AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Deux pôles, deux extrêmes [Pv Venceslas A. Mahood]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Annexes :: ◄ Le Parc
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: Deux pôles, deux extrêmes [Pv Venceslas A. Mahood] Jeu 8 Fév - 11:08
Qu'est-ce que c'était dur d'être face à quelqu'un qui ne pensait pas du tout pareil. Ça lui était pourtant déjà arrivé, ça arrivait à tout le monde. Mais, la plupart du temps, les gens n'insistaient pas trop avec lui. Ils faisaient un oui de la tête, et, comprenant qu'ils ne pourraient rien en tirer, le laissaient divaguer dans le monde des bisounours sans aller plus loin. Ou alors Osiris s'en mêlait et réussissait parfois à le convaincre de se taire pour passer à autre chose. Parfois seulement, et si ce n'était pas le cas, Ven' continuait à faire la morale sur ce qu'il pensait être vrai jusqu'au moment où il était obligé de s'arrêter.

Oh ! Magie ! Il y avait du changement ! L'élève s'était levé !  Alors qu'il était resté cloué au sol depuis beaucoup trop longtemps ! Ça promettait, sûrement que la conversation allait-être beaucoup moins ennuyante, maintenant qu'il avait bougé ! Il trouvait souvent que les conversations étaient ennuyantes, et ce n'était pas la faute de ses interlocuteurs. Pour qu'elle ne le soit pas, il aurait fallu qu'il soit face à quelqu'un d'aussi remuant que lui, qui n'arrêtait jamais de parler. Mais les gens comme ça étaient durs à trouver, alors il se contentait de parler pour deux.
Comment ? C'était quoi cette histoire de "pas moi" et "d'autre" ?

- Ben oui, bien sûr que je suis pas toi parce que je suis moi. Ça ne sert à rien de me dire ça, je le savais déjà.

* Cesse de te ridiculiser, par pitié. C'est toi qui viens de lui dire que tu n'étais pas un autre. *

- Aaah d'accord ! Mais non ! C'est pas ce que je voulais dire ! "Un autre", ça voulait dire un autre de ceux qui sont méchants avec toi ! Tu comprends ?

Il eut un rire ravi qui l'empêcha d'entendre les paroles d'Osiris au fond de son esprit.
Mais Yuki semblait en colère maintenant. Enfin il n'en était pas sûr, mais il avait les poings serrés. Même qu'il fronçait les sourcils.
Qu'avait-il fait ?

* Il vient de te dire, entre autres, que tu es trop naïf, ce avec quoi je suis tout à fait d'accord. *

Oh tiens, voilà qu'à présent Osiris se liguait contre lui. C'était une chose qui arrivait souvent, et d'ailleurs le surveillant se demandait pourquoi il l'avait choisi si c'était pour être d'accord avec l'intégralité du pensionnat sauf avec lui.
Mais bien sûr que la vie est joyeuse ! La vie est toujours joyeuse non ? Il y avait beaucoup de choses, rien que dans une journée, qui donnaient le sourire. Il y en avait tant qu'il serait impossible de les nommer ici. Quant au fait qu'il était trop naïf, il n'y avait guère que lui pour ne pas y croire.

 * Ça ne sert à rien, tu vois bien que vous ne pouvez pas vous comprendre ? C'est étrange, pendant un moment, j'y ai moi-même cru. Ne te rappelle-t-il pas quelqu'un ? *

- Moi je vois que la vie est joyeuse pourtant, c'est très bizarre que toi, tu ne le voies pas…

 * C'est à toi que je m'adresse, prends au moins la peine de m'écouter. Celui que tu étais dans tes souvenirs lui ressemblait beaucoup, tu dois l'avoir remarqué non ? *

- Ah !!! Je sais !!

Il se leva en un bond, avant d'enchaîner.

- Je sais je sais ! Si tu ne me crois pas, il suffit que je te le montre, que la vie est toujours joyeuse ! C'est pas si compliqué ! Allez on y va !

C'est alors qu'il y eut un grand bruit résonnant. La cloche du pensionnat qui venait de marquer la fin de la pause.

- Oh… zut…

Il perdit momentanément son sourire, mais le regagna bien vite.

- Je vais t'accompagner jusqu'à ta salle de cours tu permets ? Allez viens ! Et je suis sûr que je pourrais te montrer tout plein de choses joyeuses en chemin ! Allez dépêche-toi !
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Membre du personnel
Membre du personnel
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 57
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux pôles, deux extrêmes [Pv Venceslas A. Mahood] Sam 10 Fév - 4:52



Sept fois à terre,

huit fois debout.
Mes paroles ne semblèrent pas toucher l’homme de la façon dont je craignais puisqu’il me fit simplement part d’une certaine incompréhension. Aucune trace que j’avais pu le blesser d’une quelconque façon ou de colère alors qu’il me disait qu’il savait bien qu’il était un autre que moi. Puis, sans que j’en sache réellement la raison même si je pouvais la deviner, il m’expliqua qu’il voulait simplement dire qu’il voulait dire “un autre que ceux qui sont méchants” avec moi avec son visage serein. Celui-ci était comme éternel, me rendant plus morose encore alors que je baissais la tête de honte à cause de mon comportement. La colère n’était pas passée et j’avais besoin que quelqu’un me comprenne. J’avais besoin qu’on me dise pourquoi j’avais tant souffert, même si je le niais de toutes mes forces tant j’en avais peur.

Continuant sur sa lancée malgré un moment de silence, le surveillant me fit part qu’il était bizarre que je ne vois pas que la vie était joyeuse. Etais-je si étrange que ça ? Etait-ce pour cela que j’avais connu que des coups et autres blessures durant toute ma misérable vie ? Non, il n’était vraiment que très peu probable que cela soit des explications rationnelles. En tous les cas, je n’y croyais pas plus que cela. La question des raisons à cela revint donc au grand galop sans que je souhaite réellement y penser.

Puis, tout d’un coup, l’adulte en se relevant en montrant qu’il avait vraisemblablement trouvé une idée. Qu’elle soit bonne ou non, tout dépendait de ce que c’était, ce que j’étais incapable de dire au fond. Fort heureusement, il ne me laissa pas longtemps dans l’ignorance, me faisant part qu’il suffisait de me montrer tout ce qu’il trouvait joyeux. Et, sans attendre de savoir si j’étais d’accord ou non, il me demanda de l’accompagner. Même lorsque la cloche sonna, il me demanda de le conduire à ma salle de classe pour qu’il puisse mettre en route son idée en chemin. N’avais-je donc pas mon mot à dire ? Etais-je donc voué à obéir simplement ? Comme lorsque j’étais au Japon ? Ramassant mon bentô que je refusais d’abandonner, je pensais à l’intention de Toueris :


*Tu avais tort : ici ça n’a rien de différent qu’au Japon.*



*Que tu crois. Tu te base sur une impression que cet homme te donne pour juger. Ce n’est pas une bonne chose ça.*

Son ton avait été doux alors qu’elle avait tout bonnement refusé de me donner des exemples, me conseillant seulement de suivre le surveillant. Je ne savais pas ce qu’elle espérait que je découvre aux côtés d’une personne si naïve, mais avais-je vraiment le choix ?

Pensant que non et que, de toute façon, il serait bien trop têtu pour changer d’idée au point de me suivre même si je refusais sa présence, je le rejoignis, mes affaires en main, et allait ensuite en direction de la cours principale. De là, il semblait qu’on pouvait avoir accès à tout et voir absolument tout ce qui nous entourait. Pourtant, cela ne me donnait clairement pas une sensation de sécurité, bien au contraire puisque un danger pouvait arriver de n’importe tout.

N’écoutant qu’à moitié l’homme blond, j’avançai simplement vers la salle que j’avais quittée une heure plus tôt, échappant de peu à quelques camarades de classe qui s’étaient mis en tête que me nuire était une bonne idée mais qui, sans aucun doute, allaient se tenir à distance le temps que je serais en compagnie de l’adulte...
(c) Yuki Nakamura sur Pensionnat Immortal

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je parle en en anglais en #0066cc, et en japonais en #0066cc.
Toueris maudit mes agresseurs en #cc0099

Prédiction des moires:
 

Merci pour ces merveilleux cadeaux, Numa ♥:
 

Thème de Yuki:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux pôles, deux extrêmes [Pv Venceslas A. Mahood] Sam 17 Fév - 21:33
Sans attendre une seconde de plus, après tout, ça ne servait à rien d'attendre et il avait dépassé son quota de patience pour la semaine, il entraîna l'élève à sa suite. Dommage qu'il n'ait pas tout le temps qu'il voulait devant lui, auquel cas il n'aurait lâché l'élève qu'une fois que la nuit serait tombée et qu'on n'y voyait plus rien dehors. Mais il était surveillant, et s'il mettait de lui-même en retard l'élève, il pouvait être sûr de se prendre des reproches plus tard. D'autant plus que, selon lui, ce dernier tirait déjà la tête pour rien, alors autant éviter que le prof ne lui passe un savon, ça ne ferait que le mettre dans une humeur plus maussade encore.

Alors il se mit à marcher, le traînant après lui, de la même démarche sautillante que d'habitude. Il y eut encore quelques instants de silence avant qu'il ne cherche quoi dire. Enfin, l'idée qu'il avait eue quelques instants plus tôt lui revint à l'esprit. Ah oui, faire la liste de tous les trucs joyeux qui se trouvaient sur son chemin pour monter à l'élève que ça ne servait à rien de bouder tout le temps. Il se mit à parler directement, de manière précipitée, car il savait qu'il n'aurait pas le temps de dire tout ce qu'il avait en tête.

On évitera de rapporter ses mots ici, il se perdit en blabla interminable sur tout ce qui lui passait sous le nez, et il était inspiré. Tout y passa : le ciel tout gris mais qui était super parce qu'il ne faisait pas pleuvoir, l'herbe toute verte du parc, les jolies fleurs qui avaient été plantées dans la cour du pensionnat, les escaliers dans lesquels il s'était ramassé pas plus tard que ce matin ce qui avait été très drôle, les salles de classe d'où les élèves rentraient et sortaient, le bureau des CPE que personne n'avait visité aujourd'hui et qui n'avait donc donné aucune punition pour le moment, et encore un millier d'autres choses. L'élève était toujours derrière lui, mais ne parlait pas. Parfois, le surveillant se taisait pendant quelques secondes, le temps de reprendre sa respiration et pour voir s'il voulait répondre quelque chose. Mais non, il ne dit pas un mot. Pas plus qu'Osiris. Mais il en fallait plus pour le faire taire, et il continua jusque devant la salle de classe.

Et alors, il fut bien obligé de se taire un moment. Sinon l'élève allait partir sans qu'il ne puisse lui dire au revoir. Il termina son monologue en s'extasiant devant la fissure en forme de serpent sur le mur du couloir, à côté de la classe, et se tut pour de bon. Il souffla un moment, perdu dans le blabla des autres élèves, et pointa du doigt la salle des M.

- Et voilààà ! J'aurais encore plein plein de choses à te dire mais je pense que ton professeur ne sera pas d'accord si je te les raconte pendant le cours. Enfin, il faudrait lui demander, mais je suis vraiment pas sûr du tout. Mais c'est pas grave ! Tu sais pourquoi ? Hé bien parce que je reviendrai te les raconter un autre jour, genre demain ! Allez, je te laisse partir en cours !

Il agita la main d'un air ravi et le laissa enfin partir. Il s'apprêta à quitter le couloir à son tour quand une autre superbe idée lui traversa l'esprit. Il avait oublié de lui dire un truc ! Avant même qu'Osiris n'intervienne pour lui dire ou non de garder le silence, il se remit à parler.

- Ah et attends ! Attends attends !

Mais c'est lui qui se remit à courir dans sa direction, arrivant vers lui quelques secondes après.

- Si jamais tu as un problème un jour avec ces gens méchants, tu viendras me voir hein ? Hein d'accord ? Tu le promets ? Tu me trouveras dans le bureau des surveillants, enfin je crois. Parce que je veux que tu te rappelles que moi, je ne suis pas un méchant ! Voilà ! C'est tout ! Et encore pardon pour le bentô !

Cria-t-il en s'éloignant.  
Ce n'est qu'une fois qu'il fut sorti de la salle de classe qu'Osiris lui parla à nouveau, l'exhortant à reprendre son travail.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Membre du personnel
Membre du personnel
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 57
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux pôles, deux extrêmes [Pv Venceslas A. Mahood] Lun 19 Fév - 4:47



Sept fois à terre,

huit fois debout.
A peine l’eus-je rejoins qu’il m’attrapa par le poignet pour m’obliger à suivre son rythme. Je n’aimais tellement pas ma situation à ce moment-là : trop de mauvais souvenirs remontaient, me rendant encore moins attentif aux bêtises de cet homme bien trop heureux pour un petit rien. Par exemple, qu’est-ce qu’on en avait à faire que le ciel était bleu ou gris ? Qu’il faisait beau ou allait pleuvoir ? De toute façon cela ne changeait absolument rien aux problèmes les plus importants. Surtout que… il ne me donnait pas réellement de raison en réalité, se contentant de nommer les futilités les unes après les autres. D’ailleurs, à part lui, qui osait dire à un élève qu’aller en cours était un élément susceptible de rendre la vie joyeuse ? Vu la méchanceté de beaucoup de personnes, mieux valait s’abstenir d’y aller non ? En tous les cas, ce fut encore une fois un sujet dont je ne parlai plus à voix haute, le laissant continuer dans son délire, pour éviter le débat stérile dans le même genre que ce qui l’avait mené à m’accompagner en cours.

D’ailleurs, il émit vaguement l’idée de continuer sa tirade inutile pendant ce dernier, prétendant heureusement que mon professeur ne serait certainement pas d’accord.

*Ah ! Mais parce qu’il avait encore plein de trucs dans le même genre ?!!*


*Je crois qu’il n’a vraiment pas une vision réaliste de la vie. Peut-être a-t-il été trop couvé ? A moins que sa naïveté, comme tu disais, soit sans faille ? Dans ce dernier cas, c’est dangereux pour lui si cela l’empêche de répondre aux vrais urgences.*

Les paroles de Toueris, qui me furent rassurantes puisqu’elle allait dans mon sens, même avec modération, se trouvèrent noyées sous un immense désespoir. Je ne voulais pas le voir le lendemain et il était hors de question qu’il continue sa liste !! Déjà qu’il était à deux doigts de m’apporter d’assez gros ennuis par sa simple présence… Non. Pas possible quoi qu’il en soit !

Le soulagement que je ressentis fut immense que je le vis enfin partir, malgré la crainte qu’il me cherche le lendemain pour tenir sa pseudo promesse. Il fut cependant amenuisé lorsque je me dirigeai vers ma salle de cours, et totalement anéantis en l’entendant revenir vers moi en me demandant d’attendre. Par crainte de le fâcher, je l’attendis alors que j’aurais très bien pu m’engouffrer dans mon prochain lieu de torture mentale. Est-ce que cela valu la peine ? Je ne sus vraiment le dire alors que Toueris fut enchantée puisqu’il me fit promettre d’aller le voir si jamais je venais à avoir des problèmes avec des “gens méchants”. Il insista même sans remord qu’il voulait que je me souvienne que lui n’était pas “méchant” avant d’hurler en partant qu’il était désolé pour le bentô.

*C’est vraiment adorable de sa part ça !* s’enthousiama Toueris alors que je le regardai encore partir sans trop savoir quoi penser.


Finalement, j’entrai en cours en essayant de me faire le plus petit possible pour échapper aux regards inquisiteurs de la classe. Si seulement je pouvais disparaître dans l’immensité du vide que je pouvais trouver en allant sur le toit… Surtout à ce moment où ils avaient tous entendus que j’avais gagné un protecteur. J’allais passer un sale quart d’heure une fois la journée terminée, cela ne fit absolument aucun doute...


FIN
(c) Yuki Nakamura sur Pensionnat Immortal

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je parle en en anglais en #0066cc, et en japonais en #0066cc.
Toueris maudit mes agresseurs en #cc0099

Prédiction des moires:
 

Merci pour ces merveilleux cadeaux, Numa ♥:
 

Thème de Yuki:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux pôles, deux extrêmes [Pv Venceslas A. Mahood]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Deux pôles, deux extrêmes [Pv Venceslas A. Mahood]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Un-deux-trois. Un-deux-trois.
» Deux jeunes femmes, deux tasses, un thé... [Feat. Hyûga Hinata]
» Deux garçons, deux chiens, un ballon [Handa]
» Entre Kabardin et Lusitanien, deux êtres, deux pays [ PV Nikita A. Wolkoff]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Annexes :: ◄ Le Parc-
Sauter vers: