AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Annexes :: ◄ Terrain du pensionnat :: ► Le terrain de VTT
MessageSujet: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Dim 5 Nov - 14:42



Un coup de
main ?




Il faisait beau, l’air était légèrement frais et le ciel était clair. Rien de plus normal pour un début d’automne. Les feuilles commençaient à prendre une agréable teinte orangée et les animaux faisaient leur ration de nourritures pour l’hiver. C’était beau l’automne. C’était calme.
Numa s’était installée près du terrain de tennis et commençait à dessiner les joueurs en mouvement. C’était toujours formateur, le mouvement, ça donnait plus de vie au dessin.

*Rah, je suis mal tombé quand même*

Alors que son esprit divin se manifestait dans sa tête, Numa n’y fit pas attention. Depuis l’apparition de cette bestiole, elle dessinait de plus en plus pour ne pas avoir de conversation avec lui. Non pas qu’elle le détestait, mais il était un peu trop … envahissant.

*J’aurais pu avoir n’importe qui parmi ces jeunes gens ! N’importe qui ! Et je tombe sur toi !*

Le trait de Numa devint de plus en plus frénétique, montrant à son compagnon qu’il n’était pas nécessaire de hurler dans sa boîte crânienne. Mais malgré cela, le chien continua :

*On est trop différent. Tu passes ton temps seule à dessiner, lire ou vagabonder. Bon ok moi aussi j’aime vagabonder … Mais je préfère jouer avec les autres ! Courir partout ! Patauger dans l’eau !*

Cette fois, Numa mit de grands coups de crayons, si brutal que sa feuille de froissa. Elle s’arrêta un moment et fixa son calepin. Le chien arrêta également tout propos, voyant bien qu’il avait offusqué son hôte. Numa respira doucement. Puis, elle arracha la page et recommença, sans répondre à son esprit divin.
Ce dernier, se disant qu’il y était allé peut-être un peu fort, reprit une voix plus pausée, moins excentrique, et très désolée.

*Excuse-moi petite louve …*

Toujours pas de réponse pour le chien. Mais cette fois-ci le trait de Numa devint plus délicat. Même si elle ne communiquait pas, il comprenait à travers cela qu’elle n’était pas fâchée. Malgré leur caractère opposé, le chien aimait bien sa compagne. Le calme et la douceur de la française lui offrait une certaine sérénité. Il ne pouvait pas l’expliquer, mais cela calmait ses ardeurs. Il fallait du temps à la jeune fille pour accepter son esprit, elle qui avait toujours vécue seule, avoir un compagnon omniprésent était trop soudain.

Quelques minutes passèrent sans que l’esprit du chien ne vienne perturber l’élan artistique de la jeune élève, se contentant d’observer à travers les yeux de son hôte. Mais il se réveilla brusquement.

*Numa ? Numa tu sens ça ?*

Si c’était de nourriture dont il parlait, non.
A par l’air pur et l’herbe fraiche, la brune ne sentait absolument rien. Elle ignora une nouvelle fois son compagnon, mais ce dernier insista :

*Numa, c’est sérieux, tu ne sens rien ?*

Encore sérieusement, non.
Numa pensait que cet esprit voulait encore jouer. Il avait raison, ils étaient mal tombés tous les deux. L’entente allait prendre beaucoup plus de temps que prévus s’il continuait à lui taper sur le système comme ça à chaque fois qu’elle voulait être tranquille !
Mais pour lui faire plaisir, Numa essaya de se concentrer sur son odorat surdéveloppé.

Soudain, tout le corps de la jeune brune se figea. Son crayon lui glissa des mains. Elle sentit une sorte de pression à l’intérieur de tout son être. Incapable de bouger, ni de parler, ni de cligner des yeux. Elle sentit ses oreilles se dresser sur sa tête pour se changer en oreilles de husky. Ses canines devinrent plus aiguisées et ses ongles s’allongèrent pour devenir des griffes.

Pas ici ! Pas maintenant !

La transformation était douloureuse mais Numa était incapable de lâcher le moindre mot. Ses cris étaient étouffés au fond de sa gorge et son rythme cardiaque accéléra fortement. Elle n’arrivait même plus à respirer.

*Qu’est-ce que tu fais ?!*
*Je ne fais rien !*
*Arrêtes ça tout de suite !*
*Ce n’est pas moi ! Je n’ai aucune emprise sur tes pouvoirs ! Calme-toi ou ça sera plus douloureux !*

Lorsque Numa acheva sa transformation, elle ressemblait à une parfaite hybride. Des oreilles de chien/loup, des crocs, des griffes et une queue. Et elle put respirer de nouveau. Numa contourna faiblement l’arbre où elle était adossée pour ne pas être vue des élèves jouant au tennis, continuant à reprendre son souffle comme si elle avait failli se noyer.
Il ne fallait pas qu’on la voit comme ça !

*Aide-moi ! Je n’arrive plus à bouger !*

Sans plus attendre, l’esprit du chien prit le contrôle des jambes de son hôte. Mais c’était la première fois et il n’était donc pas très adroit dans ce jeune corps.
Etant plus sereine que la jeune fille, le rythme cardiaque de celle-ci redevient de plus en plus normale. Il releva le corps de la jeune hybride et commença à s’isoler plus loin dans le terrain du pensionnat.
Inconfortable, le corps titubait sous les pas lourds et désynchronisés du chien. Bon sang ! Ce n’était vraiment pas facile. Mais ce dernier réussit à se rendre jusqu’au terrain VTT, s’adosser à un arbre et laisser le corps de son hôte reprendre un peu d’énergie. Numa retrouva complètement dans son corps et émit une convulsion avant de respirer de nouveau très fortement.

*Plus jamais ! Plus jamais tu ne prends mon corps !*
*C’est toi qui me l’a demandé !*
*Plus jamais !*

C’était très douloureux et étrange comme sensation. En reprenant l’usage entier de ses jambes, elle avait une impression de sentir chacun de ses tissus, chacune de ses cellules, et surtout, de peser des tonnes !
L’esprit du chien n’allait pas l’avouer à son hôte, mais ça tombait plutôt bien qu’il puisse prendre possession de ses jambes. Au moins il avait pu l’emmener vers cet endroit où se trouvait une infime odeur de sang. Curieux et téméraire, il voulait savoir de quoi cela retournait.
Peu à peu, la jeune française retrouva sa forme originelle. Lorsque Numa reprit un peu de ses forces, le chien se manifesta de nouveau :

*Petite louve, je ne voudrais pas t’agacer, mais tu ne sens toujours rien ?*

Les pouvoirs de Numa n’étaient pas très développés et en accord avec son esprit, mais oui, elle sentait quelque chose. Elle ne pouvait pas dire ce qu’était cette odeur, mais elle était belle et bien là. Doucement, et avec difficulté, Numa se releva et commença à se diriger vers l’étrange odeur. Guidée par son odorat surdéveloppé, et aidée de son compagnon divin, elle vit une jeune fille aux cheveux roux. Elle ne semblait pas aller très bien. Elle saignait même !

Numa aurait bien voulu lui porter rapidement son aide, mais encore un peu faible après cette métamorphose et l’utilisation de ses pouvoirs, elle marcha doucement vers la blessée.
Heureusement que son esprit ne se manifestait pas, ce n’était déjà pas facile comme ça. Numa arriva enfin près de la jeune rouquine et remarqua qu’elle aussi avait les yeux vairons. Un œil noisette et un ambré …
Doucement, Numa s’accroupit pour être à sa hauteur et lui demanda, d’une voix calme et sereine :

_Tout va bien ? Tu peux marcher ?

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
En ligne
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Ven 10 Nov - 1:36



Un coup de main ?
Je m'étirai longuement sur mon lit en songeant à ma journée. Les cours venaient de reprendre et le rythme de la reprise m'avait légèrement fatigué avec un bonus "possession", merci la direction ! Enfin, même si de temps en temps je m'en plaignais, au fond j'aimais bien mon esprit. Certes il était autoritaire, ronchon, égocentrique, têtu, facilement colérique mais d'un autre côté, je pouvais compter sur lui dans les situations délicates. Non seulement il était de bons conseils mais en plus il était d'une droiture à toute épreuve avec un sens aiguë de la justice ! C'est un peu une sorte de "super héro" qui porte secours à la veuve et l'orphelin. A la limite son côté arrogant est presque justifié...

Le Dragon se sentit insulter pendant ma première phase de description puis gonflé d'orgueil durant la deuxième. Arf, flute ! C'est vrai qu'il était dans ma tête et avait donc accès à mes pensées... Et le problème c'est que je suis du style à penser un peu trop "fort" ! Pas moyen de lui cacher ce dont j'avais en tête donc.

Je soupirai puis fronçai les sourcils en fixant le plafond. Hum... Je pensais à quoi à la base ? Ah oui ! Qu'est ce que je vais faire de ma journée ? Eireen était sortie, je ne pourrais donc pas lui taper la causette. Dommage, Je l'aime bien ma coloc' ! J'aimerai passer plus de temps avec elle... Enfin, le problème résidait sûrement dans mes horaires... Étant donné ma faculté à me lever vers 12-13h le week-end, évidemment, elle occupait déjà sa journée. Quoi que, elle ne sort pas tant que ça non plus... BREF ! Je m'égare...

*En effet... Il serait temps de prendre une décision et de passer à l'action. Regarde un peu par la fenêtre et constate par toi même.*

Je m’exécutai, tournant la tête pour avoir vu sur l'extérieur. Effectivement, il faisait beau pour une fois ! Soleil, ciel bleu, oiseaux qui chantent. Une belle journée d'entamée en somme ! Et pour l'Irlande, ça changeait de d'habitude. Heureusement, parce que je vous laisse imaginer la déprime s'il faisait nuageux ou qu'il pleuvait tout le temps... Pas du tout fait pour moi.

Je sentais le Dragon me pousser à sortir pour faire un peu d'exercice. Alors, oui je connais son envie de sentir l'air en prenant un peu de hauteur et oui ça tombait bien parce que je faisais du parcourt. Mais comme dit précédemment j'étais un peu fatiguée alors j'avais moyennement le courage de sauter partout...
Je haussai les épaules en me levant. Je vais d'abord sortir et on verra plus tard. Prendre le soleil ne me ferra pas de mal, et en plus c'est bon pour la peau !    

Je m'habillai relativement chaudement avant de m'aventurer vers l'extérieur, je me savais frileuse et ne voulait pas tenter le diable.

*J'insiste jeune fille, un peu d'exercice ne te ferrait vraiment pas de mal. Au contraire je crois même que tu en as besoin ! De plus, être fatiguée n'est pas une excuse, au contraire, t’échauffer les muscles ne pourra que te faire du bien. Fais moi confiance, tu en sortiras revigorée.*

Je soupirai en entendant les arguments du gros lézard... Quelque chose me dit qu'il essayait surtout de me convaincre pour son petit plaisir personnel.

Je venais de descendre les escaliers et de mettre un pied dehors que je sentis immédiatement un désir irrésistible de faire une petite séance de parcourt à chaque fois que je voyais un arbre, un bâtiment, un muret ou n'importe quelle autres constructions humaine.  
Je secouai la tête.

*Raaaaah ! Arrête d'influencer mes envies toi !*

*Je ne t'influence en rien, un peu de respect.*

*Et tu nies tout en bloc avec ça... Franchement, je te croyais plus honnête ! Je suis assez déçue...*

Porté par un orgueil mal placé, le Dragon se sentit soudainement vexé par mes propos ce qui le fit évidemment répliquer avec une pointe d'énervement.

*Je ne nie rien ! Ton désir était déjà existant, je n'ai fais que l’amplifier ! Songe bien à cette nuance et ne me manque plus de respect ! Dois-je te rappeler qui je suis ?*

*Ouais, ouais, pardon.*

Encore une fois c'est moi qui devait m’écraser pour éviter de faire déraper les choses... Ça commençait à bien faire ! Je ne vais tout de même pas être la seule à faire un minimum d'efforts ? Quoi que, après réflexion... J'imagine que c'est légitime qu'une divinité attende du respect. Après tout, je ne suis qu'une petite humaine par rapport à cette créature de légende.
Cette pensée m'agaçait pour tout dire. Pas que je n'apprécie pas Long à sa juste valeur, seulement j'aurais préféré que notre relation soit sur un pied d'égalité. Encore une fois ça devait être impossible... Je soupirai une nouvelle fois en reprenant énergiquement ma marche.

Puisqu'il la joue comme ça, je vais contrer ses plans en allant à un endroit où il n'est pas possible de faire de parcourt ! Je réfléchissais en vitesse pour voir quelles options s'offraient à moi. Pas d'endroits avec des bâtiments pour commencer donc toute la partie scolaire, on oublie. Pas d'endroits avec trop d'arbres donc le parc et tout le bazar, on oublie !
Je mis une main à mon menton pour m'aider à mieux organiser mes pensées lorsqu'une idée m’apparut: le terrain de VTT ! Premièrement je n'y étais jamais allé, ça me permettrait de faire ma petite exploratrice (et non, je ne m'appelle pas encore Dora, on va se calmer direct...) mais en plus j'imagine la chose sans trop de structures à escalader ! J'avais cette idée assez clichée d'une piste de terre pour que les vélos puissent rouler et voilà bien ! Donc pas vraiment d'arbres, pas de cabanes mais un terrain plat !

J'arrivai à ma destination. Bien plantée sur mes pieds et les mains sur les hanches j'analysai rapidement les lieux. Mouais, c'était pas vraiment la piste la plus plate du monde... Et malheureusement il y avait quelques arbres qui bordaient un côté du terrain... Mouais pas terrible finalement... Mais bon, on ferra avec ! Je ne pense pas qu'il y ait assez d'arbres pour faire le singe de toute façon...

Je me baladai le nez en l'air, suivant consciencieusement la piste. Finalement je trouvais ça plutôt amusant... Les creux et les bosses m'obligeaient à sauter et, même si je n'avais pas de véhicule, je trouvais le moyen de rendre la chose plutôt fun. Petit à petit, je me mis à accélérer jusqu'à me mettre à courir, évitant les obstacles, slalomant de temps à autre. Je foulai le sol de façon plus rapide, un sourire de défi se dessinant sur mon visage. Je ne savais pas trop pourquoi mais je voulais tester mes limites...

Tout d'un coup je quittai la piste pour foncer droit sur un arbre. Je pris encore plus d'élan puis bondis pour m'accrocher aux premières branches et me mis à escalader le tronc avec énergie.
Au fur et à mesure de mon ascension je sentis que quelque chose clochait... Mes sourcils se froncèrent et je ralentis l'allure... Une fois stabilisée, je m'arrêtai totalement puis me mis à gesticuler pour exprimer mon mécontentement.

*J'avais dis non Long, j'avais dis NON ! Sérieusement, tu ne pouvais pas te retenir un peu ? Je voulais passer une journée tranquille pour une fois et non pas gambader dans les prés pour finir dans un arbre ! Tu n'arrêtes pas de me parler de respect alors toi aussi fais en preuve à mon égard ! Non mais là je suis outrée, choquée et déçue..*

Je ne finissais pas ma phrase ayant comme l'impression de perdre l'équilibre. Et c'était le cas ! Je venais d'exprimer un peu trop fort ma pensée ce qui me fit faire un mouvement un peu trop ample. Je basculai en arrière avant même que Long ne puisse me répondre.

Le chute me semblait longue et en même temps extrêmement rapide. Avant même que je ne le réalise, j'étais au sol avec une légère perte de connaissance...

*Sheila ! Debout ! Est ce que tu m'entends ?*

Je me réveillai assez vite à vrai dire. J'avais juste un petit trou noir à l'instant du choc mais je repris mes moyens. Enfin, mes moyens, c'était vite dit... Mon premier réflexe fut de mettre ma main gauche sur ma tête en grimaçant puis me redressai en m'aidant de l'autre. Il me semblait d'ailleurs entendre une sorte de tintement... Enfin, c'était peut être mon imagination, après tout je venais de me prendre un coup à la tête...

*Bon, dépêche toi de sortir de là, tu veux !*

*Attends deux minutes, s'il te plais... Je viens de tomber d'une bonne hauteur... Et encore, je me remets vite par rapport à quelqu'un de normal !*

Avant de pouvoir poursuivre mon argumentation je sentis plusieurs douleurs aiguës sur mon côté droit. Je tournai la tête pour en avoir le cœur net et constatai que le bras qui soutenait mon poids étaient en train de saigner à différents endroit. Je remarquai un bout de verre planté dans mon avant-bras ce qui me fit regarder au sol. Ah bah bravo ! Des bouts de verres de type bouteille cassée recouvraient la terre. Je respirai un grand coup essayant de garder mon calme. Je retirai ma main jusque là toujours appuyée sur de petits éclats. J'enlevai d'abord le débris que j'avais repéré avec précaution puis retirai ceux dans ma main.
J'examinai tout mon côté droit pour constater l'étendue des dégâts... Bonne nouvelle, ma jambe, mon flanc et mon dos avaient était épargnés. Je suivais ensuite la douleur pour regarder mon épaule qui avait été légèrement touchée à l'arrière. Il y avait aussi un débris dans mon omoplate que je ne pouvais pas atteindre.

Je ne me sentais pas bien. Je me mis à respirer de plus en plus rapidement, de plus en plus fort. Mon rythme cardiaque accéléra d'un coup et je commençai à transpirer.

*Sheila du calme ! Tu hyperventiles !*

Je comprenais mieux pourquoi Long voulais que je sorte vite de là mais j'étais incapable de bouger.

- Tout va bien ? Tu peux marcher ?

Une voix cristalline venait de résonner ce qui me fit lever la tête. Une fille était face à moi et semblait me proposer son aide. Je ne savais pas quand ni comment elle était arrivée là mais elle tombait à point nommé !
J'aurai voulu lui expliquer la situation mais l'impulsion du moment était plus forte et je ne trouvai qu'une chose à dire:

« Aidez-moi, s'il vous plait ! »

Je n'étais pas vraiment en état de me lever et de sortir de là toute seule. A vrai dire, ce que j'aurai été la plus encline à faire, là, tout de suite, était un malaise...
Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
Long flatte son ego en #8B0000

Prédiction:
 



avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 275
Localisation : Un peu partout et nulle part en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Sam 11 Nov - 17:05
_Tout va bien ? Tu peux marcher ?
_ Aidez-moi, s'il vous plait !

C’était si spontané que Numa ne sut pas vraiment pas quoi répondre sur le coup. Elle n’était ni infirmière, si médecin, et n’avait pas l’habitude de se blesser. La vue du sang ne lui était pas malaisante mais elle ne savait pas vraiment quoi faire.
Apparemment, la demoiselle aux cheveux rosés était tombée sur des morceaux de verres qui lui ont bien amoché son bras, une grande partie de son épaule.
Des morceaux de verre dans une piste de VTT ? C’était un coup à crever les pneus et faire un accident ! Numa allait devoir en parler à la direction dès qu’elle aurait fini d’aider cette élève.

*Numa, avant tout rassure la.*


La rassurer ? La française devait tourner autour de moins de dix phrases par jour, comment pouvait-elle être rassurante avec son visage blasé et sa voix indifférente ? Impossible.
Cependant, elle ne pouvait pas se permettre de faire n’importe quoi devant une personne en panique. La jeune élève se mit donc à répéter mot pour mot ce que lui soufflait l’esprit du chien :

_Tout va bien se passer. Ne t’inquiète pas, je vais t’aider. Comment t’appelles-tu ?

Comment ça son nom ? On s’en fichait bon sang ! Elle pissait le sang la pauvre !

*Si tu lui poses des questions, elle va se concentrer sur toi et non la douleur.
*Tu as possédé un médecin ?*
*Un pompier très chère, c’est très instructif !*


Bizarrement, Numa n’était pas étonnée que cette divinité ait pus orienté certains de ses hôtes vers des métiers qui demandaient de l’honnêteté et de l’héroïsme.
L’esprit du chien expliqua à la petite brune qu’il fallait qu’elle retire les morceaux de verres restant sur son omoplates et ceux sur son épaule qu’elle n’avait pas vu, avant de l’aider à quitter cette endroit infesté de morceaux de verres.
Numa respira profondément. Même si ça ne se voyait pas sur son visage, elle avait vraiment peur de faire une bêtise et de faire mal à cette fille.

_Je vais te retirer les morceaux de verres qui restent, d’accord ?

Doucement, Numa alla derrière la jeune fille, posa un genou à terre en faisant attention à ne pas se blesser à son tour, et posa sa main sur l’épaule intact de son interlocutrice pour lui montrer qu’elle était là, qu’elle n’allait pas la laisser tomber.
Elle inspira de nouveau, priant pour ne pas faire n’importe quoi. Ce n’était pourtant que des morceaux de verres à retirer, même un enfant serait capable de faire ça ! Bon sang !
Une nouvelle fois, l’esprit du chien invita son hôte à poser des questions à la jeune fille aux cheveux roses.

_Comment tu t’es fais ça ?

Doucement, Numa prit entre ses doigts un des morceaux logé dans l’omoplate de la demoiselle et le retira vivement pour qu’elle ne souffre pas trop. Elle répéta l’opération sur tous les morceaux de verres qu’elle voyait.
Numa termina très rapidement. Il n’y en avait pas beaucoup, seulement ceux que la fille n’avait sans doute pas pu attraper. La brune regarda sa main teintée de rouge. Non pas qu’elle n’aimait pas le rouge, mais le sang était une matière désagréable au touché. C’était chaud et liquide avec une odeur étrange. Avec si peu de quantité de sang, et si frais, l’odeur devait être indétectable pour le commun des mortels. Mais Numa n’était maintenant plus vraiment commune sur Terre et avait développé une grande odorat. Maintenant elle savait ce qu’était l’odeur du sang frais. Et à moins d’être un vampire, ce n’était pas du tout agréable.

Numa se releva pour retourner devant la jeune fille et lui tendre la main, celle immaculée. Même si elle se voulait bienveillante, le visage de Numa ne reflétait aucune émotion et sa voix calme et sereine ne montrait également aucune compassion. Croyez le ou non, mais ce n’était pas facile d’être elle …

_Je vais t’accompagner à l’infirmerie.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
En ligne
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Dim 12 Nov - 21:30



Un coup de main ?
J'attendais que la jeune fille m'apporte de l'aide. Pendant un instant elle semblait hésiter et ce temps si court me paraissait pourtant si long...
Puis elle se rapprocha, signalant qu'elle allait faire quelque chose pour me sortir de là. Elle accompagna ses pas de phrases qui avaient pour but de me rassurer. Elle me disait que tout irait bien, qu'elle allait m'aider puis me demanda mon nom. J'eus besoin d'un petit temps pour réfléchir avant de répondre en bredouillant:

- Heu.. Sheila. Je m'appelle, Sheila McElroy.

La politesse aurait été de lui demander son identité en retour mais ce n'est pas vraiment ce à quoi j'avais pensé. Cette question restera donc en suspend jusqu'à ce que je me sente mieux. Après tout, j'avais déjà eu du mal à me rappeler de mon propre nom alors songer à l'art de se présenter en bonne et due forme n'était pas vraiment dans mes priorités actuelles...

Je regardai plus en détails la personne qui se trouvait face à moi et relevai les traits les plus importants de son visage. Elle était brune avec des yeux bleus presque turquoises. Enfin j'imagine que ses yeux étaient de cette couleur étant donné que je ne pouvais voir que le gauche puisque l'autre était dissimulé par une longue mèche qui lui mangeait la moitié du visage. Tiens ? Ça me faisait penser à Lottie tout d'un coup... C'est vrai qu'elle avait aussi une mèche qui gardait son œil droit secret... J'aimerai bien la voir... Et lui faire un câlin..

*Sheila ! Action, réaction !*

Je sursautai d'un coup et répondis en râlant au Dragon avec le même ton de voix utilisé quand on s'éveille et qu'on intime à son réveil de nous laisser encore cinq minutes de sommeil...

*Hum... Pourquoi tu me cris dessus, Long ?*

*Parce qu'il est exclus que tu t'endorme si tu vois ce que je veux dire. Tu crois que je ne le sens pas ?*

*Ah heu.. Pardon, je ne m'en étais pas aperçus...*

On m'adressait une nouvelle fois la parole mais cette fois-ci, ça ne venait pas de Long, c'était toujours ce même timbre cristallin qui m'interpellait.

- Je vais te retirer les morceaux de verres qui restent, d’accord ?

La vois de la jeune fille me fit me ressaisir et je hochai la tête pour lui donner le feu vert. Bizarrement, son visage ne dégageait presque pas d'émotions. En temps normal j'aurais sans doute trouvé ça étrange mais dans ce cas précis, je trouvais plutôt dans ce calme évident une source de réconfort. Comme si j'avais l'impression que tout irait bien et qu'elle savait parfaitement ce qu'elle faisait. Cette absence d'expression me rassurait vraiment ce qui me permit d'être mise en confiance... Si elle avait paniqué, je pense que ça aurait augmenté mon stresse et m'aurait plus angoissé qu'autre chose.

La jeune fille se dirigea dans mon dos pour inspecter un peu ma blessure et remarqua le même bout de verre que je n'avais pas pu retiré tout à l'heure. Elle posa une main sur mon épaule pour me témoigner son soutient, du moins je l'interprétais comme ça, avant de prendre entre ses doigts le débris. Elle semblait un peu hésiter avant de le retirer et me demanda comment j'avais fais mon compte.
Effectivement c'était une très bonne question ! Moi-même, je me demande encore comment ont a pu en arriver là ! Je lançais un remerciement ironique au Dragon qui niait le tout en bloc. Bref, cette discussion n'aboutira jamais et le coupable ne sera pas désigné...

- En fait, poussée par une impulsion soudaine, venant probablement de mon esprit, je me suis retrouvée à escalader cet arbre, je tournai la tête pour regarder son tronc, et je suis tombée... Je n'avais vraiment pas vu qu'il y avait des bouts de verres par terre sinon je..

Je ne finissais pas ma phrase, sentant le morceau être retiré d'un coup sec. Je fermai les yeux dans un réflexe et retins mon souffle. J'avoue n'avoir jamais eus besoin de retirer des bouts de verres de mon corps et franchement je ne réitèrerai JAMAIS l'expérience. Et heureusement qu'elle faisait vite comme ça la douleur se trouvait limitée par le coup de main expert de la jeune fille. Oui, expert. Non seulement c'était net mais aussi précis. Je ne sais pas en quoi elle est faite mais je la trouve bien courageuse de ne pas perdre son sang froid.

*Tu tiens le coup ?*

*Évidemment ! A qui crois-tu parler ?*

J'ai toujours eu ce caractère de ne pas me laisser abattre et ça s'appliquait tant moralement que physiquement ! Alors ce n'était pas trois malheureux bouts de verres qui allaient me faire flancher. Même si je n'avais plus ressentie de douleur similaire dernièrement (et encore heureux !), je m'efforçais de lutter pour montrer le moins de signes de faiblesses possibles.

Elle finit rapidement son travail puis se redressa afin de se remettre face à moi. La jeune fille à l’œil bleu me tendait sa main vierge pour m'aider à me relever. Je la saisis pour essayer de me hisser sur mes pieds puis elle reprit la parole de sa voix toujours aussi calme et claire.

- Je vais t’accompagner à l’infirmerie.

Je venais à peine de me remettre debout que j'eus immédiatement un mouvement de recule lorsqu'elle prononça cette phrase. Je lâchai sa main et fis plusieurs pas en arrière pour m'adosser à l'arbre et mettre une distance de sécurité entre elle et moi.

- Merci pour ton aide mais je n'irai pas...

Bon, dis comme ça c'était peut être un poil violent mais ma décision était sans appel: je n'irai PAS à l'infirmerie ! Jamais ! Hors de question !
Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
Long flatte son ego en #8B0000

Prédiction:
 



avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 275
Localisation : Un peu partout et nulle part en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Mer 15 Nov - 0:32
_Je vais t’accompagner à l’infirmerie.

Sheila, tel était son nom, debout, se recula immédiatement, comme réveillé d’un cauchemar, alors qu’elle s’était à peine levée. Elle abandonna Numa pour s’abriter près de l’arbre, comme si cette dernière avait la peste.

_Merci pour ton aide mais je n'irai pas ...

Le visage de la brune resta imperturbable. Elle fixa la jeune blessée et ses plaies qui n’allaient pas se refermer seule, à par si Sheila avait des pouvoirs t’auto guérison cachés.
L’esprit du chien lui proposa de la forcer, la prendre par le bras et la trainer, avec de la chance, elle serait trop faible pour résister. C’était une idée. Mais trop peu subtile pour la française. Elle voulait aider cette fille oui, mais elle ne forcerait jamais quelqu’un à faire ce qu’il ne désire pas faire. Comme elle n’aimerait pas qu’on la force à quoique ce soit également.
Comme dit le proverbe « Ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse. »

_Tu vacilles, fis simplement remarqué la brune.

Apparemment le mot infirmerie avait réveillé vivement la fille aux cheveux roses. Un signe indéniable qu'elle n'aimait absolument pas cet endroit. Peut être à cause des piqûres ? C'était le principal traumatisme des enfants qui n'aimait pas les médecins. Ou alors elle avait un problème avec l'infirmière en question ? C'était peu probable, Numa n'a entendu que tu bien de cette femme. Qu'elle était douce,  gentille et très jolie en plus de tout.

Mais malgré tout, Numa pouvait comprendre que l’on ne pouvait pas encadrer certain endroit, même certaines personnes. Mais c’était pour son bien, elle n’allait pas laisser ses blessures s’infecter. Entre le contenu de la bouteille, la terre et tous les éléments extérieurs, ce n’était pas dis que la jeune fille s’était peut-être choppée des saloperies. Il fallait mieux soigner ça maintenant avant que son organisme ne génère quoique ce soit de plus ou moins violent.
Numa hocha doucement la tête de gauche à droite, les yeux fermés. Rassemblant ses idées en ignorant les idioties de sa divinité qui restait sur sa position de kidnapping.

_Je ne suis pas médecin, mais je pense tout de même qu'il faut désinfecter tout ça. Et on m'a dit que l'infirmière était une femme très gentille.

Incapable de faire plus de trois phrases, Numa s’arrêta. Même si sa voix était claire et sereine, la demoiselle aux cheveux nocturne était incertaine au fond. Elle ne savait pas quoi faire, comment le faire, et surtout comment aider une personne qui ne voulait pas l’être. En vue de son état, Sheila ne pouvait pas aller très loin toute seule, même si elle savait comment se soigner elle ne pourrait pas le faire dans cette situation.

_Si tu es tombée de l’arbre, tu as peut-être même une commotion. C’est peut-être grave.

Malgré la gravité de la situation, parce que oui c’était assez grave, les yeux de Numa se baladèrent sur la jeune rousse. Elle avait un petit gabarie mais Numa avait dessiné assez de corps en mouvement pour voir que la jeune femme avait le corps d’une danseuse, de puissants membres harmonieux et souples. Elle était plus petite que la française, peut-être 1m55. Cela lui donnait l’air d’une seconde, mais Numa était certaine que ce n’était pas une fille de sa classe. Elle ne se focalisa pas sur les yeux vairons de la jeune fille. C’était la première fois qu’elle rencontrait une personne qui avait des yeux vairons également, mais contrairement à sa camarade, la brune ne s’assumait pas. Elle avait l’impression d’être mal formée, pas finit, qu’il manquait quelque chose, ou qu’elle avait quelque chose en trop. C’était un sentiment frustrant et rabaissant, surtout lorsque ce défaut était montré du doigt comme une erreur de la nature depuis votre plus tendre enfance.
Au lieu de quoi, Numa regarda les cheveux de la jeune fille. Ils étaient roses. Mais pas un rose barbe à papa à faire fuir la Mort, non, un charmant rose magenta qui laissait de doux reflet pastel pour encadrer avec harmonie sa peau clair. Elle avait la teinte de l’aube. L’aurore était plus orangée, mais l’aube avait de belles couleurs rosées, violettes par moment, se mariant gracieusement avec le bleu du jour. Mais au contraire de la douceur de l’aube, cette fille semblait plus énergique, l’air de courir partout. Surtout si elle a l’habitude d’escalader les arbres, avec ou sans sa divinité.

Après un petit instant, ayant fait le tour de la silhouette de la rouquine, la française se mit à émettre un faible soupire. Pas qu’elle soit lassé mais c’était un tic lorsqu’elle réfléchissait un peu trop, rassemblait ses idées, ou parlait plus que son habitude ne lui permettait.
Numa tendit la main vers sa camarade mais ne s'avança pas.  Elle ne voulait pas effrayer la jeune fille.

_Je veux simplement d'aider.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
En ligne
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Dim 19 Nov - 1:01



Un coup de main ?
La jeune fille me regardait sans laisser paraître la moindre émotion. Soit elle n'en avait vraiment pas, soit elle était drôlement dans la maîtrise. J'avais du mal à me faire un avis et de toute façon je ne me sentais pas vraiment de réfléchir...

Je m'appuyais sur l'arbre pour m'aider à tenir debout et pris l'une de mes plaies dans ma main. Je ne pensais même pas un seul instant qu'elle puisse être un peu sale à cause de la terre, j'avais juste eu ce réflexe pour intimer à ma blessure d'arrêter de me brûler ! Je sais très bien que c'est normal pour le corps de lancer le processus de réaction inflammatoire pour lutter contre les bactéries ou je ne sais quoi, mais sérieux, j'aurais préféré quelque chose de moins chaud. Bon je n'étais pas non plus en train de souffrir d'une brulure au 3ème degré, fallait pas exagérer... Mais c'était moyennement agréable, disons.
Je commençais à transpirer et mes jambes me semblaient pareilles à du coton...

- Tu vacilles, me fit nonchalamment remarquer la brune.

Mince, elle avait remarqué... Je m'efforçais de surmonter mon état et forçai d'autant plus sur mes membres pour me redresser.
C'est dingue comme un moindre petit mouvement pouvait demander comme énergie... Je ressentais le besoin de respirer plus fort comme pour récupérer plus d'air et me calmer.

*Sheila, je te donne le choix entre deux comportements à adopter. Soit tu acceptes l'aide que souhaite t'apporter cette jeune fille, soit tu lui prouve que tu peux te débrouiller seule. Dans ce cas là, lève toi ! Marche et ignore ta blessure ! Comporte toi en guerrière si tu veux être crédible lorsque tu refuses l'infirmerie !*

Je plissais les yeux tout en fronçant légèrement le sourcils après le discours de Long. Je pris une grande inspiration pour me préparer à abandonner le support que m'apportait le tronc et cherchai des yeux le chemin le plus pratique à emprunter pour rentrer.

- Je ne suis pas médecin, mais je pense tout de même qu'il faut désinfecter tout ça. Et on m'a dit que l'infirmière était une femme très gentille.

Toujours avec une attitude si détachée, la jeune fille multipliait les arguments pour me tirer vers l'infirmerie. Elle n'avait pas l'air de comprendre ce que je lui avais dis précédemment ! Je n'avais PAS l'intention d'aller à l'infirmerie et je ne changerai pas d'avis maintenant. On ne peut pas faire confiance au corps médical. Il n'est constitué que de beaux parleurs arrogants certifiant qu'ils peuvent faire quelque chose mais il ne peuvent rien.
Et voilà qu'elle continuait à argumenter... Je pensais qu'elle avait abandonné lorsqu'elle avait prit ce temps de silence mais il fallait croire qu'elle était têtue...
Elle m'affirmait que je pouvais avoir une commotion et que ça pouvait être grave.

Jusque là je ne me rendais pas vraiment compte de l'image que je pouvais renvoyer mais en entendant ce qu'elle me disait, je commençais à m'inquiéter et à me poser des questions. Pour me rassurer, je cherchais du regard les bouts de verre pour évaluer leur tailles. Bon... Ils n'étaient pas trop gros... Le plus imposant devait faire 1,5 cm de diamètre à peu près...
Je regardai mon bras pour constater une nouvelle fois l'étendue des dégâts puis tournai la tête vers le chemin que j'avais commencé à constituer tout à l'heure. Si je passais par là, j'aurais des prises au cas où j'aurai besoin de m'appuyer mais ça serait un peu plus long... Mais en même temps ça m'obligerait à traverser le terrain de tennis et une partie de la cours avant d'arriver au dortoir... Et en plus de ça, il me faudra monter les escaliers et aller jusqu'à ma chambre... Je risquais de me faire remarquer tout les 3 mètres...

Je soufflais, assez agacée. J'avoue ne pas trop savoir comment faire pour récupérer ma trousse de secours... Je savais bien ce qu'il y avait dedans ce qui me permis d'élaborer les premiers soins dans ma tête. J'avais ce qu'il fallait: désinfectant, pansement strips, etc.
Bon, si je reste là à tergiverser, je n'aurai aucuns résultats ! Il était temps d'agir, et pour la discrétion, je verrai plus tard.
Je tournai la tête vers la brune, espérant la voir renoncer mais il n'en était rien. Elle me détaillait. Enfin je crois... Elle poussa ensuite un soupire puis, sans bouger d'un pas, elle me tendit la main en me répétant qu'elle voulait m'aider.

J'appréciais sa prévenance mais j'avais encore du mal avec l'idée d'aller à l'infirmerie. Je me redressai et poussai le tronc d'un coup d'épaule pour me mettre sur mes pieds et lui montrer que j'étais capable de me débrouiller.

- Je.. J'apprécie que tu veuilles m'aider mais je ne..

Je ne finis pas ma phrase, troublée par des sifflements dans mes oreilles puis une sueur froide me parcourut le dos. Je ressentais le besoin de respirer encore plus fort mais ne me sentais pas capable de me mettre en marche. A la place, mes jambes étaient en train de m'abandonner ce qui me fit reculer pour m'appuyer à nouveau contre l'arbre. J'avais envi de m'assoir et c'est ce que je fis en me laissant glisser le long du tronc.

*Long, je ne me sens pas très bien..*

*J'ai cru constater... Il poussa un soupire avant de poursuivre, aller, arrête de t'obstiner et accepte l'aide de cette jeune fille. C'est la décision la plus sage que tu puisses prendre dans ton état. Non seulement tu viens de me démontrer ton incapacité à marcher mais en plus tu seras encadrée par des professionnels ce qui t'évitera d'alarmer les gens qui croiseraient ta route.*

J'avais l'impression d'être légèrement fiévreuse et mis une main sur mon front. Je ne voulais pas me fatiguer à réfléchir alors je décidai de suivre le conseil que venait de me donner le Dragon.

Je tendis la main à mon tour pour répondre à l'offre de la jeune fille.
Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
Long flatte son ego en #8B0000

Prédiction:
 



avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 275
Localisation : Un peu partout et nulle part en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Mar 21 Nov - 0:32
_Je veux simplement t'aider.

Forte, tout du moins mentalement, la demoiselle aux cheveux roses se redressa, se tenant fièrement sur ses jambes de danseuse. Elle avait l’air déterminée et coriace. C’était bien de l’être, même si présentement ça n’allait pas l’aider à aller mieux.
L’esprit du chien fit part de son affection pour cette jeune fille aux yeux varions. Il aimait bien les personnes téméraires. Numa aussi, à sa façon.

_Je … J'apprécie que tu veuilles m'aider mais je ne …


Malgré ses efforts, Sheila ne se sentait pas bien. Numa baissa sa main mais ne fit aucun pas vers la jeune fille. Celle-ci se mit à vaciller une nouvelle fois jusqu’à l’arbre. Son corps se laissa abandonner le long du tronc, jusqu’au sol. Numa ne bougea toujours pas.
Son calme pouvait paraitre effrayant, mais c’était un calme qui renfermait énormément de contrôle.
Car, derrière tout ça, elle serrait les poings pour ne pas se transformer en hybride. Son cœur avait prit un rythme trop soutenu et si elle ne se calmait pas bientôt, cette fille allait certainement assister à une scène de transformation.

L’esprit du chien encouragea son hôte à respirer profondément. A penser à des choses positives, à se fier au son de sa voix dans sa tête. Mais Numa ne l’écoutait pas. Respirer profondément devant une fille à moitié consciente et penser à des choses positives dans une situation pareille, alors qu’elle avait le bras en sang, ce n’était clairement pas une chose qu’elle pouvait faire, promptement.

Sheila passa une main sur son front. Peut-être étourdit.
Contre toute attente, la jeune fille aux yeux vairons tendit faiblement la main à la française. Numa s’avança de quelques pas pour la prendre dans la sienne. La cadette trouvait que ses mains n’étaient pas très grandes, mais ceux de Sheila étaient vraiment petites.

Numa se baissa pour passer une main sur la hanche de la demoiselle, l’autre sur son épaule et l’aider à se lever. Elle hésita avant de poser sa main ensanglantée sur la hanche de la jeune fille. Ce n’était pas correct de salir cette pauvre sportive, mais elle ne pouvait pas non plus se permettre d’aller se laver les mains avant de porter assistance à cette âme en détresse.
L’odeur du sang était davantage présente dans les narines, devenu aguerris, de la jeune française. Ce n’était pas très agréable, en effet. Elle comprenait maintenant ce que ressentaient les animaux avec un odorat très développé. Il y avait vraiment certaine odeur insupportable.

_Je vais rester avec toi. Tout ira bien.

L’esprit du chien était tout heureux. Numa n’avait même pas eut besoin de lui pour sortir cette phrase !
Même si la française avait la carrure d’une faible demoiselle en détresse, sa camarade était légère, il était donc moins compliqué de la soutenir alors qu’elles commençaient à marcher vers le pensionnat.
Pour elles, heureusement que l’infirmerie était au rez-de-chaussée. Elle ne voyait pas trainer cette pauvre blessée dans tous les couloirs et les étages de l’établissement !

L’esprit du chien était fier. Même si Numa ne lui accordait aucune sympathie, ni même aucune attention, elle lui prouvait de jour en jour qu’elle n’était pas une mauvaise personne. A défaut de s’entendre avec elle, il était tout de même heureux d’être sa divinité, d’avoir choisis cette petite française.

*Numa, je pense qu’elle n’aime vraiment pas les médecins, pour une raison inconnue. Tu devrais peut-être lui demander ? Cela permettrait également de la maintenir consciente.*
*Sa divinité peut s’en charger.*
*Qui te dit qu’elle a une divinité ? Elle n’en a absolument pas parlé.*

L’esprit du chien avait raison. Sheila n’avait pas clairement dis qu’elle était une hôte. Il fallait donc poser une question qui puisse révéler si oui ou non Sheila avait une divinité en elle.

*Ça serait formidable si c’était le cas ! Vous pourriez être amies !*

Numa aurait bien aimé lui dire de ne pas s’emballer trop vite. Si ça se trouve c’était seulement une élève normale qui maudissait simplement le karma. Même si c’était vrai qu’il était plus facile de sympathiser avec une possédée qu’avec un élève normal. Le pensionnat faisait tout pour les séparer, surtout que la plupart des élèves, dont Numa, avaient d’énormes lacunes en matière d’apprentissage de leurs pouvoirs. Elle avait même l’impression que les pouvoirs les plus voyants, tels que les transformations, étaient les pouvoirs les plus compliqués à dompter.

*Demande lui si c’était volontaire de monter à l’arbre ?*
*Je ne dois émettre aucun soupçon. Si elle n’est pas posséder, elle va trouver ça très étrange. Je n’ai vraiment pas envie d’avoir des ennuies, et toi non plus.*

Il n’y avait décidément qu’une seule question pour pouvoir savoir si oui ou non Sheila abritait un dieu, plus ou moins joueur apparemment.

_Sheila, es-tu en classe M ?

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
En ligne
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Lun 27 Nov - 20:05



Un coup de main ?
Ça y était... Je m'étais laissée aller à la résignation et tendais maintenant la main devant moi, attendant que la brune la saisisse.
Le temps qu'elle s'approche me semblait étrangement long comme si elle hésitait à venir vers moi... A moins que ma perception du temps ne soit erronée à cause de mon mal être ? Hum, je pencherai plutôt pour cette explication à vrai dire... Ce serait bizarre qu'elle me propose son aide pour ensuite  se mette soudainement à hésiter.

En plein milieu de mes pensées, la jeune fille me prit la main avec une telle douceur que je me demandais si c'était réel ou si mon imagination me jouait des tours. La réponse à ma question arriva en même temps que son bras qui m'engloba la taille pour mieux me tenir puis elle fit glisser ma main sur son épaule pour m'aider à me lever et m'éviter de tomber. En tirant vers elle, elle me mit sur mes pieds et s'assura que je pouvais tenir debout avant de commencer à marcher et guider mes pas incertains.
Elle me certifia aussi qu'elle resterait près de moi et que tout ce passerait bien. Je me raccrochai donc à ses mots pour me laisser porter jusqu'à notre destination.

J'avais la tête légèrement courbée vers l'avant comme si elle était beaucoup plus lourde que son poids d'origine mais je gardais tout de même un œil sur le chemin emprunté. Je faisais confiance à cette fille qui m'apportait son aide mais regarder devant moi m'aidait à marcher relativement droit.
De son côté elle ne semblait pas avoir trop de problèmes à me soutenir ce qui me rassura dans un sens. Pas de risque de se casser la figure quoi !

Je sentais le Dragon devenir pressant pour nous faire accélérer le pas tandis que j'avais plutôt le réflexe de freiner notre marche. J'avais accepté d'aller à l'infirmerie mais cette idée me laissait réticente et inconsciemment je devais faire en sorte de ralentir notre arrivée. Je n'y pouvais rien, c'était plus fort que moi. Le simple fait de penser à l'infirmerie me rappelait l'hôpital dans lequel j'avais attendu avec tant de stress le verdict des médecins... Même si j'avais dépassé cet événement, il y avait encore cette seule sensation qui demeurait insurmontable. Je ne pouvait PAS me sentir bien en présence de médecins ou autres personnes en blouses blanches !
Cette infirmière soit-disant "adorable" ne ferrait pas exception. Elle me soigne et c'est tout ! Enfin, si tant est qu'elle en soit capable ! Oui, excusez moi d'être aussi agressive sur ce sujet mais j'ai des doutes quant à la capacité du corps médical à faire correctement son travail. Pour moi la mort de mon frère n'a jamais été à cause de mon père qui avait lâché sa main ou du conducteur de la voiture que l'avait percuté mais plutôt à cause des chirurgiens qui s'étaient loupés lors de l'opération ! Bref, le chemin vers l'infirmerie ne me rappelait que de mauvais souvenirs... J'aurai aimé ne pas montrer autant d'animosité envers cette pauvre infirmière que je n'avais même pas encore rencontré mais pour le moment, j'avais du mal...

Je sentais que Long voudrait dire quelque chose mais restait étonnement silencieux. Mon état psychologique actuel refrénerait-il son envie de me parler ? Je ne pourrai l'affirmer clairement mais je le sentais presque prévenant face à mes tourments...

Je manquai de trébucher sur une petite bosse de terre mais la jeune brune ne me laissa pas tomber. Elle était toujours de marbre comme si elle n'avait même pas remarqué que je me casser à moitié la figure pourtant c'était bien grâce à elle que j'étais toujours sur mes deux jambes ! Bref, elle m'avait évité de faire ami-ami avec le sol et pour ça le lui en était reconnaissante. Je commençais sérieusement à apprécier sa proximité. Son calme, son assurance. Tout son comportement me faisait me sentir en sécurité après cette frayeur que j'ai ressentis en découvrant sur quoi j'étais tombée. Il faudra vraiment que je lui demande son nom quand je me sentirai mieux.

*Pour être tout à fait honnête, je suis plutôt soulagé que cette jeune fille soit sortie de nul part. J'aurai évidemment préféré te voir te tirer de cette situation délicate sans l'aide de personne mais puisque tu en es incapable, sont arrivée était bienvenue. J'ose espérer que cela te servira de leçon.*

Je rêve ou bien il se la jouait moralisateur alors que cette impulsion soudaine de monter dans cet arbre venait de lui ? De LUI ! Sérieux quoi, j'arrive pas à la croire !
Je soufflai pour me calmer et essayer de relativiser. Je commençais à connaitre le Dragon et il n'admettra jamais qu'il a tort... Il évitera aussi de montrer ses inquiétudes et autres sentiments qu'il pourrait qualifier de "faibles". Le tout mit bout à bout me laisse imaginer que sa réplique est une tentative plus que maladroite de me montrer qu'il angoissait et que mon état le préoccupait beaucoup. Je pense même que dans le fond il s'en voulait...
Bien, je ne vais pas m'énerver contre lui, ça ne servirait à rien.

*Merci de t'inquiéter Long, j'apprécie...*

*Ne t'imagine pas des chimères ! Je ne m'inquiète en rien. Je trouve simplement légèrement désolant que mon hôte ne soit pas capable de supporter quelques coupures.*

Bon, il ne voulait pas l'admettre, il ne voulait pas l'admettre. Que voulez-vous ? Je ne pourrai pas lui faire changer sa mentalité mais je pouvais cependant faire abstraction de sa mauvaise foi...
C'est alors que la jeune fille m'adressa la parole le plus simplement du monde pour me demander si je faisais partie de la section M. Je ne me souvenais pas si je l'avais dis clairement mais apparemment ce n'était pas le cas. Je hochai la tête pour acquiescer puis lui retournai la question rapidement, ne voulant pas me fatiguer à parler. Elle n'avait pas son uniforme, moi non plus, pas étonnant qu'on soit dans le flou. Et avec le règlement du directeur, mieux valait prendre ses précautions et s'assurer que l'on soit dans le même bateau avant de raconter n'importe quoi !

Je regardai un peu autour de moi et me rendis compte qu'il commençait à y avoir de plus en plus de gens dans les parages. Forcément puisqu'on se rapprochait de l'infirmerie ! En même temps j'étais soulagée d'être bientôt arrivée parce que, outre ma révulsion pour ce lieu, je commençais sérieusement à fatiguer mais en même temps je me sentais extrêmement gênée d'être vu dans cet état et ne pus m'empêcher d'enfouir mon visage contre ma sauveuse pour me cacher.
Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
Long flatte son ego en #8B0000

Prédiction:
 



avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 275
Localisation : Un peu partout et nulle part en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Mar 28 Nov - 16:00
_Sheila, es-tu en classe M ?

Le visage faible, la jeune fille aux cheveux rosés acquiesça et retourna la question. C’était légitime. Malheureusement le système faisait que les classes M ne pouvaient quasiment compter que sur elle-même. Numa ne savait pas comment marchaient les pouvoirs de Sheila, mais si c’était un élément voyant, tel qu’une transformation ou l’apparition de bonbons géants, il fallait mieux qu’elle ne soit pas aidé par une personne « normale ».
Pour la rassurer, Numa lui répondit positivement. Mais elle n’était pas certaine que sa camarade ait parfaitement compris. Elle semblait de moins en moins tenir sur ses jambes de danseuse et ses yeux commençaient à se voiler, comme si son esprit divaguait aussi bien que son corps.

Enfin dans le bâtiment, les élèves devenaient de plus en plus présents. Ce qui était normal. Ce qui l’était moins était les regards qu’ils jetaient à leur rencontre. Très peu avait de la compassion dans les yeux. Ils avaient tous cette lueur de curiosité, de dégoût face au sang, de moquerie au malheur des autres pour certain et d’étonnement pour tous.
Ce n’était pas un spectacle bon sang !

* Allez-vous-en ou aidez nous mais ne restez pas là à chuchoter comme des commères !*


La française bouillonnait en elle. Les humains étaient ainsi. Sur les routes, ils ralentissent près d’un accident pour voir les dégâts, mais aucun ne s’arrête, se disant qu’un autre le fera. Mais parfois il n’y a pas d’autre. Tant que ce n’est pas eux que le danger touche, ils ne font rien.
Tout était attraction, sujet à spéculation, et Sheila avait un gabarie et une chevelure assez reconnaissable. La pauvre … elle allait en entendre parler pendant un moment.
Numa peut-être aussi. Mais elle passait assez facilement inaperçue dans les couloirs pour qu’on l’oublie facilement. Très facilement. Ce don d’invisibilité lui apportait souvent de la peine, mais il était bien utile parfois.
Numa n’était pas la seule à être hors d’elle intérieurement, l’esprit du chien était aussi fou de rage. Sa colère grandissant n’aidait pas vraiment numa à rester calme.

*Si je pouvais, je leur ferais la morale à ces petits voyous ! Mais reste calme Numa et pense à Sheila. C’est elle qui doit être la plus gênée dans l’histoire*

Comme pour appuyez les dire de la divinité, cette dernière vint cacher son visage contre le cou de Numa.

*Woula ! Mais elle fait quoi là ?*


Numa continua d’avancer vers l’infirmerie mais son cœur se mit à s’emballer. Ses yeux se tournèrent vers la blessée et ses sourcils se levèrent. Ses iris se contractèrent, devenant plus petit.
Même si son visage resta figé, il était clair que la jeune française était fortement étonnée à cet instant.
Elle n’avait pas eut d’étreinte depuis … depuis … euh … trop longtemps. C’était étrange de sentir une présence humaine si près de soi. Elle pouvait sentir le souffle chaud de sa camarade à travers son gilet blanc jusqu’à sa peau pâle.
C’était dérangeant et réconfortant à la fois. Trop de sentiments contradictoires se mélangeaient dans l’esprit de la jeune française.
Numa l’aurait violement repoussé, par réflexe, si l’esprit du chien n’avait pas été là.

*Calme toi Numa, ce n’est rien, elle est juste épuisée.*

Plus facile à dire ! Lui qui adorait le contact des autres, forcement il était plus qu’heureux de sentit une présence à travers son hôte, mais elle, non ! Non !  C’était trop proche là ! Il fallait absolument qu’elle aille rapidement à l’infirmerie pour se « débarrasser » de la sportive.
Il fallait aussi qu’elle se calme, sinon l’infirmière allait à faire à une hybride en même temps qu’une blessée.
La jeune fille respira doucement et resserra sa prise sur la hanche et le bras de sa camarade pour la soutenir avec plus de fermeté. Elle essayait de passer outre ces élèves, le souffle de cette fille qui atteignait sa peau et cette odeur de sang que son odorat très développé commençait à trouver un peu trop présent.

Après quelques pas qui parurent une éternité pour Numa, et sûrement encore plus que Sheila, les deux jeunes filles arrivèrent finalement à l’infirmerie.
Numa toqua vivement à la porte, et sans attendre, entra. Ce n’était pas le moment de faire des politesses et patienter pour qu’on vienne lui ouvrir. Pour ce genre d’urgence, il n’y avait aucune honte à avoir.
En entrant, la brune scruta rapidement la pièce avant que ses yeux ne se posent sur une ravissante femme à la blouse blanche qui semblait trop jeune pour être infirmière.
Même si  son visage de lune ne reflétait aucune émotion particulière, Numa était soulagée d’être enfin arrivé ici. Elle affirma de sa voix calme et douce à l’infirmière :

_Excusez moi. Elle est tombée d’un arbre et il y avait du verre brisé au sol.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
En ligne
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Jeu 30 Nov - 3:35

 

 

 
J’hume avec délice l’odeur qui s’échappe de ma tasse de thé, savourant d’avance le petit luxe que je suis sur le point de m’octroyer. Après avoir passé des heures à faire le ménage dans mes dossiers et trier par date mes archives, je me suis promis un peu de repos. Les courbatures que je sens poindre dans mes muscles ne mentent pas, demain je voudrais mourir. Je n’ai pas à me plaindre par contre, je suis à jours dans la plupart de mes documents et c’est sans compter la pile de mes notes de cours que je dois encore étudier. Ayant trop peur de déranger M. Wright pour des broutilles, je me penche donc sur ces livres afin de répondre à mes interrogations.  


Il est étrange cet homme.

Freyja, c’est mon collègue et presque mon patron immédiat.

Ça ne m’empêche pas de le trouver suspect.

Je trouve qu’il fait très bien son travail, il mérite tout mon respect.

Tu dis ça simplement parce qu’il est gentil avec toi.

M. Wright est toujours prévenant, je peux compter sur lui
pour m’aider avec les étudiants qui sont blessés.
N’est-ce pas le rôle d’un médecin ?

Quand vas-tu cesser d’être aussi crédule Nika ?

Je ne comprends pas ce que tu veux dire Freyja,
en quoi je suis trop naïve ?


  Une petite voix féminine s’élève avec douceur dans mon dos, tirant sa provenance de l’entré de l’infirmerie. Je garde toujours la porte ouverte, on ne sait jamais quand une urgence peut sonner. Ma déesse en profite pour remettre notre discussion à plus tard, je sais qu’elle n’en à pas fini avec moi. Je suis presque soulagé de changer de sujet, craintive à l’idée de ce qu’elle va me dire par la suite. Même si j’ai un gros doute sur la nature de ses commentaires. Parfois, Freyja me fait penser à ma mère. . .


  Me tournant vers la demanderesse, j’ai la stupeur d’apercevoir non pas une mais bien deux jeunes filles devant moi. L’une affiche un air stoïque, son regard braqué sur moi avec le seul œil visible sous sa chevelure d’ébène. L’autre, clairement la raison pour laquelle on me la amené, à l’air à bout de force et sur le point de s’évanouir. Posant ma tasse sur une table d’appoint à ma portée, je me dirige vers elles. Affichant un sourire qui ce veut rassurant, je dis avec douceur :
 

Zdravstvuitié devouchka1, je vais t’aider à la porter jusqu’au lit.

  M’approchant délicatement, je passe mon bras autour de la taille de la blessée pour faire un effet de levier et transférer une partie de son poids vers moi. Espérant soulager son amie qui affiche des signes de tension dans sa posture, ne sachant si c’est à cause du stress ou bien de la fatigue d’avoir marché jusqu’ici en la transportant toute seule.  




_____________________Notes_______________________
1. « Bonjour jeune fille ! »

 



#CC6699 : Nika ~  |  ~ Freyja : #E08E79

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Dreams weight nothing
RP ~ PRÉSENTATION ~ LIENS
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Membre du personnel
Membre du personnel
Voir le profil de l'utilisateur http://immortalia.forumactif.org/t1555-kindness-isnt-weakness-it
Messages : 52
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Ven 1 Déc - 1:04



Un coup de main ?
Sur les derniers mètres, j'avais l'impression que mes jambes étaient de plus en plus engourdies comme si elles avaient été exposées au froid trop longtemps. Il me semblaient aussi que mes sensations commençaient à m'échapper...

*Sheila, ne t'endors pas. Il serait dommage d'avoir parcouru tout ce chemin pour t'évanouir juste avant l'arrivée.*

*Tais-toi ! Je me concentre...*

J'expulsais le Dragon hors de mes préoccupations pour mieux canaliser mes forces et lutter contre le malaise qui se profilait. J'avais déjà perçu des signes avant-coureurs et étais résolue à ne pas me laisser emporter par l'inconscience. Non mais oh ! Je n'étais pas une petite nature tout de même ! Je ne voulais absolument pas arriver à l'infirmerie à l'état de légume ! Et puis, il fallait que je garde un œil ouvert pour surveiller le moindre fait et geste de l'infirmière ou du médecin. Je n'avais pas confiance alors il était hors de question que quelque chose puisse m'échapper.

Ma bienfaitrice resserra sa prise pour me tenir plus fermement et peut être pour, j'imagine, m'assurer que tout ce passerait bien. Mais à chaque pas que nous faisions je me sentais envahie d'une angoisse grandissante totalement incontrôlable. Plantées pendant un court instant dans le couloir, je ne pus réprimer un frisson, sachant très bien que nous étions arrivées. Et franchir l'entrée de l'infirmerie me provoqua presque une sueur froide. Comme si l'on venait d'ouvrir une porte vers mes souvenirs que je voulais le plus rejeter.
J'aurais aimé faire abstraction, essayer d'imaginer que j'étais dans une pièces tout à fait banale mais c'était impossible. L'odeur particulière présente dans tout lieux médicaux commençait déjà à me prendre aux narines. Cette odeur étrange d'antiseptique renvoyant à cette propreté caractéristique des locaux d’hôpitaux... Cette odeur qui me donnait un goût amer dans la bouche. Cette odeur que je détestais !

La jeune fille nous annonça d'une voix claire. Elle semblait toujours aussi calme tandis que de mon côté, mon cœur s'emballait. L'appel qu'elle venait de lancer annonçait inévitablement l'arrivée d'un soignant et malgré mes efforts pour garder la tête froide, je tentai un mouvement de recul. J'essayais alors de me raccrocher à sa présence sereine et pris de grandes respirations en plus de serrer son gilet dans ma main intacte.

Une jeune femme se présenta devant nous ce qui me fit relever les yeux. Je ne m'attardai pas longtemps sur son visage doucement souriant puisque mon attention fut totalement emprisonnée par la vision de sa blouse. Une blouse blanche... Une blouse.. blanche...
Transportée par cette image dansant dans mon esprit, je me sentie replonger dans un instant bien précis de ma vie. Trop précis même. C'est peut être stupide de ma part, je ne devrais pas me sentir si mal. L'évènement était passé depuis neuf années déjà alors pourquoi est ce que ma poitrine se serrait toujours en présence de soignants ? Parce qu'ils sont tous pareils ! A faire des promesses intenables ! A nous envelopper d'un joli sourire, de nous dire que tout ira bien et de revenir la tête baissée. Menteur et incapable, voilà ce qu'ils sont.
Je secoue la tête, il faut que je me calme. Cette infirmière ne m'avait rien fait, je ne pouvais pas lui faire tous ces reproches... Tiraillée par des sentiments contraires, je me sentis faire un pas en arrière au même instant où elle s'approcha de nous.

- Zdravstvuitié devouchka, je vais t’aider à la porter jusqu’au lit.

Zdravs.. de quoi ? Ce que je redoutais devais être en train d'arriver... Ça y est, je tombe dans les pommes et je ne suis plus en mesure d'entendre correctement les sons ! Mon cerveau doit sans doute emmêler les lettres et retranscrire n'importe quoi...

*C'est du Russe, Sheila... Calme toi, veux-tu ?*

Je ne répondis pas à Long, n'étant pas vraiment d'humeur. Même s'il me disait de me calmer et que je savais très bien que c'était la meilleure des choses à faire, je n'y arrivais pas. C'était plus fort que moi. Tout dans une salle médicale était susceptible de me perturber.
Bon, au moins, savoir qu'elle avait parlé en russe me rassurait. Je n'avais pas encore franchis la ligne irréversible du malaise. J'avais donc encore de la marge avant de tomber dans l’inconscience, c'est une bonne chose.

Perdue dans mes pensées, je ne m'étais pas rendu compte que l'infirmière se tenait maintenant à côté de moi. Elle fit passer son bras autour de ma taille ce qui me provoqua le réflexe de fermer immédiatement les yeux. Pas que j'avais mal... Heum disons plutôt que ce n'était pas la cause première de ma réaction. Non. Actuellement je tente de faire abstraction de son statue d'infirmière. Je ne suis pas en état de déguerpir et dans les rares cas où je me suis retrouvée bloquée face à des médecins sans pouvoir m'enfuir, je ne les laissais pas s'approcher. Seulement là, cette jeune femme avait était trop rapide pour que je puisse avoir le temps de réaliser ce qu'il se passait. A défaut de pouvoir m'en écarter, je gardai donc les yeux fermés.
Aller Sheila, imagine que c'est une personne normale, qu'elle ne porte pas de blouse, qu'elle n'est pas infirmière...
Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
Long flatte son ego en #8B0000

Prédiction:
 



avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 275
Localisation : Un peu partout et nulle part en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Ven 1 Déc - 19:31
_Excusez moi. Elle est tombée d’un arbre et il y avait du verre brisé au sol.

_Zdravstvuitié devouchka, je vais t’aider à la porter jusqu’au lit.

Tsadravztvouitié? C’était bien trop complexe, ça ne pouvait venir que des pays de L’est. La Finlande ? Non, non. Pour écouter du Nightwish, ce n’était pas du finnois. Même si ça y ressemblait un peu.
Mais « devouchka »  ne voulait pas dire « petite fille », en Russe ?

*En réalité ça serait plus « jeune fille » que « petite fille ».*

Numa ne répondit pas à sa divinité. Il aimait bien se rendre intelligent ou quoi ? Tout était sujet à bavardage avec lui, s’en était agaçant.
L’esprit du chien, qui sentait bien l’irritation de son hôte, se tut. Elle devait être fatiguée et stressée, il ne fallait mieux pas en rajouter une couche en lui faisant une tirade de leur relation encore trop fraiche et fragile. Ainsi que ses abondantes qualités, comme connaitre de très nombreuses langues.

Ladite russe s’approcha doucement, comme si elle ne voulait pas effrayer les élèves. Numa la suivit du regard. La française ne montra pas d’expressions sur son visage de lune, mais fut tout de même soulager lorsqu’elle sentit le poids de Sheila diminuer de moitié, si ce n’était plus. Même si Sheila était petite et légère, Numa ne faisait plus de sport depuis qu’elle était à Immortalia. Elle n’avait pas les bras de Rocky, ni les jambes d’Usain Bolt. Ce manque de muscle se voyait à des mètres plus loin sur son gabarit caché sous son gilet. Que voulait-vous ? Art ou sport, elle a vite choisit.
Et l’infirmerie n’était pas à coté du terrain de VTT.

Il fallait également avouer que Numa était plus calme lorsqu’elle sentit le contact de Sheila s’éloigner. Sa camarade avait resserré sa prise sur son gilet et c’était perturbant. Numa avait l’impression d’être poupée à qui une petite fille s’accrochait pour se sentir en sécurité. Une vieille poupée de porcelaine qu’on habille joliment et que l’on coiffe comme des princesses. Oui, celles-là même qui ne souris jamais et qui vous fixe de leurs grands yeux vides de sentiments. Les mêmes que l’ont met dans les films d’horreur tant leur manque d’expression en était effrayant.
Malgré tout, même si le contact de Sheila éveillait un sentiment de stresse au fond de Numa, la française lui trouvait de la sympathie.

Sheila ferma soudainement les yeux. Avait-elle mal ? Peut-être s’était-elle retenue durant tout le trajet, devant ces terribles adolescents pour rester digne, et maintenant elle n’en pouvait plus ?
Non, ça semblait être autre chose. Et même si c’était le cas, ou bien cette autre chose, cette fille aux cheveux roses avait bien du courage. Aucune larme, aucune plainte, aucune grimace.

L’infirmière et Numa installèrent Sheila sur le fameux lit. C’était la première fois que Numa voyait l’infirmerie. Bon ça ne faisait que trois mois qu’elle était au pensionnat, c’était normal quelque part. Mais elle n’était jamais entrer dans une infirmerie avant non plus. Il y avait une odeur plutôt étrangement chimique. Comme si la pièce avait été nettoyée récemment, ou bien stérilisé.
L’odorat surdéveloppé de la jeune française n’appréciait guère cette senteur,  mais il allait devoir s’habituer. Pour aujourd’hui du moins.
Mais entre l’odeur du sang et celui des produits, l’estomac de Numa commençait à faire quelques remous désagréable.

Lorsque la demoiselle aux cheveux rouges fut installée, Numa recula un peu. Coupant finalement contact avec Sheila, restant tout de même dans la pièce.

*C’est bien petite louve. Tu honores ta parole. Je suis fière de toi.*

Fière ?
Numa préféra ne pas lui répondre. Malgré tout les efforts de sympathie du chien, elle ne lui faisait pas confiance. Elle avait entendu trop de choses négatives sur les divinités envers leur hôte que les bons cotés semblaient être sortie de son autre oreille.
Numa finit tout de même par demander à l’infirmière, toujours avec calme et douceur :

_Puis-je rester ?

Avide de paroles, elle se contenta de regarder l’infirmière, le visage éternellement inexpressif, pour avoir son approbation.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
En ligne
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Mar 12 Déc - 19:38

 

 


 
Couchant avec douceur la jeune blessée sur le lit, je pris soin de déposer sa tête sur un oreiller, vérifiant au passage son rembourrage pour un confort optimum. Ne sachant si oui ou non son crâne a subi un traumatisme, je ne veux pas risquer de causer des dommages irréparables. Son accompagnatrice m’a dit d’entrée de jeu qu’elle était tombée, je ne dois prendre aucun risque.  

  Faisant une rapide analyse de son état physique, je porte une attention particulière à ses nombreuses coupures. Quelques-unes m’inquiètes, je dois rapidement les désinfecter et en mesurer la profondeur. La peau des êtres vivants est comme une barrière qui empêche le passage des virus et d’autres agents nuisibles pour l’organisme. Or lors d’une blessure, des bactéries peuvent entrer et se reproduire à l’intérieur et autour de la plaie : c’est là que surgit un grand nombre d’infections graves.

  La petite voix se fait de nouveau entendre, tirant mon esprit de ma collecte de données. Souriant avec tendresse à sa demande, je hoche la tête en ajoutant :
 

Konechno1! De tout façon vu l’épuisement de ta compagne, je vais avoir besoin de toi pour me raconter en détail ce qui s’est passé.

  Je me redresse et m’éloigne légèrement en confirmant que ma patiente est en sécurité. Une fois assurée qu’elle ne risque rien et que la jeune fille est à son aise, je vais me laver les mains avec le distributeur de gel antibactérien au mur. Prenant la bouteille de peroxyde d’hydrogène sur l’étagère, j’ouvre le cabinet médical pour chercher ma trousse de pansements stérile. Je dépose le tout sur mon petit chariot en métal, faisant mentalement le compte de mon inventaire : pinces, ciseaux, ruban adhésif, gel antiseptique, compresses en textile doux et hypoallergénique… Revenant vers le lit, j’approche mon matériel de soins et m’assoie au côté de la blessée. Je prends une voix calme et douce pour lui annoncer mes intentions :
 

Je vais avant tout désinfecter et nettoyer tes plaies pour empêcher tout risque d’infections et enlever les résidus qui pourraient être restés incrustés sous ta peau. Si jamais tu éprouves la moindre douleur ou malaise, n’hésite pas à me le dire. Je vais y aller délicatement, vse budet khorosho, ya obeshchayu2.



Elle a l’air terrorisée.

Je me demande bien pourquoi.
Ais-je l’air si menaçante que cela ?

Je ne crois pas que ce soit toi qui soit effrayante…



  Tout ce que je souhaite, c’est de la réconforter et éviter de lui faire peur. Je veux l’aider, m’assurer de sa santé et savoir que cette jolie demoiselle puisse ne garder aucunes séquelles de ses blessures suite à sa visite à l’infirmerie.  Malheureusement, comme je manque d’expérience je n’ai pas toujours les bons réflexes avec ces étudiants. J’ignore comment réagir à certaines situations, causant des torts malgré mes bonnes volontés. J’espère que ce ne sera pas le cas aujourd’hui...




_____________________Notes_______________________
1. « Bien sûr ! »
2. « Tout va bien ce passer, c'est promis. »

 



#CC6699 : Nika ~  |  ~ Freyja : #E08E79

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Dreams weight nothing
RP ~ PRÉSENTATION ~ LIENS
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Membre du personnel
Membre du personnel
Voir le profil de l'utilisateur http://immortalia.forumactif.org/t1555-kindness-isnt-weakness-it
Messages : 52
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Mer 13 Déc - 23:47



Un coup de main ?
Avant d'atteindre le lit, je ne me permis pas d'ouvrir les yeux. C'était pour moi comme une protection. Un moyen de faire abstraction du lieu, de l'ambiance. Le seul petit problème qui me rattachait à la réalité était l'odeur. Elle ne tromperait pas mon nez, elle était trop reconnaissable... J'aurai bien aimé me couper de mon sens mais je n'allais pas m'empêcher de respirer non plus ! Déjà que la marche m'avait raccourcit le souffle, je ne voulais pas tenter le diable.
Avec l'aide de la jeune fille, l'infirmière m'allongea sur le lit en s'assurant que le coussin était suffisamment rembourré. J'avoue être quelque peu déstabilisée par l'extrême douceur dont elle faisait preuve depuis notre arrivée... Enfin, reprends toi Sheila ! Elle fait ça pour te mettre en confiance ! Méfiance est mère de sûreté...

*Tu me fatigues...*

*Fiche moi la paix...*

Il fallait s'y attendre... Long avait déjà fait beaucoup d'efforts pour ne pas critiquer mon espèce de paranoïa mais il ne pouvait apparemment plus se retenir. Quoi qu'il avait mâché ses mots comparé à certaines fois. Il devait sentir ma fatigue et ne voulait sans doute pas en ragouter plus qu'il n'en fallait mais il ne pouvait tout de même pas s'empêcher de lancer un petit commentaire.
Je le fis passer en arrière-plan, n'ayant aucune envie de me disputer avec le Dragon. De toute façon, dans l'heure actuelle des choses, il aurait forcément le dessus.

Je poussai un long soupir sur le lit, toujours les yeux fermés. Le fait d'être allongée me procurait vraiment beaucoup de bien. J'avais l'impression que toute la tension retombait d'un coup pour me laisser souffler. Le problème c'est que mon état vaseux semblait s'accentuer par cette position...
Peut être que, l'effort passé, toute mon adrénaline s'évaporait et ne me permettait pas de me garder en pleine possession de mes moyens ? D'ailleurs j'avais presque la sensation que les coupures me relançaient. Surtout celle dans mon omoplate. Le contact avec le lit ne devait pas être très apprécié.
Ça m’énerve...

J'ouvrai les yeux pour surveiller la jeune femme en blouse blanche. Elle était en train d'évaluer mon état physique tandis que j'essayais de mettre de la distance entre nous. Je me décalai sur le lit pour être le plus loin possible. Ah saleté de frottement ! Évidemment, en gigotant comme ça, ma plaie dans mon dos me le faisait ressentir...
Je continuai de m'éloigner pour faire comprendre à la jeune femme que je ne voulais pas qu'elle m'approche. D'habitude, le contact physique me rassure et me réconforte mais les médecins c'est l'inverse. Je ne suis pas sereine du tout s'ils n'y a pas au moins deux mètres de sécurité pour nous séparer !

C'est alors que ma jeune sauveuse attira l'attention de l'infirmière pour lui demander de rester. Demande acceptée avec un gentil sourire. Je ne savais pas comment remercier cette jeune brune, vraiment je l'aimais de plus en plus. M'imaginer toute seule face à une médecin me donnait des frissons mais la savoir près de moi me soulageait pas mal. Depuis que je l'ai rencontré, je la trouve rassurante comme si elle était entourée d'une énergie très fiable. Elle n'exprime pas vraiment d'expressions mais c'est justement ça qui m'apaise. D'une certaine façon, elle me fait penser à un pilier de marbre. Sûr, droit. Ce pilier auquel on se raccroche parce qu'on sait qu'il ne flanchera jamais...
Après ce court échange entre les deux femmes, j'eus droit à un moment de répit. L'infirmière était partie se laver les mains tandis que ma camarade restait toujours autant silencieuse. Bien que sa présence me réconfortait, je regardai autour de moi pour essayer d'élaborer un plan de fuite. Mon réflexe restait le même dans chaque lieu médical et j'avais du mal à le réprimer. Un peu comme un instinct de survie si vous préférez... Méfiante, je jetai des coups d’œil réguliers à l'infir.. à la dame pour m'assurer qu'elle ne se doute de rien mais aussi pour anticiper son retour.
Tss.. Peut importe comment j'imagine la chose, ma tentative de replis risquait de ne jamais aboutir. Peut être si je le tente par la fenêtre ? Si je roule discrétos hors de mon lit et que j’atteins la vitre ouverte, je pourrais peut être..

*N'y penses même pas jeune fille ! Ça suffit les idioties ! Je n'ai rien dis jusque là, mais tu deviens ridicule ! Le coups sur la tête te fait divaguer ma parole.*

Je mis une main à ma tête. La voix puissante du Dragon me donnait un mal de crâne que je ne pensais pas possible. La chute a du me fragiliser...
Au même moment, un son métallique résonna à mes oreilles ce qui me provoqua un sursaut. Je cherchai des yeux la source du bruit pour constater que l'infirmière revenait avec un plateau roulant sur lequel étaient disposés un bons nombre de de pansements, désinfectants et autres instruments. Mais mon attention fut frappée par les ciseaux et les pinces. Hors de questions qu'elle m'approche avec ça ! Sentant mon angoisse grandissante, j'eus un nouveau mouvement de recul.

- Je vais avant tout désinfecter et nettoyer tes plaies pour empêcher tout risque d’infections et enlever les résidus qui pourraient être restés incrustés sous ta peau. Si jamais tu éprouves la moindre douleur ou malaise, n’hésite pas à me le dire. Je vais y aller délicatement, vse budet khorosho, ya obeshchayu.

Délicatement, délicatement... En attendant je ne comprends pas ta dernière phrase ! C'est louche tout ça...
Elle avait vraiment une voix pleine de douceur, se voulant sans doute rassurante mais je restais braquée.

- ...Je peux me débrouiller toute seule..

Le Dragon lâcha un ricanement dans ma tête en me rappelant que je ne pourrai pas atteindre la plaie sur mon omoplate. Peu importe, je suis bornée comme fille.
Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
Long flatte son ego en #8B0000

Prédiction:
 



avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 275
Localisation : Un peu partout et nulle part en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Jeu 14 Déc - 22:03
_Puis-je rester ?
_Konechno! De tout façon vu l’épuisement de ta compagne, je vais avoir besoin de toi pour me raconter en détail ce qui s’est passé

L’infirmière était si douce et souriante que s’en était presque perturbant. Elle avait l’air gentille. Un peu trop gentille. Le genre de gentillesse qui n’était pas forcement de bon augure.
Et pourtant lorsque Numa croisa le regard ardoise de la dame, elle ne voyait aucune malice, aucun vice, rien que de la douceur, de la gentillesse et de la pureté.
La française détourna les yeux.
Bien sûr qu’elle avait déjà vu ce genre de regard. Lorsque des amis se regardent. Des familles se regardent. Mais elle, elle avait l’habitude des regards méchants et moqueurs à son égard. C’était définitivement trop perturbant.

Alors que l’infirmière s’occupait de sa nouvelle patiente. Numa se mit à l’observer. Parce qu’en plus d’avoir de magnifiques yeux ardoise, elle était tout simplement sublime. Elle avait un visage forgé dans la porcelaine. Des traits si fin qu’on aimerait les caresser, mis en valeur par de jolies joues rosés comme l’aube. Un visage ovale, délicat et lisse, d’un charme dépassant le commun des mortels. La dame avait d’envoutants cheveux clairs, presque roux, ondulés comme les vagues qui s’échouent sur le sable. Des lèvres pulpeuses que tout homme aimerait embrasser. Des courbes que toutes dames envieraient.
Elle ressemblait à un tableau. Ces tableaux remplis de sensualité et de charme, dont les couleurs chatoyantes envoutaient le coeur. Les traits des pinceaux qui transportaient l’âme et la composition qui domptait le regard.
Et pourtant, même si elle était magnifique, ce qui la rendait encore plus belle était ces étoiles qu’elle avait dans les yeux. Des étoiles inexplicables. Des étoiles qui donnaient envient de la regarder, d’aller vers elle sans crainte et de se lover dans ses bras tel un enfant envers sa mère.

Numa redescendit sur terre lorsque l’infirmière parla envers Sheila.

_Je vais avant tout désinfecter et nettoyer tes plaies pour empêcher tout risque d’infections et enlever les résidus qui pourraient être restés incrustés sous ta peau. Si jamais tu éprouves la moindre douleur ou malaise, n’hésite pas à me le dire. Je vais y aller délicatement, vse budet khorosho, ya obeshchayu.

Encore des mots un peu trop Russe.
Ça aurait été peut-être plus amusant de vivre en Russie plutôt qu’en France. Peut-être que les adolescents là-bas étaient moins cruel, si on prenait cette douce femme comme exemple.

_ ...Je peux me débrouiller toute seule...

Numa ne bougea pas et regarda la scène pendant un court instant. Sheila s’était éloignée le plus possible de l’adulte, l’air très peu serein. La demoiselle à la peau blanche alla s’asseoir sur un des lits voisin de Sheila, de façon à être vue de la blessée.

*Un petit geste ?*

Numa voyait cela comme un reproche de sa divinité. Comme si elle était un monstre regardant un enfant pleurer sans rien faire.
La question n’était pas de savoir si Numa se sentait concernée par cette scène. Elle était âme à facilement culpabiliser, mais elle ne savait pas quoi faire et comment le faire.

*L'infirmière se débrouille très bien.*
*Tu es assez intelligente pour comprendre ce qui se passe.*

En effet, Numa avait très bien compris. Sheila avait accepté son aide mais n'avait pas voulu aller à l'infirmerie. Elle s'était blottit contre la brune mais a fermé les yeux lorsque la dame est venue lui porter assistance. La conclusion était évidente, Sheila avait peur des médecins. Ou en tout cas quelque chose en rapport avec la médecine, les aiguilles ou les ciseaux peut être. Mais si ça avait été le cas, elle éviterait de se faire mal le plus possible et donc ne ferait pas de sport. Ou du moins un sport beaucoup moins dangereux que la grimpette aux arbres. Donc. Clairement. Cette petite rouquine avait un problème avec le corps médical.

*Tu es beaucoup plus mature et réfléchis que ton jeune âge laisse penser.*

La jeune française ne répondit pas. Ce n'était pas son avis. Pour elle ce n'était qu'une question d'observation. Si les humains apprenaient à écouter et observer, peut-être que leur vie serait différente.
Les détectives et les mentalistes n'étaient pas plus intelligents que d'autres, ils étaient justes très observateurs. Du moins,  c'était l'avis de la petite brune.
Mais l'esprit du chien avait raison. Un petit geste pour cette blessée ne pouvait être que bénéfique.
Doucement, hésitant tout de même, Numa posa sa main sur l'avant bras de Sheila. Même si la demoiselle avait la peau blanche comme la lune,  elle avait rarement les mains froides, ce qui la rendait un peu humaine. Au cas où on se poserait la question de si elle était un vampire.
Numa  parla de sa voix naturellement calme et douce, envers sa camarade :

_Personne n'en doute. Mais il te serait plus bénéfique d'accepter de l'aide.

Numa ne voulait pas paraître méchante ou donneuse de leçons, mais elle ne savait pas vraiment quoi dire à cette fille pour qu’elle accepte l’aide de la pauvre infirmière jugée sans raison.
La brune aurait voulu lui sourire pour la rassurer, mais son visage resta figé sur cette expression neutre qui était la sienne. L'esprit du chien sentait bien les efforts de son hôte et approuvait cela. Même si c'était de vains efforts.
Numa regarda un instant l'infirmière et parla de la même façon :

_Je ne peux malheureusement pas vous aider. Je l’ai rencontré dans cet état. Elle m’a expliqué qu’elle a grimpée à un arbre, puis qu’elle est tombée sur du verre.

Numa dû s’arrêter de parler un instant. Elle n’arrivait jamais à aligner plus de trois phrases, malgré le fait qu’elle était parfaitement bilingue. Mais elle était comme ça. Etrange ou réfléchit ? Les deux peut-être.

_Je ne suis pas certaine, mais je pense qu’elle est tombée de haut.

Puis, Numa redonna son attention à la blessée. Et plongea son unique œil visible dans celui clair et rayonnant de la petite sportive. Toujours calmement, elle continua :

_Je t'ai dis que tout irait bien et que je restais avec toi. Tu m'as fait confiance jusque là. Pourrais-tu continuer ?

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
En ligne
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Mer 27 Déc - 21:12





À entendre sa réplique à mon approche, il semble évident que cette demoiselle est sur la défensive. Malgré le léger pincement au cœur que me vaut cette boutade, je hoche la tête sans perdre mon sourire encourageant.  
 

Je n’en doute pas, tu sembles être une jeune femme très débrouillarde et forte.


Tu comptes l’amadouer par la flatterie ?

De quoi parles-tu ?
Je ne fais que complimenter les traits de caractère que je vois chez elle.


  Reportant mon attention sur sa compagne qui s’assoit sur le lit voisin, toujours aussi calme et sereine. Je ne peux m’empêcher d’éprouver de l’admiration devant sa maîtrise d’émotion, grâce à elle l’atmosphère de la pièce semble plus paisible. Évidemment, c’est sans compter la tension dans le corps de ma patiente qui, tel un orage d’été, peut éclater à tout instant. Au moins, avec sa répartie j’en déduis qu’elle ne souffre pas de traumatisme crânien grave. Autrement, des troubles de la conscience doivent être recherchés et quantifiés suivant l'échelle de Glasgow. S'évaluant sur trois critères : ouverture des yeux, réponse verbale et réponse motrice, je peux facilement dire que tout va bien en ce sens.

  Je fus agréablement surprise lorsque l’accompagnatrice de ma petite blessée têtue lui insuffle son soutien. Peut-être la sérénité qui se dégage de tout son être sera suffisante pour rassurer la jeune fille. J’ose l’espérer dans tous les cas. Pour le moment, je me contente de lui adresser un regard de gratitude et un sourire tendre. J’ai l’impression que c’est elle l’adulte dans la pièce et que je ne suis qu’une gamine timide.


Ce qui n’est pas très loin de la réalité quand on y pense . . .

Hey ! Tu étais censé dire que c’est moi la plus sage !

Ah bon ? Pourtant ce n’est pas l’impression que j’ai.


  Je fais la moue, contrariée à l’idée que ma déesse me traite comme une enfant. Il est vrai que je manque de maturité à plusieurs égards, mais je ne crois pas que ça fasse de moi une mauvaise infirmière. Au contraire, ma personnalité entre plus facilement en empathie avec les jeunes.

  Les paroles douces de l’élève me tirent de mes sombres réflexions, me ramenant sur la cause de ses blessures. En écoutant son explication, je lui fais signe de la tête pour montrer ma compréhension de son histoire. Je suis quand même inquiète, j’ignorais que la cours était si mal entretenue. N’importe qui aurait pu sérieusement se blesser avec des morceaux de verres jonchant le sol de cette façon. Encore heureuse qu’elle n’ait rien eu dans ses magnifiques prunelles. Il faudrait que je songe à le mentionner aux surveillants afin d’éviter d’autre accident de ce genre.

  Je reste silencieuse, observant avec tendresse l’échange entre les deux jeunes filles, ne voulant pas paraître ingrate en coupant ce moment de fragile confiance. Si de cette façon ma patiente peut se détendre et me laisser la soigner, je n'en serai que plus heureuse. Je ne refuserai pas de l'aide si gentiment donné. J'entends déjà les reproches de Freyja me dire que je suis paresseuse et lâche, délaissant ainsi mes responsabilités. Je l'ignore superbement, préférant me concentré sur quelque chose de plus positif : le ton calme et posé de l'étudiante en face de moi.




#CC6699 : Nika ~  |  ~ Freyja : #E08E79

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Dreams weight nothing
RP ~ PRÉSENTATION ~ LIENS
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Membre du personnel
Membre du personnel
Voir le profil de l'utilisateur http://immortalia.forumactif.org/t1555-kindness-isnt-weakness-it
Messages : 52
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Sam 30 Déc - 1:55



Un coup de main ?
L'infirmière n'a pas l'air de se décourager suite à ma tirade. Son éternel sourire accroché à ses lèvres et son petit hochement de tête me montre qu'elle à bien compris mon sous-entendu, pourtant elle semble toujours espérer m'approcher... D'ailleurs elle me complimente, voulant sans doute me mettre en confiance ou je ne sais pas trop quoi. Enfin peu importe, je ne me laisserai pas berner ! Je ne sais pas si c'est sincère ou non mais mon état de méfiance me donne l'impression que ça sonne faux...
Je n'ose cependant pas répondre, ne voulant pas devenir agressive. Je sais que je suis impulsive et que mes émotions peuvent facilement me submerger et même si je n'en pense pas moins, je n'ai pas envie de cracher à la figure de cette jeune femme. J'avais ma peur et même ma colère contre le corps médical en opposition avec mon amour pour les gens. C'est pourquoi je préférai me taire, voulant éviter de dire quelque chose qui échapperait à mon contrôle. Je me contentai donc de lui lancer un regard soupçonneux toujours dans l'idée de mettre de la distance entre nous.

Elle semble comprendre, encore mieux, elle n'insiste pas pour l'instant et reporte son attention sur mon amie. Instinctivement, je suivis son regard pour constater que la jeune brune était allée s'asseoir sur le lit à côté du mien. Elle me regardait toujours avec son air serein, sans aucune expression particulière. Elle est là, silencieuse. Elle me regarde mais semble ailleurs. J'aimerai attirer son attention, qu'elle vienne près de moi. J'aimerai qu'elle me rassure mais je ne savais pas quoi lui dire ni quoi faire.

*Tu tombes un peu bas...*

*Laisse-moi tranquille... Laisse-moi être faible de temps en temps.*

Le Dragon se tut. J'étais même étonnée qu'il ne renchérisse pas. D'habitude il m'aurait poussé à être meilleure, à faire preuve de force, à me montrer "digne" de lui comme il aime si bien dire. Mais là rien. il n'insistait pas, me laissant dans l'incompréhension la plus totale. Est-ce que j'avais tant l'air en détresse que ça ?
Comme pour répondre à mon questionnement intérieur, la jeune brune se rapprocha de moi. Je ne savais pas ce qu'elle comptait faire mais elle semblait hésiter. Peut être n'avait-elle pas l'habitude d’interagir avec des gens ? Peut être qu'elle voulait me rassurer mais ne savait pas comment s'y prendre ? Peut être qu'elle allait me tirer de là ?
Je fermai les yeux, fatiguée de réfléchir. Sérieusement, j'ai l'impression d'atteindre ma limite... Aller, un peu de nerfs Sheila ! C'est pas le moment...
Tout doucement, je sentis sa main chaleureuse se poser sur mon avant bras. Étonnée, je rouvris les yeux pour la regarder.

- Personne n'en doute. Mais il te serait plus bénéfique d'accepter de l'aide.

Ah.. Je suis un peu déçue. Je sais que c'est pour mon bien mais je ne pouvais m'empêcher d'être un peu frustrée. Ce n'était pas ce que j'avais envie d'entendre.
Elle continuait de me regarder de son visage lisse puis se tourna vers l'infirmière pour lui raconter ce qu'il s'était passé. Enfin ce dont elle a été témoin et ce que je lui avait raconté après qu'elle m'ait trouvé. Même si elle disait la vérité, ça ne me plaisait pas. En sachant ça, l'infirmière aller avoir d'autant plus de raisons de vouloir m'approcher. Je tournais la tête pour ne pas les regarder. Je ne saurai déterminer si c'était de l'agacement ou de la honte mais j'étais mal à l'aise. Et puis, je n'avais de toute façon pas d'argument pour contrer les dires de la jeune fille d'autant plus que j'étais la première à trouver la façon de m'être blessée assez stupide. C'est vrai quoi, tomber d'un arbre parce que je m'étais disputée un peu trop fort avec Long me semblait totalement ridicule. J'aurai du faire plus attention et garder mon calme. J'aurai du rester dans ma chambre tiens ! Je me sentais bouillir silencieusement...
Ma camarade me sortit de mes pensées une nouvelle fois en m'adressant la parole de sa voix douce.

- Je t'ai dis que tout irait bien et que je restais avec toi. Tu m'as fait confiance jusque là. Pourrais-tu continuer ?

Je ne savais pas quoi dire alors je tournai la tête vers elle en lui adressant un regard étonné. Je ne pensais pas qu'elle me parlerait comme ça. Elle avait l'air tellement sereine que j'avais envie de suivre son exemple et de lui faire confiance. Mais en même temps je n'arrivais pas à me défaire de mes émotions ! Comment faire ? Comment faire ?
Je pris alors doucement la parole:

- Dis, heum.. Comment tu t'appelles.. ?

Je ne sais pas, je ne sais plus. C'est tout ce qui m'est venu pour répondre à sa demande de lui faire confiance. Étrange.. Je ne saurai pas dire pourquoi mais j'avais envie.. non. J'avais besoin de connaitre son prénom ! J'y avais déjà pensé plus tôt et pourtant je ne lui avais rien demandé à cause de la fatigue mais je ne pouvais plus attendre. Il fallait que je sache le nom de cette jeune fille qui faisait tant pour moi depuis notre rencontre.
J'écoutais aussi attentivement que mon état me le permettait. Même si j'arrivai à réfléchir et à parler, je me sentais de plus en plus fatiguée... Comme si je pouvais m'endormir à tout moment. Je me raccrochait à la réponse de la jeune fille pour continuer de lutter. Numa. C'est joli... Et puis c'est aussi doux qu'elle.

Il fallait que je me résigne. De tout façon, peut importe ce que je faisais j'avais l'impression d'être bloquée, sans échappatoire. Malgré tout, le simple fait de prendre cette résolution, le simple fait d'imaginer l'infirmière me toucher me rendait nerveuse. J'avais même la sensation que ma température montait en flèche. Est-ce que c'est l'angoisse ? Ou bien de la fièvre ? J'ai du mal.. j'ai du mal à savoir. Mes pensées s'embrouillaient un peu... Ou s’emmêlaient entre elles.
Dans un effort qui me parut presque surhumain, je fis légèrement glisser mon bras blessé vers l'infirmière pour lui montrer que j'acceptais qu'elle me soigne. Mais qu'elle ne s'imagine pas une seule seconde que je lui fais confiance !
Long pouffa de rire. Qu'est ce qu'il me veut encore celui là ?

*C'est plutôt ironique de ta part, n'est-ce pas ? Toi qui donnes une confiance aveugle à toute personne que tu croises à tel point que ça en deviendrait inquiétant...*

C'en est trop, il dépasse les bornes ! Il me met dans un état d'énervement que je n'aurais pas pensé possible. Il ne pouvait pas se taire ? Me foutre la paix ? Respecter un peu mes peurs et angoisses ?

- La ferme toi ! C'est logique que je ne fasse pas confiance, c'est juste des charlatans qui font de belles promesses mais qui ne sont même pas capable de faire leur boulot correctement !

Ma tête me lança comme si je venais d'utiliser énormément d'énergie. Est-ce que... je venais de parler à voix haute ? Est-ce que je m'étais énervé sous le nez de l'infirmière et l'avais traité par la même occasion d’incompétente ? Je.. ne suis pas sûre.
Détournant la tête pour fermer les yeux et échapper au regard des deux jeune femmes, j'avais la sensation que cet élan de colère m'avait bouffé toute mon énergie restante. Est-ce que je commence à perdre connaissance ? Je ne sais pas trop, j'ai juste du mal a déterminer comment je me sens là. J'ai l'impression que tout est lointain autour de moi, ce n'est pas bon signe... Aller, c'est pas le moment.. C'est pas le moment...
J'avais beau faire preuve de volonté, mon corps ne tenait plus. Il me réclamait déjà depuis un moment de prendre du repos mais je ne l'avais pas écouté et maintenant, il ne me laissait plus le choix.

Je me sens engloutie... Je me sens dans le noir...
Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
Long flatte son ego en #8B0000

Prédiction:
 



avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 275
Localisation : Un peu partout et nulle part en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Dim 31 Déc - 1:57
_Je t'ai dis que tout irait bien et que je restais avec toi. Tu m'as fait confiance jusque là. Pourrais-tu continuer ?

La blessée regarda Numa comme si elle venait d’avoir une hallucination. La jeune française eut peur d’avoir dis ou fait une bêtise. Elle en faisait trop ? Elle aurait dû se taire ? Elle avait ses oreilles d’husky, c’est ça ?! Non, non, elle l’aurait senti si elle se transformait.
Sheila rassura bien vite sa camarade par sa petite question assez timide :

_Dis, heum … Comment tu t'appelles … ?
_Je m’appelle Numa.

La jeune française avait répondu spontanément, telle une évidence. C’est vrai qu’elle n’avait pas l’habitude de se présenter si on ne lui posait pas la question. Ce n’était pas pour paraître impolie, mais le manque de contact humain ne l’avait pas habitué à cette courtoisie et quelconques manières obséquieuses. Elle ne répondait que si on lui posait des questions.

_La ferme toi ! C'est logique que je ne fasse pas confiance, c'est juste des charlatans qui font de belles promesses mais qui ne sont même pas capable de faire leur boulot correctement !

Après un élan d’agressivité, Sheila semblait s’endormir. La brune ne savait pas si c’était grave ou si c’était simplement le relâchement de son corps qui avait fait tant d’effort jusque là. Numa lâcha sa camarade pour laisser l’infirmière faire son travail. Elle retourna s’asseoir sur le bord sur lit voisin, les genoux timidement joint, par habitude. Malgré l’inexpression de son visage, elle s’inquiétait beaucoup pour la petite rousse. C’était vraiment tôt pour le dire, mais Numa avait une singulière affection pour celle-ci malgré l’agressivité qu’elle venait de faire preuve avant de commencer à plonger dans les bras de Morphée.

Lorsque Sheila semblait plus calme, ou plus endormit, Numa adressa un regard à la jolie infirmière. Elle voulait s’excuser pour les dires de la blessée, certaine que ses paroles étaient adressées à celle-ci, et la rassurer sur ses compétences d’infirmière. Mais peut-être que Sheila parlait de quelqu’un d’autre ? Ou autre chose ?  Peut-être qu’elle divaguait et la peur lui faisait dire des choses rudes ?
Numa se ravisa. Ce n’était pas ses affaires. S’impliquer n’allait lui attirer que des ennuis.

Doucement, la brune se tourna vers la fenêtre où le clapotis de la pluie s’échouant sur la vitre commençait à se faire entendre. Même si la pluie était certainement le chant préféré de la jeune brune, elle eut une petite pensée pour son carnet laissé à l’abandon eu pied de cet arbre. Ouvert de plus, ses pages avaient certainement rendu l’âme.
C’était triste, mais lorsque la jeune fille se retourna vers la blessée, l’idée d’avoir perdue son carnet semblait infiniment moins important.

Numa leva une nouvelle fois les yeux vers l’infirmière, allant lui demander si elle pouvait faire quelque chose, mais se ravisa rapidement. Sérieusement ? A par gêner, elle ne servirait à rien.
Numa se mit à jouer avec ses bagues, priant secrètement pour que Sheila se remette vite et que ce passage soit un simple souvenir pour la rousse. Numa demanda, toujours avec calme et douceur, même si il n’en était rien au fond d’elle :

_Elle n’a rien de grave ?

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
En ligne
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Jeu 25 Jan - 22:11





L 'échange entre les deux jeunes filles semble avoir réussi à calmer quelque peu les angoisses de ma patiente. Je la vois a contrecœur me tendre son bras en signe de soumission temporaire. Mon sourire s’élargit, heureuse de pouvoir lui apporter mon aide sans la brusquer.


Attention Nika; le guerrier victorieux
remporte la bataille, puis part en guerre.
Le guerrier vaincu part en guerre,
puis cherche à remporter la bataille.


  Comme pour confirmer ces dires, la blessée s’agite avec colère en me laissant coite de stupéfaction devant son ton de voix vindicatif. J’ignore si ses reproches me sont adressés directement, toutefois cela explique en partie sa méfiance à mon égard. Elle doit avoir eue une bien mauvaise expérience par le passé pour garder au fond d’elle autant de mépris contre ces gens. Je suis triste, non pas des propos vis-à-vis des membres du personnel médical, plutôt de la perte d’un être cher dans sa vie. Malgré mon peu d’expérience dans le domaine, je peux dire avec certitude que ceux qui garde ce genre de rancune sont ceux qui ont été déçu par la médecine.


Nonobstant son âge, cette jeune fille a l’esprit
aussi combatif qu’une grande guerrière.

Tu comptes l’amadouer par la flatterie toi aussi Freyja ?

La moquerie ne t’aidera pas
à gagner sa confiance Nika.
Cesse de faire l’enfant et conduit toi en adulte.  


  Ma petite guerrière semble avoir donné toute l’énergie qui lui restait dans sa tirade contre sa divinité. J’ignore laquelle et de quel panthéon il s’agit, et je me refuse de le demander. C’est une information trop personnelle pour être prise à la légère et mon éducation disciplinaire sur le code de conduite irréprochable de ma mère m’empêche tout écart de conduite. Je concentre mon attention sur son asthénie soudaine, évaluant son niveau de faiblesse généralisé. Son état résulte sûrement d’une chute de pression artérielle lié au taux élevé de cortisol dans le sang. Après que la libération des hormones de stress, si la situation ne se calme pas, le corps s’épuise et c’est alors qu’apparaît les symptômes : une fatigue importante, étourdissements pouvant aller jusqu’à l’évanouissement, vision embrouillée, baisse de l’ouïe ou, quelquefois, impression de bourdonnement, chaleurs et pouls rapide. Sauf dans les cas graves ou lorsque l’hypotension est importante et soudaine, il n’existe pas de traitement médical.

  Posant avec douceur ma main sur son front, je vérifie sa température en prenant soin de bien distinguer sa respiration. Comme tout est normal, j’en déduis qu’elle ne court aucun risque potentiel. Percevant la faible angoisse dans la voix sereine de sa jeune amie, je lève les yeux vers mon interlocutrice en lui répondant avec tendresse :
 

Ne t’inquiète pas Numa, elle est simplement épuisée. Je suis certaine que de te savoir près d’elle lui apporte de l’énergie positive. C’est une guerrière née, elle sera très rapidement remise sur pied.

  Je tire profit du fait que son bras soit libre pour prendre son pouls entre mon pouce et mon index ainsi que du même coup analyser ses blessures. La plupart des coupures qui me sont visibles guériront d’eux-mêmes, je vais quand même les nettoyer pour prévenir toutes chances d’infections. J’enfile mes gants en latex et prend une compresse stérile, l’imbibant de solution antiseptique avant de délicatement l’apposer sur ses plaies. J’effectue un mouvement d’intérieur à extérieur afin de ne pas introduire par mégarde des contaminants dans l’entaille. Par chance, je ne vois aucun morceau de verre qui se serait incrusté dans la chair. Durant ma tâche, je lance :
 

Ses coupures sont-elles seulement sur ses bras et ses mains ?  

  Par respect, je ne souhaite pas forcer ma patiente a plus que ce à quoi elle veut bien me laisser accès. Il serait mal vu que je profite de sa condition, déjà que le peu de crédit qu’elle accorde à mon métier limite mes chances de convivialité. Je dois d’abord gagner sa confiance, la présence de Numa risque d’être bénéfique vu la situation délicate dans laquelle je me trouve malgré moi.  




#CC6699 : Nika ~  |  ~ Freyja : #E08E79

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Dreams weight nothing
RP ~ PRÉSENTATION ~ LIENS
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Membre du personnel
Membre du personnel
Voir le profil de l'utilisateur http://immortalia.forumactif.org/t1555-kindness-isnt-weakness-it
Messages : 52
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Jeu 25 Jan - 23:22



Un coup de main ?


« Sheila... »



« Sheila...! »



« Sheila ! »

Hum...
J'ouvrai les yeux, réveillée par une voix familière à mes oreilles. Le jour m'éblouissait, m'empêchant d'identifier immédiatement le lieu dans lequel je me trouvais. J'étais assise, adossée dans le coin d'une pièce aux murs lavandes. Je tournai la tête pour détailler les meubles qui me rappelaient vaguement quelque chose. Comme une sorte de souvenir fantôme dansant dans mon esprit.
On m’interpella une nouvelle fois. La voix d'un petit garçon qui se trouvait au milieu d'un tapis blanc-crème capta toute mon attention.

« Alors grande sœur, tu fais dodo ? »

Je fronçai les sourcils en reconnaissant l'enfant mais sans comprendre pourquoi il était là, devant moi.

- Edan ? Qu'est ce que tu fais ici ?

Il me regardait gentiment avec son sourire habituel. Puis il tourna la tête pour m'inviter à regarder autour de moi. Je suivais son exemple et identifiai enfin ma chambre d'enfance.
Je me levai en prenant appui sur une main, abasourdie de revoir cette pièce. C'était exactement comme avant. Chaque meuble, chaque jouet, tous étaient à leurs place. Et même si je le voyais très bien, je ressentais le besoin d'aller regarder de plus près un petit soldat posé par terre, de toucher au bois de l'armoire pour m'assurer que je n'hallucinais pas. Je retrouvai aussi une petite boite à musique que j'enclenchais. Le petit tintement des notes enveloppa doucement la pièce d'une mélodie familière. Le son était le même que dans mes souvenirs...
J'avais toujours mon physique de mes dix-sept ans mais Edan, lui, n'avait pas changé. Il était resté le même avec ses petits cheveux blonds, ses yeux noisettes et son apparence fragile. Je m’accroupis pour être à sa hauteur, petit bonhomme d'à peine six ans. Il vint vers moi avec des feuilles de papiers plein les mains et commençait à me montrer ses créations. Ces dessins qu'il m'exposait, je les connaissais déjà. Sauf un.
Alors que toutes les images me représentaient en train de danser, l'une d'elles sortait pourtant du lot. Je l'attrapai du bout des doigts pour mieux la regarder. Edan m'avait dessiné assise dans un arbre et derrière moi, une forme de serpent. Rouge. J'avais du mal à identifier ce que c'était. Le style était très enfantin et il m'était difficile de comprendre ce qu'illustrer cette représentation longiligne.

« Ça, c'est ton dragon ! »

Je relevai la tête pour le regarder, interrogative. Est-ce qu'il parlait de Long ? Mais... Comment pouvait-il le connaître ?
Je n'eus comme seule réponse un petit sourire indéchiffrable. Puis il regarda vers l'extérieur et murmura « C'est l'heure... » avant de tourner les talons pour rejoindre la porte et sortir. Sans un bruit.
Je me levai précipitamment pour lui emboîter le pas en laissant là toutes les feuilles que j'avais dans les mains. Je me désintéressai de la chambre comme si la laisser derrière moi n'avait aucune importance du moment que je rattrapais mon petit frère.

En franchissant le seuil de la porte, je me retrouvai dehors, dans un quartier de Dublin. Marchant sur un trottoir, longeant une route, je reconnaissais bien ce chemin. Je l'empruntai parfois avec mon père lorsqu'il fallait chercher Edan à son cours de dessin. Mais ce jour là, je n'y étais pas allée, j'avais trop de devoirs...
Ma poitrine se serra d'un coup. Ce petit soleil nonchalant qui caressait le sol, cet air frais d'hiver, cette angoisse qui grandissait.... Où est ce que je suis ? Quel jour sommes nous ? Ça ne peut pas être ce à quoi je pense, si ?

Edan était à quelques mètres de moi, immobile. Il me tendait la main pour que je la lui prenne. Moi, je m'approchai de lui.Timidement. J'attrapai toute doucement ses petits doigts comme si le moindre contact trop brutal pourrait le briser en mille morceau.
Il me tirait dans une direction comme s'il n'avait aucuns doutes sur notre destination, cependant, il m'adressait une expression qui me fendait le cœur. Son sourire et son regard étaient tellement nostalgiques que j'avais l'impression qu'il me disait « Je suis content de faire ce petit bout de chemin avec toi ».
On arrivait devant un passage piéton et il glissa sa main hors de la mienne pour faire un pas en avant. Le petit garçon se tourna pour être face à moi.

« Excuse-moi. Je dois continuer tout seul maintenant. Comme un grand. Tu comprends ? »

Il se déplaça à reculons pour pouvoir continuer à me regarder. Les mains derrière le dos, le visage doux et un léger sourire triste. Esquissé.

- Attends ! Edan ! Reviens, c'est dangereux !

Le voir avancer sur ce passage piéton me terrorisait. J'allais m'élancer vers lui quand je sentis une pression sur mon épaule qui me forçait à rester là où j'étais. Instinctivement, je tournai la tête pour me rendre compte qu'une personne me tenait fermement. C'était mon père. Il regardait droit devant lui, les yeux vides, semblables à ceux des statues. Il ne bougeait pas, m'obligeant à rester près de lui. Pourtant, il pleurait en observant Edan s'éloigner.

« Ne t'inquiète pas Sheila. Après tout, ce n'est pas réel. Ce n'est qu'un film. Du théâtre. Alors, ne t'inquiète pas, tout va bien se passer. »

Je me retournai, interpelée par la voix de mon frère et tendis la main vers lui comme si ça me permettrait de le récupérer. Mais ça ne servait à rien. Il s'était arrêté, au milieu de la route et m'adressa un ultime sourire avant de fermer les yeux.
Silencieusement, une voiture le faucha et mes jambes me lâchèrent.

Je me sentais tellement impuissante que je me laissai tomber vers l'arrière mais me trouvai arrêtée par un mur. En me laissant glisser pour m'asseoir, je mis une main tremblante à ma poitrine. Incapable d’émettre le moindre son, je me mis à pleurer.
Le décors de la rue s'estompa pour teinter d'une couleur blanche les murs qui m'entouraient. L'odeur me signifia que j'étais dans un hôpital. Des gens vêtus de blouses passaient devant moi mais ne semblaient pas me voir. Au bout du couloir, je crus entendre la voix de ma mère.
Je me levai avec difficulté en essuyant mes larmes d'un revers de main pour rejoindre cette impression qui semblait m'appeler.

Une salle d'attente. Des sièges vides, sauf quelques uns.
Il y avait un couple avec une enfant. Mes parents et la petite fille que j'étais à l'époque... Je m'approchai pour mieux les regarder quand un homme vêtu de blanc vint voir la famille. Il discuta brièvement avec mes parents puis s'accroupit pour parler à la petite Sheila. Il lui disait que tout irait bien. De lui faire confiance. Qu'il promettait de lui ramener son petit frère. Et il réitérait et réitérait cette promesse pour calmer la petite fille.
Et moi, je sentais ma colère grandissante à tel point que je me mis à lui donner des coups, lui ordonnant de se taire. Mais j'avais beau le frapper de toutes mes forces, lui ordonner de ne pas faire de promesses intenables, rien ne semblait le toucher. Comme si je n'avais pas ma place dans cet univers de souvenirs.
Lui continuait de rassurer la petite Sheila puis lui caressa la tête avant de s'en aller.

Je le regardai s'éloigner en pleurant silencieusement. Je ne pouvais rien y faire. Il était parti en laissant derrière lui une traînée d'espoir pour la petite fille. Mais moi, je savais très bien qu'il reviendrait sans Edan. Je savais très bien que ça ne servait à rien d'y croire. Alors pourquoi ? Pourquoi est-ce que ça me faisait toujours aussi mal ?
Je me sentais vide. Je ne savais même pas si j'avais envie d'espérer ou de désespérer. Le temps semblait se figer dans une couleur glacée. Et je demeurais là. Aphone. Attendant un signe de vie.

Une nouvelle musique retentit doucement à mes oreilles. Comme si elle venait mettre fin à cet instant de vide. Comme si elle redonnait un peu de couleurs à ce monde de blanc et de gris. Comme si ses notes rythmaient les secondes jusque là endormies.
C'est alors que, dans un souffle, je vis une porte s'ouvrir laissant sortir mon petit frère. Je le regardai déambuler dans le couloir tel une petite âme perdue, les yeux brûlés par mes larmes qui venaient à peine de cesser.
Où est-ce que tu vas ? Il n'y a rien par là... Pourquoi tu t'en vas comme ça ?
Il trottinait de façon presque insouciante tandis que je le suivais instinctivement. Comme si plus aucunes pensées n'occupaient mon esprit mais qu'un seul sentiment persistait. Celui de ne pas le quitter des yeux ne serait-ce qu'une seconde. C'est mon rôle de veiller sur lui... En tant que grande sœur...
De temps en temps, le petit garçon se retournait pour s'assurer que j'étais toujours derrière lui.
Où est-ce que tu m'emmènes ?

A mesure que nous marchions, les murs semblaient se gommer pour laisser place à une lumière douce. La lueur se fit d'un coup très vive et me força à fermer les yeux pour ne pas être aveuglée. Je n'osais pas les rouvrir, de peur. De peur de quoi au juste ?

« Regarde Sheila ! »

La voix de mon petit frère enveloppa doucement mes oreilles, m'encourageant à me détendre et à entrouvrir les yeux. Une chaleur tranquille m'enveloppa comme du velours tandis que je contemplais le monde doré qui m'entourait. Sans dire un mot.
L'on aurait dit que cette plaine aux teintes ambrées s'étendait aussi loin que mes yeux me permettaient de voir. Et le ciel, si transparent, portait une subtile odeur de lys.
Edan était au milieu du champ, les mains dans son dos, le sourire timide mais sincère et le regard posé sur moi.
J'aurai aimé le rejoindre mais je sentais que je ne pouvais pas. Comme s'il m'était impossible de l'approcher sous peine de le faire disparaître. Une fois encore, je sentis des perles silencieuses glisser sur mes joue.

Edan tourna la tête pour regarder, affectueusement, l'univers qui l'entourait. Il avait l'air songeur alors pour ne pas le déranger, je me mis également à fixer cette plaine étincelante. Il y avait quelque chose d'apaisant dans ce paysage inconnu qui semblait vouloir me parler. Une idée me traversa l'esprit mais je ne saurais dire si elle me réconfortait ou au contraire m'attristait. Je me tournai un nouvelle fois vers mon petit frère, un goût amer dans la bouche. Ce n'est pas juste... Il te restait encore tellement de choses à voir, tellement de choses à apprendre. Pourquoi es-tu parti si vite ? Six années ne suffisent pas, tu aurais du en vivre encore tant d'autres !
Edan me regarda une nouvelle fois ce qui fit cesser le flot de pensées qui m'envahissait. Et en le voyant si calme, j'avais l'impression que mon être se tranquillisait un peu.
Est-ce que tu es ici maintenant ? Est ce que tu y es bien ?
Je reçu un sourire en guise de réponse et puis un petit signe de main comme pour dire « Au revoir, grande sœur ».
Même si son visage était serein, je ne pouvais réprimer un pincement au cœur.

Mon petit frère sentit ma détresse alors il leva son index pour le poser doucement sur l'une de ses joues. Et, dans un mouvement lent, il le glissa jusqu'à l'autre en dessinant par dessus ses lèvres un sourire pour m'encourager à faire de même.
Je connaissais ce geste par cœur. Il le faisait toujours lorsque je n'allais pas bien. Et pour moi, c'était presque un acte magique qui m'aider dans les moments difficiles.
Je l'imitai à contre cœur sachant très bien ce qu'il allait se passer. Mais il fallait que je le fasse. En tant qu’aînée, je ne pouvais pas lui laisser une image triste de sa sœur.
Un léger sourire s'esquissa alors sur mes lèvres et je le regardais, les yeux humides.

Edan se mit à sourire de plus bel, heureux de me voir faire tant efforts malgré mon envie irrésistible de ne pas le laisser partir. Mon envie de le prendre dans mes bras. De pleurer et de le supplier de rester avec moi. Mais je savais bien que ma place n'était pas ici. Et je ne pouvais lutter contre ce fait... Alors je reculai d'un pas, en reprenant un inspiration tremblante.

Un souffle de vent.
Un pétale doré.
Et le petit garçon s'estompa dans une pluie de lumière.


Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
Long flatte son ego en #8B0000

Prédiction:
 



avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 275
Localisation : Un peu partout et nulle part en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Sam 27 Jan - 22:01
_Elle n’a rien de grave ?
_Ne t’inquiète pas Numa, elle est simplement épuisée. Je suis certaine que de te savoir près d’elle lui apporte de l’énergie positive. C’est une guerrière née, elle sera très rapidement remise sur pied.

Les sourcils de la jeune possédée se levèrent légèrement avant de poser ses yeux sur l’endormie. Cette femme avait rapidement retenu son nom. Ce qui était plutôt agréable, il fallait l’avouer, même si la brune n’était pas habituée. Et Sheila une guerrière ? Certainement, vue le courage dont elle avait fait preuve durant tout le trajet. Etre ici l’aidait ? Numa en doutait, elles venaient à peine de se rencontrer, comment une inconnue pouvait apporter autant d’énergie positive ? L’infirmière disait seulement ce que la brune voulait entendre, n’est-ce pas ?
La dame était si douce, si gentille, que s’en était presque irréelle. Il existait vraiment des personnes ainsi ou était-ce simplement une facette pour ne pas effrayez ses patients ?
Non, ça ne pouvait pas exister.

*Si pessimiste … Tu devrais prendre les compliments et les éléments positifs comme ils viennent. Et puis, tu n'aurais peut-être pas trouvé cette demoiselle sans moi, aller, admet que je ne suis pas mauvais.*


Numa fronça légèrement les sourcils. Il était si prétentieux, celui-là !
La française ne comprenait pas qu'en réalité, il essayait de lui prouver, maladroitement, il n'était pas là pour nuire ni aux autres ni à son hôte, comme elle le pensait. Chose qu’il essayait désespérément de faire depuis leur rencontre d’ailleurs. C’était la première fois qu’un de ses hôtes vivait aussi mal sa possession, et l’esprit du chien espérait que ça lui passerait … rapidement. Il se sentait bien seul malgré l’esprit vif de son hôte.
Ainsi, la brune lui répondit, avec des mots crus, comme à toute leur conversation :

*Sans toi je n'aurais pas l'impression de mourir à chaque fois que je me transforme en loup garou de seconde zone. Tu m’excuseras de ne pas faire confiance en un esprit qui hante mon corps. Tu n’es même pas fichu de me transformer en un truc imposant.*

Cette fois ce fut l’esprit du chien qui dû prendre un instant, trouvant son hôte bien cruel envers lui. Il n’avait rien fais pour mériter tant de méchanceté de la part d’une personne pourtant bienveillante. Elle le détestait vraiment, alors ? L’esprit du chien ne comprenait pas ce rejet. Il sentait que Numa ne le méprisait pas, elle n’était pas le genre de personne à en détester une autre. Mais la jeune fille avait peur de sa nouvelle vie, et sa nouvelle cohabitation intérieur, sans que tout deux ne comprennent pourquoi.

*Je suis la représentation d'un gardien, pas d'un guerrier. Je t'offre ce qu'il te faut pour te protéger et non pas pour attaquer. Tu n'es pas obligée de jouer avec moi, je lis en toi. Tu cherches juste une sécurité. Tu comprendras bien vite que ce que tu as est empilement suffisant. Les pouvoirs les plus puissants sont les plus dangereux et ça ne finit jamais bien. *

La jeune fille ne continua pas la conversation. Parfois le chien avait de sages paroles, ce qui lui faisait gagner des points dans l'estime de la demoiselle sans qu'aucun des deux ne le saches. Elle aurait préféré ne pas avoir de pouvoirs ni d’esprit loger dans son crâne, mais il était trop tard à présent et elle devait avancer avec ce qu’elle avait.

Laissant l’esprit du chien seul avec son malheur et le rejet de son hôte, Numa acquiesça en guise de réponse à la jolie dame. Que Sheila aille bien était une bonne nouvelle. Il en fallait dans cette journée un peu rude.

La française se mit à observer une nouvelle fois l’infirmière, profitant que celle-ci soit occupée avec sa patiente. Depuis tout à l’heure l’adulte lui rappelait quelqu’un, mais la brune était trop préoccupée par la blessée, puis sa divinité, qu’elle ne chercha pas plus loin. Maintenant, Numa était obnubilée par ses cheveux aux reflets roux, c’était si chaleureux comme couleur, comme des rayons de soleil dans un ciel brun. Et ses jolies joues rosés qui rendaient les sourires de l’adulte si tendre. Numa avait déjà vu ce sourire quelque part, elle en était certaine, mais où ? Qui aurait pu lui sourire de cette manière ? Avec tant de tendresse et de bienveillance ?
Le sujet des questionnements de Numa la coupa de ses songes :

_ Ses coupures sont-elles seulement sur ses bras et ses mains ?

Instinctivement, Numa regarda le sol, se rendant compte qu’elle dévisageait littéralement l’infirmière. Elle allait devoir calmer ses questions sans réponses.
La brune répondit assez rapidement, mais toujours calmement, baladant ses yeux entre le sol et la patiente, sans regarder l’infirmière :

_Non. Je lui en ai retiré sur son omoplate. Il en reste peut-être sur son dos  que je n'ai pas ...


Numa s’arrêta de parler un moment, voyant des larmes quitter les yeux de l’endormie, se glissant sur ses joues pour rencontrer les draps blancs du lit.

_ … vue …

Numa se figea un instant. La jeune fille était incapable se gérer des larmes. Ses yeux allèrent de l'infirmière à la patiente, ne sachant absolument pas où regarder. Une irrésistible envie de fuir commençait à grimper au fond d'elle entre une inconnue en larme et une femme qui lui rappelait étrangement une personne qu'elle n'a jamais connue. C’était une situation qu’elle ne pouvait pas contrôler et qui la rendait nerveuse.
Stressée, le regard de Numa se porta à ses mains dont l'une était tachée de rouge, la manche de son gilet également. Les ongles de Numa commencèrent à devenir des griffes sous son émotion.

Calme-toi Numa. Ce n'est rien. Ça va aller.

La demoiselle mit ses mains derrière son dos pour que la dame ne voit pas ses griffes et se mit à jouer frénétiquement avec ses bagues en ayant des pensées positives.
Numa respirait doucement et en silence pour ne pas éveiller les soupçons, bien qu'elle se doutait que le statue d'infirmière de cette femme devait la rendre observatrice. Mais peut-être qu’elle était trop préoccupée par sa patiente pour faire attention à Numa.

Après un moment, les griffes disparurent. Les cours de possessions étaient très pratiques.
Numa regarda de nouveau ses mains, surtout celle tachée du sang de la rouquine endormie. La brune espérait que ce n’était pas le signe d’un mauvais présage que d’avoir le sang d’une autre personne sur soi.
Timidement, pour ne pas déranger l’infirmière dans son travail, Numa demanda :

_Vous auriez de quoi me laver les mains dans la pièce, s'il vous plaît ?

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
En ligne
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Mar 13 Nov - 21:33





Occupée comme je l’étais à nettoyer et panser les plaies de ma patiente, je ne remarque pas le trouble de sa jeune amie assise à ses côtés. Ce n’est que lorsqu’elle me demande d’une toute petite voix s’il lui est possible de se laver les mains que je lève la tête de mon ouvrage. Mon regard se fixe instantanément sur sa magnifique chevelure de jais que l’adolescente garde constamment devant son visage, avant de redescendre vers ses mains tâchés de sang. Me méprenant sur son trouble, je lui souris avec tendresse en répondant :
 

Malheureusement, mon infirmerie n’est pas très adaptée pour cela. Je n’ai que de l’antiseptique et du javellisant, tu devrais aller dans la toilette des filles du pensionnat. Veux-tu que j’appelle un surveillant pour t’accompagner ?


 Le bras que je tenais entre mes mains tressaillit, me forçant à reporter mon attention sur l’alitée. J’entendis à peine le murmure de remerciement de la jeune fille avant qu’elle ne quitte la pièce d’un pas silencieux. J’imagine que cela voulait dire qu’elle s’en sortirait toute seule. Je l’espérais du fond du cœur.


Est-elle en train de délirer ?

Je ne penserais pas.


 Par mesure de vérification, je repose la face intérieur de mon poignet, la seule partie de ma main qui n’est pas couverte par du latex, sur son front. Sa température est normale et sa peau n’est pas moite. Pas de fièvre donc.


Elle dort.

D’un sommeil agité, il semblerait.

Tu crois qu’elle fait un cauchemar ?


 Freyja ne me répondit pas, laissant ma question en suspens. Caressant une mèche de cheveux de la belle endormie, je constate les traces de larmes sur ses joues. À quoi peut-elle bien rêver ? Est-ce un moment marquant de sa journée ou de sa vie passé ? Ou pire, souffre-t ’elle atrocement de ses coupures ? L’ai-je blessée d’une quelconque façon ? Je ne possède aucune drogue ou calmant que ce soit, tout ceci se trouve sous clé dans la pharmacie du médecin. Comme le cabinet de celui-ci est plus en retrait, il y a moins de risque de vol par le va et vient dans l’infirmerie. La plupart du temps, je préfère les remèdes naturels au dérivé chimique.

Pour ses rêves, tu ne peux rien faire, mais pour son passé…

Que veux-tu insinuer ?

Que cette occasion serait idéale pour essayer les limites de tes pouvoirs.

Tu veux que je profite de l’état de ma patiente pour… pour…


 Je suis trop sous le choc pour être en mesure de compléter ma phrase, troublée par l’idée de la déesse. Je déglutis avec peine, mes doigts tremblent soudainement et je ferme les poings pour dissimuler mon état. Comme à chaque fois que je réalise l’ampleur de ce pouvoir, je sens la panique monté en moi. Parmi les deux dons que j’ai hérités avec la possession, celui-là me terrorise littéralement. Je me considère comme une intruse, une voleuse, cherchant à violer l’intimité des autres. Je n’y arriverai pas, mais si je ne me calme pas il y a de forte chance qu’il se déclenche de lui-même.





#CC6699 : Nika ~  |  ~ Freyja : #E08E79

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Dreams weight nothing
RP ~ PRÉSENTATION ~ LIENS
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Membre du personnel
Membre du personnel
Voir le profil de l'utilisateur http://immortalia.forumactif.org/t1555-kindness-isnt-weakness-it
Messages : 52
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika] Dim 18 Nov - 5:41

Un coup de main ?
J'ai l'impression de flotter. Flotter dans le noir. Je n'arrive même pas à distinguer mon propre corps, figé par les ombres. Perdue dans un immense océan. Sans surface. Sans fond. Je ne vois rien. Je n'entends rien. Je ne sens rien. Juste... Une sensation de vide. Un froid glacial dans ma poitrine. Mon cerveau est lent... Tellement lent. J'arrive à peine à réfléchir. Comme si mes pensées s'étaient colmatées en une masse sombre et difforme. Et en même temps j'ai l'impression que cette entité s'amuse à tournoyer autour de moi. Comme un tourbillon de souvenir. J'ai mal à la tête. J'ai envie de presser mes tempes. Mais je n'arrive pas à bouger. Où est-ce que je suis? Qu'est-ce que je fais ici? Je.. ne veux pas rester là. Laissez-moi sortir! Pitié.. laissez-moi sortir..!

J'ouvre les yeux soudainement, réveillée en sursaut. Où est-ce que je suis? Pourquoi il fait si clair tout d'un coup? Je me sens essoufflée. C'est normal? Je reprends une bouffée d'air et regarde autour de moi, presque paniquée. Je suis où? Et Edan? Où est Edan? Est-ce qu'il va bien? Je me redresse pour m'asseoir brusquement, comme si je me réveillais d'un mauvais rêve. Un cauchemar? J'essaye de reprendre mon souffle en respirant plus doucement. Je... crois que je commence à comprendre ce qu'il se passe. J'ai.. fait un mauvais rêve, c'est ça? Oui ce n'était qu'un mauvais rêve. Pourtant, j'ai beau me répéter ça en boucle pour me rassurer, je sens mon cœur qui se serre. Instinctivement, je ramène mes genoux devant ma poitrine avant de baisser la tête.

- Edan...

J'ai à peine murmuré. Un simple petit chuchotement et pourtant ma gorge se resserre, prise par l'émotion. J'ai l'impression de sentir des larmes couler sur mes joues. Mais est-ce que c'est le souvenir du rêve ou bien était-ce réel? Je ne sais pas. Je m'en fiche. J'en ai marre. Je veux juste me sentir mieux.. J'ai eu l'impression de retrouver mon petit frère. De pouvoir le revoir, lui parler, le toucher. Lui sourire aussi... Et puis.. Pourquoi tu me fais ça Edan? Pourquoi tu es revenu près de moi pour ensuite repartir? Partir si loin. J'ai.. l'impression de t'avoir perdu une nouvelle fois...
Cette simple pensée me rend triste. Je crois bien que je pleure. Je pose ma main valide sur mes yeux pour me cacher des regards. Pour me cacher du monde. J'ai horreur.. qu'on me voit si faible.

*Sheila, as-tu retrouvé tout tes esprits?*
*La ferme...*

Je ne suis tellement pas d'humeur. Le Dragon doit le sentir puisqu'il émet simplement un grognement avant d'aller s'isoler dans un coin de ma tête. J'ai pas besoin de sa question stupide actuellement. Je sais que j'ai fait un cauchemar. Je sais que je suis à l'infirmerie de l'école. L'odeur est désagréable. Les murs et le plafond sont trop blancs. J'ai envie de sortir d'ici. Et pourtant je suis là, à pleurer en silence, recroquevillée sur moi-même. Mon bras commence à me lancer en plus... Je ne me souvenais pas bien de la douleur avant qu'elle ne se réveille. C'est désagréable... Mon corps me fait mal. Mon cœur me fait mal. Pourquoi a-t-il fallut que je m'endorme?

Mais j'arrive à me calmer un peu. Je retire à peine mon visage de ma main pour regarder dans la pièce en faisant abstraction de la femme en blouse juste à côté de mon lit. Où est Numa? Elle m'avait dit qu'elle resterait. Pourquoi elle n'est pas là, avec moi? Je ne veux pas être toute seule face à l'infirmière. Je lui adresse vaguement un regard avant de le détourner.

- Qu'est-ce que vous regardez?

J'ai parlé doucement, soupirant presque à la fin de ma phrase. Je me sens fatiguée. Qu'on me foute la paix une bonne fois pour toute. Mes plaies sont vraiment le cadet de mes soucis, là, tout de suite. Je ne veux pas rester là. Je veux juste retourner dans ma chambre. M'affaler sur mon lit et replonger dans le sommeil. Non, je ne dois pas... Et si Edan revenait une nouvelle fois? Je ne veux plus avoir la sensation de le perdre. C'est au dessus de mes forces. Alors... Qu'est-ce que je peux faire? Qu'est-ce que je dois faire?
Je jette un coup d’œil à la jeune femme près de moi. Elle tire un tête bizarre. Qu'est-ce qui lui arrive? Enfin, je m'en fiche. Je n'ai pas envie de lui parler. Je veux qu'elle s'éloigne de moi. Numa n'est plus là pour faire bouclier et, même si j'ai du mal à l'admettre, cette idée me terrifie. J'ai peur de rester seule avec elle. Face à face. En position de faiblesse.

Long pousse un bruyant soupire sans rien ajouter même si je sais très bien ce à quoi il pense. Ça va, je sais que ma peur est irrationnelle. J'ai l'habitude du refrain. Je m'en fiche. Foutez-moi la paix, c'est tout. Laissez-moi enfermée dans mes peurs et angoisses. Coincée avec mes souvenirs. De toute façon, je n'arriverai jamais vraiment à m'en libérer...

Je me recroqueville encore plus, mon visage caché par mes genoux. Je libère mon bras blessé de l'emprise de l'infirmière pour englober mes jambes et les resserrer contre moi. Je ne veux pas qu'elle me touche. Je... Ne sais pas ce que je veux. Pourquoi faut-il qu'autant de choses désagréables arrivent? la chute de l'arbre, mon cauchemar pour finalement me réveiller dans le lieux que je déteste le plus au monde. L'infirmière beaucoup trop près de moi, ma protection envolée. C'est quoi cette configuration? Alignement maléfique des astres?

- J'aimerai.. qu'on me laisse tranquille..

Je ne sais pas quoi dire de plus. C'est à peine si j'ai réussi à chuchoter. Pourquoi j'ai dit ça au fait? J'en sais rien. Je n'ai pas envie de lutter contre l'infirmière. Je crois que c'est une ultime demande pour qu'elle ne s'approche pas. Qu'elle ne me touche pas et ne m'adresse pas la parole. Je sais bien que mes blessures ne sont pas encore soignées, je le sens. Mais je veux être seule. Ou bien dans les bras de Joy. Elle saurait me consoler... Je crois.
Qui pourrait me consoler? Je n'ai peut-être jamais vraiment remonté la pente... Et si, tout mon caractère n'avait était qu'un rideau pour camoufler ma peine? Est-ce que je suis... un mensonge?

Codage par Libella sur Graphiorum

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Sheila fait la papote à n'importe qui en #8B008B
Long flatte son ego en #8B0000

Prédiction:
 



avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 275
Localisation : Un peu partout et nulle part en même temps...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un coup de main ? [PV : Sheila & Nika]
» Un petit coup de main ? (pv Shitsu)
» [Terminé] Un coup de main pour le col rouge ?
» BESOIN D'UN COUP DE (MAIN) PHOTOSHOP.
» Besoin d'un coup de main ? (pv Manon)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Annexes :: ◄ Terrain du pensionnat :: ► Le terrain de VTT-
Sauter vers: