AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Help! [PV Ethan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: L'Exterieur :: ◄ Galway
MessageSujet: Help! [PV Ethan] Dim 24 Juil - 1:14

 

Mh...au secours ?

Feat Ethan


Dormir. A cette heure-ci, ça aurait du être ton unique préoccupation. Samedi matin, neuf heures – l’horaire rêvé pour rattraper tout le temps de sommeil en retard que tu accumules depuis le début de la semaine. Seulement, pour une raison qui t’échappes encore, tu es incapable de fermer l’œil depuis qu’un rayon de soleil un peu trop insistant a mis fin à ta nuit à sept heures moins le quart. Foutu mois de juin. Et dire que tout le monde est content que les jours s’allongent…alors que pour toi, si le soleil avait l’amabilité de se planquer plus longtemps, ça t’arrangerait bien.

Ah, monde cruel.

Tu te balances négligemment sur ta chaise de bureau tout en fixant du regard le cahier de maths ouvert devant toi. Tu l’avais sorti en pensant profiter de ta malheureuse situation pour t’avancer dans les devoirs et être ainsi débarrassée de la corvée pour le reste du week-end. Enfin, ça c’est l’idée de Thémis -  toi tu voulais juste rester sous ta couette à lutter vainement contre l’insomnie, mais à force d’entendre râler la déesse tu en es venue à céder à sa requête à contrecœur.

Sauf qu’après deux heures à te concentrer sur cette foutue géométrie, tu en as plus que marre des mathématiques et ton niveau de productivité atteint des sommets de nullité. Dans un excès de désespoir, tu refermes le cahier avant de l’envoyer valser sous ton lit. T’as eu ta dose de devoirs pour les deux jours à venir, c’est bon.

« Tu plaisantes ? Je te signale que tu n’en es même pas à la moitié de ton DM. Sans compter que… »


« Le cerveau humain est incapable de rester concentrer plus d’une heure d’affilée. Le mien non, en tout cas. Economise ta salive, tu sais aussi bien que moi que j’ai besoin d’aller me dépenser, là. »


Tu ignores les protestations de la déesse et tu ouvres en grand ton armoire, désireuse de passer à autre chose. A cette heure-ci, la piscine est certainement ouverte, tu pourrais aller y faire un tour. Tu t’apprêtes à saisir ton maillot de bain, mais tu interromps le geste pour te figer lorsque ton regard se pose complètement par hasard sur la paire de rollers qui prend la poussière en bas de l’armoire.

Oh…c’est vrai que ça faisait un bail. En fait, à bien y réfléchir, tu n’y as pas touché depuis ta possession. En contemplant les patins, tu es envahie d’une bouffée de nostalgie. La piscine attendra ; pour l’instant, tu coinces les rollers sur ton épaule avant de quitter la pièce.

En moins d’une heure, te voilà à Galway. Incapable de contenir ton impatience, tu t’assois sur le premier muret de pierre venu pour enfiler les patins. Alors que tu défaits les lacets de tes Converses, tu as l’impression de ressentir une once de méfiance de la part de Thémis. Pressentiment que les paroles de la déesse te confirment aussitôt.

« Merry, cette chose ne m’inspire pas confiance. »


« Mh ? Ah mais relax, j’ai appris à faire du roller avant de savoir marcher ! »


Ce qui est en fait assez éloigné de la vérité.  Cela dit, une fois les rollers chaussés, quelques minutes te suffisent à retrouver tes vieilles habitudes. Tu ne sais pas si ce qu’on dit toujours sur le vélo s’applique aussi au roller ou si c’est juste que les années de pratiques portent encore leurs fruits, mais tu as l’impression d’avoir conservé tes réflexes. Autre point positif, la sensation de vitesse que tu avais presque oubliée et que tu redécouvres avec joie.

Non, mais le mieux dans tout ça, c’est sans doute que Thémis est si tétanisée qu’elle n’a pas ouvert la bouche depuis près d’un quart d’heure. Tu profites donc pleinement de ce calme rare. Après tout, cela faisait bien un moment que tu n’avais pas profité d’une météo aussi douce et le coin de Galway où tu te ballades à présent est étonnamment tranquille pour un samedi matin. Tu n’es jamais venue ici – ou peut être que si en fait, mais ton sens de l’orientation est assez douteux. En tout cas l’endroit ne te dit rien, probablement parce que tu as fini par t’éloigner un peu du centre ville. En fait tu es un peu perdue, mais tu t’en fiches un peu parce qu’au moins, ça tue le temps. Ce dont tu te fiches un peu moins, c'est le grognement désapprobateur que pousse Thémis alors que tu accélères la cadence de tes pas dans le but de gagner en vitesse.

« Je t’assure, je sais ce que je fais. »


« C’est bien ce qui m’inquiète, oui. »


Tu lèves les yeux au ciel, presque vexée par ce manque cruel de confiance en toi de la part de la déité. Combien de fois il faudra lui répéter que tu contrôles très bien ta vitesse ?

...Ce que tu contrôle un peu moins, c’est la pente de la route sur laquelle tu viens de t'engager. Oh, m*rde. Toi qui voulais prendre de la vitesse…ouais, tu vas être servie. Bon sang, comment on freine en pente avec ces patins ? D’accord tu peux tenter de ralentir mais…ah non, 'marche pas, la route est bien trop inclinée.

« Oh mon dieu. Je vais mourir. »


« …T’es sûre que tu maitrises ? »


« B*rdel, j’ai l’air de maîtriser quoi que ce soit là ? »
lâches-tu sans même te rendre compte que tu t'es exprimée à voix haute.

Tu bats des bras dans l’air, comme si ça allait suffire à faire quoi que ce soit pour contrer l’accélération due à la pente. Aucun effet. A ce rythme là, la chute te semble inévitable.

« Quelqu’uuuun, à l'aiiiide ? »
te hasardes-tu à lancer d’une voix étranglée en désespoir de cause.
 



(c)LOKIA
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Help! [PV Ethan] Lun 1 Aoû - 1:44


And then the incredibly sexy hero appeared!

feat. Merry



J’avais passé la nuit à Galway en bonne compagnie après mon chiffre de nuit. Une bande de filles sur le party avait fini au bar à discuter avec moi. L’une d’elle avait des problèmes avec son mec abusif et souvent absent qui trempait dans des magouilles un peu louche. Enfin, un looser quoi!…Mais pas comme moi, lui, c’tait un c*nnard. Ses amis avaient eu la bonne idée d’la sortir pour discuter d’une porte d’sortie, lui faire réaliser dans quel merde elle était et après quelques cocktail d’mon de mon cru, le résultat souhaité semblait commencer à faire son ch’min dans sa tête. Elle avait b’soin d’s’évader, trouver un mec qui la f’rait rêver un peu et f’rait attention à elle et ça s’tait mon job!... Du moins pour cette nuit. Ses copines avaient rapid’ment compris qu’ça cliquait entre nous et qu’elles allaient pas la ram’ner. Satisfaites, elle avaient fini par la laisser entre mes bonnes mains d’artistes et à la fermeture j’l’avais raccompagné chez elle. J’l’avais écouter tout au long du trajet. La fille était jolie, châtaine aux cheveux long et aux yeux verts, elle avait fait des études importantes, semblait brillante, mais gâchait son potentiel avec son mec. J’l’a laissai s’défouler, cracher sa hargne contre son idiot d’compagnon d’vie qui savait pas quel joyau il avait entre les mains. Évidemment, vous vous doutez d’la suite... J’m’étais occupé d’lui béliner l’joyau justement. C’tait qu’le lend’main matin qu’on entendit le loquet d’la porte tourné.

« Oh oh… »

J’me r’dressai vivement, elle fit d’même. Nous nous observions un moment paniqués.

« C’est lui! » m’dit-t-elle soudainement nerveuse.

J’aurais sur’ment pu confronter l’mec, mais s’tait clair’ment pas l’envie d’la dénommé Barbra et j’voulais pas lui donner plus d’emmerde. J’avais fait mon boulot, elle penserait certain’ment à son propre bonheur et sa liberté dans les prochains jours. J’avais su lui ouvrir les yeux…enplus des cuisses…Nous nous rel’vions en vitesse. Elle revêtit ses sous-vêtements et cherchant une ch’mise de nuit, m’lançant mon pantalon qu’j’enfilai à toute vitesse. J’attrapai mon sac et y fourrai tous mes effets personnel, mis mes souliers sans mes chausettes, mis ma chemise sans la reboutonner et j’ouvris la fenêtre comme il m’serait impossible d’sortir sans croisé son mec. J’passai un pied par la f’n’être et m’assit sur le r’bord et fit signe à la jeune femme d’s’approcher. Elle m’balança un d’ses r’ards qui voulait clair’ment dire : « Mais qu’est-ce que tu fou encore là? ». Malgré tout elle s’exécuta et j’lui volai un dernier baisé passionné, une main sous son menton pour orienter sa tête.

« Quitte s’t’imbécile! T’en as pas b’soin! » Lui murmurai-je en r’tirant ma main avant d’lui faire un clin d’œil et commencer à descendre l’mur d’l’édifice. Par chance, elle était qu’au s’cond étage. La descente avait été un peu raide, mais sans blessures ou rien. J’allais m’éloigner en vitesse pour éviter tout soup’çon d’la part du copain Barbra qui entrait dans la chambre et que j’pouvais d’jà entendre ronchonner.  L’ton monta et j’hésitai à réellement quitter, mais aucun signe d’violence se f’sait entendre. D’toute évidence, il avait quand même ses doutes. Pour ma part, j’avais atterri dans une petite rue en pente apique, ce qui m’avait fait un peu aider avec la descente d’ailleurs mais s’qui n’semblait pas l’cas d’une jeune fille qui la dévalait à toute vitesse, attirant mon attention alors qu’elle agitait ses bras en l’air pour se rééquilibré sur ses patins.

« B*rdel, j’ai l’air de maîtriser quoi que ce soit là ? »

L’ayant entendu, j’avais tourné la tête au bon moment alors qu’elle appelait à l’aide d’une voix désespéré.

« Quelqu’uuuun, à l'aiiiide ? »

J’allai m’placer hâtiv’ment d’vant la p’tite et m’positionnai pour la r’cevoir dans mes bras en plantant bien mes pieds au sol pour prév’nir le choc. Juste au bon moment, car quelques s’condes à peine après, mon souffle coupa alors qu’j’amortissait l’choc contre mon torse en tentant d’suivre son mouvement d’façon plus ou moins efficace, tournant sur l’côté en la ret’nant, profitant du fait qu’elle soit sur roues pour le faire. Terminant notre tour sur nous même, je n’la r’lâchai toutefois pas tout d’suite, car un peu plus haut, la grosse tête hirsute du mec passait par la fenêtre. Par chance, j’étais dos à la f’nêtre et ma ch’mise déboutonné n’devait pas paraitre d’son point d’vu comparativement à la jeune fille qui avait la tête collé à ma peau. J’osai même m’servir d’elle pour garder l’illusion.

« Ne bouge pas. S’il te plait, fait comme si tout était normal. » Lui d’mandais-je entre mes dents, en lui retirant lentement son casque pour le cacher derrière nous en faisant comme si notre rencontre était prévu et que nous n’étions que de simples passants, sans doute un couple. Le truc chouette étant que, beaucoup plus p’tite que moi, elle devait être difficile à voir en entier, surtout l’expression d’son visage à présent appuyé contre ma peau qui j’m’en doutais, d’vais être celle d’la fille qui comprend pas comment elle s’est ramassé là.  

« Hey! Vous deux? Vous avez vu un mec descendre par ici?! » D’manda t’il agressiv’ment.

« Euh quoi? Un type? Nah, désolé! » Répondit-je innocemment.

J’secouai la tête négativ’ment et attendit qu’il r’tourne dans à l’intérieur….Succès! Il semblait mécontent et surtout avoir des doutes, mais il n’y avait vu qu’du feu! J’me promis d’repasser plus tard ce soir pour m’assurer qu’tout allait bien pour la fille. En attendant, j’pouvais passer à ma s’conde priorité.

« Euh? S’cuse pour ça…Tout va bien? » D’mandais-je à la jeune femme en patin en lui rel’vant l’menton doucement pour prendre le temps d’évaluer son état et d’voir son visage.

Une expression d’surprise s’afficha sur mon v’sage lorsque j’reconnu la jeune M qui avait accompagné Leila pour une bonne partie d’la soirée d’Pâques et avec qui j’avais partagé quelques bref pas de danse. Aucune idée  d’qui elle était par contre, mais j’savais qu’elle était à Immo.

*Hey bien regarde qui voilà! Le monde est petit c’est fou! Peut-être qu’ton « Dieu » veille sur toi après tout, tu te serais fait prendre si elle n’avait pas été là et que tu avais été seul.* Ajouta Aphrodite avec dédain.
La d’moiselle avais pas particulièr’ment apprécier ma compagnie de cette nuit et m’le faisait clairement sentir dans l’ton d’sa voix. D’jà qu’elle appréciait pas tellement mes hésitations face à la religion, chose qu’elle trouvait moyen aussi d’me faire sentir dès qu’elle le p’vait.

« Hey! J’te connais-toi! S’cuse j’ai pas bien pigé ton nom la dernière fois. »

*C’est parce que tu ne le lui as pas demandé la dernière fois.*

*C’est à elle que j’cause.*

« Au fait, tu tombes à pique! Ou devrais-je dire « roule à pique » dans s’cas-ci… Ah ah! Par contre j’te conseil pas d’aller t’promener par-là en patin, y’a qu’du pavé. T’allais t’planter en beauté ma chouette! Une chance que j’tais là!»


En effet, tout au bas d’la côté le type de matériel qui constituait la route changeait pour de petites pierres.



(c)LOKIA
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 413
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Help! [PV Ethan] Ven 12 Aoû - 14:44

 

tu parles d'une princesse en detresse...

Feat Ethan



Après avoir essayé sans succès de ralentir par tous les moyens possibles et imaginables,  tu finis par te rendre à l'évidence: tu vas très certainement mourir ici. L'avantage,  c'est que personne n'est là pour se souvenir de ta fin ridicule. Oh et puis, si ça se trouve tout ça n'est qu'un foutu cauchemar. Tu fermes très fort les yeux. Si c'est effectivement le cas, tu ne devrais pas tarder à te réveiller parce que la fin est proche  - à part si un mec canon tombe du ciel pour te sauver bien sûr. Sauf que ce genre de choses n'arrive que dans les films, non ?

"Oui je confirme."


"T'as rien de plus utile à dire toi ?!"


"Bah quoi ? Je te l'avais dit que cette chose était dangereuse."


"Bon sang mais c'est pas le moment de me balancer du 'bien fait pour toi', je te rappelle que si- oh."

Tu t'interromps en réalisant que tu viens de heurter quelque chose. Sûrement un arbre. En plein milieu de la route, oui. Comme tu es probablement dans un rêve,  ça n'a rien de bien surprenant.

"Tu n'es PAS dans un rêve,  crétine. Et...je crois que c'est plutôt un être humain. Sinon, faudrait que tu m'expliques comment ton arbre a fait pour te faire tournoyer sur lui-même."

Tu ouvres les yeux difficilement et... ah, Thémis avait encore raison. T'as tête est collée à un torse...définitivement humain. Et vraiment pas mal, d'aill- oh mais là n'est pas le sujet.

Tu t'apprêtes à relever la tête pour remercier celui qui t'a probablement évité une chute bien douloureuse lorsqu'il t'interrompt dans ton geste.

"Ne bouge pas. S'il te plaît,  fais comme si tout était normal."


Hein ? Tu hausses un sourcil en entendant ces mots, mais tu ne protestes pas alors qu'il te retire ton casque pour le cacher. Pas que ça soit dans ton caractère de te laisser faire et d'obéir docilement mais dans l'immédiat t'es bien trop occupée à te demander comment tu es arrivée ici. Parce que là, pour peu t'aurais l'impression d'avoir débarqué dans un film d'espionnage.

Pas que l'idée te déplaise en soi...c'est juste que t'es un peu paumée,  là. Et l'échange qui vient d'avoir lieu entre ton sauveur et un inconnu ne t'aide pas à mieux comprendre la situation,  bien au contraire. Tu aimerais bien jeter un oeil derrière toi, mais les mots entendus un peu plus tôt tournent en boucle dans ta tête. Tu gardes bien la tête penchée. Pas bouger Merry, pas bouger.

Parce que bon, quitte à jouer les complices autant le faire à 200% hein.

"Pourquoi tu l'aides ? Tu ne le connais même pas."


"Peut être, mais lui il m'a aidée tout à l'heure... je fais que lui rendre la pareille tu vois ?"


"Pourtant rien ne te dis que ça n'était pas une action intéressée. Ça avait l'air de bien l'arranger tout de même. "


"Ouais, mais je peux bien lui accorder le bénéfice du doute non ?"


"Hm."


"Tu vas encore te lancer dans un de tes interminables discours sur mon sens moral douteux ?"


"J'essaie juste de comprendre ta manière de raisonner."


Pas de condescendance,  ni de reproche au passage ? Wow. Première fois que ça arrive, tiens, si bien que ça te ferme le clapet. Mais tu n'as pas le temps de t'appesantir là dessus parce que tu sens une main soulever ton menton. Ses paroles te ramènent à la réalité.  Tu relèves la tête, prête à lui assurer que tout va bien lorsque tu croises finalement son regard, et...

Oh. Tu fronces légèrement les sourcils en réalisant que tu connais ce visage... mais d'où ? Tu n'as pas besoin de beaucoup de temps pour que l'endroit où tu l'as déjà vu te revienne: c'est le gars de la Bunny Party, celui qui était derrière le bar. Drôle de coïncidence de le retrouver ici. En fait,  il a l'air tout aussi surpris que toi.

"Hey! J’te connais-toi! S’cuse j’ai pas bien pigé ton nom la dernière fois."


"Well, t'inquiètes, t'étais pas sorti de l'auberge si t'avais dû retenir le nom de tous les gens au party. Sinon, c'est Merry! T'es probablement la dernière personne que je m'attendais à voir ici. Attends..."


Tu réfléchis quelques secondes. Leila t'avait donné son nom nan ? Faut dire qu'avec tout ce qui s'est passé après, ça t'es un peu sorti de la tête. Ça va sûrement revenir, t'en es convaincue.

"Ah! Ethan! C'est ça nan ?"
t'exclames-tu quelques secondes plus tard en claquant des doigts, toute fière d'avoir réussi à te rappeler.

Tu poursuis sur le ton de la plaisanterie, en posant une main sur ta hanche dans une tentative de faire preuve d'une fausse prétention bien trop exagérée pour être crédible.

"Et ouais, heureusement que j'étais là pour te sauver la peau hein ? Ah ah, j'déc, t'as raison c'est moi qui devrais te dire ça en vrai ! Pis toi t'es littéralement tombé à pic, ah - enfin je suppose que c'est bien de là que t'es tombé ?"


Tu montres d'un signe de la tête les maisons de derrière - c'est de là que venait la voix, et ton petit doigt te dit que le jeune homme n'était pas aussi innocent que ce qu'il n'y laissait paraître.

Bon, ton petit doigt et surtout Thémis.

...mais t'as pas besoin d'elle pour deviner des trucs aussi evidents, right ?

"Ah oui ? Tu veux qu'on reparle de la fois où...."


"Rohhh c'est bon, j'ai compris..."


"Bref, et merci pour l'info aussi. Du coup....tu retournes vers le centre-ville aussi je suppose ? À moins qu'il te reste encore des trucs à faire dans le coin ?"


"Vu ce qui vient de se passer, je pense qu'il va plutôt se retirer discrètement."


"Mouais, à sa place j'aurais encore un peu nargué le gars avant de partir... faut bien s'amuser un peu..."


"Tu as de bien drôles façons de t'amuser quand même."


Bon sang mais c'est qu'elle parlait moins toute à l'heure cette vieille chouette. T'aurais bien tenté la remontée en rollers juste pour le plaisir de ne plus l'entendre,  mais tu doutes d'y arriver même en t'appuyant de toutes tes forces sur Ethan. Quoi que ça pourrait être drôle de te faire traîner jusque là haut, ah ah. Finalement, tu laisses vite tomber l'idée parce que ça t'étonnerait quand même qu'il accepte. Hors de question de quitter tes rollers pour autant. Tu monteras la pente en marchant sur les genoux s'il le faut, mais tu ne cédera pas aux caprices de ta déesse.

"Ta sagesse n'a d'égal que ta taille...dire que je me faisais du soucis pour ta sécurité."

Cause toujours. Allez, ça doit pas être insurmontable cette pente non ? Tu reciles d'un pas en t'appuyant sur Ethan, puis tu t'élances aussitôt en plaisantant:

"Hey, tu me rattrape si je tom-"


Tu n'as même pas le temps de finir ta phrase que déjà tu te ramasse en avant.  Enfin non, tu as le bon réflexe de mettre tes bras à terre à la dernière seconde, ce qui fait que tu évites de justesse de t'exploser la tête au sol.

"C'était si prévisible, en même temps."


Ouais, avec une pente pareille... elle n'a pas tort. Tu éclates de rire avant de lever la tête vers Ethan.

"T'imagines pas à quel point c'est fatiguant d'être la plus grande casse-cou d'Irlande.Enfin, la plus grande...  façon de parler hein."

Tu tends une main vers lui comme pour lui demander de t'aider à te relever avant d'ajouter avec un sourire à peine coupable:

"Promis que c'est la dernière fois que je te demande un service ! Du coup, euh...tu pourras m'attendre trentes secondes histoire que je quitte mes rollers ?"


"J'espère que ça t'aura passé l'envie de remonter sur ces....choses..."


"Ça c'est dans tes rêves ma grande!"




(c)LOKIA
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Help! [PV Ethan] Mer 24 Aoû - 8:12


Je sent qu’on va bien s’amuser!

Feat ~ Merry



La menace passée, la p’tite dame s’présenta comme étant une dénommée Merry.

« Oh cute name! Il t’va bien! »

À peine l’avais-je complimenté sur son nom qu’elle, sembla s’rapp’ler d’moi, même qu’elle savait mon nom. Évidemment qu’elle s’rapp’lait mon nom quelle idée! J’avais une personnalité marquante que voulez-vous et ma déesse en était fier, elle qui aimait bien être remarqué, idéalement admiré. Il m’restait quelques étapes importantes à faire pour atteindre ses objectifs, mais s’lon elle, j’étais en bonne voie pour l’aider dans la réalisation d’ses désirs divins qui consistaient à r’partir son culte. J’t’ai personnellement moins ouvert à s’t’idée et moins certain d’être en bon ch’min pour le faire.

Bref, Merry, avait poursuivi, faignant d’m’avoir sauvé les fesses et ce d’façon exagérément prétentieuse. J’lui étirai un large sourire amusé alors qu’elle changeait son discours en genre d’remerciement, puis bombai l’torse tel un super héros d’BD américaine, et ce, tout aussi exagérément qu’son attitude précédente, levant la mâchoire vers d'autres horizons et frottant ensuite mes ongles sur mon épaule puis les observant.

J’ricanai lorsqu’elle ajouta qu’j’étais littéralement tombé à pic. Elle n’avait pas tort. J’relâchai mon attitude artificielle pour lui répondre plus sérieusement.

« Ouais bah, j’mentirais si j’disais qu’ça m’avait pas un peu arrangé aussi, mais ça fait plaisir. J’t’aurais pas laissé d’planté comme ça. Abîmer j’jolie minois aurais été dommage. Pas que j’t’aurais laissé d’tuer si t’avais été un laid’ron, mais bon, on s’comprend…»


J’éclatai d’rire en imaginant laisser la sélection naturelle faire son boulot. Aphrodite approuva, m’accompagnant dans un fou rire face à cette image bien peu éthique. Nous l’savions, nous étions d’horribles personnes par moment.

"Bref, et merci pour l'info aussi. Du coup....tu retournes vers le centre-ville aussi, je suppose ? À moins qu'il te reste encore des trucs à faire dans le coin ?"

J’haussai les épaules.

« Bah…euh…ouais pour le moment. J’vais r’venir beaucoup plus tard pour m’assurer qu’ma douce va bien et bon possiblement la consoler d’nouveau d’cette journée sans doute TRÈS mouvementée avec s’qui lui sert d’copain. Genre l’gros imbécile d’gorille qu’tas vue…Mais pour l’moment, j’vais laisser la poussière r’tomber pour pas attirer plus de soupçons. »

En effet, la p’tite m’avait ainsi permis d’pouvoir renouv’ler l’expérience. S’qui aurait été impossible s’il m’avait aperçu. J’comptais bien utiliser s’te chance et j’me doutais bien qu’mon amourette d’un soir s’rait pas contre.

*Oh par Zeus…tu n’apprends pas vite! Tire-toi d’ici et ne reviens pas!*


*Ça f’rait bien ton bonheur hein?! Mais…Faux! J’apprends très vite! Maintenant, j’sais à quelle heure il revient!*


J’observai l’heure sur mon téléphone et plaçai un cadrant 1h00 avant…pour le lendemain…On est jamais assez prêt!

« Plus, j’ai pas bouffé, y’a sur’ment d’quoi en ville. On y va!»

J’donnai un coup d’tête en direction d’la côte, rangeai ensuite mon appareil pour terminer d’rattacher les boutons d’ma ch’mise, profitant d’l’absence du mec pour m’donner une allure plus présentable d’vant Merry qui pendant s’temps s’appuya sur moi avant d’repartir, m’arrachant un nouveau sourire amusé. Des casse-cous à l’orphelinat j’en avais vu plein. L’plus drôle était d’leur proposer des plans foireux dans lesquels ils n’hésitaient pas à embarquer. Des souv’nirs mémorables d’bonnes sœurs nous courants après en s’empêtrant dans leurs robes me revinrent à l’esprit. Pour l’bon vieux temps, j’décidai qu’j’allais accompagner la p’tite dans ses projets. S’pas comme si j’avais quoiqu’ce soit à faire et bon la journée s’présageait intéressante en sa compagnie. Plus, elle aurait sur’ment b’soin d’son bodyguard et à première vue, s’tait pour s’protéger d’elle-même. Ouais, j’avais décidé qu’s’tait une BA qui m’plaisait bien.

"Hey, tu me rattrapes si je tom-"

« Pas d’problèmes! Laisse-moi deux s’con… »

À peine avais-je eu l’temps d’terminer ma phrase, qu’j’la vis tomber vers l’avant sans que j’puisse faire quoiqu’ce soit vu qu’mes deux mains t’ait occupée. Par chance elle s’rattrapa alors que j’crispai les dents, craignant qu’elle s’soit fait mal.

"T'imagines pas à quel point c'est fatigant d'être la plus grande casse-cou d'Irlande. Enfin, la plus grande... façon de parler hein."

Elle tendit une main vers moi pour d’mander d’l’aide. J’l’attrapai évidemment pour l’aider, peut-être un peu brusquement considérant qu’elle était sur roulette, mais j’tais là pour l’attraper d’toute façon.

"Promis que c'est la dernière fois que je te demande un service ! Du coup, euh...tu pourras m'attendre trente secondes histoire que je quitte mes rollers ?"

« Tant qu’t’ai pas aussi casse-pied, tu peux tenter l’diable comme tu veux, j’veux bien t’ramasser. Non attend, en fait, tu veux faire du roller? On va faire du roller! Place-toi droite, plis les genoux un peu pour pas qu’t’ai l’air d’avoir un balai rentré profond et appui toi solid’ment sur mes mains.»

J’lui avais pas vraiment donné l’choix. J’me plaçai derrière elle, prêt à r’monter la côte en courant, mes mains plaquées derrière son dos en m’assurant d’la stabilité. J’l’agrippai un moment pour tirer vers l’arrière pour prendre un élan puis, couru vers la pente en prenant d’la vitesse pour la pousser jusqu’en haut. L’truc cool c’est qu’vu sa taille et sa silhouette, Merry était très légère et ça m’facilitait les choses. Une fois l’obstacle surmonté, j’l’arrêtais pour pas l’envoyer dans la rue en face d’nous et pris la liberté d’la tourner vers moi. Y’avais pas à dire s’t’ait pratique de l’avoir sur roues.

« Bon! J’ai rien à faire de spécifique, mais j’propose de s’rendre dans l’coin du marché en passant par les rues asphaltées et quand on atteindra d’nouveau du pavé, si t’as pas souliers avec toi j’m’occupe de t’faire passer l’coin sans problèmes. »

J’prévoyais carrément la porter sur mes épaules s’il le fallait. Fine elle n’était pas si p’tite, mais j’devrais avoir s’qui fallait pour t’nir un moment. Ça promettait surtout d’être marrant, mais avoir l’air d’un con m’faisait pas peur, j’tais connu dans l’coin les gens savaient à quoi s’attendre.

« Attends! J’ai une idée! »

J’retirai ma ceinture pour l’attacher après mon poignet et la maintenir de ma main. J’tendis l’autre extrémité à Merry.

« Accroche-toi! J’te tire! Tu m’fais confiance right?»

J’lui lançai un regard partager entre le défi et la complicité, haussant les sourcils.

J’sentais Aphrodite qui attendait la réponse avec impatience, apparemment, elle approuvait la tournure qu’prenait notre journée, divertissante et surtout sans « compétition » pour elle! Comme s’il y en avait jamais d’toute façon! Mais bon chuuut, j’allais surtout pas lui donner la satisfaction d’lui dire ça.

Enfin, intérieur’ment  j’me disais qu’Merry pouvait pas r’fuser. J’l’avais sauvé pas vrai. J’t’ais genre son héros. AUCUNE raison d’pas m’faire confiance!

*Mhhh…*

*Quoi mmh?*


*Elle vient à peine de te rencontrer. Laisse-lui une chance si elle refuse. Ne le prends pas mal. C’est une jeune fille. Elle doit bien avoir sa sensibilité et sa délicatesse. Tu la traites en garçon!*

*Ouuuais….t’as du rattrapage à faire ma grande, les jeunes femmes, ça ne reste pas à la maison dans ton gyné…gynéco…ton truc qu’tu m’parlais…*

*Gynécée…*, m’répondit Aphrodite en soupirant, découragée d’mon manque d’culture.

*S’pas important! J’garde mon cerveau pour des trucs utiles! Enfin bref, j’la traite en égal, j’pense qu’elle peut en prendre!*

*Utile comme l’heure de retour d’un parfait inconnu dans la chambre de sa compagne…*

*Moi qui pensais à une journée simple, pas compliquée. On peut arrêter de s’casser la tête?*


*Oui, d’accord! Désolé! Vrai qu’on avait du plaisir. Allez pardonne-moi! On continue!...Euh…J’ai une demande spéciale, amour. Nous pourrions aller faire les boutiques!? Ça fait un moment que tu me dis que tu m’y trainerais! Dit oui! Dit oui!*
, ajouta-t-elle sur un ton plus mielleux.

*Euh bah…il y en a dans le coin. On pourrait y faire un détour, j’vais lui proposer!*

J’réalisais peu à peu qu’j’avais beaucoup plus d’plaisir qu’prévu. Y’avais un moment, qu’j’avais pas fait l’con pour autre chose qu’un party ou des trucs qui tournaient mal. S’te fois, s’tait que plaisant et j’avais l’étrange sensation qu’l’attitude positive d’Aphrodite et d’la p’tite Merry y était pour beaucoup. J’sentais qu’cette dernière voulait qu’s’amuser, pas d’arrière-pensée, pas d’hypocrisie. Elle semblait pas non plus avoir d’jugement à mon égard, du moins j’le croyais, s’qui démarrait bien notre p’tite rencontre. Pas qu’sa m’aurait réellement dérangé, j’men fichait bien au fond, mais y’avais vraiment pas d’pression et s’tait agréable pour une fois qu’les choses soient pas compliquées, qu’ce soit simple. Faut dire aussi qu’la taille et la tronche d’Merry m’donnait un sentiment qu’j’avais pas eu d’puis un moment, celui d’devoir prendre en charge la protection et l’divertissement des plus jeunes….pas qu’elle avait l’air d’en avoir réellement b’soin ou qu’elle soit tellement plus jeune. La brunette avait d’l’attitude et j’adorais ça, mais si j’avais eu une p’tite sœur, j’l’aurais dressé comme ça!

*Dressé? Ce n’est pas un chien, tu sais?*

*Rabajoie! Tu comprends s’que j’veux dire.*

*Tu t’exprimes très mal.*

*J’ai dit une journée simple et pas compliqué!*


*Oh! Oh! Désolé!*, s’excusa-t-elle contrite.

*Nous allons toujours dans les boutiques n’est-ce pas?*, demanda-t-elle craignant clairement que je change d’avis pour la punir.

« Ah ah! Bon d’accord j’lui demande! Dit Merry? Est-ce que tu es l’genre de fille à faire les boutiques. C’est pas moi, c’est ma déesse qui d’mande…Parce que ouais c’est une fille et elle semble déterminer à faire de toi sa collègue de shopping. Pas que je sois contre…"

*Ouuii!!!*

J’soupirai.

"…mais je me sens vraiment ridicule d’poser la question. Tu fais ça parfois des trucs pour son plaisir à elle? J’veux dire. J’sais pas trop comment les autres fond pour gérer l’fait d’avoir une s’conde personnalité dans le fond du crâne avec des goûts ou intérêts différents."

En effet, d’puis ma possession j’avais appris à faire attention aux activités qui plaisaient à ma déesse, à ses goûts artistiques, musicaux, théâtraux et filmiques. J’lui avais montré des trucs contemporains qui lui plaisaient et j’lui avais promis d’aller voir un tas de truc dont les disquaires. S’tait là qu’on s’dirigeait si Merry nous l’accordait bien.

« Enfin, j’demande parce que dans s’cas j’propos’rais, aller j’chercher une p’tite bouffe à manger en ch’min, boutique d’musique et prom’nade en ville jusqu’à s’que Merry tombe dépuis’ment. Quelqu’un à d’autres demandes spéciales? », Demandais-je enfin en l’vant les deux mains en l’air et figeant comme si j’attendais une réponse d’une des trois entités présentes autres que ma propre personne. Le plus drôle était d’réaliser que j’m’adressais à quatre personnes puisque j’pouvais affirmer sans crainte qu’Merry était possédée comme elle était v’nu à la fête d’Pâques des M. Un peu d’certitude faisait du bien aussi en fait. J'lui lançai un r'gard entendu m'assurant qu'sa créature dans l'crâne avait rien à ajouter non plus.

HRP:
 



(c)LOKIA
avatar

Me, Myself & I
Ses Succès:
Pouvoirs:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 413
Revenir en haut Aller en bas
Help! [PV Ethan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La parabole des ténèbres - partie 3 [Ethan]
» Ethan Mazon [terminée]
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}
» Mélodies du soir, alchimie des passions [Ethan]
» Ethan Hudson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: L'Exterieur :: ◄ Galway-
Sauter vers: