AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


« La paix réside dans l'amnésie sélective. » [RP groupe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Pensionnat :: ◄ Rez-de-chaussée :: ► L'infirmerie
MessageSujet: « La paix réside dans l'amnésie sélective. » [RP groupe] Ven 12 Fév - 20:01


« La paix réside dans l'amnésie sélective. »

Ouvert à tout le monde ! :D



N'est-il pas étrange que tous les élèves se réveillent dans l'infirmerie, comme si une fête géante avait eu lieu et que tous décuvaient ? Oui, ça c'est le point de vue d'Auen. Vous vous attendiez à quelque chose de sérieux, réellement ?

Je chutais encore, je crois bien. Ou je croyais bien ? Je ne savais pas où je chutais en fait. J'étais juste là, en suspend dans ce vide, rien ne se reflétant dans mes yeux. Je me sentais juste lourd, terriblement lourd. J'avais envie de rien faire, juste de voir jusqu'où je pouvais tomber. J'aime bien ce type de paris suicidaires, ce n'est pas ma faute. Ni toi ni Amon étaient là. Rêvais-je ? Je suppose ? Il était étrange de me dire que je raisonnais dans un rêve, et j'en passe. Tête bien trop embrumée pour réfléchir. Je voulais juste clore les yeux et chuter. Ce sol allait-il enfin arriver ? Pourquoi me sentais-je si pressé de toucher la surface ? Ce rêve n'a aucun sens. N'y pense pas Auen, et fait comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes. Mes pensées elles-mêmes n'avaient aucun sens. Déconstruites, illogiques, je me sentais bien las. Incapable de réfléchir sans m'égarer. Et voilà que ça recommence. Ahlàlàlà, que je me désespè-. Un choc violent. Mon dos se brisant. Et une douleur, que je n'avais jusque là jamais connue qui se répandait dans tout mon corps en même temps que je crachais mes tripes sur mon haut. Mal. J'ai ma-


Je me tournais violemment sur le côté, glissant, avant de heurter sans aucune douceur une surface froide. Lâchant un léger râle surpris, je décollais mon visage du sol froid, tâtant de la main mon environnement, les yeux clignant. Ma vue n'était pas complètement ajustée, mais je reconnaissais parfaitement ce lieu. Je ne captais pas que j'avais emporté la moitié de mon lit avec moi dans la chute. Je ne captais pas même que je m'étais lamentablement écrasé au sol dans une telle discrétion que même les étages supérieurs auraient pu m'entendre. Le lieu, donc ? Qu'est-ce que je fichais à l'infirmerie, avec une gueule pareille ? Ma tête me faisait encore mal, et bien plus que d’habitude. Était-ce la faute de l'autruche ?

« Eeeeh ! Je ne te permets pas Auen ! L’autruche elle a un prénom ! Et non ce n'est pas moi cette fois ! »


Baisse d'un ton l'autruche, tu m'éclates les tympans. Je poussais un râle éreinté, enfin debout sur mes deux jambes, me massant l'arrête du nez. J'avais tout bonnement la sensation de décuver. J'avais fait la fête récemment ou bien ? Peut-être pour fêter la validation de mon premier semestre ? Ouais, c'est bien mon genre. Je laissais mon cerveau s'éveiller tranquillement, remettant bien la couverture et les affaires que j'avais foutu parterre dans ma chute. Je constatais alors que je n'étais pas le seul boulet qui devait décuver. On était combien là dedans ? Le pensionnat avait organisé une soirée pour une gueule de bois collective ? Ou… Je fronçais légèrement les sourcils.

« Tsk, tsk, ce n'est pas moi, si tu y penses, Auen. ~ »


Tu ne changes pas. Toujours aussi aimable au réveil, mon cher. Ça me rassurait de savoir que tu n'étais pas coupable, mais d'un côté… Je trouvais ça étrange autant de malades d'un coup à l'infirmerie. Je n'avais jamais vu mon lieu de travail aussi blindé. Perturbant, réellement. Je soupirais, me passant la main dans les cheveux, perplexe.

« Oh, Auen tu es réveillé ? »

Cette voix. Je pivotais sur moi-même, voyant Nika, ou l'infirmière, voyez ce que vous préférez, qui me faisait face. Elle semblait légèrement mal à l'aise comme d'habitude. Je souriais, quelque peu nerveux. Je n'en revenais toujours pas que j'étais son stagiaire. Elle était parfois… Une enfant. Mais elle avait cette douceur avec les patients. Et à voir son visage fatigué, la pauvre n'avait pas dû chômer avec tous ces malades. Et à présent ça me revenait.


Ça faisait un moment qu'on était tous là, en fait. Je me souvenais que Nika m'avait demandé de me reposer. Pour je ne sais quelles raisons. Juste que mon corps était… Aussi endolori que ce jour là. Quand bien même je n'avais pas la moindre sensation de gêne, je m'étais plié, voyant qu'elle s'affolait déjà que je n’écoute pas. Je conservais un sourire fatigué, la lorgnant.

« Tu sembles complètement à plat, je me trompe ? Tu veux de l'aide pour quelque chose ? Une grippe virulente, pour que l'on soit tous ici ? »

Je riais légèrement, prenant un ton taquin pour la rassurer. Elle était exténué. Et pour avoir travaillé bon nombre d'heures avec elle, quand la miss était fatiguée, elle en devenait encore plus anxieuse. Elle soufflait doucement, ses épaules s'affaissant.

« Peux-tu vérifier qu'ils vont tous bien ? »


J'affichais un sourire compatissant. Même son ton de voix semblait défaillant. Je n'avais qu'une seule envie : lui dire d'aller dormir un peu. Mais un stagiaire dire à la patronne de faire ce qu'elle doit faire, c'est un peu… Tâche. Je ne répondais alors, rien, tournant les talons pour aller vérifier l'état de chacun ici.

« Tu devrais être un peu plus respectueux avec elle, mec. »

Que me voulait encore l'autruche ? Je sais être poli, mais la miss ne semblait pas plus embêtée que je la dénomme comme tel. J'avais bien essayé la manière polie, elle était bien plus embarrassée. Je ne connais pas toutes les têtes présentes. Seulement deux-trois. Il y avait le terrorisator, le rouquin, et cette fille… Yuuki, je crois ? Préférant m'occuper du terrorisator en dernier, je me dirigeais vers le rouquin, qui semblait pas dans son assiette. Nika semblait s'être occupé de ses blessures.


Dont j'étais l'auteur. Un pincement. Prenant son pouls, je pensais à lui poser une serviette humide au front. Il faisait peine à voir. Je ne me permettais pas de l'éveiller, je jugeais que ce n'était pas la meilleure chose à faire. Venait le tour de Yuuki, qui semblait dormir comme un loir. La secouant délicatement, je m'arrangeais pour la sortir du monde des songes en douceur. Restait un dernier cas, avant de m'occuper des autres. Le Terrorisator. Élargissant un sourire amusé, je venais à son chevet remarquant qu'elle semblait cauchemarder, ou avoir un sommeil des plus agités. La réveiller trop brusquement ne serait pas bon pour elle. Mais la laisser comme ça aussi… Je ne demandais rien à Nika, voulant lui laisser un peu de répit. J'allais faire sur le tas. Je restais juste à ses côtés. Je crois qu'un contact avec elle, et le réveil lui serait bien désagréable.

« T'es soucieux en fait, Auen, avoue. »


Tsss. J'ignorais l'autruche, me contentant de parler au Terrorisator, espérant que ça suffirait à la faire réagir sans trop de mal pour elle.

« Eh, le terrorisator, calmes-toi, ce n'est qu'un mauvais rêve. »

Je gardais un ton calme. J'essayais, j'essayais vraiment de faire qu'elle ne se secoue pas trop. Je me décalais alors, regardant le reste de la salle. J'allais avoir du boulot aujourd'hui. Ah, si au moins c'était une gueule de bois généralisée.

Pour les gen-gens ♥:
 

Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « La paix réside dans l'amnésie sélective. » [RP groupe] Ven 12 Fév - 20:30


« La paix réside dans l'amnésie sélective. »

Ouvert à tout le monde ! :D



Génial. Un regroupement scolaire, dans l'infirmerie. Vous ne voulez pas me servir tous ces élèves sur un plateau, si ?

La douleur. La peur. La douleur. La peur. Le sang. La terreur. Le sang. L'effroi.

Des cris.

Un monde jonché de cadavres, leur sang se répandant sur la chaussée, sur les vitrines des magasins, sur le béton blanc de ces villes. Un monde jonché de cadavres, aux corps méconnaissables, aux membres parfois égarés. Des têtes roulant sur le sol. Des survivants cherchant désespérément à survivre, avant de croire le regard vengeur et une lame déjà tachée de sang. Un cri étouffé de douleur puis la mort. Ce vengeur, ne disait mot, il était là. Il marchait parmi les cadavres, écrasant parfois un bras, une poitrine, un organe. Sa lame pointée vers le sol, le sang s'égouttant lentement de ce dernier. Le vent ne soufflait pas. Il n'y avait aucun bruit.

Juste les bruis de pas sur ce sol mouillé d'un liquide si rouge. Ce vengeur, pourtant, s'affala soudainement, ses genoux tapant sur le sol, éclaboussant au passage de quelques gouttes les alentours. Son corps tremblait. Son corps brûlait. Et puis un rire le plus démoniaque, le plus sombre, le plus sadique sortit de sa gorge. Ce vengeur riait à gorge déployée, tandis que le sang autour de lui se rapprochait de lui à grande vitesse, avant de l'envelopper. Les âmes, les cris des victimes... Tout entourait ce vengeur, le hantait. Et son rire se transformait en cri de douleur, de terreur, de peur, d'effroi.

Puis... La M...

« Eh, le terrorisator, calmes-toi, ce n'est qu'un mauvais rêve. »

Mon coeur rata un battement, et je sursautais. Quelqu'un était près de moi, quelqu'un avait réussi à s'approcher de moi lors de mon sommeil. Mon corps était endolori. Que m'avait-on fait? Où étais-je ? Pourquoi? La douleur envahissait mon corps, et la douleur ne faisait qu'amplifier ma peur, ma colère.

"Oh... Tu te réveilles enfin, ma chérie ? "

Je sentais son sourire machiavélique emplir mon esprit... Mon coeur rata un nouveau battement. Dieu que j'aimais cette sentation, sa présence terriblement rassurante. J'ouvris les yeux et la lumière me frappa de plein fouet. Mais je m'en fichais. Je me relevais vaguement et envoyait mon bras en direction de la voix qui m'avait interpellé. Mes doigts enserrèrent une gorge inconnue, et je commençais doucement une étreinte peu rassurante. Cependant, mes yeux s'habituèrent, et je vis de nombreux autres lits. Sans même regarder l'inconnu, je retirais mes doigts sans un mot, avant de retomber mollement sur mon lit, le corps encore fièvreux. Je mis ma main sur mon front, pour me cacher de la lumière et je décidais d'écouter.

"Il aurait été dommage de tuer tous ces témoins, n'est-ce pas ma chérie ? ~ "
* Oui... Cela aurait été ... "dommage".

L'inconnu repartit aussitôt que ma poigne avait laché sa gorge. Qu'est-ce que je foutais là, fessier en culotte de cheval de merde ? Les autres élèves se réveillait alors que l'inconnu allait à leurs chevets. J'avais un vague souvenir... Je m'étais déjà réveillée ici... Mais il y a combien de temps ? Une heure? Deux jours ?

Pour les autres ♥:
 

Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « La paix réside dans l'amnésie sélective. » [RP groupe] Ven 12 Fév - 22:17


« La paix réside dans l'amnésie sélective. »

feat ORGIE DE GROUPE!


Qu'est-ce que j'ai fait encore?!...ou...ark ark ark...

J’étais assis sur la plage, sur une serviette, les deux pieds dans le sable chaud, vu sur l’océan sur les côtes africaines. Roman en mains, je lisais…mais quoi en fait…c’était important?...En portant attention...l'écriture semblait flou…et pourtant j’avais lu, je savais….des passages semblaient s’inscrire, se désinscrire…des trucs que j’avais déjà lu…rien ne provenant du même ouvrage…mais j’étais bien tellement…non quelque chose clochais…Je fermai mon livre violemment, observant les alentours.

*Hypnos!? C’est toi qui me maintiens? Je ne suis pas débile, je vois bien que ce n’est pas réel.*

*Non…c’est pas moi…c’est ton corps…il en as besoin. Tu es…malade en fait. Mais tu sembles aller beaucoup mieux. Tu es bien plus alerte aussi. Je crois que tu es prêt à t’éveiller.*


*Malade? Pourtant je me sens bie…wooo…*


Soudainement une impression de lourdeur m’envahit…suivit de frissonnements.

*T’inquiètes, tout va bien aller.*


Il devait avoir senti mon brin de nervosité qui s’installait car Hypnos déposa une main rassurante sur mon épaule alors que, je me sentais revenir à moi…avec cette sensation de lourdeur et de douleur crânienne que je connaissais fort bien. Je pris un moment gardant les yeux clos alors que j’entendais faiblement des voix autour de moi...Je pouvais reconnaître quelques mots et la voix douce de l’infirmière de l’établissement…parlant apparemment à Auen? Je devais bien être à l’infirmerie…. « Vérifiez qu’ils vont tous bien… » On était plusieurs? C’était quoi une épidémie? Je senti la présence de quelqu’un à mes côtés et l’humidité d’un linge humide sur mon front…J’étais vraiment malade?…On était plusieurs…Je repassais ce que j’entendais en boucle comme pour bien saisir le sens de ce que j’entendais….grippe virulante…grippe virulante….j’étais alité….depuis quand d’ailleurs? Graduellement je sentais mon malaise…ma saleté…Depuis quand ne m’étais-je pas lavé convenablement?
« Grr…ppe…virulante? » marmonnais-je réalisant enfin dans quel nid de microbe je me trouvais.
Je me redressai vivement…étourdit, plaquant mes mains contre mes yeux pour cacher la lumière.

« Ark…ark….ark….dégoûtant….je…me laver…maintenant…ark… »

Je déposai un pied au sol, tenant mes bras loin de moi comme si je ne voulais pas me toucher moi même tellement j'étais sale et j’entendis les petits pas rapide de l’infirmière qui arrivait en trottinant rapidement vers moi, m’expliquant vaguement la situation…que j’avais déjà à moitié compris. Soit : C’était dégueux!

Elle tenta de m’étendre à nouveau dans mon lit, mais je l’avais à moitié attendu, portant attention seulement à ma condition de torchon. Je repoussai légèrement sa main pour me permettre de me lever. Je fis quelques pas avant de m’écraser renversant une table sur laquelle se trouvait du matériel médicale…sans doute pour traiter mon voisin. Une fois au sol, je me sentais trop faible pour me relever, ce qui me permit tout de même de regarder la situation plus objectivement en sentant la fraicheur du sol qui me réveillait. Tout le monde…une grippe virulente? Je ne me sentais pas comme tel…mais la douleur musculaire était bien là. C’était une autre justification débile de nos pouvoirs qui avait foiré? Fort possible? Mais qui? Qui pouvaient…est-ce que j’avais trop but? Encore…

*Non non! T’inquiètes…t’as rien fait…et moi non plus pour ma défense…je sais à quoi tu penses…on a endormi personne…de toute façon ils sont trop nombreux pour toi…regarde…C’est vraiment…un malaise. Quoique je regrette de te l'avoir dit...s'aurais été hilarant de te voir continuer à paniquer un moment...hé hé*

* Comme une épidémie… * frissonnais-je, de mauvais souvenirs me revenant en mémoire.

*Du calme…tout va bien. Tout est contrôler et plusieurs étudiants sont déjà sorties en fait. *


« Ok….ok…. » Répondis-je faiblement à son intention comme à la mienne pour reprendre mes esprits et le contrôle de mon stress apparemment inutile.

Mon regard inquiet se porta sur les autres alités pour constater qu’Hypnos avait bien raison…trop nombreux pour que ce soit ma faute…fiou!….Nous étions nombreux...très nombreux. Je pouvais reconnaître Yuuki non loin de moi. J’espérais qu’elle allait bien…Son sommeil semblait paisible…je crois….Même Alix y était passé…karma sans doute me dit-je en n’arrivant pas à réprimé un petit sourire en coin que je perdis rapidement en reprenant conscience de mon état…Un peu plus loin, Auen s’occupais d’une jeune fille, que je ne connaissais pas. Je l’interrogeai du regard, il était occupé, mais j’espérais qu’il allait pouvoir éclaircir la situation. Je remarquai toutefois qu’il n’était pas vêtu pour travailler…venait-il de se réveiller aussi? Il semblait aller si bien… Ah oui…analgésique…chanceux…je suppose. L’infirmière vint me rejoindre au sol, attirant de nouveau mon attention. Elle semblait évaluer la meilleure façon de me relever.

« Euh…désolé…je…euh…ça va je vais le faire…ma ma faute. »

Mais nope…apparemment ce n’était pas tout seul que j’allais y arriver alors je me laissai finalement aider par celle-ci qui conservait son sourire rassurant. Elle devait souhaiter me ménager alors que moi je lui en donnait plus à faire…Un petit sentiment de culpabilité et d’impuissance m’envahit et je préférai me taire un moment et obéir à ses mouvements.


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1761
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « La paix réside dans l'amnésie sélective. » [RP groupe] Ven 12 Fév - 23:37


« La paix réside dans l'amnésie sélective. »

Ouvert a tout le monde !


Que ce passe t'il, je ne sais pas, je ne sais plus mais que ce passe t'il donc dans ce pensionnat tout ceci est louche !

J'étais à table, devant un nabe et quelle fut ma surprise quand je vis trois personnes assies à la table en train de discuter joyeusement dans ma langue natale, deux adultes et une jeune fille qui était plus jeune que moi apparemment, j'en avais les larmes aux yeux en voyant cette scène mais pourquoi, C’était mes parents et ma petite sœur j'étais tout à fait consciente que tout ceci est un rêve mais j'étais tellement heureuse de revoir ma sœur !

Je ne me souviens pas m’être endormie et pis qui suis-je et qui sont ces gens bon sang ! Puis soudain tout partit en vrille, la maison s’écroula et les trois personnes se transformèrent en zombie et commencèrent à me poursuivre, pourquoi maintenant il voulait me tuer décidément je ne comprends rien à mes propres rêves même si sa avait l'air d'un cauchemar, puis je sentais quelque chose me secouer délicatement !

J'ouvrai doucement les yeux avec un mal de tête qui prit, je me sentais toute molle et une nausée montait, est que ma narcolepsie avait encore fait des siennes, non je pense pas, je ne suis pas si mal au réveil puis mes yeux s’habituaient à la lumière de la pièce et je vis la tête d'Auen et je me demandais si c’était de sa faute si j'avais atterri ici puis en regardant mieux il avait l'air dans le même état que moi et nous n'étions pas les seuls ici, en m'asseyant difficilement, je discernais un petit roux qui m’était familier, Law... Lawrence oui ainsi qu'Alix et Nathanaël, mais pourquoi on était ici, on était malade, une grippe virale ? Mais soudain de gros frissons me parcourait le corps comme si j'ai courbaturé de mon entrainement mais puissance mille !

Yuu tu pense être opérationnel bientôt ?

Oui je vais bien merci de t’inquiéter pour moi Heph' !

J'essayai de me lever, mes jambes étaient de la gélatine elle tremblait et j'arrive à peine à me tenir debout, je me tenais aux objets au tour de moi pour me déplacer jusqu’à ce que l’infirmière me voie et me raccompagne jusqu’à mon lit, elle me dit que j'étais encore faible et je devrais retourner au lit, je n'en avais guère envie franchement quelque chose se tramait ici, l'infirmerie était bondée comme peut-on tous tombés malades, c’était beaucoup trop louche, si c’était l'hôte d'Asclépios qui avait perdu le contrôle j'aurais compris, je marquai un temps de pause dans mes pensées, bof après tout c'est une épidémie pas besoin de se triturer les méninge...

Je me mis à regarder les autres, Auen en particulier si c'est lui qui m'a réveillé j'ai peine à le croire, je pensais que s'il devait réveiller quelqu'un il le balancerait de son lit ou lui mettrait son poing dans la figure, bizarre tout est bizarre ce...matin ? je ne savais même pas si on était en pleine après-midi ou alors le matin, je me souviens juste du fait que je me suis déjà réveillée mais j'étais tellement endolorie que je me suis rendormie de suite après !

Mon regard portais ensuite sur Nathanaël, il avait l'air d'aller bien tant mieux, ensuite je regardais le petit roux national j'ai nommé Lawrence ! Je ne savais pas vraiment comment il allait enfin si on est tous malade surement mal lui qui ne supporte pas les microbes ! je me demande est que tout le monde va bien ? Puis je vis Lawrence ce lever et faire un bruit pas possible en mettant le fessier en culotte de cheval, bon au moins ça n'a pas changé, me dis-je en riant à moitié de ma bêtise, puis je n’arrêtais pas de tousser et de tousser, j'en avais déjà marre tout ça, je me tournai dans mes couettes en direction de notre petit roux national pour engager une conversation, d'une faible voix malade je pris la parole !

Tu va bien Lawrence ? Dit que nous ai t'il arrivés ?

Je pense que vous ete tous dans le même bateau Yuu !

Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « La paix réside dans l'amnésie sélective. » [RP groupe] Sam 13 Fév - 1:45


« La paix réside dans l'amnésie sélective. »

Ouvert à tout le monde ! :D



N'est-il pas étrange que tous les élèves se réveillent dans l'infirmerie, comme si une fête géante avait eu lieu et que tous décuvaient ? Oui, ça c'est le point de vue d'Auen. Vous vous attendiez à quelque chose de sérieux, réellement ?

Je ne m'y étais pas attendu. En fait, si tu ne me l'avais pas dit, je n'aurais pas capté. Je n'aurais pas capté que le terrorisator tentait avec amour et gentillesse de m'étrangler. Je n'avais rien senti. Juste ses doigts se poser sur ma gorge. Le reste, rien. Analgésie, quand tu me tiens. J'avais soupiré, ayant jeté un regard en biais à la demoiselle qui s'était écroulée mollement dans son matelas. Elle était elle aussi fiévreuse. Plutôt inquiet de sa situation, je m'étais éloigné, réveillant les autres malades en douceur au passage. Ça n'arrêtait plus. Des toux, des maux de crânes, des tremblements, nous étions tous mal au point. Moi-même… Sans l'analgésie, je serais plié par terre, je suppose. Seul ce mal de crâne, dû à Amon restait.

« Eh... »

Je l'ignorais, trop plongé dans les traitements à donner aux uns et aux autres. Je voyais la pauvre Nika patauger, et je ne pouvais faire guère mieux qu'en ce moment.


Nous étions que deux pour tous ces élèves. Voilà qui promettait. Si je pouvais, je dirais bien à Nika de sortir se prendre une pause, mais je trouvais ça mal venu de ma part. Heureusement pour nous, certains restaient bien au calme dans leur lit, se contentant de parler avec leurs voisins alités. Si seulement… Tête dans les médicaments, je voyais Nika se précipiter rapidement vers l'un des malades, dont la tête me revint tout aussi tôt en mémoire. Il s'agissait du rouquin dont je m'étais occupé plus tôt. Que faisait-il cet idiot ? Il s'était levé, provoquant un boucan pas possible, renversant tout le matériel qui était destiné pour son voisin. Nika, douce qu'elle était, lui expliquait de se calmer. Il était paniqué. Je peux concevoir, mais je ne concevais pas qu'il mette autant de désordre. J'étais parti pour stériliser tout ce qu'il venait de mettre à terre. Soupirant longuement, je venais aux côtés de Nika, lui disant d'un ton calme que j'allais prendre la relève et qu'elle devrait au moins s'accorder une pause.


Stagiaire ou non, elle était bien plus éreintée que nous tous, ce que personne ne semblait prendre en compte ici. C'était agaçant. Et Nika dire non ? Autant attendre la saint-glinglin. Voyant qu'elle se résignait, ou presque, puisqu'elle allait maintenant vers Yuuki, qui venait de s'éveiller et tentait elle aussi à son tour de faire comme Law. Mais ma parole, il n'y en a pas un pour rattraper l'autre ou bien ? Râlant légèrement, je soufflais pour garder la tête froide. Pensons. Ils sont surpris. C'est normal. Mais de là à vouloir direct se faire un marathon, il fallait être sacrément c*n, bon sang ! Venant vers Law et laissant Nika faire ce qui lui semblait le plus juste, je désinfectais à nouveau tout le matériel qu'il avait mis à terre, le posant calmement sur la table de nuit de son voisin.

Tu va bien Lawrence ? Dit que nous ai t'il arrivés ?


Je tournais légèrement la tête, tiquant que Yuuki, bien plus raisonnable que le rouquin s'était bien sagement remise à sa place. Enfin une qui sait réfléchir ! Attrapant doucement Law par le bras, je le ramenais à son lit, un air sérieux au visage.

« Tu ne devrais pas t'agiter comme ça, Law. Et calmes-toi. C'est juste une bonne grippe pour tout le monde. Et Nika et moi on tente d'être au plus efficace avec vous. Alors si tu pouvais te tenir tranquille, le temps que l'on puisse tous vous sortir de là, ça serait bien plus aisé. Je peux comprendre que tu sois déboussolé, on l'est tous ici. Je te demande seulement de faire un peu attention, tu n'es pas seul ici. Compris ? »

J'esquissais un léger sourire, lui tendant un verre d'eau.

« Essaye de te reposer encore un peu. »


Je lorgnais Yuuki, quelque peu confus.

« Je te le rends. Juste, dis-moi, pourrais-tu discuter avec cet triple idiot, le temps qu'il se calme ? Tu sembles bien plus raisonnée que lui en ce moment. »

Je riais légèrement, me rappelant que j'avais un terrorisator mourant sur un lit à gérer. Ne laissant pas le choix à Yuuki, je filais, m'occupant des autres malades, et faisant une mise au point avec l'infirmière. La plupart des élèves semblait se calmer, et moi… Je sentais ma tête partir. J'avais bien besoin d'un remontant ou d'une roulée. Seulement, les malades ne semblaient pas du même avis. Quelle journée. Laissant ma douleur au crâne grandissante dans un coin de mon esprit, je me dirigeais vers l'armoire, attrapant quelques cachets pour le terrorisator.


Nika m'avait avoué l'avoir laissée là sans l’ausculter, ce qui m'avait qu'un peu plus agacé. Ce n'est pas parce qu'elle est « dangereuse », qu'elle ne mérite pas un minimum de soin. Je me revoyais, là. Revenant au chevet de la mourante, je m'asseyais calmement à ses côtés, la redressant doucement de son lit pour l'asseoir, avant de lui tendre un verre avec un aspirine.

« Je sais bien que tu ne sembles pas ravie, ça se voit à ta gueule. Mais essaye de boire ça, c'est histoire de faire passer la douleur. Je m'excuse si l'infirmière t'as zappée. Oh et puis, tu dis souvent bonjour aux autres en les étranglant ? Ça manquait de poigne dis-moi ! »

J'élargissais un sourire moqueur, posant le verre sur son chevet, montrant ma gorge avec la cicatrice qui la lorgnait. J'en profitais à zieuter encore autour de moi, surveillant que tous se calmaient.

« Tsss… S'ils pouvaient au moins tous faire les morts en silence... »

Je soupirais pour moi-même, me passant la main sur le front, espérant un court instant effacer la douleur qui me dévorait la moitié du crâne. Échec.

Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « La paix réside dans l'amnésie sélective. » [RP groupe] Jeu 18 Fév - 5:46


« La paix réside dans l'amnésie sélective. »

Ouvert à tout le monde ! :D



Génial. Un regroupement scolaire, dans l'infirmerie. Vous ne voulez pas me servir tous ces élèves sur un plateau, si ?

Du bruit, des cris, du bruit ! Des exclamations de joie, des soupirs, des respiration affolées, ou heureuses? A vrai dire, je ne savais pas vraiment. La main sur le front pour me cacher de la lumière, j'essayais de me remémorer mes images de mon rêve. Oui, pour moi, cela aurait pu être un rêve. Pourtant la voix qui m'avait réveillée me trottait en tête. Ce ton m'avait rappelé celui de  quelqu'un d'autre. Mon corps s'était affolé, mon coeur aussi, et je sens que je perdais une nouvelle fois pied.

Je me souvenais maintenant, de l'inconnu. C'était le fameux inconnu de l'étage interdit, hein? A vrai dire, j'en avais encore des souvenirs flous tant ce jour-là Deimos et moi étions en harmonie. Je ne me souvenais que de quelques bribes, et cela suffisait amplement à me rappeler que si je m'approchais de ce cher Sorensen, nous ne donnions plus très cher de notre peau, à tous les trois.

"Tu te mets à craindre la présence de quelqu'un, Liev'?  "

Je ne pus retenir un léger sifflement entre mes dents, alors que j'évitais tout simplement la question. J'avais beau avoir soif de vengeance, de violence... Je n'étais pas toujours libre de mes mouvements, dans cet établissement. Combien de fois avais-je croisé le regard strict de ce ridicule directeur ? Nous savions qu'il savait, hein? Et l'escapade à l'étage interdit aurait pu nous coûter la vie si nous ne nous étions pas effondrés.

"Oh, ma chérie... Tu as peur de me perdre? Il est vrai qu'après avoir perdu ta seule famille..."

Un nouveau sifflement s'échappa d'entre mes lèvres, alors qu'un léger sourire venait orné mon visage. Même s'il ne me le disait pas, je savais que Deimos ressentait ce même attachement malsain qui nous liait si fort : celui d'une alliance créé pour les mêmes envies, les mêmes buts. Nos pensées étaient très souvent identiques, si on ne les pensait pas au même instant, avec le même instinct qui nous était propres. Mais mon sourire se transforma en grimace quand de nouveaux éclats de voix résonnèrent dans la pièce. J'avais besoin de sortir. La douleur qui se propagea dans mon corps.... Attisait ma colère et m'agaçait encore plus que de raison. Je souffrais le martyr, et je n'aimais pas ça. La température de mon corps ne voulait pas redescendre, et je commençais déjà à ressentir de légères hallucinations auditives, des cris d'agonies se faisant entendre au loin. Deimos bouillait d'impatience...


"Laisse moi sortir, Liev'... Allez ! J'ai envie de me dégourdir un peu les jambes... ~"

Je n'eu même pas le temps de répliquer que Sorensen était revenu à mes côtés. Je me tendais, et mon poing ne put s'empêcher de se refermer. Proche. Il était beaucoup trop proche. Quoi? Assis à mon chevet? Je m'en fichais. Il était à moins de deux mètres de moi. Était-ce lui qui m'avait mis dans cet état ? Celui qui avait rendu mon corps aussi douloureux risquait très fortement de se voir effeuiller petit à petit.

"Quelle douce manière d'évoquer un démembr-"
* Ne me gâche pas la surprise, Deimos... *

Je ne pus m'empêcher de me lécher les lèvres, avant de mordre celle-ci jusqu'au sang. Cela devenait compliqué de ne pas s'attaquer à la source de ces bruits agaçants, et les cris d'agonies retentissaient plus fortement à mes oreilles. Oh Deimos... Si seulement je pouvais nous céder à cet instant... Mais je ne le pouvais. Il le fallait.

« Je sais bien que tu ne sembles pas ravie, ça se voit à ta gueule. Mais essaye de boire ça, c'est histoire de faire passer la douleur. Je m'excuse si l'infirmière t'as zappée.  »

Il voulait me faire avaler ces fameux cachets qui apaisaient tous les maux de crâne et autres trucs? Je retins un grognement, alors que je me relevais. Je n'étais pas assez mourante pour me rabaisser à ça. Moi qui ait vécu dans la rue, je n'ai jamais eu besoin de ces médecines. Enfin plutôt, j'ai du apprendre à faire sans. Et ce n'était pas maintenant que cela allait arriver. Rien qu'à me rappeler l'état de Jorgen lorsqu'il...

Je fis une grimace alors qu'une lueur triste passa un instant sur mon visage. Aussi tôt passée, aussitôt disparue, je regardais alors le verre que me tendait ce cher Sorensen. Nouveaux piaillements autour de moi. Je tendais lentement la main pour m'en saisir... Nouveaux cris et nouveaux réveils agités.

« Oh et puis, tu dis souvent bonjour aux autres en les étranglant ? Ça manquait de poigne dis-moi ! »

.... Je m'arrêtais dans mon mouvement, et ma main trembla quelques instants. A cet instant, j'essayais de faire preuve de tout mon self-contrôle pour ne pas me jeter sur la première tête venue. Je ne sais pas pourquoi, mais je crois que nous avions envie de déchiqueter tout cela à pleine dent, aujourd'hui... Je m'imaginais un instant le bruit de la chair sous sa déchirure et un frisson me prit. Je me saisis du verre, mes yeux cachés fort heureusement par les quelques mèches ébouriffées qui me retombaient sur le visage... Mes yeux noirs-dorés auraient été à cet instant pu être si visible de Sorensen...

Nouveau Piaillements. Un verre qui se renverse au sol dans un grand fracas. Nouvelle grimace. Dernière grimace. D'un seul coup j'envoyais mon verre valser contre le mur le plus proche, et tentait de me lever. La douleur qui transperça mon corps ne me rendit que plus vivante, plus assurée et plus colérique. Je manquais de m'effondrer au sol et par chance je me rattrapais aux barreaux d'un lit le plus proche. Cri de l'infirmière. D'une démarche titubante mais pressée, je parvins à la porte de l'infirmerie dans un grand fracas, mon corps essayant d'évacuer la chaleur qui m'habitait. Mon souffle était court, et lorsque j'ouvris la porte pour la franchir, je fis seulement quelques pas avant de m'effondrer sur un mur voisin, à quelques pas de l'infirmerie. J'étais sortie. J'étais sortie. Passant une main sur mon visage, je savais que l'infirmière ne me rattraperait pas. J'étais sortie. Et je n'avais massacré personne.

Fermant les yeux quelques instants, je me coupais du monde, me fichant bien de savoir si quelqu'un était présent ou non...
-  Épargnons-leur un enfer si précoce...

Pour les autres ♥:
 

Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « La paix réside dans l'amnésie sélective. » [RP groupe] Jeu 18 Fév - 18:22


« La paix réside dans l'amnésie sélective. »

feat ORGIE DE GROUPE!





Un petit commentaire ou résumé du RP ici. S'il est trop long, ce qui dépassera sera caché pour des raisons d'esthétisme ! Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Vestibulum aliquet tempor leo, et convallis quam vestibulum ac.


L’infirmière épuisé sembla éprouver quelques difficultés à m’aider à me relever, ce fut finalement Auen qui vint m’agrippai doucement pour m’aider à me relever. Comme par réflexe j’avais eu un petit mouvement de recul et avais recroquevillé les épaules en voyant son air de reproche. Je devais avoir l’air bien insignifiant. Finalement, il me tendit un verre d’eau que j’acceptai volontiers, résolu à me contenir un peu.

« Tu ne devrais pas t'agiter comme ça, Law. Et calmes-toi. C'est juste une bonne grippe pour tout le monde. Et Nika et moi on tente d'être au plus efficace avec vous. Alors si tu pouvais te tenir tranquille, le temps que l'on puisse tous vous sortir de là, ça serait bien plus aisé. Je peux comprendre que tu sois déboussolé, on l'est tous ici. Je te demande seulement de faire un peu attention, tu n'es pas seul ici. Compris ? Essaye de te reposer encore un peu. »

« Ehh….non je sais c’est juste que…que…oh…et puis…désolé… Oh encore désolé Nika...» Ajoutai-je à l'adresse de l'infirmière.

Ce serait trop long à expliquer et j’aurais l’air encore plus ridicule à lui expliquer mon TOC. J’abandonnai donc, me laissant un peu tomber lâchement sur mon lit. Auen s’adressa alors à une personne derrière moi. Me retournant alors voir de qui il s’agissait, je réalisai que Yuuki c’était apparemment éveiller elle aussi….et toussais…fortement et beaucoup ….yyyiouuuu…..Un frisson me parcouru l’échine et je tentai de me raisonner un peu…Dans ton coude au moins….par pitié….

« Je te le rends. Juste, dis-moi, pourrais-tu discuter avec ce triple idiot, le temps qu'il se calme ? Tu sembles bien plus raisonnée que lui en ce moment. »

« Hey! » lui lançais-je indigné, puis marmonnant des justifications incompréhensibles dans mon coin en me triturant les mains de malaise.

D’une voix faible qui ne me disait rien de bon, Yuuki s’exécuta tout de même et s’adressa à moi, m’occupant un moment.

Tu va bien Lawrence ? Dit que nous ai t'il arrivés ?

Je me contentai d’abord d’haussai les épaules, ne comprenant pas plus qu’elle ce que nous faisions ici. J’en arrivais même à oublier notre dernière sortie qui avait lamentablement échoué par ma faute.

« Aucune idée…mais ça doit faire un moment qu’on y est. J’me sens tellement ….crasseux…c’est horrible… »


Je passais ma main dans mes cheveux, constatant l’horreur….

« Je suppose qu’ils nous ont entretenu un minimum…mais….mais…meh…En sortant d’ici je me laisse tremper dans un bain d’acide.» Lançais-je finalement à la blague, tentant de désamorcer ce sentiment d’impuissance face à ma propre hygiène.

Je baissai la voix pour donner mon impression de la situation à Yuuki.

« Et sincèrement…tu te sent grippé? Parce que j’me sens de bien des façon mais…sauf la douleur je vois pas quoi…et à la base moi et la respiration c’est pas top…et là ça va quoi… »

Écoutant les réponses de Yuu d’une oreille distraite, je tentais de porter mon attention aussi sur ce qui se passait dans la pièce. Pendant ce temps Auen s’était affairé à ramasser mon fessier en culotte de cheval puis à aller voir la jeune fille en face de moi. Elle n’avait vraiment pas l’air bien, mais semblait réticente à recevoir des soins. Je sursautai d’ailleurs lorsqu’elle éclata le verre d’eau qu’Auen lui apportait. …J’ai manqué quelque chose? C’était tellement injustifié. Je les observai un moment, légèrement inquiet…si je ne pouvais pas m’occuper de moi, j’aurais vraiment souhaité pouvoir aider.

« Je sais bien que tu ne sembles pas ravie, ça se voit à ta gueule. Mais essaye de boire ça, c'est histoire de faire passer la douleur. Je m'excuse si l'infirmière t'as zappée. Oh et puis, tu dis souvent bonjour aux autres en les étranglant ? Ça manquait de poigne dis-moi ! »

Étranglé? J’avais manqué ça dans mon énervement sans doute. Elle avait osé ça contre Auen? Non mais elle était folle? Je pouvais concevoir qu’elle ne l’aimait pas par contre. Peut-être l’avait-il martyrisé aussi…mais là il était correcte, elle pouvait se relâcher un peu. En plus au nombre de possédé dans cette pièce. J’aurais bien voulu voir Auen tenter quelque chose. Je m’imaginais déjà l’image d’un champignon atomique de pouvoir divin concentré sur Auen. Clairement exagéré mais l’image était franchement marrante. Je tentai de reprendre un air sérieux, ne souhaitant pas sourire comme un idiot tout seul. Je cessai aisément lorsque je me rendis compte que la fille en question tentait de se lever. J’étais bien placé pour savoir que c’était souffrant et une mauvaise idée. Peut-être qu’elle aussi était nerveuse actuellement. Si quelqu’un d’autre qu’Auen lui parlait ça irait peut-être mieux? J’observai Auen un moment qui m’avait bien dit de rester tranquille, mais elle aussi allait lui donner de la misère. J’observai la pièce à la recherche d’une chaise roulante de secours. J’étais certain d’avoir aperçu cela tout près. Eh ouais en effet. Je n’allais pas faire ma tache encore…j’allais rouler et lui proposer de revenir rien de bien compliquer…non? En plus ça m'occuperais...me changerais les idées de ce mal de crâne et tout...J'avais l'impression d'avoir dormi depuis trop longtemps pour me recoucher même si je sentais que mon corps lui...aurait bien pris le repos...mes yeux voulaient l'inverse. Je me redressai m’accrochant à tout ce que je pouvais et allant lentement. La fille en question n’irait certainement pas bien loin dans cet état.

*Une petite poussé?* me lança Hypnos qui semblait trouver bien malheureux mon incapacité à me mouvoir convenablement.

Je me senti soudain repris d’une certaine énergie, mais n’avais plus le contrôle de rien. Atteignant enfin la chaise tout s’arrêta et je failli m’écraser contre la chaise mais me retint à temps.

*Ne refait plus ça. On en a déjà discuté…c’était exceptionnel sur le toit…plus jamais c’est clair? En plus ça m’épuise après.*


*Oh d’accord…mais arrête de te plaindre tu as ta chaise…maintenant roule, roule comme tu n’as jamais roulé chère Lawrence.*


La perte de contrôle de mon corps me purgeait et Hypnos le savait bien. Nous avions un accord qu’il lui était interdit d’en prendre le contrôle mais depuis le combat avec Auen sur le toit…il avait goûté à la liberté et tentait d’y revenir dès qu’il avait une excuse. Je me sentais limite abuser à chaque fois. Mais Hypnos savait tout de même se faire pardonner et j’appréciais son humour et il le savait. J’avais donc fini par sourire et m’étais installé sur la chaise roulante, me forçant à rouler difficilement jusque dans le couloir mes bras et mon dos étant endolorie également.

*Tu veux un coup de…*


*NON!*

*D’accord d’accord…mais c’est vraiment long hein…*

Avant de quitté je lançai un dernier avertissement à l'intention d'Auen, Nika et Yuu alors que je tournais le coin du mur.

"Vous inquiétez pas...je reviens! J'ai pris des précautions! J'vais la convaincre de rester."


Enfin, j’arrivai dans le couloir et je la voyais s’appuyer contre le mur tant bien que mal.

« Hey! Euh…toi…euh….l’évadé de l’infirmerie! Reviens. Je crois que t’as besoin de soins et Auen veux t’aider. Si tu veux je te fais le « lift »! »

Je poursuivi ma route dans le couloir en sa direction. Arrivant enfin à sa hauteur, regrettant finalement avoir fait l’effort de me déplacé vu la douleur.

«Ça va pas? Nerveuse? Un peu perdu? Je comprends j’ai le même. Si tu ne veux pas de médoc c’est correcte hein. Je ne pense pas qu’il te les enfonce de force…heu non je ne crois pas. M’enfin, l’important c’est surtout de te reposer et pas courir dans les couloirs…je sais que ce n’est pas agréable. Et tu as l’air du diable. Reviens. Au moins, si tu ne veux pas de soin, ils pourront au moins surveiller ton état et tu pourras te reposer. On pourrait leur demander d’étirer un paravent près de ton lit…tu serais tranquille. »


À chacun de ses pas je tentais de rouler un peu plus pour la suivre. Tentant aussi d’avoir un visuel sur son visage clairement concentré sur sa marche. Finalement, voulais être certain d’avoir son attention, j’étirai la main pour prendre la sienne tout doucement.

*Au pire on l’endort et on la ramène!*


*Oui, mais j’aimerais vraiment que ce soit volontaire…je ne suis pas très à l’aise avec l’idée de la forcée même si c’est pour son bien.*

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1761
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « La paix réside dans l'amnésie sélective. » [RP groupe] Ven 19 Fév - 17:23


« La paix réside dans l'amnésie sélective. »

Ouvert a tout le monde !


Que ce passe t'il, je ne sais pas, je ne sais plus mais que ce passe t'il donc dans ce pensionnat tout ceci est louche !

J'étais épuisée, j'avais envie de me rendormir mais c’était impossible avec tout le boucan qui y'avais ici entre Lawrence, Auen et une jeune fille que je connaissais pas ! Pourquoi Auen m'avais t'il réveillé il ne pouvais pas me laissée dormir !

« Tu ne devrais pas t'agiter comme ça, Law. Et calmes-toi. C'est juste une bonne grippe pour tout le monde. Et Nika et moi on tente d'être au plus efficace avec vous. Alors si tu pouvais te tenir tranquille, le temps que l'on puisse tous vous sortir de là, ça serait bien plus aisé. Je peux comprendre que tu sois déboussolé, on l'est tous ici. Je te demande seulement de faire un peu attention, tu n'es pas seul ici. Compris ? »


Attrapant Lawrence, Auen le ramena a son lit, ce type la en gentil j'arrive toujours pas y croit il s'est passée quelque chose pendant que je dormait ? Pour sa part Lawrence lui avais l'air d’être gêné j'imagine que sa change pas sa, sa me rappelle la fois ou on était parti au Game Center et de toute les choses qui si sont passée... Puis ensuite Auen s'adressa a moi !

« Je te le rends. Juste, dis-moi, pourrais-tu discuter avec ce triple idiot, le temps qu'il se calme ? Tu sembles bien plus raisonnée que lui en ce moment. »

Comment sa "Je te le rends" c'est pas comme si il était a moi... Enfiiiin bref  discutons un peu sa ne peux pas faire de mal ! Je lui demandais si il allais bien et il me répondit !

« Aucune idée…mais ça doit faire un moment qu’on y est. J’me sens tellement …crasseux…c’est horrible… Je suppose qu’ils nous ont entretenu un minimum…mais….mais…meh…En sortant d’ici je me laisse tremper dans un bain d’acide »


Haha c'est du Lawrence tout craché sa, mais bon un bain d'acide c'est la manière forte sa ! Je ne pus retenir un petit rire face a cette remarque, je suis contente de ce sois une infirmière et pas un infirmier quand Lawrence a dit qu'il nous ont entretenu un minimum ! Sa voix baissa un peu avant de continuer sa phrase !

« Et sincèrement…tu te sent grippé? Parce que j’me sens de bien des façon mais…sauf la douleur je vois pas quoi…et à la base moi et la respiration c’est pas top…et là ça va quoi… »

Oui j'me sens un peu grippé et j'ai l'impression qu'une rangée de bus ma roulée dessus mais a part sa tout va bien !

C'est vrai que j'avais mal partout c'est comme si j'avais pris une météorite en pleine face puis ensuite mon attention fut porter sur Auen et la jeune fille avec qui il parlais !

« Je sais bien que tu ne sembles pas ravie, ça se voit à ta gueule. Mais essaye de boire ça, c'est histoire de faire passer la douleur. Je m'excuse si l'infirmière t'as zappée. Oh et puis, tu dis souvent bonjour aux autres en les étranglant ? Ça manquait de poigne dis-moi ! »

Hein !? Étranglé ? Mais elle a un grain cette fille, aurait t’ont trouvée une personne encore pire que Auen non non c'est pas possible ! Y'a surement une raison peut être que elle aussi a eu des problème avec Auen sur le toit sa m’étonnerais même pas a vrai dire ! Je vis que cette jeune fille essayais de se lever mais elle va pas faire sa Lawrence si ? Si c'est pour se rentamé au sol quelque seconde après ! Mais elle avais l'air assez coriace et quittai ainsi la pièce puis ce fut au tour de Lawrence, il se servit d'un fauteuil roulant sa sera toujours que ce ramper par terre j'imagine !

"Vous inquiétez pas...je reviens! J'ai pris des précautions! J'vais la convaincre de rester."


Bizarrement je le sens mal, elle a déjà essayer d’étrangler Auen, alors si elle s'en prend a Lawrence il faut que j'aille l'aider mais malheureusement ma fatigue me rattrapant je m'endormis doucement a nouveau maintenant que l'infirmerie était a peu prêt calme !

Petit mot <3:
 

Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « La paix réside dans l'amnésie sélective. » [RP groupe] Ven 19 Fév - 18:49


« La paix réside dans l'amnésie sélective. »

Ouvert à tout le monde ! :D



N'est-il pas étrange que tous les élèves se réveillent dans l'infirmerie, comme si une fête géante avait eu lieu et que tous décuvaient ? Oui, ça c'est le point de vue d'Auen. Vous vous attendiez à quelque chose de sérieux, réellement ?

Eh bien… Déjà que j'avais senti mon agacement poindre avec la douleur qui me transperçait le crâne, mais voilà que le terrorisator faisait sa crise. Je n'avais pas besoin de ça. Je m'étais affairé à coucher le rouquin, demandant gentiment à son amie de lui occuper l'esprit pour qu'il s'apaise, ce n'était pas pour que la demoiselle je fais flipper tout le monde s'y mette.

« Auen… Tu t'emportes. »

Merci Captain Obvious. Une autre remarque ?

« Auen… Calmes-toi. Ils sont tous perdus... »

Je sais bien, qu'ils sont tous paumés. Et alors ? Ça n'empêche pas d'avoir un minimum de jugeote et de connecter deux neurones si ? Tu ne vas pas me dire qu'ils sont tous dénervés, quand même ?


Faut-il être c*ns à ce point pour vouloir s'agiter et voir le monde ? Je ne conçois pas ça, tu m'en excuseras l'autruche. Même moi qui suis analgésique, je commence à en avoir ras la casquette de la douleur que tu me colle.

« Je me suis déjà excusé un nombre incalculables de fois, Auen. Si je me retire, tu me suis, tu le sais bien. »

Oh. De répondant ? Oui, je sais bien que je te suivrais. Et pourtant, je ne l'ai pas suivi ce foutu chacal que je sache ? Et le voilà qui se taisait. Je sentais aussi ton agacement Muninn. Parfait. On est tous gavés. Manquait plus que ça. Le terrorisator râlait, me faisant comprendre qu'elle n'avait pas besoin d'un anti-douleur. Soit, fais pas chier le monde alors ?


« Auen. »


Tsss. Je restais là, patient, à attendre sa réaction. Elle prenait ou elle allait encore grimacer longtemps ? Seulement, cette réaction, toi comme moi, nous ne l'avions pas encore calculée. Le verre que je lui tendais allait s'éclater brusquement contre un mur, attirant tous les regards sur nous. Bien, bien, bien. Dernière fois que je m'occupe d'une gosse. Roulant des yeux, je me levais, la laissant galérer pour se lever. Je n'allais pas aider une malade qui ne faisait pas le moindre effort pour. Si elle se considérait assez forte pour sortir de là et bien se porter tant mieux, ça me fera du boulot en moins, et une chi*use de moins dans les pattes.

« Auen, tes paroles. »


Tch. Nika lâchait un cri surpris, alors que je la lorgnais placide. J'en avais ma claque, moi aussi. Moi aussi, égoïstement, j'aurais bien aimé rester au lit et faire chier mon petit monde. Mais j'avais proposé, j'allais assumer en conséquence. J'entendais dès lors les personnes s'inquiéter de notre situation, ne faisant que croître un peu plus mon agacement. Elle m'avait étranglé, et ? Je ne ressens rien ? Elle fait sa crise d'adolescence et ? Je la laissais filer dans le couloir alors que je voyais Law… Non, mais je rêve ? Qu'est-ce qu'il foutait avec la chaise roulante ? Il n'allait pas aller la chercher tout de même ? Est-ce que cet abruti sait écouter ce qu'on lui dit ? S'il force ainsi, il va rester cloué au lit bien plus longtemps. Et vu la mini-crise de panique qu'il m'a faite je doute qu'il le veuille. Soupirant longuement, je m’apprêtais à l'attraper, mais je m'y restreignais, voyant qu'il voulait aller aux devants de la mort tout seul, comme un grand.


"Vous inquiétez pas...je reviens! J'ai pris des précautions! J'vais la convaincre de rester."

Précautions ? Quelles sont-elles donc ? Une chaise ? Bon sang… Le nombre de malades ne diminuent pas, et je m'apercevais que Yuuki s'était rendormie. Vérifiant rapidement son état, je la laissais se reposer. Elle en avait besoin. Quant à moi… Nika avait remarqué mon agacement soudain, m'affichant un sourire compatissant que je lui remboursais en sourire coincé. Cette douleur au crâne allait me tuer. Juste prendre l'air. Quelques minutes, même moins, mais par pitié. Étrangement, Nika me devançait, zieutant la porte du couloir, me faisant comprendre que je pouvais sortir. Je soufflais, la remerciant des yeux. Je passais dans le couloir, laissant Law tenter de raisonner le Terrorisator, pour finir dehors. Je m'en allumais une, inspirant longuement.


« Tu ne vas donc rien faire pour eux ? »

Amon, entre m'occuper de deux cas, et d'une vingtaine de malades dociles, conscience professionnelle fait que je préfère m'affairer au plus grand nombre. Law a choisi, il assume. Je ne suis pas sa nounou. Je préfère amplement aider Nika, que de m'évertuer avec ces deux là.

« ... »

Et voilà. Jetant ma cigarette, je revenais pour l'infirmerie, blasé. Longue journée en vue.

Pour les gens ♥:
 

Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « La paix réside dans l'amnésie sélective. » [RP groupe]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
« La paix réside dans l'amnésie sélective. » [RP groupe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» « La paix réside dans l'amnésie sélective. » [RP groupe]
» La valeur d'un trésor réside dans son secret ▬ Charlie
» [09/06/11] SWTOR E3 : Interview de Daniel Erickson par Fureur
» Le rôle du Canada dans l’Haïti de l’après-Aristide :
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Pensionnat :: ◄ Rez-de-chaussée :: ► L'infirmerie-
Sauter vers: