AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


New roommates [PV Alix]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Annexes :: ◄ Dortoirs des filles :: ► Chambres des filles :: Chambre 104
MessageSujet: New roommates [PV Alix] Sam 18 Juin - 0:01
J'étais devant la chambre 104. Je relevais les yeux pour vérifier le numéro de la porte une énième fois pour être sûre. 104, ouais, c'était bon. Je venais tout juste de sortir de la chambre 109, quittant la compagnie d'Aislinn dont j'avais le numéro dans la poche. Aucune idée de comment allait évoluer cette première rencontre... Je haussais les épaules ; je verrais bien. Et puis, bon ! Là n'était pas le problème. J'allais faire ma rencontre avec ma coloc. Première fois que ça arrivait dans ma vie. Première fois que j'étais dans un pensionnat, aussi. Puis, bon, j'avais jamais fait de colo ou c'genre de trucs, du coup, j'ai jamais rien partagé avec personne - et ouais, enfant unique dans tout ça. Une coloc. Nom de Dieu, j'y pense sérieusement que maintenant... Mais est-ce que je vais survivre à cette expérience ? Pas que je suis insociable mais... être avec quelqu'un, genre, 24h/24, j'sais pas si j'en étais capable. Même en habitant avec ma mère, j'passais plus de temps seule, peinarde dans ma chambre que dans le salon avec elle. Je secouais doucement la tête, sachant mes idées sombres. J'ai le cœur qui bat légèrement plus vite et la respiration un peu trop précipité. J'crois que j'suis stressée, première fois dans ma vie ; not funny.

- Calme toi, enfin, me sermonna gentiment Brigid. Je ne répondis rien, autrement qu'en essayant de respirer plus lentement. Ça ne te ressemble vraiment pas.

Je fronçais les sourcils en crispant mes épaules. Elle avait parfaitement raison. Ce n'était pas du tout moi, ça. Qu'est-ce qu'il me prenait ? C'est à cause de tout ce qu'il m'arrive ? C'n'est pas parce que ce pensionnat est la chose la plus étrange que j'ai pu avoir dans ma vie que ça doit avoir une répercussion sur moi !

- Merci de ne pas m'oublier. Outre le fait que j'ai une deuxième voix dans la tête, ouais.

Tout ça pour dire que j'avais de nouveau une respiration normale et un cœur qui battait lentement. J'n'aimais pas du tout la sensation que ça m'avait procurée, y a pas intérêt à ce que ça se reproduise pas. Je soupire. Pas pour me calmer, mais par fatigue. Ma migraine est bien présente, et même encore plus douloureuse qu'auparavant. Je me masse doucement les tempes.

- J'ai fait quelque chose de mal Brigid ?

- Non, pas que je sache, minauda-t-elle.

- Alors pourquoi j'ai si mal ?

- Le temps d'adaptation, je présume...

Je soupire encore, mais plus parce que ça m'ennuie. Je me reprends en secouant vivement la tête une ou deux fois. Si je suis ici, c'est pour ouvrir cette fichue porte et pouvoir rattraper mes heures de sommeil que j'ai perdu à l'infirmerie. Je mets mon sac en bandoulière et de l'autre main je saisis la poignée comme si je serrais le poignet de quelqu'un d'autre. J'abaisse la poignée et la porte s’entrouvre sans un bruit me dévoilant l'intérieur de ma nouvelle chambre. Si la chambre d'Aislinn était très lumineuse, celle-ci - c'est la mienne aussi, maintenant - est tout l'inverse. J'avance de quelques pas, la porte se referme derrière moi mais je m'en moque car je plisse les yeux pour essayer de voir dans l'ombre de la pièce. Il devait être très proche de midi mais aucune source de lumière ne perçait dans la chambre. L'unique fenêtre centrale avait les volets fermés et aucune lampe de chevet n'étaient allumées. Quelle idée ? Je m'avance encore dans la pièce et mon pied butte dans quelque chose qui roule sur le sol. Qu'est-ce que c'est ? Une balle de base-ball ? Maintenant que je l'ai remarquée, je vois le reste des objets qui m'entourent. Des fringues éparpillées partout, allant des sous-vêtements au sol et aux chaussures sur les lits. Je grimace. L'un d'eux était à moi... Il était où le respect ? Des documents sont eux aussi en désordre un peu partout. Il me semble reconnaître l'odeur de tabac mal masquée à travers une autre odeur de parfum. Je pose assez lourdement mon sac par terre et me décoiffe d'une main qui vient ensuite passer sur mon visage comme pour essayer vainement d'enlever toutes traces d’illusions. Bon, elle était où ma coloc que je l'incendie ?

À tâtons je cherche l'interrupteur sur le mur dans mon dos, j'imagine qu'il ne doit pas être... Ah, trouvé. Je presse le bouton et la soudaine luminosité me fait fermer les yeux un instant. Lorsque je les rouvre, je reste quelques secondes sans bouger, réellement surprise pour la première fois depuis des années. Je soupire longuement ; Immortalia avait une influence très mauvaise sur moi... Je m'avance à petits pas en essayant de ne pas me fracasser la figure jusqu'à la "chose" étendu sur un lit. Ouais, bon, la "chose" était sans aucun doute ma coloc. J'avais fait un sacré boucan, mais madame ne semblait pas être réveillée. J'hésite quelques instants puis me penche sur elle en pressant doucement son épaule :

- Hey, t'es vivante ?
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Celtics
Celtics
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 523
Localisation : Dans ma piaule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: New roommates [PV Alix] Ven 24 Juin - 16:37
Unauthorized invite

C’est quand la dernière fois que j’ai fait la grâce matinée?

Tous les jours depuis ton arrivée ici.
Roh, non! Mais arrête! Tu brises mon plaisir!


Bon certes, je me la coule douce le matin. J’ai été qu’à quelques cours. Mais hey! Je focalise que sur deux des 5, est-ce un crime? Mes moyennes sont acceptables dans ceux-là.

Pourquoi on fou rien ce matin déjà?
Bah, c’est la fin des cours!
Ah… bah oui, logique…

En fait, ça faisait 3 jours que c’était ma nouvelle excuse pour fêter. Et surtout, parce que j’étais revenue qu’à 3 h du « Boudoir ». J’avais passé une soirée agréable, comme à l’habitude avec mes fabuleuses filles de joie préférées. Je les trouvais réellement charmantes. Bien que pour le reste du monde, leur emploi masque leurs personnalités, c’est pas mon cas. J’avais des plans avec une d’entre elles pour la semaine prochaine en plus. Je commençais à avoir des bars et clubs préférés en un an. Lesquels étaient idéaux dépendamment de la journée. Mon répertoire téléphonique comptait plus de noms de danseuse qu’autre chose. Mais, c’était pas comme si c’était nouveau pour moi.

Dans mon rêve, il devait y avoir un chantier derrière le brouillard, car ça devenait bruyant. D’un coup, je sentais une pression sur mon épaule.

Alix, réveille-toi!

Je me réveillais en sursaut, donnant un coup d’épaule. Je me faisais aveugler! Arg, vite, referme les yeux! Je mis ma main sur les yeux en grimaçant. J'avais une voix cassé, j'ai clairement pas encore eu ma clope du matin.

- Fermer la sacrebleu de lumière merde!

Mon visage se contractait face à l’attaque laminaire. Qui est l’sodomite qui vient dans ma chambre, mon domaine? Mes yeux s’adaptaient mal, je voyais une paire de cuisses.

- T’es qui? Pourquoi t’essayes de me tuer en si bon matin de vacance?

Ma voix était pas hostile, mais presque, j’étais littéralement attaqué. J’avais toujours le visage crispé tourné vers le bas. Je voyais un sac sur le sol. Il est pas à moi lui. Enfin, je crois? Je me levais du lit, me promenant en débardeur et culotte pour aller jusqu’à la salle de bain en passant par des passages sans objets préalablement délimiter par ma routine matinale. J’attrapais une paire de lunettes légèrement teintée. Je devais avoir autant de lunettes solaires que de soutif. Je pris ensuite le verre sur le comptoir, ah ouais c’était de l’eau. Surprenant. Je me retournais ensuite vers l’inconnu.

Je clignais un peu des yeux, toujours un peu déboussoler.

- Hi.

Je pouvais enfin regarder son visage, c’est une meuf. Ou un mec avec des traits féminins. Elle/il tire la gueule, mais bon. Elle/il ferait presque androgyne. Elle/il est plutôt grand/E. Une chance que je le suis aussi, sinon ça aurait pu être impressionnant. Elle/il a l’air quand même musclé/E. dit donc…

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Et si l'enfer était sur terre ?
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 322
Localisation : cherche un toit, j'ai une fixation sur les toit
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: New roommates [PV Alix] Dim 26 Juin - 21:09
Lorsqu'elle se réveilla dans un sursaut elle dégagea d'un mouvement de l'épaule ma main qui restât en l'air au-dessus d'elle, en arrêt, comme si j'étais en plein bug - ce qui était le cas. Elle ouvrit les yeux pour les refermer immédiatement, la lumière semblait trop forte pour ceux-ci. Elle geignit avant de dire sa première phrase du réveil - et occasionnellement la première phrase qu'elle offrit à sa nouvelle coloc - : elle contenait plus de juron qu'autre chose. Soit, ma "douce" pression sur son épaule ne l'était pas du tout, soit, elle était carrément bizarre. Suivît sa seconde phrase. Wow, ok, elle était p'tet pas "carrément", mais bien un petit peu bizarre. C'pas comme si une pression - douce ou pas douce, who cares - sur l'épaule était une tentative de meurtre !

Toujours encore un peu scotchée, je la regardais se lever en se promenant en tenue légère sans aucune gêne ; hey, encore heureux que j'suis pas lesbienne, meuf ! Je continuais de la fixer tendit qu'elle faisait son petit chemin parmi le bazar - constitué principalement de fringues et de feuilles, ainsi que de CD - jusqu'à la salle d'où elle revint avec un verre d'eau à la main et d'une paire de soleil, qui me laissait voir l'ombre de ces yeux, sur le nez. Et , elle me dit pour la première fois quelque chose qui avait du sens. Même si dire ça après la dernière situation n'avait peut-être pas vraiment de sens, eh.

- Hey. J'suis Gwen, je me désignais du doigt que je pointais par la suite sur elle, et toi, t'es Alix si j'me trompe pas. J'terminais ma phrase par un léger "salut" de la main : très vague, le geste, comme si j'me demandais si elle n'allait pas prendre ça non plus comme un geste d’agression. 'Kay, j'me moquais.

- Avoue que tu te demandes vraiment.

- Chut, s'il te plaît.

Je la détaillais un peu plus. Ses longs cheveux rouges étaient rejetés en arrière, bien qu'on devinait qu'ils devaient être naturellement roux vu les nombreuses tâches de rousseurs qu'elle avait mais je discernais tout de même quelques tattoos et piercings sur elle. Un point commun en plus de notre grande taille. Elle n'avait sans doute pas raté mes piercings sur mes oreilles et sur mon arcade sourcilière. Quoi que... J'avais l'étrange impression que tout était possible avec elle. J'sais pas, comme une aura qui l'entourait... Sa maigreur - ou sa grande minceur - et sa grande taille l'aidait dans ce sens. Lui donnait presque un air "malade", même si je me doutais que le réveil devait pas aider... C'qui était sûr, c'que derrière son aspect physique de lui-même pas banal, il se cachait une fille strange. J'savais pas trop comment le prendre. J'allais en baver ou bien ?

- Qui vivra verra !

- Pour ça faudrait que je survive.

- Roh, arrête d'être pessimiste.

J'fronçais les sourcils, me reprenant. C'n'était pas le moment de discutailler. Je jetais un regard sur la chambre dans toute sa clarté à présent. Eh bien... C'qui était sûre, c'est que j'allais pas faire le ménage toute seule. J'cherchais pas la bagarre, mais j'cherchais un bon milieu de vie ! J'reportais mon regard sur Alix, plantant mes yeux dans les siens à travers ses lunettes. J'avais toujours le ton et la mine inexpressive lorsque je repris la parole :

- Et sinon, occasionnellement, j'suis ta nouvelle coloc. T'étais pas au courant ? J'penchais légèrement la tête sur le côté.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Celtics
Celtics
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 523
Localisation : Dans ma piaule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: New roommates [PV Alix] Mer 29 Juin - 19:04
My home, my rules

Bon, un nom. Elle se la joue à l’inspecteur en plus? Tu connais mon nom, bravo, il est écrit sur la porte, prend pas un diplôme pour déduire ça. Arg, je n’aime pas les réveils, j’aime pas quand on est dans ma chambre sans autorisation. Oui, j’ai 5 ans.

- N’ah, tu ne te trompes pas, mais je ne sais pas qui tu es pareil.

Je me frottais les temples, j’ai un mal de bloc.

- Tu peux bien fermer la lumière? Dison que ça plus le réveil digne d’un squattage, ça ne fait pas un merveilleux mélange sur mes pauvres rétines.

Je ne passais pas trop de temps à l’observer, elle était trop à la lumière. Je repartit en direction de la chaise à roulettes du bureau et m’y échoua, jambes croisées et relevait soudain la tête quand elle recommença à parler. J’étais pour me rendormir, je l’avoue.

MA NOUVELLE QUOI!?

Arg, la mauvaise blague.


Mon cerveau freeza et je déglutis. La 3e guerre mondiale est commencée? On me coince avec un autre être vivant dans ma chambre? Mon père a arrêté ces donations? C’est pour qu’elle dise à la presse l’inventaire de mes substances illégales et la taille de mes soutifs? Cherche pas plus longtemps meuf, je porte du XS et j’ai pour l’équivalent du salaire annuel d’un ouvrier d’usine chinoise en stock dans cette pièce uniquement.

Si on la crame maintenant et qu’on fou le corps dans la piscine, tu crois qu’ils sauront?
Tu pourrais les cramer eux aussi… MERDE!


Je frottais mes dents ensemble encore un moment pensant à une solution à ce léger problème. Aller réponds, c’est suspicieux sinon!

- Bah, non. Quand je suis arrivé, y’a un an, on m’a dit que j’aurais une coloc, Charlie quelque chose et bah, je ne lui ai jamais vu la tronche. Alors du coup, je ne croyais vraiment pas que j’aurais une coloc. Ça se voit, je crois.

Je jetais un vague coup d’œil à la chambre, linge sur le lit, bureau monopoliser, chambre de bain rudimentaire.

- Bon du coup, t’as fait quoi comme connerie pour t’être retrouvé dans cette chambre? Parce que c’est littéralement la moins bien foutue du pensionnat.

Je jetais un regard sur le lit plein de vêtements en soupirant.

- Ils sont propres, les vêtements. TU pourras prendre ce lit-là. Je n’ai pas dormi dedans. J’vais mettre ça dans la commode…

Je me levais pour prendre un tas de tissus, ouvrit la porte de la commode adjacente, elle était presque vide, et y laissa tomber mon contenu. Je répétais trois fois l’exercice. Je pris ensuite appui sur mes genoux, étourdis.

- Voi… Voilà. Pour le bureau, y’a 2 tiroirs verrouillés, ils sont à moi et ses des loquets différents donc, tu comprends que tu t’essayes pas. Dernier point : Je fume et j’ouvre rarement la fenêtre et les lumières. J’ai une entente, donc faudra t’y faire.

T’as un droit?
Non, pas officiellement, mais à la quantité de fumée qui sort de ma chambre, faudrait qui soient vraiment con si c’est parce qu’ils n’ont pas remarqués.


Je levais mes lunettes en fessant un sourire malsain en la regardant dans les yeux.

- Bon bah, bienvenue en enfer.

Hel ricana et j’imaginais un fondu en noir sur la réplique, ça risque d’être marrant.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Et si l'enfer était sur terre ?
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 322
Localisation : cherche un toit, j'ai une fixation sur les toit
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: New roommates [PV Alix] Jeu 30 Juin - 15:12
Alix semble avoir aussi mal à la tête que moi. Elle se masse les tempes et je réprime mon envie de faire de même. Mais bizarrement, j'n'ai plus trop l'impression que la douleur vient de ma déesse, mais plutôt du réel... problème que j'avais en face de moi. Bon, il semblait que j'avais un vampire comme coloc. Ouais, ça devait être ça. Après les dieux, pourquoi pas les vampires, les fées et les loups-garous ? Tant qu'à faire, autant mettre le paquet. Je soupire discrètement et réfléchi à sa demande. Moi, ne pas avoir de lumière, en pleine aprèm, ça m'fait chier, clairement. Je me dirige d'abord vers l'unique fenêtre et l'ouvre avant de presque la fermer complètement, la bloquant avec sa poignée pour qu'elle reste dans cette position, laissant un mince filet de lumière transpercer dans la pièce. Après ça, je vais éteindre la lumière qui se trouve sur le mur opposé. La pénombre n'est pas totale dans la chambre, maintenant, au moins.

Il semblait bien que je lui annonçais la nouvelle. Et ça semblait pas vraiment la ravir. Elle resta en bug quelques minutes et je vis la forme de sa mâchoire à travers sa peau bouger, montrant qu'elle la desserrait et la resserrait. Ça la faisait enrager ? Hey, même moi j'réagirais pas à ce point ! Enfin, quoi que. N'empêche que son comportement passa pas inaperçu, et j'décidais de rester prudente avec elle. C'est en penchant la tête sur le côté que je la regardais en plissant les yeux, comme si j'examinais une race rare que j'connaissais pas et que j'me demandais comment elle allait me sauter à la gorge. J'ne restait pas longtemps comme ça, dès qu'elle reprit la parole, je redressais la tête et reprenais une face normale - enfin, pour moi. Un an qu'elle était ici et pas de coloc ; d'la chance, j'te dis. Et pour se voir, ça se voit, ouais !

- J'pensais que le vieux aurait prévenu, j'aurais trouvé ça logique. J'disais ça en faisant allusion au directeur barjo. Je haussais les épaules, puis la regardais sans rien ajouter.

J'essayais de rester le plus calme et neutre possible avec elle. Bizarrement, j'avais l'impression que c'était l'attitude qu'il fallait que j'opte avec elle. Elle me paressait à cran, derrière sa dégaine sans pression. Et, franchement, être en "froid" avec ma coloc, c'pas mon trip, so, please, que ça reste cool. J'étais trop fatiguée pour autre chose. T'façon, dès que possible, c'que je fais, c'est dormir.

- Que je sache, j'n'ai rien fait de mémorable pour atterrir ici. Sauf si faut prendre en compte le fait que j'suis une... enfant à problème ? J'n'étais pas très sûre du mot à employer pour mes nombreux changements de bahuts à cause de mes bagarres. J'regardais avec plus d'intérêt la chambre, tournant rapidement sur moi pour me mettre de nouveau face à elle. Au moins, y a de la place dans cette chambre. J'disais ça comme si j'm'en foutais, mais en vrai, ça me déplaisait pas.

Ça me rassurait de savoir que les vêtements étaient propres. J'n'étais pas maniaque, mais, ce qui m'appartenait, j'aimais bien quand c'était relativement propre. Et ce lit m'appartenait, à présent. Elle enleva le tas de vêtements en plusieurs fois, j'lui aurais bien donné un petit coup de main, mais, j'décidais de la laisser faire ; j'n'sais pas, un pressentiment. Une fois cela fait, elle prit appui sur ses genoux et elle reprit la parole bizarrement. Avait-elle un malaise ? Était-elle si peu du réveil ? J'ne fis pas de mouvement vers elle pour la redresser et de m'inquiéter de son état, je fronçais juste légèrement les sourcils par le souci.

- J'suis pas du genre fouineuse, j'l'aurais pas fait naturellement. L'fait que tu fumais m'avait pas échappé, vu l'odeur présente et ça me dérange pas - même si j'présume que tu t'en aurais foutu que ça me dérange. Je souriais d'une façon maligne en penchant la tête, j'croisais ensuite les bras sur mon torse en perdant mon rictus. Après, la fenêtre si peu ouverte comme maintenant, ça te dérange tant que ça ? Si c'était le cas, c'était juste un caprice.

Elle releva ses lunettes, sourit d'une façon dangereuse et m'souhaita la bienvenue d'une façon tout aussi sympa. Ces paroles, encore, j'm'en foutais. C'était ces yeux. Et j'étais sûre qu'elle avait fait exprès de les montrer tout en disant ça. J'avais réussi à rester stoïque, juste mes sourcils qui s'étaient froncés. Je comprenais mieux sa maigreur et son teint pâle. Cet aspect "malade". J'avais déjà vu ça, pendant mes mauvaises fréquentations. Ses marques sous ses yeux et sa rétine trop fatiguée pour son âge... La drogue. J'fronçais le nez. Quand j'disais qu'elle était étrange, c'n'était pas pour rien, b*rdel.

- Merci de l'accueil chaleureux. Aussi bouillant que les flammes de l'enfer, j'eus un sourire sardonique pendant une demie-seconde. Pas sûr qu'elle l'est vu. Remarque, ce serait mieux.

J'soupirais ; j'savais pas comment allait se dérouler la suite des choses... En tout cas, flemme de rester debout. J'partis donc m'asseoir sur mon lit, fatiguée.

- Ca va être dur, tout ça...

- Mais non. Voit le bon côté des choses.

- Lequel ?

Je la laissais chercher pendant que je me massais les tempes.
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Celtics
Celtics
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 523
Localisation : Dans ma piaule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: New roommates [PV Alix] Lun 4 Juil - 19:29
Copain?

Je trouvais que ces raisons pour être dans ma chambre étaient un peu minables. Quel con foutrait la reine des coups foireux et un enfant turbulent dans la même pièce à répétition? En même temps, tant qu’on paye et que les médias savent pas se qui se trame ici, je crois que notre père Noël s’en fou.

- T’es surement aussi bourré de fric et la famille voulait se débarrasser de toi. Sinon, t’as fait des trucs avec le vieux et il ne veut pas que ça se sache.

Je lui fis un clin d’œil bien déplacé. Oh, j’adore insinuer qu’on peut avoir ce genre de comportement pour avoir ce qu’on veut. Même si ce n’est pas glorieux, sexe is as good as money. Elle changeait de sujet pour parler des dimensions de la pièce. Grande? Bah, pas tant.

- Ouais, peut-être si tu le dis. Mais, elle est mal foutue, y’a une seule prise électrique, en haut du bureau. J’ai pas trop eu le temps de trouver une multiprise… La Lumière mal centrée et est juste surs les murs. Puis, on a une salle de bain grande comme dans un camping-car. Sauf, si tu trouves que notre douche-bain pour enfant de 12 ans, c’est du luxe, alors là, tu vas être ravie ma belle.

J’appréciais néanmoins qu’elle n’aille pas l’intention de fouiller dans mes trucs. Ça évitera bien des douleurs pour elle. Je devrais tellement devenir dealer, personne n’essayerait de me voler, sinon, je les brise de l’intérieur. Plan de carrière 2.0 si ma boutique faite faillit. En même temps, mes chiffres d’affaires sont juste bons pour payer mes employés. J’vous jure, une chance qu’ils sont agréables et que je les aime bien, parce que parfois, je foutrais tout ça là. J’en ai marre de passer mes jeudis soir à faire l’inventaire. J’espère qu’ils ne vont pas tous mettre ça n’importe comment durant mon absence en juillet. S’ils font ça, j’annule le mec qui fait le ménage et ils vont torcher durant un mois!

Oh zut, elle parle encore? J’écoutais plus moi, ouvrir la fenêtre? Ouais, cool.

- Ouais, aucun problème.

Un accueil chaleureux? Hel ricanait encore plus, elle allait s’étouffer ou quoi? Mais, ferme-là tu m’énerves! Madame, je suis pas aussi comme qu’Adès, un dieu grec. Hen, tu ris moins là.

Et merde… Je l’avais énervé, géniale, elle me pourrissait l’estomac. Je fermais les yeux et me mordait l’intérieur de la lèvre. Merde, pourquoi j’insulte toujours une divinité de la torture? Oh ouais, je suis coquebine. Elle prit place sur son lit et je pris possession d’un short, le mis et retourna en position étoile sur mon matelas. Arg.

Okay, je suis désolé! T’es moins connu, parce que t’es underground pis seulement les gens passionnés te connaissent.
Je ne suis pas sur de comprendre ta blague de sous-terrain, mais vue comment t’as l’air de piler sur ton égaux. Je vais le prendre tel un compliment.


Je sentais la pression abdominale se relâcher et je soupirais. Je tournais ensuite la tête vers la demoiselle.

- Bon, bah, tu peux t’installer. Prend la place que tu veux dans les toilettes, ça ne me dérange pas.

Je sentais ma bouche pâteuse. Me faut du café. Un Irish de préférence, mauvais matin. Enfin, après-midi. Whatever. J’enfilais un vieux chandail de band, attachèrent mes cheveux de côté et alla m’assoir en indien devant le mouroir et sortie une petite trousse de derrière. Temps de donner un aspect moins cadavérique à ma tronche. J’avais mis de la musique sur mon téléphone en me barbouillant, ne prenant plus compte de la présence de Gwen. Au bout de 10 minutes, j’avais l’air humaine. Je rangeais la trousse et regardait ma coloc, elle n’a pas l’air si mal.

- Ça te dit un café?

C’était soudain, mais sois je partais en l’ignorant, sois je passais une heureuse pour voir si oui ou non elle allait avoir droit à un bon traitement.

- Bah, pas celui de la café, il est horrible, mais à 2-3 rues d’ici, y’a une place sympa où il en serve.

Tu es bien sympathique d’un coup, tu caches autre chose.
Si je suis un problème et qu’ils m’ont fait entrer ici à cause de toi, peut-être que c’est pareil pour elle. Faut que je sache.
Bah, demande-lui si elle a une cour sur les divinités. Tu sais, celui que tu as été 3 fois et dormi une des trois.
Ah, ouais, j’avais oublié. Un lundi à 8 h aussi, les cons. Ils nous prennent pour quoi? Des Lawrences Doogood en puissance?


Voyant qu’elle réagissait peu, je tentai un sourire.

- Je te l’offre.

L’offre pathétique. T’n’as pas vu qu’elle n’a pas apprécié ta gueule tantôt? Elle ne semble pas trop chaude à ton égard.
Non, sérieux, devine pourquoi je me fou de la peinture au visage. Madame ma gueule est à moitié le pire cauchemar des hommes. Tu devrais comprendre.

Elle se tue. Je lui avais ramené à la gueule. Alix 1 Hel 0


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Et si l'enfer était sur terre ?
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 322
Localisation : cherche un toit, j'ai une fixation sur les toit
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: New roommates [PV Alix] Jeu 7 Juil - 12:52

 

New roommates

feat ~ Alix


Pendant qu'Alix s'habillait et allait à son tour sur son lit, j'me vautrais un peu plus dans le mien. Passant mes jambes par-dessus la tête du lit, mon dos à plat sur le matelas - pas trop mal, d'ailleurs - dans la position que j'aimais le moins car le tissu de ma chemise tirait trop sur la forme de ma poitrine retenue, j'fixais le plafond sans rien lui trouver d'intéressant. J'gardais cette position alors que j'répondais à ma nouvelle coloc. J'ris, pas longtemps, mais c'était déjà un miracle ;

- Comme si le vieux pouvait être le genre de quelqu'un. Certainement pas le mien en tout cas, alors fait plus ce genre d'allusion s'teu plaît, dis-je tout en tournant la tête dans sa direction, pour lui montrer mon petit sourire.

En plus, ma mère n'était pas si bourrée de frics que ça. Certes, on n'était pas dans le besoin, mais on n'était pas milliardaires. Et ça semblait être monnaie courante qu'on se débarrasse des gosses ici, puisque ça faisait 2 fois qu'on m'y faisait l'allusion. J'haussais comme j'le pouvais dans ma position les épaules pour ma deuxième réponse ;

- J'suis pas compliqué, le lit est pas mal, ça me suffit.

Après, j'étais satisfaite que notre histoire de fenêtre comme compromis marche. Alors qu'elle allait se faire une beauté, la musique qu'elle avait mise finit par me bercer, sans même que j'm'rende compte. Ça avait beau d'ne pas être une musique cool, lorsqu'elle reprit la parole, j'ouvris rapidement les yeux que j'n'me rappelais pas d'avoir fermé. J'étais encore dans un demi-sommeil et j'n'étais pas sûre d'avoir bien entendu ce qu'elle avait dit. Je fronçais les sourcils en la regardant ; hey, le maquillage l'avait bien changé, elle savait y faire pour cacher les "dégâts". Ce n'était pas le cas des nanas que je connaissais qui se droguait elle aussi ; elles, tu les voyais de l'autre côté du trottoir, tu restais sur ton trottoir bien gentiment.

- Brigid, cette histoire de café, j'ai rêvé ou pas ?

- Non, ces mots sont sortis de sa bouche.

J'hésitais. C'était sympa, surtout qu'il y avait à peine deux minutes j'avais l'impression qu'elle était prête à me foutre dehors sans ménagement, alors, proposition de café, c'était une belle évolution. Après... J'avais déjà pris une boisson plus tôt, mais c'était pas mon habituel café. Mais, en, allez quoi, 10 minutes à tout cassé, j'avais été pas loin de m'endormir, j'étais bien crevée quand même.

- "Je te l’offre", suivit d'un sourire. Le premier qui paraissait pas diabolique. Bon, okay, la sieste, ce sera plus tard, ça se faisait définitivement pas de refuser là.

Avant d'me lever j'm'étirais les bras au-dessus de la tête, puis pris un peu d'élan avec mes jambes en les ramenant à la verticale en l'air avant de les rabattre en avant, tout en poussant avec mes mains, j'passais par-dessus ma tête de lit ou je restais assise, face à Alix. J'frottais un œil puis l'autre avant d'la regarder.

- Un café serait pas d'refus, t'as raison. J'grimaçai, une vive douleur à la tête m'assaillant, ma main se porta à ma tempe instinctivement. Mais avant, y aurais des Doliprane par ici ?

Comme elle n'avait pas à chercher pour moi, j'me dirigeais dans la salle de bain, l'endroit le plus propice à mon avis où j'pouvais trouver ça. J'fouillais dans la pharmacie où j'trouvais rapidement mon bonheur dont j'pris un cachet avec un verre d'eau. D'ailleurs, j'm'aspergeais un peu le visage avec l'eau du robinet pour me réveiller, l'allure mort-vivant me plaisait pas trop. J'revins dans la chambre, mieux réveillée, et même intéressée de voir ce qu'allait donner cette histoire de "coffee". J'souris, un brin espiègle.

- C'est toi le guide, j'te fais confiance.



(c)LOKIA

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Gwen : #ff0000
Brigid : #00cccc

Avatar by : Kana (kwbr32)
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Celtics
Celtics
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 523
Localisation : Dans ma piaule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: New roommates [PV Alix] Jeu 28 Juil - 19:32
°°°°

Oh elle n’aime pas les centenaires. Bon à savoir, m’a pouvoir me faire une liste pour plus tard. J’appréciais néanmoins sa simplicité. Moi j’ai des critères de sélections douteux alors on devrait s’entendre à un moment.

Elle me regardait un peu Bizard… J’ai pas bien « blender » mon contour? Je jetais un coup d’œil vite au miroir, ah, n’ah. Elle doit juste trouver que j’en mets trop. M’en fou, moi j’aime le résultat, on ne me fait pas chier comme ça. Bon, on ne le fait pas souvent, mais pas grave.

Elle fit un mouvement un peu trop énergique pour se lever et accepta mon offre. Parfait. Elle ne prit pas de temps pour me demander des médocs. Je ris et pointa la salle de bain.

- Dans le cabinet il doit y avoir 2-3 bouteilles, sert-toi.

Pendant qu’elle fouillait, je ramassais mon téléphone, 2-3 billets, question de payer le café et mes lunettes de soleil. Elle sortit et j’ouvris la porte de la chambre.

Parfais, de toute façon si tu meurs je serais la première interroger.

Sur ce commentaire louche, je commençais à me diriger dans les couloirs. Direction le portail. Juste avant la porte de sortie, un mec commença à m’interpeller.

- Hey Ali...
- FUCK OFF

Je ne lui laissais pas le temps de finir que je poussais la porte de sortie et attrapais le poignet de Gwen pour la tirer avec moi.

Une fois à l’extérieur je la lâchais et me dirigeais sur le trottoir.

Suite de mon post au Café

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Et si l'enfer était sur terre ?
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 322
Localisation : cherche un toit, j'ai une fixation sur les toit
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: New roommates [PV Alix]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
New roommates [PV Alix]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A
» Alix Fils Aimé di sektè prive a remèt zam ilegal fannfwa yo
» Est au bar (Pv : Alix)
» Alix Merz [Serdaigle]
» Alix l'impératrice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Annexes :: ◄ Dortoirs des filles :: ► Chambres des filles :: Chambre 104-
Sauter vers: