AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Savoir être social, c'est tout un art || Ft. Numa de Rell [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Annexes :: ◄ Le Parc :: ► Pelouse
MessageSujet: Savoir être social, c'est tout un art || Ft. Numa de Rell [PV] Ven 10 Nov - 7:59
Savoir être social, c'est tout un art
Numa & Lucas

Parfois, il y a des jours où l'on a envie de faire beaucoup de chose, où l'on a besoin de s'occuper, de bouger. Et d'autres fois, il y a des jours où on voudrait juste pouvoir flâner tranquillement sans se préoccuper du reste, être simplement seul avec soi-même et lire un bon livre sans que personne ne vienne nous embêter.
C'était le cas de Lucas en ce jour d'automne. Le temps était doux, ni trop chaud, ni trop froid, et le parc baignait dans la douce lueur du soleil en cette fin d'après-midi.
Les cours s'étant terminés depuis peu, le jeune lycéen ne s'était pas fait prier pour retourner à son dortoir et déposer son sac de cours. Après tout, il n'en aurait plus besoin pour le reste de la journée. Entrant dans sa chambre, Lucas retira sa cravate qui commençait réellement à lui serrer la gorge, puis troqua son pull au couleur de l'établissement pour un autre plus à son goût : Autrement dit, rose pale et sans manches, laissant donc apercevoir celles de sa chemise blanche. Maintenant qu'il se sentait un peu plus à l'aise dans ses vêtements, l'adolescent se tourna vers son étagère et chercha quel livre prendre. Beaucoup d'entre eux avaient déjà été lu et relu par l'étudiant, mais il en restait quelques uns qu'il n'avait pas encore prit la peine de feuilleter, soit parce qu'ils étaient neuf, soit parce qu'il n'avait tout simplement par encore eu l'envie ou la motivation de s'en intéresser. Un peu comme ce livre sur les théories et réflexions de la physique quantique sur le monde tel qu'on le connaît. Il y avait de très fortes chances pour que le bouquin parle de l'expérience de Schrödinger, d'ailleurs.
Grimaçant à la vue de sa reliure, Lucas secoua la tête. Pas que la physique quantique ne l'intéresse pas, mais pour le moment, il n'avait pas envie de se prendre la tête à étudier. Lui qui était pourtant si studieux, c'était étrange de se dire que le jeune homme n'était pas toujours le nez dans ses livres d'études. Mais comme n'importe qui, il avait parfois besoin d'une pause. Aussi, le garçon opta pour un roman de Frank Thilliez. Un peu de lecture ne lui ferait pas de mal.

Une fois le bouquin choisi, le garçon attrapa une bouteille d'eau ainsi qu'un petit paquet de bonbon dragibus qu'il affectionnait tant et quitta son sanctuaire pour rejoindre le parc extérieur. Après tout, le temps était parfait pour un peu de lecture au grand air.
C'est durant le trajet que son possesseur prit la peine de se manifester. Tiens, lui qu'il n'avait plus entendu depuis le matin, voilà qu'il décidait de montrer le bout de son nez. Enfin, façon de parler.

« C'est bien que tu prennes une pause, pour une fois. Mais ce serait encore mieux si ce n'était pas pour te plonger à nouveau dans de la lecture. Tu devrais rencontrer des gens, tu sais. Et ne viens pas me dire que cela a toujours été comme ça, je doute que tu ais toujours été seul. En deux ans passé au pensionnat, tu as forcément eux des contacts, parmi les N, même si tu ne t'en souviens pas. »

Et voilà qu'il s'y remettait. Bon, après tout, Baldr n'avait pas entièrement tort. Depuis qu'il s'était fait posséder, le rosé n'avait plus un seul souvenir de ses anciens camarades. La seule chose qui lui était resté en tête était les cours qu'il avait reçu, mais ça s'arrêtait là. Pourtant, comme le disait le Dieu, il était évident que par le passé, Lucas ait eu des connaissances, sans parler forcément d'amis. Il ne pouvait pas avoir passer deux ans seul sans aucun contact, même si cela ne l'aurait pas vraiment dérangé.
Ne laissant rien paraître en apparence, le jeune homme se contenta de répondre dans sa tête.

« C'est évident. Mais comme tu le dis, je ne m'en souviens pas et pour le moment, ce mode de vie me convient. Et puis, entre nous, les personnes que j'ai rencontré jusqu'à présent sont bien trop chiantes, je n'ai pas du tout envie de traîner avec eux ou de m'en faire des amis. »

Si le Dieu avait eu un corps à lui, il aurait très certainement grimacé face aux propos de son hôte et ça, ce dernier le ressentit très clairement. Alors qu'il s'apprêtait à répliquer, l'étudiant se fit couper par l'esprit nordique.

« Tu es bien arrogant, Lucas. Tu sais que cela risque de se retourner contre toi un jour, n'est-ce pas ? Tu auras beau posséder une maîtrise du langage et savoir jouer la comédie, tu ne pourras jamais rivaliser dans le haut monde si tu te montre aussi prétentieux et que tu refuses de t'ouvrir aux autres sous prétexte qu'ils ne sont pas comme toi ou ta hauteur. »

Restant silencieux, Lucas se contenta de plisser les yeux et de serrer le poing sur son livre. Il détestait ça. Il détestait quand Baldr le sermonnait de la sorte et encore plus quand il avait raison. Pour qui il se prenait à le remettre ainsi à sa place ? Lucas valait bien plus que beaucoup des élèves de ce pensionnat. Il n'était pas n'importe qui, bon sang. Certes, beaucoup d'étudiant ici faisaient eux aussi parti de la haute société, mais il y en avait quand même certains qui n'étaient que de simples prolétaires, des gens sans importances et qui ne lui arriveraient jamais à la cheville. Ça, il en était persuadé. Tout ce qui comptait était les relations qu'il pourrait obtenir parmi les aristocrates et autres personnes du riche monde pour ainsi reprendre fièrement l'entreprise de son père.

Plus que décidé à bouder la divinité, le jeune homme se contenta d'ignorer la présence de Baldr dans son esprit et s'installa à l'une des tables de pic-nic en bois qui se trouvait dans le parc.
Pas mal d'étudiant se retrouvait dans cette partie-ci du pensionnat pour discuter, s'amuser et profiter les uns des autres. De loin, l'héritier Hamilton pouvait les entendre rire entre eux, se chamailler, ou même écouter de la musique. Parfois, il les enviait. Même s'il refusait de l'admettre, lui aussi aimerait pouvoir avoir un groupe d'amis avec qui rire et discuter parfois, mais il était bien trop fier et surtout, bien trop distant pour que les gens se préoccupent de lui. Tant pis, ça lui convenait. De toute façon, avait-il le choix ? Non. Ah, que de contradictions dans un seul cerveau. D'un côté, sa fierté et son arrogance lui criaient que personne n'était à la hauteur de ses exigences, quant à son coeur et ses envies, ils le poussaient à accepter le fait qu'il avait besoin de quelques personnes à ses côtés.

Claquant de la langue avec agacement, le rosé ouvrit son bouquin et se plongea dans sa lecture. S'il était là, ce n'était décidément pas pour se prendre la tête avec ses propres démons, mais bien pour se détendre.

Informations
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Savoir être social, c'est tout un art || Ft. Numa de Rell [PV] Mar 14 Nov - 15:12
La journée de cours était enfin terminée pour la petite française. Elle se rendit dans sa chambre pour se hâter à ses devoirs. Devoirs qu’elle termina rapidement et sans le moindre problème de compréhension. C'était très pratique d'avoir des facilités d'apprentissage.
En ce moment il faisait très beau et la nature commençait à prendre une belle teinte orangée. C’était parfait pour dessiner, et surtout peindre ! L’esprit du chien avait abandonné toute éventualité que son hôte aille se promener aujourd’hui, ce qui était fort dommage.

Numa prit un sac en bandoulière avec son nouveau carnet de croquis, ses crayons aquarellables et le pinceau rechargeable qui allait avec ceci. Une panoplie qu'elle avait acheté il n'y a pas longtemps mais qu'elle avait pas eut le temps d'expérimenter. Elle avait donc hâte de se rendre à l'atelier pour faire quelques tests, et peut-être même des mélanges avec des feutres à alcool. Ou bien autres choses !
La demoiselle était impatiente de dessiner. A cette heure-ci il ne devait pas y avoir grand monde, ou personne, qui plus est.

Numa retira son uniforme pour mettre une tenue plus confortable et chaude. Un pantalon slim épais noir avec des bottes à talon épais noir qui montait jusqu'à ses mollets, un chemisier bleu pastel et son fidèle gilet. Même si ce gilet faisait tâche dans ses tenues plutôt féminin, la française adorait ce vêtement, pour une raison mystérieuse. C'était un peu sa marque de fabrique, comme une tâche de naissance, un porte-bonheur. Ça lui donnait des airs décontractés et cachait ses formes, lui permettant de se fondre dans la masse. Et attirer l'attention était la chose qu'elle détestait pardessus tout, si elle avait pu choisir un super pouvoir, ça aurait été arrêter le temps ou bien se rendre invisible
Dommage pour elle, l'esprit du chien lui a seulement offert le don d'un super odorat et de se transformer en hybride humain-canin.

*Il fait si beau, tu ne veux pas te promener cinq minutes ? Peut-être que tu trouveras quelque chose t'intéressant.*

L'esprit du chien n'avait pas tort. Et elle comprenait qu'il avait besoin de sentir l'air pur caresser les joues de son hôte. Il avait besoin de vivre un peu le pauvre. Déjà que la seule chose qu'il pouvait faire c'était parler à son humaine, et encore, autant parler à un mur, alors si en plus elle lui refusait tout, ça n'allait pas bien se passer entre eux.
Comme avait dit madame Kavanagh, la psychologue du pensionnat, il fallait faire des concessions. Surtout lorsque votre divinité était bienveillante, contrairement à certain. Toutefois, Numa se demandait parfois comment avait finit ses anciens hôtes. Étrangement, on lui avait dit que les deux dernières possessions du chien ne s'étaient pas très bien passé, les deux jeunes gens n'avaient jamais pu finir leur scolarité et s'étaient en quelque sorte envolés. Certainement annihiler. Mais c'était un sujet trop tabou pour en parler.
Il n'était pas exclus qu'elle devrait avec une petite conversation avec sa divinité un jour, peut-être même fouiller un peu pour découvrir la vérité, se sentant un peu en danger. Peut-être que la gentillesse du chien renfermait une grande noirceur, mais ça elle ne pouvait que le découvrir avec le temps.

Alors que la jeune française se baladait dans le parc du pensionnat, elle s'attardait sur les couleurs franchement changés de la nature, les personnes se baladant joyeusement, les rires, le vent, le chant des oiseaux. L'Irlande était vraiment un beau pays.

*Ces belles couleurs me font un peu pensé à ma terre natale. Les temples étaient si colorés, les teintes si vives. Un peu comme tes peintures je dois dire.*
*C'est pour ça que tu les aimes bien ?*
*Non, j'aime ton talent.*
*Je n'ai pas vraiment de talent …*
*Si tu laissais les autres regarder ton travail, je ne serais pas le seul à te ne dire.*


Le visage de Numa resta inexpressif, mais elle appréciait le compliment au fond. Même si elle doutait fortement de ses capacités, et d'elle-même, elle n'était pas insensible aux flatteries.

Perdue dans l'immensité du parc, au loin, elle aperçut ce qui semblait être un jeune homme. Mais plus que les autres, il interpella la demoiselle. Il était très … rose.
Non pas que le rose était une mauvaise couleur. Toutes les couleurs étaient charmantes, mais c'était assez rare, voir unique, de voir un garçon aussi rose.
En France, c'était un stéréotype féminin, qui commençait à décliner fort heureusement, mais les couleurs qui primaient dans ce pays étaient les tons gris et brun. Voilà une chose qui était agréable a découvrir. Une personne aussi coloré était forcement un beau tableau.

Numa s'adossa à un arbre non loin de l'étudiant, prit son carnet de croquis et son crayon aquarellable rose. Ce garçon allait inaugurer ses outils !
Elle remonta légèrement ses genoux pour s'en servir comme chevalet et y posa son carnet. L'artiste cala un fin carton derrière la page pour ne pas que l'aquarelle transperce ou que ses coups de crayon, parfois trop vifs, ne marque la page suivante.

*Heureusement que tu m'as écouté. Tes meilleurs sujets sont le plus souvent ce que tu trouves en extérieur de toute manière.*

Numa acquiesça, le visage inexpressif, et commença à crayonner. Le sujet lisait un livre, de là où elle était, elle ne pouvait pas dire quel genre de bouquin. Elle s'en fichait à vrai dire, seul le cadre l'intéressait.
Le rose pâle de son pull et celui de ses cheveux s'harmonisaient avec les feuilles orangées des arbres et le jaunis de l'herbe. Sans le vouloir, ce garçon illustrait bien le début de l'automne, solitaire sur son banc, à lire, consacrant son temps à un plaisir quelque peu oublié de la jeune génération, entre les pages d'un livre, à la lumière délicate du soleil.
Même s'il y avait d'autre étudiants autour d'eux, Numa était à présent perdue dans ce qu'elle dessinait, même son esprit était ailleurs. Très loin dans ses rêves ~

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 214
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
Savoir être social, c'est tout un art || Ft. Numa de Rell [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le patronus de votre personnage
» Il arrive que l'on se blesse, que l'on frappe un mur, que l'on se brise le coeur, mais il est important de savoir que la vie continue malgré tout. ~ [Petit Naufragé]
» Vous croyez tout savoir sur Naruto ? (petit questionnaire)
» Célibataire ? En couple ? Amoureux(se) ? On veut tout savoir ^^
» Les Démons, tout ce que vous devez savoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Annexes :: ◄ Le Parc :: ► Pelouse-
Sauter vers: