AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Au moins on a pas crevé les roues (PV Alix Letal)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Périphérie - Monde :: ◄ Galway - Ouest :: ► Hôpital
MessageSujet: Au moins on a pas crevé les roues (PV Alix Letal) Jeu 6 Avr - 20:00
Oula ma tête… Je grogne alors que je sens le sang battre dans mes tempes à un rythme effréné. Je lève la main pour la poser sur mon front, dans l’optique idyllique que ça soulagerait la douleur, mais une douleur violent irradia mon membre alors que sentait des choses qui tirait dessus.
En grognant je luttais pour ouvrir mes paupières, il se passait quoi au juste ?

Une fois les yeux ouverts, à grande peine, je posais mon regard sur la pièce qui m’entourais faute de pouvoir la tourner, entravée par une minerve. Ça ressemblait à une chambre d’hôpital.

« Mmmpf »

Je tentais de me redresser mais j’abandonnais rapidement l’idée alors que ma vue se troublait sous les piques de douleurs qui envahissaient mon corps. Du coin de l’œil je distinguais un espace vide qui aurait parfaitement pu contenir un second lit.
Mais bordel il s’était passé quoi ?

*Vous avez eu un accident de moto, tu ne te rappelles pas ?*

*Non… Enfin un peu… si maintenant que tu le dis… *

En effet je me rappelais être allé en ville et avoir retrouvé Alix. Nous avions prévu de faire les magasins mais la pluie et le fait qu’ils soient fermé nous avait fait rebroussé chemin. Nous avions repris sa moto… Sa moto ! Elle m’avait laissé son casque alors qu’elle n’en portait plus ! Mon dieu ! J’espérais qu’elle allait bien.
Enfin bien c’était optimiste au vue de mon propre état….

Je fermais les yeux et eu un flash-back de notre chute. Je n’ai pas compris ce qui c’était passé mais d’une seconde à l’autre nous étions contre le sol, moi coincée sous la moto alors que nous glissions à pleine vitesse en direction d’un monstre de ferraille… et ensuite le néant.
Ouarf… ce n’était pas génial…

Je levais les yeux au plafond alors que j’essayais d’analysé d’où provenait mes douleurs. Bouger mon bras gauche était douloureux, ma tête me faisait elle aussi un mal de chien. La minerve n’augurait rien de fantastique pour mes cervicales et respirer m’était aussi relativement douloureux.
Cependant je ne me sentais pas mourante et j’imaginais que mes blessures étaient en partie superficielles.

Alors que j’étais perdue dans mes pensées, et probablement groggy par les médicaments je sursautais alors qu’un médecin se trouvait maintenant devant moi.

« Bien Mademoiselle O’Riley. Je vois que vous êtes éveillée. Vous êtes résistante vous savez ? »

Je ne pris pas la peine de répondre, ce n’était pas vraiment une question, plus une affirmation.
Il se pencha vers moi et fis passé une petite lampe devant mes yeux me demandant de la suivre du regard. Il hoche la tête d’un regard approbateur au moins un premier point positif.

« Vous rappelez vous ce qui vous est arrivé ? »


J’hochais la tête avant de tenter de prendre la parole. Ma mâchoire n’était pas douloureuse, parfait.

« Oui, en partie en tout cas. On était allé faire des achats en ville mais il pleuvait et en plus le magasin qui nous intéressait était fermé. Du coup Alix a proposé de rentrer. Elle m’a donné son casque et n’en a pas mis… »

Je marquais une pause avant de reprendre un peu plus paniquée.

« Et Alix ?! Elle est où ? Elle va bien ? J’aimerai savoir s’il vous plait ! »

« Alix, c’est donc son prénom. Elle n’avait aucun papier sur elle et de se fait nous ne pouvions pas contacter sa famille. La votre cependant est au courant. »


« J’en ai qui faire de ma famille. Alix est au pensionnat Immortalia avec moi, le directeur pourra vous donner les informations dont vous avez besoin. Mais je peux la voir ? Elle est où ? »

Je tentais de me relevais mais je ne réussis qu’à crier de douleur, je devais avoir une ou deux côtes cassées.

« Vous êtes actuellement dans l’unité privée de l’hôpital, votre amie est quant à elle dans une chambre standa.. »

« Faites la venir ici, il y a de la place, je payerai les frais supplémentaires. J’ai envie qu’elle soit là. »

C’était étrange cet élan de sincérité mais c’était la vérité, surement le coup sur la tête. Mais je me sentirai plus rassurée si elle était là.
Le médecin ne discuta pas, tant mieux pour lui je n’étais pas d’humeur pour ce genre de débat administratif.

« Mais elle va bien ? »


« Moins bien que vous mais ses jours ne sont pas comptés. »

Je soufflais en me réinstallant plus confortablement dans mon lit. Il faisait nuit dehors… je me demandais quand nous étions.

« Il est quelle heure ? On est toujours samedi ? »


« Oui et il est 20h45. »

« Merci… Et concernant mes blessures, quel est le verdict doc ? »


« Vous avec une côte fêlée et deux cassées. En plus vous avez une entorse du poignet, quelques hématomes superficiels et quelques brulures du premier degré à cause des flammes de la moto. La minerve n’était là qu’à titre préventif, vos cervicales ne sont pas atteinte. »

Bien. C’était moins grave que ce à quoi je m’y attendais. Je lui souris alors qu’il reprenait la parole.

« Je vais vous laisser vous reposer. SI vous avez besoin de quoi que ce soit appuyés sur le bouton d’alerte sur votre droite. Je vais faire en sorte que mademoiselle Alix vous rejoigne. »

« Merci monsieur. »


Je fermais ensuite les yeux en attendant que ma camarade me rejoigne, j’espérais sincèrement qu’elle n’était pas trop blessée.

*Tu ne me refais jamais ce genre de coup… j’aimerai rester en vie avec toi le plus longtemps possible… *

*Tu me manquerais aussi Hadès. *
*Je n’ai jamais dit ça et c’est quoi cette niaiserie ? Tu as du te cogner la tête plus fort que ce qu’ils ne pensent.*
*Probablement, mais c’est ce que je pense.*

Je souris alors qu’Hadès partait dans un monologue sur le détachement des sentiments envers ses possédés.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn s'exprime avec fougue en : 993399 Hadès cherche les problèmes en : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1381
Localisation : O'Connaire on the Docks
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au moins on a pas crevé les roues (PV Alix Letal) Ven 7 Avr - 4:11
°°°°

J’ai mal, qui me touche? J’ai si froid. Ma tête…
…..

BEP BEP BEP BEP BEP

Arg….

Je restais réveiller quelques secondes, la douleur me replongeait dans la sécurité du sommeil.  Il y a beaucoup de lumière et plusieurs personnes autour de moi.

….

Des bruits autour de moi me réveillait, ça et mon crâne.

Erf.

Respirer était une épreuve. Qu’est-ce que j’ai fait ? J’ai… J’ai fait quoi en dernier? Je me souviens plus… Pourquoi j’arrive pas à ouvrir les paupières? Aller je peux y arriver…

Après près de 3 minutes d’effort, mes paupières se décolèrent un légèrement me laissant une vue sur une pièce maculé blanche mise à part un rideau. J’avais un masque d’oxygène et je semblais être brancher sur plusieurs dizaines de fils. Je commençais à respirer de façon plus anxieuse ce qui fit crier la machine à côté de moi.

BEP BEP BEP BEP BEP BEP BEP BEP BEP BEP BEP BEP BEP BEP BEP BEP BEP BEP BEP BEP

J’entendais des gens poussés la porte. Mes yeux partirent en panique et je reperdis connaissance.

….

On me réveilla par un flash light dans la rétine. Merci. Ma mâchoire se contractait par cette agression.

- Ah, je vois que vous revenez à vous mademoiselle.


Je voulais parler, mais c’était trop pour le coup. Je me contentais de regarder autour. Je me sentais comme si on m’avait roulé sur le corps, à voir la taille de mes jambes, il y en avait une de briser. Je ne parlais même pas de comment mon ventre se sentait.

- Vous savez, vous avez eue de la chance, 5 minutes de plus sur le sol et on n’aurait peut-être pas réussit à vous ramener. Vous avez passé 5 heures sur la table pour arrêter les hémorragies internes. Votre cage thoracique était comprimée puisque vous avez absorber le choc suite à votre chute directement sur celle-ci. Vous avez 5 côtes de briser et nous pensons qu’il va falloir mettre un soutient de fer. Votre jambe droite est fractionnée en 2 et votre bras gauche est foulé…. Mademoiselle on a trouvé aucun papier sur vous. Pouvez-vous nous dire si vous vous souvenez votre nom et ce qui est arriver?

Ma mâchoire daignait s’entrouvrir et me fit un mal de chien. L’infirmière pesa sur un bouton et une dose de morphine me parcourue. Ah Thank god. Je me rendis compte que je portais un corset cervical. Rien ne sortit néanmoins de ma bouche et mes deux se refermèrent.



Alix, réveille-toi on te déplace….
Laisse-moi dormir Hel.



22h

J’ouvrais tranquillement mes lourdes paupières pour apercevoir une tête blonde. Enfin, blonde et rouge. Après l’avoir fixé un bon 5 minutes je compris. Oh, on a eu un accident… Aislinn était avec moi… Au moins elle ne semble pas si mal.

Par une idée débile je tentais de m’assoir et eu plus pour effet de me faire hurlé de douleur avant d’abandonner et de me rendre compte de mon état. Si moi je suis dans cet état…. OH MON DIEU MA MOTTO!

Prise au dépourvue, les larmes commencèrent à couler sur mes joues. Un million de pensées se combattait dans ma tête. Ils vont appeler mon père, ma bécane, Anny, ma gorge, ma jambe, envie de fumer, Aislinn, etc.

J’étais pour essayer de réveiller Aislinn quand quelqu’un entra dans la pièce. Je l’avais pas encore vue lui.

- Oh, je vois que vous êtes réveillé. Votre amie à tenue à ce que vous soyez transférer avec elle. Vous vous nommez Alix c’est bien ça?
- Ouais.
- Madame Alix, je sais que vous êtes fatiguée, mais nous allons avoir besoin que vous nous donniez votre identité complète pour contacté vos propres.
- Létal, personne à appeler.
- Mais mademoiselle….

Je fermais les yeux pour l’ignoré jusqu’à ce qu’il parte. Il avait maintenant assez d’informations. Je rouvrais les yeux ensuite pour regarder Aislinn.

- Hey… pss

Je regrettais déjà, le mal que ça m’avait fait de la Psssté.

- Aissslinn. Hey mon ange?



◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Et si l'enfer était sur terre ?
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 321
Localisation : cherche un toit, j'ai une fixation sur les toit
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au moins on a pas crevé les roues (PV Alix Letal) Lun 8 Mai - 21:13
Le temps passait de manière non mesurable dans la chambre. Je n’avais pas l’heure et il m’était donc impossible de savoir qu’elle heure nous étions.
J’avais les paupières lourdes, mon corps endoloris et sédaté me faisait bien comprendre que le repos était de mise.
Cependant, je voulais attendre qu’Alix arrive. Je voulais pouvoir m’assuré qu’elle allait bien. Après… Après je pourrais dormir.

C’était idiot je le savais bien. Car peu importait dans quel état se trouvait ma camarade je ne serai pas en mesure de faire quoi que ce soit… De plus, mes pouvoirs, si j’en avais eu la force, n’auraient pas été d’une grande aide.

Je soupirais, m’accordant cinq petites minutes les yeux fermés. La terre tournait autour de moi, sensation désagréable alors que je sombrais malgré moi dans un sommeil étrange. Je me retrouvais entrainer à l’intérieur d’un tourbillon de rêves se trouvant à la limite des cauchemars. Ils avaient mis la dose sur les analgésiques tout de même…

Des bruits au loin parvinrent à mes oreilles mais je n’arrivais cependant pas à ouvrir les yeux à nouveau. Je sentais mon corps engourdis… avaient-ils augmenté la dose de morphine ? Je soupirais entre mes lèvres cherchant l’énergie en moi pour voir quel était la source du remu ménage autour de moi.

Après quelques minutes de lutte je fini par trouver la force d’ouvrir les yeux en entendant une voix faible appeler mon prénom.

Je tournais la tête en direction de la voix découvrant au passage un second lit à mes côtés. Ils avaient enfin monté Alix dans la chambre.

Je voulu lui parler mais je restais silencieuse, pétrifiée par son état. J’étais prête à parier que je n’avais pas la gueule d’un vainqueur mais j’étais aussi prête à parier que je n’arrivais pas à la cheville de ma jolie motarde.
Elle avait des ecchymoses, des entailles, des bandages, du sang… c’était affreux !

Je sentis les larmes piquer mes yeux en continuant en l’observer. C’était en partie ma faute si elle était comme ça. Je m’en voulais et j’aurai tant voulu remonter le temps…. Au moins pour qu’elle mette son casque…

Dans un élan de folie je me relevais rapidement, dans le but impensable de la rejoindre. Je réussi à m’assoir mais je ne pus reprendre la suite de mon mouvement. La douleur était trop vive et je me rallongeais au ralentit en grognant dans ma barbe de douleur. Foutues côtes cassées.

« Heeey Alix ! La forme ? »

Je lui fis un sourire avant de reprendre.

« Désolée… c’était nul… »

Je tournais les yeux au plafond cherchant quelque chose de plus intelligent à dire dans mon esprit embrumé.

« Tu… tu te sens comment ? Ils t’ont dit quelque chose ? »

Je marquais une pause pour reprendre mon souffle. Mes côtes ne me permettaient pas de prendre de grandes inspirations… et mine de rien parler faisait un mal de chier. Je tâchais tout de même garder un air digne. Après tout je n’étais pas la plus a plaindre ce soir…

*En même temps c’était sa moto…*

*Ouais mais bon… tu as vu les conditions non ?*

Hadès repartit au fond de mon crâne au maugréant comme quoi j’étais têtue comme une mule.

« Tu… tu te souviens de quelques choses ? »


J’avais des souvenirs de l’accident mais tout me semblait flou tout de même… comme dans un rêve dont on peinerait à se rappeler au réveil.

« J’espère que ça ne te dérange pas que je t’aie fait monter ici. »

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn s'exprime avec fougue en : 993399 Hadès cherche les problèmes en : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1381
Localisation : O'Connaire on the Docks
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au moins on a pas crevé les roues (PV Alix Letal) Jeu 8 Juin - 15:43
°°°°


J’ai peu de regret dans ma vie, mais je crois en avoir un de plus. Ça et d’avoir appelé mon chien « fuzzbutt ». Qu’est-ce qui a bien pu aussi mal se passer pour qu’on se retrouve dans une telle situation? Ce n’était pourtant pas ma première sortie en moto sous la pluie. Faisait-il sombre? Brumeux? Le camion était-il dans un sens unique? J’avais perdu contact avec Aislynn quelques instants.

- Oh, bah, j’ai déjà fait du rodéo, alors… c’est comme du déjà,-vue. T’inquiètes! Hehe

J’ignorais les questions comme comment je vais, on s’en fou. Que je me sente mal ou bien ça ne change rien. Je pourrais souffrir comme un chien ou ne plus sentir ma stupide jambe que je serais encore ici. Allez, on relax ça sert a rien de se frustré.

Tu es coincé ici de toute façon jeune fille. Pour quelqu’un qui aime pas les hôpitaux, tu te débrouilles pas très bien pour les éviter. Ta une carte de fidélité?
Ho, Hel, tu peux pas te garder de tes commentaires à la con pour 48 h?


Je me tournais vers la jeune blessé et tenta de lui faire un sourire. Enfin, comme il presque impossible de se tourner avec le truc autour de mon cou, entre ça et une selle de cheval, au moins la bestiole peut donner des coups de tête. Merde!

- J’ai pas trop compris. Ils m’ont dit que j’avais quelques trucs de brisés. Rien de grave. Comme disait mon père… « Si tu passes moins de 6 h sur la table d’opération, ta vie n’était pas vraiment en danger. » Comme j’ai fait que 5 h, je suis en parfait état. Hehe.

Je contractais ma mâchoire, parler autant me foutait des poignards dans la nuque. J’aurais préféré me tirer une balle à l’instant même, mais si je faisais ça elle serait coincée avec une tonne de questions et c’était pas cool. C’est peut-être ma faute si on est ici…

Tu « crois » que c’est ta faute?
Bah, je me souviens pas! J’vais pas prendre le blâme illico!


Je fermais les yeux et cherchais du bout des doigts la gâchette à morphine. Après quelques secondes je commençais a grogné, putain elle est OÙ? Je m’éclaircissais la gorge.

- Aislynn, chérie, est-ce que je tu vois le bouton pour la morphine? Je vois pas grand-chose avec le truc dans mon cou…

Allez ma belle, aide-moi, sinon j’vais commencer à être moins agréable et ça va prendre une infirmière. Elles m’aiment jamais les vieilles boniches en plus. Elles me font toujours la morale. Elles sont drôles, si elles voulaient pas m’aider et tout, y’avait qu’a pas me faire entré de force a l’hosto aussi souvent!

En essayant de me replacer, je glissais un peu plus sur mon bras en compote. Bon, c’est le pincement qui était de trop. Je lâchais un hurlement tellement la douleur était vive.

- ARRRRRRG FOR FUCK SAKE, WHERE’S THE NURSE, I’M GONNA RIPPED HER HEAD OFF IF SHE DOESN’T GIVE ME MORPHINE ASAP!

J’avais des frissons de douleur. C’était insupportable. J’étais à moitié tombée sur le côté quand 2 infirmières arrivaient en courant dans la chambre. Oh, j’ai battu mon record de gueulage, normalement elles m’ignorent. Oh ouais, c’est vrai, pour une fois j’pas a l’étage du peuple. C’est presque tentant la prochaine fois de déclarer mon identité si je peux avoir ce genre de traitement. Pendant que je leur gueulais dessus, elles me foutirent un masque sur la gueule, un petit gaz me calma, elles me replacèrent et m’attachèrent en place. Sympathique. Elles veulent que j’aille où de toute façon avec se qui reste de mon corps?

Alix, j’ai pas trop compris, elles sont là pour t’aider ou pour te faire sacrifier durant leurs prochaines fêtes païennes?
Je suis pas sûre non plus…

Après quelques minutes, elles fichurent le camp, j’étais attachée comme un boudin, elles avaient eux la d’écense de m’enlever le masque et j’avais le bouton a morphine directe dans la main. LA ON PARLE D’UN SERVICE DIGNE DE NOS TAXES! Oh, je paye des taxes ici? Je sais plus. J’arrivais à respirer un peu plus clairement.

- Hehe, désoler. J’ai eu une crampe… Tu sais dans celle en 2 morceaux? J’arrivais pas à savoir quels bouts avec la crampe.


Ton humour de malade, c’est pas trop bon, j’abandonnerai, moi. Elle t’a posé une question, tu sais.
Ah ouais? J’ai oublié. Laquelle?
Si tu souvenais de l’accident et si ça te dérangeait d’avoir changer d’étage.
Oh.

Je me creusais la tête quelques secondes, j’avais pas grand motivation de me rappeler le carnage.

- Je, je me souviens de pas grand-chose… C’est peut-être mieux, j’en rêverais pas… hm, et c’est gentil, m’avoir fait venir.

Tu parles, quand tu t’es réveillé en bas, tu te souvenais même plus pourquoi t’étais ici, pour toi c’était comme n’importe quel autre réveil ici.
Oh ça va, les reproches! Qu’est-ce que j’y peux, moi? Ta vue l’état dmon cerveau? J’arrive pas à me souvenir du nom dma coloc » non plus. Je me souviens pas souvent où je suis! Tu sais ça!
Tu pourrais lui demander comment ELLE va. Tu sais, elle est ici un peu à cause de toi. C’était toi qui conduisais.


- Alors… comment tu vas?.... Ils t’ont fait un super brushing, tu devrais demander un refund. Désoler, jsuis pas très bonne pour réconforter les gens…

Je fermais les yeux en attendant qu’elle me dise d’aller me faire foutre et qu’elle mengeule. Je savais bien que ça s’en venait. C’était pas la première fois. Ils vont avoir faire une prise de sang… Merde… Je me souviens même pas si j’avais pris quelques choses… 'tain ma licence… Je l’avais pas anyway…

Je commençais a rigoler pour rien, un rire nerveux qui finissait en sanglot. Après une petite minute de ça j’avalais tout ça et reniflait. Dans quelle merde je me suis foutue? Comment je vais faire pour garder ça en dehors de la presse? Je vais penser à ça demain.

- Sorry for that, I’m a bit tired I think.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Et si l'enfer était sur terre ?
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 321
Localisation : cherche un toit, j'ai une fixation sur les toit
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au moins on a pas crevé les roues (PV Alix Letal) Jeu 22 Juin - 21:27
Alix avait tout de même l’air de souffrir plus que moi. Je n’étais pas dupe alors qu’elle tentait de prendre un air détacher pour répondre à mes questions.

De son point de vue, son état n’était pas si grave que ça. Elle affirmait que lorsqu’on passait moins de 6h au bloc c’était pas si gave que ça. J’avais envie de lui expliquer mon avis sur la question mais quelque chose me disait que ce n’était pas forcément le moment pour. En effet, la douleur et les opiacés ne faisaient pas toujours bon mélange avec la contrariété.

Je fonçais tout de même les sourcils, tirant sur mes points de sutures, lorsqu’elle ne sut me répondre sur son état en général, ne sachant apparemment pas elle-même ce qu’elle avait.

Un moment de silence passa puis je l’entendis à nouveau s’agiter dans son lit. Elle me demanda d’une voix un peu plus tendue si je pouvais voir où se trouvait le bouton lui permettant d’avoir ses doses de morphine. Malheureusement pour elle, je n’étais pas assez mobile pour l’apercevoir.
Je n’eus cependant pas le temps de lui répondre. En effet, elle s’était mise à hurler, me faisant sursauté au passage. La douleur avait l’air d’être telle qu’elle jurait et hurlait comme si elle allait mourir d’une minute à l’autre.

Je cherchais de la main le boutons d’appel pour les infirmières. Il fallait qu’elles lui viennent en aide.
Je ne sais pas si c’était mon appel, ou les cris d’Alix mais les dames en blanc apparurent quelques secondes plus tard. Accourant pour soulager mon amie.
J’étais tout de même surprise de les voir sangler la motarde aux montants du lit. Ce n’était pas comme si elle était dangereuse…

*Elle a failli te tuer… de mon point de vue elle l’est.*


Hadès était emplis d’animosité, c’était étranger de sa part d’ailleurs.

- Hehe, désoler. J’ai eu une crampe… Tu sais dans celle en 2 morceaux? J’arrivais pas à savoir quels bouts avec la crampe.

Je lâchais malgré moi un rire léger. Ça devait être due à la fatigue mais je trouvais son trait d’humour particulièrement cocasse.
Elle enchaina ensuite sur le fait, qu’à l’identique de moi elle ne se souvenait pas vraiment de l’accident. Ça ne m’étonnait pas réellement, avec le choc qu’on avait vécu…

Elle marqua une pause. Une longue pause. Je cru même qu’elle s’était endormie. Elle en avait besoin j’imagine.

- Alors… comment tu vas?.... Ils t’ont fait un super brushing, tu devrais demander un refund. Désoler, jsuis pas très bonne pour réconforter les gens…


Je ris tout en pensant que je n’avais même pas essayé de savoir à quoi je ressemblais. C’était peut-être mieux d’ailleurs. Rien que voir mon nez cassé en Egypte m’avais fait mal à l’égo alors si j’ai la tête totalement difforme…

Alix s’était en autre excusée, prenant probablement mon silence pour du mécontentement.

« Oh ne t’en fais pas ! Un peu d’humour ne peut pas faire de mal, si ? Enfin mes côtes son sensible alors attention aux fous rires non plus hein… Sinon ça va, j’ai connu mieux mais je dirai que mon mal de tête est comparable à certaines de mes gueules de bois mythiques. »

Je marquais une pause en observant le plafond. Nos sujets de discussions étaient tout de même limités et je ne voulais pas trop la déranger.

« Tu veux que je te laisse dormir ? »


HRP:
 



◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Aislinn s'exprime avec fougue en : 993399 Hadès cherche les problèmes en : 9933ff
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1381
Localisation : O'Connaire on the Docks
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au moins on a pas crevé les roues (PV Alix Letal)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Au moins on a pas crevé les roues (PV Alix Letal)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Interdit aux moins de 18 ans
» Réglage du PC pour consommer moins
» Dagon Nysrock, démon, du moins pour le moment...
» Il est bon de lire entre les lignes, cela fatigue moins les yeux [PV Alh]
» Deux roses enlacées [ Déconseillé aux moins de 16 ans ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Périphérie - Monde :: ◄ Galway - Ouest :: ► Hôpital-
Sauter vers: