AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


You still care [Nathanaël et Alum]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Annexes :: ◄ Le Parc :: ► Le bassin à carpes
MessageSujet: You still care [Nathanaël et Alum] Mer 9 Mar - 16:09
Journée longue et pénible, dos endolori et jambes lourdes. Pourtant, j’avais eu le malheur de croiser le concierge qui peinait à soulever les énormes sacs de nourriture pour poissons et, pris de pitié et par ma responsabilité au sein du Conseil des élèves, lui avais proposé mon aide pour tous les transporter. Même si j’étais carrément embêté par cette nouvelle tâche pas franchement agréable, j’avais lu le soulagement dans son visage ouvert et étais finalement plutôt content de pouvoir lui épargner un boulot qui lui aurait sûrement laissé le dos en compote pour toute la semaine – c’est qu’il se faisait vieux, le pauvre, et porter des sacs de 25 kilos n’était plus pour les personnes de cet âge.

Dans un râle d’effort, je calai deux sacs sur mes épaules et clopinai avec mon chargement jusqu’au bassin à carpes – une petite trotte. Quand j’arrivai enfin, je crus ne jamais arriver jusqu’aux quelques mètres qui me séparaient encore des poissons, puis jetai carrément les sacs à terre, à défaut de pouvoir me pencher avec une masse aussi lourde sur le dos.

« Ah, merci, merci ! Un grand merci, monsieur Cleary, sans vous, je ne sais pas comment j’y serais arrivé ! »

« Pas de quoi. Vous aurez besoin de les ranger dans la petite cabane, une fois les poissons nourris ? »

« Ah, oui, oui, je n’osais pas vous demander. Pourriez-vous, dans ce cas, rester ici le temps que je finisse de leur donner les granulés ? »

« Oui, je vais m’asseoir sur le banc, juste là. »

A ces mots, je m’affalai sur le banc de bois qui bordait la rive du petit bassin en soupirant. Ma vie au Pensionnat était vraiment éprouvante ! Entre Loki, qui m’amusait bien mais qui était fatiguant, à la longue, parce que sentir quelqu’un dans sa tête même lorsqu’on souhaite s’isoler n’était pas de tout repos, mes obligations du Conseil et du groupe de musique, mes cours et la préparation d’affiches pour les prochains événements des clubs, je n’avais plus le temps de rien faire d’autre que stresser. Et pourtant, j’arrivais à prendre cinq minutes par-ci ou dix par-là pour aider les élèves ou le personnel quand l’occasion se présentait. Au fond de moi, je m’étonnais que les journées disposent de suffisamment de temps pour faire tout ce que je faisais et n’avais jamais senti les heures s’écouler ainsi.

Loki me tira de mes rêveries, non pas en commentant un fait quelconque, mais plutôt en changeant radicalement d’esprit – de calme, il passa à … quelque chose d’étrange. Il émettait comme des vibrations, mais je ne saurais dire si elles signifiaient une sorte de ronronnement de contentement, comme les chats, ou plutôt un feulement.

« C’est à cause de ce garçon que tu t’agites ? » lui demandai-je en regardant un élève à l’allure louche qui venait d’entrer dans le patio autour du bassin.

Pas de réponse de la part de l’intéressé.

« Monsieur Cleary, j’ai terminé ! Vous pouvez emmener les sacs sous l’abri ! »

« D’accord, monsieur. Laissez-moi encore quelques minutes, j’ai mal aux bras ! Mais vous pouvez y aller, je vous promets de le faire de suite. » Je reportai mon attention. « Tu le connais ? »

« Non. »

« Tu mens. »

« Oui », répondit-il, implacable.

« D’accord, alors je ne sais pas pourquoi tu veux rien me dire, mais ça commence à me saouler. C’est bon, ça m’est égal de toute façon. »

Je me murai dans un silence de tombe à l’encontre de mon ami – ami, en étais-je si sûr ? – et allai porter les sacs sous l’abri. Lorsque je passai devant le garçon, portant les sacs à bout de bras, je lui accordai un regard de travers afin de pouvoir l’étudier de plus près.

Avec le recul, à ce moment-là, je crois que j’ai éprouvé une pointe de jalousie pour ce garçon. Comme si je n’étais pas le seul que Loki ait pu connaître au Pensionnat.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►



Venez participer au blind-test organisé par le groupe de musique !
Alum : #006699
Loki : #669999
Avatar par Redhayu ♥️
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1682
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You still care [Nathanaël et Alum] Jeu 17 Mar - 17:53


You Still Care
feat. Alum



Nathanaël est seul depuis son réveil, et, petit à petit, se sens craquer sous le poids de la solitude et du mépris à son égard. Seulement, un regard de travers de la part d'un inconnu est capable de le faire sortir de ses gonds.

Depuis mon réveil à l’infirmerie, j’avais quelque peu changé. Pas en bien, pas en malL. Enfin… Je crois ? Les harcèlements s’étaient un peu calmés, j’en avais l’impression. Andjéty me parlait un peu plus et je m’étais même surpris à lui faire désormais… confiance?  Je me sentais abandonné. Je n’avais jamais rien fait de mal, hein? Mais j’étais né comme ça. J’étais né pour être faible. J’étais né pour rater ma vie, et  n’être qu’un moins que rien. Mon Maître avait eu tellement raison. On m’avait abandonné. Alors ma vie au Pensionnat n’en était que plus morne encore. Lorsque je n’allais pas en cours, je me tassais dans un placard de ma chambre, un livre à la main ou plongé dans mes pensées tristes et sans saveur. Parfois, il m’arrivait d’errer dans ces salles vides de monde, comme la Serre ou la Bibliothèque. Je n’étais qu’un déchet?

Aujourd’hui, c’était le Bassin aux Carpes. Peu importe mon humeur, voir ces poissons tournoyer, enfermés dans ce bassin, me rappelait ma destinée. Si seulement je pouvais m’en défaire? En étais-je même capable? J’en doutais. Mais… Il y eu ce garçon. Il me dévisageait sans scrupules, sans se cacher, et je rentrais instinctivement ma tête dans mes épaules. Encore un. Pourquoi moi? Pourquoi, peu importe l’endroit, me méprisait-on? Pourquoi fallait-il que ma vie soit aussi nulle. Pourquoi? Pourquoi?

«P-POURQUOI?!»

Je hurlais ce mot à m’en vriller les tympans, alors que sans faire attention, je saisissais une fine pierre du bassin, avant de l’envoyer un direction de l’inconnu. Je me fichais de savoir si je l’avais touché, blessé ! Il était de toute manière comme les autres ! A me juger ! A me détester ! A me voir comme un…

« Un déchet. Tu es un déchet, Justin. Quand accepteras-tu de te laisser faire? »

M-Maître. Saisissant de nouveau un caillou, je le serrais de toute mes forces, à m’en faire mal. Je regardai à nouveau le jeune homme.

«Pourquoi?! QU’EST-CE QUE JE T’AI FAIT?! QU’EST-CE QUE JE VOUS AI FAIT?!»

Je m’apprêtais une nouvelle fois à lancer un projectile sur l’inconnu, sans m’apercevoir que le faible que j’étais voyait son regard s’assombrir sous le rictus d’Andjéty...


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je suis un orchidoclaste, et j'en suis fier !

Merci à Auen Sorensen pour la signature ! ♥
Anciennes signatures:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1630
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You still care [Nathanaël et Alum] Sam 19 Mar - 15:06
Alors que je passais non loin de lui, ma concentration retournant à mes sacs, il hurla. Je sursautai d’un bond de plusieurs mètres – ou peu s’en faut – et mon cœur s’emballa furieusement quelques secondes avant de se calmer. Mes jambes se stoppèrent net et je regardai le garçon avec de grands yeux écarquillés d’incompréhension mais dénués du reproche tacite que j’aurais pu lui faire à mes dépends.

Il saisit une pierre de taille suffisante pour sérieusement blesser quelqu’un et, à ma plus grande horreur, me la lança dessus, en même temps que toutes les critiques qu’il avait à faire aux élèves du Pensionnat, voire du monde tout entier. Pourquoi devais-je payer pour tous ses malheurs ? Je n’étais responsable d’aucun d’entre eux, à ma connaissance. Je me baissai derrière les sacs pour éviter la pierre, qui vint en éventrer un. Je rattrapai la fabrique avant que tous les granulés ne se répandent par terre et courus déposer les sacs ainsi que moi-même en lieu sûr. Lorsque je me risquai un coup d’œil dans sa direction, il avait ramassé une autre roche et une ombre terrifiante se lisait dans ses yeux.

Loki prit alors calmement la parole, comme s’il n’était que narrateur omniscient et qu’il ne se sentait nullement concerné.

« Il se nomme Nathanaël et a été possédé par Andjéty. Je pense que tu ne sais pas de qui il s’agit, puisque c’est un dieu assez méconnu et que tu n’as pas eu beaucoup de cours de mythologies, pour le moment. C’est, en quelque sorte et pour faire très rapidement, le dieu précurseur d’Osiris… et en plus d’avoir un sale caractère, il en veut au monde entier. »

« Pourquoi Nathanaël n’a-t-il pas pu se lier d’amitié avec lui et trouver un compromis, comme toi et moi et d’autres possédés ? Et comment tu sais tout ça ? »

« Je suis au courant de son histoire parce que c’est un cas qui pose beaucoup de problèmes ; la plupart des dieux se méfient de lui – d’Andjéty, pas de Nathanaël – car il a déjà démontré vouloir prendre pleine possession de lui afin de manipuler le destin. Nathanaël, lui, est un cas un peu à part ; il est particulièrement mal dans sa peau et est timide maladif. Andjéty, avec quelques paroles un peu dures, peut faire de lui ce qu’il veut. »

« Ah, d’accord… »

Je comprenais enfin d’où venait l’étrange sentiment que j’avais eu concernant une possible relation passée entre Nathanaël et Loki ; je fus soulagé d’apprendre qu’il ne l’avait pas possédé et qu’il ne le connaissait qu’indirectement. Néanmoins, à la place de ressentir un vrombissement d’apaisement de la part de mon dieu, habituel lorsqu’il approuvait ou souhaitait me réconforter, je n’entendis que le vide. Je ne m’en formalisai pas pour l’instant et essayai d’instaurer un dialogue avec Nathanaël.

« Hey ! Nathanaël ! Arrête ça ! » lui hurlai-je afin de pouvoir m’avancer prudemment vers lui.

« Salut… Nathanaël. J’ai déjà entendu parler de toi ! En bien, évidemment. Je suis content de te rencontrer enfin ! Je m’appelle Alum ! Je suis en seconde. Désolé de t’avoir fixé comme ça tout à l’heure, je crois que… je crois que j’étais jaloux de toi. Enfin bref, n’en parlons plus. Tu… tu pourrais lâcher cette pierre, s’il te plaît ? »

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►



Venez participer au blind-test organisé par le groupe de musique !
Alum : #006699
Loki : #669999
Avatar par Redhayu ♥️
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1682
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You still care [Nathanaël et Alum] Mer 27 Avr - 4:06


You Still care
feat. Alum



Nathanaël est seul depuis son réveil, et, petit à petit, se sens craquer sous le poids de la solitude et du mépris à son égard. Seulement, un regard de travers de la part d'un inconnu est capable de le faire sortir de ses gonds.


La colère faisait trembler mon corps, vibrer mon esprit. Je… Je détestais ce sentiment et pourtant c’était le seul qui me rendait plus fort. J’en avais sûrement besoin et mon Maître savait me transmettre ce sentiment si envoûtant et si destructeur. Si le jeune homme n’évait pas crié mon nom à cet instant, j’aurais sûrement cédé une nouvelle fois à la colère.

«Hey, Nathanaël ! Arrête ça !»

Il me connaissait ? J’avais beau fouillé dans ma mémoire, sa tête ne me revenait pas… Pourquoi connaissait-il mon existence? Est-ce que c’est parce qu’il….

«Salut… Nathanaël. J’ai déjà entendu parler de toi ! En bien, évidemment. Je suis content de te rencontrer enfin ! »

Je lâchais un cri apeuré et reculais de plusieurs pas, alors que mon coeur s’affolait. Sanders lui avait vanté mes… “mérites”, c’est ça ?

«Je m’appelle Alum ! Je suis en seconde. Désolé de t’avoir fixé comme ça tout à l’heure, je crois que… je crois que j’étais jaloux de toi. Enfin bref, n’en parlons plus. Tu… tu pourrais lâcher cette pierre, s’il te plaît ? »

Jaloux de moi? Je ne comprenais plus rien. S’il me connaissait, c’était par un intermédiaire… Mais je n’avais aucun ami ! Aucun ! Il n’y avait que Sanders et Auen. Et ce dernier me détestait. Envoyant tout de même la pierre dans sa direction - je le ratai complètement - je bondissais en arrière tel un lapin apeuré, le souffle court sous la peur qui me montait de nouveau au ventre. Sûrement que j’avais l’air ridicule à bondir ainsi, mais je sentais le danger. Faisant tout mon possible  pour obstruer un maximum le chemin qui nous séparait - par un banc principalement - , je rentrais la tête dans les épaules, tremblant désormais de tout mon long.

«Tu… T-Tu mens ! »

A peine je criai ces mots que je reculais encore. Il essayait de me mentir, pour m’amadouer et ainsi réussir à me frapper une nouvelle fois comme tous les autres.

«P-Personne ne peut être j-jaloux… De moi… Tu m-mens ! T-tu veux ju-juste me faire du… du mal ! C’est… C’est S-Sand…. AAAAAAAAAAAAAAAH !  »

Le choc froid qui m’amplit me fit hurler. Je ne voyais plus rien, ma respiration se coupait. Que se passait-il ? L’eau… L’eau s’infiltrait, et je me débattais en toussant, remplissant mes poumons encore un peu d’eau.

«JUSTIN ! CALME-TOI. TU AS PIED SOMBRE IDIOT.»

Quoi? J’ai… J’ai pied. Maître ? Je me figeais, et sentit alors que je pouvais peut-être me rétablir sur mes deux pieds? Lorsque je le fis… Je réalisais alors l’absurdité de toute cette scène… Encore… J’avais encore été maladroit à m’en rendre ridicule. Devenant rouge des pieds à la tête, je voyais alors que l’eau m’arrivait jusqu’au haut des cuisses - ma petite taille bien évidemment… - et je n’osais plus lever la tête vers l’inconnu.

Il devait bien se rire de moi… Maintenant… La respiration erratique, mon coeur tapait tellement fort dans cette cage qu’il m’en faisait mal. Je marmonnais ni trop fort ni trop faiblement, plus à moi qu’à l’autre… Mais je me fichais de savoir si l’inconnu me comprendrait.

«V-Vas-y… Mo-moque-toi… Ne te gêne pas… Ap-près t-tout je suis l-là pour ça...  »


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je suis un orchidoclaste, et j'en suis fier !

Merci à Auen Sorensen pour la signature ! ♥
Anciennes signatures:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1630
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: You still care [Nathanaël et Alum] Dim 1 Mai - 18:02
Nathanaël lança sa pierre – si j’avais su qu’il me raterait d’aussi loin, je ne me serais probablement même pas donné la peine de paniquer. Il continua sa crise d’hystérie quelques instants, reculant, avant de tomber de façon très prévisible dans l’étang. Je ne bougeai pas alors que je le voyais mettre un pied sur les pierres instables, sachant pertinemment qu’il ne pouvait pas s’imposer plus de honte qu’il ne le faisait à présent, et qu’un petit séjour dans l’eau froide et verdâtre le calmerait peut-être pour de bon tout en ne pouvant pas le blesser – autrement que sa dignité.

Il sombra dans une panique totale pendant une fraction de seconde, puis se remit debout – l’eau lui arrivait à mi-cuisses. Il me suggéra, rouge – de honte, de colère ou des deux ? – et renfrogné, de me moquer de lui. Je n’en fis évidemment rien. Je m’avançai, main tendue pour qu’il l’attrape, et le tirai hors du bassin sans trop de ménagement. Je me débarrassai alors de ma veste que je lui mis sur le dos avant qu’il ne puisse dire quoi que ce soit et l’emmenai par le bras un peu plus loin, pour qu’il aille s’asseoir sur un banc avant de me poser dessus sans confort.

« Je ne mens pas, je ne mens jamais ; je ne vois pas pourquoi je te ferais du mal, et si je le voulais, crois-tu que je t’aurais tiré du bassin ? Et je ne connais pas de Sand ou de qui que ce soit du genre, » lui annonçai-je d’une voix très calme et posée que je ne me connaissais pas.

« J’ai entendu parler de toi parce que… »

Et je mentis.

« Parce que je suis dans le conseil des élèves, et que je voudrais t’aider, parce que c’est ce que nous sommes censés faire. J’ai mal agi tout à l’heure, j’en suis désolé. Tu as des problèmes, à ce que je remarque. Je peux sûrement y faire quelque chose. Tu as besoin d’une intervention ? Ou tu préfères simplement une oreille attentive pour écouter ce qui ne va pas ? Dis-moi, » le pressai-je gentiment. J’espérai ne pas avoir dit un seul mot de travers ; avec lui, j’ai l’impression que chaque syllabe était décryptée pour y trouver une once de moquerie, même lorsque nos intentions étaient totalement pures. La pitié m’enserra le cœur ; comment ce pauvre garçon avait-il pu devenir ainsi ?

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►



Venez participer au blind-test organisé par le groupe de musique !
Alum : #006699
Loki : #669999
Avatar par Redhayu ♥️
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1682
Revenir en haut Aller en bas
You still care [Nathanaël et Alum]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Nathanaël Van Der Woodsen {Ok}
» Dream or ... Dream? [Privé Nathanaël & Cirius]
» 03. We don't care about our bad intentions
» Au milieu des roses du jardin [Nathanaël Von Arlex]
» Astrid ▽ I love gossip and I don't really care about the environment.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Annexes :: ◄ Le Parc :: ► Le bassin à carpes-
Sauter vers: