AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


After party!!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Périphérie - Monde :: ◄ Vieux Galway - Centre-Ville :: ► Cathédrale Notre-Dame
MessageSujet: After party!!! Jeu 28 Juil - 4:33


After party!!!

feat. Eireen


J’t’ais assis dans la voiture d’police, Sean à l’avant, un air bête et décourager. Il avait l’air frustré d’avoir à m’trainer au poste. Il m’avait fait clair’ment fait comprendre que j’m’en sortirais pas si facil’ment en étant majeur. D’puis l’début du trajet j’avais été tranquille, concentré sur l’inconfort d’mon pantalon collé de jello sur le siège d’la voiture et perdu dans mes pensées sur comment j’allais m’en sortir cette fois. Pour Aphrodite, c’était une expérience nouvelle. J’la sentais profondément anxieuse et j’avais tenté d’la rassurer, usant d’mon humour habituel et lui parlant calmement. S’tait définitivement la première fois qu’j’allais avoir à dealer avec ma divinité dans un environnement pareil. Après quelques coins de rue de trop j’compris qu’mon conducteur hésitait à m’parler avant notre arrivée. Pas normal que l’trajet d’sept minutes passe à dix. En attendant qu’il s’décide j’avais d’mandé qu’il monte le son d’la musique, s’qu’il m’avait r’fusé par un silence plutôt lourd et en y ajoutant la fermeture de la radio comme une punition. Pas grave, j’la connaissais pratiqu’ment par cœur et j’décidai d’la chanter à tu tête en tapotant dans le grillage nous séparant pour rythmer le tout.

« Oh, Mama, I'm in fear for my life from the long arm of the law

Law man has put an end to my running and I'm so far from my home
Oh, Mama I can hear you a-cryin', you're so scared and all alone
Hangman is comin' down from the gallows and I don't have very long»


«Ethan arrête…la situation est sérieuse. Ce n’est pas drôle.»

«The jig is up, the news is out
They've finally found me

The renegade who had it made
Retrieved for a bounty»

«J’adore Styx! Et clair’ment qu’c’est drôle comme situation! J’ai les couilles scotcher avec du jello à ton p*tain d’char d’luxe en chantant un truc presque d’circonstance. C’est juste parfait! Magique!», ajoutais-je en tirant l’entrejambe d’mon pantalon loin des parties concernées.

*Hum? Styx? Le fleuve?*

*Hein? Non. Le groupe… D’quoi tu parles?*

*Rien laisse…ce n’est pas le moment. Juste, un fleuve de l’enfer…pas important dans les circonstances.*

*Oh. Cool!*

« Ethan, arrête…ETHAN ÇA SUFFIT! Je suis sérieux. Je te connais depuis trop longtemps. J’avais espoir que tu t’en sortirais. Pourquoi tu fou toujours tout en l’air? C’est quoi ton problème? Un orphelinat comme celui-là aurait dû te redresser un peu? Ils ont foiré où?»

« Tu le sais où! J’te l’ai dit! Je l’ai dit à tout le monde, personne n’a écouté! »

« Suffis avec tes mensonges! Tout a été vérifié! Rien de s’que tu dis n’a pu être confirmé.»

« Vérifier mon c*l. Pfff…au fond d’toi t’sais qu’c’est vrai. Tu veux juste pas t’sentir coupable. Ça va, j’comprends ça…J’t’aime bien t’sais, j’voudrais pas qu’tu vives avec des r’grets. Vaut mieux continuer d’te mettre d’la merde dans les yeux et garder ton beau p’tit monde idéal….Et s’pas comme si j’avais buté quelqu’un arrête avec ta gueule de croc mort… »

Apparemment, Sean aimait pas l’ton hautain et condescendant qu’j’adoptais et n’avais pas non plus l’goût d’rire. La soirée allait être merdique si c’est pas les prochains mois ou années.

« Si c’est pour déconner, j’te conseille de ne pas me parler Ethan, attend au moins un avocat ou…peut-importe. J’ai les mains liées cette fois et tu connais les instructions par cœur. »

Son ton était sec et sans joie. Il n’incitait pas à la réplique, mais j’tais bien moi-même et fermer ma gueule s’tait pas trop mon genre.

« Mais l’pognons est pas à moi! Et fait moi pas à croire que t’as jamais but avant l’âge. Et, l’cash on m’la filer pour payer la soirée, qu’j’avais payée majoritair’ment d’ma poche. Parce que j’suis généreux comme ça moi! J’aime quand les gens s’amusent dans la vie…»

« Et là tu t’amuses j’espère? Et quoi? 5000 euro…pour cette soirée-là? Tu t’fou d’moi? T’as même pas ça dans ton compte pas mal certain….et s’que j’ai vu, vaut pas ça! Si au moins tu es pour parler ne m’prend pas pour un idiot, pas moi! Tu sais comment je suis déçu?!…Tu retournes à l’école et tu gâches ta chance…J’ai dit à tous les types au poste d’être tolérants avec le kid que t’étais. J’avais confiance que ça changerait! Un an sans nouvelles, j’étais très heureux pour toi! Tu sais que je ne voulais pas être le policier qui te renterait en dedans! Regarde encore dans quoi t’as foutu les pieds! »

« Ouais bah, je devais lui remettre la différence à la fin quoi… »

« Sérieusement? Tu n’inventes pas là? C’est tellement ridicule que c’est impossible que tu m’sortes ça pour vrai…L’argent vient d’où?»

« Bah ouais, j’suis sérieux. Mais t’es malade s’tu penses que j’suis assez con pour lui d’mander d’où ça v’nait! Ou pour te dire qui c’est. J’sais qu’la question s’en vient. »

«Mouais….je ne pourrai rien faire. Ils vont te poser des questions comme d’habitude si ce n’est pas satisfaisant tôle, si t’es chanceux, une belle caution, mais avec ton passé et un manque de coopération, pas certain que ça passe maintenant. Arrête au moins d’insulter les policiers. Si on peut au moins retirer insubordination à la liste ce serait pas mal. »

« S’il me respecte pas j’promets rien. On peut pas dire qu’ils sont généralement bien sympathiques. »

« J’vais appeler Beata pour toi. T’as un avocat?»

« Ah non! Pas question! J’ai pas b’soin d’elle, j’relève plus d’l’orphelinat! Et non j’ai l’air d’en avoir un? J’peux m’défendre seul.»Sean soupira avant d’tournai l’coin d’la rue qui laissait apparaître d’vant nous notre terminus. Oké…là j’avais un p’tit pincement au cœur.

« Dernière question, il vont surement fouiller ton appartement en ville pour chercher des stupéfiants avec ton 5000 euro…. Y’a des trucs que j’devrais savoir?»

« T’as les mains liés t’as dit…ça sert à rien qu’j’t’en parle. Même que si ça s’trouve j’me nuis… »


Mon ton était dev’nu plus sérieux, découragé.J’sentais ma gorge se serrer à l’idée et j’ressassais toutes les façons possibles et imaginables d’me sortir d’celle-là. Si on fouillait mon appart, j’tais foutu. Ce s’rait pas quelques mois d’prisons…mais des années…trop d’années et s’ils le f’sait pas fallait que j’continue d’le payer…et j’avais pas s’qui fallait si j’travaillais pas…merde…Arrivé à destination, Sean sorti d’abord et vint m’ouvrir la porte en m’agrippant par l’un d’mes bras comme j’portais toujours les m’nottes alors qu’il m’entrainait à l’intérieur. J’notai l’heure sur l’horloge près d’l’accueil 12h45…les bus ne s’rendraient plus à Immo très bientôt. J’espérais qu’Ali était rentré sans problème. Comme prévu on m’amena à un bureau où les procédures classiques eurent lieu, plusieurs m’dévisageait étrang’ment moi, ma gueule lumineuse et ma gelée colorée qui m’servait pratique’ment d’gel à ch’veux. J’faisais sensation, déclenchait quelques rires par-ci par-là! Ouais j’sortais d’un vrai party! Hé hé! Sean m’amena jusqu’à une petite cellule temporaire où j’rencontrai quelques hommes plus ou moins sympathiques auxquels j’me permis d’pointer l’mauvais goût d’leurs tatouages ou l’manque de talent d’leur tatoueur, s’tais selon. Par chance, j’v’nais de dépasser les limites de tolérance du gros ours au fond d’la cage, qui avait la ferme intention d’me r’faire l’portrait, quand on vint m’chercher à deux trois poulets pour rassoir l’animal en question. On m’raccompagna sur une chaise pour être interrogé et j’appris avec déception que Sean ne s’occuperait pas de mon cas ce soir…et ça allait mal, très mal. J’arrivais pas à les faire m’lâcher à propos du pognon. Ils étaient certains d’avoir trouvé une porte vers un réseau d’drogue quelconque. J’tais crevé, j’avais plus d’idée pour m’en sortir. Aphrodite retenait ses crises de larmes alors que j’refusais d’utiliser mes pouvoirs pour des raisons évidentes et qu’elle se sentait impuissante. Elle m’aidait pas à m’concentrer d’ailleurs et j’sentais qu’elle s’retenais d’pas prendre le contrôle d’la situation. Puis s’fut l’illumination quand j’avais vu la gueule du nouveau patron d’la place à qui j’m’étais empressé d’mander à parler. On m’l’avais d’abord r’fuser…jusqu’à s’que lui s’rappel d’moi. J’avais passé 30 minutes dans la cellule et enfin on m’accorda une chance. Puis maintenant, ça f’sait d’jà 1h00 qu’on s’obstinait avec les policiers écœurés d’mes conneries.

*Ouais ah ah ah…Y s’en rappelle. Il sait que j’peux l’couler! On a d’jà fait affaire.*

*Quoi?! Sérieusement?! Il est…il est….*

*Ouais j’vais dealer avec! Tout va très bien ma puce.*

Aphrodite était moins sûre d’mon plan, mais au point où on en était!... J’m’étais l’vé on m’avait dirigé dans l’bureau en question ou on avait well…discuté entre professionnels près de 45 minutes de plus! J’t’ais r’sortie en… « ravalant ma fierté »…J’grimaçais dégoûté, autant qu’Aphrodite.

« Faite le appeler et payer sa caution et foutez-moi ça dehors. Dernière chance Shaw…. » Avait ordonné fortement l’boss en question à l’intention des principaux intéressés qui avaient attendu derrière la porte.



« QUOI! C’est un morveux, on va le rattraper d’ici un an si ce n’est pas moins! », S’insurgea l’partenaire d’Sean qui était pas très loin d’la porte.

« Il a fourni des renseignements importants. On le rattrapera au besoin.»

J’tirai la langue au mec en question d’un air enfantin. J’sautillai quelque pas jusqu’à Sean qui semblait sur l’point d’quitter son chiffre et m’regardait d’un air partagé entre la suspicion et la satisfaction.

« T’as pas une douche mec? L’temps qu’j’apelle et attends j’sais pas encore qui pour v’nir m’chercher? Et d’la gomme…s’te plait. »

Il m’tendit un paquet dont j’pris trois morceaux avant d’lui envoyai un baisé sur la joue.

« Merci mon chou! »

« Ce n’est pas drôle, ni le genre de blague à faire à la légère. Je sais s’que tu veux que j’crois. Arrête de mentir! Tu as 19 ans! Soit plus mature! Et ça ne marchera pas avec moi….mais ouais, pas de douches accessible pour toi, mais j’ai des vêtements de rechange. Je t’accompagne aux vestiaires.», me dit-il en s’essuyant la joue.

« Fine, s’tu veux r’garder! Au fait, j’ai une preuve que j’te mens pas…t’as qu’à fermer la lumière et celle restante t’indiquera la voie vers la vérité!» Lui balançais-je d’un air faussement mystérieux en lui étirant un grand sourire fluorescent.

"C'était aussi brillant qu'horripilant ton coup de la fermeture éclair entre les dents..."

« T’as compris! Ce n’est pas ce que j’voulais dire! Tu n’es pas censé y être alors je vais….roohh laisse. Je ne vois pas pourquoi je m’obstine avec toi….Et non, je ne fermerai pas les lumières du poste pour tes conneries. Y’a des gens sérieux qui travail.  Viens, j’te donne tes vêtements. Après, il y a une fille qui a demandé pour toi ça fait déjà un bon moment qu'elle attend. Pour toi, moi je serais déjà parti depuis longtemps! J'espère que tu auras au moins un brin de reconnaissance envers elle!»



« Hein quoi? Une fille? Pour moi? J'ai app'lé personne...»



J’observai viv’ment les alentours pour voir si je ne l’apercevrais pas, mais sans succès comme j’tais presser par Sean qui voulait que j’me hâte. L'peu d'gens à qui j'aurais pu penser évitais la place d'peur d'être coffrer eux-mêmes. J’attrapai les vêt’ment en question qu’il m'tendait en m’dirigeant vers les vestiaires ou j’changeai mon pantalon et m’empressai d’sortir en r’boutonnant ma ch’mise à moitié. J’déposai mes trucs sales dans un sac en plastique aussi fourni et en profitai pour attraper un uniforme pour ajouter avec alors qu’y r’gardait pas....Un dénommé Black apparemment. Enfin, j’ressortis des lieux sans problèmes. Sean qui avait attendu près d’la porte m’donna ses dernières instructions un air un peu plus pâle que d’habitude.

« Va payer au comptoir là-bas, signer ta paperasse, cherchez tes effets personnels et tu es libre. »

« T’as fermé les lumières hein? T’as nettoyé ta joue, elle est toute rouge! Ah ah…t’inquiètes. J’sais, tu peux rien faire sans m’foutre dans la merde aussi. C’est oké…au moins tu sais que j’pas menteur. Oh et…le 5000 aussi il sort avec moi? »

«Ouais…erm…on devrait en reparler autour d'un verre...plus tard...-L’mec était clairement sous l’choc après qu’le verre d’sa douce réalité fictive soit brisé. Victoire!-…et ouais étrangement…mais tu ne pourras pas payer ta caution avec et tu pourras aussi r’joindre ta jolie rousse. Surtout si t’as pas les moyens d’payer, tu vas avoir b’soin d’elle. Juste à la regarder, elle semble bien trop responsable et calme pour toi, j’espère que tu l’sais peu importe ce qu’elle est pour toi. »

« EIREEN! » M’exclamais-je joyeusement, un poids massif tombant d'mes épaules en réalisant d’qui il parlait.

 J'avais total'ment ignorer son invitation. J'voulais pas qu'on en parle. J'avais voulu parler pendant plusieurs années, on m'avait pas écouté, s'tait fini. J'avais d'jà donné.

« Ah bah, apparemment tu sais… »

Il m’amena vers l’entrée où j’aperçus cette vision de rêve. Clair’ment la lueur d’espoir dans ma soirée! À la vue d’la jeune femme, un incommensurable sentiment d’reconnaissance m’envahit et j’l’accueillis avec un immense câlin en la soulevant du sol. J'en profité pour réfugier mon nez dans sa chev'lure, bref moment d'réconfort, quelques s'condes trop courtes dans un moment ou j'sentais qu'j'avais b'soin d'support moral. La r’déposant, j’poussai l’une d’mes mèches de ch’veux, raidit par le jello, qui r’tomba bien vite à sa place.

« Qu’est-ce que tu fais là?! T’aimes ma nouvelle coiffure? J’ai imité la tienne, mais j’ai liché la mienne, r’garde ça…tout crouté….c’eeest dégueu!"

Penchant la tête, j'l’incitai à toucher pour lui montrer la texture en question de gelée séchée avant d’ajouter une dernière demande.

« Non, mais sérieusement...Je...j'm'attendais pas à t'voir en fait... ni à voir personne...Tu d'vrais être au Pensionnat pas ici...T'as vu l'heure? Dormir ça t'disais pas? Parce que moi, ça m'parle beaucoup actuellement. Quoique t'as probablement des photos cool à trier. Sûr'ment plus intéressant que d'venir au poste."

J'parlais beaucoup, rien d'nouveau sauf dans l'ton un peu moins enjoué qu'j'essayais d'masquer par un humour merdique. Parler d'autre chose m'changeait les idées, mais j'me sentais décousu ou plutôt. J'sautais du coq à l'âne. Malgré tout, la suprise qu'j'avais exprimé à la vue d'Eireen et ma joie d'la voir, çca s'tait plus qu'sincère. C'était un soulagement vu qu'j'avais littéral'ment eu une soirée d'c*l et j'tais épuisé par les évén'ment d'la soirée....et dire que s'tais pas fini. J'allais d'voir r'passer à la Cathédrale pour tout torcher.

"Euh….j’aurais un p’tit service à te d’mander…J’suis paumé… tu peux m’avancer ma caution, j’te rembourserai immédiat’ment après, dès qu’ils m’auront rendu mes effets. Promis! J’ai largement d’quoi payer.»

*Comme 5000 euro hum?*

*Chuutt…mais oui, mais oui, mais oui…D’toute façon Ais me l’doit clair’ment après que j’lui ai sauvé les fesses.*

Derrière moi, Sean m’interpella une dernière fois, l’air épuisé, mais un mince sourire transparaissant sur son visage.

« Tu as besoin d’un lift? J’ai fini. Je peux te l’offrir. Si t’as b’soin d’aide aussi.»

Ah bah ouais…soudainement il était devenu gentil. C’est beau la culpabilité!

« Non, non, merci, r’tourne auprès d'ta femme. Tu lui passeras mes salutations comme il se doit en lui d’sant qu’c’est d’la part d’Ethan, elle comprendra.»

Instantanément l’sourire du policier disparut alors qu’il me regardait d’un air peu impressionné par mon humour un peu bas.

*Un peu?! C’était carrément déplacé! Moi je l’ai trouvé fort sympathique ton policier comparé à tous les autres. Remercie-le au moins! *

*J’ai dit merci.*

*Pas très valable comme signe de gratitude. Il va vraiment falloir faire quelque chose avec cet orgueil! »*

*Regarde qui parle! Et il m’connait, il sait qu’c’est des conneries.*

« Va t’faire voir Shaw. Profite bien d’ta marche! Au fait mademoiselle vous avez encore le choix de refuser de payer maintenant et il passera la nuit ici…juste comme ça. Bonne soirée à vous deux!»

Sur ce Sean quitta avec un sourire en coin récupéré alors qu’il m’entendait supplier Eireen.

« Ah ah!...Ah….ah...Mais s’te plait Eireen, ramène-moi avec toi!», lui dit-je en lui jetant un regard digne d’un p’tit louveteau abandonné alors qu’un bref moment d’panique à l’idée d’passer la nuit ici m’prenait.

*Oh oui! Pitié Hestia! Je n'arrive même plus à réfléchir clairement. Trop d'émotions pour ce soir...*



(c)LOKIA
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 457
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: After party!!! Jeu 8 Sep - 16:10


After party  zwz

feat. Ethan M. Shaw


On parle souvent du calme avant la tempête mais franchement, celui après son passage n’a rien à lui envier. C’était presque surnaturel de se retrouver quasiment seule dans ce grand sous-sol (il le paraissait bien plus maintenant qu’il était vidé de la quasi-totalité des étudiants de la section M du pensionnat). Alistair avait pu sortir. Eireen avait été sur ses talons au départ. Puis elle avait hésité. La voilà « prise au piège », à se demander si toute cette histoire de fête, de Jell’O et de police n’était pas le résultat de son imaginaire. Ce fut une Hestia quelque peu perdue et dépitée qui lui confirma qu’elle ne rêvait pas, non. La déesse aurait aimé que ce soit le cas vu la situation. Que sa petite protégée se retrouve maintenant face aux forces de l’ordre alors qu’elle n’avait rien fait, l’irritait et la stressait en même temps.

*Il y a eu une fête étudiante, je n’ai rien ingéré qui soit illégal, je ne risque rien ne t’inquiète pas. C’est leur travail d’être suspicieux et de poser autant de questions. *
**Humpf, cela aurait pu être évité si tu n’avais pas fait demi-tour ! Il va falloir m’expliquer jeune fille ! **
*Y’a rien à expliquer ! Ça me semble faux de partir comme ça et de laisser Ethan tout se prendre dans la figure. On a tous fait la fête que je sache ! Faut assumer c’est tout. *
**Autant ton sens des responsabilités me rend fière, autant j’aimerais qu’il se manifeste moins dans ce genre de situation. **
*Je pensais que justement, c’était quelque chose de très important pour toi. *
**En temps normal je cautionnerais tout à fait, c’est vrai, mais là je suis inquiète pour toi. **


C’était vrai, Eireen pouvait ressentir l’inquiétude qu’avait Hestia pour elle et loin d’être agacée par la chose, elle la remercia chaleureusement et lui assura que tout se passerait bien, même si elle n’en était pas entièrement certaine elle-même. C’était peut-être égoïste, voire mal intentionné mais c’est bon de savoir que quelqu’un s’inquiète pour soi.

« Et donc, pas de permis d’alcool, ni rien ? »

« Hum, il faudrait que j’aille fouiller pour voir si Ethan a gardé les papiers sur lui ou s’il les a laissés ici. »

« On vous suit ! »

Ils étaient deux, un homme et une femme. Ils avaient reçu l’ordre de rester pour faire l’état des lieux et vérifier la présence de substances illicites autre que l’alcool. Eireen étant restée, forcément, elle avait eu droit à toute une panoplie de questions. Elle y avait répondu, calme et posée et n’avait pas plus bronchée quand on lui demanda si elle acceptait de souffler pour voir si elle avait bu elle aussi ou non. Le test négatif et l’adolescente ayant les idées plus que claires, les deux policiers concédaient de plus en plus le point qu’il ne s’était agi que d’une fête étudiante qui s’était un peu enflammée. Enfin, c’était normal avec des étudiants non ? Mais les ordres étant ce qu’ils étaient, ils ne purent lâcher la jeune fille avant d’être assurés qu’il n’y avait rien d’autre de caché.

Eireen ne trouva pas ce qu’elle cherchait au bar et commença doucement à stresser et à s’inquiéter de plus en plus pour Ethan car la vente d’alcool sans aucun permis ne pardonnait pas côté amende, même s’ils avaient tous été majeurs.

« Ah ! Il a ses affaires dans le vestiaire.»

A la base, ces paroles étaient plus pour elle, alors qu’elle se rappelait qu’il lui avait proposé ses affaires si jamais elle n’en avait pas elle-même, après le passage dans la piscine de Jell’O sauf qu’avec deux policiers à côté, y’en avait forcément un pour entendre et elle eut le droit de les amener jusqu’au dit vestiaire où la femme lui fit signe de rester en retrait.

« C’est mon collègue qui va fouiller. Juste pour s’assurer que vous n’enlevez ou ne rajoutez rien dans les sacs. »

« Pas de problème. »


Répondit la jeune fille en haussant les épaules montrant une nouvelle fois qu’elle était assurée qu’ils ne trouveraient rien de louche. Elle savait aussi qu’en temps normal la policière n’avait pas à justifier leurs démarches mais que c’était bien parce qu’elle voulait la rassurer sur le fait qu’ils n’étaient pas là pour la couler. Elle avait cette attitude typique qui veut que les gens soient à l’aise en sa présence. Après tout, les personnes avaient tendance à être plus causants de cette façon, on ne leur « soutirait » rien, ils parlaient librement. Eireen ne connaissait que trop bien cette méthode, les bonnes sœurs l’utilisaient toutes à l’orphelinat du coup elle avait développé une capacité à reconnaître cette approche et savait la contrer à merveille en faisant croire qu’elle été tombée dans le panneau en suivant le jeu. Il suffisait de montrer qu’on adhérait à ce que les gens disent pour qu’ils soient satisfaits et vous lâchent. On pourrait la qualifier de facile et sans caractère mais c’était surtout pour pouvoir regagner sa tranquillité le plus vite possible. Il y avait d’autres temps pour la rébellion.

« Le sac gris ? »

« C’est celui-là oui. »

« Il va falloir que je fouille le tien aussi. »

« D’accord. »

La lycéenne laissa donc l’homme en uniforme faire ce qu’il avait à faire alors qu’il ouvrait le sac appartenant à Ethan tandis qu’elle attendait tranquillement à côté de sa collègue dans une ambiance agréablement non pesante ni stressante. Le propriétaire du sac n’aurait peut-être pas aimé qu’elle les laisse fouiller ainsi ses affaires mais dans l’optique où c’était pour son propre bien, Eireen s’en serait bien fichée. Elle s’en fichait d’ailleurs. Il pourrait lui en vouloir s’il le souhaitait par la suite mais au moins la police n’aurait rien à lui reprocher pour le coup. L’homme sorti un papier du sac et le lu rapidement avant de lever en signe de victoire.

« Attestation de location du sous-sol pour la fête et permis de vente d’alcool. »

« Mais certainement pas aux mineurs. »

« Ça non mais c’est déjà un plus pour notre bande d’ados fêtards ! »

La femme soupira alors que son partenaire de la soirée finissait de fouiller les sacs, pour le principe et qu’il revint bredouille, si ce n’était le papier qu’il avait gardé en sa possession.

« Pas de bol que quelqu’un se soit amusé à lancer ces pétards. La soirée aurait pu finir plus « tranquillement ». »

« Et celui dans le canal, on en cause ? »

L’homme se contenta d’hausser les épaules : « Bah... Avec tout le fessier en culotte de cheval qu’il y a ici, ça t’étonne qu’il y en ait un qui finisse dans le canal ? »

« Devrait pas non, c’est vrai… »

Ils étaient bien sympathiques ces deux-là mais ils laissaient un peu Eireen en plan alors elle crut bon de leur rappeler sa présence en se raclant légèrement la gorge.

« Et donc, c’est bon ? »

« Oui. Je vais garder le papier pour le dossier. »

« D’accord. »

« Par contre votre administration va devoir se préparer à une facture salée si la peinture qui recouvre le sous-sol ne s’enlève pas facilement. Là aussi l’organisateur de la fête risque de passer un sale quart d’heure. »

« En parlant de lui, est-ce qu’il en aura pour longtemps ? Au poste je veux dire… »

Les deux policiers échangèrent un regard et pincèrent les lèvres.

« Tu sais, il est pas tout blanc votre chef de soirée… »

« Et ? »

Pour une fois depuis qu’ils étaient arrivés sur les lieux et qu’ils avaient eu à faire avec la rouquine, cette dernière perdit de sa neutralité pour laisser poindre de l’agacement, posant cette question sans doute trop sèchement. C’était de la colère aussi dans son regard là ?

« Hey ! J’veux bien que ça paraisse injuste mais il cumule trop pour qu’ils le laissent sortir vite fait bien fait. »

« Ce que mon collègue veut dire, c’est que oui il risque de rester un moment au poste. Nous on en a fini ici. Je te conseille de suivre le même chemin que tes camarades et de retourner au pensionnat. A moins que tu veuilles t’amuser à commencer à nettoyer. »

Tiens, le sujet « Ethan » ne semblait pas seulement irriter Eireen mais aussi la policière qui avait perdu de sa sympathie d’un coup, bien que ce ne soit pas du tout pour la même raison à priori.

« On a au moins le papier qui pourra un peu l’aider. » Tenta l’homme pour rassurer la gamine mais cela n’amena qu’un nouveau soupire de la part de sa collègue. Autant ne pas rester ici plus longtemps au risque de faire exploser les choses hein !

« Il me semble que ce sont les clés des lieux qui sont dans le sac de ton ami. Ne tarde pas trop, je crois que le dernier bus pour le pensionnat est à… » Il regarda sa montre et fit une grimace : « Tu l’as raté. On peut te ramener si tu veux. »

« Non ça ira. Je vais commencer à ranger un peu comme l’a suggéré votre collègue. »

Le ton était encore sec alors qu’elle avait gardé ses yeux rivés sur la femme.

« Oui mais… »

« Laisse. Ce n’est plus notre problème on a ce qu’il nous faut. »

« Ouai enfin, ça reste une mineure quand même hein ! » L’homme se tourna à nouveau vers l’adolescente pointant son index vers elle pour appuyer son air inflexible. : « Bon très bien mais si tu restes en ville, évite les docks et Rahoon, d’accord ? »

« D’accord. »

Il prononça un dernier « Bien. » avant de rejoindre sa collègue et de quitter les lieux. Et la voilà qui se retrouvait seule dans ce grand sous-sol de cathédrale avec une Hestia qui semblait avoir récupérée de son stress passé, s’amusant du comportement « papa poule » du policier.

*Il doit avoir un ou des enfants dans la même tranche d’âge. *
**Cela expliquerait son attitude plus bon-enfant et médiatrice que sa collègue. **
*Tu as vu comme elle s’est vexée quand j’ai demandé pour Ethan ? *
**Ton bel Adonis semble avoir eu plusieurs démêlés avec les forces de l’ordre, je peux comprendre qu’elle soit méfiante vis-à-vis de lui. Peut-être croit-elle que tu as succomber à ses charmes et que tu le suis aveuglément. **
*Ah oui. J’oubliais que je ne suis qu’une pauvre adolescente ignorante ne suivant que ses hormones. *
**Je suis d’accord, c’est très mal te connaître que de penser ainsi mais c’est un fait, elle ne te connait pas. Tout comme tu ne connais pas réellement Ethan, je te le rappelle également. Mais passons cela veux-tu ? Que comptes-tu faire maintenant ?**
*Ranger comme je l’ai dit. Avec tout ça, je ne suis vraiment plus fatiguée et quitte à avoir raté le bus…*


Il fallut tout de même que l’adolescente se redonne psychologiquement un petit coup de motivation quand elle retourna dans la grande salle et qu’elle vit les dégâts. Bon… Le tout c’était d’y aller petit à petit et puis, elle n’était pas là pour tout nettoyer de suite, c’était juste pour s’occuper et avancer un peu la chose. Elle commença par la table où avait été servi le punch et le bar où elle n’eut pas grand-chose à faire. On pouvait donner pleins de défauts à Ethan, force était de lui reconnaître qu’il savait tenir son poste de travail. Point qu’elle avait déjà pu observer à l’atelier. La jeune fille s’attaqua alors à tout ce qui traîner, regroupant les affaires oubliées et jetant tout le reste dans de grands sacs plastique. Son regard se posa sur la piscine de Jell’O et elle resta un instant à l’observer avant de se détourner. Cette saleté, Ethan n’avait qu’à s’en occuper !
Ne restait « plus qu’à » nettoyer le sol. Et les murs… Et quelques endroits du plafond. Bon ça aussi ce sera fait plus tard, d’autant qu’elle ne savait pas du tout s’ils avaient accès à du matériel pour pouvoir nettoyer à ces hauteurs. Et puis bon, là elle commençait à fatiguer et en avoir marre. Encore fallait-il que la peinture fluo parte avec les produits habituels, sinon oui, ça allait gueuler.

**En tout cas, de visu, cela m'à l’air mal parti pour vous. **
*Bah... Ça reste de la peinture, un solvant quelconque devrait en venir à bout. *
**Penses-tu ? **
*Ouaip. Le seul truc c’est que ça pue vraiment ces trucs là et ce n’est pas très bon pour la santé. A moins que… *


Histoire de vérifier l’hypothèse qu’elle avait en tête, la jeune fille retourna auprès du bar et ouvrit une bouteille sur laquelle il y avait écrit « Vodka ». Elle en imbiba un torchon et frotta doucement une tâche de ladite peinture.

« Bingo ! »

**Oui m’enfin… Cela sent mauvais aussi ! Comment font-ils pour boire ça ? **
*J’sais pas. Le goût doit être totalement différent. *
**Ne pense même pas à le faire ! **
*Hm ? Ne t’inquiète pas ce n’était pas mon intention. Je suis curieuse mais là rien qu’une gorgée et ça va direct me monter à la tête je le sens. *


N’ayant jamais vraiment bu d’alcool, Eireen redoutait bien que les effets des divers breuvages allaient vite se faire ressentir sur elle. Puis, ce n’était pas vraiment le moment pour tester la chose hein ! Son petit test terminé, elle estima qu’il était temps pour elle de quitter les lieux. Avant cela, elle profita de sa solitude pour se changer tranquillement dans les vestiaires, troquant son bustier turquoise par un haut blanc au col large, laissant son épaule droite apparente et aux manches mi-longues, s’arrêtant juste avant la pliure du coude. Il fut vite recouvert par un long pull noir avec un col bénitier. Ses bottines à talon, même s’ils n’étaient pas bien hauts, laissèrent leur place pour sa paire de bonnes vieilles baskets, bien plus confortables et pratique si elle devait beaucoup marcher après. Un look plus décontracté qu’elle préférait aussi. A cause du passage dans la piscine de Jello elle avait l’impression que son pantalon avait fusionné avec sa peau et elle avait la flemme de se battre avec pour pouvoir l’enlever alors elle le garda tel quel. Elle passa son trench-coat sur ses épaules, le ferma et fouilla son sac avant de se figer en se rendant compte de l’horreur. Son état alarma de suite Hestia qui s’enquit vite de la raison.

*J’ai oublié mon écharpe et mon bonnet !*
**Ah… **
*Je vais mourir !*


Il était vrai que les températures étaient encore fraîches en Avril ici en Irlande et si une personne externe pouvait dire qu’Eireen exagérait la situation c’était très mal connaître sa frilosité. Elle ne détestait pas le froid non plus, elle le haïssait !

** Et si tu sortais un peu plus le col de ton pull hm ? Ce sera déjà ça pour ta gorge. **
*Beuh… *
**Cela te donnera aussi une raison de ne pas trainer dehors. **
*Beuh… *

Elle n’avait pas le choix. Quoique. Elle pourrait bien rester ici et dormir ici tiens ! Non. Non c’était une fausse bonne idée ça et puis elle voulait savoir si tout était bon pour Ethan maintenant alors elle n’avait pas le choix. Serrant les dents elle sorti du sous-sol de la cathédrale, chargée de son sac et de celui de l’organisateur de la fête. Elle ferma le local à clé et se précipita dans la ruelle jouant de sa mémoire pour se rappeler où était le poste de police et quel serait le chemin le plus court pour qu’elle n’ait pas à subir cette torture qu’était le froid. Elle espérait fortement qu’il ne soit pas à celui de Salthill parce que les dix minutes qu’il lui fallut pour arriver à celui de Galway lui furent déjà suffisantes pour entamer sa bonne volonté.

Sautant une marche sur deux du palier du poste, elle rentra sans doute un peu trop à la hâte dans le bâtiment car son arrivée dans le hall d’accueil ne passa pas inaperçue. Fallait dire que même sans cette entrée précipitée, elle ne serait pas passée inaperçue. Elle devait avouer qu’elle faisait un peu tâche entre les personnes en uniformes, ceux qui décuvaient et/ou qui étaient dans un mauvais état à cause d’une bagarre. Quoiqu’avec sa coupe de cheveux retravaillée par le Jello y’avait peut-être moyen qu’elle se fonde dans la masse. D’ailleurs, la personne en charge de l’accueil ne tarda pas à se relever de son fauteuil et de lui faire signe.

« C’est pour déposer plainte pour une agression ? »

Même si le regard de l’homme semblait compatissant, son ton blasé laissait transparaître l’ennui de la routine de son métier, ce qui ne manqua pas d’offusquer Hestia qui estimait que si les agressions étaient si nombreuses pour qu’il en arrive à être blasé, c’était quelque chose de grave. Rajustant la bandoulière de son sac, Eireen se rapprocha du bureau.

« Non c’est pour un renseignement au sujet d’un ami. »

« Il a disparu ? »


« Non il a été arrêté plus tôt, vers minuit. »

« Son nom. »

« Ethan M. Shaw »

L’agent sembla s’immobiliser un instant et leva les yeux vers elle avant de claquer la langue en signe de contrariété.

« Ah lui… Et qu’est-ce que vous lui voulez à M. Shaw ? »

« Savoir s’il est ici et si oui, s’il pourra bientôt sortir. »

« Humpf. Me semble qu’il y a eu du mouvement mais je ne peux rien préciser. Il va falloir attendre. »

« Je peux attendre ici ? »

L’homme indiqua une rangée de chaises derrière elle.

« C’est là pour ça. »

« Merci. »

Il lui demanda son nom qu’il nota pour elle ne savait quelle raison, peut-être pour un genre de registre de visite, avant de s’adresser une dernière fois à elle.

« Mais mes avis que M.Shaw en a encore pour un BON moment. Il serait mieux pour vous de le laisser où il est et de retourner chez vous. »

Cette fois-ci Eireen ne dit rien et elle alla s’installer sur une chaise ignorant magistralement la dernière phrase du fonctionnaire.

**Je n’aime pas ça… **
*Désolée mais je ne partirai pas. *
**Ce que tu peux être têtue ! J’ai beau être dans ta tête, tes raisonnements m’échappent dans ces situations-là. **
*Sans vouloir te vexer, c’est pas plus mal. *
**Humpf. S’il n’est pas là dans une demie-heure on s’en va ! **
*Non. *
**Bon d’accord, une heure alors. **
*Non plus. *


L’attente fut d’autant plus longue qu’Eireen n’avait ni un livre ni sa 3DS sur elle pour pouvoir jouer. C’est à ce moment qu’elle se dit qu’un téléphone portable aurait été bien utile aussi. Ne serait-ce que pour avoir des nouvelles d’Alistair même si elle ne savait pas s’il en avait un lui-même. Bon c’était quand même décidé ! Prochain temps libre elle irait s’acheter un téléphone ! Et puis il y avait des petits jeux sympas sur les téléphones aussi.

**Tu ne crois pas que tu dévies assez de tes études avec ta console et ton ordinateur déjà ? **
*Ça va ! Je suis quand même raisonnable ! *
**Moui… **
*Et puis je fais encore ce que je veux ! *
**Oh mais ne te froisses pas comme ça de suite ! Je ne fais que penser à ton bien et à ton futur. **
*Bien sûr… Dans ce cas je ne vois pas le problème pour avoir un téléphone pour que je puisse appeler quelqu’un en cas d’urgence. Ou pour qu’Alistair puisse le faire. Ou… *
**Ça va, ça va ! J’ai compris. Mais ne me prends pas pour une idiote non plus. Tu ne l’utiliseras pas QUE pour cela. **


Leur chamaillerie fut coupée par l’arrivée d’un policier qu’Eireen reconnue comme étant un de ceux qui avaient embarqué Ethan. Le plus sympathique. Il discuta un moment à voix basse avec le fonctionnaire à l’accueil et ce dernier finit par la désigner ce qui lui valut d’être la cible du regard soupçonneux de l’agent.

« Tu es là pour Ethan ? Vraiment ? »


Loin d’être impressionnée (ça a du bon parfois d’être flegmatique), la rouquine hocha simplement la tête.

« J’ai ses affaires. »

« Je peux les lui donner. »

« Je préfère le faire moi-même. »

Là-dessus le policier haussa un sourcil puis rit avant de se rapprocher et de se laisser tomber sur une chaise à côté d’elle.

« Et tu le connais d’où ? »


« Du pensionnat. »

« Ah… Alors c’est plutôt récent. »

« Ça change quelque chose ? »

La question pris de court l’officier qui s’attendait à avoir un « oui » pour toute réponse, s’habituant trop vite au fait que la jeunette répondait le plus justement et succinctement possible à ses propres questions.

« Est-ce que ça change quelque chose ? Hum… C’est une bonne question. Tu lui fais confiance ? »

« Oui. »


Sans hésitation ni tentative de changer de sujet. L’homme l’observa un instant, silencieux. Elle ne rajouta rien elle non plus. Elle n’avait rien à ajouter de toute manière. Ils commençaient tous à l’agacer avec leurs questions. Puis ce fut à son tour de se faire surprendre. L’homme n’avait toujours rien dit mais il se releva, un sourire sur les lèvres qu’elle n’arrivait pas à décrypter. Il ne se moquait pas d’elle, c’était la seule chose dont elle pouvait être certaine. Pour le reste il la laissa dans le flou, quittant l’entrée et ce qui servait de salle d’attente.

Ce ne fut qu’une bonne demi-heure plus tard, alors qu’elle s’était levée pour se dégourdir les jambes qu’il réapparu après que des éclats de voix aient retentis dans un autre couloir plus loin. Il était suivi par nul autre qu’Ethan. Un Ethan qui avait pu se changer lui aussi et qui semblait bien fatigué mais elle ne put pousser son analyse plus loin, il s’était vite approché pour la prendre dans ses bras. Par réflexe ses muscles se contractèrent et elle se retint un mouvement de recul alors qu’il enfouissait son nez dans ses cheveux. Contrairement à lui elle n’était pas adepte de ces contacts avec autrui mais là elle pouvait bien faire un effort. Pas besoin de parler, son corps parlait pour lui, il en avait besoin sinon ses bras ne se seraient pas serrer aussi fort autour d’elle, sinon elle n’aurait pas ressenti ses muscles se détendre durant ce bref instant. Elle ne savait pas ce qu’il lui était arrivé ici mais au moins allait-il bien physiquement, elle était rassurée de le voir après tout ce temps même si elle ne s’en rendait pas compte.

Ethan revint vite à son attitude habituelle, enfin… Pas tout à fait. Oui il minimisait la situation et plaisantait allégrement dessus, oui il parlait beaucoup, posait des questions l’air enjoué mais il le faisait pour détourner l’attention hein ? Une façade pour mieux supporter cette dite situation ?

« J’ai tes affaires. »

Pour toute réponse à tout ce qu’il avait déblatéré. Elle ne voulait pas entamer le sujet du Jello, ne digérant toujours pas son tour dans la piscine. Même si en soi ce n’était pas de sa faute mais bon. Ça l’agaçait voilà tout. Alors non elle ne toucherait pas ses cheveux pour voir à quel point la texture était dégueu, elle le savait, les siens étaient dans le même état. Et on ne parlait pas de la rigidité du pantalon hein.

« Et puis j’ai raté le dernier bus. »

Répondre comme de coutume lui semblait aussi tout à fait approprié. Ce n’était pas ici qu’elle devait poser ses questions, se montrer inquiète vis-à-vis de lui. Enfin inquiète… Il avait pas l’air jojo c’est tout… Elle n’avait jamais vu ses traits aussi crispés et son regard ne reflétait pas du tout la lueur d’espièglerie qu’il avait d’habitude quand il était soi-disant aussi guilleret. Non, là il était éteint et elle n’aimait pas cela. Voilà c’était ça ! Elle n’était pas inquiète mais n’aimait pas la situation ! Il y a une nuance oui ! Quant au sujet de la caution.

« Hum, il faut voir… »

Parce que oui tout dépendait du montant demandé. Elle n’était encore qu’une mineure après tout et n’avait pas encore le droit d’avoir un chéquier. Elle avait aussi un plafond qu’elle n’avait pas le droit de dépasser. Mais y avait peut-être moyen de contourner ça vu que la carte ne bloquait aucune transaction mais que c’était la banque qui revenait à la charge après donc elle pourrait payer là et contacter la conseillère banquière dans la journée pour la prévenir.

Entre temps le « gentil policier » était revenu pour proposer de faire le taxi ce qu’Ethan refusa. Sa remarque cocasse au sujet de la femme du policier passa au-dessus de la rouquine. C’était tellement lui en même temps. Le policier connaissait bien la bête à priori, sa réponse était moins véhémente que celle d’une personne qui serait vraiment énervée par les propos. De son côté, Eireen se contenta de hocher la tête lorsqu’il lui dit qu’elle pouvait encore laisser Ethan ici et elle n’accorda à son camarade qu’un bref regard alors qu’il la suppliait. Comme si elle allait craquer de cette manière ! Il était même pas mignon comme ça d’abord ! Non mais !
Jouant les non-affectées donc (facile quand on s’appelle Eireen), elle retourna près des chaises où elle avait laissé les sacs, elle s’empara du sien et fouilla dedans pour en sortir son porte-feuille avant de s’avancer une nouvelle fois vers le comptoir et de demander la caution du trublion de la soirée. La somme les fit buguer elle et Hestia durant quelques longues secondes.

**Il manque une virgule non ? **
*Franchement, j’aimerais bien mais ça m’étonnerait…*
**QUOI ?! Tant que ça ?! **
*Je crois que c’est la distribution d’alcool à des mineurs qui ne pardonne pas. *


Comme s’il avait lu dans ses pensées, le fonctionnaire lui tendit alors un papier qui faisait le récapitulatif de toutes les charges retenues contre Ethan.

*Ah bah ouai, c’est ça… *
** C’est la quasi-totalité de tes économies ! Tu ne peux pas accepter ! **
*C’est ça ou il ne sort pas. *
**Alors il ne sort pas. **
*Hestia ! *
**Eireen ! Dois-je te rappeler depuis combien de temps tu mets de l’argent de côté pour parvenir à financer tes projets ?! Je refuse que tu perdes tout ainsi ! Il ne mérite pas que tu fasses ce sacrifice pour lui ! **
*Qui parle de sacrifice ?! Il a dit qu’il me rembourserait ! *
**Et tu le crois ?!! **
*Oh mais vous commencez tous à me faire ch*er avec cette question ! *


La colère et l’inquiétude de la déesse se virent alors confrontées au néant. Eireen ne voulait plus rien savoir et elle faisait magnifiquement la sourde oreille dans les cas comme ça. Inspirant un bon coup pour se contenir et ne pas faire apparaître la colère que lui avait suscité cet échange, elle tendit sa carte au fonctionnaire et suivit toute la procédure de paiement en essayant de se calmer. Ce serait con que quelqu’un se fasse brûler par ses vêtements ou pire qu’elle provoque un départ de feu dans le commissariat. Une fois que tout fut bouclé elle retourna auprès de ses affaires sans aucune autre forme de procès et se revêtit de son manteau appréhendant tout de même déjà de devoir retourner dehors.

« On y va ? »

Se basant sur l’idée qu’Ethan préférait largement sortir plutôt que de rester là -sinon pourquoi ses puppy eyes hein ? – elle se chargea de son sac et se dirigea de suite vers la sortie. Elle ne put réprimer un frisson une fois dehors, ni une grimace. Le froid et elle décidément... Réajustant le col de son pull avant de fourrer ses mains dans ses poches pour les garder au chaud, elle se tourna vers Ethan.

« Hum, par contre je ne sais pas trop ce que tu as prévu maintenant, il n’y a plus de bus pour le pensionnat. » Elle ajouta dans un souffle : « En même temps vu l’heure… » Puis reprit : « Oh et j’ai commencé à ranger le sous-sol, il reste la piscine de Jello et tous les murs et le sol à nettoyer. La peinture part avec de l’alcool au fait. Et… C’est tout. »

Fin des palabres et bonjour le silence alors qu’elle le fixait. En fait il s’en fichait peut-être de tout ça. Elle n’avait pas forcément eu l’envie non plus de dire tout ça mais même elle avait ressenti qu’il ne fallait pas que le silence s’installe auquel cas ce ne serait pas bon pour Ethan. Elle ne comprenait pas non plus pourquoi cela la préoccupait autant. Autre problème, elle ne savait absolument pas quoi dire. Il aurait eu entre 3 et 12 ans, à la rigueur mais là… Est-ce qu’il fallait laisser de côté ce qu’il s’était passé ? Lui changer les idées ? Est-ce qu’il avait besoin de parler ? Si c’était le cas, peut-être pas avec elle. C’est dans ces moment-là qu’on panique et qu’on pose LA question con dont on avait déjà la réponse et qui risquait de mettre encore plus en rogne la personne concernée.

« Ça va ? »

Vite suivit d’un « Tu as une sale tête. »

Par là il fallait comprendre qu’elle avait bien capté qu’il feintait sa jovialité tantôt. Ce n’était pas une insulte simplement balancée en l’air. C’était la raison qui faisait qu’elle pose la question, que parce-qu’il avait « une sale tête », elle s’inquiétait. Enfin non, qu’elle n’aimait pas ça. Voilà, comme ça c’était mieux.
Eireen…




(c)LOKIA

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


A catch ?  
There’s always a catch. Life is a catch. I suggest you catch it while you can.

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-
Paroles d'Eireen : #cc99cc
Paroles d'Hestia : #ff9966
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 216
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: After party!!! Mar 20 Sep - 22:52


After Party!!!!

Feat ~ Eireen


Eireen…J’en rev’nais t’jours pas. J’comprenais pas pourquoi elle était v’nu. J’avais pris un moment pour la détailler comme si s’tait une illusion, blaguant sur notre chevelure de gelée solidifiée comme un con, ce qu’elle, je notai, n’sembla pas apprécier plus qu’il n’y fallait vu son manque de réaction totale. Bon d’accord. Compris. ..erm. Pas le moment de rire. Un brin d’culpabilité m’assaillit plutôt. Apparemment, le jello avait été en trop pour elle. En y r’pensant, elle en avais bavé pas mal ce soir avec sa baignade, l’débarquement des poulets et l’impossibilité de r’tourner à Immo par les bus. Mais…pour ma défense s’tait pas ma faute pour le jello! Quel imbécile aurait pris la photographe anyway!…Eeh…mince consolation, j’suppose. Malgré tout, Eireen était là d’vant moi comme une apparition d’la Sainte Vierge, s’tait comme un miracle, en moins…chaleureux très certain’ment. En effet, surement aussi épuisé qu’moi et pas impressionner par la soirée, elle s’tait contenté d’me dire qu’elle avait mes effets perso.

-Oh…j’vois, elle avait rien d’autre à faire comme y’a pas d’bus. Pas grave, c’est mieux que rien.

-Mieux que rien? Elle vient nous sortir de ce trou à rats!

-Non! Je veux dire…enfin j’sais pas. Une p’tite part d’moi aurait aimé qu’ce soit parce qu’elle t’nais à son collègue quoi! C’est con!

-Eh bien…elle n’était pas obligée de venir. Je suppose que ça compte!….Et toi tu ose lui demander de payer ta caution?!, ajouta-t-elle en entendant ma d’mande.

-T’as raison, j’pas fier oké!? Pas vraiment l’choix non plus! La règle veut qu’on m’remette mes effets qu’après paiement. Donc j’ai pas l’cash. J’vais lui rembourser après!


-Et le reste que tu dois à Aislinn? La part qui devait te revenir pour compenser tes propres dépenses pour la fête?

-Bah, j’vais couper dans ma part, pas l’choix…c’est ma caution.

-Génial. On est encore endetté!

-On? Que je sache c’est MA peau que j’fais vivre! On a pas encore d’compte conjoint ma belle et ça risque pas d’arriver!

Ma renarde de sauvetage avait pas eu l’air particulièr’ment enjouée à l’idée d’avoir à débourser et j’comprenais comment s’tait difficile pour une orpheline même pas majeure d’avoir d’l’argent…J’savais même pas si elle p’vais payer. S’tait beaucoup d’mander et j’en étais conscient, mon malaise était certain’ment visible sur mon v’sage. J’répugnais quémander d’l’aide, mais si s’tait pas elle s’en s’rais d’autres que j’voulais pas voir r’tontir ici. Une part d’moi s’disais même qu’Eireen avait mal fait d’venir d’elle même. Si elle n’avait pas été là j’aurais fini la nuit ici et s’rait sorti plus tard, têtu qu’j’étais. Mais s’tait pas l’cas et la pauvre avait eu l’coeur d’se préoccuper d’ma personne. Une sainte, clair’ment! Reste que sainte ou pas…l’argent pos’rait p’t’être problème. J’eu d’ailleurs un p’tit moment d’panique quand Sean lui rapp’la qu’elle p’vait m’laisser ici. Clair que j’le méritais, mais j’voulais pas.! Nu, nu, nu…J’pouvais pas rester. J’tais tolérant des conditions difficiles, j’t’ais audacieux quant aux façon d’men sortir, j’pouvais faire beaucoup plus qu’la majorité des gens pourraient supportés, mais rester sur les lieux après coup, trop bizarre, trop malaisant! J’allais y penser toute la nuit à s’goût, à sa tronche….Elle pouvait PAS me laisser ici!

-Mais ça elle ne le sait pas…Tu as intérêt à être convainquant. Moi aussi je veux partir. , ajouta Aphrodite de façon plaintive.

Pour toute réponse, Eireen avait hoché la tête, mais détourné le r’gard vers la facture et les charges qui p’saient contr’moi. Suffisait d’voir sa face pour savoir qu’s’tais pas jolie. J’me risquai aussi à j’ter un oeil sur la feuille et écarquillai les yeux, restai bouche bée un moment, tentant d’trouver quoi dire, pour m’justifier, mais tous s’qui sorti d’ma bouche était une connerie nerveuse.

- Bah j’vaux plus qu’sa right?! , lançais-je en ricanant bêt’ment.

-Oui…et bien. En deux ou trois soir, nous devrions nous renflouer…

Je vis la rouquine sortir sa carte pour payer le tout à ma grande surprise. Sans plus attendre, elle s’dirigea ensuite vers son manteau qu’elle revêtit et m’interpela, prête à quitter.

- On y va ?

-Oui, oui, on y va! Aller, allez Mircea, ne reste pas planté là!

J’me fis pas prier j’attrapai mon sac et mon manteau qu’elle m’avais apporté, rangeai en vitesse mon sac de vêtements sales dans le premier et la suivit hâtivement. J’reviendrais porter les vêt’ments d’rechange d’Sean plus tard. Poussant la porte du commissariat, j’mis un pied dehors et poussai un profond soupir de soulagement. Sans m’en rendre compte, j’réalisais avoir un nœud dans l’estomac qui v’nait d’se délier. J’pris une profonde inspiration tremblotante, observant la condensation sortir de ma bouche et s’évaporer dans l’air en expirant. J’sentais qu’on m’laissais enfin réfléchir…mais en fin d’compte…j’aurais p’t’être été mieux pas. Ça f’sait un moment qu’j’avais éviter s’genre de sale boulot pour m’sortir du pétrin, j’avais l’impression d’avoir régressé moi qui m’étais promis qu’sa irais qu’en s’améliorant. J’avais déconné avec cette fête, j’le r’connaissais…si au moins ça avait été comme j’avais voulu, mais final’ment, tout ça pour rien…Meh…j’avais d’jà fait mieux.

J’sentais la déception s’installer, mais notai qu’la pression sur mes épaules s’tait quand même évanouit vu ma nouvelle liberté, et ce malgré l’froid. Fallait dire qu’la chaleur qu’m’avait fourni s’moment d’stress d’vais m’aider à supporter la température extérieure, dû moins pour l’instant, s’qui semblait pas être le cas d’Eireen. Toujours emouvementéen partie dans mes pensées, j’retirai mon vieux écharpe pour lui poser sur ses épaules et lui tendit mes vieux gants en laines troués. Mes accessoires, avaient eu une vie beaucoup trop  et s’tait visible, m’ayant accompagnés longtemps, dont dans la rue, pour quelques années. Malgré leur propreté, ils restaient tachés et usés et d’un sens j’espérais qu’elle en f’rait pas trop d’cas. Ces items étaient en fait, une entorse assez majeure à mes tentatives d’conserver une allure plus aisé et originale, mais j’aimais pas m’débarasser d’mes vieux trucs qui p’vaient t’jours servir. Façon d’pensée qui prov’nait sans doute d’un passé ou j’avais pratiqu’ment rien qui m’appartenait.

- C’est propre., avais-je senti l’b’soin d’lui préciser d’une voix étonnamment discrète comparativement à mon habitude en les lui tendant.

- Hum, par contre je ne sais pas trop ce que tu as prévu maintenant, il n’y a plus de bus pour le pensionnat. En même temps vu l’heure…

J’haussai les épaules en commençant à réfléchir à la question alors qu’elle poursuivait.

- Oh et j’ai commencé à ranger le sous-sol, il reste la piscine de Jello et tous les murs et le sol à nettoyer. La peinture part avec de l’alcool au fait. Et… C’est tout.

Elle me fixait, et moi…moi j’avais arrêté d’réfléchir, surpris. Elle avait torché le sous-sol d’la Cathédrale? Seule? Avec Ali surement? Non? Pas seul? Sérieus’ment? J’lui lançai un r’gard incrédule un moment. J’tais soulagé, moi qui croyais d’voir tout m’taper seul, mais j’tais aussi inconfortable avec l’idée qu’c’était Eireen qui avait ramassé ma crap.

- Ça va ?

- Dah… , avais-je faiblement répondu d’un air absent.

- Tu as une sale tête.

-  Dah...Eh Nu…non. J’sais pas trop. Ça d’vais être mieux qu’ça. Pas d’drama à la con à cause d’une blague merdique d’Leila…Elle m’a foutu la chienne sur l’coup t’as pas idée!…Pas d’bunny qui font leur boulots à moitiés...Pas d’imbéciles qui avertissent la police pour des conneries…Pas d’mecs suicidaires dans l’canal…Parce que ouais tu savais p’t’être pas, y’a un mec de notre p’tite fête qui y a été r’trouvé. Quand Sean m’a dit ça j’ai eu peur qu’ce soit un mineur qui ait déconné sous l'effet d'alcool…par chance apparemment pas. T’imagines la merde sinon?! Alors ouais...j'suis déçu de la soirée, j’crois.
, lui terminais-je, un air pensif sur le visage.

- Et GOD! PAS D’ARRESTATIONS B*RDEL!!!, éclatais-je, soudainement colérique, les mains crispés d'vant moi.

À vrai dire, j’avais d’la difficulté à trouver les mots, s’qui commençait à m’frustrer en fait. J’voulais pas lui en parler, elle avait aussi eu ses propres malchances s’soir. J’avais tenté d’avoir l’air plus enjoué, détaché d’mes problèmes, mais à ses questions, j’compris bien qu’elle gobait pas l’truc. À quoi bon lui cacher d'toute façon. J’fronçai les sourcils inconsciemment et soufflai la vapeur du froid par mes narines à la manière d’un taureau enragé. J’jetai un dernier coup d’oeil vers la porte du poste, puis, d’un pas ferme, descendit les marches en direction d’la Cathédrale…J’savais pas où on pass’rait l’restant d’la nuit, mais j’pouvais pas laisser Eireen g’lée dehors. Dah. S’tait la d’sus qu’j’allais m’concentrer! J’avais des trucs à faire et fallait s’reposer. Du moins, elle, le méritait et l’pourrait. J'm'arrêtai brusquement au bas des marches, reprenant cont'nance.

- On pourrait….On pourrait….heum…laisse-moi réfléchir…, hésitais-je.

- Tu ne vas pas l’amener là! Ni là non plus! Mircea! Ce n’est pas la place pour une jeune fille convenable comme elle et surtout pas à son âge!

- J’y étais moi à son âge! Elle a pas 4 ans! Mais nu t’inquiètes ça m’passait par la tête sans plus…


- Bah…j’dois r’tourner à la Cathédrale pour terminer l’ménage. J’ai des amis qui d’vaient v’nir chercher l’matériel, jukebox, sofa, etc… après la soirée, mais j’pense que c’est un peu foutu. Ils vont venir demain matin, j’vais les contacter. Tu…euh…merci, pour l’aide au fait. T’étais pas obligé. C’est plus qu’apprécier.

J’passai une main dans ma crinière, toujours malaisé par toute l’aide qu’elle pouvait m’apporter.

- J’vais finir la nuit là-bas pour nettoyer et vider mes bouteilles.

Fine, ce s'rait sur'ment l'seul truc potable d'ma soirée! J'avais l'alcool fournie et l'meilleur barman ever! Ça m'donnera au moins l'impression d'me m'réchauffer vu l'chauffage merdique d'l'édifice.

- Enfin, bref…le sofa fera l’affaire pour l’temps qui reste, mais j’connais une p’tite auberge de jeunesse plutôt chouette à 5 min d’ici. Pas l’gros luxe, mais au moins tu pourras dormir au chaud.

J’sorti la liasse d'billets qu’j’avais pu récupérer. J'pouvais au moins lui payer une p'tite dette de gratitude d'cette façon.

- 2568 c’était ça? Tiens…2650. Petit bonus et tu seras bien logé cette nuit avec douche et petit déjeuner demain matin! C’est pas très loin, je t’y conduis.

J'lui souris, reconnaissant et posai doucement et brièv'ment ma main dans le dos d’Eireen pour l’inciter à avancer en lui indiquant que nous partions. J’fis les premiers pas en direction de l’auberge Barnacles qui m’ferais, oui, faire un p’tit détour au froid avant d’retourner à la Cathédrale, mais j’y t’nais. Elle avait d’jà subit assez par ma faute.

-Nous pourrions loger ensemble non? Une chambre à deux, au chaud! Tu tiens vraiment à y retourner maintenant? Je ne crois pas que ce soit bon pour toi de rester seul pour le restant de la soirée. Je te sens nerveux, irrité...

- J'suis pas seul, j'tai toi! J’dormirai pas d’toute façon et faut que j’ramasse avant la messe de d’main matin. T’imagines la gueule du prêtre ah ah! J’veux pas perdre l’droit d’jouer sur s’t’orgue là! On va commencer par l’entrée, et s’qui est l’plus visible.


Aph avait raison, la soirée s'rais longue, mais elle qui parlais toujours à la première personne du pluriel, j'trouvais drôle qu'elle y ai pas songé cette fois. Elle m'en sembla r'connaissante d'ailleurs que j'la considère réconfortante. Seul problème, elle aussi était ébranlé par la soirée et s'tait p'têtre pas s'que j'avais b'soin, mais fuck it...j'avais eu tellement pire et j'tais pas mort. Ça pass'rait avec l'temps comme tout l'reste.



(c)LOKIA
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 457
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: After party!!! Sam 3 Déc - 23:48


After party  zwz

feat. Ethan M. Shaw


Inutile d’être un fin observateur pour voir le malaise qui entourait Ethan alors qu’ils sortaient du commissariat de police. Enfin plus qu’un malaise, c’était la déception qui s’était ancrée sur son visage. Les épaules courbées vers le bas, la tête penchée dans la même direction comme si tout à coup la gravité s’était accrue à l’endroit où il se trouvait. Ce n’était pas l’Ethan frais, pimpant et joyeux luron qui était sorti du poste de police. Un séjour dans cet endroit devait refroidir tout le monde, c’est vrai, mais voir Ethan ainsi pinça presque le cœur à Eireen. Ils n’avaient pas besoin de se connaître depuis longtemps pour que cela ait un impact, la personnalité de surface extravertie du jeune homme y aidant.

Alors qu’elle le croyait perdu dans ses pensées, Eireen se laissa surprendre par son geste quand il lui posa son écharpe sur les épaules et lui tendit sa paire de gants dont elle se saisit plus par réflexe que par réalisation qu’il avait capté qu’elle se les gelait. C’était visible au point de le sortir de sa torpeur de déception ? Ouai, ouai elle se les gelait vraiment ! Elle enfouissait déjà son nez dans l’écharpe qu’elle avait alors vite enroulée autour de son cou ne se faisant pas plus prier d’utiliser l’item quand il lui confirma la propreté de ces derniers d’une voix faible. Propre, pas propre, elle s’en fichait bien du moment que ça couvrait et que ça redonnait chaud ! L’écharpe grattait un peu mais ça l’amusait et elle se garda bien d’afficher son petit sourire de gamine contentée derrière le tissu qui protégeait désormais son cou. Enfilant les gants, elle lâcha d’une voix toute aussi faible, parlant à travers l’écharpe.

« C’est parfait, merci. »

Et puis elle sentait pas mauvais cette écharpe. Ahhh, d’un coup ça allait bien mieux. Enfin pour elle. Cela expliquait peut-être sa propension à la parlotte par la suite, conjugué au fait qu’elle n’avait pas voulu que le silence s’installe. A priori ça avait l’air surprenant qu’elle ait commencé à nettoyer. Elle n’avait rien eu d’autre à faire alors bon… Voilà quoi… Et puis à sa question fatidique elle s’était attendue à ce qu’il se perde à nouveau dans ses pensées et elle eut à peine le temps de se questionner sur le « dah » et le « nu » qui débita tout ce qu’il avait sur le cœur. Au bout du compte elle était arrivée à avoir ce qu’elle voulait, crever l’abcès, lui faire extérioriser le plus de choses pour qu’elle puisse y répondre le plus justement possible.

Elle ne se surprit pas du crescendo de sa tonalité, ni même qu’il se mette en colère. Selon elle, il avait le droit d’être en colère, justement à cause de tout ce qu’il venait de dire. Elle pinça les lèvres, hésitant sur ce qu’elle pouvait dire et encore une fois dans cette soirée, elle prit trop de temps à choisir ses mots. Ethan était déjà parti sur le sujet de la fin de nuit, réfléchissant même déjà à un possible hébergement pour elle. Décidément, réfléchir à ce qu’elle dirait n’était vraiment pas son truc à Eireen. Et après on lui reproche sa franchise ! Non mais ils ne se rendent pas compte du boulot les gens hein !

**Comme tout, cela se travaille et s’améliore avec le temps ma petite colombe. **
*Urgh… *
**Allons, allons, on se concentre ! **


Remerciements, nettoyage, auberge de jeunesse, ok. Pourquoi est-ce qu’il lui tendait autant de billets d’un coup ? Petit bonus ? Petit bonus de quoi ? Une dérivation de pensées de sa part et elle était déjà paumée. Merci l’heure tardive. Bon, où est-ce qu’ils allaient là déjà ? Le temps de remettre les informations dans l’ordre, Eireen fit quelques pas, incitée par le contact de la main d’Ethan dans son dos, les billets tenus devant elle entre ses mains gantées, ne réalisant toujours pas la somme qu’ils représentaient. Se faire accompagner jusqu’à un lieu sécuritaire où elle pourrait passer le reste de la nuit pouvait paraître gentil et galant mais il y avait quelque chose de faux dans tout cela. C’était comme si une sonnette d’alarme sonnait dans la tête de la jeune fille sans qu’elle ne comprenne vraiment pourquoi.

**Tu le sais très bien, tu ne veux simplement pas l’admettre. Personnellement je préfère l’option de l’auberge de jeunesse plutôt que cette alternative à laquelle tu réfléchis. Tu lui as déjà accordé assez de ton temps. **
*Il ne voudra peut-être pas non plus que je reste. C’est vrai que je ne suis pas la meilleure personne avec qui discuter ou pour remonter le moral. *
**Alors allons à l’auberge… **
*J’peux pas le laisser seul comme ça, là ! *
**Que veux-tu faire de plus ?**
Soupira la déesse, exaspérée. **Tu as commencé à ranger le sous-sol de la cathédrale, tu l’as attendue au poste de police ET tu as payé sa caution pour qu’il puisse sortir. Excuse-moi Eireen mais pour une personne externe soit disant sans attache tu en as tellement fait que la question se pose ! quoi de PLUS ?**
*Mais j’sais pas moi ! *

Répondit mentalement la jeune fille sur le même ton excédé alors qu’elle essayait de se comprendre elle-même.

*C’est dégueulasse qu’il se prenne tout dans la gueule comme ça, ce n’est pas de sa faute tout ça ! Si on zappe la fin, la soirée était bien ! Tout le monde s’amusait, suffit de voir… *

Et ce fut le déclic. Eireen s’arrêta d’un coup comme si quelque chose de très important lui revenait en tête. En un sens ce n’était effectivement pas « rien ».

« Attend ! »

Qu’est-ce qu’ils faisaient dans ses mains ces billets ? Ah oui, la caution. Enfin bref, elle ouvrit vite fait son sac et les fit disparaître dedans avant de réajuster la bandoulière sur son épaule et de se tourner vers Ethan et s’adressant très sérieusement à lui.

« C'est gentil comme proposition mais je vais venir avec toi à la cathédrale »
Et d’enchainer en perdant un peu plus à chaque seconde de sa soudaine confiance en elle : « Je ne crois pas que te laisser seul serait une bonne idée et… »

Avant qu’il ne la reprenne ou qu’elle ne change elle-même d’avis, trop peureuse d’entendre qu’il lui dise qu’il n’avait pas besoin d’elle et/ou qu’il ne voulait pas lui parler ou même d’assumer qu’elle-même s’inquiétait et qu’elle voulait simplement lui remonter le moral, elle pivota sur elle-même pour se diriger vers la cathédrale.

« Je vais t’aider à finir de ranger. Vu l’heure on ne verra même pas le temps passer et il fera jour quand on aura finit. Je prendrais le premier bus de la journée pour retourner au pensionnat. Ce n’est pas comme si c’était ma première nuit blanche. Et puis… Il faut que je te montre quelque chose. »

Elle se retourna vers lui et hésita, se pinçant les lèvres.

« C’est… Hum… Important. On va le dire comme ça » Finit-elle par chuchoter.

Une manière d’essayer d’attiser la curiosité d’Ethan alors qu’elle n’était absolument pas certaine que son idée fonctionnerait. Mais bon elle se devait d’essayer. Elle reprit vite sa marche, d’un bon rythme pour montrer qu’elle ne changerait pas d’avis. Ceci ne fera que la faire passer pour une tête de mule peut-être mais tant pis.  Valait mieux ça plutôt qu’elle se dégonfle. Le chemin ne fut -heureusement- pas long jusqu’à ce qu’ils soient de retour sur les lieux du « crime ». N’ayant trouvé aucun trousseau de clés, Eireen avait dû partir en laissant l’accès au sous-sol ouvert et elle espérait fortement qu’ils n’auront pas de mauvaises surprises une fois à l’intérieur. Poussant la porte, la jeune fille alluma les lumières et prit le temps de jeter un coup d’œil au grand espace. A priori, rien avait bougé, la piscine de Jell’O était -malheureusement- toujours là et le reste aussi. C’était au moins une bonne chose pour cette fin de soirée, ou plutôt fin de nuit.

La jeune fille se dirigea vers la table où avait été servi le punch et y déposa son sac avant de retirer les gants et d’enlever son manteau. Il faisait encore agréablement chaud ici. Elle n’enleva toutefois pas l’écharpe et, tendant les gants à Ethan en le remerciant, elle s’adressa de nouveau à lui.

« Hum, ça ne te dérange pas si je la garde encore un peu ? »

Après quoi elle se ré-intéressa à son sac qu’elle ouvrit pour en extirper l’appareil photo et récupéra les trois cartes mémoires qu’elle avait utilisé pour la fête. Elle en inséra une avant d’allumer l’appareil, de passer les premières photos qu’elle avait prise pour régler les paramètres et le tendit enfin à Ethan. Attendant qu’il passe quelques photos, elle alla sagement s’asseoir sur la table, ne disant plus rien jusqu’à ce qu’elle estime qu’il en avait assez vu pour qu’elle reprenne.

« Tout le monde s’est bien amusé. » Elle posa ses mains sur ses cuisses et les croisa avant de continuer, incertaine mais le cachant de nouveau derrière l’écharpe (qu’elle était, du coup, Ô combien heureuse de porter) : « Bon… C’est la première grande fête à laquelle je participe alors mon avis est peut-être faussé mais… Si on se base sur les photos, elle était réussie. C’était… Cool… »

Elle ferma la bouche, la rouvrit puis se ravisa. Il ne valait mieux pas qu’elle foire tout en parlant trop. Elle avait déjà trop parler non ? Urg, elle n’aimait vraiment pas ça. Ce malaise dans lequel elle se mettait !




(c)LOKIA

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


A catch ?  
There’s always a catch. Life is a catch. I suggest you catch it while you can.

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-
Paroles d'Eireen : #cc99cc
Paroles d'Hestia : #ff9966
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 216
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: After party!!! Jeu 29 Déc - 22:04
Eireen m’avais suivi et accepté mes billets qu’elle avait mis dans son sac après m’avoir soudainement demander d’attendre.

« Hmm? », avais-je simplement eu le temps d’émettre, confus, d’autant plus qu’elle s’était mise à parler comme jamais auparavant.

Elle avait apparemment décidé d’me suivre jusqu’à la Cathédrale et j’avais pas l’feelling d’avoir mon mot à dire l’a d’ssus au fond. Elle alla jusqu’à affirmer qu’elle croyais pas qu’s’tait une bonne idée d’me laisser seul. J’émis un p’tit souffle rieur. Elle s’en f’sait? J’allais l’vé l’doigt, allant lui répliquer qu’j’avais pas b’soin, qu’j’avais toujours su m’occuper d’moi-même comme un grand et qu’elle avait pas à s’en faire. Avec un clin d’œil, l’air sûre d’moi et fier, ouais s’rais parfait pour qu’elle aille dormir mais …nu…s’tait pas son plan à elle. M’laissant même pas répondre, elle prit les d’vant en m’expliquant tout ça. Ça impliquant du rangement et un r’tour à Immo aux p’tites heures du matin, après m’avoir montré quelque chose…

« Hmm?»


Les mots semblaient m’manquer après mon explosion d’un peu plus tôt, mais j’restais curieux et d’toute façon, même si j’avais réussi à articuler un truc intelligent, j’avais pas l’cœur à m’obstiner. Elle voulait rester fine, même si j’approuvais pas pour elle. Elle méritait clair’ment du r’pos. Mais bon, ma compagnie d’vait être préférable à une soirée moche seul dans une auberge de jeunesse après un flop totale d’soirée…Ouais ça d’vait être ça. Pis d’un sens, j’lui était r’connaissant d’rester. L’écouter parler m’empêchait d’trop réfléchir et j’appréciais réellement sa compagnie.


« C’est… Hum… Important. On va le dire comme ça »

V’nant d’Eireen s’genre d’attitude était étrange à mon avis et d’toute évidence, j’voulais savoir s’qu’elle cachait. J’me sentais comme impliquer dans un truc important, comme well…elle chuchotais, ça d’vait être un truc important! J’me ravisai donc à l’inciter à quitter et entrepris plutôt d’la rattraper, la suivant jusqu’à la Cathédrale. Arrivée sur les lieux. J’poussai les porte avec méfiance et pénétrai dans les lieux en tentant d’étouffer l’frisson qui m’parcourait l’échine. F’sait pas chaud après 10 min. d’marche peu couvert. J’frottai mes mains vigoureus’ment ensemble puis sur mes pantalon pour créer un peu friction.

« Oh thank GOD, encore là! J’vais garder mon boulot! », lançais-je en allant faire un câlin au jukebox.

« En plus on pourra écouter des truc en f’sant l’ménage. », tentais-je de rester un peu plus positif d’vant Eireen, chose qui soyons franc semblait sonner faux.

J’tais soulager qu’personne ait piquer l’matos électronique comme le jukebox. S’aurait bien été la catastrophe d’avoir en plus à rembourser ça. Sans parler qu’mon boss allait plus m’faire confiance. J’entendis Eireen m’demander pour conserver l’foulard et avec un mince sourire, lui fit un signe lâche d’la main pour lui signifier qu’elle pouvait l’garder comme elle l’voulait.

« Tant qu’t’as b’soin. »

J’allai j’ter mon sac et mes effets sur le p’tit sofa qu’j’avais fait installer pour la soirée et m’y laissai choir un instant, passant mes mains sur mon v’sage et étirant mes traits fatigués et désespérés en observant la pièce. Malgré tout, Eireen avais d’jà fait du bon travail à s’niveau, m’dis-je.

« Tout d’un coup, j’regrette beaucoup la piscine de gelée… », lui lançais-je en observant l’désastre un peu plus loin.

L’pire s’tais qu’ça avait eu l’temps d’sécher un peu au sol…et la peinture fluo, on en parlait même pas. L’alcool f’sait un bon travail qu’elle m’avait dit, m’rassurais-je. J’me calai un peu plus sur l’fauteuil avant d’me r’dresser lentement pour aller m’trainer jusqu’à s’qui restait du bar.

Sans doute dû à mon incapacité à rester en place ou à faire un semblant de sourire crédible, Aphrodite sembla croire qu’j’étais anxieux.

« Ethan, calme-toi, je te sens tellement nerveux. C’est fini. Nous sommes en bonne compagnie, rien ne peux aller plus mal maintenant. »

« Naaaah! Juste beaucoup de truc à penser…et … la fatigue. »

« Mouais…Si tu le dis. »


J’attrapai une bouteille d’vodka, l’ouvrit et pris une bonne rasade, grimaçai en s’couant la tête et déposai la bouteille un peu trop fortement sur la table, appréciant au moins la chaleur qui s’rependait dans tout mon corps. J’m’étais appuyé et agrippé des deux mains sur l’comptoir, fixant mon r’gard sur le liquide qui frappait violemment contre la parois d’verre, puis rel’vant les yeux sur Eireen qui s’affairait à farfouiller son matos d’photographe. Vrai…elle avait pris l’désastre en photo…à ma d’mande en plus! J’laissai tomber ma tête vers l’arrière en l’vant les yeux au plafond en soupirant, puis m’laisser glisser derrière l’bar pour voir s’qui restait…la vodka pure s’tait efficace, mais dégueulasse et j’allais pas faire mon sans cœur et pas partager. Eireen méritait bien un p’tit r’montant aussi. Elle semblait même pas avoir but d’la soirée à ma connaissance. Une vrai professionnelle quoi! Mais là, on travaillait pas! J’me r’dressai avec du jus d’orange, d’canneberge, du Shnapps aux pêches et la vodka. Mélangeant les ingrédients, j’fis deux Sex on the Beach ornés d’une tranche d’orange et d’une cerise au marasquin chacun. J’savais pas s’qu’m’a photographe préférait alors j’avais préféré y aller doux au niveau du goût. J’m’étais alors rapproché d’elle au même moment où elle m’tendait l’appareil et moi son drink. J’ricanai et déposai, pour le côté pratique, les deux verres sur la table à punch. Il fallait faire attention à l’appareil après tout. J’le pris donc dans mes mains à la place en écoutant s’qu’elle avait à dire.

« Tout le monde s’est bien amusé. »

S’tait donc ça qu’elle avait à m’dire. Elle voulait m’rassurer qu’la fête avait pas été un flop total. Un mince sourire s’traçant sur mes lèvres l’espace d’un moment. J’appréciais l’geste même si j’tais pas convaincue d’ses paroles…surtout que…

« Bon… C’est la première grande fête à laquelle je participe alors mon avis est peut-être faussé mais… Si on se base sur les photos, elle était réussie. C’était… Cool… », m’dit-elle à moitié cachée derrière l’écharpe.

« QUOI?! », m’exclamais-je plus fort qu’prévu.

« Ça? Ça s’tait ta première grande fête!?», j’la fixai, un air incrédule sur le v’sage.

« C’est la première idée qu’elle aurait d’une grande fête…b*rdel, la honte! »

« Mais non! Moi aussi j’ai bien aimé, c’était divertissant! Jusqu’au poste de police du moins. J’aurais préféré finir avec le joueur d’rugby qui dansait, mais hey…ce n’est pas grave! De toute façon l'autre vieux dégoûtant m'a fait perdre mes envies.»

« Fuck! Eh…Well! L’s’cond drink est pour toi si tu l’veux. On va au moins essayer d’finir ça en beauté ! J’savais pas s’que t’aimais alors j’ai été pour un truc sucré et classique. Si s’pas ton genre s’pas grave. J’te ferai un autre truc. Ou si t’en veux pas aussi…C’est okay, mais tu manques quelque chose, t’as l’meilleur barman d’la région à ton service pour la nuit et on a une tonne de bouteilles à vider. J’dis ça comme ça. »

J’aurais aimé tout r’commencer n’serais-ce pour qu’elle voit une vrai fête où elle finissait pas en sortant l’organisateur d’la merde, mais j’voyais pas comment j’allais pouvoir rach’ter ça. Malgré s’qu’elle d’sait sur la soirée, j’pensais qu’s’tait sur’ment juste pour m’faire plaisir et j’retournais toute les façon possible d’tourner la fin en quelque chose d’mieux, mais mon cerveau semblait incapable de créativité actuellement, s’tait rageant. M’enfin j’rapportai tout d’même mes yeux sur les photographies. La première était celle d’Leila et du BloodyBunny….J’émis un p’tit grognement à la vue d’la métisse. J’lui en voulais encore pour avoir essayé d’me ridiculiser d’la sorte. La peur qu’j’avais eu sur l’coup aussi…

« Bitch. », m’dis-je plus pour moi-même et évacuer brièv’ment la haine qu’j’éprouvais envers elle avant d’changer l’image rapid’ment pour apercevoir Alistair et son foutu uniforme.

« Inacceptable… »
, marmonnais-je.

« J’vais d’voir l’habiller éventuellement. T’as vu ça? L’uniforme! S’il pensait que j’m’en rendrait pas compte.»

J’tournai l’appareil vers Eireen pour lui montrer avant d’changer encore d’photo. Celle-là m’fis sourire légèrement : Aislinn la bunny girl.

« Attention whore detected! J’ai bien fait d’lui modifier son costume. J’ai eu peur qu’elle gâche tout quand elle est montée sur l’bar, comme…elle a pas l’air d’un génie…ça aurait pu être risqué, mais quand elle m’a dit qu’elle payait la tournée, j’pouvais pas vraiment lui en vouloir. C’est s’quon avait b’soin...même si maint’nant ça changera pas grand-chose avec la perte que j’vais probablement d’voir essuyer. Pas hâte d’voir les comptes. Avec d’la chance j’arriv’rai à couvrir les dépenses avec s’qui reste. Ah merde, fallait que j’lui rembourse s’qui restait … Bon, Ais…Elle nous a fait gagner tellement d’pourboire…J’vais d’voir leur donner leur part d’ailleurs. T’en as aussi. J’divise égale pour tous les volontaires qui ont travaillés. »

J’figeai un moment en réfléchissant, pesant les pour et contres en utilisant mes mains comme une balance fictive.

« C’est weird…Si elle avait pas payé la tournée, j’aurais été vraiment dans la merde niveau budget. D’un autre côté, si elle avait pas payé d’tournée, ça aurait p’t’être pas aussi mal tournée avec les mineurs et tout. Et on m’aurait pas accusé d’vente d’drogue. Parce que ouais, essais d’justifier 5000 cash. J’en ai bavé pour ça. Mais sans l’cash j’aurais pas pu payer ma caution. »

J’haussai les épaules en consultant Eireen du r’gard.

« J’comprends t’jours pas comment elle avait ça sur elle. La dernière fois qu’j’ai eu ça sur moi j’faisais justement des trucs pas trop trop légal, alors j’ai pas vendu Ais. J’pas cafteur, mais fuck qu’il m’ont fait chier avec ça. Ils avaient quand même pas d’preuve de rien comme j’ai vraiment rien fait. En même temps, s’drôle j’la vois pas faire s’genre transactions…bref…j’suppose qu’ça rest’ra un mystère, mais j’vais p’t’être lui d’mander des comptes pour savoir s’que j’ai défendu. J’curieux. J’voulais pas d’mander au départ comme j’pas imbécile, mais maint’nant qu’c’est régler d’toute façon.»

« Tu veux vraiment savoir? Tu crois que c’est sage? »

« J’pas sure, mais au point où on en est…ça peut pas être pire. »

J’soufflai entre mes lèvres comme pour évacuer la pression et l’dégoût à l’idée d’tout s’que j’avais littéral’ment gober pour protéger les fesses d’tout’l’monde. J’continuais à jauger les images, m’attardant sur les plus intéressantes.

« Oh my god! Oh my god! T’as l’œil pour capter les bons moments! J’t’adore! J’savais qu’j’avais bien fait d’te d’mander prendre les photos!»

J’attrapai brusquement Eireen dans mes bras pendant quelques s’condes avant d’la r’lâcher pour détailler l’image d’nouveau. J’avais pas pu r’tenir mon exclamation d’joie en appuyant d’nouveau sur le bouton pour passer à la prochaine image. Instantanément, j’sortais d’mon espèce d’torpeur négative. Elle r’présentait un mec barbu avec une expression sublime et vu sa position dans la pièce et l’angle d’sa tête penché légèrement vers l’arrière, j’avais d’jà un doute à savoir s’qu’il r’gardait ou plutôt qui. J’préférais quand même avoir la confirmation d’Eireen sur l’fait qu’il s’agissait bien d’Aislinn monté sur l’bar.

« Qui as eu droit à s’r’gard là?! La BunnyGirl? Ça l’air d’un client satisfait en tout cas! Si ça s’trouve c’est lui qui à donner l’plus d’pourboire! Tu vois, s’pour ça qu’j’adore les portraits…dessiné ou sculpter des visages. Pauvre fille par contre. Nah pas vraiment…Bon pas qu’j’chui du genre à m’couvrir les yeux, mais j’veux dire… y’a moyen d’être plus discret et d’apprécier la chose hein! Genre au moins être plus charmant dans son approche plutôt que d’baver d’vant. Quoique comme dit précédemment, c’est l’genre d’fille à aimer ça! Hmmm…ça dépend t’jours d’qui ça viens j’crois…par expérience. T’as d’jà eu droit à s’genre d’regard? Autre que l’miens j’parle.», ajoutais-je avec un haussement de sourcils taquin, en lui laissant entendre qu’elle était suffisamment jolie à mon avis pour que, malgré tout s’que j’avais dit, j’en bave d’la sorte.

J’laissai échapper un p’tit rire niais en surveillant attentivement l’expression faciale qui allait suivre. Ou plutôt…selon s’que j’m’attendait, la possible absence d’expression tant caractéristique d’Eireen. J’avais toujours un peu d’difficulté à déterminer si c’était d’l’exaspération, du jem’enfoutisme…ou encore une simple couverture. J’aimais bien croire qu’intérieur’ment une Eireen d’six ans riait à mes commentaires les plus débiles.

« J’crois pas qu’elle aille l’goût d’entendre tes idioties. », m’informa Aphrodite en riant malgré tout. Son rire m’fit d’ailleurs chaud au cœur et j’savais qu’elle était contente d’m’entendre changer d’discours pour un qui était plus joyeux. J’étais pas non plus l’seul à apprécier l’image. Aph également semblait trouver qu’s’était un sujet parfait.

« T’sais si j’dis des coquebine’rie tu peux m’dire d’la fermer aussi. S’ton droit.», ajoutais-je en riant et changeant l’image, laissant un bref silence s’installer.

J’attrapai ma consommation d’une main pour en prendre une gorger et dessécher ma gorge, moi qui commençait à parler beaucoup. J’m’arrêtai sur l’image d’mon baisé avec BloodyBunny, et r’déposai mon verre.

« J’veux des copies d’celle-là! Pour l’peux qu’on a échanger j’aimais bien l’type. Il embrasse bien en plus! », ajoutais-je avec un sourire coquin et les joues légèrement rougis en m’remémorant.

« …Et j’vais pouvoir aller afficher ça partout dans la chambre de Leila… J’sais pas elle est où. Toi t’es sur l’étage des filles! J’pourrai t’envoyer en mission d’reconnaissance pour la trouver et j’pourrai au moins avoir la satisfaction d’lui montrer éternellement, qu’j’ai embrassé son p’tit copain et qu’il m’a pas r’poussé! J’pense qu’il a apprécier aussi. Normal entre moi et Leila, j’me choisirais aussi.»

J’avais l’ver un poing vengeur en l’air, vaguement amusé par mes plans débiles et puérils qui commençaient à m’trotter en tête. J’avais pas vraiment d’temps à perdre avec ça pour vrai, mais y penser f’sait t’jours du bien. Déjà plus enjoué, j’poursuivit mon observation et m’arrêtai final’ment sur mon œuvre d’la soirée : Alum.

« J’trouvais ça débile au départ son costume…mais en fin d’compte j’ai pu tourner ça en vrai œuvre d’art! Grâce à moi il avait pas l’air trop con. T’as vu?...Oh…j’sais pas dans quel état il est r’partie par contre…j’espère qu’il ira bien. J’prévoyais l’raccompagner à la fin, mais vu les circonstances j’ai manqué son départ. J’espère qu’il finira pas à l’hosto comme l’autre imbécile qui s’est j’té dans l’canal. Well…tout l’monde fait des conneries au moins une fois…Shit happen. J’aime bien le body painting. Les bonnes sœurs m’détestaient pour ça à l’orphelinat. Laver les bébés plein de crayon feutre ça les f’sait pas tripper. Faut dire qu’ça s’lave moins bien qu’du vrai maquillage ou peinture. En vieillissant, j’ai eu des amis d’filles prêtes à servir d’cobayes j’ai pu m’perfectionner.»

J’lui remontrai la photographie d’Alum et son costume aux lapins psychédéliques. J’me sentais comme un enfant qui attendait d’ses tuteurs un message l’félicitant pour ses « beaux dessins », sauf qu’les miens étaient vraiment beau.

« Comment tu trouves? Ça m’détend. Après l’coup d’Leila et l’service au bar, ça m’a fait plaisir d’m’occuper d’son cas..M’enfin…parlant d’lavage d’peinture…Faudrait vraiment que j’m’y mette. »

J’levai la tête pour observer d’nouveau les lieux. J’avais l’impression d’poser un nouveau r’gard su la pièce. Avoir réviser ses photographies étaient une bonne idée. J’me sentait d’jà plus d’attaque. J’tendis doucement l’appareil à sa propriétaire.

« J’finirai d’les r’garder plus tard…mais merci. T’as raison c’était pas un échec total. En plus, j’crois qu’on a réussi à avoir Doogood complètement bourrer. Ça fait ma soirée. J’le pensais trop coincé pour réel’ment s’amuser. Et toi, dans tout ça? T’as pu en profiter un peu? J’veux dire t’as fait un boulot de malade, mais autrement. T’as fait autre chose que prendre des photos…ou te faire jeter dans la piscine? Tu veux qu’on change un peu la donne. J’te propose d’choisir la musique qu’tu veux, ou même celle d'Hestia. J’chui curieux d’voir s’que vous aimez et j’ai toujours dit qu’on apprenait à mieux connaître les gens en connaissant le genre de musique qu’ils écoutent. Pour ça que j'ai expérimenter avec Aph sur s'côté. J’sais pas si c’est vrai que j'la connais mieux pour ça, mais c’est mon sentiment. Même philosophie pour la crème glacée, mais il fait un peu froid pour ça...et j'ai plus de doutes sur la méthode. Ah ah! T’en penses s’que tu veux. Aussi! Si tu veux quelque chose à boire ou essayer un truc tu l’dis….tant qu’il nous reste assez d’vodka pour nettoyer. »
, précisais-je.

J’attrapai mon drink qui commençait à être chaud et en pris une bonne gorgée avant d’men aller vers l’bar trouver des linges à vaisselles et notre produit nettoyant improvisé.

« Prête? », demandais-je à Eireen avec un air déterminé.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Ethan M. Shaw vous provoque en #660033
Aphrodite vous séduit en #9966ff
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 457
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: After party!!! Lun 27 Fév - 14:32


After party  zwz

feat. Ethan M. Shaw


Malaise, malaise, malaise, Eireen n’était pas au bout de ses peines et si les choses semblaient s’améliorer par moment ce n’était que pour la mettre dans une situation encore plus délicate par la suite. Bon sang, mais qu’est-ce qu’il lui avait pris de s’imposer comme ça ? Pensa-t-elle de manière plaintive. Ce à quoi Hestia répondit bien évidement par un « Tu l’as cherché. » sous-entendu d’un lourd « Assume maintenant ». Assumer, c’était bien la seule chose qu’elle pouvait faire. Il ne fallait pas non plus mal interpréter, elle ne s’en voulait pas d’avoir aidé Ethan et elle avait fini par admettre que oui, elle s’était inquiétée pour lui et qu’elle avait vraiment voulu lui remonter le moral. Cela sembla fonctionner et cela la rassura. Elle en ressenti même de la satisfaction qu’elle garda bien pour elle, ne partageant le secret qu’avec l’écharpe qu’elle portait autour du cou.

La raison de ce sentiment d’incommodité de sa part était que pour ce coup-ci elle ne pouvait pas feinter le désintérêt ou fuir comme elle le faisait d’habitude quand des sujets tels que « faire la fête », « alcool », « goûts musicaux », etc. étaient abordés. D’habitude il y avait soit assez de gens pour que le sujet dévie sur une autre personne ou ait carrément un autre débouché, soit elle pouvait se réfugier dans les pages d’un bouquin ou l’écran de sa console de jeu portable pour ne pas répondre, feintant de ne pas avoir entendu la question ou au mieux (enfin au pire) laisser penser qu’elle mettait un vent magistral à son interlocuteur ou interlocutrice.

Et si en règle générale elle se fichait bien des avis des autres, de leurs remarques et jugements, là ce n’était pas pareil parce que c’était Ethan en face d’elle et qu’il ne laisserait rien passé, elle le savait, le pressentait. Comme lorsqu’ils avaient fait connaissance au club. Sauf que quand on la « poussait » trop, qu’on l’envahissait trop, son flegme ne tenait pas longtemps et elle avait cette tendance à fuir -encore- ou à s’énerver. Elle pourrait très bien agir comme cela avec Ethan non ? Pas vraiment. C’était elle qui s’était imposée pour le coup alors si elle le rembarrait au final pour ce genre de choses, ce n’était pas très plaisant ni juste pour lui.

**Reste toi-même et traite chaque question ou information une par une.  Tu réfléchis trop. **


Oui, Eireen réfléchissait trop, il n’y avait rien de nouveau à cela. Pour qu’Hestia lui fasse la réflexion c’était qu’elle avait atteint un niveau extrême car la déesse prônait cet adage : « Il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler. », entre quelques autres qui voulaient signifier la même chose. Alors soit, chaque chose, une par une.

Premier bon point, le sujet « WTF, ça c’est ta première grande fête » fut vite écarté au profit d’autres qu’Eireen préférait largement aborder. Cela reviendrait sur le tapis. Hey, c’était Ethan à côté ! Mais au moins pour le moment, c’était du passé. Elle jeta un rapide coup d’œil aux verres qu’il avait posé sur la table de punch. Cela n’avait vraiment pas l’air mauvais et elle n’avait quasiment rien bu de la soirée alors cette vision l’assoiffa.

**Tu ne comptes pas le faire tout de même ? **
*Quoi ? Boire ? *
**Finir toutes les bouteilles d’alcool comme il le propose. **
*Non. *


Réponse qui valut un soupir rassuré de la déesse.

*Juste pour ne pas avoir droit à tes remontrances continuelles. *
**Sentirais-je de l’agacement ? Sache ma petite colombe que si c’est le cas nous sommes deux. **
*J’allais dire « pas vraiment » mais c’est sur la bonne voie… C’est plus que c’est vexant ce manque de confiance ! *
**Quel manque de confiance ? **
*Tu me crois si immature pour que l’idée de vider toutes les bouteilles d’alcool me traverse l’esprit ? Surtout que je ne suis pas de nature à boire comme ça ! Et que la plupart serviront à nettoyer la peinture…*
**Oh. Navrée je ne le voyais pas ainsi. C’est juste que tu peux être tellement curieuse parfois que j’ai peur que cela te joue de mauvais tours. Tu comptes bien y goûter n’est-ce pas ? **
*Effectivement. *
**Fais attention veux-tu ? Tu l’as dit toi-même tu n’es pas habituée à boire ainsi, tu ne connais donc pas ta limite. **
*Tu me diras stop. *
**D’accord ! **


Répondit alors la déesse qui prit cette nouvelle fonction avec un grand sérieux. Elle ne manqua pas de protester non plus lorsque le mot « Bitch » traversa les lèvres d’Ethan. Eireen ne savait pas si Leila méritait vraiment d’être nommée comme ça mais sa colocataire l’avait cherché aussi ce soir. Pour arriver à décontenancer Alistair de la sorte, elle était allée vraiment loin. Hestia concéda ce point. La rouquine hocha la tête quand il passa sur la photo d’Alistair, même elle pouvait dire que l’uniforme pour une fête, ce n’était pas trop ça. Et puis il aurait été bien plus mignon et classe avec une autre tenue.

**Bien d’accord. S’ils vont faire les boutiques, il va falloir que tu ailles avec ! **
*Pourquoi ? *
**Je ne fais pas confiance à l’Adonis d’à côté. Hors de question que mon petit bout de chou porte… « ça » ! **
*Le « ça », va très bien à Ethan. *


On continue. Nouveau ronchonnement de la part d’Hestia au mot « whore ». Par les Dieux cette fin de soirée allait être longue avec ces deux-là !
Profitant qu’Ethan était concentré sur la photo et ses commentaires, Eireen avait reporté son attention sur les cocktails et se saisit d’un verre. Elle le rapprocha de son nez comme si elle estimait qu’elle pourrait reconnaître tous les liquides qui le constituait et estimer s’il contenait beaucoup d’alcool ou non. C’était pas gagné. En tout cas, ça ne sentait pas mauvais et elle enchaîna vite en retirant le quartier d’orange qu’elle coinça entre les doigts de son autre main et trempa doucement les lèvres pour goûter.

**Stop. **
*Comment ça, stop ? *
**Je devais te dire stop quand j’estimais que tu avais bu suffisamment d’alcool. Voilà, c’est suffisant ça. **


Le zèle dont faisait preuve Hestia sur sa lourde tâche de ne pas laisser sa possédée succomber aux effets néfastes de l’alcool, amusa tant Eireen qu’elle faillit avoir un petit rire. Elle parvint à se concentrer et eut un petit sourire en contrepartie.

*Tu exagères un peu là… *
**A peine. **


Le ton de la déesse indiquait clairement qu’elle plaisantait ce qui était assez étonnant quand on savait à quel point elle s’était montrée contre la situation actuelle. Peut-être s’était-elle elle-même faite une raison. Elle fit tout de même une nouvelle mise en garde concernant l’alcool à sa petite colombe avant de la « laisser tranquille ». En un sens, Eireen était rassurée, elle pouvait compter sur Hestia pour qu’elle ne déborde pas. Cette surveillance, même si non voulue ne faisait pas toujours l’unanimité pourtant.

Le goût sucré sur ses lèvres n’était pas désagréable et la rouquine but une première gorgée du cocktail. La saveur de l’alcool lui était étrange tout comme la sensation qu’il laissa sur sa langue et sa gorge mais ce n’était ni désagréable, ni mauvais -un peu trop sucré à son goût tout de même- alors une seconde lampée suivit après quoi elle baissa le verre et croqua dans le quartier d’orange passant vite fait sa langue sur ses lèvres pour en essuyer le jus.  

Hestia ne manqua une nouvelle fois pas de tiquer quand Ethan parla d’activités non légales et la déesse reprit tout un sermon sur ce que représentait Ethan à ses yeux et Ô combien il ne devait clairement pas être une bonne fréquentation. Il faisait limite l’apologie du Mal selon elle. Un être turpide que la rouquine devait absolument laisser dans son coin. Cette dernière était trop prise dans les réflexions qu’avaient lancé Ethan au sujet d’Aislinn qu’elle passa complètement à côté des nouvelles admonestations d’Hestia. Penser à la jolie blonde en tant que dealeuse était à la fois risible et plausible. Une autre hypothèse traversa l’esprit de la jeune fille et elle la prononça à mi-voix.

« Ou elle est de bonne famille, a des parents très, très, très généreux et trouve ça tout à fait normal d’avoir autant sur elle. »

Toujours pensive sur le sujet, elle avait reporté le verre de cocktail à sa bouche et s’apprêtait à boire quand Ethan commença à s’exciter d’un coup. Ce fut une Eireen complètement perdue et dubitative qu’il laissa sur place après l’avoir prise dans ses bras. Euh… Hein ? Elle dut faire un effort pour se remémorer ce qu’il venait tout juste de dire. C’était comme la dernière fois au club ! Elle allait devoir s’y habituer c’est ça ? Cette réflexion amena un soupire désabusé de la part d’Hestia. Forcément, elle préférerait que non.

Les remarques du maître de la soirée ne manquèrent cependant pas de toucher Eireen. Elle ne faisait pas de la photographie depuis longtemps mais s’était découverte une réelle passion et avait cet espoir d’en faire son métier alors forcément, ces critiques on ne peut plus franches la motivaient. Elle n’était toutefois pas tout à fait d’accord avec ce qu’il disait sur la photo qu’elle avait prise du garçon en admiration devant Aislinn. Son expression n’avait rien de déplacé selon elle, c’était même une admiration naïve comme s’il redécouvrait la jeune femme, du moins sur ce cliché. Ethan entrevoyait peut-être la suite de cette expression. Ou bien avait-il tout simplement vu autre chose. Elle aimait beaucoup la versatilité d’interprétations que pouvait amener un seul et unique cliché, comme c’était le cas pour n’importe quelle œuvre. En tout cas elle n’eut pas le temps d’émettre son opinion, la fin de la phrase d’Ethan l’avait relancé dans une autre réflexion. C’est qu’elle avait forcément pris ses derniers propos au premier degré et elle cherchait dans sa mémoire quand est-ce qu’il avait pu la regarder de cette façon, sans penser à ce que cela pouvait sous-entendre. Jolie ? Attirance ? Eireen être sur une autre planète. Puis quand il parla de conneries, elle tilta, il blaguait ! Haha ! Bah oui forcément. Et elle de répondre d’un air entendu :

« Je me disais bien que je ne t’ai jamais vu me regarder comme ça. »

Pour le passage du baisé avec le garçon au masque de lapin ensanglanté, elle n’émit aucun commentaire. Que pouvait-elle dire de toute manière ? Que oui, rien qu’avec la photo on pouvait voir qu’il embrassait bien ? Elle n’avait ni l’expérience, ni le recul pour se le permettre alors autant ne rien dire.
Son idée de l’utiliser elle pour faire du repérage et trouver la chambre de Leila ainsi que son retour d’ego eut le mérite de lui faire cacher un sourire amusé en buvant une autre gorgée de cocktail. Il redevenait peu à peu l’Ethan qu’elle avait rencontré, c’était bon signe. Elle se l’imaginait très bien aussi à dessiner sur les plus petits à l’orphelinat et elle était bien placée pour confirmer que ce n’était pas quelque chose que les bonnes sœurs appréciaient. Elle se demanda alors s’il avait toujours eu cet esprit de contradiction et de contestation mais se retint de poser la question.

« Je ne suis pas habituée à ce style mais j’aime bien. Surtout les touches de peinture fluo. Ça ressort bien sur ce côté-là. Dommage que ce soit moins couvrant à ce niveau-là par contre.»

Avait-elle ajouté à propos du travail d’Ethan sur le stormtrooper de la soirée. Sujet qui les ramena à la raison de leur retour ici. La boucle était bouclée. Première mission accomplie. Restait plus que tout le boulot de nettoyage et… Oh non, pourquoi est-ce qu’elle devait choisir la musique ? « Nyanyanyanya mieux connaître la personne nyanyanyanya ». Urg. Déjà que le retour sur son passage dans la piscine de Jell’O l’avait direct rembrunie, elle n’était pas motivée à aller faire un coucou au jukebox. Et puis en quoi ça changeait la donne ? Ça ne change rien du tout oui ! Elle passa complètement à côté de la possibilité qu’il lui proposait cela pour qu’elle s’amuse, qu’elle profite après avoir passé la soirée à « bosser ».
Se dirigeant vers le bar, verre en main elle se contenta donc d’hausser les épaules avant de répondre.

« Je suis plus de nature introvertie alors observer les festivités plutôt que d’y participer directement me conviens mieux. Et puis prendre des photos dans ces conditions c’était un beau challenge, j’ai bien aimé. »

En gros, elle s’était amusée à sa manière. C’était sans doute plat pour beaucoup, ennuyant en plus pour d’autres mais elle se fichait bien de ces autres. Chacun son truc. Se levant du canapé après avoir rangé l’appareil photo, elle hocha la tête de manière déterminée.

« Prête, M. Le Président ! » Elle se retourna et désigna la piscine de Jell’O : « Par contre tu te démerdes pour ce coin là-bas. J’y touche plus. »

Ça s’était hors de question. Plus elle était loin de la gelée, mieux elle se portait. La jeune fille le rejoignit alors au bar et déposa son verre à moitié consommé sur le comptoir, cerise au marasquin toujours intacte.

« C’est un peu trop sucré pour moi mais j’aime quand même bien. Disons qu’un verre suffit sinon ça peut vite devenir écœurant. Un truc plus frais passerait mieux. »

Eireen s’étonnait elle-même de dire cela car côté gustatif elle aimait beaucoup les fruits, alors l’alliance du jus d’orange et de canneberge aurait pu déclencher un coup de cœur. Le taux de sucre était trop important. Ah oui voilà, c’était ça, c’était trop doux pour la quantité de sucre. Elle préférait les choses plus acidulées pour le coup. Comme les sorbets. Tiens, il n’avait pas parlé de crème glacée ?

« Du coup pour la glace, je suis plus sorbet. »

Quoi ? elle n’avait pas été obligée de répondre à la base ? Ah bon. Ben elle l’avait encore pris au premier degré hein. Elle tendit alors le bras pour attraper un torchon. Se faisant elle put remarquer que l’état de l’arrière du bar n’avait rien à voir avec la salle. Le jour et la nuit. C’était comme au club avec son matériel et elle se demanda s’il laissait percevoir ce sérieux à beaucoup de gens parce que là aussi il y avait une grande différence entre le Ethan qu’il montrait en général et le Ethan passionné, travailleur acharné et appliqué.

**C’est là toute la complexité de ce garçon si tu veux mon avis. Il combine tant de contraires qu’il est impossible a réellement cerner. **


Eireen confirma mentalement qu’elle approuvait la déesse du foyer. Ethan est un "tout" compliqué. Elle se souvenait aussi du projet dont il avait parlé quand ils s’étaient rencontrés et se dit qu’au final ce n’était pas si surprenant qu’il gère à ce point. Il y avait là une partie de son rêve.

« Le matériel provient de ton employeur ? Ça fait longtemps que tu travailles comme barman ? Ce n’est pas trop compliqué à gérer avec les études en plus ? »

Elle posait la question car elle pensait sérieusement à chercher un boulot aussi. Déjà voir pour l’été qui arrivait si elle trouvait un truc intéressant. Elle avait déjà quelques noms de studios de photographes mais n’avait pas poussé plus loin, c’était encore quelque chose d’inaccessible pour elle car elle était habituée à devoir retourner à l’orphelinat pour les congés. Mais si elle pouvait mettre un terme à cette « routine des vacances », elle le ferait avec joie. Comme pour la gelée, plus elle était loin, mieux c’était. Elle se pencha alors légèrement pour attraper une bouteille d’alcool, jumelle à celle qu’Ethan avait dans la main et l’ouvrit pour en imbiber le tissu du torchon. Ceci fait, elle commença à frotter les quelques tâches de peinture qui brillaient sur l’avant du bar.

"Oh et pour le paiement tu peux garder le mien, c'est pour le club."

Avec ces questions /réponses, Ethan allait bien zapper qu’elle n’était pas allée choisir -intentionnellement-  une musique du jukebox. Ça allait passer comme une lettre à la poste hein ?






(c)LOKIA

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


A catch ?  
There’s always a catch. Life is a catch. I suggest you catch it while you can.

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-
Paroles d'Eireen : #cc99cc
Paroles d'Hestia : #ff9966
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 216
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: After party!!! Lun 22 Mai - 0:52


After party

feat. Eireen Ò Mealaigh


Eireen étant Eireen, elle parlait jamais beaucoup, mais pour une fois j’avais un semblant d’conversation complète. Elle répondait à mes commentaires sur les photos, quand rien v’nait j’la r’gardait pour voir si ses yeux m’parlerais pas à sa place. Parfois oui, parfois non. Respectant ses silences parfois évocateurs et curieux d’voir les autres photographies, j’me contentait d’lui sourire et poursuivait. J’profitai quand même d’ses éloges face à Alum, le Stormtrooper aux lapins. J’avais jamais vraiment eu d’commentaires sur mon travail d’sa part, d’mémoire et ça m’faisait plaisir que même pour un truc vite fait dans un party, elle appréciait la chose et savait critiquer adéquatement l’travail. Elle m’avait également révélé être de nature plus introvertie et préférer observer les festivités que d’y participer, lui permettant alors de profiter de ses talents de photographies dans des conditions plus difficiles. Ce qui n’était pas une surprise et respectait. Vrai que c’était le genre de lieux idéal pour pratiquer son art.

« J’étais un peu comme ça avant. Ça bien changé! Mais tant mieux si tu as aimé, je vais pouvoir te redemander alors. J’aime bien ton travail. Et après s’soir. J’aime bien travailler avec toi aussi. Tu m’causes pas d’emmerdes comme les deux autres lapins ...»

J’avais haussé les épaules, poursuivant mes activités jusqu’à ce qu’elle m’affirme être prête à poursuivre le ménage.

« Prête, M. Le Président ! » , répondit-elle à ma propre question à savoir si on commençait à ranger. La précision qui suivit m’arracha un sourire et j’hochai simplement la tête, signe qu’j’avais compris qu’elle toucherait pas au bassin.

J’allais donc m’diriger vers la zone à risque quand « Un truc plus frais » n’tomba pas dans l’oreille d’un sourd. Changeant d’direction immédiatement, j’sortie l’rhum blanc d’derrière l’bar et du soda. J’attrapai quelques limes et des feuilles de menthe qui restaient et accompagnai le tout d’quelques morceaux d’fraises.

« Mojito alors! Beaucoup moins sucré. Habituellement y’a pas les fraises. Tu me diras si tu préfères avec ou sans pour ça que j’en met à peine. Mais c’est frais et ça reste hyper discret! Et sorbet, tu dis-? Intéressant, la plupart des gens n’y pensent pas quand je demande. T’es une originale Ò Mealaigh! J’aime bien aussi, mais j’pense que cerise noire est plus mon genre. »

Suivant ma pensée précédente comme quoi cette information pouvait en dire long, j’haussai doublement les sourcils, comme si ça révélait quelque chose d’particulièrement osé à mon égard avant d’éclater d’rire et d’attraper la cerise au marasquin qui se trouvait toujours sur le verre d’Eireen, la coinçant entre mes dents avant de l’avaler et d’faire un clin d’œil à mon interlocutrice. Poursuivant mon mélange, j’la suivis ensuite des yeux alors qu’elle s’équipait pour l’travail. Un brin d’culpabilité m’assaillit alors que j’réalisais avoir trouvé une bonne excuse d’pas aller torcher l’plancher, préférant continuer mon boulot d’barman. J’me promis qu’s’rais mon dernier alors qu’Aphrodite aussi insistait sur l’fait que j’fuyais la tâche la plus importante. S’fut Eireen qui m’en empêcha avec une question.

« Le matériel provient de ton employeur ? Ça fait longtemps que tu travailles comme barman ? Ce n’est pas trop compliqué à gérer avec les études en plus ? ...Oh et pour le paiement tu peux garder le mien, c'est pour le club. »

« Nah, t’as travaillé pour, il est à toi. J’y tiens. C’est d’jà sympa d’être resté en plus. Tu l’mérites. J’aime pas qu’les gens soient pas payés pour leur travail. J’sais qu’s’tait bénévolement à la base, mais j’essaie quand même donner un p’tit truc.»

S’tait hors d’question qu’elle r’fuse sa part. J’considérais qu’le travail et les efforts d’vaient être r’connu comme il s’doit et d’jà elle était pas payée et s’tait pas son pourboire à elle qui allait changer l’résultat d’la soirée monétairement parlant. J’soupirai en réfléchissant à sa première demande, à savoir si s’tait difficile d’gérer études et boulot en même temps.

« Et hum? Da. L’matériel est un peu lui, et un peu des potes à moi. »

J’marquai une pause en réfléchissant un peu à ma carrière d’barman.

« Bah, j’ai appris dans des bars et des pubs en observant et parlant avec les mecs aux comptoirs, j’faisais quelques heures pour dépanner, mais j’ai eu un vrai boulot que l’année passée. J’ai dû chercher pas mal, la plupart voulaient pas m’prendre. J’tais pas s’qu’il cherchait. Y’en as même un qui m’a dit qu’j’avais une mauvaise attitude…pff…LUI avait une mauvaise attitude! Il aimait juste pas quand quelqu’un lui léchait pas les bottes. J’allais pas faire ça! Et il savait même pas faire d’bon cocktails. Moi, j’pense qu’il était juste jaloux parce qu’à ma soirée d’essais, les filles étaient déjà toutes à mes pieds. Parce qu’il était laid. J’lui aurais am’né d’la clientèle, mais nah. Trop bouché l’mec!»

« Vrai qu’il était laid. »

« T’vois même Aphrodite le dit! C’est qu’il était vraiment laid! Bref, tu m’diras qu’sa fait pas si longtemps qu’j’ai l’boulot. Mon patron actuel est chiant, mais y m’a laissé ma chance et ça été positif dans ses chiffres. Alors il m’fou la paix. Avant ça, j’tais à la rue dans mes dernières années à l’orphelinat, puis l’année d’après. So…est-ce que c’est compliqué avec les études? Moins qu’ça l’a d’jà été. Mais ouais, j’pense que quelqu’un d’brillant peut y arriver facil’ment. Moi, mes notes s’en r’sentent un peu. Surtout quand t’as des cours qui t’intéressent pas comme histoire, mythologie ou pire, grec ancien! S’tait pas prévu dans mon cursus. C’est d’la merde travailler pendant les études.»

« Ces cours sont nécessaires Mircea! »

« Nécessaire! À s’que j’sache tu t’es pas forcer l’cul pour apprendre l’roumain. C’est la même chose! La seule raison pour laquelle j’le fais c’est pour l’risque d’annihilation...S'tait pour Aphrodite.»

J'croisai l'regard d'la rouquine pour voir si s'tait okay comme explication. J'avais senti l'besoin préciser alors qu'j'avais pas pris la peine d'garder la conversation privée avec ma déesse.

"J'ai appris l'anglais et tu ne le parles jamais ou à peine ton roumain!!!"

"Ça t'as pris un gros 20 seconde en fouillant ma cervelle!"


"Ouais, et une bonne année à réapprendre tout ce que tu as mal appris en écoutant les autres parler!"


J’roulai les yeux, découragé par ma séduisante, mais lâche déesse.

« Mais ouais tu d’mandes ça pourquoi? Tu penses t’trouver du boulot ou t'es juste curieuse? », revins-je à Eireen.

J’voyais pas pourquoi elle s’interrogeait sur s'que j'faisait sinon. S'tait vrai qu'Eireen avait l'âge d'commencer a penser à sa vie après l'orphelinat. J'supposait qu'elle essayait d'voir la réalité d'autre gens. S'qui était brillant. J'réalisai alors qu’j’avais p’t’être été décourageant. S’qui était pas mon but au fond. J’tais tout pour l’fait d'trouver du boulot pour avancer. L’expérience s’tait l’meilleur. Après un moment d’réflexion, j’me forçai donc à revoir ma situation d’un autre œil pour lui expliquer mon point d’vue réel.

« J’pense quand même que s’t’une bonne idée d'travailler malgré les difficultés. S’t’en gagnant d’l’expérience qu’on va perce. Surtout en art. On s'en fou du diplôme. En fait. On devrait s'en ficher. Peu importe en quoi. S’juste plus difficile de concilier travail et études quand t’as d’autres obligations. Dans mon cas, j’ai comme mes études, mon vrai boulot, plusieurs p’tits boulots, l’club et un appart’ment à Galway. Et malgré tout, j’fini t’jours les poches vides. Une chance qui avait la bourse d’excellence sinon j’aurais pas pu entrer ici. Enfin. Chance, c’est un bien grand mot maintenant que je sais ce qui s’y trame, mais da. Je suppose que s’en est une. Donc DA, ma situation est pas géniale, mais un boulot et des études seul’ment s’rait l’rêve s’lon moi.  J’ai failli m’trouver un artiste sculpteur vraiment génial à Londres y’a quelques années, si ça avait fonctionné j’me s’rais casé, j’s’rais p’t’être connu maint’nant, mais ça n’a pas marché. Alors moi j’dis, peu importe, si t’en veux un, fonce, mais ouais, fait pas l’saut si tu t’plantes. S’normal parfois et s’pas t’jours ta faute si les gens son cons.»

Sur ces mots, j’poussai l’verre d’mojito vers elle avant d’remonter mes manches attraper un torchon et une bouteille d’vodka pour aider ma photographe avec le bar et le matériel plus important que je devais rendre intacte.

« On va commencer par le bar, le jukebox et le matériel d’service. Le sofa aussi s’il a été atteint. J’dois l’rendre demain si j’veux encore un boulot d’main soir. L’matériel appartenant à la cathédrale peut t’jours attendre en s’cond comme, s’il en reste à faire, j’pourai t’jours d’mander « pardon » au prêtre qui va officier la messe de Pâques dans quelques heures. J’le vois mal m’le refuser s’pardon vu la journée.», ricanais-je.

« Oh parlant jukebox! »

Voyant qu’Eireen avait pas semblée particulièrement enjouée à choisir la musique j’décidai d’faire l’premier pas en allant mettre Creep de Radiohead. J’avais pas la tête à entendre crier. S’rait parfait et ça m’changerais les idées quand dans les moments où les images du poste m’reviendraient en tête.  En chantant doucement les premières paroles j’revins pour frotter l’comptoir à l’extrémité opposé d’Eireen.

When you were here before
Couldn't look you in the eye
You're just like an angel
Your skin makes me cry

You float like a feather
In a beautiful world
And I wish I was special
You're so very special

Évidemment, étant moi-même, m’r’tenir d’jouer les stars dans un tel solo était trop d’mander.

But I'm a creep, I'm a weirdo.
What the hell am I doing here?
I don't belong here.

La bouteille m’servant d’micro, j’m’amusait bien dans mon p’tit monde, montant l’ton et gesticulant davantage avant de retrouver mon calme pour les autres couplets, r’prenant mon p’tit jeu avec encore plus d’entrain au refrain suivant.



(c)LOKIA

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Ethan M. Shaw vous provoque en #660033
Aphrodite vous séduit en #9966ff
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 457
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: After party!!! Ven 4 Aoû - 17:27


After party  zwz

feat. Ethan M. Shaw


Il ne fallut pas plus de mots pour qu’Ethan vienne changer sa proposition de boisson. Le Mojito, boisson qui avait eu droit à un excès de popularité ces derniers temps. Même si Eireen n’avait jamais fréquenté les bars ou autres enseignes qui proposaient ce cocktail sur leur carte, elle avait pu voir ce nom et surtout l’entendre à profusion lorsqu’elle se baladait en ville. L’annonce de la possible ingurgitation d’un nouvel alcool ne plut évidemment pas à Hestia mais la déesse garda tout de même le silence. Pour le moment sa tolérance tenait le coup.

Eireen ne suivit la préparation de la boisson que du coin de l’œil alors qu’elle faisait disparaître d’autres tâches de peintures de l’avant du bar, encore absorbée par son imagination qui essayait désespérément de lui présenter un Ethan introverti et peu causant. C’est quand l’image d’une fusion entre Alistair et lui lui traversa l’esprit et qu’elle dut se faire violence pour ne pas pouffer de rire, malgré la présence de l’écharpe qui cachait toujours le bas de son visage, qu’elle se dit qu’il était bon de laisser tomber. Il ne fallait pas qu’elle s’habitue trop à la présence du vêtement non plus car cette dernière lui avait aussi servi à cacher ce petit sourire de satisfaction qu’on a lorsqu’on est touché par les paroles d’autrui. Si la comparaison avec les deux lapines l’avait laissé de marbre, la sincérité avec laquelle Ethan avait parlé de son travail lui alla droit au cœur. Elle s’était même sentie flattée le temps de quelques courtes secondes et tout cela, l’écharpe l’avait précieusement gardé pour elle. C’est qu’elle était vraiment pratique cette écharpe ! Elle l’aimait de plus en plus. Et elle sentait bon.

La rouquine hocha légèrement la tête pour confirmer qu’elle lui donnera son avis sur la présence des fraises dans le cocktail bien qu’elle n’en a jamais bu de « nature » et qu’elle ne pourra donc pas en faire une comparaison. Sa remarque sur son choix pour les sorbets la surprit, c’était bien la première fois qu’on disait d’elle qu’elle était une originale. Elle-même ne se rangeait pas dans cette catégorie. Elle n’était qu’une jeune fille comme les autres. Certes plus renfermée d’apparence et peut-être plus -voire trop- calme mais rien d’original là-dedans, il y en avait d’autres. Et puis ce n’était pas comme si elle avait donné un parfum en particulier ce qui pouvait bel et bien être un indicateur d’une partie de son mode de pensée, comme il le sous entendait. C’est que la demoiselle était incapable de sélectionner un parfum comme étant son préféré car cela changeait d’un jour à l’autre. C’est vrai quoi ! A quoi sert le choix si on se borne à toujours prendre la même chose ? Ce n’était peut-être qu’une excuse pour certains, pour elle il s’agissait d’une bonne raison.
Quant au parfum de glace préféré de son partenaire de nettoyage…

« J’aime bien ‘Amarena’ aussi. C’est vrai que cerise noire à quelque chose de s… »

**Savoureux ! **
*Oui c’est bon mais ce n’est pas ce que je voulais dire. *
**Et c’est justement pour cela que je te reprends ! Je préfère que tu n’utilises pas ce genre de mot en présence d’Ethan. Je ne voudrais pas que cela l’incite, surtout avec le genre d’attitude avec laquelle il a enchaîné ! **
*L’inciter à quoi ? *
**Ne cherche pas et répond lui savoureux, c’est tout. **


« Bon bah, savoureux alors… »

Dans cette réponse coupée, il était facile de discerner l’intervention divine mais Eireen ne s’attarda pas dessus, ne faisant aucune note à voix haute sur ce sujet. Entre possédés, ils savaient tout deux que ce genre de choses n’étaient pas rare et ils n’étaient pas obligés de le cacher non plus, comme le fit Ethan pas beaucoup de temps après en citant Aphrodite et en répondant même à la déesse à voix haute.

Durant tout ce créneau, la jeune fille avait continué sa tâche tout en jetant des coups d’œil au garçon pour lui signifier qu’elle l’écoutait bien attentivement même si elle n’en donnait pas l’air. De sa courte vie, Eireen savait que beaucoup de personnes pouvaient se formaliser de cela et elle était même reine dans le « je t’écoute mais ne le montre absolument pas ». Et si le beau brun (mais en fait turquoise ce soir-là) ne se contentait pas seulement de lui répondre sérieusement et qu’il partageait son expérience de vie par la même occasion, elle n’allait tout de même pas se permettre de jouer les je m’en foutistes. Puis à y repenser elle ne se fichait pas de tout ce qu’il lui disait, elle retint le tout et s’étonna du nombre du questions qu’elle aurait alors voulues lui poser. Connaissant un minimum le phénomène elle savait qu’il lui répondrait très certainement même si certains sujets pourraient le voir tourner autour du pot car après tout, ils ne partageaient pas la proximité que deux personnes pouvaient avoir pour que ce genre de concession se fasse. Aussi, se retint-t-elle d’aborder le sujet de la rue car elle ne savait pas s’il s’agissait d’un sujet sensible ou non, tout comme ses différentes expériences de travail. C’était un peu le problème avec Ethan, selon elle en tout cas, étant donné qu’elle ne le connaissait pas plus, elle ne savait si l’attitude détachée avec laquelle il abordait ces sujets signifiait qu’il vivait très bien avec et que les autres pouvaient le questionner dessus sans problème ou s’il ne s’agissait que d’une façade ou un réflexe inconscient dû à sa manière d’être. Cela n’avait rien à voir avec l’enthousiasme et l’humour feint qu’il avait arboré à la sortie du poste de police mais dans le doute, tout de même, et ne voulant pas gaffer, Eireen ne posa aucune question dans l’immédiat, tout comme elle ne rebondit pas sur le sujet des matières inutiles et ne fit-elle aucun commentaire sur ses « da » dont elle trouvait l’utilisation amusante. Elle répondit simplement à sa propre question.

« Oui j’aimerais bien me faire une première expérience de travail cet été. Si ça peut, en plus, me faire éviter de retourner à l’orphelinat, je suis d’autant preneuse. »

Puis elle se contenta de hocher la tête lorsqu’il donna le plan de bataille -et elle fut contente d’avoir commencé le nettoyage au bon endroit- elle poursuivit, le suivant du coin de l’œil alors qu’il se rendait du côté du juke-box. Et hop, une tâche dont elle s’était débarrassée sans remord. Pour son bonheur la chanson sélectionnée n’était pas aussi « active » et « forte » que celles de la soirée, cela n’empêcha pas Ethan de profiter du moment. La rouquine n’avait pas fait attention à ses gesticulations dans un premier temps, croyant qu’il déplaçait simplement du matériel pour vérifier si de la peinture avait finie dessus, tout comme sa voix ne lui était pas parvenue car il avait chanté trop bas et qu’elle était trop absorbée dans sa tâche puis elle avait levé le regard quelques secondes sans raisons particulières et ses yeux restèrent scotchés sur lui alors que le refrain se lançait.

**Ce garçon est tout un phénomène…**
*Il faut arriver à le suivre, c’est certain. *
**Et sans surprise sa voix n’est pas désagréable à l’oreille. **
*Rappelle moi de noter ce jour sur le calendrier, tu viens de complimenter Ethan. *
**Ma petite colombe, je te rappelle que ce n’est pas parce que je ne supporte pas quelqu’un que je m’aveugle sur son sujet. C’est un beau garçon, il a une belle voix. Point. Il me fait penser à la représentation que vous avez des sirènes tiens ! **
*Là tu deviens offensante tout de même ! *
**Navrée mais étant donné l’endroit où tu as dû te rendre pour le « récupérer » et ses propres paroles, j’estime avoir le droit d’être acide sur son sujet. **
*Pour une déesse sage et tolérante je te trouve bien vindicative d’un coup. *


La remarque sembla toucher la déesse qui se tut un instant pour réfléchir à la question, Eireen la côtoyait depuis assez longtemps maintenant pour reconnaître les instants de réflexion de son hôte.

**C’est un bon point de soulever, je te promets de travailler sur sa réponse. **

Et sur cela, Hestia ne dit plus rien. Evidemment qu’elle aller travailler sur elle-même, elle était justement trop bonne et sage pour poursuivre ces chamailleries et monter sur ses grands chevaux. Si la déesse cherchait parfois à ce qu’Eireen s’exprime plus, la jeune fille, elle, cherchait à ce qu’elle se fâche de temps en temps. Pas contre d’autres cela dit. Peut-être sa mentalité d’adolescente qui demandait à ce qu’elle cherche le conflit avec la figure d’autorité. Laissant vite cet échange de côté, Eireen se reconcentra sur le jeune homme et se demanda si elle était capable de récupérer son appareil photo sans qu’il ne le remarque. Pas qu’elle veuille immortaliser ce moment à son insu mais elle ne voulait pas qu’il arrête son jeu s’il la voyait trop se mouvoir. Le temps du couplet suivant, elle se faufila donc doucement derrière le bar et se dirigea lentement vers le canapé où ils avaient laissé leurs affaires. Se saisissant de l’appareil photo elle retourna s’accouder sur le bar et au lieu de prendre des photos, elle passa en mode « film » et resta ainsi durant toute la « représentation », d’ailleurs prise dans l’engouement elle déposa doucement l’appareil à la fin et tendit les bars autour pour applaudir. Le sourire d’amusement qu’elle avait eu depuis, était toujours bien gardé en secret mais l’écharpe n’était pas un filtre aussi pouvait on le discerner dans son timbre de voix.

« Prestation bien sympathique ! J’ai bien fait de rester pour « l’afterparty » »

Ceci dit, elle se redressa et se décrocha du bar pour se saisir du cocktail qu’il lui avait préparé juste avant. Pour du plus frais, c’était bien du plus frais ! Se laissant agréablement surprendre par le goût et le rafraîchissement, elle en bu de longues lampées avant de coincer un premier morceau de fraise entre les dents et de le mâcher.

« J’aime bien mieux ce cocktail ! Et tant pis pour ceux qui n’aiment pas avec les fraises, moi je trouve que ça amène un petit truc. J’aime bien les fraises aussi. Enfin j’aime bien tous les fruits en général. »


Avait-elle ajouté en marmonnant sur la fin, piquant déjà un deuxième morceau de fraise pour le faire disparaître dans sa bouche.

**Et ceci sera ton dernier verre pour cette séance de découverte de l’alcool. **

Eireen ne le ressentait pas encore mais Hestia était persuadée que si la jeune femme ingurgitait plus d’alcool elle risquait d’être bien plus expressive et causante qu’à son accoutumée. Si elle la poussait à l’être de base, pour un cas comme celui-ci elle ne préférait pas car après tout, utiliser l’alcool pour arriver à ses fins n’était pas quelque chose dont on pouvait tirer de la fierté. Et puis elle ne faisait pas encore confiance au bel Adonis.






(c)LOKIA

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


A catch ?  
There’s always a catch. Life is a catch. I suggest you catch it while you can.

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-
Paroles d'Eireen : #cc99cc
Paroles d'Hestia : #ff9966
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 216
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: After party!!! Lun 23 Oct - 3:29


After party!!!

feat. Eireen


J’avais noté l’changement d’terme employé par Eireen. J’savais pas s’tait quoi qu’elle allait dire avant, mais clairement sa divinité lui soufflait les mots et elle les avait préféré. Je m’étais contenter de sourire, amusé et d’lui balancer un regard suspicieux en m’interrogeant s’il était arrivé souvent d’avoir l’opinion d’Hestia plutôt que celle d’Eireen. S’tait à ce d’mander à quel point j’pouvais connaitre la rouquine.

J’tais quand même satisfait qu’elle approuve ma sorte la crème glacée. Évidemment que j’faisais des bons choix. J’regrettais tout d’même qu’elle élabore pas plus sur l’reste d’la discussion. Pas tellement parce que j’voulais la forcer à parler, quoique j’aimais bien discuter avec elle, mais aussi parce que ça m’changeait les idées et chaque long silence m’paraissait pénible. Malgré tout, j’éprouvais un certain plaisir à lui parler d’tout ça, et ce, même sans r’tour d’paroles. Alors j’tentai d’combler ces temps morts avec bien du détail « pour faire changement ». Au moins, j’savais qu’elle m’écoutais, son regard m’le disait par-dessus mon écharpe. M’enfin, au bout d’un moment, j’réussi à lui tirer quelques vers du nez. Elle cherchait un boulot et voulait éviter l’orphelinat, ce à quoi j’répondis avec beaucoup trop d’entrain en m’rappelant ma propre recherche d’emplois dans les années précédentes pour échapper à l’orphelinat justement.

« Ah! J’te souhaite d’trouver en tout cas. Meilleurs move qu’tu peux faire! Sinon tu sors d’ces trous-là et ta RIEN. Tu t’retrouves dans la merde et bon t’es adultes alors tu t’arranges avec tes emmerdes hein, la société t’aideras jamais. T’es plus mignon une fois adulte, alors fuck you! Bref, j’approuve! Si t’as b’soin d’aide tu l’diras. J’ai des contacts.»

Une fois dit toutefois j’doutai pendant un moment vraiment l’aider. Mieux valait sans doute qu’ce soit pas moi qui la réfère dans certains coin d’Galway. Évitant davantage l’sujet, j’haussai les épaules et lui avait finalement fait le plan d’nettoyage qu’j’élaborais d’jà d’puis un p’tit moment avant d’aller mettre ma musique.

Absorbé dans cette dernière ça m’prit un moment avant d’réaliser qu’Eireen avait bougé. J’eu d’ailleurs peur qu’elle aille simplement décidé d’m’abandonner à mon ménage. M’tournant brusquement pour balayer les alentours du r’gard, j’fini par l’apercevoir au même moment où elle s’tait mise à applaudir. D’abord figé par la surprise d’la voir aussi enjouée, j’étirai graduellement un sourire incertain, puis carrément franc en percevant les traits de son visage, derrière son écharpe, cette fois, j’tais sûr qu’elle souriait. Le ton d’sa voix m’le confirmait d’ailleurs.

« Prestation bien sympathique ! J’ai bien fait de rester pour « l’afterparty » »

Cette tonalité légèrement plus élevée dans sa voix valait de l’or pour moi en s’moment et j’espérais en profiter plus longuement. Abusant du moment, un peu comme un enfant turbulent encouragé dans ses bêtises par ses paires, j’r’pris mon rôle, fis la révérence avec la bouteille et l’torchon toujours à la main. Puis J’m’redressai vivement en rejetant la guenille sur mon épaule et ma chevelure collante et raidie vers l’arrière avec une posture décontractée et une prétention exagérée destinée à voler un supposé sourire supplémentaire à ma renarde d’collègue, qui semblait en avoir profité d’mon show précédent pour prendre une photographie. Chose étonnante, j’avais pas entendu le cliquetis d’l’appareil.

« C’est une demande de rappel? Normalement, on m’envoie soutien-gorge ou de la lingerie diverse. »

J’attendis faussement durant quelques secondes, bras ouvert, n’lui laissant pas vraiment l’temps d’répondre et n’attendant évidemment rien d'autre d'elle que son sens d’l’humour. J’me risquais d’un sens comme j’connaissais pas trop les limites d’la d'moiselle.

« Je vais donc en déduire que tu ne portes rien. Fair enough! J’me contenterai des applaudissements seulement alors!»

J’lui envoyai un clin d’œil taquin et pris une rasade d’vodka, accompagnant Eireen qui semblait pas s’gêner avec son drink. -S’qui m’surpris quand même pour quelqu’un qui en avait jamais pris- Elle appréciait la chose apparemment et la note fruitée aussi d’ailleurs.

«Plus sérieusement. J’te promets d’t’en faire gouter la recette originale éventuellement et je note pour les fruits alors! J’t’en fait un autre? Cosmopolitan! À la fois amer et sucré, mais pas trop, fruité, facile à faire vu s’qu’on a à disposition? Et pour ton information! L’afterparty c’est t’jours-là qu’le plus intéressant s’passe fait-moi confiance. Toujours rester pour l’afterparty à moins d’une véritable urgence! C’dans mes règles. J’le regrette jamais…Presque jamais.»

Mon incertitude fit rire Aphrodite qui pouvait trier un peu mes pensées pour trouver ce à quoi j’songeais par « presque » et y trouva nombre d’anecdotes plus ou moins amusante pour moi, mais qui en rétrospective d’vait bien faire rire la déesse. Pour ma p’part j’chassai tout ça, question d’ps r’tourner dans mon mood d’un peu plus tôt. J’préférai donc changer la musique pour conserver l’plaisir d’Eireen. Si elle était impressionnée par Radiohead, j’pouvais définitivement trouver mieux pour pousser ma voix et renouveler l’expérience.

« T’aimes Muse? Tu connais? »


« Je ne suis pas d’accord. Enfin, faux, je le suis, mais si tu veux vraiment impressionner chante quelque chose de plus classique. C’est dans ce style que tu brilles le plus à mon avis. »

« Pff No way! C’pas du tout moi! »

Sans vraiment attendre la réponse, j’ajoutai The Handler à la Playlist. Cette fois j’accompagnai la chanson dès les premières paroles en y mettant toute l’énergie et l’émotion que ce morceau méritait et en espérant éventuellement, p’t’être. P’t’être, entendre l’accompagnement d’une voix féminine.

You (you, you)
Were my oppressor
And I (I, I)
I have been programmed to obey


Mais sans m’faire trop d’espoir quand même. Une chose à la fois. J’en profitai pour aller produire le Cosmopolitan, m’lançant pratiqu’ment d’vant s’qui restait du bar et qu’on avait pas encore rangé. La vodka manquait pas, j’l’avais d’jà en main! Jus d’canneberge, triple sec, jus d’citron frais…m’enfin moins, j’puis l’début d’la soirée, mais t’jours bon! Et un morceau d’lime pour la déco!

And now (now, now)
You are my handler
And I (I, I)
I will execute your demands


J’fis l’mélange comme il s’devait, chantant t’jours et déposai l’verre sur l’comptoir.

Leave me alone
I must disassociate from youuuu aaahhh ahhh


« S’il disparait, c’est bon! Sinon aussi!», lançais-je  à toute vitesse entre deux paroles avant d’repasser d’l’autre côté du comptoir en passant par d’ssu pour aller r’prendre l’ménage. Faut dire qu’Aphrodite m’ramenais à l’ordre, ayant tout d’même hâtes qu’on sorte d’la cathédrale et qu’on s’repose un peu. Au bout d’un moment, la finale arriva

Behold my transformation
And you are empowered to do as you please
My mind was lost in translation
And my heart has become a cold and impassive machine
Leaaave me alooone

I must disassociate from youuuuuu aaah aaah

I won't let you control my feelings anymore
And I will no longer do as I am told
And I am no longer afraid to walk alone
Let me go
Let me be
I'm escaping from your grip
You will never own me again


Okay. C’tait définitiv’ment un mauvais choix d’musique pour la soirée, mais j’l’avais pas réalisé avant la fin. Fallait dire qu'chanter pour moi s'tait normalement un exutoire et j'allais puisé dans tout s'qui m'révoltait ou m'passionnait. Cette chanson d'mandait d'toute évidence bien plus de la première catégorie émotive. Cette soirée-ci était le parfait exemple de négatif et révoltant. Le silence, marquant la fin d’la playlist m'l'avait révélé comme un coup dans l’estomac.

« C’est étrange comme j’adore cette chanson, mais ça m’rappel t’jours une peu l’orphelinat. Meh peu importe!»

Eireen comprenait surement, elle aussi avait été dans un orphelinat catholique nu? L’envie d’s’étirer sur l’sujet était pas vraiment présente, aussi j'avais continué d'frotter la tache d'peinture sur laquelle j'm'archarnais, sans aller rien ajouter au jukebox. J’fus presque soulagé d’entendre la porte d’la salle s’ouvrir. Enfin. Presque. Comme j’réalisais qu’on avait bien avancé, mais pas fini. L’bassin d’jello en attente à l’extérieur d’vais pas passer inaperçu.

Si c’était l’prêtre, j’allais p’t’être perdre mon droit d’accès à l’orgue. S’te pensée là m’foutais un peu la chienne j’l’avouais, mais pas longtemps. J’tais bien trop talentueux pour qu’on m’le refuse d’toute façon! Il avait b’soin d’moi. S’tait quand même un soulagement et une surprise d’voir rentrer quatre vieilles que j’connaissais bien.

« Ah v’la mes fan girls! »

Immédiat’ment les rires des dames parvenaient à nos oreilles. Toutefois, l’expression faciale d’Alaina voulait tout dire. Elle désapprouvait totalement. Charnu et encore grande pour son âge, la vieille dame inspirait l’respect en tant qu’ancienne institutrice et elle dévisageait déjà Eireen qui, dans sa tête d’vait avoir l’étiquette d’une jeune dévergondée par le simple fait d’être en ma présence. À l’inverse, Eileánóir avait éclaté d’rire en observant l’champs d’bataille. Plus p’tite et maigrichonne qu’son amie, toujours l’sourire aux lèvres elle s’approchait d’moi à une vitesse surprenante malgré ses douleurs articulaires afin d’avoir l’explication qui allait avec le bordel qui s’étalait d’vant elle et en profitant pour frapper tout doucement Alaina au passage afin d’réprimander son jugement palpable.

« Ne juge pas avant d’avoir l’histoire! »

Evelyn, elle, approuvait définitivement la présence d’Eireen à mes côtés, la jugeant, de toute évidence, adéquate et même plus, afin d’me r’mettre sur l’droit ch’min de l’hétérosexualité et l’faisant savoir à son amie Brenda avec un regard définitivement peu discret. Parce que ouais, ayant rien d’autre à faire d’leur vie, tenter d’gérer celle des rares jeunes qui participaient à la chorale, surtout la mienne, semblait leur faire plaisir. Considérant qu’j’avais pas à m’justifier J’leur avait jamais expliqué qu’fréquentait pas qu’des hommes, comme elles m’avaient d’jà vu faire. Cette fois par contre, j’espérais vraiment qu’elles n’impliqueraient mon amie dans toute cette histoire.

« Elles font partie du chœur. J’suppose qu’la Messe de Pâques commence bientôt.»
, lançais-je à l’adresse d’Eireen.

« Oh il reste du temps Ethan! Raconte-moi tout. »

« Pfff. J’suis crevé. Une autre fois. Et j’dois tout ramassé avant d’me faire coincer. J’tiens à mon orgue. »


« Tu nous présentes ton amie? », dit Evelyn.

J’sentais d’jà l’avalanche d’questions et j’en avais pas du tout envie et Eireen non plus surement.

« Vous n’avez pas fait tout ça, à vous deux tout de même?! »

« Non. Fête scolaire. Eireen a même pas participé au bordel en fait. C’est juste une sainte et elle est passée m’chercher au poste. »

« Au poste!? »

Cette fois, Eireen avait gagné l’respect d’Alaina, mais moi j’avais descendu encore plus bas dans son estime. Elle m’détestait pas vraiment, mais avait vu assez d’enfant turbulents dans sa jeunesse et m’prenait pour une cause perdue.

« Ça sonne comme une fête réussie! », ajouta Eileánóir sous les rires des deux autres.

« Oh mais totalement! », dis-je fièrement, encouragé par l’amusement d’ma vieille chanteuse favorite.

M’retournant vers Eireen, j’la lui présentai personnellement.

« Eireen voici Eileánóir. C’est ma futur femme. J’attends juste qu’son mari crève parce qu’elle est trop gentille pour lui briser l’cœur. On est fait l’un pour l’autre et elle l’sait. On va faire les 400 coups ensemble!»

J’fis un clin d’œil à la septuagénaire, un sourire taquin à son intention. La principale intéressée m’donna une petite tape sur l’bras à mon tour en tentant à peine d’réprimer son sourire et m’arrachant un p’tit rire.

« Il est comme mon 3e petit fils. »

Elle tapota mon pectoral, mon épaule étant trop haute pour elle.

« Aouch. L’rejet! »

J’posai une main sur mon cœur faussement brisé à la lueur d’s’te déclaration avant d’reprendre plus sérieusement.

« Une vraie rebelle dans sa jeunesse, elle pourrait t‘raconter des choses à t’en faire rougir!»

« Oh pas tant que ça!»

Malgré tout, la dame semblait en afficher une certaine fierté tout en tentant d’conserver ses apparences de bonne p’tite vieille d’vant ses amies. Elle essayait t’jours d’racheter ses péchés comme elle disait, mais soyons francs, une parcelle d’la rebelle était t’jours bien présente chez elle. Cette vieille était un rayon d’soleil en permanence et elle avait t’jours des histoires à raconter. Alors, on aimait bien s’taquiner. J’lui parlais d’mes mauvais coups et elle inversement et ça la divertissait, insistant tout d’même pour que j’prenne pas exemple sur elle. J’désennuyais les autres aussi d’ailleurs, malgré s’qu’elle en diront. J’savais qu’elles m’appréciaient bien et j’mettais d’la vie dans la leur. Plus. Elles étaient toutes enchantées par mon talent comme organiste et même d’chanteur, pour le peu d’fois où j’l’avais fait.

« Tu sembles épuisé et ton amie aussi! Tu ne joues pas aujourd’hui j’espère!? »

« Oui.», dis-je les épaules basses en roulant les yeux, découragé par l’idée.

« Hors de question que tu viennes comme ça! Ce n’est pas convenable avec cette tenue et en plus…Tu t’es vu jeune homme?! Tu y laisseras bien ta peau avant mon mari. Fiona fera l’organiste. Elle connait les morceaux. Je vais justifier pour toi. Occupez-vous du bassin à l’extérieur et allez dormir tous les deux. Il en reste peu à faire ici de toute façon. Nous allons nous occuper du reste avant la Messe. Laissez le matériel ici. Tu passeras le prendre plus tard. On s’occupe du reste!»

« T’es sérieuse? J’ai des potes qui vont v’nir pour l’sofa et le jukebox.»

« Oui, oui! Allez va! »

« Non! Eile! Il faut qu’il apprenne de ses erreurs! »

«Te te te! Tu veux avoir Fiona à l’orgue tous les weekends!? Une véritable torture pour mes vieilles oreilles! Les miennes ont besoin de douceurs! Et c’est Pâques! Une bonne action les filles! Vous les avez regardés! Et la petite ne mérite pas ça. Ethan nous a sorties du pétrin quelques fois lorsqu’il nous manquait des gens. Il le refera certainement. »

Les autres ne se firent pas priés, Fiona n’était pas spécialement talentueuse ni au chant ni, à l’orgue. Alaina s’était donc, elle aussi, rangée du côté de ses amies, comme à l’habitude, admettant qu’elles avaient raison.

« Promis. Tout s’que vous voulez sincèrement. Absolument tout. », insistai-je clairement reconnaissant d’l’offre.

« Ne t’inquiète pas. On mettra Sean au boulot quand il arrivera pour la messe avec la petite famille! »


Sur ces mots elle me poussa légèrement vers la porte en m’faisant signe d’partir.

« Encore mieux! Vous êtes les meilleures! »

« Oh, ça doit te couter beaucoup de l’avouer n’est-ce pas! »

Elle envoya un clin d’œil à Eireen, s’disant clairement qu’mon amie d’vait connaître mes tendances à me promouvoir si on veut.

« Meh meh meh….j'te fais un compliment. Prends-le bordel.», répondis-je légèrement piqué.

Habitué à mon attitude, elles rirent en chœur avant d’se mettre à la tâche. Enfin, alors que j’allais chercher mon matériel de body painting et mon sac, Alaina s’était rapproché d’Eireen pour lui parler à voix basse déposant une main doucement son bras, sous les regards noir d'Evelyn qui voyait ses rêves me concernant se faire saboter.

« Il peut être gentille, mais faite attention. Vous me paraissez comme une bonne fille raisonnable. Ne vous laissez pas influencer par lui. Il va vous entrainer dans les pires ennuis. »


À mon retour j’voyais ma p’tite vieille préférée s’délectais d’mon cosmopolitan alors que j’me dirigeais vers la sortie en f’sant signe à Eireen d’me suivre.

« Eileánóir! Il est 7 heures du matin! »


« Oui, mais il est bon. Un peu chaud, mais…»

J’me r’tins d’pas éclater d’rire en poussant les portes d’l’église pour laisser passer Eireen.<

HRP:
 



(c)LOKIA

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Ethan M. Shaw vous provoque en #660033
Aphrodite vous séduit en #9966ff
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 457
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: After party!!!
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
After party!!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Bisounours Party | V. 2.0
» Garden Party
» Dungeon party
» Beach Party ! [ pv ]
» 60 terroristes du Tea Party tiennent le Congrès américain en otage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Périphérie - Monde :: ◄ Vieux Galway - Centre-Ville :: ► Cathédrale Notre-Dame-
Sauter vers: