrai immédiatement. À mon retour, il faudra déterminer dans quelle chambre nous faisons cela. Il faudra un moment tranquille sans colocataires. J’amènerai mes notes et nous pourrons en discuter plus amplement le temps venu. Après la séance on reparlera de ce que l’on fait pour ton pouvoir! Ça te convient? Tu as des questions sur le sujet?»

Je levai mon verre à l’intention d’Aislinn avant de prendre une bonne gorgée de mon verre de champagne. Après une telle discussion, il allait être difficile de revenir à un sujet plus léger, mais il nous restait encore amplement de nourritures et d’alcool pour nous aider au besoin. Hypnos, de son côté, pesait toujours les pour et les contres.

"Je suis mitigé. Rassurer de voir les précaution qu'elle prends, nerveux des risques et exciter à l'idée de rencontrer un comparse grec. Surtout Hadès. Voir un visage connu, sera rassurant malgré tout. Soyez tout de même prudent."

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1630
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Mer 2 Aoû - 21:44
Je fus un peu surprise par la réaction de Lawrence. A mon avis, il était un peu trop enthousiaste pour quelqu’un qui venait d’accepter de se faire tuer. Je me demandais encore si c’était vraiment la bonne solution, et s’il se rendait bien compte de ce qui était en jeu…

Je lui adressais tout de même un sourire, heureuse dans le fond de pouvoir l’aider. Après tout nous étions deux à y gagner.

Le jeune homme enchaina en m’assurant que si le pire venait à arriver il ne m’en voudrait pas. Que de plus il ferait tout le nécessaire pour que je ne sois pas impliquée dans les répercussions et autre. Il avait pensé à tout et cela ne m’étonnait pas vraiment venant de lui. Je l’imaginais bien avoir des plans A, B, et C, voir encore plus, pour toutes les situations qui pourrait lui arriver. C’était un jeune homme organisé et c’était une qualité que je lui enviais. J’étais moi-même incapable de savoir ce que j’allais faire le lendemain… Alors les préparatifs de ma potentielle mort…

Je m’étais perdue dans le flux de mes pensées alors que mon ami avait, semblait-il marqué une pause. Lui-même devait avoir une multitude de choses qui lui tournait en tête.
Il finit par reprendre la parole relevant, qu’effectivement, le fait que je ne puisse contrôler mes pouvoir était un problème. Mais apparemment, pour Lawrence chaque problème avait une solution. Il avoua être prêt à faire ce qu’il fallait pour les déclencher, même si cela impliquait de me mettre en rogne.

Il fut interrompu par une quinte de toux. Je lui envoyais un sourire amusé alors que je tentais de me l’imaginer en train d’essayer de me faire sortir de mes gonds. Cela pourrait être cocasse… Quoique… pour m’énerver il devrait aller toucher les cordes sensibles… pas sûr que ça me plaise.

Le rouquin continua son explication en mentionnant qu’il y avait encore une chose à savoir. Apparemment Hadès était tout autant concerné pour une fois. J’écoutais attentivement mon camarde alors qu’il expliquait que lorsque l’on se trouvait dans le monde des rêves nos divinités pouvaient nous apparaitre sous la forme qu’elles désiraient. Le tout étant sous le contrôle d’Hypnos ce qui me rassurait un peu j’avouais.
Mal me faisait de l’admettre mais être en face à face avec Hadès me rendait nerveuse rien qu’à l’idée.

*Au moins une bonne chose dans toute cette histoire saugrenue. Tu vas enfin connaitre à qui tu tiens tête si régulièrement.*


Il finit par dire qu’il allait faire tous les préparatifs pour que l’on soit fin prêt pour le début de l’année scolaire. Lawrence devrait renoncer à ses envies de devenir médecin et devenir planificateur d’évènement.

« Oh, là comme ça… je n’en ai pas. Enfin je crois. Mais si j’en ai-je sais ou te trouver. En plus, je pense qu’en Egypte on aura peut-être l’occasion d’en parler un peu plus. Je pense pas que ce sera un voyage très mouvementé. »

En mon sens, les pyramides et les dunes de sables n’avaient rien de rocambolesque.

Je levais mon verre en retour au verre qu’il me tendait. Je bu une énième gorgée avant de m’allonger dans le sable.

« Bon, après les problèmes familiaux et les problèmes de gestions de pouvoirs…. On parle de quoi ? »


Je lâchais un petit rire avant de tendre la main pour attraper une bouchée apéritive.

« Je veux pas dire… mais je commence à avoir faim… on attaque le plat de résistance ? »

Je me relevais sur les coudes pour observer Lawrence dont les cheveux brillaient de milles reflets grâce au soleil qui venait taper dessus. Il était vraiment mignon comme garçon, pour peu, j’aurai pu craquer pour lui. Mais je n’allais pas me mentir, il était bien trop gentil. Je ne ferai que lui briser le cœur.

« Et bien monsieur Doogood, ça m’a l’air succulent. »

Je m’exclamais alors que je venais d’ouvrir le panier pic nic où je découvris les mets qu’il avait préparé.











◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn : 993399 Hadès : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1194
Localisation : Dans le bain
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Ven 11 Aoû - 6:11
À ma grande surprise, Aislinn n’avait pas d’autres questions. Elle en aurait possiblement davantage plus tard, mais elle avait raison, passer à un autre sujet et à notre pique-nique ne nous ferait pas de tort. En y songeant, nos sujets n’avaient pas été bien joyeux jusqu’à présent. Je souris à sa proposition de manger et maintenant que je n’avais plus le stress de notre discussion, cela me semblait un excellent plan. J’ouvris donc le panier sortant le tout; bouché fromage et prosciutto, crudités, les sandwichs à la dinde tomates séchées bien garnies et coupées et mesurées en triangles bien égaux et placés symétriquement, des raisins rouges bien fermes et du fromage en cube en à côté, et enfin les bouchées de carrés divins au caramel!

« À la bouffe! Sers-toi!»
l’invitais-je joyeux de partager.

« Ce n’est pas grand-chose, mais ce devrait être mangeable. »


« Et bien, monsieur Doogood, ça m’a l’air succulent. »

Elle venait d’ouvrir le panier, sortant les éléments les plus intéressants. Le reste du repas se passa sans trop d’encombres, alors que nous discutions de tout et de rien pour refaire tomber la tension d’un peu plus tôt et celles des examens. Je finis couché sur le côté en mangeant, aussi à l’aise qu’un dieu grec dans un banquet. Cette idée m’amusait bien et Hypnos aussi en fait. Il était rare que nous eussions des activités sociales à peu près normales, et ce, sans avoir l’air trop ridicule. Au final je n’aurais jamais pensé m’entendre aussi bien avec Aislinn. Disons que comme déjà songé, elle aurait surement préféré côtoyer mon frère, mais ici, le monde familial et scolaire était si divisé que je pouvais vivre ma vie sans les voir se confronter et ça, c’était un repos bien mérité après plusieurs années dans l’ombre de mon frère. La perspective de prendre une photo avec mon amie que pour la lui mettre en plein visage était tentante, mais bon là j’aurais eu l’air ridicule non? Je n’avais que très peu d’images de moi et d’amis et parfois, la pression sociale et l’envie d’avoir une vie à peu près normale étaient tentantes, ne serait-ce que des souvenirs. Après tout, qui sait combien de temps cela allait durer. Peut-être même que l’un de nous deux ne survivrait pas ses études, voire l’année…voir la rentrée si l’on se fiait à notre discussion d’un peu plus tôt. Ce fut l’argument qui me décida à prendre cette fameuse photo. Je calai, puis déposai donc mon verre et m’assurai qu’Aislinn n’avait plus le sien, la surprenant sans doute.

« C’est pour une bonne cause. », me justifiai-je en lui retirant sa consommation.

Je me laissai donc tomber sur le dos contre la couverture, entrainant Aislinn avec moi et sortant mon téléphone de ma poche.

« Souris! »

-Clic-

Sans lui demander, j’avais pris la photographie en la regardant après d’un air légèrement contrit, mais amusé.

« Désolé…tu permets que je la conserve. Souvenir? »

Je lui montrai le résultat, espérant qu’elle me l’accorde, sans quoi je supprimerais l’image évidemment, mais l’image était jolie. Je n’étais définitivement pas photographe, mais l’ambiance était joyeuse, nous étions souriants et nous avions tout deux les joues légèrement rougies par nos sourires et probablement un peu l’alcool consommé de façon responsable pour une fois, mais tout de même. Pour une personne prise au « dépourvu », Aislinn était définitivement photogénique, peu importe son expression. Un véritable top-modèle. Dans mon cas, un peu moins comme le soleil faisait bien ressortir toute mes taches de rousseur et le roux de ma chevelure versus ma peau trop pâle digne d’un ermite. Malgré tout, l’ensemble brossait assez bien le portrait de cette journée entre amis plutôt agréable si l’on oubliait les premières conversations.

Cela me fit tout de même penser que j’allais pouvoir ajouter la photographie à la fiche de la demoiselle et également…faire la mienne. Si je décédais, je devais songer à léguer mes fiches. Je chassai ses pensées pour le moment, préférant profiter du moment. Ce goûter sur la plage, qui m’avait d’abord paru bien innocent comme événement, allait possiblement devenir un moment marquant de notre relation. Il marquait un premier échange sincère, une occasion spéciale pour moi et possiblement nos premiers pas comme collègues d’enquêtes immortaliennes si elle me laissait l’introduire à mes recherches.

HRP:
 

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1630
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER Mar 15 Aoû - 21:10
Nous mangeâmes tout en discutant de sujet plus léger. Je me régalais, dégustant avec délectation tout ce que mon ami avait amené. Il ne s’était pas fichu de moi, tout ce qui se trouvait ici était dément même si j’avais une toute, toute petite préférence pour ses bouchées au fromage… Même si tout était vraiment divin.
Je mangeais donc un peu plus que de raison… l’entrainement ce soir serait de mise.

Alors que j’avalais une nouvelle bouchée Lawrence s’approcha de moi avant de s’emparer de mon verre. Je lui lançais un regard surpris, avais-je bu autant que ça ? Mais il m’assura que c’était pour la bonne cause. Je continuais a l’observer, ne sachant pas vraiment à quoi m’attendre… Il finit par m’attirer en arrière alors qu’il sortait son téléphone.
Il m’ordonna se sourire et je m’exécutais en regardant l’objectif du petit appareil.

Je lâchais ensuite un petit rire lorsqu’il me demanda l’autorisation de gardé le cliché qu’il me montra directement. J’avais une tête potable et cela ferai un souvenir sympa de cette journée.

« A une seule condition, que tu me l’envoies ! »

Je lui envoyais un sourire, je placerai la photo dans l’un de mes albums. J’en avais plusieurs, de divers sujets de photographies. J’en avais pour les voyages, pour les concerts, avec mes amis… et même un, un unique pour la famille.

Nous finîmes cette journée dans la bonne humeur et je décidais de ne pas rentrer directement, préférant aller me promener dans Galway et voir si il y avait besoin d’aide pour la soirée dans mon bar habituel.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn : 993399 Hadès : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1194
Localisation : Dans le bain
Revenir en haut Aller en bas
Somewhere Over the Rainbow (Feat Lawrence) TERMINER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» III.06 Rainbow Games.[Terminer]
» Liquid Rainbow...♪ |libre|
» Daiklan Écuyer d'Émeraude(Terminer)
» je croyais que c'était terminer...
» Rainbow Quest

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: L'Exterieur :: ◄ Galway :: ► Plages-
Sauter vers: