AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE [Gyula & Laureleï]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Pensionnat :: ◄ Premier étage :: ► La bibliothèque
MessageSujet: HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE [Gyula & Laureleï] Jeu 10 Aoû - 3:07

HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE
Cela fait quelques jours Njörd a pris possession de moi. Ce n’est pas ce que je qualifierai d’une cohabitation amicale, mais ce n’est pas non plus la guerre ouverte. Je dois admettre qu’il est assez conciliant avec moi.

*Je suis conciliant avec ta tête de pioche, ça tu peux le dire ! Mais il va quand même falloir que tu t’entraines pour maitriser tes pouvoirs, avant de créer un incident.*

*J’ai bien d’autres choses à faire !*


*Pffff  comme danser ?! Au lieu d’aller nager... Tu devrais vraiment aller au port, l’air marin aère les poumons et libère l’esprit.*

*Et ma main dans ta tronche ?!
T’as de la chance de ne pas être en « dur »
sinon tu peux être sûr que
tu aurais mon empreinte sur la joue.
IL EST HORS DE QUESTION
QUE JE M’APPROCHE DU PORT !*


Enfin bref ! Nous avons cette conversation 3 à 4 fois par jour et il m’use ! Mis à part sa lubie pour l’eau et son côté écolo, il est assez sympathique. Il me raconte ses aventures quand il était tout puissant. Il m’apprend avoir deux enfants, dont un, il en est sûr, a pris possession d’un étudiant de cette école. Apparemment pas au lycée, ni une fille présente pendant les vacances scolaires, puisqu’il ne l’a pas trouvé. Bon je ne lui « facilite pas la vie », selon lui, puisque je ne parle à personne. J’évite les endroits plein de monde, comme le parc ou la salle commune.
Et puis qui me dit que tout ce qu’il me raconte est vrai ?

On n’est jamais mieux servi que par soi-même ? Je suis assez d’accord. Je décide donc d’aller faire mes propres recherches. J’aime bien les mythes et légendes. J’en connais pas mal mais très très peu sur la culture nordique. Hormis l’origine de mon prénom, je n’ai jamais trop voulu savoir. Tout ce qui touche à mes origines allemandes me rebutent. Pour ce que ma mère s’intéresse à moi, je ne vois pas pourquoi je m’intéresserai à elle et sa culture.

Donc me voilà depuis 15 minutes dans la bibliothèque de l’école à farfouiller dans les rayonnages sur les mythes nordique. C’est qu’il y en a des bouquins sur le sujet ! J’en ai trouvé quelques-uns d’intéressant sur la culture générale. Mais je cherche l’étale où se trouve les livres spécifiques sur les grands dieux nordiques et notamment Nono.

*Njörd, je m’appelle Njörd ! Je suis un dieu, on ne donne pas de surnom ridicule à un grand dieu comme moi.*

* Pour le moment, tu es un « grand dieu »
enfermé dans mon corps, surtout ma tête.
Et ton nom est imprononçable !
Alors je m’adapte. Et j’aime bien Nono.
Ça fait tout mignon-adorable,
pas vieux papi loup de mer.
Tu devrais être flatté !*


Je repère alors l’étale tant recherché. Mais bien sûr il se trouve au rayonnage le plus haut. Et ce n’est pas avec mon mètre soixante que je peux atteindre les livres qui m’intéressent sans tout faire tomber. Je peste.

- Bordel de merde ! Ces dieux nordiques ne prennent possession que de grands échalas ?
*Ne soit pas désobligeante. Et puis si tu me faisais un peu confiance en croyant ce que je te raconte ?*

J’ignore mon envahisseur. Il sait pertinemment que je ne fais confiance à personne, dans ma tête ou pas !
Je dois avoir l’air débile. Je saute comme une grenouille, mais ma souplesse et grace de danseuse, ne me font pas gagner assez de centimètres pour saisir les livres que je veux. Heureusement d’ailleurs que j’ai mis un short aujourd’hui. J’aurais trop été gênée de devoir sauter en tenant ma jupe pour éviter de montrer…
Enfin bon, revenons à ces livres. J’en ai repéré un énorme sur les relations entre les dieux et leur histoire. Et il y en a un autre… moins énorme mais quand même imposant, sur le dieu de la mer, ça doit donc être au sujet de Njörd.
Oh je pourrais tout faire tomber. Mais bon, je m’abstiens. Non pas que je respecte les règles du genre « éviter de faire du boucan dans la bibliothèque ». Je n’en ai rien à foutre des autres et des règles. Mais je respecte les livres. Ils n’y sont pour rien et j’aime les livres. Alors je continue à sauter comme une idiote en essayant d’attraper ce gros livre sans l’abimer.

- Rhaaaa ! Viens à moi ! S’il te plait !

Voilà que je supplie un livre. Quel spectacle navrant !!
Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

- Laureleï parle en #cc0066
*Njörd ou Nono parle en #357AB7*
*Laureleï réponds dans sa tête à Njörd en #cc0066*


FICHE DE PRESENTATION
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 281
Localisation : en train de danser quelque part sinon chambre 110
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE [Gyula & Laureleï] Ven 1 Sep - 12:06
Hasard d'une rencontre "glaciale" au détour d'un rayonnage - ft. Laureleï Donnely
C’était plus ou moins les vacances d’été et pourtant il fallait encore que Gyula étudie. Il souhaitait se mettre à jour dans ses lectures pour ses cours à la rentrée mais aussi et surtout prendre la peine de retravailler ses connaissances sur les mythologies nordiques ainsi que sur le vieux norrois. Il les pratiquait tous les jours avec Freyr mais un peu de théorie ne ferait pas de mal. Il se rendit donc à la bibliothèque afin de trouver des bons livres – il en avait déjà repéré quelques-uns lors de ses précédentes visites, mais il ne prenait pas le temps de retourner dans ce lieu de savoir.
Peu de personnes semblaient avoir décidé de faire de même et tant mieux : au moins il serait tranquille. Certains étudiants – ceux qui n’avaient pas le nez plongé dans leurs bouquins ou dans leur ordi – le dévisagèrent comme choqué de le voir. Il fallait dire que depuis peu il s’était coloré les cheveux en turquoise vert foncé et qu’il avait décidé de mettre ses lentilles jaunes. Vêtu de son sweat violet, de son jean gris foncé et de ses rangers, il longeait la bibliothèque jusqu’à arriver dans la partie « mythologie nordique ». Il posa son sac violet sur une chaise et s’installa à une table. Il sortit un livre et commença sa lecture : Den Lille Havfrue (La Petite Sirène) d’Andersen. Dès les premières pages il se mit à soupirer. Son professeur lui avait demandé de le lire en danois pour comparer avec la version anglaise que les autres devaient lire, c’était souvent ce qu’on lui demandait de faire car il avait le « malheur » de venir d’un pays nordique et de pouvoir, grâce à cela, comprendre le suédois et le danois (au moins à l’écrit). Ses enseignants en profitaient beaucoup pour le faire lire et lui qui n’aimait pas ça de base, le détestait à présent. Toutefois, ce n’était pas la seule raison qui le faisait soupirer. S’il n’y avait eu que ça, il n’aurait sans aucun doute eu besoin de retenir son agacement. A chaque mot, chaque phrase qu’il lisait, Freyr intervenait et lui posait des questions concernant cette langue qui descendait de la sienne et qui était parente de celle de son hôte. Au début, le Norvégien avait volontiers accepté de lui expliquer ce qu’il pouvait expliquer ou en tout cas traduire mais au bout de la dix-septième question, il en avait ras-le-bol et il était loin d’avoir fini le livre, même qu’il venait à peine de le commencer. Il demanda au dieu nordique de bien vouloir arrêter ses commentaires pour pouvoir se concentrer sur le texte mais Yngvi-Freyr n’était pas de cet avis.

« Va donc lire un livre sur moi. Je suis curieux de savoir ce que les « chercheurs » ont trouvé à mon sujet ~
- Freyr…. J’veux bosser mes cours… J’ai pas l’choix si j’veux pouvoir aller au club ! Et j’t’ai dit avant d’venir ici qu’j’allais lire des livres pour t’montrer ! Laisse-moi lire ! Au moins pendant 30 minutes ! C’tout c’que j’demande pour l’moment, ok ?
- Mais sais-tu à quel point il est ennuyant de ne rien pouvoir faire et de ne pas pouvoir dire quoique ce soit ?
- … J’en doute pas mais j’en ai vraiment b’soin ! Alors j’sais pas, réfléchis à un plan pour trouver Freyja ou en tout cas réfléchis à quelqu’chose d’utile pour plus tard, ok ?
- Tu refuses à chaque fois mes idées, ce n’est pas très motivant, mais soit… Après tout, je n’ai pas le choix.

Après un long soupir de soulagement, Gyula reprit sa lecture là où elle en était. Il tentait de prendre des notes, fit quelques recherches sur son portable pour comprendre le sens de certains mots.
Le temps passait, les pages se tournèrent et une vingtaine de minutes plus tard, avant l’heure désignée, l’étudiant posa sa tête sur la table. Il en avait déjà marre de lire. Quelle idée de faire une licence en littérature quand on aime pas lire ! Il avait imaginé que ce serait « trop » facile étant donné qu’il avait étudié les œuvres majeures norvégiennes tout le long de sa scolarité avant l’université mais il avait eu tort et il le regrettait actuellement. Au moins, on ne lui demandait pas de lire en anglais, mais pour écrire des analyses de textes et des fiches de lecture… C’était une catastrophe ! Il se redressa et s’étira en poussant un petit gémissement. Il passa ses mains dans ses cheveux, dégageant son visage de mèches ondulées rebelles et dévoila ses nombreux piercings noirs. Car oui, aujourd’hui il avait choisi cette couleur pour ses bijoux. Il se leva et alla errer dans les allées de la bibliothèque universitaire.
C’est ainsi qu’il tomba nez à nez avec une sorte de grenouille bizarre. Il se retint de rire en voyant la petite sauter comme elle pouvait pour attraper un livre. Il garda une certaine distance en l’observant faire et fronça les sourcils en l’entendant parler.

- Bordel de merde ! Ces dieux nordiques ne prennent possession que de grands échalas ?

Elle est conne ou quoi ?! Il s’approcha et l’entendit parler… Au livre ? Elle était vraiment bizarre. Il posa son regard sur les étagères, cherchant du regard quel livre elle voulait prendre, arrivé à sa hauteur, il l’attrapa et lu la couverture. … Un livre sur les dieux nordiques…

- Oh ~ très intéressant ! Je me demande quel camarade peu posséder une demoiselle comme elle ~
- Vu comme elle est pas discrète j’hésite entre Loki et Thor.

Il ricana intérieurement bien que son dieu s’énerva un peu, ne souhaitant pas avoir affaire au dieu malin. Le jeune adulte donna une petite tape sur la tête de la blonde avec le livre avant de le lui tendre et de murmurer froidement :

- T’as d’la chance qu’cette partie d’la bibliothèque soit spécialisée, y a presqu’ qu’les M qui viennent. La prochaine fois, boucle-la s’tu veux pas avoir d’ennuis.

Il la regarda droit dans les yeux et sentit un malaise. Ou plutôt, il ressentit ce que son dieu ressentait. Il connaissait cette vague sensation indescriptible, il l’avait déjà ressentie avec Amy, mais pas de façon aussi intense.

- Freyja ?
- Freyja ? T’penses qu’c’est elle ?
- Je ne vois pas qui cela pourrait être autrement qu’elle… »

Gyula savait où il voulait en venir. Lawrence, le roux tape-à-l’œil qu’il avait rencontré lors de la St Valentin lui avait annoncé le décès de son ami, celui qui était possédé par Njörd. Même qu’un de ses colocataires, Ethan, le lui avait confirmé en lui annonçant que sa nouvelle couche était celle de ce même gars. Où était Njörd actuellement ? Etait-il… Mort ? Cette pensée ne paraissait pas improbable aux yeux du Norvégien qui était perdu dans ses réflexions, après tout, contrairement à beaucoup de mythologies, dans les croyances vikings les dieux n’étaient pas immortels… Malgré la peine que ressentait Freyr – et qui se diffusait dans le corps de l’humain – la douce sensation qui émanait de la petite blonde le réconfortait, davantage même que celle qu’il avait ressentie avec Amy et qui était beaucoup moins imposante.
Il hésitait toutefois à se présenter et tendre la main, trop perturbé par cette rencontre inattendue qu’il espérait pouvoir faire durer, au moins jusqu’au moment où il saurait quelle divinité avait cette fille.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Gyula vous insulte en #8A0886  

Cadeaux:
 
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 705
Localisation : Loin de la foule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE [Gyula & Laureleï] Ven 1 Sep - 19:17

HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE


Alors que je saute en pestant pour attraper ce satané livre, un grand maigrichon aux cheveux verts me prend livre sous le nez. Je lui lance direct un regard noir.
Han ! Il vient de me taper sur la tête avec ! Je m’énerve.

- Hey !

Mais il me tend mon livre. Je suis surprise mais le saisi rapidement. Il me fixe et d’une voix clairement peu engageante tellement elle est glaciale il me remet direct à ma place.

* Bon dieu ! J’ai vraiment parlé tout haut ?*

*Arrête de jurer sur les dieux ! Et oui je crois que tu as du le dire tout haut. Pas très maline en fait !*
*Rha ça va Nono ! *


Je grimace et baisse les yeux. Je ne peux qu’acquiescer à ma bêtise.

- Désolée, j’ai du mal à m’y faire. Ça ne fait que quelques jours !

Mais mon énergie reprend vite le dessus. Je le refixe rapidement et intensément.

- Mais donc t’es un M aussi ?

C’est bizarre, j’ai une drôle de sensation. Comme une sensation de… repères ? Comme si nous étions connectés par quelque chose. Et Njörd me confirme cette impression.

*Il y a quelques chose dans le regard de ce grand maigrichon. Je n’ose espérer ! Demande lui s’il ne serait pas un de mes enfants.*

Je fais la moue, croise les bras collant mon livre sur ma poitrine. En fait, le vieux papi des mers est parfois aussi peu diplomate que moi. Je ne sais même pas qui est ce gars. Et cette allure… comment peut-on envisager de teindre ses cheveux ainsi ?

*Arrête Leï. On sait très bien tous les deux que tu le trouves mignon malgré tout !*
*Et alors ?!
Je ne vais pas pour
autant faire ami-ami.*

*Tu peux au moins le remercier pour le livre !*

Il m’énerve quand il a raison. Je balbutie tellement j’ai du mal à contenir mon énergie. Finalement si j’avais continué à sauter pour attraper ce foutu livre, j’aurai continué à me dépenser et ne serais pas en mode « cocotte minute ».

- Pardon ! Je suis mal polie. Je te remercie pour le livre et l’avertissement.

Bon ma tête de folle furieuse n’est pas plus engageante. J’essaie de sourire mais ça doit ressembler à une grimace plus qu’à un visage agréable.

*Bien ! Vas-y demande-lui qui le possède.*

Je révulse le regard d’énervement et soupire.

*Lâche-moi Nono
où je laisse couler
le robinet 10 minutes pour rien !*


*Mais qu’est-ce que je regrette Alistaire ! Qu’ai-je fais pour tomber sur une chieuse qui n’en fait qu’à sa tête, déteste l’eau et sautille tout le temps ?*



Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

- Laureleï parle en #cc0066
*Njörd ou Nono parle en #357AB7*
*Laureleï réponds dans sa tête à Njörd en #cc0066*


FICHE DE PRESENTATION
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 281
Localisation : en train de danser quelque part sinon chambre 110
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE [Gyula & Laureleï] Jeu 7 Sep - 10:28
Hasard d'une rencontre "glaciale" au détour d'un rayonnage - ft. Laureleï Donnely
La petite blonde semblait mécontente de la réaction de Gyula, mais cela lui importait peu, il devait lui faire comprendre les risques qu’elle prenait en parlant aussi facilement de ce genre de choses. Un peu comme pour toutes les mises en garde qu’on lui avait faites depuis son arrivée à Immortalia. C’était assez effrayant au début, mais il s’y était fait et remerciait, depuis, toutes les personnes qui lui avaient sous-entendu ou non les risques d’une « maladresse ». Au moins, ça lui avait permis de se tenir à carreau et de faire le point avec Freyr pour éviter de se retrouver dans ce genre de situations, bien que des fois, il est vrai, il lui arrivait encore de faire des commentaires à vive voix. Il ne la quittait pas du regard, trop intrigué par cette forte sensation qu’il reconnaissait et appréciait, tandis qu’elle s’excusa, expliquant que sa possession était toute récente. La pauvre… C’que l’début d’son calvaire…

« Comme c’est touchant de te sentir plein de compassion !
- Merci d’l’ironie…
- Ce n’en était pas ! Mais si tu insistes…

Il lâcha un ricanement, décidément, il était trop enjoué. Le Norvégien arqua un sourcil en écoutant la fille lui demander s’il était un M. Il lâcha un soupir d’agacement avant de regarder autour de lui puis de poser son regard sur celui de la blonde.

- Oui, j’suis un M. Et à mon avis, tu d'vrais parler moins fort.

Se montrer plus sympathique ? Non, il n’en avait pas la motivation. Pourtant, il en avait un peu envie quand même si ça pouvait lui permettre d’en apprendre plus sur la divinité qui la possédait. Freyja… Etait-ce vraiment elle ? Si seulement ! Ses recherches prendraient fin ! Il fourra ses mains dans ses poches et remarqua la moue de la fille, sa possible déesse devait lui faire des remarques qu’elle désapprouvait peut-être. Il se demanda pendant un instant quel genre de divinité était Freyja. Il avait beaucoup lu à son sujet et son dieu lui en avait beaucoup parlé aussi, mais il voulait une idée concrète car il savait que les chercheurs ne savaient pas tout à son sujet et que le Vane était beaucoup trop subjectif quand il s’agissait de sa jumelle.
La grimace qu’elle faisait ne passa pas inaperçue, qu’est-ce qu’elle essayait de faire ? C’était un peu en opposition à son remerciement... Une idée vint à l’esprit de l’étudiant, il n’était pas impossible que Freyja soit exactement comme Freyr et qu’elle ait des pulsions sadiques – ou en tout cas c’est ce qu’il avait cru jusqu’au jour de son anniversaire, jour durant lequel le dieu solaire lui avait avoué n’être en rien la cause de ses maux de tête. Il posa alors sa main sur la chevelure blonde de l’élève se disant qu’il aurait peut-être apprécié le geste si on lui avait fait lorsqu’il avait mal à la tête. La sensation procurée par le contact était vraiment importante et il ne put s’empêcher de retirer rapidement sa main, trop perturbé par ce surplus de sensations bienfaisantes. Il sentit une chaleur imposante envahir son corps, décidément, sa divinité était beaucoup trop enjouée…

- Calme-toi, Freyr… J’peux pas m’concentrer s’tu continues…
- Mais ne comprends-tu pas ? Nous avons ma douce sœur en face de nous !

L’humain lâcha un soupir. Yngvi-Freyr avait bien le droit d’être content, mais il pouvait au moins penser un peu à son hôte ! Ce dernier finit par sortir de son silence et arquer un sourcil, avant de se pencher un peu pour être à la hauteur de la fille, il observa le bleu de ses yeux avant de finalement murmurer :

- Dis, tu s'rais pas possédée par la déesse Freyja ? »

Il prononça son nom avec son accent norvégien bien accentué, ayant clairement la flemme de le prononcer à la norroise ou à l’anglaise, comme il l’avait fait avec Amy.


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Gyula vous insulte en #8A0886  

Cadeaux:
 
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 705
Localisation : Loin de la foule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE [Gyula & Laureleï] Jeu 7 Sep - 18:09


HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE


Je vois bien qu’il est mécontent de mes maladresses. Je me mord les lèvres. Il faut que j’arrive à réfléchir avant de parler tout haut !

*En voilà une bonne idée !*
*Garde ton cinisme !
Tu crois que c’est facile !
J’ai l’impression d’être skizo
et de détester ma seconde personnalité…*


Bon je ne le déteste pas vraiment. Mais ça fait du bien de cracher mon venin, surtout avec sa manière de me prendre de haut là. Et puis de toute façon il ressent mes émotions, donc il sait bien que je ne suis pas du genre à détester… hormis mes ex-amis.

Le grand Kermit La Grenouille semble bizarre. Il est contrarié mais on dirait qu’il se moque. Je ne sais pas. Il a une tête bizarre. Oui, bon je crois que je viens de lui faire une palanquée de têtes bizarres aussi. J’essaye de contenir mon énervement. C’est Nono qui en est la cause première. Je vais éviter de me faire un ennemi de ce grand glaçon dès les premiers jours dans cette école.
Je ne sais pas ce qui lui prend mais voilà qu’il pose sa main sur ma tête. Genre je suis un « bon toutou » ? Je te le fusille du regard, bien comme il faut.

Ah !! Mais c’est quoi cette chaleur !
*Sûr et certain qu’il est possédé par un dieu à fort lien avec moi !*
*Bah voyons !
Super encourageant tout cela !*

*allez vas-y demande lui quel est son dieu ! C’est peut-être ma fille, ou mon fiston*

Le garçon retire vite sa main, et heureusement. C’est vraiment perturbant cette sensation. En plus, le mec me fixe comme si j’étais un sujet d’étude. Je n’aime pas ça.

Ouh là ! J’ai un mouvement de recul quand il se penche vers moi le visage peu engageant. Mais je suis coincée entre lui et l’étagère. Ça question me souffle !

*Oh ! Ça doit être Freyr ! Dis-lui que c’est moi ! Dis-lui !*

Un dieu qui vous hurle dans la tête… ça vous donne une migraine incroyable. Je me prends la tête dans les mains pour calmer la douleur, en la secouant pour accompagner ma réponse. Je chuchote cette fois, mais plus à cause de la douleur que par précautions.

- Non. Njörd. C’est Njörd…

J’en ai les larmes aux yeux tellement la douleur est violente.

*Pardon, petite. Je ne voulais pas t’infliger ça. Mais je suis tellement content.
*J’ai bien compris. Mais arrête d’hurler !*


Je continue à me masser les tempes mais relève mon regard humide vers le grand Kermit.

- Et toi ? Freyr ? C’est ça ?

Accessoirement je préfère qu’on échange nos propres prénoms plutôt que ceux de nos dieux. C’est quand même étrange comme conversation. Rien de commun.

Codage par Libella sur Graphiorum


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

- Laureleï parle en #cc0066
*Njörd ou Nono parle en #357AB7*
*Laureleï réponds dans sa tête à Njörd en #cc0066*


FICHE DE PRESENTATION
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 281
Localisation : en train de danser quelque part sinon chambre 110
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE [Gyula & Laureleï] Sam 16 Sep - 9:00
Hasard d'une rencontre "glaciale" au détour d'un rayonnage - ft. Laureleï Donnely
Il avait probablement eu tort de caresser sa tête ou il s’y était mal pris, il ne savait pas trop, mais en tout cas, la petite blonde était mécontente au vu du regard noir qu’elle lui lançait. Elle était peut-être petite, un peu ridicule et surtout maladroite, mais au moins elle savait se faire comprendre avec son regard. C’était une bonne chose que Gyula appréciait, ça évitait les conversations inutiles. La sensation provoquée par le lien entre leurs divinités, mélangée à la joie extrême de Freyr étouffaient le Norvégien mais cela ne l’empêcha pas de garder une expression plutôt neutre. Heureusement qu’il avait pris l’habitude de se contenir, quoiqu’il dût encore travailler ça. Il l’observa droit dans les yeux enviant pendant un court instant la couleur de ses yeux. Il lui demanda donc si elle était possédée par Freyja, fût surpris par sa réaction et déçut par son hochement de tête négatif. Sa divinité – qui n’était donc pas Freyja – semblait la faire souffrir. Il ne savait pas comment réagir pendant ce genre de situation, il n’avait rien pour la soulager et il ne pouvait pas partager un peu de la chaleur de Freyr. Que faire ? Ses réflexions et questionnements s’arrêtèrent net quand elle prononça le nom de son dieu. Il se figea et Freyr semblait faire de même car il ne dit plus rien, ne laissait plus de sentiments passer dans le corps de son hôte. Avait-elle bien dit « Njörd » ? Etait-ce un canular ? Il déglutit lorsqu’elle lui demanda s’il était possédé par Freyr et s’écarta d’un pas sans la quitter du regard. Il regarda autour d’eux comme à la recherche de quelqu’un ou de quelque chose, peut-être d’une caméra cachée. Etait-ce un rêve ? Il se pinça le poignet et grimaça en sentant la douleur. Non, c’était bien réel. La première chose qui lui vint à l’esprit était : il faut prév’nir Lawrence et Amy. Mais il n’était pas convaincu, pas certain non plus. Pourquoi quelqu’un mentirait sur la divinité qui le possédait ? Pourquoi pas ? Mais pourquoi Njörd et pas un autre ? Il se massa la tempe droite avant de soupirer et de froncer les sourcils.

« Njörd ? C’vraiment lui ton dieu ?
- Ce n’est pas impossible, Gyula. Comme tu le sais, j’ai eu d’autres hôtes avant toi.
- Pourquoi t’veux jamais rien m’dire à ce sujet ?!
- Ne cherche pas à savoir, c’est comme ça.

L’étudiant lâcha un grognement d’énervement et de frustration. Il serra les poings et observa la petite blonde de la tête au pied. Il fallait qu’ils soient dans une bibliothèque ! S’ils avaient été dans un endroit plus approprié pour ce genre d’échange, il s’en serait donné à cœur joie de l’interroger et de s’énerver ouvertement contre le dieu solaire. Qu’est-ce qu’il avait envie de frapper contre quelque chose ou quelqu’un ! Mais il devait se retenir, après tout il n’était pas là pour se créer des ennuis. Encore moins si c’était pour en causer à Njörd. S’il s’avérait qu’elle n’avait pas menti. C’est donc après un certain temps qu’il finit par répondre à la question qu’elle lui avait posé.

- Ouais. C’bien Freyr… S’ton dieu c’vraiment Njörd…

Il soupira avant de se mettre à parler en vieux norrois, pas trop fort non plus, au moins là il était sûr que le peu de personnes qui pouvait l’entendre et le comprendre était des M possédés par des dieux nordiques.

- Njörd, beaucoup de personnes se sont inquiétées pour toi. Pour ton ancien hôte aussi. J’ai rencontré des personnes qui te connaissent, ou en tout cas qui connaissent ton ancien hôte. J’aimerais qu’on en parle, peut-être pas maintenant vu l’endroit où nous sommes, mais il faut qu’on en discute à un moment ou un autre.

Il fit une pause, réfléchissant à ce qu’il allait dire quand Freyr intervint, lui dictant ce qu’il devait dire.

- Freyr est heureux de te savoir ici. Enfin, il dit que le mot « heureux » n’est pas suffisant pour décrire sa joie et son soulagement. Il ne souhaite pas en parler, mais il était dévasté quand il a appris pour ton ancien hôte. Hm… Il voudrait discuter plus avec toi aussi.

Il passa sa main sur sa nuque et posa son regard sur le livre qu’il avait donné à la fille avant de le reposer sur le visage de cette dernière. Il reprit finalement en anglais :

- S’tu veux en savoir plus sur les dieux nordiques, j’te conseille d’prendre un autr’ livre.

Il s’approcha de la bibliothèque derrière elle et glissa son doigt sur le dos des livres avant d’en sortir un et de le lui tendre.

- Celui-là est plus clair et précis. C’plutôt bien expliqué. Mais bon, la meilleure solution, c’demander à Njörd, forc’ment…

Il regarda les livres en se demandant si un autre pouvait lui être utile, il en attrapa ainsi deux autres, un petit et peu épais, et un autre plus grand et large.

- Lis ça aussi. C’la base d’la mythologie nordique. L’Edda de Snorri Sturluson et l’Edda Poétique. T’comprendras un peu mieux tout l’système… ‘Fin c’pas facile non plus parc’qu’il y a des trucs pas logiques, m’enfin.. C’mieux qu’rien.

Il fit une pause et poussa un soupir, visiblement ennuyé bien que la mythologie nordique soient un des sujets qui le passionnaient le plus, après les plantes bien évidemment.

- C’quoi ton nom ? J’suis Gyula. »

Faire ami-ami avec cette fille ne faisait pas partie de ses options. Mais il n’avait pas tellement le choix à cause de la pression que lui mettait Freyr qui voulait à tout prix avoir des contacts réguliers avec son père. Chose que le Norvégien comprenait parfaitement. Cependant, cela ne voulait pas dire qu’il acceptait de le faire, il serait vaguement aimable et sympathique avec elle, mais il n’avait pas vraiment envie de faire plus d’efforts que ça.


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Gyula vous insulte en #8A0886  

Cadeaux:
 
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 705
Localisation : Loin de la foule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE [Gyula & Laureleï] Dim 17 Sep - 0:30

HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE


L’aveu de mon dieu sembla vraiment déstabiliser le géant vert. Je ne savais pas trop quoi en penser mais j’en profitais pour me décaler d’un pas et ne plus être coincée entre lui et l’étagère. Je lui confirme d’un hochement de tête négatif que Njörd est bien en moi en continuant de l’observer. Il a l’air énervé, il grogne. On dirait limite un ours polaire qui s’est pris un pot de peinture verte sur la tronche. Il est bizarre !
Mais il finit par se calmer et me confirmer être possédé par Freyr.

*OH OUIIIIII !*
*Bordel ! Ne crie pas comme ça !*

*OH pardon petite !*

J’ai encore du offrir une joyeuse grimace au garçon aux cheveux verts. Mais lui fait pire ! Il me parle dans une langue que je ne capte absolument ! Je lui offre ma plus belle tête d’hallucinée : la bouche ouverte, les yeux grands ouverts, le corps tendu et comme en arrêt tel un chien de chasse. Je suis dans l’attente d’une explication. Ou il se fout de moi, ou je suis en train de rêver en fait, ou il me prend pour quelqu’un d’autres.

*Mais non, petite, c’est du vieux norrois !*
*Du quoi ?*

*Du norrois !*

Je crois que ma tête a dû passer à un air d’incompréhension totale. J’ai l’impression d’être dans une bulle au milieu d’une conversation dont je ne pipe mot. Mais Njörd m’explique tout de même.

*C’est ma langue et celle de mes enfants. Un dialecte scandinave ancien, si tu préfères !*
*Oh ! Et il croit que je comprends ?
Il me prend pour un traducteur universel ?
Je suis douée mais pas à ce point-là.
Surtout en langue nordique.*


J’exquise un petit sourire narquois. S’ils croient tous que je vais apprendre cette langue, ils se fourrent le doigt dans l’œil.

*C’est bon Laureleï ! Ne fais pas ta mesquine. Je vais te traduire mais tu me promets de lui répéter ce que je te dirais.*
*Mouais, si tu veux !
Dans le genre étrange, je pense que, là,
j’ai atteint des sommets.
Je ne suis pas à ça près !
Je peux faire messager de dieu.*


Mon ton est cynique sans aucun doute. Mais je suis vraiment dépassée par la situation. Nono me traduit les propos du garçon. En fait ça semble être les propos de Freyr. Mais je n’ai pas le temps de répondre ce que voudrait exprimer Njörd, que Monsieur Kermit me dévisage d’un air bizarre et enchaine en s’agitant dans le rayonnage. Il me sort 2 livres dont un sacrément costaud. Bon dieu ce qu’il est bavard ! Je n’aurai jamais cru, vu l’air renfrogné et froid qu’il arborait tout à l’heure.
Bon je ne dirai pas non plus qu’il a une tête enjouée. Passionnée ? Oui, c’est peut-être ça. Finalement il se pause et entre cash dans les présentations. La logique même de toute rencontre amicale : se faire remonter les bretelles, se présenter nos dieux, échanger quelques mots en vieux scandinaves, et enfin se présenter nous-même par un échange ordinaire de prénom… Je pense que je dois faire un de ces étranges cauchemars nordiques que je fais depuis la possession. Et puis Gyula ! C’est quoi ce prénom ? On dirait le nom d’un de ces personnages de trucs animés pour les tous petits, genre les Télétubbies ou Casimir. Et le mec me dit ça avec un air des plus sérieux.

----- *Tinkywinky!... Dipsy !... Gyula !... Po !... Télétubbies!... Télétubbies!* -----

J’explose en fou rire. C’est plus fort que moi. La cerise sur le gâteau. Trop d’informations d’un coup, là ! Trop de « composantes de possession » ! Trop de stress que je ne connaissais pas, donc ne maitrise pas ! A défaut de m’extérioriser en dansant, c’est le fou rire qui me prend. Et cette musique dans ma tête vient d’ouvrir les vannes du fou rire.

*Leï ! Mais arrête ! C’est quoi cette musique débile ? Et puis arrête de rire ! tu me fais honte. Qu’est-ce que ce jeune homme va penser ? Il est très aimable avec toi.*
*Désolée, c’est plus fort que moi.*

*Calme toi, présente toi et garde le contact, s’il te plait.*

Je dois dire que c’est très difficile de reprendre le contrôle de ce rire. Voyant l’air peu heureux de mon interlocuteur, je lui souris en essayant de garder mon rire en moi. Ça donne des couinements pas discrets et peu convenables. Mais Nono est agité, peut être même que c’est de la peur que je ressens. Bien que les liens familiaux me soient inconnus, je peux quand même comprendre qu’il veuille maintenir le contact. Je ne suis pas très douée mais je vais essayer.

*D’accord ! je vais pas te promettre la lune
mais tenter de garder ce contact bizarre.*


Vu ma réaction qui ne doit pas plaire à Kermit, et mon incapacité à être très convenable suivant les critères mondains qui régissent l’éducation de mes parents et de sûrement ceux de cet élève, je cogite à vive allure. Autant agir comme moi-même pour maintenant !

*Genre impulsive et énergétique ?*
S’il me montrait sa tête en l’instant, je suis sûre que Njörd me ferait une belle grimace d’angoisse.
*Yep !Tout à fait, Nono !*


Je pose mon livre au sol puis je saisis ceux de « Gyula », en essayant de ne pas repartir en fou rire, la musique trottant toujours en tête. Je m’assois au sol en tailleur posant ses livres sur mes jambes.

- Moi, c’est Laureleï ! Je baisse la voix pour murmurer. Et Nono est surexcité et très heureux de retrouver son fils.

Ainsi assise, je fixe le jeune homme d’un regard implorant, tel celui du Chat Potté dans Shreck qui ferait craquer n’importe quel gros dur.

- Tu m’expliques les dieux nordiques, s’il te plait ? Tu as l’air de maitriser, ça me ferait gagner du temps, très précieux ! Et en anglais, s’il te plait. Au pire, je comprends le français, mais pas ton truc bizarre, s’il te plait.

*On a vu mieux comme présentation et excuse !*

Le dieu soupire longuement dans ma tête mais je ne relève pas et attend sagement la réaction de Kermit.

*Sagement ? Tu es excitée comme une puce, encore ! Tu te balances, même assise ! *
*C’est l’effet Télétubbies !*

*Hein ?*

Un grand sourire éclaire à nouveau mon visage, mais je retiens cette fois mon fou rire.

Codage par Libella sur Graphiorum



HRP:
 

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

- Laureleï parle en #cc0066
*Njörd ou Nono parle en #357AB7*
*Laureleï réponds dans sa tête à Njörd en #cc0066*


FICHE DE PRESENTATION
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 281
Localisation : en train de danser quelque part sinon chambre 110
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE [Gyula & Laureleï] Mar 3 Oct - 13:24
Hasard d'une rencontre "glaciale" au détour d'un rayonnage - ft. Laureleï Donnely
Il dût lutter pour ne pas rire moqueusement – presque avec dédain – ou la regarder de la sorte quand il se mit à parler en vieux norrois. Le Norvégien n’était pas le genre de personne à aimer être hautain ou supérieur aux autres – sauf en cas de conflits –, il avait plus tendance à soutenir et encourager les gens, les aider même. Quand l’humeur était là. Ou bien quand il connaissait déjà bien la personne. Mais elle, il ne la connaissait pas, n’avait pas tellement envie de la connaître et n’avait pas vraiment une bonne impression. La seule chose qui pouvait le forcer à être aimable était que Njörd la possédait. Il attendit patiemment, l’observant de nouveau mais ne trouva rien qui pourrait occuper ses pensées pendant son attente. Cette dernière commençait à devenir longue, elle devait sûrement être perdue dans une conversation avec son dieu, tant pis, son regard avait été captivé par le livre qu’elle tenait. Il avait pris la peine de lui en sortir d’autres et de lui expliquer vaguement en quoi ils seraient utiles. Puis, enfin, il se présenta et demanda son nom. Et là, c’était un choc. Elle se mit à rire.
Il écarquilla les yeux et recula d’un pas. Il lança rapidement un regard autour d’eux, gêné de déranger les autres qui les regardaient avec énervement. Ses yeux dorés se posèrent de nouveau sur la petite blonde qui ne semblait pas prête à se calmer. Il chercha la cause de ce rire et se demanda un instant si ce n’était pas dû à son prénom – ou bien Njörd était un grand plaisantin et lui avait sorti une blague vraiment drôle. La stupéfaction fit place à la colère. Il reprit une expression sombre et fronça les sourcils, prêt à s’énerver contre elle pour la faire taire, quitte à la faire pleurer. Quoique Freyr fût contre cette idée et lui rappela, pour accentuer ses propos, qu’il devait faire en sorte de garder contact avec elle. Il serra les dents, retint un grognement de frustration et soupira finalement en fermant les yeux quelques secondes. Se concentrer. Garder son calme. Ne pas s’énerve. Gérer la situation.

« On dirait bien que tu fais des progrès.
- … J’essaie.
- Et c’est très bien, continue comme ça !

Gyula soupira une nouvelle fois, plus discrètement. Il n’était pas totalement détendu ni calmé, mais il se sentait un peu mieux. Il garda une expression fermée alors qu’elle semblait se retenir de rire et souriait bêtement. On dit que le rire est souvent contagieux, là ce n’était pas le cas. Il n’était pas d’humeur à rire et puis, pourquoi rirait-il avec une personne qu’il n’apprécie pas ? Ou en tout cas pour laquelle il n’a pas d’estime. Il reste étrangement patient, lui laissant sans doute plus de temps pour se calmer. Ca semblait plus ou moins porter ses fruits. Vraiment plus ou moins. Il haussa un sourcil quand elle posa le livre qu’elle tenait, par terre avant de s’asseoir en tailleur à même le sol. Est-ce qu’elle avait conscience de son entourage ? Qu’elle était dans une bibliothèque et pas dans un camp de vacances ? Il s’apprêtait à soupirer d’exaspération quand elle finit par reprendre la parole.

- « Nono » ?!

Freyr se mit à rire. Encore un qui riait. Son hôte leva les yeux en soupirant, attendant qu’il se calme, mais ça ne semblait pas être bien parti. Il l’entendait se moquer gentiment de son père et se demanda un instant comment le grand Njörd faisait pour supporter son fils, cette fille et ce surnom. Il songea même au fait qu’il n’était absolument pas comme il se l’imaginait. Il écouta sa demande, trouvant son regard suppliant particulièrement agaçant… Autant que ses balancements. Elle avait des ressorts à la place des jambes ?!
Il soupira et s’accroupit, prenant le livre qu’elle avait abandonné sur le sol. Il regarda de nouveau la couverture avant de reporter son attention sur elle.

- J’veux bien t’expliquer, mais juste parc’que Njörd est ton dieu. Et « mon truc bizarre », c’est du vieux norrois, la langue d’ton dieu alors un peu d’respect. Tu d’vras bien l’apprendre d’toute façon.

Sa voix était basse, pas aussi discrète qu’un chuchotement, mais au moins elle pourrait comprendre ce qu’il disait et il ne se sentirait pas gêné de chuchoter. Bizarrement, il n’aimait pas trop ça.
Il regarda les livres sur ses cuisses et inspira profondément avant d’être interrompu par son dieu.

- Tu devrais commencer par la création du monde par le Sage Odin.
- Ce s’rait trop compliqué…
- … Dans ce cas, parle-lui d’Yggdrasill.
- Trop compliqué aussi.
- Pourquoi dis-tu que ce serait trop compliqué ?
- Parc’qu’elle a pas l’air d’s’y connaître, ni d’êtr’ très futée.
- … C’était méchant. Cependant, j’admets volontiers qu’elle ne semble pas avoir de connaissances nous concernant.

La remarque du dieu de la fertilité arracha un sourire amusé à l’étudiant. Il passa une main dans sa chevelure à la couleur extravagante puis reprit son sérieux.

- T’préfères commencer par Njörd ou la création d’monde ? »


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Gyula vous insulte en #8A0886  

Cadeaux:
 
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 705
Localisation : Loin de la foule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE [Gyula & Laureleï] Sam 7 Oct - 16:08


HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE


Honnêtement je ne fis pas trop attention à la réaction de Gyula…puisque c’est son prénom. Il avait l’air du même froid que l’origine de nos dieux. Mon énergie du moment m’a poussée à lui demander son aide, vu qu’il semble s’y connaitre en mythologie Asgard. Mais ce n’est pas pour ça que je serais plus sociable. J’ai envie de m’y repérer dans toute cette mythologie. Parce que souvent Nono se perd dans ses explications. Si je peux gagner du temps, je prends. Sinon je ferai avec. J’avais posé les livres à côté de moi et gardé un pour le feuilleter. Je l’entendu soupirer le grand échalas, mais après tout il veut que Freyr et Njörd soit en contact, il a pas bien le choix de m’aider.

*T’as conscience que tu joues à la petite peste, là !*

*Je suis une petite peste
qui ne se laisse plus
marcher sur les pieds !*


*Et t’as conscience que ce jeune homme ne mérite pas ton indifférence et ta moquerie ?*

Nono, le moralisateur ! C’est vraiment la facette de cet envahisseur que j’aime le mien. Que je déteste, même. Je soupire discrètement.

*Ok ! Y a rien de méchant… Je vais faire un effort.*

*Merci !*

Gyula s’accroupit au même moment.
« J’veux bien t’expliquer, mais juste parc’que Njörd est ton dieu. Et « mon truc bizarre », c’est du vieux norrois, la langue d’ton dieu alors un peu d’respect. Tu d’vras bien l’apprendre d’toute façon. », me dit-il tout bas.

*Bah le message est clair. Il en a rien à foutre de moi !*

*En même temps, c’est pas ce que tu fais avec lui ? Et attend de lui ?*
*Mmff… M’énerve…*


Nono éclate de rire à son tour. Je grimace. C’est fort dans ma tête.
Gyula me fixe. Il a l’air d’attendre quelque chose. Il esquisse même un sourire en passant sa main dans ses cheveux. C’est un truc de mec, ça ! Il serait craquant s’il n’était pas aussi froid tout le temps.
Lei ! Reprend toi ! Aucun garçon ne vaut la peine ! Finalement Kermit me demande :
« T’préfères commencer par Njörd ou la création d’monde ?».

J’esquisse un sourire. Donc il veut bien m’aider ! Cool ! Alors mettons carte sur table. Je fais attention cette fois à ce que ma voix ne porte pas trop. Kermit a raison j’ai été un peu trop bruyante pour l’endroit.

- Sincèrement pour le norrois, si t’as du temps à perdre… j’ai pas vraiment l’intention de l’apprendre… Nono se débrouille très bien en anglais. Et jte force à rien, si t’as pas envie de me parler…

Je soupire. Je resserre les jambes dans mes bras pour me réconforter et me calmer.

- Je ne cherche pas d’ami, t’inquiètes ! C’est juste que Nono veut un contact avec son fils… C’est pas forcément un truc que je comprends, mais je les envie et je ne suis pas méchante alors je ne l’empêcherai pas d’avoir ce contact.

J’ai les larmes aux yeux maintenant… ça m’énerve…

*Pourquoi je lui dis ça, moi ?!*


*Peut-être que ça te fait du bien d’admettre que t’es contente de m’avoir à défaut de parents qui s’occupent de toi ?*

Je ne réponds pas où je vais craquer. Et j’ai pas l’intention de pleurer sur mes géniteurs ! Encore moins devant un inconnu qui a l’air de me prendre de bien haut… L’motion m’envahit de trop…

J’inspire à fond et réponds aux questions du garçon qui d’ailleurs a eu un sourire amusé à l’instant. C’est qu’il saurait être agréable s’il veut ? Autant lui dire ce que je ressens par rapport à tout ça. Mon dilemme intérieur. Au moins, il saura où il met les pieds.

- Honnêtement je déteste tout ce qui a rapport à l’Allemagne, donc le nord de l’Europe… oui c’est pas rationnel… rapport à ma génitrice… Mais je dois dire que Nono est … différent. Bon ça serait plus simple si j’avais été possédée par un dieu grec ou égyptien. Au moins là je connaissais quasi toute la mythologie.

Soupirant à nouveau, je remets mes jambes en tailleur, mains sur mes chevilles et prend mon air le plus sérieux possible. Histoire de remettre les choses à leur place.

- Je suis un sang de puce certes ! Mais pas une débile. Alors explique-moi tout ce que tu sais depuis le commencement. Autant que j’ai une vision globale de cette mythologie. Parce qu’à part les vikings, Midgard, Asgard, Thor ou Odin. Je ne connais rien du tout. Et encore je me souviens de ces mots ou noms de ces dieux là, Je ne saurais pas te dire leurs définitions, pouvoirs ou positions hiérarchiques. Y en a un qui est le chef je crois…

Bon, je ne dois pas être des plus convaincantes. Il est clair qu’il ne va pas se rendre compte que je suis un petit génie, capable de retenir tout, avec ce que je viens de lui dire. Le problème est que je suis aussi très capable de virer de ma tête tout ce qui touche à une référence germanique, juste pas pure contradiction. Donc je n’ai jamais écouté et retenu les cours sur le sujet.

- Enfin bref ! Je me tais. Je t’écoute… La création du monde c’est bien pour un début.

Je lui souris en le regardant. Mon visage s’est sûrement adouci. Je suis juste dans l’attente de comprendre qui est Njörd, pour savoir comment composer avec lui. Puis-je lui faire réellement confiance ? J’en doute vraiment. J’ai perdu la capacité de donner ma confiance, alors couplée à un aspect germanique, sûr que je ne vais pas lui accorder le bénéfice du doute sans tout comprendre. Mais j’essaye de mettre ma confiance au moins dans le savoir de ce grand échalas qui me fixe étrangement.

Codage par Libella sur Graphiorum


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

- Laureleï parle en #cc0066
*Njörd ou Nono parle en #357AB7*
*Laureleï réponds dans sa tête à Njörd en #cc0066*


FICHE DE PRESENTATION
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 281
Localisation : en train de danser quelque part sinon chambre 110
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE [Gyula & Laureleï] Lun 9 Oct - 14:04
Hasard d'une rencontre "glaciale" au détour d'un rayonnage - ft. Laureleï Donnely
Gyula ne la quitta pas du regard, remarquant son petit sourire, et il se montra très attentif à sa réponse après tout, s’il ne l’était pas, il ne saurait pas comment s’y prendre avec elle et la perdrait sur le doux chemin de le connaissance mythologique. Il s’installa plus confortablement, c’est-à-dire en tailleurs, ses jambes étant moins tendues et plus en équilibre dans cette position. Il retint un ricanement alors qu’elle mentionnait le vieux norrois qu’elle ne souhaitait pas apprendre. Ma pauvre, t’sais pas encore c’qui t’attend ! Il ne répondit pas, elle semblait vouloir parler un peu plus et il était prêt à l’écouter, pensant que ce serait pour lui conseiller des moyens d’apprentissage. Il n’avait d’ailleurs pas pour habitude de donner des cours et espérait que sa passion suffirait. Son dieu le rassura, à sa grande surprise, à ce sujet, lui expliquant qu’avec toutes les conversations qu’ils avaient eu au sujet de la mythologie nordique, il savait que son hôte était capable de détailler certains faits, sa mémoire n’étant grande qu’avec les colorations, les plantes et la mythologie et de s’exprimer clairement à sur ces sujets… En norvégien et vieux norrois seulement. Mais il saurait peut-être se débrouiller en anglais, les deux espéraient pouvoir s’aider des livres au cas où il n’y parviendrait pas.

« J’compte sur toi pour ret’nir c’qu’elle dit, ses d’mandes et tout !
- Tu devrais vraiment faire travailler ta mémoire… Mais soit, je m’en chargerai, comme d’habitude.

Le Norvégien ne prit pas le temps d’être surpris ni de s’amuser de cette soudaine bonne entente… Pas si soudaine, de plus en plus fréquente dans leur quotidien. Il l’écouta sans comprendre pourquoi elle racontait tout ça, il s’en foutait lui, il voulait juste garder contact avec Njörd, lui parler de la mythologie et pourquoi pas, si elle le souhaitait, lui apprendre le vieux norrois. Il arqua un sourcil : elle était vraiment sur le point de pleurer ?! Il se retint de grimacer, il était pas là pour faire le psy !
Il ne répondit pourtant pas, arrêté par le dieu nordique mais aussi par sa conscience. Il avait beau ne pas beaucoup apprécier la compagnie humaine, ni les gens comme cette fille, il savait que des fois, les mots sortaient tout seuls et ne pouvaient pas être arrêtés et que parfois, les larmes les accompagnaient sans le vouloir. Il l’avait lui-même expérimenté ça avec un presque inconnu, il le regrettait sans le regretter, c’était une étrange sensation. Il allait donc la laisser parler, se vider si elle en avait besoin sans pour autant pouvoir lui apporter le réconfort dont elle aurait sans doute besoin. Il n’était pas capable de ça et préférait éviter d’essayer, car pour le peu de tentatives qu’il avait faite, ça n’avait que rarement bien tourné, lui étant trop direct et les autres cherchant de la douceur qu’il ne pouvait pas apporter. Peut-être était-ce par pur égoïsme, parce que lui aussi en avait besoin, ou peut-être par maladresse…
Quand elle mentionna son dieu, Gyula sentit une vague de joie et de mélancolie l’envahir, elle ne venait pas de lui mais de son dieu. Freyr lui assurait que son père était bon, qu’il ferait du bien à cette petite même si parfois il pouvait se montrer… peut-être strict et chiant, comme pas mal de père. Mais au moins, il était soucieux, toujours à l’écoute des problèmes du dieu de la fertilité masculine. L’étudiant pouvait sentir à quel point Njörd manquait à son fils et il ne put que se comparer à leur situation. Son père aussi lui manquait, mais il devait faire avec. Il avait fait son choix après tout et puis, depuis la possession, il se voyait mal retourner en Norvège auprès des siens. Il l’écoutait toujours, ne lâchant aucun mot, soupirant juste discrètement, il gardait une expression neutre. On pourrait presque croire qu’il s’était figé, peut-être même perdu dans ses pensées, pour faire semblant d’écouter. Mais ce n’était pas le cas. Il l’écoutait vraiment, certes, il savait qu’il ne retiendrait pas tout, mais il était attentif. C’était la première fois qu’il allait avoir une « élève » et il se devait de faire de son mieux, au moins pour rendre fier son père, bien qu’il ne sache pas ce qu’il lui arrive.
Quand elle avait enfin fini, il soupira et se frotta le visage avec la main, comme pour se réanimer. Il la regarda ensuite et lui adressa un léger sourire amusé avant d’inspirer profondément et de prendre un air sérieux malgré son regard sournois.

« Alors. Un. T’es obligée d’apprendre le vieux norrois. De c’que j’ai vu, y a des cours obligatoires. J’ai pas eu b’soin d’les suivre parce qu’j’fais ça d’puis qu’j’suis p’tit et à la fac à Dublin j’en f’sais. Deux. J’m’en fous d’tes histoires d’famille et qu’tu veuilles des amis ou pas. J’suis juste là pour t’parler d’la mythologie nordique. Et t’es mal barrée, parc’que j’adore ça donc j’risque d’êtr’ chiant.

Il ne put s’empêcher de ricaner, de même que Freyr. Il se glissa un peu plus près d’elle et prit un certain temps pour réfléchir à ce qu’il allait dire et par quoi il allait commencer. Il songea d’ailleurs à faire attention à son accent et à sa façon de parler pour être clair dans ses propos.

- S’tu comprends pas un truc, arrête-moi. J’suis pas là pour t’faire un cours, c’est une discussion, ok ? Donc si t’as des remarques, ou Njörd, hésite pas.

Le jeune adulte soupira, réfléchissant encore à comment il allait s’y prendre. Freyr tenta de le guider et il commença alors son explication du mieux qu’il pût. Il commença par raconter qu’il n’existait que deux mondes et le néant, qu’un des mondes était de glace et l’autre de feu et que l’eau créée par les deux forma la vie. Il enchaîna avec le géant Ymir, premier être vivant, qui conçut involontairement d’autres êtres vivants créant ainsi les différentes races : Elfes lumineux, Elfes noirs, Géants de glace, Géants de feu, Géant des montagnes, Ases et Vanes. Il mentionna la création du géant Buri qui engendra Burr qui eut avec sa femme les trois grands dieux : Odin, Vili et Vé.
Il fit une pause et regarda attentivement Laureleï en arquant un sourcil :

- Ça va pour l'moment ? »

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Gyula vous insulte en #8A0886  

Cadeaux:
 
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 705
Localisation : Loin de la foule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE [Gyula & Laureleï] Jeu 12 Oct - 22:32

HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE
C’est le contact le plus long que j’ai avec un étudiant depuis mon arrivé ici. D’habitude je fuis vite mettant fin à la discussion par une excuse bidon. Mais cette fois c’est différent. Non pas que j’ai envie d’un ami. Mais il y a d’abord ce lien entre Njörd et Freyr. Je n’ai aucun droit, enfin je le pense, de les séparer. J’envie clairement cet amour que mon dieu a pour son fils. Ça me dépasse tellement c’est incompréhensible. Je ne suis pas ignare, je sais que des parents aiment leur enfant. Mais je ne l’ai jamais vécu. Alors comment comprendre ce qu’il ressent ? ça me rend perplexe, autant que ça m’intrigue et me met mal à l’aise. Enfin il y a le fait que ce grand échalas semble en connaitre un rayon sur la mythologie nordique. C’est purement égoïste de réfléchir ainsi, j’en ai conscience, mais je n’en ai aucun remord. Je ne vais pas non plus l’exploiter à de mauvaises fins, je veux juste m’instruire rapidement pour savoir un peu plus à quoi m’en tenir avec ce parasite dans mon corps. Sa passion pour l’eau me fait trop flipper, je n’ai pas confiance et je ne suis pas sûre que ça puisse changer.

Je ne sais vraiment pas pourquoi je me suis laissée emporter par mon émotion et lui ai livré certaines de mes angoisses. Je m’en veux maintenant de m’être montrée fragile. Quand j’arrête mon monologue, j’essaye de donner le change en souriant et en me recentrant sur le sujet : me donner des informations sur les origines de mon dieu. Je ne sais pas trop déchiffrer son air. Il semble avoir écouter mais son visage est si impassible que je n’en suis pas sûr.

*Freyr l’a forcément obligé à t’écouter, ma petite. C’est un bon dieu à l’écoute. *

*Je ne suis pas « ta » petite.
Et je n’en suis pas sûre…
du tout… t’as vu sa tête !*


*Même si lui ne t’as pas écouté, mon fils l’a fait. J’en suis sûr et le guidera pour t’aider à te sentir en confiance avec moi, avec eux deux aussi.*

*M’étonnerait…*


Et Gyula me confirme d’emblée que j’aurai mieux fait de la fermer et ne pas répondre tout à l’heure.
Déjà son air. Il se prend grave au sérieux, le mec ! Et ce regard ne me donne aucune confiance. J’ai l’impression qu’il attend le moment où me planter un couteau dans le dos. Tout à fait à l’image de ce petit con d’ex ! Sournois à faire genre je vais t’aider, mais je ne me lie à personne. Puis doucement je te séduis, te grappille peu à peu ton cœur, fais genre que il y a que toi qui compte. Et peu à peu le salaud redevient celui qu’il a toujours été et saute tout ce qui passe sans se soucier de toi et sans remords. Je ne prendrais jamais le risque de me refrotter à ce genre de sale mec !

*Tu exagère, Laureleï.*
*J’crois pas…*

*Tu ne le connais pas ce Gyula, il n’a peut-être rien à voir avec ce que tu penses.*
*Les peut-être n’apportent rien…*


Je n’ai pas confiance. En personne ! Un point c’est tout !

Et puis, son « un » je m’en contrefous, il n’a pas idée. C’est pas parce qu’on m’obligera à être assise dans un cours que je vais apprendre une langue nordique ! Et son air « j’me la pète parce que je suis de là-bas et que j’en ai fait à la fac » me sort par les yeux.
Je la ferme cette fois. Mon regard et mon visage, adoucis il y a 2 minutes, redeviennent glacials et fermés.

Son « deux », le message est clair.
*Tu vois ! J’aurais
du me controler et la fermer.
Jveux pas d’ami.
Encore moins comme lui !*

*Ne soit pas si dure, il a peut-être des raisons aussi pour être si…*
*rude, prétentieux, et j’en pense…*

*Leï…*
*La ferme !*

Et en plus Monsieur Kermit se la « repète » je suis le meilleur en mytho nordique. Qu’il me saoule s’il veut, j’me casserai dès que j’ai ce que je veux et je ne me gênerai pas pour le faire abréger.

*Tu commençais à t’ouvrir… C’est dommage que je ne puisse pas parler directement à mon fils pour comprendre. Freyr n’est pas si froid, lui. *
* La ferme !*


Je n’ai vraiment pas envie de gérer une double concentration. Mon regard s’est sûrement totalement assombri, surtout quand il s’est approché de moi. La distance était bien comme elle était. Il ne veut pas faire ami-ami, il pouvait rester à sa place. Un prof ne colle pas son élève ! Pour parfaire la position fermée, je me remets en position genoux levés contre la poitrine et enlace mes jambes.

J’ai limite envie d’éclater d’un rire cynique quand il me sort qu’il n’est pas là pour donner un cours mais que c’est une discussion. Il se fout de ma gueule ou quoi ? Monsieur je sais tout se la pète avec son petit air de chef et là d’un coup il veut jouer les pédagogues. Un pédagogue, ça écoute pour commencer. Mais il semble se foutre royalement de ce que je lui raconte, que ça soit sur moi ou sur ce que je sais de cette mythologie. Rien à foutre de ses faux airs de prof, je prends ses infos et basta ! Toute mon émotion déstabilisante s’est envolée. Ma voix est à l’image de mon regard : glacial, sec, direct.

- Oh pas de soucis ! Je saurai te dire si t’es pas clair ou si j’ai des interrogations.

Njörd des remarques ? Ce n’est pas Njörd qui a besoin de savoir. C’est moi ! Et c’est aussi pour vérifier les racontars du vieux loup de mer !
Ce mec n’a vraiment rien écouté de ce que j’ai pu dire…

*Ne soit pas aussi dure, Laureleï. Il veut t’aider quand même ! *
* Non, il se sent obligé
et il veut se mettre en valeur
avec ses foutues connaissances.
Y a une sacrée nuance !*

*S’il le fait pour Freyr et moi aussi, c’est qu’il a un bon fond, non ? *
*Aucunement !
En plus, il n’y a pas de quoi
se vanter de savoir un truc
dans lequel tu es né
et a été élevé !*


Nono se tait. Il commence à comprendre quand je ne suis vraiment pas d’humeur à me laisser berner et avoir des discussions sans fins.
Je pose ma tête sur mes genoux. Fixant un livre sur le rayonnage du bas, j’écoute Kermit parler et me raconter la création du monde selon la mythologie de son pays. Il me parle d’elfes, géants, Ases et Vanes. Nono se tait. Enfin presque… J’entends des « hum », « tout à fait » en commentaires comme si ça venait du fond de la salle. Je reste figée, regard dans le vide toujours posée sur ce bouquin dont je n’ai même pas retenu le titre. Kermit enchaine sur les dieux principaux. Ah ! je savais bien qu’Odin était un des chefs des dieux ! Mais je ne relève pas. Discuter n’est plus au programme.

Mais voilà que le garçon s’arrête et me demande si ça va. Je ne le regarde même pas. Mon ton est toujours sec et froid, le plus neutre possible, mais une pointe de sarcasme doit s’entendre.

- Je suis et j’ai bien compris. Faut que je te fasse un résumé pour te le prouver ? Tu peux continuer, mais je n’ai pas besoin d’autant de détails. Viens-en rapidement à l’histoire de Nono, s’il te plait ! Merci.

Nono grogne et me réprimande encore. Je l’ignore. J’ai été polie !

*la politesse Laureleï c’est aussi dans le ton de prononcer les mots et dans l’attitude. On sent clairement ton cynisme là.*
*Grand bien lui fasse !*

*6 mois sans parler ou composer avec des gens, ça fait de sacrés dégats ! Je suis sûr que tu es une jeune fille très gentille et polie quand tu veux.*
*Les rêves sont faits
pour avancer, si ça te
fait plaisir d’y croire…*

*J’y crois. Ça fait quoi ? 3 semaines que tu es ici à éviter les élèves restés aux pensionnats.*
*Mouais et alors ?
Ça fait surtout 2 semaines
que je ne suis plus tranquille
avec un fou furieux adorateur
de l’eau dans ma tête !*

*Et tu progresses chaque jour pour être plus consiliante.*
*Impossible !
Je dois composer avec toi
pour ne pas mourir.
C’est pas pour ça
que je dois composer
avec les mortels !*

*Bien sûr que si. Tu vas faire comment à la rentrée ? Eviter tes camarades de cours.*
*Wouah ! Bravo !
Nono a gagné une marche
sur le podium de la compréhension !*



Ma tête bouillonne, je révulse les yeux sûrement pendant ce dialogue interne. Pas grave ! Si Kermit me trouve moche, ça me va parfaitement !

Codage par Libella sur Graphiorum



◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

- Laureleï parle en #cc0066
*Njörd ou Nono parle en #357AB7*
*Laureleï réponds dans sa tête à Njörd en #cc0066*


FICHE DE PRESENTATION
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 281
Localisation : en train de danser quelque part sinon chambre 110
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE [Gyula & Laureleï]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
HASARD D'UNE RENCONTRE « GLACIALE » AU DETOUR D’UN RAYONNAGE [Gyula & Laureleï]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un ti termi que j'ai trouvé sur internet par hasard
» Fuite glaciale
» Se croiser par hasard [pv]
» [I]l n'y a pas de hasard, seulement des rendez-vous.
» « La vie est soeur du hasard. » [PM]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Pensionnat :: ◄ Premier étage :: ► La bibliothèque-
Sauter vers: