AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Promesse tenue ? [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Pensionnat :: ◄ Rez-de-chaussée :: ► L'infirmerie
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
MessageSujet: Promesse tenue ? [TERMINE] Mar 23 Jan - 5:16

Promesse
tenue ?





Les cours avait repris et Yuki n'était toujours pas venu en classe. Il avait été absent presque tout le mois de décembre, si ce n’était tout le mois complet. Mais Numa avait bien d’autres choses en tête à cette période pour que son inquiétude atteigne un seuil critique. Mais maintenant qu’elle comprenait que Yuki avait disparut, elle se maudit de son égoïsme et se mit à le chercher partout. Ses inquiétudes l’empêchaient de réfléchir convenablement et elle se contenait pour ne pas se changer en hybride en arpentant le pensionnat.

Un éclair de génie traversa l’esprit de la demoiselle alors qu’elle le cherchait dans la bibliothèque. Son colocataire saurait sûrement où il se trouve ! C’était sa dernière chance. Elle s'était déjà renseigné sur son numéro de chambre pour lui offrir une carte de vœux au nouvel an. Mais lorsqu’elle toqua à la porte, personne ne lui répondit. La demoiselle essaya pendant cinq longues minutes, espérant que quelqu’un vienne ouvrir, et que cette personne soit Yuki lui-même.
Mais voyant bien que c'était chose vaine, Numa baissa la tête et la laissa s’appuyer contre le bois.
Yuki lui en voulait sûrement. Forcement.

*Je ne crois pas que s’il savait que ton esprit était préoccupé à ce moment, il ne t’en veuille. En attendant, n’oublie pas qu’il a disparut, ça va au-delà de votre relation.*

L’esprit du chien avait raison. Elle devait absolument savoir si Yuki avait quitté le pensionna. Que lui était-il arrivé ? Allait-il bien ? Elle devait le savoir tout en restant le plus calme possible. Elle pouvait aller demander à la CPE, ils étaient certainement au courant !

Ainsi, la demoiselle traversa de nouveau le parc pour se rendre dans le bâtiment administratif du pensionnat. Mais, lorsqu’elle passa près de l’infirmerie au rez-de-chaussée, elle sentit, évidemment, le thé à base d'Earl Grey de Madame Iélanov avec l’odeur d’aseptique de l’infirmerie, mais aussi, il y avait une familière odeur de vanille.
Numa s’arrêta à coté de cette porte entre-ouverte et hésita à entrer. Elle avait peur que Yuki se retrouve ici, et en même temps elle serait soulagée de savoir qu’il n’avait pas quitté le pensionnat. Ses sentiments étaient vraiment partagés. Ainsi, elle dû rester au moins dix bonnes minutes devant l’entrée de l’infirmerie avant de frapper doucement, et avec hésitation, sur la porte.
La douce voix de l’infirmière l’invita à entrer.

Numa n’osait jamais regarder trop longtemps l’infirmière, cette femme était vraiment trop belle et trop gentille pour être réelle. La demoiselle avait la sensation de ternir cette beauté lorsqu’elle l’observait. Il faudrait bien qu’elle passe outre un jour ou l’autre. Surtout l’autre.

Les deux femmes discutèrent un instant avant que Numa n’ait confirmation que Yuki était bien ici. L’infirmière semblait veiller sur lui, ce qui soulagea un peu la demoiselle. La dame invita Numa à se rendre de l’autre coté de la salle, où se trouvait les lits, pendant qu’elle irait prendre quelques affaires hors de l’infirmerie, comme si elle laissait le jeune homme au bon soin de sa camarade de classe en son absence.
Numa ne savait pas vraiment quoi penser mais elle fut assez contente que personne l’avait épié la conversation qu’elle pouvait avoir avec le jeune homme. Non pas que leur conversation était intime, mais ce n’était jamais plaisant d’être entendu.
La française se dirigea doucement vers les lits et trouva rapidement son camarade de classe. Il avait l'air ...  Mort ...
Numa n’osa pas avancer d’avantage. Malgré son visage impassible, son cœur se mit à violement battre dans sa poitrine. Elle recula un peu et s’apprêta à quitter la pièce. Mais sa divinité l’arrêta net dans sa course, laissant ses jambes trembler.

*Tu ne vas pas partir maintenant !*
*Je ne peux pas !*
*Si ça avait vraiment été grave, il aurait été à l’hôpital !*

Les jambes de Numa la lâchèrent et elle se recroquevilla sur elle-même, tenant fermement sa tête pour chasser l’image de son camarade de classe, gravement blessé, de ses paupières closes.
Pourquoi toutes les personnes qu'elle appréciait dans ce pensionnat semblaient tous se retrouver à l'infirmerie ? Sheila, et maintenant Yuki … Pourquoi ?

*Ce n’est pas ta faute. Yuki avait des problèmes avec un groupe de garçons, ça allait forcement arriver un moment ou un autre.*

*Mais je n’étais pas là ! J’ai promis d’être là pour lui et voilà ce qui arrive !*

L’esprit du chien soupira. La journée avait presque bien commencé, Numa avait arrêté ses cauchemars, avait trouvé une occupation saine, à savoir son nouveau travaille, et s’était remise de ses « fêtes ». La divinité chinoise ne savait pas s’il allait pouvoir supporter une nouvelle crise de son hôte. Il faisait des efforts divins pour conseiller au mieux la jeune femme, mais il n’y pouvait rien si la malchance tournait depuis quelques temps. Numa allait bien devoir apprendre à surmonter ça sans s’enfermer dans sa bulle et s’isoler. L’adolescence était à la fois une belle période, mais aussi un temps vraiment compliqué.

*Petite louve … C’est maintenant qu’il a besoin de toi. Tu ne peux pas changer le passé car tu ne fais qu’écrire ton propre présent. Ecris un présent où tu es à ses cotés.*

Toujours la tête baissée, Numa vint doucement retirer ses mains de son crâne et se releva. Elle respira profondément avant de se retourner vers le blessé. Yuki était tellement en piteux état qu’il était facile de deviner ce qu’il avait vécu.
Doucement, elle vint s’asseoir près de lui et regarda le japonais à nouveau. Il dormait. Cette vision lui faisait beaucoup de peine. Elle n’avait jamais vu une personne en si mauvais état. Et même s’il ne devait pas être en danger de mort, puisse qu’il n’était pas à l’hôpital, Numa ne pouvait s’empêcher d’avoir peur de le perdre.
La demoiselle alla poser sa main sur le bras de son camarade, mais eut peur de lui faire mal et se résigna. Elle avait l’impression que même le vent allait lui apporter de la douleur.

Numa avait envie de pleurer. Énormément. C'était injuste. Mais par force ou par habitude, aucune larme ne coula sur ses joues rebondies.
Les yeux de la demoiselle ne purent afficher sa tristesse sur son visage éternellement impassible et elle laissa cette émotion l'envahir, la transformant peu à peu en hybride alors que l'esprit du chien essayait de la ramener sur terre. Mais malgré les mots de Gõu, la française se perdit dans ses songes. Elle revoyait la neige, le cimetière, ces fleurs roses posées sur la tombe de sa mère …

Ce qui tira la jeune femme de sa peine fut le bruit d'un léger gémissement. Numa tourna les yeux vers le visage de son camarade de classe qui semblait se réveiller lentement. L’hybridation de la demoiselle s’arrêta aussitôt et elle reprit totalement son apparence humaine.
La française attendit que Yuki ouvre faiblement les yeux, le laissant découvrir son invitée. Et lorsque Numa fut certaine que le japonais la voyait parfaitement, elle ne savait pas quoi dire. Pourtant elle ne pouvait pas détacher ses yeux des siens.
Numa savait qu’elle ne pouvait pas simplement lui dire « Salut, ça va ? », il était clair qu’il n’allait pas bien. Inutile également de lui demander comment il était arrivé ici, il fallait être idiot pour ne pas comprendre.
Tout ce que ses lèvres purent exprimer fut un pardon sincèrement désolé :

_Je suis désolée … de n’avoir pas été là …

Numa baissa les yeux après cet aveu, honteuse. Elle n’avait pas oublié la promesse qu’elle avait faite au jeune homme il y a quelques temps. Et elle n’avait pas tenue parole. Numa se dégoûtée elle-même, se maudissait. Elle voulait s’enfermer dans une pièce et ne jamais y sortir. C’était peut-être exagéré, mais devant la scène que lui offrait le jeune homme, les sentiments de la demoiselle ne pouvaient être qu’à leur paroxysme.

Numa eut un long soupire inaudible alors qu’elle continuait de penser qu’elle ferait mieux de disparaitre. La demoiselle fouilla dans la poche de sa veste et sortie un petit paquet joliment emballé avec soin d’un papier jaune et d’un charmant ruban rouge. Elle posa le petit paquet sur le lit, près de la main de son camarade de classe, incapable de le regarder à présent tellement elle s’en voulait.

_Je voulais te le donner pour Noël mais j’ai eu …


Numa s'arrêta. Yuki n'avait pas besoin de savoir qu'à présent, elle avait rayé les fêtes de son coeur.

_C’est pour toi.



le cadeau pour Yuki ♥ :
 

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Mar 23 Jan - 18:09



"Le malheur peut être un pont vers le bonheur."


Cela faisait longtemps que j’étais alité à l’infirmerie. De toute façon, je ne pouvais pas bouger énormément puisque j’avais eu bien des difficultés à respirer et des douleurs dans tout le corps. Maintes fois j’avais cru que j’allais mourir, tout simplement. Heureusement, les bons soins de l’infirmière, que je connaissais sous le nom de Nika-san, m’avaient permis de me remettre très lentement de ma pneumonie et reposer mon corps meurtri par les coups de mes agresseurs.

Ainsi, je n’avais pas vu passer les fêtes que je passais, à l’accoutumée, dans le noir de ma chambre ou le froid mordant de l’hiver, seul. Cela était sans doute mieux ainsi puisque je n’eus pas à me poser encore un millier de question, me concentrant seulement sur mon besoin de dormir et me reposer. Stresser aurait reproduit cet épisode de fuite qui avait tant mis mal à l’aise ma bienfaitrice. Je n’avais d’ailleurs toujours pas compris pourquoi elle faisait tout cela pour moi, pourquoi elle ne me demandait rien en retour ou ne montrait aucune rancune vis-à-vis de mon comportement.
Toueris, pour m’aider à me détendre, me chantait très souvent les chansons de son pays. Des mélodies très douces et réconfortantes qui étaient, selon elles, chantaient pour elle à une certaine époque. Des louanges… Lorsqu’elle me l’avait appris, je n’avais pas pu m’empêcher de me dire qu’elle avait bien de la chance d’avoir été ainsi aimée. Je ne pouvais pas m’empêcher de comparer les situations des autres avec la mienne qui me paraissait à part. Etait-ce normal ? Ou n’aurais-je jamais dû connaître de tels traitements ? Je ne voulais pas entendre la réponse à ces deux questions qui, pourtant, me tourmentaient sans cesse.

Janvier, la nouvelle année, arriva très rapidement finalement. Mes toux s’étaient espacées, me laissant mieux respirer, même si la douleur ne s’était pas totalement effacée. La fièvre elle-même semblait s’être presque totalement atténuée. Me restait tout de même quelques sifflements lorsque je respirais et des douleurs au niveau de mon abdomen et mon poignet droit bloqué dans une atelle. Je n’osais d’ailleurs plus vraiment utiliser cette main quand j’étais seul. Ma volonté vaine de cacher que j’étais mal m’obligeait à bouger malgré tout, et surtout malgré la douleur.

En regardant la neige qui était tombée à l’extérieur, allongé sur le côté (en chien de fusil comme on disait) pour m’éviter un torticoli, j’avais fini par m’endormir, éreinté par ma mauvaise nuit. Seul, je ne pouvais m’empêcher de rester sur mes gardes, persuadé que mes agresseurs allaient finir par venir terminer le travail et me tuer. Ma divinité ne parvenaient jamais à me calmer totalement et c’est la présence de l’infirmière à mes côtés qui avait toujours raison de moi. Elle m’avait promis de me protéger, ce qui s’était avéré vrai au fil du temps, ce qui m’avait permis de développer une grande confiance en elle et un léger espoir.

Je ne sus pas du tout combien de temps j’avais réussis à dormir avant que j’ouvre les yeux avec une grande envie de tousser. Toueris me fit part que cela ne devait faire que quelques heures, donc trop peu pour que je sois reposé. Malgré tout, je regardai autour de moi pour tenter de savoir si j’étais seul ou non. Il ne fallut pas longtemps avant que je repère une silhouette familière mais pas encore reconnaissable tant j’étais encore ensommeillé. Quelques instants me furent nécessaires pour que je puisse enfin savoir qui c’était : Numa-san.

*Elle ne semble pas aller très fort… Je ne sais pas si c’est l’inquiétude ou si elle est venue pour autre chose également.*

Je ne répondis pas, ne souhaitant pas faire des hypothèses alors que je ne connaissais pas encore très bien ma camarade de classe. Cette dernière finit par me demander pardon pour ne pas avoir été présente ces derniers temps. Je ne compris pas pourquoi sur le coup, jusqu’à ce que Toueris me rappelle la promesse qu’elle m’avait faite. Et même avec cela, il me fallut bien quelques instants pour comprendre les tenants et aboutissants de la conversations, comme la réponse que je voulais lui donner. Je n’en eus cependant pas le temps puisqu’elle reprit en sortant de sa poche un petit paquet joliment décoré qu’elle déposa près de moi. Apparemment c’était quelque chose qu’elle voulait me donner à Noël. Ne comprenant pas tout, je me retournai doucement en grimaçant un peu pour m’asseoir contre mes oreillers et prendre le paquets pour le regarder sous toutes les coutures. Faisant cela, je lui demandai après avoir partiellement libéré ma gorge en toussotant :

- Je ne comprends pas… Pourquoi tu m’offres quelque chose ? Et pourquoi spécialement à Noël ?

Toueris voulait grandement me répondre, mais préféra la jeune femme le faire. Elle pensait qu’elle pourrait avoir des mots plus compréhensibles pour moi, surtout que cela venait d’elle. Puis, d’un autre côté, elle sentait que quelque chose n’allait pas pour elle. Pourquoi semblait-elle si troublée ? Le manquement bénin à sa promesse était-il si douloureux pour elle ? Ou cachait-elle quelque chose de plus grave ? Elle aurait bien voulu lui poser toutes ces questions, l’aider, mais bloquée dans ma tête comme elle l’était, cela lui était tout bonnement impossible.


(c) Yuki Nakamura sur Pensionnat Immortal

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je parle en en anglais en #0066cc, et en japonais en #0066cc.
Toueris maudit mes agresseurs en #cc0099

Prédiction des moires:
 

Merci pour ces merveilleux cadeaux, Numa ♥:
 

Thème de Yuki:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Mar 23 Jan - 21:06
_C’est pour toi.

Comme toujours, Yuki avait la parole précieuse, encore plus que sa camarade de classe. Il se redressa avec difficulté. Numa ne l’aida pas, elle émit même une certaine distance encore eux. Même si elle n’était pas tactile, elle ne repoussait pas les autres. Pourtant, à cet instant, la jeune femme était physiquement présente mais son esprit portait à s’en aller. Aller où ?
Le jeune homme se mit à toussoter, certainement affaiblit par l’effort même se de redresser. Il prit le paquet et l’examina. La brune ne pus observer sa réaction et ne saurait dire s’il était étonné, heureux ou dédaigneux.

_Je ne comprends pas… Pourquoi tu m’offres quelque chose ? Et pourquoi spécialement à Noël ?

Les yeux de Numa était rivés vers le bas et elle de répondit pas. Peut-être qu’elle n’aurait pas du venir finalement ? Dans l’esprit de la demoiselle, il était évident que Yuki ne faisait que supporter sa présence. Elle avait essayé, vraiment, depuis leur rencontre, à lui rendre la vie plus agréable. Mais finalement, peut-être que tout ça n’était qu’une gêne plus que de l’aide.

L’esprit du chien émit un nouveau soupire, désespéré. Pour lui, Numa devrait retourner voir la psychologue, vraiment, parler de tout ça lui ferait surement du bien, sachant qu’elle ne se confierait à personne d’autre. Même son meilleur ami ignorait beaucoup de chose de son passé, de ses pensées et certaines choses qui lui brulait le cœur. Mais Gõu, enfermé dans sa tête, que pouvait-il faire ? Il savait son impuissance malgré son affection pour la jeune femme.

*Numa … Tu pourrais au moins lui répondre, tu ne crois pas ?*

La petite française se mit à acquiescer. Elle faisait toujours attention à répondre à Gõu uniquement dans ses pensées, mais cette fois elle n’eut même pas la force de penser. Ou du moins, penser à autre chose que son incompétence et son mauvais fond. Peut-être qu’elle méritait cette solitude, cet abandon, cette étrange sentiment de tristesse qui lui serrait la gorges depuis le mois dernier.
Numa était convaincue par le principe du karma ; ce que tu offres, le destin te le rendra, si tu fais le bonheur autour de toi, tu seras heureux, si tu fais de la peine à une personne, un jour tu seras aussi ou plus malheureuse qu’elle.
Peut-être que ces mères brésiliennes avaient raison ; Numa était maudite et que son existence même était une tâche dans l’harmonie de ce monde …

*Numa, Yuki attends ta réponse.*

La demoiselle releva les yeux, sans toutefois regarder son camarade. Combien de minutes s’étaient écoulées depuis que Yuki avait posé la question ? Le pauvre, il devait être gêné de la situation, et elle, elle restait là à fixer le vide …
Toujours le regard fuyant, Numa répondit :

_Traditionnellement, à Noël, on offre des cadeaux aux personnes qu’on apprécie. Offrir un cadeau, c’est honorer la lumière intérieur de l’autre.

Numa dû mettre une main sur sa bouche, elle avait l’impression de sentir quelque chose monter le long de son visage, à l’intérieur. Elle ne savait pas si elle allait se mettre à pleurer ou non mais préféra déplacer une mèche de ses cheveux pour cacher son œil d’un bleu clair à son camarade au cas où ses larmes s’échapperaient malgré elle.
Numa n’aurait jamais dû dire qu’elle voulait le lui offrir pour Noël et engager un tel sujet. Elle était stupide, vraiment stupide !

L’esprit du chien ne savait plus quoi faire pour son hôte, mais se mit à souhaité égoïstement que la bienveillance de Numa envers le jeune homme, et son envie de l’aider, allait lui faire oublier sa peine et les soucis qui la rongeait silencieusement, très rapidement.
Mais le ciel ne semblait pas vouloir lui faire cette faveur et la jeune femme sentit un besoin de justifier son comportement au japonais, mais elle n’y arrivait pas. Beaucoup de pensées se bousculèrent dans son esprit.

*Je pensais que tu allais mieux, mais il est clair à présent que ce n’est pas le cas.*

Comme pour confirmer les dires de son compagnon spirituel, Numa s’excusa auprès de lui. Elle pensait réellement aller mieux également après avoir été embauchée au centre, avec ces personnes si bienveillantes et tous ces animaux qui ne la jugeaient pas. Mais voir Yuki dans cette état, le sentiment de culpabilité qui envahis soudainement son être et ce sentiment étrange d’exaspérer ce garçon plus que de l’aider, tout cela, en une seule fois, comment une jeune femme de 16 ans pouvait le gérer ?
Puis ces rumeurs … C’était si blessant … La demoiselle avait perdue l’habitude que les gens la regarde de cette façon. Avec leur messes-basses, leur regards accusateurs, ou curieux pour les moins bêtes. Mais à chaque fois qu'elle se retournait pour surprendre des regards, elle avait l'impression qu'on la regardait comme un monstre.
Intérieurement, elle espérait que Yuki n'ait pas entendu parler de tout ça.

Les doigts de Numa se crispèrent sur sa jupe. De lointains et douloureux souvenirs commençaient à prendre forme dans son esprit. Des souvenirs d’enfance qui ne s’effaceront sans doute jamais, même avec le temps et la volonté.
Comme lorsqu’elle était enfant, vraisemblablement, elle s’attachait à une personne qui n’en avait rien à faire. C’était après cette époque qu’elle avait décidé de ne plus essayer de se faires des amis. L’esprit du chien avait tord, Immortalia n’était pas différent des autres endroits où elle avait vécu, les autres, bien que possédés, restaient des humains. Et les humains étaient tous pareils …

*Tu penses ça sous le coup de tes idées noirs.*

Peut-être … Sûrement … Mais la conclusion était la même, elle le pensait présentement.
La demoiselle retira ses fins doigts de sa bouche et la porta à sa jupe pour imiter son autre main qui froissait fermement le tissu. Tant et si bien que ses paumes de mains se mirent à rougir par la pression qu’elle y mettait.
Qu’est-ce qu’elle faisait encore ici, à leur faire du mal à Yuki et à elle-même ?
Même si elle le voulait, Numa ne pouvait pas cacher sa voix légèrement brisée par l’émotion qui lui prenait la gorge. Rien sur le visage, rien dans les yeux, mais sa voix trahissait tout de même un brin de tristesse qu’elle ne pouvait contenir.

_Je … ne voulais pas m’imposer. Je te laisse si tu veux …

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Mer 24 Jan - 4:58



"Le malheur peut être un pont vers le bonheur."


Le long silence qui suivit ma réponse ajouta de la surprise, du doute et une pointe de tristesse à mes émotions déjà présentes. Avais-je dis une bêtise ? Ou était-elle déçue de ma réaction ? En colère ? Avec crainte, je détachai mon regard du paquet cadeau que je ne voulais pas lâcher et souhaitais même ouvrir pour observer un peu ma camarade de classe. Cette dernière avait le regard rivé sur le sol, comme moi lorsque j’avais honte ou, tout simplement, quand j’avais peur. Le voir chez quelqu’un d’autre me fit comme l’effet d’une claque violente. Que devais-je faire ? Que pouvais-je faire ? A moins que les mots ne soient plus efficaces ? Dans ce cas-là, que dire pour l’aider ? J’avais peur, mais pas pour moi comme la plupart du temps. Non… J’avais peur pour elle ou de perdre encore une fois un des espoirs qui m’avaient été donnés. D’autant plus que la réponse de la jeune femme, en plus de m’apprendre quelque chose sur Noël, me fit comprendre partiellement que j’étais une personne qu’elle appréciait.

*Ne t’avais-je pas dit qu’elle était une personne qui pouvait t’apprécier ? Qu’elle ne te ferait pas de mal ?*

Ne répondant pas à ma divinité bienveillante, je défis le paquet cadeau de ma main gauche tout en le maintenant contre mon atelle. Et, lorsque j’y parvins enfin en passant outre la douleur que je ressentais et le silence qui s’éternisait encore et encore, je pus enfin découvrir le contenu du paquet : un porte-clé sous la forme d’un chien essentiellement blanc et noir qui semblait extrêmement gentil. Emu, je ne trouvai aucun mot alors que je sentais mes larmes monter à mes yeux une fois de plus. Pourtant, il n’y avait pas beaucoup de tristesse en mon coeur… Je ne comprenais pas ce qu’il se passait et Toueris fut avare d’explications. Elle était bien trop préoccupée par cette autre enfant tourmentée, bien que je restât une de ses priorités. Sans doute étais-je à ses yeux bien assez en sécurité pour qu’elle s’inquiète de moi pour le moment. Alors, pendant que j’amenais l’objet pelucheux à mon visage comme pour lui faire un câlin, elle tenta de me faire comprendre qu’il serait bien que je dise enfin à voix haute ce à quoi je pensais. Des mots, encore, que je n’eus de toute façon pas le temps de trouver puisque la jeune fille me fit part de son départ imminent si c’était ce que je voulais.

La première chose que je ressentis en entendant ces mots furent une immense panique. Etait-ce parce que j’étais terrifié à l’idée d’être seul ? Ou avais-je la crainte tenace de la perdre malgré mon incompréhension face à mes propres sentiments ? A moins que la raison me soit totalement hors de portée ?

*Peu importe la raison, Yuki. Il faut que tu te calmes, non seulement pour toi puisque tu t’empêches de respirer correctement quand tu te mets dans de tels états, mais en plus tu te dois de lui répondre quelque chose. Ce n’est pas grave si tu trouves ça étrange ou peu enclin à dévoiler complètement tes sentiments profonds. Dis-lui juste ce que tu penses.*

Elle avait raison au moins sur un point : pendant tout le temps où j’étais resté à l’infirmerie, que j’avais ma pneumonie, je n’avais jamais été bien pendant mes crises de panique. Qu’elles soient dues à des cauchemars ou l’absence de présence à mes côtés. Je fermai donc les yeux le temps de quelques secondes, écoutant la chanson que Toueris me chanta à ma demande afin de me calmer un peu. Puis, ramenant le chien sur mes genoux, les yeux mouillés des larmes que je n’avais pu retenir, je tentai de répondre à ma camarade de ma voix enrouée et malgré quelques difficultés à respirer parce que je ne m’étais pas débarrassé de ce qui obstruait petit à petit mes voies respiratoires :

- C’est la première fois… que je reçois un cadeau. Merci Numa… Tu sais… *trr* Ta visite me fait très plaisir. *trr* Je… je ne sais pas quoi dire, ou comme *trr* exprimer ce que je ressens… *trr*

*C’est très bien, Yuki. Ne t’arrêtes pas en si bon chemin.* m’encouragea Toueris alors que je ne trouvais plus mes mots.

Je ne parvenais pas, en tous les cas, à les traduire en anglais. Pourtant, je ne cessais de les répéter dans mon esprit en japonais. Je dus alors, à la demande de ma déesse, lui traduire sous forme d’images pour qu’elle puisse me dire la réponse que je devais à présent prononcer. Regardant Numa avec le peu d’espoir et la crainte que je portais en moi, je lui fis la toute première requête depuis des années :

- Ne pars pas, s’il te plaît *trr*. Reste avec moi *trr*...


(c) Yuki Nakamura sur Pensionnat Immortal

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je parle en en anglais en #0066cc, et en japonais en #0066cc.
Toueris maudit mes agresseurs en #cc0099

Prédiction des moires:
 

Merci pour ces merveilleux cadeaux, Numa ♥:
 

Thème de Yuki:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Mer 24 Jan - 16:14
_Je … ne voulais pas m’imposer. Je te laisse si tu veux …

La demoiselle n'attendait pas grand chose. Elle savait que le jeune homme était trop timide pour la chasser de lui-même. Numa se dit que le silence du japonais était significatif et le mieux serait de ne pas le déranger d'avantages de sa présence nuisible, au grand drame de l'esprit du chien. La jeune femme voulut se lever et partir mais elle était trop tendue pour bouger de son assise. Numa allait user de volonté pour se redresser mais fut prise de cours par l'intervention de son camarade de classe.

_C’est la première fois … que je reçois un cadeau. Merci Numa … Tu sais … Ta visite me fait très plaisir. Je … je ne sais pas quoi dire, ou comme exprimer ce que je ressens …

Les yeux de Numa allèrent prudemment rencontrer ceux de yuki mais revinrent immédiatement vers le sol lorsqu'elle les découvrit baigné de larmes. Pourquoi pleurait-il ? C'était encore à cause de se qu'elle avait dit ? À cause de son cadeau ? Elle aurait peut être du faire un chien tout blanc ... Ou se taire ... Les lames inconnues de son camarade lui faisait de la peine. Pourquoi elle le faisait toujours pleurer ? Elle ne savait donc faire que ça ?

*N'as-tu pas pensé que c'était des larmes de joie ? Ça voudrait dire qu'il est heureux de ton cadeau ! Ne fais pas de conclusion hâtive, surtout des conclusions aussi noires. *

_Ne pars pas, s’il te plaît. Reste avec moi ...

*Brave garçon … N’ai-je pas raison ? *

C'était certainement la première fois que la jeune française entendait ces mots envers elle. Même son meilleur ami ne le lui avait jamais dis. Elle ne comprit donc pas le sentiment qui commençait à s'imposer sans son être. C'était puissant, indescriptible, ça lui donner de la force. Elle avait envie de protéger le jeune blessé, comme au premier jour, et lui promettre que tout irait bien et qu’il ne lui arriverait rien.

L’esprit du chien voulut expliquer convenablement le sentiment que Numa découvrait, mais finalement se ravisa, pensant qu'il était mieux pour son développement personnel qu'elle apprenne elle-même à comprendre ses sentiments qu'elle n'avait jamais connu autrefois.

Numa se souvint rapidement qu'elle avait dit cette même envie le jour de leur rencontre, et voilà où se retrouvait Yuki. Il fallait mieux ne pas faire de promesse qu’on n’était pas sûr de tenir, la volonté ne suffisait pas dans certaine situation. Cependant, elle se promis de trouver une solution pour Yuki, il fallait faire quelque chose pour ce groupe de brutes !

_Je suis...

Numa voulait dire à son camarade qu'elle était contente que le cadeau lui plaise mais ne finit jamais sa phrase, persuadée de l'avoir fait, mais les derniers mots ne sortirent pas de sa bouche pour une raison inconnue.
L’esprit du chien voulait le lui faire remarquer mais s'abstint et préféra que Numa se concentre sur la suite. Il était âme à penser qu'on avait toujours besoin d'un plus petit que soi. Son amitié avec le cheval était une preuve à ses yeux. D'ailleurs, ce jeune humain lui rappelait un peu son ami équin, très craintif mais le coeur sur la main. Peut être était-ce pour cela qu'il appréciait le jeune homme ? Ou parce qu'il percevait chez lui un potentiel pour offrir à Numa ce qu'elle recherchait inconsciemment ?

L'esprit du chien se perdit dans ses réflexions alors que Numa était perdue, tout simplement. Elle espérait que Gõu guide ses mots mais comprit rapidement qu'elle devrait se démener seule cette fois-ci. Pourtant, Numa était incapable de réfléchir promptement, ce qui ne lui était pas arrivé depuis longtemps. Mais l'esprit du chien était incertain. Ou ne voulait pas donner de fausse information à son hôte.
La jeune femme était partagée de nouveau, entre la méfiance et la joie.

*Numa ...  Je dois vraiment dire ce que tu penses ? Ne peux tu pas te l'avouer toi même ?*

Dans tout ce flot d'images, il n'y avait bien qu'une divinité pour prendre ce que pensait Numa. Tout se bousculaient dans son esprit ; les mots, les souvenais, les visages, le portugais, le français, l’anglais, certains mots arabes qu'elle n'avait pas oublié, tous parlaient en même temps et les visions se confondaient. Mais l'esprit du chien commençait à connaître Numa et même s’il ne comprenait pas tout, il comprenait l'essentiel.
Ce n'était pas la faute de Yuki si ses noires pensées se sont éveillés. Lorsqu'elle l'a rencontré elle n'avait aucune méfiance envers lui, il avait le regard de l'innocence malgré la peur qui l’englobait. Il avait toujours le même regard sincère et cette jolie lueur dans son regard ambré. La demoiselle se surpris d’envier cette jolie lumière. Mais son envie se transforma rapidement en bienveillance et le souhait de préserver ce qu’elle voyait.
Si Yuki ne voulait pas la voir, il aurait simplement gardé le silence. Il ne lui avait pas dit ça pour faire plaisir à la jeune femme.

*Finalement, ce n'est pas de lui que tu te méfies. *


Numa ne comprenait pas et resta silencieuse, tant qu'à l'intérieur que l'extérieur de son être. Pour répondre aux attentes de son camarade, Numa lâcha sa jupe et alla poser une de ses mains sur la jambe du garçon, mais elle resta figée à quelques centimètres.
Ce n'était pas la première fois qu'elle était incapable d'avoir un contact physique, pourtant, elle avait déjà posé plusieurs fois sa main sur l'épaule de son camarade de classe. Son blocage était incompréhensible. Malgré cela, la jeune femme voulait montrer au japonais qu'elle resterait là si c'était son souhait. Mais elle se résigna et ramena sa main sur sa jupe immortalienne. Et comprenait les paroles de sa divinité. Peut-être qu’autrefois c’était les autres le problème, mais cette fois-ci, ce n'était pas Yuki le problème, c'était elle.
Doucement, à présent certaine qu'elle n'allait pas pleurer, la demoiselle releva la tête vers son camarade de classe. Son œil visible parcourue le visage larmoyant du japonais.

_Tu ne m'en veux pas ?

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Mer 24 Jan - 21:20



"Le malheur peut être un pont vers le bonheur."


Même si le silence semblait s’éterniser, Numa ne fit aucun geste qui montrerait un départ imminent. Je ne l’avouai pas totalement à Toueris, mais ce fut pour moi un soulagement. Mon intention n’était pas de l’utiliser comme protection, mais je ne pouvais pas m’empêcher d’avoir besoin de sa présence pour me sentir un peu détendu. Ma déesse me fit doucement part, sans insistance, que c’était une preuve que je commençais à m’accrocher à cette jeune femme, mais je ne le compris pas. C’était comme si j’avais développé un bloquage sur la signification de ces mots ou ces sentiments. En même temps, j’avais presque oublié ce qu’était espérer, ne le retrouvant que très récemment grâce aux bons traitements de l’infirmière.

Sur le coup de l’habitude, je portai mon poignet droit à mon visage pour essuyer mes larmes, mais je me rendis rapidement compte qu’avec l'attelle ce serait compliqué. Je plaçai donc délicatement le porte-clé dans mes doigts engourdis avant de passer ma main gauche sur mon visage mouillé de larmes. Pourtant, ce fut comme si cela n’avait servi à rien : d’autres suivirent comme si ce sentiment douloureusement bienfaiteur était trop difficile à supporter pour mon petit coeur meurtri. M’en rendant compte, je n’entendis pas ma binôme tenter de dire quelque chose, ce qui n’échappa pas à Toueris. Malheureusement, trop peu avait été prononcé pour connaître ses pensées et il était presque évident à ses yeux qu’elle n’en dirait pas plus. Elle ne m’en fit donc pas part pour éviter que je m’inquiète pour rien. J’avais déjà pas mal de choses à gérer pour le coup.

Petit à petit, alors que je profitais de la simple présence de la jeune femme, je sentis des frissons de plus en plus fréquents me parcourir. Certainement que ma maladie reprenait ses droits, passant au-dessus ma joie de voir une personne que je connaissais venir me rendre visite pour la toute première fois.

*Tu devrais te couvrir, Yuki. Il serait bête de faire une rechute maintenant.*

Bien trop pris par la contemplation de mon porte-clé que je ne voulais pas lâcher, je ne l’écoutai pas. Etait-ce encore une habitude dont j’avais des difficultés à me séparer ? Sans doute, mais ce n’était pas pour mon bien. A force de prendre si peu soin de moi ou de ne pas répondre aux appels de détresse que mon corps me lançait, j’allais finir par me retrouver encore plus mal que je ne l’étais déjà. Mais comment me l’expliquer de sorte que je comprenne ? Toueris commençait à manquer de mots, ne pouvant que m’observer de mon esprit.

Ce qui me tira de ma contemplation de mon tout premier cadeau fut la question de Numa : est-ce que je lui en voulais. Sur le coup, je ne compris pas du tout pourquoi elle me posait la question. Je la regardai donc quelques instants, incapable d’aligner quelques pensées, avant d’être repris par ma divinité avec douceur :

*Souviens-toi de ses excuses plus tôt.*

Mis sur la piste de la promesse, je secouai doucement et négativement la tête pour lui répondre avant de tenter de demander “pourquoi”. Malheureusement, cela réveilla ma toux grasse qui dormait jusqu’à présent, attendant le “bon moment” pour sortir. Les secousses que cela provoqua dans tout mon corps me fit mal, mais je n’en montrai rien alors que je me reposai à nouveau sur mes oreillers une fois calmé. J’eus quelques difficultés à reprendre mon souffle mais je n’en fis pas cas, préférant répondre à ma camarade de classe :

- Je préfère que tu ne te... retrouves pas face à eux…

Il était évident qu’elle avait deviné que j’avais des problèmes avec la bande de garçons. Et même si j’avais des difficultés à l’avouer, il ne servait à rien de cacher plus encore les choses à la jeune femme. Toueris, quant à elle, pensait qu’il y avait encore des restes du contrecoup du pouvoir de Nika, mais le garda pour elle.


(c) Yuki Nakamura sur Pensionnat Immortal

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je parle en en anglais en #0066cc, et en japonais en #0066cc.
Toueris maudit mes agresseurs en #cc0099

Prédiction des moires:
 

Merci pour ces merveilleux cadeaux, Numa ♥:
 

Thème de Yuki:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Jeu 25 Jan - 1:57
_Tu ne m'en veux pas ?

La jeune femme avait toujours le même visage impassible, ne laissant échapper aucune émotion. Même si parfois ça la peinait d’être aussi froide émotionnellement, il y avait des circonstances où elle était contente d’être ainsi. Cela lui donnait une certaine assurance, même s’il n’en était rien à l’intérieur. Mais c’était une barrière assez puissante pour la protéger et qu’on la laisse tranquille. Elle en avait assez de pleurer, elle l’avait déjà trop fait autrefois.

*Pleurer n’est pourtant pas un signe de faiblesse. Tout comme sourire. Tu trouves que Yuki est faible ?*

A ces mots, les yeux de Numa traversèrent le corps meurtri du jeune homme. Non il ne l’était pas. Il fallait être courageux et fort pour affronter ce qu’il endurait chaque jour.
Mais l’esprit du chien était assez injuste envers son hôte, le japonais non plus ne souriait pas. Ou du moins, peut-être souriait-il, mais Numa ne l’avait jamais vu sourire.
A quoi pouvait ressembler le sourire de Yuki ?

*A quoi ressemble le tient ?*

Là aussi, il était injuste. Elle lui avait montré une photo d’elle enfant, ça devrait compter tout de même. Cependant, l’esprit du chien voulait sincèrement voir le sourire de Numa un jour. Il l’imaginait souvent sourires, que le mouvement de ses lèvres arrondissant d’avantage ses joues, plissant le bas de ses énigmatiques yeux vairons avec délicatesse, laissant découvrir de jolies dents comparable à des perles blanches. Oui, dans les pensées de la divinité chinoises, le sourire unique de sa protégée devait être vraiment charmant et apaisant, tout comme sa voix lorsqu’elle chantait seule dans sa chambre. Une voix si douce et apaisante ne pouvait appartenir qu’à un sourire de même nature. Si sourire il y avait …

Lorsque l’œil printanier de la brune revint vers le visage du jeune homme, ce dernier se mit à tousser avec violence. Sa toux était grasse, comme si elle lui écorchait sa trachée, arrachant ses poumons. Yuki n’était donc pas seulement blessé, il était aussi malade. Il n’aurait jamais du s’endormir sans se couvrir. Même si l’infirmerie était à une température agréable, le corps se refroidissait en sommeil. Le jeune homme mit son temps pour évacuer sa gorges avant de se redressé avec difficulté. Illui répondit, faiblement :

_Je préfère que tu ne te ...  retrouves pas face à eux …

Si Yuki savait … Elle n’avait pas besoin de s’approcher de cette bande pour avoir des ennuis. La jeune femme n’était pas stupide, elle savait très bien que les rumeurs à son sujet ne pouvaient venir que de ces gamins. Elle ne comprenait pas leur but. Pourquoi s’en prendre à elle ? Juste parce qu’elle les avait remis à leur place ? Ou parce qu’elle trainait avec Yuki ? C’était si puéril !

*Peut-être que justement, parce que tu étais avec Yuki, ils ne venaient pas lui faire des misères.*
*Tu le penses ?*
*Je ne sais pas. En tout cas, tant que tu étais avec lui, il était tranquille. Mais qui sait ce qu’il se passait quand tu n’étais pas là ?*

Ça, seuls Yuki et Toueris pouvait le savoir. Mais l’idée d’être une sorte de bouclier, même temporaire, pour le japonais, mettait un peu de baume au cœur de la demoiselle. Peut-être que c’était faux, que sa présence auprès de son camarade n’avait absolument rien changé à sa situation, mais l’idée était plaisante.
Les yeux de Numa se baladèrent dans les prunelles du patient. Même si elle était encore bien triste dans son faible cœur, comme l’avait prévu l’esprit du chien, l’envie d’aider le garçon devint un sentiment qui prenait de plus en plus place dans l’âme de la jeune fille. Et cette idée d’avoir pu servir également.
Si Yuki lui disait cela, c’est qu’il essayait de la protéger, n’est-ce pas ?

*Erm, dans son état … Hôte moi d’un doute.*

Certes, le jeune homme ne pouvait pas faire grand-chose, que ça soit sur ce lit ou dans le couloir. Il n’avait pas le gabarit d’un garde du corps. Numa non plus. Une belle équipe de bras cassés.
La jeune femme se leva doucement et s’approcha de son camarade se classe en tête de lit. Sans dire un mot, Numa posa doucement le dos de ses doigts sur la joue froide du jeune homme avant de retourner sa main pour poser sa paume sur le front de se dernier, glissant ses doigts entre les mèches de cheveux du japonais.
Il semblait vraiment chaud. Mais la demoiselle compara ensuite avec sa propre température. Il était vraiment chaud.
Le regard de la jeune française balaya la pièce, à la recherche de quelque chose pour couvrir le malade. Il n’y avait pas grande chose dans l’infirmerie, du moins en surface, et la demoiselle n’osait pas ouvrir les placards, ça ne se faisait pas de fouiller.

_Rassure toi.

Répondit Numa pour la demande du jeune homme.
Elle se tourna vers lui et retira son manteau d’hiver qu’elle avait gardé sur le dos avant de le poser doucement sur le corps de son camarade de classe pour ne pas lui faire mal. Le manteau était déjà chauffé par le corps de la demoiselle et d’un confort très agréable. La fourrure sur la capuche était une très bonne écharpe dans cette position, et tellement doux qu’on aimerait s’y perdre.
Evidemment, le mieux aurait été de trouver une couverture, mais il faudrait mieux demander cela à l’infirmière lorsqu’elle reviendra.
Tout en bordant le jeune homme, la brune continua dans sa justification :

_Les garçons ne frappent plus les filles, arrivés à un certain âge.

Les garçons ne devraient jamais frapper les filles, mais la demoiselle en avait connu des vraiment idiots. La jeune femme essaya de se souvenirs des coups qu’elle prenait, enfant. Mais ce n’était rien en comparaison du reste. Ce qui l’avait longtemps marqué était ce garçon qui lui mettaient des insectes, ou des asticots, dans les cheveux. Au début elle en avait peur, puis elle a apprit à aimer ces bestioles, rejetés comme elle, mais cette compassion lui a valut le surnom de « bruxa »*, toute sa vie au Brésil.

Plongée dans ses souvenirs, Numa n’y avait pas fait attention, mais elle était vraiment près de Yuki et cela n’avait pas affecté sa bulle de confort.  C’était étrange, s’habituait-elle à sa présence ?
Celle réflexion la déconnecta un peu de la réalité et elle resta quelques instants comme ça, les mains sur son manteau qui enveloppait le jeune homme, le regard un peu perdue, son visage non loin du sien.

L’esprit du chien se mit à tousser pour ramener son hôte sur terre, bien que la situation l’amusait. C’était mignon l’adolescence.
Numa leva les yeux et trouvait que Yuki était vraiment près tout de même, si bien qu’elle pouvait voir ses iris dans le fond de ses yeux. La demoiselle se redressa d’un bond, comme si on l’a projetait en arrière.
Gõu ne put réprimer un léger rire. Il aurait été encore plus amusé si son hôte avait ressentit de la gêne plutôt que de la surprise.
Comme dit, cela surpris Numa qui recula jusqu’à son assise, sans pour autant s’asseoir.

_Pardon, j’avais l’esprit ailleurs.

____________________________________________________________________________

*bruxa > "sorcière" en Portuguais

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Jeu 25 Jan - 17:01



"Le malheur peut être un pont vers le bonheur."


Au final, que je sois encore sous l’effet du pouvoir de l’infirmière ou non, il n’en restait pas moins que j’avais émis une sorte de souhait que j’espérais se réaliser. Je ne savais malheureusement pas du tout ce qu’il se passait à l’extérieur concernant la jeune femme.

Cette dernière se leva pour s’approcher un peu plus de moi. Légèrement encore sur mes gardes, je l’observai, guettant le moindre geste qui aurait pu m’être nocif. Elle semblait très calme, posée et mûre. Malheureusement, je ne parvenais pas à lire ses intentions. C’est pour cela que j’eue comme un sursaut quand elle approcha sa main de mon visage. Celui-ci n’était autre qu’un mouvement de recul arrêté par les coussins sur lesquels j’étais allongé, me tenant dans un angle de 45 degrés environ pour que je puisse respirer plus facilement. Grâce aux oreillers, elle pu poser ses doigts froids sur ma joue avant de les lever jusqu’à mon front. Impassible, elle sembla chercher la comparaison avec le sien puisqu’elle posa sa propre paume sur son front, sous ses cheveux. Ce qu’elle put conclure ou penser, je n’en eus aucune idée. Cependant, j’avais plus ou moins compris qu’elle avait cherché à prendre ma température, comme l’avait déjà fait la maîtresse des lieux, un peu plus d’un mois auparavant.

Tournant sur elle-même, semblant comme inquiète, ma camarade de classe fit comme si elle cherchait quelque chose. Ne pas savoir de quoi il s’agissait me fit un peu peur. Heureusement, elle arrêta rapidement, se positionnant à nouveau face à moi pour enlever son manteau. Me demandant de ne pas m’inquiéter, elle posa ce dernier sur mon corps meurtri pour me couvrir en plus de la couverture colorée qui me tenait chaud jusqu’au tronc. C’était chaud et doux. Quoi que ces termes ne correspondaient pas tout à fait à ce que je pensais et ressentais. Les mots me manquaient. Toueris, toutefois, m’aida en me le confiant doucement :

*Réconfortant.*

Je ne connaissais pas son équivalent en japonais, mais je me promis de le chercher dès que possible, ma déesse ne connaissant pas ma langue maternelle. Je lui étais déjà reconnaissant de m’avoir donné la réponse que je cherchais. Au moins autant qu’envers Numa qui m’avait fait comme un second cadeau : celui de sa chaleur et du réconfort que je ressentais à ce moment-là. Je l’écoutai donc avec plus d’attention quand elle me fit part que les garçons ne frappaient plus les filles passé un certain âge. Certes, mais lequel ?

*Les garçons de cette époque sont bien puéril, je trouve… J’avais déjà eu l’occasion de m’en apercevoir avant de te rencontrer, mais jamais autant. Après tout, à mon époque, il existait un respect entre les personnes et une solidarité très jolie à regarder. Ah… J’aimerais tellement que tu aies cette vision d’ensemble que j’ai pu connaître.*

*Peut-être que c’est ton influence et celle des autres Dieux qui rendaient les gens comme ça… Non ?*
pensais-je en fermant les yeux quelques secondes pour profiter de la douceur du manteau de Numa.

*Oui, tu as peut-être raison. Mais j’espère que ce n’est pas que ça, sinon c’est triste pour les humains…*

Je ne compris qu’à moitié ce qu’elle voulu dire par là, tout comme le ton qu'elle venait d'utiliser. Je n’eu cependant pas le loisir de lui demander plus de précisions puisque la propriétaire du manteau qui me tenait chaud s’exclama soudainement qu’elle était désolée parce qu’elle avait ”l’esprit ailleurs”. Comprenant à moitié ce qu’il se passait, et ayant désormais les yeux ouverts, je l’observai en tentant de trouver une réponse. Elle s’était reculée jusqu’à sa place initiale sans pour autant s’asseoir. Puis… son visage était toujours pareil en me montrant pourtant un certain trouble.

N’ayant aucune piste de la part de ma déesse, et n’osant pas faire d’hypothèse trop rapide, Je lui demandai timidement, la respiration toujours un peu sifflante :

- Je ne comprends pas… ce que tu as… … Pardon. Il y a beaucoup de choses… que j’ai du mal à comprendre…

A commencer pourquoi son amie et elle étaient allé me chercher sur le toit. Ou pourquoi elle m’avait offert un cadeau. La raison de sa présence à mes côtés… outre le fait que je lui avais demandé de rester. Tout cela… C’était nouveau pour moi qui avait vécu dans une terrible solitude. Penser que cette dernière n’était pas légitime m’était bien trop douloureux. Et le déni qui en résultait était, inconsciemment, la cause de mon incompréhension pour beaucoup de questions que je me posais.


(c) Yuki Nakamura sur Pensionnat Immortal

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je parle en en anglais en #0066cc, et en japonais en #0066cc.
Toueris maudit mes agresseurs en #cc0099

Prédiction des moires:
 

Merci pour ces merveilleux cadeaux, Numa ♥:
 

Thème de Yuki:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Jeu 25 Jan - 21:02
_Pardon, j’avais l’esprit ailleurs.

L’esprit du chien continua de se moquer gentiment, alors que Numa ne bougeait pas de sa place, se demandant si sa bulle de confort avait rétrécie, ou était-ce simplement avec Yuki puisse qu’elle avait le désir de le protéger en plus de l’apprécier ? Beaucoup de questions se bousculèrent dans sa tête. Des questions auquel elle n’avait pas de réponse et était certaine que l’esprit du chienne répondrait pas, voulant qu’elle apprenne par elle-même. C’était assez injuste … Il ne servait vraiment à rien ct esprit.

*Je t’entend …*

Le jeune homme mit fin au silence, la voix encore faible par rapport à sa maladie

_Je ne comprends pas … ce que tu as … … Pardon. Il y a beaucoup de choses… que j’ai du mal à comprendre …

Le regard de la brune se tourna vers celui du jeune homme. Son visage demeura sans expression et son corps également. Il devait la trouver étrange compte tenu de ses réactions. Tantôt elle s’approchait de lui, tantôt elle le fuyait. Ce n’était pas de sa faute, à croire qu’il y avait une force mystique qui l’empêchait de se rapprocher des autres.

La demoiselle finit par s’asseoir et chercha le meilleur moyen de s’exprimer envers son camarade. Il lui fallait des mots simples, sans image, pour qu’il comprenne. Mais c’était difficile pour la jeune femme de s’exprimer sans utiliser de métaphores, de comparer les sourires à la douceur d’un soleil caressant votre visage en automne, comparer les bruits de pas à des petites cloches plus ou moins puissantes, et même comparer la chaleur d’une main aimante à une délicieuse tasse de chocolat chaud durant un hiver glacé.

Mais pour cette fois Numa allait essayer d’être le plus clair possible. Elle répondit à son camarade avec sa voix naturellement douce et calme :

_Tu as le droit de ne pas comprendre.

Numa réfléchit encore un cours instant avant de retirer sa bague noir  et la placer dans le creux de sa main. Elle tendit la main vers Yuki pour qu’il voit ce qu’elle allait faire.

_Imagine que nous avons tous une bulle autour de nous.

Numa s’arrêta en montrant sa paume de main en désignant « une bulle » et sa bague pour désigner « nous ».

_C’est notre zone de confort. C'est-à-dire, la distance entre toi et les autres pour te sentir à l’aise. Certain en ont une plus petite que d’autre, dit-elle en refermant sa main, Sheila en a une petite par exemple, c’est pour cela qu’elle n’a pas de mal avec la proximité.

Numa s’arrêta un instant, pour que  le jeune homme assimile et également pour elle, toujours incapable de faire plus de trois phrases à la suite. Ppf, Minable.

_Alors que certaine personne en ont de plus large, continua la jeune femme en ouvrant grand sa main, et donc on besoin de plus d’espace entre les autres pour se sentir à l’aise.

Ayant terminé ses explications, et espérant que le jeune homme ait compris ce qu’elle voulait dire, Numa remit immédiatement sa bague, ayant trop peur qu’elle tombe et de la perdre. Peut-être que Yuki la prendrait pour une folle à présent, mais elle ne pouvait pas le laisser sans explication à son comportement pour le moins étrange. La jeune femme conclut tout de ses explications :

_La mienne est assez large. Alors, je ne me sens pas bien lorsque je suis trop prêt de quelqu’un.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Ven 26 Jan - 4:53



"Le malheur peut être un pont vers le bonheur."


La jeune femme finit, au bout de quelques instants, par s’asseoir à nouveau là où je l’avais trouvée à mon réveil. J’en profitai pour détacher mon regard d’elle, regrettant de ne pouvoir observer plus encore mon porte-clé toujours dans ma main sous le manteau. Après tout, je ne voulais plus quitter cette chaleur et cette émotion qui m’enlaçaient avec une douceur que je n’avais pratiquement pas connue. Certainement même pourrais-je dormir ainsi. Mais trouverais-je les choses telles qu’elles étaient là à mon réveil ? J’en doutais fort.

La voix douce de la jeune femme déclarant que j’avais le droit de ne pas comprendre me fit tourner à nouveau la tête vers elle. J’étais surpris par les paroles qu’elle était la première à me dire. J’avais le droit… ? J’avais tellement l’habitude qu’on me dise le contraire que c’était étrange d’entendre ça. Mais pour éviter de l’inquiéter, et pour essayer de comprendre ce qu’elle me dis par la suite, je cachai cette émotion de plus en plus fréquente.

Avant de commencer à m’expliquer que nous avions tous une bulle autour de nous, elle avait enlevé une des bagues qu’elle portait au doigt et la posa dans le creu de sa main. Ainsi, cela devait représenter une personne dans une bulle, ce que j’eus très peu de difficultés à comprendre, jusque-là. Et malgré que certains mots m’échappèrent, je saisis assez bien ce qu’elle voulu m’expliquer, surtout en me donnant des exemples avec des personnes que nous connaissions. Un doute, cependant, vint me turlupiner. Je vérifiai rapidement que nous ne soyons pas en présence d’autres personnes, et reportai mon attention sur ma camarade pour lui demander :

- C’est… un peu comme ma barrière ? Ou c’est différent ?

*Ta barrière est un pouvoir que je t’ai donné, pas une bulle qui définit plus ou moins la proximité que tu as avec les autres qui t’entourent.*

*... Je ne suis pas sûr de tout saisir…*

*Comment t’expliquer ça simplement… ? Mmh… Pourrais-tu me dire si tu préfères être près ou loin des autres ?*

*Loin… je suppose.*

*C’est parce que ta bulle est grande, comme celle de Numa. Pourtant, ta barrière n’est pas plus grande que toi, te permettant de bouger dedans sans être à l’étroit, mais plus petite que la bulle que tu mets entre toi et les autres. Comprends-tu ?*


Encore une fois, une part de déni vint s’interposer entre la compréhension et moi. Regardant devant moi, ou plutôt dans le vide, je fronçai les sourcils légèrement sous le poids de la réflexion sans queue ni tête. Après tout, j’étais encore persuadé que ma barrière était ma zone de confort, ne serait-ce parce qu’elle était bien plus sécuritaire qu’une bulle imaginaire. Ma déesse avait beau tenter de prétendre le contraire, m’expliquant que c’était plus une distance qu’on mettait entre les autres et nous, je ne voulais pas le voir de cette manière. Peut-être que penser le contraire de ce à quoi je me persuader me terrifiait. Après tout, cette bulle sans limite fixe ne m’avait pas protégé, que ce soit dans mon enfance, ou encore aujourd’hui.


(c) Yuki Nakamura sur Pensionnat Immortal

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je parle en en anglais en #0066cc, et en japonais en #0066cc.
Toueris maudit mes agresseurs en #cc0099

Prédiction des moires:
 

Merci pour ces merveilleux cadeaux, Numa ♥:
 

Thème de Yuki:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Ven 26 Jan - 23:41
_La mienne est assez large. Alors, je ne me sens pas bien lorsque je suis trop prêt de quelqu’un.

Après les longues explications de la demoiselle, Yuki prit un instant de silence et son regard se balada dans la pièce. Cherchait-il l’infirmière ? Mais Numa comprit bien vite que ce n’était pas le cas, lorsque son camarade de classe demanda, toujours aussi timidement :

_C’est… un peu comme ma barrière ? Ou c’est différent ?


Instinctivement, la jeune femme aurait voulu dire « oui » mais Numa pesait ses mots et ses réflexions. Elle ne connaissait pas bien le pouvoir de Yuki mais elle en avait assez vu pour comprendre que sa barrière avait pour but de le protéger et ne laissait entrer personne à moins d’être détruite.
Finalement, Numa hocha la tête de gauche à droite négativement.

_Ta bulle de confort ne te protège pas. Elle n'empêche pas les autres d'y entrer et t'approcher contrairement à ta barrière qui est unique.

Numa s’arrêta un moment, portant ses fins doigts à la mèche qu’elle avait placé près de son œil gauche pour la faire passé derrière son oreille et ainsi dégager sa joue rebondit par son jeune age. Ce qui n’empêchait pas quelques mèches plus haut de venir à la rencontre de son seul œil visible. Il y avait décidément beaucoup de matière sur cette petite tête.
Puis, la demoiselle reprit, toujours aussi calmement :

_La zone de confort varie également par rapport aux autres. Plus tu apprécies une personne, moins sa proximité sera une gêne.

La jeune femme prit une nouvelle fois le temps de réfléchir, cette fois elle pencha la tête sur le coté, les yeux perdue dans le vide à la recherche de bons mots. Il serait compliqué de parler de famille, d’amis, de collègues, étant donné qu’elle ne connaissait pas vraiment la vie de Yuki et qu’elle-même n’avait pas forcement d’exemples.
D’ailleurs, elle aimerait bien connaitre l’histoire de ce jeune homme, un jour …

_Si tu aimes les chiens, ça ne te gênera pas de le caresser. Alors que si tu n'aimes pas les araignées, plus tu seras prêt d'elle, plus tu seras mal à l'aise. Et ça vaut aussi pour les humains.

Numa observa un moment son camarade bordé dans son manteau d’hiver. Il avait l’air de profiter. Même si Yuki n’était pas très expressif, en tout cas beaucoup, beaucoup plus que Numa, il avait l’air d’apprécier.
Soudain, l’esprit du chien se manifesta, lui qui était resté silencieux durant toute les explications de son hôte pour son camarade de classe.

*Professeur.*

Ce a quoi Numa ne comprit pas vraiment ce que voulait dire sa divinité qui dû donner quelques explications.

*Si tu ne sais pas quoi faire dans ta vie, fait professeur.*

*Prof de quoi ? Sur les zones de confort ?*
*Cela pourrait être intéressant. Et puis tu ne touches pas tes autres en étant derrière un bureau !
*Tu oublies que je parle peu, pas longtemps, que je suis timide et que je n’ai certainement aucune autorité.*
*Des détails !* ria l’esprit du chien, sachant parfaitement que Numa avait raison

La demoiselle se concentra de nouveau sur le monde réelle et termina de répondre au jeune homme.

_Ce que je veux dire, c'est que cette bulle n'est pas matériel et c'est surtout un ressenti au fond de toi.

Numa trouvait qu'elle parlait vraiment beaucoup. La jeune femme n’était vraiment pas habituée à avoir autant de conversation, mais elle n’allait tout de même pas laisser son camarade de classe sans réponse. Si cela pouvait l’aider à comprendre les autres, mais également à se comprendre soi-même, elle ne pouvait pas passer à coté de ça. Numa savait pertinemment qu’elle avait encore tellement de choses à apprendre et comprendre sur les relations humaines, sur elle-même et sur le monde qui l’entourait. Mais le peu qu’elle savait, Numa était contente de le partager. Tout ces mots valait bien ses silences de tantôt.
Etrangement cette conversation allégeait son cœur, même si Numa s'en voulait encore énormément d'avoir abandonné le jeune homme au moment où elle aurait du être la pour lui. Et cette pensée lui serra le cœur mais elle se garda de replonger dans ses noires pensées. La conversation semblait mieux tourner, ce n’était pas le moment de repartir dans une longue méditation.

Numa regarda le papier cadeau qui avait abrité le petit porté clé. La jeune femme n’allait pas dire à son camarade qu’elle avait passé beaucoup, beaucoup de temps dessus. Elle était plutôt douée en couture, mais surtout en broderie, alors faire de jolies peluches n’étaient pas forcement évident, surtout pour cacher les fils après le rembourrage. Heureusement qu’il y avait les joies d’internet pour aider dans ces moments là.
Elle espérait tout de même que ça lui a fait réellement plaisir, outre le fait que ce soit son premier cadeau. Qu’il l’aime sincèrement et pas seulement symboliquement. Mais elle n’allait pas le lui demander, ne voulant pas entendre un « oui » pour lui faire plaisir.

*Je ne comprendrais jamais pourquoi tu penses que les personnes te complimente parce qu’ils ont pitié de toi. Ils reconnaissent ton talent et des efforts, tout simplement.*

Numa ne continua pas la conversation sans fin qu’entrainais son manque de confiance en elle.

_Il ne faut pas que tu ais peur de poser des questions lorsque tu ne comprends pas. Aucun être au monde ne sait tout. Même nos divinités.

*Je t’entends toujours … Ne me fais pas passé pour un idiot je te prie. La seule chose que je ne comprend pas dans ce monde c’est toi.*

Merci, c’est plaisant …

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Sam 27 Jan - 17:10



“Le malheur peut être un pont vers le bonheur.”


A peine Toueris eut-elle le temps de terminer ses explications que celles de mon interlocutrice de base vinrent compléter celles que je venais d’avoir. Tout comme la première l’avait décrit, ma barrière et la “zone de confort” étaient deux choses totalement différentes. Le mot “unique” vint confirmer le fait que ma barrière n’était autre qu’un pouvoir qui m’appartenait, et rien d’autre tandis que les exemples me firent mieux comprendre ce qu’était que la bulle de confort, celle qui nous faisait être plus ou moins proche des autres.

*Mais… dans ce cas, si sa bulle est grande… comment ça se fait qu’elle fut si proche de moi il y a un instant ?*

*Eh bien, on peut dire que tu viens de répondre à une des questions que tu te posais, à savoir la raison pour laquelle elle semblait si gênée.*


Bien que mes idées soient plus claires que quelques temps plus tôt à cause de la douleur et la fièvre, il me semblait que certaines explications me soient hors d’atteinte. Après tout, même si je venais de comprendre la différence entre le ressenti exprimé par ma camarade et mon pouvoir, le fait qu’elle se soit approchée de moi pour ensuite en ressentir de la gêne ou de l’inconfort m’échappait totalement. A cause de cela, je me mis à réfléchir longuement. L’égyptienne me laissa tout simplement faire, pensant simplement qu’elle ne pouvait pas m’aider plus que cela puisque certaines réponses devaient se trouver seules.

Le silence qui suivirent les questions devait être bien long puisque le jeune femme finit par déclarer qu’il ne fallait pas que j’ai peur de poser des questions quand je ne comprenais pas quelque chose. Elle soutenait que personne ne pouvait tout savoir, pas même nos divinités. Je n’osais pas trop imaginer comment aurait pu être pris cette déclaration si cela avait été un autre Dieu que le mien… Toueris, après tout, était assez d’accord avec elle, qu’elle aussi apprenait encore certaines chose, comme le japonais par exemple, à travers mes pensées. Mais le sien ? J’avais un peu peur que cela le mette en colère, mais en ne voyant pas de changements flagrants chez ma camarade, et parce que ma divinité me rassura quelque peu sur la question, je revins sur la question initiale. A savoir, le fait de poser une question en cas d’incompréhension.

*Dire… qu’on me l’avait toujours interdit…*

*Que se passe-t-il Yuki ?*

*Je… je n’ai pas envie d’en parler…*


Encore et toujours, j’évitais ce sujet plus qu’épineux pour mon pauvre coeur. De ce fait, je ne sus quoi répondre à ma camarade de classe par rapport à tout cela. Je pire étant que je ne savais pas comment engager une conversation.

*Un jour, il faudra bien que tu regardes les choses en face et accepte ce qu’elles sont. Que cela te plaise ou non.*

Un jour, oui. Quand je serais prêt et non en train de chercher un moyen de fuir mon passé par tous les moyens. Que cela soit possible ou non.

Longtemps, je ne parvins à parler. Caressant la peluche sous le manteau de la jeune femme, je tentais de me changer les idées en pensant à ce qu’elle représentait et ce que cela ferait d’avoir un compagnon à quatre pattes à mes côtés. Je ne parvins cependant pas à briser le silence, trop habitué à ce dernier quand les cris et reproches, entre autres, ne me déchiraient pas le coeur toujours plus.


(c) Yuki Nakamura sur Pensionnat Immortal

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je parle en en anglais en #0066cc, et en japonais en #0066cc.
Toueris maudit mes agresseurs en #cc0099

Prédiction des moires:
 

Merci pour ces merveilleux cadeaux, Numa ♥:
 

Thème de Yuki:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Sam 27 Jan - 23:14
_Il ne faut pas que tu ais peur de poser des questions lorsque tu ne comprends pas. Aucun être au monde ne sait tout. Même nos divinités.

Le japonais demeura silencieux, comme toujours, certainement perdu dans ses songes. La demoiselle avait l’impression de soulever pas mal d’interrogations sur le jeune homme et sur elle-même. Yuki ne semblait pas bien se connaitre, ou du moins connaitre ses sentiments et ses émotions. Numa non plus. Il y avait tellement d'émotions qu'elle avait oublié depuis longtemps. Ils se ressemblaient un peu sur ce points. Deux âmes perdues sur Terre, ne sachant pas vraiment pourquoi elles continuaient d'avancer ...
Après quelques instants, Numa se rappela que sa divinité n’avait beaucoup apprécié sa remarque, alors, elle affirma, toujours calmement :

_J’espère ne pas avoir offensé Toueris avec mes mots. Dans ce cas, j'en suis désolée.

*Et moi, tu t’en moque ?*
*Toi tu n’es pas un dieu, mais un esprit qui a finit avant dernier de la course parce qu’il jouait dans l’eau.*

L’esprit du chien se mit à pester contre son hôte, ce qui amusait la jeune femme. Elle aimait beaucoup lui rappeler cette course céleste. Et le fait qu'il avait terminé avant dernier surtout. Il savait bien que malgré tout, même si elle se montrait indélicate envers lui, elle l’aimait bien dans le fond. Un peu comme des frères et sœurs.
En tout cas, l'esprit chinois était heureux que leur relation ait évolué, dans le bon sens. Au début c’était la guerre froide, maintenant c’est une équipe, presque, il y avait encore des ratés.

Les yeux de la demoiselle revinrent sur le jeune homme. Elle était contente de le voir si serein. Ou du moins, cette impression de le voir serein. Beaucoup plus détendu que les autres jours. Peut-être était-ce simplement la fatigue qui le rendait plus calme intérieurement, l’infirmerie où il était en sécurité, ou alors l’infirmière elle-même qui était tout de même un baume au cœur à à sa seule présence.

*Ou toi ?*

Numa cligna doucement des yeux en guise de réponse à son compagnon spirituelle. Elle aurait bien aimé, mais elle doutait fortement de sa capacité à apaiser les autres, malgré le fait que l’infirmière le lui avait affirmé lorsque la brune avait emmené Sheila ici.

Le regard de Numa dériva vers la fenêtre et se mit à contempler le ciel. A cette période de l’année il était vraiment clair, gris, blanc. Pourquoi les humains n’aimaient pas le ciel en hiver mais pourtant aimait le blanc ?
Il n’y avait pas beaucoup de contraste dans le ciel aujourd’hui, davantage d’estompes, comme si un des dieux céleste avait effleuré l’espace pour dégrader les nuages. Pourquoi personne ne voyait jamais la beauté des cieux lorsque le ciel n’était pas bleu ou orangé ? La voûte céleste était toujours belle, qu’elle soit de milles couleurs ou d’une seule. S’ils apprenaient à voir au-delà, ils comprendraient tous que le blanc est une suite de plusieurs couleurs, alors, que même blanc, le ciel était en fait un tableau coloré.

Numa dû se perdre longtemps dans cette immensité qu’elle ne pourrait jamais toucher. Cette pensée la désolée un peu. Et la brune eut de la difficulté à détacher son regard de la fenêtre pour revenir près de son camarade de classe. Lorsque ses yeux vairons revinrent sur lui, après un long silence qu’elle n’aurait jamais pu estimer temporellement, Numa avoua, toujours avec douceur :

_Un jour, quand tu seras prêt, j’aimerais beaucoup que tu me parles de toi.

Numa aurait voulu sourire à son camarade de classe, se doutant qu'elle touchait une corde sensible, mais son visage demeura impassible. Elle ne savait pas s’il la croyait alors qu’elle ne dégageait aucune émotion. Il était donc difficile de percevoir la vérité dans ses mots. Sans geste, sans expression, elle n’avait aucun moyen de prouver sa sincérité, et pourtant elle aurait aimé.
La jeune femme sortie son calepin et un stylo de la veste de son uniforme qu'elle portait et traça un arc de cercle avant de mettre le calepin devant sa bouche, dessinant un sourire sur son visage de poupée.
Peut-être que Yuki trouverait ça amusant.

*Hm … ton humour laisse à désirer, désolé de te dire ça.*

L’esprit du chien avait raison … malheureusement. Numa baissa le calepin jusqu’à ses genoux et le regarda un instant, un peu confuse par sa tentative un peu idiote. Puis, timidement, elle avoua :

_Je ne suis pas très … expressive … Mais ça me ferait réellement plaisir.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Dim 28 Jan - 0:11



“Le malheur peut être un pont vers le bonheur.”


Toute l’infirmerie était aussi calme qu’à l’accoutumée. Entendre les bruits devenus habituels m’apaisa un peu, me donnant légèrement envie de dormir. Toueris voulait m’encourager à le faire, ne serait-ce que pour que je puisse rattraper mes heures de sommeil perdues, mais elle n’en fit rien. Savait-elle que je refuserais totalement, quitte à me relever pour montrer que j’étais en forme ? Ou voulait-elle me laisser tout simplement tranquillement gérer mon temps comme je le souhaitais ? Je n’en avais absolument aucune idée. Après tout, je ne connaissais même pas ses intentions, bien trop perdu dans mes pensées et réflexions pour faire attention à ce genre de choses.

Heureusement, je ne le fus pas assez pour ne pas écouter ce que ma camarade de classe voulait me dire en reprenant la parole. Plus qu’une déclaration, cela sonna comme une requête dont une bonne partie fit monter en moi de grandes peurs. A vrai dire, c’était comme si le “quand tu seras prêt” avait été aspiré dans un trou noir, m’empêchant totalement de l’entendre. Le temps de silence qui suivit me fut suffisant pour voir la panique monter. Ce n’était pas bon, d’autant plus que cela m’empêchait totalement de réfléchir. N’entendant plus rien, la respiration plus rapide et sifflante qu’avant, je me relevai, faisant glisser le manteau de la jeune femme sur mes genoux, sans faire attention à mes blessures et encore moins à ma déesse me demandant expressément de ne pas me lever ainsi. Mon esprit était bien trop bloqué sur une idée fixe. Les larmes aux yeux à cause de la douleur à l’abdomen qui m’obligea à entourer ce dernier de mes bras, bloquant plus encore ma respiration, je tentai de prononcer une réponse plus ou moins intelligible d’une voix affaiblie par l’étouffement que je ressentais de plus en plus :

- Je… ne peux… pas… Ils vont… me punir *trr trr* Je ne dois… rien dire… Je dois… me taire… *trr trr trr*

*Yuki ! Rallonge toi ! Tu es en train de t’étouffer !*

Petit à petit, l’idée de devoir rentrer au Japon pour éviter de me faire punir parce qu’il allait être tard se fit dans mon esprit. Heureusement que je ne pouvais plus bouger d’un pouce malgré les supplications de ma déesse, sinon je me serais très certainement levé pour m’en aller. La douleur était trop forte à cause de ma position qui appuyait sur mes organes encore blessés, entre autres. Cela m’empêchait également de respirer longuement comme j’aurais dû le faire pour calmer ma crise de panique et simplement avoir de l’oxygène. Le pire était que je n’étais pas prêt à me laisser gentiment rallonger sur le lit. Non, j’’étais bien trop comme dans mon monde pour me laisser faire malgré tout le mal que je me faisais inconsciemment...


(c) Yuki Nakamura sur Pensionnat Immortal

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je parle en en anglais en #0066cc, et en japonais en #0066cc.
Toueris maudit mes agresseurs en #cc0099

Prédiction des moires:
 

Merci pour ces merveilleux cadeaux, Numa ♥:
 

Thème de Yuki:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Dim 28 Jan - 0:55
_Je ne suis pas très … expressive … Mais ça me ferait réellement plaisir.

La requête de Numa resta sans réponse. Elle s’en doutait, Yuki n’était pas très bavard comme garçon, mais ne pensait pas que cela allait donner suite à une réaction négative vis-à-vis de son camarade de classe.
Ce dernier repoussa le manteau de la demoiselle et se redressa, comme s’il allait se lever. Etait-ce raisonnable dans son état ? Il n’avait pas l’air très bien. Mais Numa n’était pas médecin, elle ne savait pas s’il était en état de se déplacer ou s’il devait rester allongé. Mais Yuki avait un souffle plus haletant, comme s’il était en train de faire une crise de panique. Que se passait-il ?

Le jeune homme commençait à avoir le regard humide en plus d’être perdu. Il semblait avoir un voile devant les yeux qui l’empêchait de voir où il se trouvait, déconnecté de la réalité, l’esprit vraiment ailleurs. Le blessé se replia sur lui-même, serrant vivement son abdomen.
Numa resta figée, ne sachant pas vraiment ce qu’elle devait faire et ne comprenant pas ce qu’il se passait. Elle voyait bien que le japonais n’allait pas bien mais sa réponse la terrorisa plus encore

_Je… ne peux… pas… Ils vont… me punir *trr trr* Je ne dois… rien dire… Je dois… me taire… *trr trr trr*

La phrase du jeune homme était coupée entre toux et autres maux.
Numa se leva vivement commença à tendre ses bras vers son camarade de classe, voulant l’étreindre pour le rassurer. Mais ne le fit pas. Sa maudite zone de confort l’en empêchait, comme une force divine. Le cœur de Numa s’accéléra en sentant la présence du jeune homme un peu trop près de son corps. Elle sentait l’aura de Yuki se glisser dans la sienne et venir coulisser le long de son être, lui offrant une sensation désagréable comme si on venait la couvrir d’une chaleur polluante, collante et désagréable.
Pourtant, si Numa devait dépasser ça, cette chose qui l’empêchait d’aller vers les autres, cette sensation d’étouffer, c’était le moment.
Mais elle n’y arriva pas.

Frustrée, se maudissant, mais inquiète pour son camarade de classe qui semblait s’étouffer en serrant son ventre, Numa alla poser sa main sur celle du jeune homme comme elle l’avait fait auparavant. Elle caressa la main maigre du garçon avec la même douleur qu’à leur première rencontre, alors que l’autre lui massait gentiment le dos, comme si ça pouvait l’aider à respirer.
Mais il n’y avait pas de secret, pour arrêter tout ça il fallait avant tout que le jeune homme se calme et n’appuie pas sur ses blessures. Mais comment faire ? Il fallait peut-être mieux chercher l’infirmière. Mais Numa ne savait pas où était partie cette dernière. Elle était seule avec le jeune blessé, sans connaissance médicale.

*Numa, je sais que c’est stressant, mais pense à Yuki avant tout, essaye de le calmer. Il faut qu’il se calme et qu’il se rallonge pour ne pas appuyer sur ses blessures sinon ça sera pire.*

Numa acquiesça pour sa divinité. C’était le moment d’être forte, et l’esprit du chien ne doutait pas du courage de son hôte. Elle lui avait prouvé à mainte reprise qu’elle était digne de confiance.
La demoiselle se mit le plus proche de Yuki, aussi proche que sa zone de confort le lui permettait. Pour elle s’était déjà vraiment proche, elle pouvait sentir son odeur de vanille avec une pointe de santal qui rendait l’odeur du jeune homme assez unique. La française n’avait jamais fait attention à cette odeur de santal, pourtant, c’était bien avec cette distinction qu’elle reconnaissait le jeune lycéen dans les couloirs, entre milles élèves. Il n’y avait pas deux odeurs comme celle du japonais.
La brune respira calmement et parla au jeune home aussi doucement qu’elle le pouvait :

_Personne ne viendra te punir, je suis là pour te protéger. Je vais rester ici, avec toi, personne ne te feras de mal. Allonge-toi et tout ira bien.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Dim 28 Jan - 11:11



“Le malheur peut être un pont vers le bonheur.”


Bien trop apeuré par mes cruels souvenirs toujours plus nombreux et insistants, je n’entendis pas que ma camarade de classe se leva pour venir me rejoindre. C’est à peine si je remarquai sa présence à mes côtés. Mon envie de pleurer était retenue par la peur lancinante de me faire frapper, mais cette dernière augmentait toujours plus cette idée de rentrer chez eux. Il était évident que si je me levai maintenant je ne pourrais pas aller très loin. Ma déesse pensait même que mes jambes me lâcheraient dès que je les aurais tous deux posés au sol, mais je n’en avais cure. Je devais juste m’en aller.

Alors que j’étais en train d’étouffer sous la pression de la douleur, je sentis quelque chose se poser sur ma main libre de toute entrave. Je ne compris que c’était la main de Numa que lorsque cette dernière caressa la mienne doucement. Un contact doux familier qui me ramena lentement à la réalité. Ma crise de panique n’était toujours pas passé et la peur risquait de me rendre fou, mais je pus enfin voir et entendre ce qui m’entourait. Ainsi, je pus également remarquer qu’une autre main me caressait le dos, mais pas de la même façon que ce que j’avais déjà connu. La différence se ressentait dans la pression qui n’avait rien d’insistant. Doucement, je me mis à regarder s’il s’agissait de l’infirmière qui serait revenue en tournant seulement le regard, ne pouvant pas vraiment bouger, mais je me rendis rapidement compte que j’étais totalement seul avec Numa. Je compris donc assez facilement que c’était elle également. Mais pourquoi ? Qu’est-ce que ce geste signifiait ? Etait-ce comme avant malgré la différence ? Ou pas du tout ? Toueris, trop inquiète de me voir étouffer, ne répondit pas à ces questions, essayant de me faire allonger par la force de ses paroles… sans succès.

N’ayant pas la force de regarder la jeune femme aux yeux bleus, je tentai de faire plus attention aux bruits émanant d’elle tout en gardant une partie de mon attention sur ce qui se passait plus loin au cas où que le danger se pointerait. Je ne m’en rendais pas compte, mais j’étais dans le même état que lorsque j’avais fui l’infirmière, plus d’un mois plus tôt. Alors, quand elle se rapprocha de moi pour me parler avec douceur, sans aucune trace de pleurs dans sa voix, je sentis une sorte de soulagement couplé avec la tension qui crispait mes muscles. Un drôle de mélange en soi. Je passai au-dessus sur le coup pour comprendre les paroles qui m’étaient dites : Numa m’assurait que personne ne me ferait quoi que ce soit, qu’elle resterait avec moi et que tout irait bien, que je pouvais me recoucher. Sincèrement, je ne demandais qu’à la croire, mais ma méfiance devenue naturelle ne m’y aidait pas, tout comme la peur de revoir leurs visages tordus par la haine et la colère. Je tournai donc doucement la tête pour pouvoir regarder le seul oeil visible de ma binôme et lui demandai d’un voix étouffée, pratiquement inaudible :

- C’est vrai… ?

Cette fois, ma déesse s’était tut, espérant que les paroles de Numa parviendraient à me convaincre de me détendre. Elle savait à quel point j’étais tourmenté, mais elle ne souhaitait pas que cela mette un terme à ma vie qui venait à peine de commencer, que ce soit sur son point de vue de déesse, ou parce que je voyais enfin la vie différemment, petit à petit.


(c) Yuki Nakamura sur Pensionnat Immortal

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je parle en en anglais en #0066cc, et en japonais en #0066cc.
Toueris maudit mes agresseurs en #cc0099

Prédiction des moires:
 

Merci pour ces merveilleux cadeaux, Numa ♥:
 

Thème de Yuki:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Dim 28 Jan - 14:50
_Personne ne viendra te punir, je suis là pour te protéger. Je vais rester ici, avec toi, personne ne te feras de mal. Allonge-toi et tout ira bien.

Le jeune lycéen tourna la tête vers sa camarade de classe. Il y avait moins d’un mètre qui séparait leur visage et le cœur de la demoiselle accéléra davantage. La respiration de Yuki était court, faible, serrer dans sa gorges, mais Numa pus tout de même sentir le souffle de ce dernier jusqu’à son visage couleur de lune.

_C’est vrai … ?

Numa acquiesça lentement. Elle avait des gestes lents et délicats pour ne pas brusquer son camarade, mais également retenir son envie de se retrouver à l’autre bout de la pièce. Afin d’accompagner son geste, elle passa ses doigts sur la paume de main du blessé avant de l’englober. La main de Yuki était plus grande que la sienne, ce qui était logique parce que son camarade de classe était un garçon, mais Numa put tout de même l’envelopper, tout en continuant de la caresser tendrement de son pouce. Puis, la jeune femme répondit tout aussi calmement qu’à son habitude, mais tout de même avec plus de douceur qu’elle n’avait eut que pour le japonais :

_Oui.

*Numa, ne fais pas des promesses que tu ne pourras pas tenir. Ce garçon est encore sous la tutelle de ses parents ! Tu ne pourras pas les empêcher de ramener leur fils chez eux.*
*Si, je l’empêcherais de partir.*
*Et que feras-tu lorsque ton père viendra te chercher ?*

Numa se tut un instant. L’esprit du chien avait raison. Ils étaient tout les deux mineurs, et ce jusqu’à leur 21 ans en Irlande. Peut-être même au Japon. Mais elle n’allait pas laisser tomber maintenant, sans avoir commencé à se battre, sans avoir rien commencé. Elle n’avait peut-être pas la force physique d’arrêter qui que se soit, mais elle était pleine de volonté et trouverait le moyen, n’importe lequel, de protéger Yuki.
Elle l’emmènerait avec elle !

_Allonge toi Yuki. Repose-toi. Tu verras, demain, après demain, et les jours qui suivront, tu seras encore là. Je serais encore là, et l’infirmière sera là aussi.


*Il ne pourra jamais partir du pensionnat sans autorisation parentale, ça serait du kidnapping.*
*Alors je ne partirais pas non plus.*
*Numa … On sait très bien toi et moi, que si tu ne pars pas avec ton père lorsqu’il viendra te prendre, tu risques de ne jamais le revoir.*
*Je lui demanderais de rester à Galway. Je lui expliquerais tout. Il comprendra.*
*Lui expliquer qu’un garçon se fait massacrer par des enfants avec des pouvoirs, possédés par des divinités ?*
*Simplement que Yuki est un garçon qui se fait maltraiter par ses parents alors ne veut pas rentrer chez lui.*
*Ton père entrera en procès avec eux et ça sera pire. Ne me dis pas le contraire.*
*…*
*Tu es prête à te rendre malheureuse pour un garçon que tu ne connais que depuis quelques mois ?*

Numa devint très silencieuse et ses yeux d’une effroyable tristesse sur son visage resté inexpressif. Son seul œil visible était couvert d’un voile translucide, le rendant étincelant. Mais étincelant de chagrin.
Elle continua de regarder Yuki dans ses propres yeux noisette, sans toutefois le voir. Son esprit était ailleurs, ni avec Yuki, ni avec Gõu. Il était quelque par dans le ciel, au-delà des nuages, dans les étoiles.
Pourrait-elle se rendre malheureuse pour un garçon qu’elle venait à peine de rencontrer ?

Numa s'assit sur le lit, aux cotés du jeune homme, continuant à caresser sa main délicatement et le regarder dans les yeux.
Sans que sa voix ne s’enroule par l’émotion qui l’avait traversé, Numa termina, toujours aussi calmement et avec douceur :

_Je veillerais sur toi.

*Numa … est-ce par hasard … tu ne viendrais pas de penser à ta mère ?*

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Lun 29 Jan - 17:12



“Le malheur peut être un pont vers le bonheur.”


Mon visage n’était pas du tout loin de celui de ma camarade de classe. Cela aurait pu m’effrayer ou me faire paniquer, mais mon esprit était tellement tourné vers la grande possibilité que je puisse me faire punir que je n’y pensai pas du tout. Et tout ce que je souhaitais, pour le moment, c’était avoir la certitude que cela ne se ferait pas. Alors le fait que Numa acquiesce doucement en prenant pleinement ma main dans la sienne pour la caresser me calma encore un peu plus. Je ne fus malheureusement pas dans la capacité de me laisser coucher avant qu’elle me dise clairement que c’était vrai.

Doucement, je me laissai aller alors que la jeune femme m’aidait à me coucher à nouveau sur mes oreiller. Il m’était difficile de me détendre, la peur étant toujours présente dans mes entrailles endolories. Pourtant, je finis pas me poser en serrant la main qui enlaçait la mienne alors que l’autre était posée sur mon ventre. Mais elle n’y resta pas longtemps puisque je fus rapidement pris d’une quinte de toux destinée à me libérer les voies respiratoires. A la fin, je fus essoufflé, mais je pus enfin respirer correctement. Les yeux fermés pour profiter de l’air frais entrant et sortant de mes poumons, je les rouvris en entendant à nouveau la voix de ma camarade me proposant de me reposer. Suite à cela, elle tenta de m’assurer que j’allais rester ici, que je pourrais la revoir, tout comme l’infirmière.

Je ne savais pas quoi penser. Etait-ce la fatigue et la fièvre qui me rendaient aussi peu réactif ? Ou la peur tournait-elle encore en moi, me blessant toujours plus ? Non… il devait bien y avoir une autre raison. Mais quoi ? Qu’est-ce qui pouvait me mettre dans un tel état ?

*L’accumulation de petites choses, Yuki. La peur, la douleur qui vient de tes blessures, la maladie, la fièvre… Tout ça font que l’énergie que tu as dépensée était ta réserve et que tu as besoin de te reposer. D’autant plus que tu dors peu ces derniers temps. Peu et mal, ce qui joue aussi.*

Je n’avais pas envie d’avouer que Toueris avait raison. Pourtant, je ne pouvais nier que c’était bel et bien le cas. C’était à peine si je pouvais bouger plus que les muscles de mon visage, comme pour préserver mon énergie au cas où j’aurais encore besoin de tousser ou autres. Ainsi, je fis ce que je pus : observer ma camarade de classe qui restait près de moi. Elle semblait triste, comme si elle venait de penser à quelque chose de blessant. Mais quand elle reprit la parole, ce fut sans signe supplémentaire de cette tristesse, me faisant penser que j’avais dû rêver. Je me concentrai donc sur ses dires : elle allait veiller sur moi. Ce fut alors à mon tour de sentir quelques larmes passer enfin la barrière de mes yeux. Des larmes de tristesse, colère contre les personnes qui m’avaient fait du mal, mais aussi de joie de pouvoir, enfin, compter sur certaines personnes.

- Merci… Numa. Merci… fis-je en essuyant doucement mon visage.

En ramenant mon bras à sa place initiale, je me rendis compte que je serrais encore la petite peluche dans ma main. Je déserrai alors ma pris pour la regarder. Rien que cela me mis comme un baume au coeur sans que je comprenne pourquoi. Ma déesse, quant à elle, se garda bien de me donner une explication, pensant qu’il fallait que je me repose avant toute chose et que, de toute façon, j’allais certainement nier l’évidence.


(c) Yuki Nakamura sur Pensionnat Immortal

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je parle en en anglais en #0066cc, et en japonais en #0066cc.
Toueris maudit mes agresseurs en #cc0099

Prédiction des moires:
 

Merci pour ces merveilleux cadeaux, Numa ♥:
 

Thème de Yuki:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Lun 29 Jan - 18:19
_Je veillerais sur toi.

Par miracle, ou beaucoup de volonté, Yuki s’était enfin allongé et, après avoir toussé profondément, il réussit à retrouver une respiration convenable. La demoiselle s’approcha de lui pour ne pas quitter sa main lorsque que le jeune homme fut allongé, elle resta assise sur le lit et posa leurs mains sur ses genoux pour être dans une position confortable auprès du jeune homme.
Numa s’en voulait d’avoir déclenché tout ça avec son indiscrétion. Sa maladresse et sa franchise n’étaient pas de bon augure apparemment.

L’esprit du chien lui assura que c’était très bien, mais pas sur tout le monde. La brune aurait du sortir ce genre de phrase à Sheila par exemple. Il y avait des personnes qui avaient un lourd passé, comme elle, ou pire qu’elle. Tout le monde n’avait pas la chance d’avoir vécu une vie normale avec une famille aimante et des amis fidèle. Quelque part, la française avait la chance d’avoir un père aimant, bien que peu présent, et un ami qui l’a aidé à surmonté tout ça et qui est toujours là pour elle malgré la distance.

Yuki avait serré la main de sa camarade, comme si il se raccrochait à elle, se qui déclencha un sentiment étrange chez la jeune femme. Le même sentiment inconnu qu’elle avait ressentit plutôt et que l’esprit du chien refusait de lui expliquer.

Ne détournant pas les yeux de son camarade, la brune vit que ces sphères noisette se voilèrent de larmes qu’ils ne purent retenir.
Le cœur de Numa ne cessa ses montagnes russes. Même s’il y avait de la reconnaissance dans son regard, la demoiselle n’aimait pas voir les gens pleurer. Elle se sentait impuissante et responsable de ces larmes. Si elle avait adopté ce visage inexpressif c’était pour ne plus que les autres voient son chagrin, mais elle ne pouvait pas empêcher le peu de personne qu’elle appréciait d’en avoir.
Impuissance …

_Merci… Numa. Merci…

La jeune femme acquiesça sans trop de conviction. Il la remerciait, mais pour Numa, c’était sa faute s’il était dans cet état, et ne méritait aucun remerciement. Son visage demeura inexpressif alors que ses pensées la perdirent une nouvelle fois, ne remarquant pas que Yuki était entrain d’admirer son cadeau.
La demoiselle aurait aimé faire plus, comme remonter le temps et empêcher que son camarade ne se retrouve à l’infirmerie. Peut-être que sans cet événement ils n’auraient jamais eu ce moment de complicité. Mais à choisir, elle préférait le savoir saint, sauf et heureux, qu’être son amie.

*J’admire ton altruisme, mais tu devrais penser un peu à toi. Et peut-être que si tu donnais le choix à Yuki, il ne changerait pour rien au monde ce qui lui est arrivé, pour être avec toi aujourd’hui.*

Numa ne voyait pas cela ainsi. Qui aimerait se faire tabasser juste pour partager un moment avec une autre personne ?
Ainsi, l’esprit du chien lui rappela que si elle n’était pas montée sur le toit de son collège à cause de ses horribles enfants qui lui rendait la vie impossible, elle n’aurait jamais rencontré son meilleur ami. Changerait-elle son passé au prix de ne jamais rencontrer ce garçon qui a tant fait pour elle ?
Peut-être …
Mais pour l’esprit chinois, il était certain qu’elle n’aurait rien changé à ça.

Numa revint un peu sur Terre, vers Yuki, et ne savait pas quoi faire pour détendre le blessé. Ce à quoi sa divinité lui proposa :

*Caresse-lui les cheveux. Les humains aiment bien ça en général.*

La française ne savait pas trop, elle n’avait jamais fais ça avant, caresser des cheveux, même ceux de son meilleur ami, ni son père. Mais dans ses lointains souvenirs, elle se souvint que son père lui faisait ça lorsqu’elle était enfant, et c’était vraiment agréable.

Un peu hésitante, les doigts de la main libre de la jeune femme vinrent se loger dans les cheveux clairs du blessé, effleurant sa joue, se sachant pas vraiment où s’aventurer. Un de ses doigts avait rencontré une larme, mais elle n’y fit pas vraiment attention.
Les doigts de Numa dégagèrent délicatement les mèches rebelles sur le visage de Yuki jusqu’à son oreille et elle recommença le geste à la surface de sa chevelure. Il n’y avait que le bout de ses doigts qui touchèrent les mèches clairs. Les cheveux de Yuki étaient doux, comme le pelage d’un lapin. C’était plaisant de les toucher.
Numa n’arrivait pas à lire sur le visage de son camarade de classe s’il appréciait ou non ce geste alors la demoiselle ne le fut qu’une minute ou deux avant de ramener sa main sur le lit.

Ses yeux se dirigèrent vers leurs mains jointent, posées sur ses genoux, le regard toujours attriste malgré son visage fermé. Numa continua de caresser le blessé avec son pouce, se demandant encore ce qu’elle pouvait faire pour protéger le garçon.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Mar 30 Jan - 5:12



“Le malheur peut être un pont vers le bonheur.”


Lentement, je sentais la fatigue venir engourdir mon corps meurtri de douleur. Je ne voulais pas dormir, comme si je craignais que tout cela ne soit qu’un rêve et que la réalité revienne avec plus de force si je venais à fermer les yeux. Toueris tentait de me calmer et me bercer en chantant doucement un de ses nombreuses chansons que je ne me lassais pas d’écouter. Pourtant, ce n’est qu’après plusieurs minutes que le sommeil devint plus naturel pour moi tant je ne pouvais lutter. Les yeux se fermant doucement, je sentis bientôt quelques caresses dans mes cheveux, un contact doux qui me fit penser à l’infirmière, même si celui-ci était comme plus timide que le peu que j’en connaissais.

Toueris attendit patiemment que je sois endormis profondément, mes muscles relâchés grâce à la confiance que je portais à ma camarade. Ce qu’elle allait faire pourrait m’être fortement préjudiciable si cela venait à se savoir, mais elle avait confiance en cette jeune femme. Il lui semblait qu’elle ne voulait, en aucun cas, me faire du mal. Elle allait donc tenter de lui parler à travers mon corps, en me l’empruntant. Si je n’en savais rien, il serait plus difficile de m’en porter la faute, pensait-elle, puisque je ne pourrais que nier, vu mon caractère.

Lorsqu’elle eut le champs libre, elle prit donc lentement ma place. Son but n’était pas de me réveiller en forçant les choses, loin de là. De plus, elle craignait de créer un traumatisme de plus en me blessant de l’intérieur. Mieux valait l’éviter le plus possible. Doucement, mais sûrement, elle parvint à prendre une possession totale de mon corps et, ainsi, ouvrir les yeux. En voyant Numa, elle sourit doucement avant de prendre la parole pour se présenter et donner quelques explications :

- Bonjour, jeune Numa. Je suis Toueris, la déesse qui est en Yuki. Ne prend pas peur, je souhaitais te parler un peu, si tu es d’accord. Je laisserais à nouveau la place à mon petit protégé après. Je voulais profiter qu’il dorme enfin.


Est-ce que ses explications seraient acceptées par la jeune femme ? Sa possession totale serait-elle gardée secret ? Allait-elle pouvoir dire ce qu’elle souhaitait à la jeune femme aux yeux attristés ? Même une déesse pouvait avoir des doutes. j’avait toujours eut du mal à le comprendre, certainement parce que je n’avais jamais réellement cru en Dieu avant d’en voir un. Cela ne l’étonnait pas vraiment étant donné qu’aucune force divine ne m’avait aidé à m’en sortir. Non, seuls mes efforts et mon envie de liberté m’avaient poussés à subir des souffrances atroces pour enfin aller à Immortalia. Mais je savais pertinemment que ce ne serait pas éternel, qu’un jour ils allaient se lasser de l’absence de leur jouet et souffre-douleur, que j’allais devoir les suivre jusqu’au Japon. Je n’étais pas naïf au point de croire que j’étais totalement en sécurité ici.


(c) Yuki Nakamura sur Pensionnat Immortal

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je parle en en anglais en #0066cc, et en japonais en #0066cc.
Toueris maudit mes agresseurs en #cc0099

Prédiction des moires:
 

Merci pour ces merveilleux cadeaux, Numa ♥:
 

Thème de Yuki:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Mar 30 Jan - 14:45
Tout en caressant la main de son camarade de classe, la brune veillait. Elle sentait que le japonais sombrait peu à peu dans le monde des rêves. Il en avait besoin, c’était une évidence. Ce qui laissa un moment de répit à la jeune femme pour penser sans faire attention à ne pas engager de silence long et pesant comme elle savait si bien le faire.

Qu’est-il arrivé à Yuki pour qu’il soit si craintif ? Pour Numa il se faisait battre par ses parents, mais avait-il des parents au moins ? Ses grands-parents ? Son grand-frère ? C’était inévitablement quelqu’un en charge de lui et depuis longtemps pour qu’il développe une tel peur. Est-ce que Numa devait prévenir quelqu’un ? Son père ? L’infirmière ? Le directeur ?
Mais Yuki était un élève M, il n’était pas comme les autres à présent et la demoiselle ne pouvait rien confier à son père. Egalement, Numa n’avait pas confiance en ce directeur louche. Qui pourrait avoir confiance en un gars minuscule qui vous dit : « Estime-toi heureuse d’être en vie », lorsque vous vous réveillez dans une salle étrange et une voix dans votre tête ? Foutu vieillard !
L’infirmière c’était une autre affaire. Mais elle ne semblait pas avoir la maturité nécessaire pour agir en conséquence. Quel est donc le bon moyen  d’épargner Yuki, à moins qu’il ne reste à Immortalia jusqu’à sa majorité ?

Les questions sans réponses de la jeune femme durent cesser alors que Numa sentait de l’agitation au niveau de son camarade de classe.
Yuki ouvrit les yeux, sereinement. Les yeux de Numa s’ouvrir en grand alors qu’elle voyait se dessiner un doux sourire sur le visage de son camarade. Il avait un sourire si tendre, si doux, si … familier, attendrit, comme son père lorsqu’il la regardait. C’était vraiment étrange de retrouver un tel regard dans les yeux d’un adolescent. Malgré l’inexpression du visage dela lycéenne, son regard parla pour elle.
Le blessé finit par prendre la parole :

_ Bonjour, jeune Numa. Je suis Toueris, la déesse qui est en Yuki. Ne prend pas peur, je souhaitais te parler un peu, si tu es d’accord. Je laisserais à nouveau la place à mon petit protégé après. Je voulais profiter qu’il dorme enfin.

Numa resta figer un instant, bloquée entre ce qu’elle voyait et les paroles qui sortaient de la bouche du jeune homme. Puis, elle se leva vivement et s’écarta du corps du jeune homme, maquant de tomber en se cognant à son assise près du lit.

*Calme-toi Numa, ce n’est rien. C’est une possession totale.*

Une possession totale ? C’était vraiment étrange. La brune voyait que c’était Yuki, sans l’être. Enfin, si elle ne le connaissait pas elle ne verrait pas la différence.
Toutes griffes sortis, Numa se reprit doucement avec les explications de sa divinité. Ce dernier lui expliqua consciencieusement que la possession total n’affectait pas Yuki, que Toueris avait prit le contrôle de son être pendant ce que dernier se reposait, mais que Yuki n’avait pas disparut, ils avaient simplement échangé de passe tout les deux.
Rassurée, les griffes de la demoiselle redevinrent des ongles et elle exprima pour la déesse :

_V-vous ne devriez pas faire ça, si l’infirmière revient … le directeur … enfin … Yuki aura des ennuis si ça s’apprend …

*Ne me dis pas que tu es gênée parce que c’est une déesse que tu as en face de toi.*
*C’est Toueris ! Toueris ! La déesse de la fécondité ! Je parle avec une déesse égyptienne !*

L’esprit du chien grogna sans répondre. Il n’allait pas le dire, mais il était extrêmement jaloux. Numa semblait s’intéresser à toutes les divinités, sauf son panthéon. C’était trop demandé, un peu d’admiration et de reconnaissance ? Certes il n’était pas un dieu à proprement parlé, il n’était festoyé qu’une fois tout les 12 ans, mais tout de même !

_Je eum …

La demoiselle manquait de mots, comme si elle en perdait son anglais. Elle était à la fois étonnée, admirative, gênée et soucieuse pour Yuki. Tellement de sentiments qui se bousculaient dans son esprit, mais la brune allait devoir se reprendre, pour au moins aligner ses trois petits mots correctement.
Numa s’assit, mais assez loin du corps possédé du japonais, le regard fuyant de ce visage tendrement souriant qu’elle n’avait pas l’habitude de voir.

_Je vous écoute …

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Mar 30 Jan - 22:43



“Le malheur peut être un pont vers le bonheur.”


Toueris ne fut pas tant surprise que cela de voir son interlocutrice comme choquée par son apparition, voire méfiante. Elle fit donc preuve de patience, attendant des questions, des interrogations ou autres réactions qui lui permettraient d’échanger sans casse. Il ne manquerait plus que la possession se sache… Elle ne voulait pas qu’il arrive quelque chose à Yuki, mais il fallait qu’elle agisse un peu, pour son bien. Elle savait pertinemment qu’il ne saurait pas faire face à tant de nouveautés seul et elle voyait en Numa une alliée de poids.

La jeune femme n’avait vraisemblablement pas une meilleure maîtrise que moi de son pouvoir. La déesse avait déjà eu l’occasion de s’en rendre compte à travers mes yeux, mais la voir perdre le contrôle juste en découvrant la possession lui confirma encore plus ce qu’elle pensait. Patiemment, elle attendit que son interlocutrice se détende un peu. Elle la laissa même prendre la parole avant elle, ce qui s’avéra être une bonne idée. Etouffant son rire pour ne pas vexer la demoiselle, Toueris répondit sans penser que la divinité du chien pouvait parler en même temps qu’elle :

- Oui, je le sais, ne t’en fais pas. Je partirais si quelqu’un arrive, je te le promets.

L’attention qui m’était portée l’avait fortement attendrie, au point qu’elle eu du mal à se rappeler ce qu’elle souhaitait dire à Numa. Heureusement, cette dernière sembla avoir quelques difficultés à se remettre de cette rencontre inopinée. Grâce à cela, Toueris pu remettre en place quelques unes de ses idées et ainsi répondre à la jeune femme qui lui disait l’écouter :

- Avant toute chose, j’aimerais te remercier. Le fait que tu aies aidé Yuki, que tu viennes le voir, il ne te le dira peut-être pas de lui-même, mais il a énormément apprécié. Je dirais même qu’il t’apprécie beaucoup et je suis heureuse que vous ayez pu vous rencontrer.

A cause de mon corps malade, Toueris toussa un peu pour dégager mes voies respiratoires. Elle ressentait ma douleur et n’y était pas habituée de cette façon. elle eut donc un peu de difficultés à se remettre avant de reprendre :

- Je ne pense pas me tromper en pensant que tu ne lui veux absolument aucun mal, n’est-ce pas ?

En demandant cela, la déesse espérait pouvoir appuyer auprès de moi que ce petit bout de femme était mon alliée, que je pouvais lui faire totalement confiance. Certes, il semblait que je l’ai légèrement assimilé, mais elle souhaitait me faire passer outre mon déni, que j’accepte la réalité. Cela serait une épreuve ardue, mais loin d’être insurmontable à ses yeux. Il fallait juste de la patience et de la volonté. Elle pensait avoir les deux, mais en serait-il se même pour les personnes commençant à m’entourer ?


(c) Yuki Nakamura sur Pensionnat Immortal

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je parle en en anglais en #0066cc, et en japonais en #0066cc.
Toueris maudit mes agresseurs en #cc0099

Prédiction des moires:
 

Merci pour ces merveilleux cadeaux, Numa ♥:
 

Thème de Yuki:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Mar 30 Jan - 23:27
_Je vous écoute …
_ Avant toute chose, j’aimerais te remercier. Le fait que tu aies aidé Yuki, que tu viennes le voir, il ne te le dira peut-être pas de lui-même, mais il a énormément apprécié. Je dirais même qu’il t’apprécie beaucoup et je suis heureuse que vous ayez pu vous rencontrer.

Lorsque Yuki, ou plutôt la déesse Toueris, se mit à tousser, Numa eut un léger mouvement en avant, comme si elle allait l’aider à prendre une position plus confortable pour dégageait ses poumons. Mais lorsque la déesse s’arrêta, Numa se rassit de nouveau, bien au fond de son assise.
Même si c’était une déesse, elle était dans un corps humain et subissait donc les effets de ce corps. Mais, elle ressentait donc la douleur de Yuki ?

L’esprit du chien allait lui expliquer que même sans faire une possession totale, les divinités ressentaient les émotions et donc les douleurs de leur hôte. Mais étant des êtres supérieurs, ils étaient au-dessus de ça et savaient faire la part des choses entre leurs propres émotions et celle de leur hôte, à moins d’être très fusionnelle, ce qui n’était pas le cas de tous. Mais au moment de jouer le professeur, il se ravisa, laissant l’égyptienne parler.

_ Je ne pense pas me tromper en pensant que tu ne lui veux absolument aucun mal, n’est-ce pas ?

La demoiselle prit quelques instants sans bouger. Mais finit par, timidement, hocher la tête de gauche à droite pour signifier à la déesse qu’elle avait raison.
Exaspéré, l’esprit du chien grogna dans la boite crânienne de la jeune française :

*Je sais que c’est une déesse, ok. Mais à part moi personne ne peut lire dans ton esprit d’humaine, alors tu devrais parler. Tu sais, aligner des mots.*

L’esprit du chien semblait assez agacée, sans que Numa ne comprenne pourquoi.
Il ne faisait pas exprès, il était simplement jaloux. Après tout, il avait les caractéristiques d’un chien. C’était comme si il voyait son maitre se préoccuper totalement d’un autre compagnon, le délaissant. C’était peut-être exagéré, Numa ne pourrait jamais se délaisser de Gõu puisqu’il habitait son corps, mais c’était ainsi qu’il le ressentait.
Outre cela, l’esprit du chien avait raison. Déesse ou humain, Numa devait aligner des mots pour se faire comprendre.
La jeune femme prit une légère inspiration et parla de sa voix éternellement calme et douce :

_J’aimerais beaucoup l’aider et arranger les choses. Je me sens un peu responsable de son état actuel.

*Beaucoup responsable*

_Je l’apprécie beaucoup aussi. Même si je ne le montre pas forcement.

*Tss*

Numa arqua un sourcil pendant une fraction de seconde. Elle ne comprenait vraiment pas pourquoi l’esprit du chien semblait si irrité, pourtant, il devrait être heureux qu’elle exprime ce qu’elle ressent. Mais il allait devoir se calmer parce que son irritation commençait à lui donner des maux de tête.
L’esprit du chien, qui ressentait la misère qu’il faisait subir à son hôte, contre son gré, essaya de se calmer tant bien que mal.

Numa était bien jeune et ne connaissait rien de la vie finalement. Même si la française était intelligente et perspicace, elle ne pouvait pas comprendre ce que ressentait sa divinité car elle ignorait ce qu’était le sentiment de jalousie. Encore un sentiment qu’elle devrait découvrir sans que l’esprit du chien ne le lui explique.
Dans ces tristes moments, il songeait à sa petite Sasha et son ardoise. Même si elle ne parlait pas, au moins elle lui offrait toute l’affection et l’attention qu’il demandait. Mais ses songes s’arrêtèrent rapidement pour se concentrer sur son hôte, et agir en cas de besoin, bien que Numa étaient bien trop occupée avec la divinité égyptienne. Il aurait tout le loisir de penser à ses anciens hôtes dans d’autres circonstances, plus calme.

_Qu’est-ce que vous attendez de moi ? Je veux dire … même si je veux le protéger, je sais que je suis physiquement incapable de le faire.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Mer 31 Jan - 0:01



“Le malheur peut être un pont vers le bonheur.”


Dans un premier temps, la déesse ne put qu’observer son interlocutrice secouer la tête de droite à gauche doucement. L'intimidait-elle ? C’était possible. Après tout, ce n’était pas tous les jours qu’on pouvait parler à un autre esprit ou dieu que celui qui se trouvait dans sa tête. Toueris fit donc preuve de patience, attendant une réponse un peu plus constructive que celle-ci qui pouvait porter à confusion. Heureusement, quelques petites minutes à peine suffirent pour que la jeune femme exprime le fond de sa pensée, à savoir m’aider à aller mieux. Cependant, la responsabilité ne revenait pas forcément à Numa et la déesse eut du mal à savoir comment le lui exprimer. Elle se mit donc à réfléchir rapidement tout en écoutant son interlocutrice qui déclarait grandement apprécier son hôte.

- Je suis contente de l’apprendre, lui répondit-elle doucement.

Finalement, il fallut bien moins de temps avant que l’adolescente n’exprime son désir de faire quelque chose pour moi, sans savoir quoi. Toueris fut contente qu’on lui demande conseil, mais que pouvait-elle répondre ? Le monde était régi par bon nombres de règles qu’elle ne connaissait pas, si ce n’était la compréhension qui faisait défaut. Elle secoua donc à son tour la tête en répondant qu’elle ne savait pas avant de continuer :

- J’aimerais moi aussi pouvoir trouver une solution contre ces brutes qui martyrisent mon hôte, et contre ses parents également. Je suis malheureusement impuissante contre eux. Par contre, même si tu ne peux rien physiquement, le fait même de soutenir Yuki, de l’aider à avancer, c’est déjà énorme. Grâce à toi, Sheila et l’infirmière, il a retrouver un peu d’espoir. Du coup, je ne t’oblige à rien, mais si tu veux aider Yuki, à défaut d’autre chose, tu pourrais tout simplement être son amie.

La déesse fit une pause pour laisser le temps à la jeune femme d’intégrer ses paroles. Ce qu’elle demandait était encore moins facile que faire preuve de violence à ses yeux, mais son statut de déesse y était peut-être pour quelque chose également. Elle ne pouvait, finalement que garder espoir que les choses s’arrangent doucement.

- S’il parvient à avancer doucement, à trouver sa place dans ce monde et se rendre compte que le monde n’est pas aussi noir qu’il l’a toujours vu, alors il y a peut-être une chance pour qu’il s’ouvre enfin. Mais pour ça, il a seulement besoin d’un petit coup de pouce et d’un bon entourage.


Souriante, la déesse se voulut rassurante. elle savait qu’elle mettait un gros poids sur les épaules de la lycéenne, mais elle était peut-être la seule sur laquelle elle pouvait compter pour le moment. Puis, comme elle était amie avec cette joyeuse jeune femme rousse, peut-être lui en parlerait-elle pour être aidée ? Avec un peu de chance, mon entourage grandirait et les choses s’arrangeraient. Toueris ne pouvait que l’espérer de tout son coeur.


(c) Yuki Nakamura sur Pensionnat Immortal

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je parle en en anglais en #0066cc, et en japonais en #0066cc.
Toueris maudit mes agresseurs en #cc0099

Prédiction des moires:
 

Merci pour ces merveilleux cadeaux, Numa ♥:
 

Thème de Yuki:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Rives du Nil
Rives du Nil
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 193
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE] Mer 31 Jan - 11:34
_Qu’est-ce que vous attendez de moi ? Je veux dire … même si je veux le protéger, je sais que je suis physiquement incapable de le faire.
_J’aimerais moi aussi pouvoir trouver une solution contre ces brutes qui martyrisent mon hôte, et contre ses parents également. Je suis malheureusement impuissante contre eux. Par contre, même si tu ne peux rien physiquement, le fait même de soutenir Yuki, de l’aider à avancer, c’est déjà énorme. Grâce à toi, Sheila et l’infirmière, il a retrouvé un peu d’espoir. Du coup, je ne t’oblige à rien, mais si tu veux aider Yuki, à défaut d’autre chose, tu pourrais tout simplement être son amie.

La déesse Toueris prit un temps de silence. Même si la divinité égyptienne n’était pas Yuki, elle voyait tout à travers lui et à force, connaissait la jeune française, elle, et ce besoin de  latence entre ses réponses. Latence semblant apprécié par le japonais, surement par la barrière de la langue, mais également ce besoin de calme qu’il avait besoin.
Et cette latence ne donna suite à aucune réponse, alors la déesse maternelle poursuivit :

_S’il parvient à avancer doucement, à trouver sa place dans ce monde et se rendre compte que le monde n’est pas aussi noir qu’il l’a toujours vu, alors il y a peut-être une chance pour qu’il s’ouvre enfin. Mais pour ça, il a seulement besoin d’un petit coup de pouce et d’un bon entourage.

Numa écouta la divinité jusqu’à la fin. Mais ne répondit pas tout de suite. Ses yeux fuyants, à la fois intimidé et admirative, se balada un instant dans l’infirmerie, rassemblant les informations et les idées qui se bousculaient violement dans son esprit.

_Je …

Fut le seul mot que la demoiselle réussit à sortit de ses fines lèvres.
C’était la première fois qu’on lui « confiait » quelqu’un. N’ayant ni frère, ni sœur, Numa ne s’était jamais occupé que de plantes et d’animaux. Les êtres humains, c’était autre chose, c’était différent des animaux. Et par rapport aux animaux, Numa n’avait aucune autorité sur les humains, il ne suffisait pas les regarder méchamment de son 1m60 pour qu’ils arrêtent leurs bêtises.

Surtout, comment est-ce que la brune pouvait montrer un monde plus clair alors qu’elle-même avait tendance à plonger dans l’obscurité ?

Nume se mit à jouer avec ses bagues. Elle ne se sentait pas de taille. Elle-même avait plein de pensées noires, qui revenaient souvent à la charge. Elle savait les gérer, mais ce n’était pas bon d’en être hanté pour aider une autre personne.
Sheila, ou l’infirmière, c’était à elles  qu’il fallait demander ça. Pourquoi à Numa ? La petite française sans expression et incapable de prendre qui que se soit dans ses bras. Cette même petite demoiselle frêle dont les joues ont oubliés ce qu’était les plis d’un sourire, dont l’œil droit ne voit le soleil que par l’espace d’un rideau d’ébène.
Non, elle n’y arriverait jamais. Ne lui demandez pas ça, pitié …

Doucement, la main gauche de la demoiselle alla se joindre à son autre main. C’était l’esprit du chien qui se manifesta à travers son bras. Il ne fit rien d’autre, pour ne pas brusquer son hôte, laissant ainsi les doigts entremêlés.

*Tu n’es pas obligé d’accepter. Mais si tu le fais, je serais là pour t’aider. Je t’ai promis de ne pas t’abandonner. Tu te souviens ? Toi et moi, ensemble, on ira trouver tes rêves et tes désirs.  Et si tu désirs aider et protéger ton camarade, alors je t’aiderais.*

Numa se trouvait chanceuse d’avoir une divinité aussi bienveillante avec elle. Même si Gõu n’était qu’un esprit et que leurs caractères étaient diamétralement opposés, c’était un être remplis de bienveillance qui a toujours fais passé le bien-être de Numa avant celui des autres, mais également le sien. Il n’hésitait pas à se manifester lorsqu’il sentait le danger ou se taire lorsque la brune était irritée.
Numa n’avait pas compris autrefois, mais les paroles de l’esprit du chien étaient clair à présent. Il était un gardien, pas un guerrier. Peut-être était-il moins puissant que la plupart de ses compères, mais il était fidèle, courageux et d’une honnêteté sans faille.
Et la déesse Toueris ne demandait pas à Numa d’être une guerrière, mais bien une gardienne.

*Et tu feras une courageuse gardienne.*

Numa acquiesça, aussi bien pour Gõu, pour Toueris, mais aussi pour elle-même. Puis, elle s’exprima pour la déesse, toujours avec calme mais tout de même une pointe de détermination dans la voix :

_Je ferais de mon mieux pour honorerer la confiance que vous placez en moi.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Thème de Numa ::
 


Présentation ~ Journal ~ Liens ~
Téléphone

Numa se manifeste en : 3399ff et pense dans des : *étoiles*
Son compagnon omniprésent communique en : 000099
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Constellations d'Orient
Constellations d'Orient
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 220
Localisation : Quelque part en train de regarder le ciel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Promesse tenue ? [TERMINE]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Promesse tenue ? [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Une promesse tenue [Rakuzan Satochi]
» Une promesse non tenue...
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Tenue
» Plus d'espoir des retrouver des survivants de La Promesse Collège Evangélique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Pensionnat :: ◄ Rez-de-chaussée :: ► L'infirmerie-
Sauter vers: