AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Sortie lèche-vitrine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Périphérie - Monde :: ◄ Vieux Galway - Centre-Ville :: ► Boutiques
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: Sortie lèche-vitrine Lun 20 Nov - 0:44



Sortie lèche-vitrine
Je marchai le sourire aux lèvres, fière de moi. J'avais vu cette barrette en forme d'aile près du comptoir lorsque j'étais allée payer et elle m'avait vraiment tapé dans l’œil ! Je ne savais pas pourquoi, mais je pensais que ça irait bien à Lottie, voilà pourquoi je l'avais acheté. Elle semblait ne pas s'en être rendue compte ce qui accentua l'effet de surprise que je voulais mettre dans mon cadeau.
J'avais laissé Lottie là où je lui avait accroché la barrette parce que je ne voulais pas lui laisser le temps de refuser ce petit accessoire. Mais ma curiosité était terrible à cet instant précis. Je me demandais vraiment si ça lui plaisait ou non. Si elle était contente ou si elle ne comprenait pas. Enfin bref, je me questionnais quoi.

*Vous, humains, donnez beaucoup d'importance à des choses d'une futilité... Pourquoi es-tu si excitée par ce présent ? J'avoue avoir du mal à comprendre, d'autant plus que ce n'est même pas toi qui l'a reçu.*

*Oh ? Hé bien ça dépend des personnes je crois... Il y en a qui n'ont pas trop de plaisir à offrir mais j'avoue trouver ça étrange. C'est vrai quoi, si on fait un cadeau c'est qu'on aime la personne, non ? En tout cas, en ce qui me concerne j'aime beaucoup Lottie et je voulais lui faire ce cadeau parce que ça me faisait plaisir. Elle est toute gentille et vraiment trop chou et je voulais qu'elle comprenne que je l'apprécie. Enfin, après j'avoue avoir fait ça sans trop réfléchir, dans la spontanéité du moment. Mais en tout cas, j'espère qu'elle apprécie la barrette autant que j'ai apprécié lui offrir. Mais pour ce qui est de ta question, je ne sais pas trop quoi répondre... J'ai toujours aimé donner aux gens comme Lottie. Je la sens un peu fragile avec un petit manque de confiance en elle. Et c'est justement pour ça que je donne. Pour qu'elle se sente bien et pour lui montrer qu'il n'y a pas besoin de se prendre la tête avec moi. Bref, pour qu'elle sente qu'elle a tout à fait le droit d'être aimée et qu'elle peut prendre confiance en elle. Je ne sais pas si c'est très clair ce que je dis...*

*Je vois... Un sourire de fierté se dessina sur son visage, je suis plutôt fier de toi ! Cette façon de penser prouve que tu aides les faibles, tout comme moi. Je pense que tu pourrais remonter dans mon estime si tu continues dans cette voie !*

Je ne savais pas si je devais être flattée par la fierté que Long venait de me témoigner ou bien au contraire m'outrager de sa réflexion sur Lottie. Finalement je fis un petit mélange des deux.

*J'apprécie que tu sois fier de moi mais retiens bien une chose: je ne considère et ne considèrerai jamais Lottie comme faible ! Elle est mon égale mais elle a tout à fait le droit de manquer de confiance en elle. Non seulement ce n'est pas un reproche mais en plus je l'aime telle qu'elle est. Mais si ce simple petit cadeau peut l'aider alors j'en serai ravie. Mais si elle ne l'aime pas, elle a le droit aussi. Bref, dans tout les cas, elle fait ce qu'elle veut.*

Je venais à peine d'entrer dans la boutique de vêtements, les mains derrières le dos, que je laissais déjà mon regard se balader sur les articles. Hum... Il semblait y avoir plus de choix en matière de robes ici, c'était une bonne nouvelle ! J'allais jeter un coup d’œil à Lottie pour m'assurer qu'elle était bien en train de me suivre quand je sentis une main se poser sur mon épaule pour finalement me faire me retourner. J'étais maintenant face à elle et lui adressai un sourire, sur le point d'engager la conversation pour demander si l'aile lui plaisait. Je n'en eus pas le temps. Elle venait de se pencher pour me prendre dans ses bras !
J’écarquillai les yeux, prise au dépourvu. Ma nouvelle amie semblait tellement timide que je ne pensais pas qu'elle me ferrait un câlin de sa propre initiative. Du moins pas tout de suite. Peut être qu'après quelque temps ça m'aurait paru normal de progressivement s'ouvrir aux marques d'affections, mais là, j'avoue être dans la plus totale des surprises.

Elle me remercia en me soufflant à l'oreille. Et elle répétait, répétait, répétait son remerciement d'une voix toute tremblotante comme si elle allait pleurer. Elle mettait tellement d'émotion dans cette étreinte que je me sentis totalement désarmée et mis mes bras autour d'elle pour répondre à sa gratitude. Je me sentais émue et attendrie tout d'un coup.

«Je la porterai toujours. Promis.» Me dit-elle d'une petite voix.

Je remarquai que, durant tout ce moment où elle avait parlé, pas une seule fois elle avait bégayé. Je ne pus m'empêcher d'être enthousiasmée par cette idée. Peut être qu'elle se détendait avec moi ? Et qu'elle n'avait plus peur de dire une bêtise ce qui lui permettait d'aligner ses phrases sans buter sur les mots ?
Avant qu'elle ne relâche son étreinte, je lui glissais à l'oreille ma petite observation. Je ne sais pas si le sujet pouvait être délicat ou non mais j'avais envie de la féliciter. D'un ton gentil et encourageant, je lui chuchotais:

« Tu n'as pas bégayé une seule fois ! Je lui tapotai le dos, je suis vraiment ravie que mon cadeau te plaise ! »

Elle s'essuya le visage avant de me lâcher puis s'approcha du miroir pour mieux détailler la petite aile argentée qui trônait au dessus de son oreille. Je la regardais faire en souriant puis remarquai le regard bizarre que nous lançait le commis. Je haussai les sourcils, sans trop comprendre ce que me valait cette expression puis levai une main l'air de dire "heu, salut". Puis je reportai mon attention sur les rayons.

Je me mis en état de détective, fouinant entre les vêtements. J'aimais bien ces moments là parce que j'avais l'impression de pouvoir faire une découverte à n'importe quel moment ! Et c'est d'ailleurs ce qui arriva ! Je venais de mettre la main sur une robe blanche assez simple mais des plus jolies. Pas de décolleté embarrassant, des manches courtes recouvrant les épaules. Elle était resserrée au niveau de la taille pour la mettre en valeur puis descendait en s’élargissant petit à petit jusqu'aux genoux voire un peu en dessous. Cela affinait d'autant plus la silhouette et donnait une légèreté romantique au vêtement. Je glissai mes mains sur le tissu pour sentir la texture. Du coton ! Souple, doux et très agréable pour tout type de peau. Je m'attardai ensuite sur les petites broderies assorties qui bordaient la fin des manches et le bas de la robe. J'aimais beaucoup, ça apportait une petite touche subtile de couleur à cette tenue si épurée. Et croyez-le ou non, mais elles étaient d'une couleur presque similaire aux décorations bleutées de la barrette ! N'était-ce pas parfait ?

Après au niveau de la taille je me mis à réfléchir et à tâter la robe dans tout les sens avant de la prendre dans mes bras. Après avoir échangé tant de câlins avec Lottie, ma mémoire kinesthésique faisait le reste ! Enlaçant une robe en plein milieu du magasin comme un andouille, les yeux levés vers le ciel en signe d'intense questionnement, je finis par hausser les épaules en souriant. Ça me parait pas mal cette taille !
Je me tournai vers Lottie, lui agitant ma trouvaille sous le nez avec un sourire des plus enthousiastes.

« Tu veux l'essayer ? »
Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
Long flatte son ego en #8B0000

Prédiction:
 



avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 268
Localisation : Un peu partout et nulle part en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sortie lèche-vitrine Ven 1 Déc - 9:12
Pendant que je la serrais dans mes bras et que je la remerciais, elle me donnait de petites tapes dans le dos, comme pour m’encourager. Lorsque j’eus relâché mon étreinte, elle me dit le plus naturellement du monde :

« Tu n'as pas bégayé une seule fois ! Je suis vraiment ravie que mon cadeau te plaise ! »

Elle avait raison, je n’avais pas bégayé. Les mots ne s’étaient pas bousculés dans ma tête pour sortir par ma bouche, ils avaient fait la file indienne. Habituellement, les émotions fortes avaient l’effet inverse.

En effet, elle dit vrai. Il faudrait recréer un sentiment semblable pour que je puisse tenter d’étudier le phénomène. Va au comptoir et achète toi une autre breloque dénuée de sens pour te remettre à pleurer puis tente de communiquer, peut-être aurais-je une idée de ce qui te bloque la parole.

J’ignorais sa réplique, encore une fois. Il ne comprenait définitivement pas le fonctionnement des émotions et je n’avais pas particulièrement ni l’envie ni le temps de lui expliquer. J’étais en recherche de vêtements tout de même! Sheila regardait de son côté et moi du mien, et je cherchais autant pour moi que pour elle. Si Sheila semblait regarder dans les vêtements d’été, le fait de l’avoir vue avec un foulard tout à l’heure m’avait fait réaliser que je devais m’équiper davantage pour les temps froid à venir que pour la chaleur qui venait de passer.

Aussi, je me dégotai une robe rouge, malheureusement sans bretelles. Son tissus était épais et elle descendait presque jusqu’à ma cheville, ça me garderait au chaud. Des hanches en descendant elle était constituée de plus en plus d’épaisseurs de tissus et de la taille en montant elle était fort simple, se terminant en tube juste en dessous des bras. Je la pris avec moi, un sourire fort satisfait sur mon visage. Je me dirigeai vers le présentoir pour les leggings, j’aurais besoin d’en avoir plusieurs paires cet hiver. J’en pris plusieurs paires de différentes couleurs et avec différents motifs, ce n’étais jamais vraiment perdu. Puis Sheila vint me rejoindre, une grande robe blanche à la main.

« Tu veux l'essayer ? »

Ah, et c’était pour moi apparemment. Je la pris et la déposai avec celle que j’avais déjà choisie. Je n’allais pas avoir une parade aussi impressionnante que Sheila, mais j’avais bien l’intention de lui montrer les deux tenues que j’avais avec moi.

Où sont tes manières? Après t’être étendue en remerciements pendant de longues minutes pour ton petit morceau de métal, tu ne lui dis même pas merci et, par-dessus tout, tu ne lui adresses même pas un regard?

C’est juste que… Elle a dit que j’avais réussi à ne pas bégayer tout à l’heure, et je sais que je ne serai pas capable de le refaire, je ne veux pas qu’elle soit déçue de moi.

Tu as cette manie de fuir tes problèmes qui m’agace énormément Ashlotte. Alors quoi, tu ne lui adresses plus jamais la parole de toute ta vie pour qu’elle garde un bon souvenir de toi? Tu ne fais que délayer l’inévitable. Brise ses faux espoirs tout de suite et ce sera moins pénible, à la fois pour elle et pour toi.

Je soupirais lourdement. Pour faire changement, il avait raison.

«C’est très… heum… c’est super gentil d’avoir… heum… je vais aller les essayer si… heum… si tu veux venir.»

Et je baissai la tête, honteuse. J’aurais tant aimé faire une super grande phrase sans m’interrompre moi-même pour l’impressionner. Mais au lieu de faire ça, j’avais trébuché à trois endroits dans une phrase toute simple. Je me dirigeais vers la cabine, triste de mon ‘’Handicap’’.

Je me consolais en me disant que j’avais deux belles robes à essayer. Ça ne valait pas vraiment la peine d’essayer les leggings, de toute façon, c’était des tailles unique, ça aurait fait à n’importe qui. Je commençais par la rouge et aussitôt que je l’eus enfilé, je constatai que mon raisonnement avait été le bon : elle gardait effectivement très bien la chaleur pour le bas du corps. J’avais les épaules à l’air, mais je me contentai de me dire que je pouvais bien mettre une veste ou un grand chandail par-dessus pour un bel effet. Je sortais de la cabine pour avoir la réaction de Sheila, je fis un ou deux tours sur place avant de retourner à l’intérieur pour essayer l’autre, la robe qu’elle m’avait amenée.

Une robe blanche, toute simple, avec des broderies bleues sur les manches et dans le bas complètement. Une robe légère, très légère, elle donnait l’impression d’être presque transparente par endroits. Mais après avoir investigué assidument, j’en venais à la conclusion que c’était simplement le  tissu qui donnait des reflets particuliers à la lumière. Aussitôt que je l’eu revêtue, je me sentais bien : Elle était si légère, elle me serrait à la taille, elle descendait bas, elle couvrait mes épaules et, après une autre vérification, elle n’était pas transparente.

Tout sourire, je sortais de la cabine.

«Comment tu la trouves? Moi… heum… je l’aime beaucoup. Est-ce que tu… heum… est-ce qu’on voit au travers?» Je posais la question en rougissant un peu. Je n’avais pas du tout l’habitude des robes blanches et je ne pouvais m’empêcher de paranoïer un peu. Mais même si on avait vu au travers, j’avais l’intention de l’acheter comme robe de plage, si Sheila trouvait qu’elle m’allait bien. J’étais déjà prête à aller payer mes achats, il ne me manquait que l’accord de me nouvelle amie pour sceller l’affaire.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Ashlotte tente de communiquer avec vous en #0066ff
Thôt aimerait beaucoup mieux être en train d'apprendre en #ff6633
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sortie lèche-vitrine Ven 8 Déc - 22:03



Sortie lèche-vitrine
Sans un mot, Lottie prit la robe que je venais de lui proposer pour la mettre avec une rouge. Étant donné la longueur et l'épaisseur du tissu, elle devait être une robe d'hiver. Arf, j'ai vraiment du mal avec ce genre de vêtement... Pas que je n'aime pas ! Mais j'ai toujours l'impression d'avoir froid... Mieux valait un bon jean avec pull, chaussettes et tout le bazar pour se préserver de cette saison si pénible ! Enfin, je suppose que je suis plus frileuse que Lottie.

Tient d'ailleurs en parlant d'elle, elle avait l'air totalement absorbé par sa recherche de vêtements puisqu'elle ne prit pas le temps de m'accorder un petit regard. Drôlement concentrée comme fille ! Je pense qu'elle doit être une cérébrale. Vous savez ces personnes qui réfléchissent à pleins de choses mais sans forcément les exposer ? Ces personnes posées qui peuvent faire preuve d'une concentration tellement extrême que plus rien ne peut les déranger ? Hé bien je pense que Lottie est ce type de personne. Il suffit de voir sa façon de prendre des notes pendant que je parlais au kiosque de glaces. Oui, rien que ça me fait penser qu'elle doit être vachement balèze ! Vous imaginez devoir suivre une conversation en écrivant autre chose ? Et le tout sans regarder sa feuille ! Ben oui sinon ce ne serait pas drôle...! Vous saisissez l'idée.
Bref, tout ça pour dire quoi ? Ah oui ! J'imagine que Lottie était en pleine réflexion pour n'avoir capté qu'à moitié ma présence.

Sans trop tenir compte de cette absence de réaction, je laissais balader mes yeux dans les rayons puis m'étirai. Pas grand chose ne me tapait à l’œil et entre nous, il valait mieux que je ne fouille pas trop en profondeur parce que mon porte-monnaie venait à peine de faire un régime minceur d'une efficacité à toute épreuve ! Il faudrait qu'il me donne son secret, que je puisse le faire passer à ma tante ! Elle qui voulait mincir, elle sera servie !

*Es-tu bien consciente que tu attribues un fonctionnement humain à ce porte-monnaie et que ta tante n'aura jamais de conversation régime avec lui ? Je préfère poser la question pour être sûr que ton état psychique se porte bien...*

Amusée par la réplique de Long, je me contentai de lâcher un petit rire alors que je m'amusais à enrouler une écharpe autour de mon bras. Ne me demandez pas pourquoi, moi même je n'ai pas la réponse à cette question mais c'est toujours drôle de jouer avec des foulards.

«C’est très… heum… c’est super gentil d’avoir… heum… je vais aller les essayer si… heum… si tu veux venir.»

La petite voix timide de Lottie venait de me ramener sur Terre et, tandis que je tournais la tête pour la regarder, je constatai qu'elle avait de nouveau bégayé. Bon ce n'était pas très grave mais ce qui m'attristait le plus était le réflexe qu'elle eut de baisser la tête au moment même où mon regard se posa sur elle, comme si j'allais la gronder. Je me sentie un peu mal à l'aise croyant que je la mettais elle-même mal à l'aise alors que j'aurai aimé qu'elle se sente bien avec moi...
Ne me dites pas que je fais si peur que ça ? Je m'inquièterai sinon...
Aïe aïe aïe ma petit Lottie... Il faut que tu comprennes que tu n'as pas à te sentir gênée avec moi ! Je ne suis pas du style à juger les gens, ça serait mal à propos. Depuis l'accident de mon frère j'ai remarqué que mon père, ma mère et moi avions décidé de vivre la chose de manières différentes alors je ne peux absolument pas me permettre de juger une personne sans savoir ce qu'elle a vécu ! Je pars du principe qu'on a tous une bonne raison d'agir comme on le fait donc ça ne sert à rien de faire des critiques.
C'est ce que j'aurai aimé lui dire mais ça équivaudrait à lui parler de l'accident de mon frère et je n'avais aucune envie de la mettre encore plus mal à l'aise qu'elle ne l'est déjà. Je me contentai donc de sourire et de l'inviter à aller aux cabines d'essayage en lui donnant une petite tape amicale dans le dos. Le message étant bien évidemment de ne pas s'en faire et de ne pas trop se prendre la tête.

« Okay miss ! Guide nos âmes perdues à travers ce dédale,j'agitais théâtralement la main pour désigner les rayons tout en enchainant, pour ainsi nous mener à notre but ultime: le palais aux milles rideaux ! » Je ponctuai ma phrase en levant victorieusement le poing

*"Palais aux milles rideaux"...* Un soupir de Long me signifiait son exaspération mais je décidai de feindre l'incompréhension et imaginer qu'il s'agissait d'une question.

*Référence aux cabines d'essayage vu qu'elles se ferment souvent avec des rideaux. Quoi que je préfère tout de même quand elles ont de vrais portes !*

*Tu es vraiment stupide...*

*Mais je ne te permets pas !*

*Pour commencer je me permet ce que je veux face à un être tel que toi et concernant ta petite démonstration de théâtre, ne penses-tu pas la mettre d'autant plus mal à l'aise en lui montrant que toi tu peux aligner deux mots tandis qu'elle non ?*

Je mis une main devant ma bouche par réflexe, comme si ça effacerait ce que je venait de dire.
Mais qu'elle débile ! Je venais à peine de réaliser ! Non seulement je n'avais pas du tout pensé à ça mais en plus j'avais fais ça pour faire rire Lottie tant ma gestuel et le ton que j'avais pris étaient exagérés. Avec la même main qui me servait à couvrir ma bouche je me tapai le front en me demandant comment j'avais pu être aussi indélicate !
Je me précipitai pour rattraper ma bêtise mais me vautrai évidement en beauté tant je me sentais stupide et embêtée.

« Oui alors non..! C'est que hm.. Comme je suis un peu bête j'ai pensé que.. Enfin je voulais essayer de peut être.. mais finalement... Comment dire ? En fait.. C'est à dire..! Je ne voulais pas..! »

J'accompagnai mes paroles de gestes maladroits pour illustrer mes propos (si propos il y avait) puis finis par pointer la direction des cabines pour mettre fin à cette catastrophe.

« Bon, on ferrait mieux d'aller aux cabines »

Quand soudain j'imaginai le tableau du point de vu de Lottie et entrevis une petite rousse en train de galérer en gesticulant et en mangeant à moitié ses mots, rendant le discours entier totalement incompréhensible, sans queue ni tête. Je me mis à rire de moi-même, me trouvant ridicule. Je trouvais l'action tellement drôle que je ne pouvais pas m'en empêcher. Un peu comme lorsqu'on nous prend en photo en train de faire une grimace et, même si on fait une tête atroce, on est obligé de rigoler tant notre tête est bizarre.

Bref, nous allions maintenant aux cabines pour que Lottie puisse faire ses essais. La première robe à être portée fut celle d'hiver. Elle était rouge et longue et le découpage collait parfaitement au physique de Lottie. Elle l'avait déjà prouvé en me choisissant une robe mais là, plus de doutes possibles, elle avait l’œil ! Je lui signalai d'un applaudissement que j'aimais beaucoup le rendu puis vint le tour de ma robe. Enfin pas exactement "ma" robe vu qu'elle n'était pas à moi mais était celle que j'avais choisit. Bref, vous avez compris, pas la peine de jouer sur les mots petits filous (oui, comme les yaourt) !
Je n'eus pas le luxe de laisser se balader librement mon flots de pensées plus longtemps puisque Lottie venait de sortir de la cabine. Et quand je la vis dans cette robe blanche, c'est comme si un ange venait de se présenter devant moi.
Le regard attendri, je lui souris presque timidement. Touchée par sa petite voix incertaine, désarmée par son rougissement confus, je perçus brusquement toute sa sensibilité, toute sa timidité et toute sa féminité.
J'en aurais presque perdu mes mots mais je me devais de lui répondre alors je dis simplement:

« Tu es vraiment très belle, petit ange. »

Je n'ajoutai rien. Pas besoin de long discours pour répondre à ses questions, cette seule phrase suffisait à balayer les doutes restants.
Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
Long flatte son ego en #8B0000

Prédiction:
 



avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 268
Localisation : Un peu partout et nulle part en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sortie lèche-vitrine Dim 31 Déc - 4:02
Alors que je me dirigeais vers les cabines d’essayage, Sheila me lançait de manière très théâtrale, avec la gestuelle et tout :

« Okay miss ! Guide nos âmes perdues à travers ce dédale pour ainsi nous mener à notre but ultime: le palais aux milles rideaux ! »  

Après quoi, elle se mit la main sur la bouche et se claqua le front, avant de bégayer une phrase sans aucun sens et de se mettre à rigoler toute seule.

Rassure-moi Thôt, ce n’est pas comme ça quand je communique hein?

Non. Tu finis toujours par mettre toutes les informations dans ta phrase, même si ça prend un peu de temps à décoder.

« Bon, on ferait mieux d'aller aux cabines »

Elle me faisait sourire malgré moi, elle était tellement expressive, on pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert. Elle semblait mal à l’aise de son comportement mais moi, elle avait réussi à m’arracher un petit rire. Elle était définitivement remplie de surprise.

Elle avait semblé aimer la robe rouge, mais puisqu’elle semblait aimer à peu près tout ce sur quoi elle posait les yeux, je me dis que ses applaudissements ne voulaient pas nécessairement dire que j’étais spectaculaire. C’était tout de même quelque chose de positif et je me décidai donc de prendre la robe. Et lorsque je sorti de la cabine avec la robe blanche, je la vis se relâcher complètement, rougir un peu en souriant. Et elle me dit, le plus sincèrement du monde :

« Tu es vraiment très belle, petit ange. »

Je fis comme elle : Je souris en rougissant, avant de hocher la tête et de retourner dans la cabine. Je remis la robe jaune que j’avais en arrivant et je me dirigeai vers la caisse pour acheter tout ce que j’avais pris. J’avais essayé de faire comme Sheila et de trouver un petit quelque chose à lui offrir, une broche, un bijou, des boucles d’oreille, un collier, une bague, n’importe quoi, mais il n’y avait vraiment rien d’équivalent à ce qu’elle avait bien pu me donner tout à l’heure, alors j’abandonnai l’idée. Je m’assurai que Sheila me suivait encore avant de quitter la boutique.

Le ciel s’était encore un peu assombri et on ne voyait presque plus le soleil. Le vent tantôt timide était maintenant un peu plus présent et de gros nuages gris menaçaient maintenant de vider leur contenu sur la ville de Galway.

«J’ai beaucoup aimé… heum… passer ce temps… heum… notre journée ensemble mais… heum… il va pleuvoir. Et… heum… comme je suis à pieds et… heum… que c’est loin, je… heum… je vais partir tout de suite.» Je sorti un bout de papier de mon sac et je griffonnai mon numéro de téléphone dessus avant de lui tendre. «Tiens. C’est… heum… mon téléphone. Enfin… heum… mon numéro. Si un jour… heum… tu veux qu’on se revoit.»

Je m’apprêtais à tourner les talons quand Thôt se manifesta.

Vous allez probablement dans la même direction pendant un petit moment Ashlotte, vous arrivez du même endroit. Elle doit demeurer ici à Galway, sinon c’est peut-être même une étudiante à Immortalia. Propose lui ta compagnie, tu donnes vraiment l’impression de vouloir t’en aller au plus vite.

Mais je veux m’en aller au plus vite Thôt, il va pleuvoir et j’en ai pour tout près de trois heures de marche, peut-être deux si on a le vent dans le dos. C’est certain que je vais me faire prendre par la pluie, alors je voudrais être trempée pendant le moins de temps possible. Mais tu as raison, je vais l’inviter à faire un bout de chemin avec moi.

«Tu veux… heum… venir avec moi un peu? Je vais… heum… je retourne au collège. Heum… À Immortalia.»

Sans vraiment attendre sa réponse, je commençais à figurer le chemin dans ma tête tranquillement. J’avais une petite idée du chemin qu’on avait emprunté pour venir jusqu’ici, il suffisait de le faire en sens inverse. Mais avec tous les détours qu’on avait faits, j’essayais d’imaginer un chemin plus direct. Je lui souris et je lui fis signe de me suivre de la tête.

«Je connais le chemin… heum… cette fois.»

Je commençai à marcher, un peu plus rapidement, en m’assurant de ne pas perdre Sheila de vue.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Ashlotte tente de communiquer avec vous en #0066ff
Thôt aimerait beaucoup mieux être en train d'apprendre en #ff6633
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sortie lèche-vitrine Ven 5 Jan - 2:06



Sortie lèche-vitrine
L'entendre rire à mon jeu de théâtre me rassura. Non seulement elle ne l'avait pas mal prit mais en plus ça l'avait amusé ! J'attendais ensuite qu'elle se change dans la cabine pour lui donner mes avis successifs concernant les deux robes qu'elle voulait essayer.
La voir dans la robe blanche m'avait un peu hébété et je me retrouvais à rougir timidement comme une abrutie ! D'ailleurs, Long ne manqua pas de le relever pour me taquiner. Et vas-y que je me fiche de ta figure, et vas-y que je te mets mal à l'aise ! Il recommença avec son histoire d'orientation sexuelle ce qui m'agaça au plus haut point. Non mais de quoi je me mêle ? Ah bah bravo... Très mature tout ça monsieur !
Je soupirai intérieurement en l'expulsant de force en arrière plan. Ce Pogogo est décidément pénible quand il décide de me taquiner... Ah moins qu'il n'apprécie pas tant que ça de me voir attendrie par Lottie ? Peut être qu'il pense que c'est une marque de faiblesse ? Lui qui est toujours si exigent, ça ne m'étonnerait pas...

J'attendais que mon amie sorte de sa cabine, à nouveau habillée de sa robe jaune avant de me diriger vers les rayons. Je comptais attendre avec elle à la caisse pour profiter au maximum de sa présence. Après tout, j'avais comme la sensation que cette sortie touchait à sa fin. Nous avions toutes les deux trouvé notre bonheur dans les magasins, on avait également mangé une glace, il n'y avait donc plus beaucoup d'activités possible mis à part se promener. Je lui proposerai quand on sera sorties. Qui sait ? Il y a peut être moyen de rester encore un peu ensemble ? Cette idée me faisait sourire, j'aime sincèrement sa compagnie. Même si j'ai l'impression d'être toute petite à côté d'elle, j'ai envie de la protéger un peu de la même façon que mon petit frère. Et puis en théorie je suis plus âgée !

Je patientai en tripotant encore un peu le tissu d'un vêtement tandis que Lottie s'était rendue à la caisse pour payer. Avant de finaliser son achat, elle semblait chercher quelque chose dans les petits objets bling-bling autour du comptoir. Peut être voulait-elle lier ses nouvelles robes avec un accessoire ? Elle se résigna, ne trouvant rien qui puisse satisfaire son envie pour finalement me rejoindre.
Une fois dehors, je levai le nez pour constater les nuages qui masquaient désormais le ciel. Mes cheveux se hérissèrent légèrement sur ma tête, signe qu'il allait pleuvoir. Et oui, mon corps m’envoie des signaux que j'arrive maintenant à déchiffrer avec l'expérience. Ça me fait mal de le reconnaître, mais il y a des fois où je me comporte un peu comme un animal... Tout passe par l'instinct faut croire.

Je ressentais déjà la température plus basse que tout à l'heure alors je remis me veste sans plus attendre. J'ai bien fait de la prendre, moi qui suis frileuse... Je regardai ensuite Lottie qui avait une tenue un peu plus fraîche. Heureusement, elle avait un chapeau qui devrait la protéger de la pluie !

«J’ai beaucoup aimé… heum… passer ce temps… heum… notre journée ensemble mais… heum… il va pleuvoir. Et… heum… comme je suis à pieds et… heum… que c’est loin, je… heum… je vais partir tout de suite.»

J'allais lui demander où est ce qu'elle allait mais elle prit rapidement un petit papier sur lequel elle griffonna quelque chose puis me le tendit en précisant qu'il s'agissait de son numéro de téléphone. Je l'acceptai volontiers, heureuse de voir qu'elle voulait garder contacte avec moi. Je la remerciai d'un grand sourire.

«Tu veux… heum… venir avec moi un peu? Je vais… heum… je retourne au collège. Heum… À Immortalia.»

Je la regardai en écarquillant les yeux. Elle avait bien dit Immortalia ?? Mais c'est géniale ça ! C'est incroyable comme le monde est petit ! Si ça se trouve, elle est en classe M elle aussi ! Alors ça, ce serait le top de la coïncidence ! Si c'est le cas, je me demande quel dieu la possède !

*Tu oublies les Esprits !*

*Mais tu te rends compte Pogogo ? Je suis sûre que c'est le destin ! C'est vraiment un truc de fou, ah ça me sidère !*

*Je te demanderai une énième fois de ne PAS me surnommer de la sorte ! C'est parfaitement ridicule. De plus, je tiens à te faire remarquer que ta façon de changer de sujet me déplait grandement.*

*Détends toi Long, je ne t'oublie pas si c'est ce que tu voulais me dire.*

Même si ma possession est récente, je commence à connaitre le Dragon et puis de toute façon, on lit facilement en lui lorsqu'il est énervé. Je suis presque sûre qu'elle parlait de lui lorsqu'il m'a rappelé que les esprits existaient aussi. C'est dingue comme il peut être pénible quand je décide de porter mon attention sur autre chose que sa personne. C'est limite jaloux.
Il reprit son argumentation tandis que Lottie m'adressait la parole. Apparemment elle sait comment rentrer et m'invite à la suivre. Je lui souris en lui emboitant le pas (et en essayant d'ignorer le Dragon, au passage) et m'empressai de lui répondre avec encore plus d'entrain que lorsque je cherchais des vêtements.

«Tu étudies à Immortalia ? Mais c'est super ça ! Moi aussi ! On va encore passer trois heures à marcher ensemble ! Je suis suis trop contente, ça sera vraiment facile de se revoir dis donc ! »

Nos pas étaient plus rapides que tout à l'heure pour essayer d'échapper à la pluie mais ça ne servait pas à grand chose. A peine une demi-heure plus tard, je commençais à sentir des gouttes tomber. Elles étaient fines, certes, mais il était plus que probable que sa tombe de plus en plus fort. Je soupirai en me rappelant que j'étais habillée en blanc... Tant pis, j'avais une veste au pire ! Et heureusement que j'avais mis un jean, ça me tiendra un peu plus au chaud que si j'avais mis un short !
Bon...
Je me mis à courir et me retournai le temps de dire:

« Première au lampadaire !»
Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
Long flatte son ego en #8B0000

Prédiction:
 



avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 268
Localisation : Un peu partout et nulle part en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sortie lèche-vitrine Jeu 8 Fév - 4:03
Elle avait accepté mon offre de raccompagnement, et c’est ainsi qu’on avait commencé notre longue marche ensemble. À la base, je lui avais proposé de faire un bout de chemin avec moi pour éviter qu’elle se perde à nouveau. Je ne la connaissais pas beaucoup, mais j’avais bien cru remarquer qu’elle n’avait que très peu de, pour ne pas dire aucun, sens de l’orientation.

«Tu étudies à Immortalia ? Mais c'est super ça ! Moi aussi ! On va encore passer trois heures à marcher ensemble ! Je suis trop contente, ça sera vraiment facile de se revoir dis donc ! »

Sa petite remarque me fit sourire. Oui, ce sera facile de se revoir, si jamais tu veux me revoir Sheila.

«Je… heum… oui c’est bien, je… heum… on va pouvoir discuter un peu… heum… si tu veux. Et… heum… on pourra se revoir… heum… un jour. Si tu veux…»

Sans le soleil, il n’était pas très évident de dire avec exactitude quelle heure il pouvait bien être, mais nous devions être partie depuis une quarantaine de minutes lorsque la pluie commença à tomber en petites gouttelettes. Ce n’était pas encore désagréable, et ce n’était pas non plus suffisant pour mouiller nos vêtements, mais nous allions définitivement être complètement trempées une fois rendues au collège. Je n’appréciais pas spécialement la pluie mais, après tout, qu’est-ce que je pouvais bien y faire?

Sheila semblait avoir encore plus horreur que moi d’être mouillée, je la vis s’enfuir à toutes jambes. Une réaction que je jugeais un peu démesurée, considérant que nous devions être à une bonne dizaine de kilomètres du pensionnat et qu’il n’y avait aucune chance qu’elle puisse garder cette allure sur une aussi grande distance. Or, elle se retourna pour me dire :

« Première au lampadaire !»

Et aussitôt que je réalisai où elle voulait en venir, mes jambes me portaient aussi rapidement qu’elles le pouvaient. Je courais et courais encore davantage, tentant d’éliminer la distance qu’il y avait entre elle et moi. Je n’y peux absolument rien, je suis quelqu’un d’excessivement compétitive, j’ai besoin de gagner, de me démarquer, de prouver aux gens que je suis une fille capable, talentueuse. Que je suis la meilleure.

Et c’était ce que j’étais en train de montrer à Sheila, parce que malgré l’avance avec laquelle elle était partie, mes heures de course quotidiennes et mes grandes jambes me permettent d’arriver un peu avant elle au lampadaire qu’elle a choisi comme ligne d’arrivée. Si je n’avais pas été en robe et que j’avais eu des chaussures de course ç’aurait été un jeu d’enfant, mais ça avait tout de même été plutôt serré, Sheila semblait elle aussi être en grande forme physique. Les mains sur les hanches pour reprendre mon souffle, je souriais à Sheila lorsque je me fis interrompre par mon chambreur mental.

Qu’est-ce que c’était tout ça?

Tout ça quoi? Nous avons fait une course et j’ai gagné, c’est bien de ça que tu parles?

Bien sûr que c’est de ça que je parle, mais ma question était plus dans l’optique du : ‘’Pourquoi as-tu même songé de participer à cette démonstration inutile de prouesse physique?’’

Pourquoi? Plutôt pourquoi pas? On a fait une course, j’ai gagné, ça ne nous a rien demandé et ça nous a diverti, il n’y a que du positif dans ce qui vient de se passer.

Je recommence pour une deuxième fois parce que tu ne sembles pas saisir l’essence de mes propos. Ma question va comme suit : Pourquoi toi, Ashlotte Eklund, ressens-tu le besoin de prouver la moindre de tes capacités, physiques ou intellectuelles, à quiconque, toi qui prône la paix intérieure et l’absence totale d’importance de soi? N’est-ce pas là une preuve irréfutable que ta philosophie Bouddhiste n’est pas quelque chose de possible pour de simples humains? Vous cherchez toujours à prouver que vous êtes meilleurs les uns que les autres, c’est ancré au plus profond de votre être, votre système entier repose sur la prémisse que certains humains sont supérieurs à d’autres et que…

Je t’arrête tout de suite Thôt. Je t’interdis de dire que le Bouddhisme ne peut pas fonctionner parce que j’ai coursé avec Sheila. Nous, ‘’Les humains’’ comme tu le dis si bien, sommes une espèce compétitive, c’est certain. Mais j’aime croire que la compétition nous rends plus fort et ressort le meilleur de nous-même. Si j’avais coursé toute seule, j’aurais eu beaucoup moins de motivation à donner le meilleur de moi-même. En coursant avec Sheila, elle m’a forcé à me dépasser, et je l’ai aussi motivé à donner son 100%. Alors, dans l’optique de devenir la meilleure version possible de moi-même, autant physiquement que mentalement, je donne tout ce que j’ai, à la fois pour tester mes limites et pour m’améliorer au-delà.

N’entendant pas de réplique, je supposai que j’avais quelques minutes de paix pendant lesquelles il débattait intérieurement de la validité de ma vision de la situation. J’allais donc en profiter pour discuter avec Sheila sans me faire interrompre. Encore un peu hors d’haleine, je lui lançai :

«Ouf, c’était… heum… tu cours très… heum… tu es rapide. Dans quoi… heum… est-ce que tu… heum… as-tu d’autres… heum… talents? Mis à part celui de… heum… de grimper aux murs hein...»

Je lui faisais signe de reprendre notre marche. Il fallait bien continuer de marcher quand même si on voulait se rendre un jour. Essayant de meubler encore davantage la conversation, j’essayai d’en apprendre un peu plus sur elle.

«Et sinon… heum… comment est-ce que… heum… tu t’es retrouvée ici? Heum… À Immortalia je veux dire parce que… heum… ici je sais parce que… heum… j’étais avec toi et… heum… bon, tu saisis j’imagine…»

Encore une fois, je rougissais de honte à mon incapacité à formuler les phrases comme je les voulais, le tout accompagné par un Thôt à mi-chemin entre l’exaspération et la moquerie. Sauf que cette fois, je baissais la tête simplement pour voir où je mettais les pieds et éviter de trébucher sur le sol inégal.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Ashlotte tente de communiquer avec vous en #0066ff
Thôt aimerait beaucoup mieux être en train d'apprendre en #ff6633
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sortie lèche-vitrine Mer 21 Fév - 22:46



Sortie lèche-vitrine
Je venais à peine de lancer mon challenge que je vis Lottie se mettre à courir comme une flèche dans ma direction. Oh ? On dirait qu'elle est plus sportive qu'elle ne le laisserait croire... All right ! Je vais pas me retenir ! Enfin, je ralentis légèrement mon mouvement le temps qu'elle rattrape la distance que j'avais déjà parcouru, sinon il y aurait triche. Aller, encore un peu... Elle est à mon niveau ! Et c'est parti ! Je redonnai un coup de boost à ma vitesse pour m'assurer la victoire. Enfin, c'est vite dit. Elle est coriace la miss ! Je redoublai d'efforts en lui lançant de temps à autre un petit regard de défi. Bon, avec mon escapade aérienne de tout à l'heure je commençais à sentir mon souffle se raccourcir légèrement... Elle me dépasse ! Et... Fin de la course ! Lottie m'adressait un sourire satisfait auquel je répondis. Wow, j'avoue qu'elle m'a étonné durant ce cours instant de sport. Franchement, je ne m'y attendais pas du tout !

J'adressai une petite pensée maline au Dragon pour lui montrer que ma nouvelle amie n'était pas si faible qu'il le pensait. Il me répondit vaguement par un grognement avant d'ajouter une petite râlerie pour me rappeler que je suis encore moins digne de lui maintenant que j'ai perdu face à elle.
Ignorant les réprimandes de Long, je posai mes mains sur mes reins et courbai légèrement le dos vers l'arrière pour dresser mon visage vers le ciel. Le gouttes d'eau roulaient sur mes paupières fermées tandis que je reprenais doucement ma respiration. Aaaaaah... Je déteste vraiment la pluie. Ça me rappelle ce jour où mes parents m'ont annoncé qu'ils ne souhaitaient plus vivre ensemble. Au fond, je le sentais. Mais j'avais toujours espoir que ça se calme. Que ce n'était qu'un mauvais moment à passer. Enfin, j'imagine que je ne pourrai jamais rien y faire alors ça ne sert à rien d'y penser.
Pour me changer les idées je reportai mon attention sur Lottie en me redressant.

«Ouf, c’était… heum… tu cours très… heum… tu es rapide. Dans quoi… heum… est-ce que tu… heum… as-tu d’autres… heum… talents? Mis à part celui de… heum… de grimper aux murs hein...»

Je secouai la tête pour faire partir l'eau sur mon visage puis lui donnai une petite pichenette amicale sur le bout du nez.

« Tu es pleines de surprises dis donc ! Je suis impressionnée ! »

Je mis mes mains derrière ma nuque pour reposer ma tête dessus et lui adressait un sourire sincère.

« Et je n'ai pas tant de talents que ça, tu sais. Enfin, je suis plutôt simple comme fille au final. »

Je me mis à rire en reprenant ma marche comme suggéré par le petit signe de Lottie puis cherchai du regard un endroit bien précis. Je ne lui avais pas dis que je faisais de la danse et j'avais ma petite idée pour la surprendre.

«Et sinon… heum… comment est-ce que… heum… tu t’es retrouvée ici? Heum… À Immortalia je veux dire parce que… heum… ici je sais parce que… heum… j’étais avec toi et… heum… bon, tu saisis j’imagine…»

J'inclinai légèrement la tête sur le côté puis eus un petit rire nerveux. Moi qui voulais chasser mes souvenirs un instant pour passer un moment agréable... Je soupirai légèrement en me grattant la nuque. Bon, j'ai surmonté ça depuis, ça ne me dérange pas d'en parler mais ce n'est jamais très plaisant de me replonger dedans. Bien sûr, ce n'était pas non plus le plus dur dans ma vie mais me rappeler le divorce de mes parents me renvoie immédiatement à... l'accident.

« Mes parents ont divorcé il y a quelque temps. Après l'accident de mon petit frère ils ne s'entendaient plus et ça a commencé à être compliqué avec ma mère. J'ai voulu m'éloigner et coup de bol, Immortalia m'a contacté. »

J’omettais volontairement de dire qu'Edan nous avait quitté pour ne pas trop plomber l'ambiance. Bien sûr, si elle me posait plus de questions je ne comptais pas non plus le cacher. Dissimuler quelque chose comme ça, reviendrait à ne pas reconnaître l'existence de mon frère et ça, je ne le voulais pas. Bref, j'étais tout de même mitigée sur la tournure que prendrait la conversation...
Je reportai mon regard sur Lottie qui avait baisser la tête en rougissant. D'abord, je ne compris pas tout à fait ce qu'il lui arrivait puis je finis par sourire en haussant légèrement la voix pour détendre l'atmosphère.

« Enfin ! C'est passé maintenant et comme on ne peut pas revenir en arrière, autant aller de l'avant hein ! »

Je lui offrais un nouveau sourire puis remarquai une petite place. Pile ce que je cherchais ! Je pris la jeune fille par la main pour la tirer avec moi vers cet endroit tout en faisant glisser mon doigt sur ma playlist de téléphone avant de m'arrêter sur la chanson que je cherchais. Je restai un instant, à finalement hésiter, puis j'en choisis une autre. Voyant que Lottie ne comprenait pas ce que je faisais, je lui donnai mon portable en enchaînant.

« Je vais te montrer mon plus grand talent ! Quand je serai en place tu n'auras qu'à appuyer sur play ! »

Je me mis en position au milieu de la place en constatant que le sol mouillé me demanderait de redoubler de précautions pour ne pas glisser mais ça restait tout à fait faisable. Je donnai le signal à Lottie d'un regard puis fermai les yeux en attendant d'entendre la musique. Mon corps se mit à bouger sur ma chorégraphie. Je la connaissais si bien qu'il m'était presque possible de fermer les yeux à chaque pas. Je l'avais tellement répétée plus jeune et encore maintenant. Elle n'a jamais été présentée à un concours ni même montrée à mes professeurs. Cette danse, je l'avais chorégraphiée un peu après la mort d'Edan. Les paroles de la chanson me parlaient et j'avais profondément besoin d'un exutoire. Bien sûr, ce n'est pas parfait et je la peaufine dès que je peux mais c'est la danse où je mets le plus d'émotions. C'est bien simple, chaque note qui me transperce, chaque mouvement qui anime mon corps, tout résonne si fort en moi. Parfois, j'ai la sensation de sentir mon frère tout près. C'était jusqu'ici mon unique spectateur... Quelle impression étrange que de partager avec Lottie ce que je considérais comme mon jardin secret.

Pourquoi avoir changé d'avis pour choisir cette danse ? J'aurais très bien pu me tenir à mon idée initiale. J'imagine que je me sens à l'aise avec elle. Que je ne me sens pas jugée. Et peut-être que c'est une façon de me libérer totalement de mes mauvais souvenirs ? Le simple fait d'y penser me donna tord. C'en était presque drôle tant c'était évident. Jamais je ne pourrai me guérir totalement de cette blessure... Je revoyais déjà mon frère et, portée par la musique, je me sentais m’attrister.

Les dernières notes se firent entendre et je m'arrêtai de danser. A terre, je restai un instant sans bouger en mettant une main sur mes yeux. Les passages au sol avaient trempés mes vêtements mais bizarrement je ne le sentais presque pas. Pour l'instant, j'étais juste traversée par des sentiments contraires. L'envie de pleurer. L'envie de sourire à Lottie.
Je me redressai et me remis sur mes pieds en reprenant mon souffle. Enfin, maintenant que j'y pense, je pourrais presque me permettre de pleurer. Avec la pluie, ça passera peut-être inaperçu ? Mais je n'ai vraiment pas envie de plomber l'ambiance. Je ne sais pas trop quoi faire.
Mon cœur se sert...

hrp:
 
Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
Long flatte son ego en #8B0000

Prédiction:
 



avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 268
Localisation : Un peu partout et nulle part en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sortie lèche-vitrine Jeu 10 Mai - 3:46
Elle toucha mon nez avant de répondre :

« Tu es pleines de surprises dis donc ! Je suis impressionnée ! »

Ce à quoi je ne pus m’empêcher de sourire. Même si le surplus d’égo n’apporte rien de bon, il est toujours agréable de se faire complimenter. Ce n’est pas un crime d’impressionner les gens après tout. Il faut croire qu’elle ne s’attendait pas à ce que je la batte dans notre petite course, sinon elle n’aurait pas été impressionnée hein?

« Et je n'ai pas tant de talents que ça, tu sais. Enfin, je suis plutôt simple comme fille au final. »

Elle avait dit ça en riant de bon cœur, alors j’imaginais bien qu’elle ne devait pas vraiment croire à ce qu’elle venait de me dire. Elle, une fille simple? Un mélange aussi pur de gentillesse, de naïveté, de joie, de candeur, d’énergie, et elle se considère comme simple? Encore une fois, je ne pouvais que sourire à sa remarque. Je n’avais pas envie de la contredire, alors je souris en hochant la tête en signe d’approbation. On continuait à marcher pendant que Sheila répondait à son rythme à mes questions.

« Mes parents ont divorcé il y a quelque temps. Après l'accident de mon petit frère ils ne s'entendaient plus et ça a commencé à être compliqué avec ma mère. J'ai voulu m'éloigner et coup de bol, Immortalia m'a contacté. »

Ashlotte. Son ton était grave. Loin de son attitude de réprimande que je lui connaissais d’habitude, c’était presque effrayant à quel point il dégageait de l’autorité.

Je sais, ne t’inquiète pas.

« Enfin ! C'est passé maintenant et comme on ne peut pas revenir en arrière, autant aller de l'avant hein ! »

Je soupirais légèrement en souriant. J’étais particulièrement heureuse qu’elle ait cette attitude par rapport aux événements, parce que je devais avouer que je n’avais pas vraiment d’idée pour désamorcer la situation. Mais je fus presque aussitôt sortie de mes pensées par Sheila qui me tirait par la main, à l’instar d’une petite fille qui veut faire découvrir le monde à sa mère. Elle cherchait quelque chose sur son téléphone, puis me le donna pendant que je cherchais à comprendre ce qui se passait.

« Je vais te montrer mon plus grand talent ! Quand je serai en place tu n'auras qu'à appuyer sur play ! »

Oh? Elle chantait peut-être? Elle m’avait donné son téléphone pour faire jouer une chanson et lorsqu’elle me fit signe je m’exécutai.

Elle dansait. Je n’étais pas spécialiste de la danse, mais j’avais quand même l’impression qu’elle dansait très bien. Plus la chanson avançait, plus elle faisait des figures compliquées. Elle virevoltait, elle pliait, elle sautait, elle se retrouvait par terre, elle se tortillait, elle flottait, elle s’étirait et se rétractait. Comme si chacun de ses membres était animé par une force différente et qu’ils étaient tous indépendants les uns des autres. Je la voyais flotter tout près et tout ce que j’étais capable de me dire, c’est qu’elle me faisait penser à un papillon. Un très joli papillon.

La chanson était très… triste. Je n’étais pas non plus experte en musique, mais il y avait un quelque chose dans la voix de la chanteuse qui me donnait une impression de profonde tristesse. Et un quelque chose dans la danse de Sheila qui reflétait un peu cette tristesse.

‘’ I’m only human Just a little human I can take so much Until I’ve had enough’’

Ces paroles vinrent me chercher au plus profond de mon âme quand je sentis à quel point j’étais fragile moi-même, à quel point cette petite escapade dans la pluie pouvait signifier ma fin si j’étais moindrement malchanceuse, à quel point des choses que les autres prenaient pour acquis pouvaient représenter une montagne pour moi.

Et lorsque la chanson se finit, elle restait immobile au sol pendant un long moment. Ou ce qui me parut être un long moment. Peut-être que c’était émotif pour elle aussi?

Thôt, qu’est-ce que je fais?

Je n’en sais rien. Écoute ton cœur.

Écoute ton cœur? Le dieu de la logique et de la raison qui me dit d’écouter mon cœur? Je savais bien qu’il ne se mêlait pas des émotions, mais là j’avais besoin de son aide. Je n’avais pas la moindre idée de comment gérer la situation. J’avais envie de pleurer, mais je ne voulais pas qu’elle pense que c’était de sa faute. J’avais envie de la prendre dans mes bras pour lui dire qu’elle dansait comme une princesse, mais je ne voulais pas qu’elle pense que je disais ça simplement pour lui faire plaisir. J’avais envie de rire pour désamorcer la situation, mais je n’avais pas non plus envie de…

Ashlotte. Ton cœur. Pas ton cerveau.

Je le regardais se relever et je ne savais toujours pas quoi faire. Je pris une grande respiration pour faire le vide dans mon esprit et laisser parler mon cœur. Je sentis aussitôt les larmes monter à mes yeux. J’avais besoin d’un câlin, et j’avais vraiment envie de lui donner un câlin, j’avais l’impression qu’elle aussi, elle en avait besoin. Je m’approchai d’elle avec les yeux rougis pour la serrer dans mes bras et lui chuchoter un «Merci» à l’oreille.

À mon œil, toutes les émotions valaient la peine d’être vécue, les ‘’Bonnes’’ comme les ‘’Mauvaises’’. On apprécie davantage le soleil après la pluie, selon moi. Alors, je la remerciais de me permettre de vivre ce petit moment de tristesse. Peut-être que ça passait inaperçu avec la pluie qui tombait et mon visage déjà tout mouillé, mais je pouvais sentir où cheminaient mes larmes parce que, contrairement à la pluie, elles étaient chaude. Je restais comme ça, pendant je ne sais combien de temps, jusqu’à ce que les émotions qui avaient à sortir soient finalement sorties,

J’étais même trop préoccupée par ma propre tristesse pour voir la réaction de Sheila. Est-ce qu’elle pleurait? Est-ce qu’elle souriait? Est-ce qu’elle riait même? Je me concentrai sur elle pendant quelques instants pour essayer de déterminer son état d’esprit.

Peut-être voudrait-elle des explications, pour savoir pourquoi je l’avais remercié en pleurant, pourquoi je pleurais peut-être? Je sentais qu’on commençait à être de plus en plus liées l’une et l’autre, je devais être prête à me faire questionner, et je devais être capable de répondre à ses questions.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Ashlotte tente de communiquer avec vous en #0066ff
Thôt aimerait beaucoup mieux être en train d'apprendre en #ff6633
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sortie lèche-vitrine Lun 14 Mai - 18:13



Sortie lèche-vitrine
Une bouffée d'air. J'ai besoin d'air. Je tends un instant mon visage vers le ciel en fermant les yeux comme si ce simple geste m'aiderait à mieux respirer. C'est étrange... J'ai l'impression d'être plus essoufflée que d'habitude. Enfin, d'un certain côté j'avais déjà fait une escapade sur les toits en plus de notre récente course avec Lottie. Je suis épuisée tout d'un coup. C'est normal, j'imagine. Et pourtant, au delà de toute fatigue, je ne pouvais empêcher mes pensées de cogner dans mon esprit, tant et si bien que j'en aurais presque mal au crâne. Je suis stupide... Vraiment stupide. On passait un bon moment toutes les deux. Je commençais à mieux la connaître depuis ces dernières minutes en sa compagnie et je la considère de plus en plus comme mon amie. Alors... J'aurai du m'abstenir. Maintenant, je me sens triste. Juste.. triste. Pourtant il y a quelques minutes à peine je riais de bon cœur. Lottie va sérieusement me prendre pour une lunatique. Je lui impose mon changement d'humeur, ce n'est vraiment pas sympa. C'est même égoïste d'une certaine façon, non?

*Quel petit être fragile...* avait dit le dragon dans un soupir las.

Je me passerai sincèrement de ses commentaires dans ce genre de moment... Lui qui est le "dieu des cieux" ne peut de toute façon pas comprendre! Enfin, il ne se fit pas prier pour rétorquer, prétendant avoir vécu assez longtemps pour avoir perdu bien plus qu'un petit frère, disant que son expérience de la vie avait énormément plus de valeur que la mienne et que je ferrai mieux de rester à ma place..

Tais-toi. Juste, tais-toi! Je me fous de ta vie! C'est vraiment le cadet de mes soucis et je n'ai ni le temps ni l'envie d'entendre tes paroles pénibles! Ça ne me sert à rien et ne m'aide pas à me faire me sentir mieux... Alors tes réprimandes, tu les gardes!

Pourquoi est-ce que je suis tant en colère soudainement? Je n'arrive même pas à déterminer si je le suis envers Long, moi-même ou... Edan. Je l'aime tellement et pourtant... Il y a des fois où je lui en veux terriblement. Où je n'ai qu'une envie c'est de l'avoir en face de moi, de le prendre par les épaules et de lui demander: Pourquoi tu es parti si vite? Pourquoi tu m'as laissée toute seule? Sans toi, notre famille a dérivé... Sans toi je me sens perdue... J'ai beau aller de l'avant, me dire que tout se passera bien, il y a des fois où j'ai encore tellement mal..
J'en ai assez de me perdre dans ces réflexions. J'ai l'impression de ne pas avancer, d'être bloquée par des sentiments négatifs et de me faire mal toute seule.. Respire Sheila.. Respire.

C'est alors que je sentis une sorte de chaleur m'envahir. Comme une petite lumière s'infusant en moi.. Au début je ne compris pas ce qu'il m'arrivait alors je restai figée. Rouvrant et écarquillant un peu les yeux suite à la surprise. Lottie s'était approchée. Elle m'avait prit dans ses bras pour me serrer contre elle. Elle me remerciait d'une voix tremblante de larmes. Et moi je restai simplement immobile. Étonnée pendant un court instant par ce geste d'affection avant de clore mes paupières, de me détendre. Alors je passai mes bras autour d'elle pour l'enserrer d'une étreinte. La forcer à rester près de moi. C'est bête... Je ne la connais pourtant pas depuis longtemps. A peine quelques heures... Quelques toutes petites heures ridicules. Et pourtant je ressens le besoin d'être dans son énergie. De profiter de ce câlin. De ne pas la laisser m'échapper. Je n'arrive pas à savoir si je suis égoïste, ne pensant qu'aux sentiments qui venaient de m'assaillir ou bien si je veux la réconforter, ayant sentit son esprit fragile... Peut-être un peu des deux?
Ce moment me sembla durer longtemps sans que nous ayons bougé. Toutes les deux, sous la pluie. Je commence à avoir froid... Mes vêtements mouillés par ma chorégraphie me glacent les os et les gouttes d'eau qui frappent mon visage m’insupporte. Mais la chaleur dans laquelle Lottie m'enveloppe me permet de passer outre. De laisser ces sensations désagréables en arrière plan. Alors je me concentre simplement sur sa présence. Son odeur, le mouvement de sa respiration, le son de son cœur qui bat... J'ai l'impression qu'ils m'apaisent..
Et puis, tout doucement, elle desserra ses bras. Déjà? Non.. Encore un peu. S'il te plaît, juste un peu.. Je poussai un petit soupire, gardant cette envie pour moi. Après tout, je n'allais pas la lui imposer alors qu'elle m'avait déjà tant donné. Je détaillai un instant son visage rougit par les larmes. Ça me pince le cœur mais je ne dois pas pleurer. Je ne peux plus me le permettre... Mais pourquoi est-elle dans cet état au fait? Est-ce que c'est de ma faute? Ou bien, est-ce que ma danse et mes propres émotions l'ont touché? C'est la première fois que je dévoilais mon jardin secret à quelqu'un alors je ne pensais pas que ça puisse provoquer cette réaction mais, d'une certaine façon, j'étais heureuse. Comme si j'avais l'impression que mon message était passé et que j'avais réussi à toucher son âme avec la mienne. Comme si j'avais l'impression que cette chorégraphie n'avait pas été faite en vain.
Je m'approchai pour mieux ancrer mon regard vairon dans le sien puis, délicatement, je glissai mon pouce sous l'un de ses yeux pour essuyer une petite larme.

« Lottie? Est-ce que ça va? » demandai-je en inclinant légèrement la tête sur le côté.

Mais je n'eus pas le temps d'écouter sa réponse que quelque chose m'interpella par dessus son épaule. Une silhouette, légèrement en retrait près d'un poteau. Étrangement, je me sentais attirée par cette présence. Hypnotisée même. Je me mis à fixer cette personne des yeux après quoi je passai à côté de Lottie pour m'en approcher. A peine quelque pas suffirent pour me permettre de l'identifier.. Je me plantai donc face à lui, les bras le long du corps, baissant un peu la tête pour pouvoir le regarder.
Salut Edan. Ça faisait longtemps que tu n'étais pas venu me voir... Même si tu n'es qu'un fantôme... Tu m'as manqué.. La dernière fois que tu étais apparu c'était peu avant mon départ pour Immortalia. Ça va faire plus d'un an maintenant... Il y a tant de choses que j'aimerai te dire et te montrer. Mais pour commencer je te présente Lottie.. enfin, Ashlotte. Je l'ai rencontré aujourd'hui et elle est vraiment adorable..
J'esquissai un petit sourire triste avant de reprendre mon monologue intérieur.
Excuse-moi... Je ne sais pas pourquoi j'ai dansé pour elle sur notre chorégraphie. J'espère que tu ne m'en veux pas trop?
Et puis j'eus l'impression de voir mon petit frère sourire gentiment, se penchant un peu sur le côté pour observer Lottie qui se trouvait maintenant derrière moi. Il lui adressa un nouveau sourire, l'air naïf, après quoi il se redressa pour me faire face. Fermant les yeux, me faisant coucou de la main pour signifier son départ, il recula doucement alors que ses traits devenaient de plus en plus flous jusqu'à ce qu'il disparaisse entièrement. Moi, j'avais répondu à son "au revoir" en levant également la main pour l'agiter discrètement.
Comme d'habitude, tu n'as rien dit. Te faisant simplement comprendre par tes gestes et tes sourires. Et, bizarrement, ta présence bien qu'étant de courte de durée a apaisé toutes les émotions tumultueuses qui faisaient rage dans ma tête. C'est vrai qu'au début, tes apparitions me faisaient peur. Terriblement peur même. J'étais encore trop jeune, trop fragilisée par l'événement et je ne pouvais tout simplement pas rester sereine lorsque tu te présentais devant moi. Mais maintenant, je sais que c'est ta façon de me dire "Je suis toujours avec toi" alors, j'ai fini par apprécier ta venue. A l'attendre des fois... Je suis peut-être cinglée... Je n'arrive pas à déterminer si tu viens réellement à moi ou si tu n'es que le fruit de de mon imagination.

Je soupirai intérieurement avant de me retourner vers Lottie, ayant retrouvé le sourire même s'il était plus timide que tout à l'heure.

« Excuse-moi Lottie, j'ai cru voir un fantôme pendant un instant, dis-je avant de me mettre à rire presque nerveusement, Tu dois me prendre pour une folle... Enfin bref. »

Je retournai vers elle pour lui prendre la main et l'attirer avec moi sous un arbre pour nous abriter de la pluie le temps de récupérer et de ranger mon téléphone. Et puis je frottai mon visage pour faire partir l'eau qui m'obstruait la vue avant de reprendre, axant la conversation sur elle puisque, comme une malpolie, je ne l'avais même pas laissé répondre à ma question. Je suis vraiment maladroite...

« D'ailleurs je t'ai posé une question tout à l'heure et je n'ai même pas attendu que tu répondes. Je dois passer pour une malpolie roh là là.. Je suis désolée. »

Et puis je repensais à ses remerciements, me demandant de nouveau quelle en était la profondeur.. C'est étrange, j'ai l'impression de ne pas lui avoir donné grand chose et pourtant elle avait l'air tellement touchée.

« En fait.. Je n'ai pas trop compris pourquoi tu me remerciais... Mais, je suis contente que tu ais aimé ma danse, je ne m'attendais pas à ce qu'elle te fasse cet effet. Et je suis sûre qu'Edan est heureux que tu l'ais vu et que tu ais été touchée. »

Oups.. C'est sorti tout seul. Je n'aurai pas du dire cette phrase, elle va se demander de qui je parle. Et je ne veux pas plomber l’ambiance avec mes histoires.. Je me contentai donc de sourire, tentant de faire diversion.

Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
Long flatte son ego en #8B0000

Prédiction:
 



avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 268
Localisation : Un peu partout et nulle part en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Sortie lèche-vitrine
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sortie lèche-vitrine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Lèche vitrine ... Ou pas !
» Lèche-vitrine
» intrigue 2 + du lèche vitrine ?
» Lèche la vitrine [PV September]
» Sortie de Nausicaä en Blu-Ray au Japon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Périphérie - Monde :: ◄ Vieux Galway - Centre-Ville :: ► Boutiques-
Sauter vers: