AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Hors RP :: ◄ Corbeille :: ► Archives des disparus et anciens RPs
MessageSujet: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] EmptyVen 6 Mai - 17:31

Lucylia
Niccals

Laudius
Taillord

L'injustice est Reine
Trouvez-vous parfois que la vie est injuste ? Car moi tout de suite oui. Je vous explique : Je rentrais d'un petit jogging tout en musique, j'étais donc essoufflée, en sueur et avec mon fidèle casque de musique sur les oreilles, dans ma main une bouteille de boisson énergisante afin de reprendre des forces. Je marchais donc tranquillement dans les couloirs, il n'y avait presque personne, ce qui était assez inhabituel je dois dire, je buvais par moment de grandes gorgées pour réhydrater mon corps encore tendu par l'effort. C'est à ce moment que cet énergumène a déboulé de nul part, me percutant avec tant de violence que j'en perdis mon précieux breuvage. Par réflexe, et surtout parce que je voyais le liquide se déversait sur le sol, je me retournai vers mon agresseur en baissant mon casque et m'adressai à lui en des termes qui se voulaient amicales :
- Hey gamin, fais attention quand tu sprintes tête baissée.

Je ne sais pas en quoi ma phrase était offusquant mais en tout cas le jeune homme fronça les sourcils et arma son poing prêt à m'en mettre une. Par réflexe j'esquivai et saisit son bras que je retournai dans son dos pour ensuite venir lui faire manger le mur, sans vraiment beaucoup de brutalité car je ne suis pas de ce genre là. C'était vraiment sans méchanceté, juste pour le calmer un peu, malheureusement un professeur arriva à cet instant et m'ordonna de le lâcher, pour ensuite me passait un horrible savon alors que le véritable coupable de l'histoire s'enfuyait à toutes jambes. Au moins, j'aurais eu le temps de récupérer son portefeuille pendant notre altercation mais bon, prendre une heure de colle pour quelque chose que je n'ai pas commis je trouve ça injuste. Bref, tout ça pour vous expliquer pourquoi je suis devant la porte d'une salle de cours un jour où il n'y a pas école. Mais quand il faut y aller, il faut y aller, soupirant je toquai donc et attendit.

Être ici alors que nous pourrions écouter des musiques parlant de mort … C'est déprimant.

- Merci mais j'avais pas besoin de toi pour m'en rendre compte.

Donc toi aussi tu trouves ça déprimant ?

- J'irais pas jusque là. Je toquai encore et fronçai les sourcils. Je me suis trompée de salle ?

Non c'est bien celle là.

- Parce que tu t'en souviens ? Plaisantais-je en appuyant sur la poignet.

La porte était ouverte … Bon … Il est peut-être partis boire un café, du moins c'est ce que je pensais alors que je pénétrai dans la salle. M'installant au premier rang, juste en face du bureau, je soupirai de nouveau et regardai le mur, puis le plafond, puis les fenêtres … Qu'allais-je faire pendant ces deux heures ? Ouvrant mon sac, je sortis une feuille et un stylo pour finalement me mettre à griffonner, rien de précis, je m'amusai juste à raturer le papier de mon encre noir, laissant divaguer mon esprit, attendant que quelque chose ne se passe. Je vidai ainsi ma tête, fredonnant une chanson funèbre, une de celles qu'Anubis raffolait tout particulièrement, mon colocataire pendant ce temps était silencieux, sans doute devait-il tranquillement écouter ma mélodie.
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] EmptySam 7 Mai - 12:47
La journée commençait bien. Le soleil était au rendez-vous, et je n’avais pas encore eut à faire à Anupet, sans doute estimait-elle qu’il était trop tôt pour venir m’attaquer de front, ou alors elle était d’une bonne humeur à toute épreuve. En revanche j’avais le sentiment d’oublier quelque chose pourtant impossible de mettre le doigt dessus.
Faute de mieux j’allais faire un tour dans le parc, en profitant du temps. Le temps défilait lorsqu’en regardant une salle de classe je pris conscience que j’avais oublié d’aller surveiller une colle !
Ni une ni deux je me mis en direction de la salle en grommelant, et c’est à ce moment qu’elle se manifesta.
« Eh beh, t’as encore fait dans l’exceptionnellement débile. »
« Tu veux pas mourir une heure ou deux toi ? J’ai pas le temps de jouer avec toi. »

Moi qui pensais l’avoir seulement pensé, je venais d’envoyer paître un élève avec une maestria digne des dieux… Tant pis je n’avais pas le temps, j’ignorais l’enfant en continuant mon chemin d’une humeur bien plus sombre encore, alors qu’au contraire l’autre s’esclaffait comme une hyène.
La salle se profilait, et je notais la porte ouverte, dans un espoir vain j’espérais que c’était un oubli, et j’entrais en dérapant à moitié, me rattrapant au montant de la porte.
« Chiotte ! »

Ce mot m’échappa en même temps que je glissais et constatais la présence d’un jeune homme dans la salle. Au moins était-il seul, je ne m’étais pas ridiculiser devant une classe de rebelles.

Reprenant difficilement contenance je m’installais au bureau et toisais quelques secondes la personne en face de moi avant de me décider à parler. Bon, l’honnête vérité était que je reprenais aussi mon souffle.
«  Bonjour. Alors M. Niccals, une altercation un peu violente hein ? Vous me racontez ça ? »
« Tu parles d’une entrée en matière… Tu me fais honte mon pauvre, t’es pas dégourdi quand même… »
«  Silence, tu vois bien que je travail. »
« Mais ouais c’est ça… T’es surtout trop abruti pour faire bonne figure, je plains déjà tes élèves… Non mais sérieusement t’as pensé à quoi en lui balançant ça ? Tu aurais dû chercher à comprendre pourquoi elle est là ! »
«  Tu sais quoi ? T’as raison, t’es heureuse là ? Bonne nuit. »


Pendant mon petit débat mental je détaillais le personnage qui me faisait face, il était jeune, et me faisait penser à un jeune homme. Un look assez sympas, et un regard franc. Au moins le temps pourrait être utilisé de manière intelligente. Je me demandais si mes méthodes pourraient l’aider, s’il s’agissait bien d’un des élèves de la classe M.
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] EmptyDim 8 Mai - 12:36

Lucylia
Niccals

Laudius
Taillord

Problème de mémoire
Je sortis de mes rêveries en sursautant, quelqu'un venait d'entrer avec fracas dans la salle, il s'agissait d'un homme grand et fin, à la chevelure blanche, quelqu'un de peu banal en somme. Il me toisa du regard en silence, effectivement, j'étais là avant lui et visiblement ce n'était pas parce qu'il était allé se chercher un café. D'ailleurs combien de temps étais-je restée ici ? Je baissai les yeux sur ma feuille, mon griffonnage s'était transformé en véritable dessin, une tête de mort semblant crier sa douleur. Je restai un instant choquée, depuis quand je savais dessiner ?

Quel dessin magnifique !

A cette exclamation le doute s'installa en moi. Était-ce lui ? Comment se fait-il ? J'étais un peu perdue mais la voix de mon surveillant me tira de mes pensées embrumées. L'utilisation du terme « Monsieur » me fit esquisser un sourire espiègle, c'était toujours aussi amusant que l'on me confonde ainsi avec un homme, il me questionna ensuite sur la raison de ma colle. Je n'avais pas particulièrement envie d'en parler, cette stupide injustice, ce malentendu de primaire, c'était derrière moi maintenant, je voulais juste faire mes colles, m'en aller et oublier tout ça.

J'aime bien cet inconnu, il dégage quelque chose de … Sombre.

- Super, si même toi tu ne me soutiens pas. Murmurais-je avant de soupirer, mes yeux venant se planter dans ceux du professeur. Et si vous me parliez de vous plutôt ! J'ai jamais eu l'occasion de véritablement parler avec un professeur.

Je lui faisais un franc et pur sourire, après tout j'étais sincère, j'aimais connaître la vie des gens et puis Anubis semblait tout aussi curieux que moi. Satisfaire les envie de mon colocataire m'évitait souvent bien des mal de tête, vous pouvez me croire. Je profitai également de cette ouverture de dialogue pour serrer mon papier dans mon poing, venant en faire une simple boule pour finalement l'envoyer dans la poubelle près du bureau, bien sûr elle tomba directement dans la corbeille, je jouais au basket depuis assez longtemps pour ne plus être capable de rater un tir aussi simple.

Tu crois qu'il pourrait poser ses mains autour de ton cou et t'étrangler ?

- Dis pas ça, rien que d'imaginer j'ai des frissons.

J'aime sentir ta peur, c'est réconfortant.

- Si tu le dis. Répondis-je en haussant les épaules. Et pour le dessin, tu m'expliques ?

Juste une envie comme ça.

C'était dans ce genre de situation que je me rendais compte combien Anubis était dangereux. Il avait réussis à me faire faire quelque chose sans même que je m'en rende compte … Ou peut-être étais-je tellement habituée à sa présence que je faisais juste ce genre de chose par inadvertance ? Non, non, chanter ou fredonner des musiques qu'il aime je veux bien mais là on parle de dessin ! Je ne sais pas dessiné ! J'ai bien tatoué mon frère une fois mais j'avais juste rajouté des écritures à un motif déjà présent, c'était tout à fait différent !

Tu sais que je ne te ferais jamais du mal.

- Puis-je vraiment te croire ?

J'apprécie te sentir avoir peur mais jamais je ne te ferais souffrir.

J'espère qu'il disait vrai.
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] EmptyDim 8 Mai - 14:21
Installé je fixais le jeune homme qui me faisait face. A mon arrivée il n’avait pas semblé extrêmement réceptif, mais quelque chose le perturbait c’était certain. Son regard semblait un peu perdu, et s’il y avait encore un doute à propos de son statut dans cette école la suite allait m’aider à me fixer très nettement. Au lieu de répondre à ma question le jeune homme s’esquiva en parlant de ma personne. Un léger haussement de sourcil traversa mon visage en voyant la démarche de ce petit personnage.
Elle ne s’en rendait peut-être pas compte, mais sa discussion avec une partie d’elle-même se déroulait à haute voix. Et à présent j’étais fixé, je ne faisais pas attention au contenu, je me contentais de noter qu’elle communiquait à haute voix. Aussi alors que quelques secondes de silence c’étaient installées, je décidais de répondre un tant soit peu à ce qu’elle venait de me dire, tout en faisant la sourde oreille à Anupet qui décidément ne souhaitait pas se taire.

« Eh bien… Je dirais que tu as quelques difficultés à t’entendre avec ton ami(e). M’enfin cela ne me concerne pas dans l’immédiat, et je détesterais avoir à résoudre le problème. Je suis Laudius, le nouveau professeur de gestion des pouvoirs.
Je crois que c’est tout ce que tu as besoin de savoir sur moi dans l’immédiat. Sinon, n’hésite pas à demander je ne suis pas du genre à faire de secret sur des choses futiles.
»

« Tu sais que cette personne me rappelle quelqu’un ? »

« Hmmm ? »

« Toi, le même corps transgenre… J’aurais peut-être dû tenter ma chance avec… Je m’amuserais sans doute plus que là. »

« Tu serais collée à longueur de temps. Au moins avec moi tu arrives à avoir une certaine libertée… »


Absorbée dans mes pensées je continuais de fixer l’élève, Anupet venait de distiller le doute en moi, était-ce un homme où une femme ? Pour un homme il était fin, très fin, avec de grands yeux qui ne pouvaient que créer une confusion, mais dans le même temps cette finesse semblait trop pour une personne du sexe opposé, et si ses yeux apportaient la confusion, les cheveux courts en bataille et des habits peu féminin écartaient la thèse de la femme. Bon, je pourrais au moins amener la discussion dans ce sens.

« Je crois que nous devrions nous tutoyer, je ne suis pas attaché à l’étiquette à ce point, pour ma part personne ne connaît mon nom ici, en dehors de l’équipe pédagogique, peut-être pourrais-tu te présenter dignement… Qu’en penses-tu ?
Je ne te demande pas de me parler de ton enfance ou quelque chose du genre, et sincèrement ça ne m’intéresse pas. Et si tu as des problèmes à te contrôler sur certains sujets dans ma matière nous pourrions nous y mettre au lieu de perdre notre temps ici.
»
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] EmptyDim 8 Mai - 15:07

Lucylia
Niccals

Laudius
Taillord

Trop de confiance en soi
Je fronçai un peu les sourcils, je n'appréciai pas que l'on me fasse des remarques sur ma relation avec Anubis, il n'était certes pas facile à vivre tous les jours mais je ne pouvais définitivement plus me passer de lui. Mais bon, au moins cet inconnu se présenta, il disait s'appeler Laudius et être le nouveau professeur de gestion des pouvoirs. J'avais encore un peu de mal sur ce sujet mais je préférai m'entraîner seule avec mon professeur particulier préféré plutôt que demander à un inconnu de l'aide sur quelque chose que je jugeai hautement personnel. Toute fois j'écoutai la seconde partie de son discours avec attention, faisant jouer mon stylos entre mes doigts. Il voulait que je le tutoie, soit et il voulait savoir mon prénom, j'esquissai un nouveau sourire.

C'est déprimant quand tu jubile.

Me levant tranquillement, je m'avançai jusqu'à son bureau où je vins m'y appuyer pour être plus à l'aise. Ainsi installée à ma nouvelle place, je détaillai plus intensément mon interlocuteur ; en faite nous nous ressemblions pas mal, du moi, il avait de magnifiques traits fins lui offrant un physique très androgyne. C'était la première fois que je rencontrai quelqu'un du même style que moi et c'était très perturbant, il était beau comme une femme mais il dégageait quelque chose de vraiment masculin. Mes yeux admiratifs suivaient ses courbes pendant que je répondais avec ce léger sourire toujours accroché au coin de mes lèvres :
- On m'appelle L, c'est pour Lucylia. Faisant un clin d’œil. Désolée de casser le mythe.

Je te vois venir, arrête tout de suite avec ces pensées déprimantes !

Hein ? De quelles pensées il parle … Je suis presque sûre de n'avoir rien pensé de particulier.

Je ne veux pas de quelque chose aussi dégouttant et déprimant, pourquoi faut-il que les humains soient aussi faibles et méprisables.

OK, je crois que j'ai choqué Anubis … Sans même savoir comment j'ai fait … C'est une première ! Enfin bref, je passais ma main dans ma chevelure, les ébouriffants un peu à l'arrière tout en balayant les alentours. Il n'y avait vraiment rien à faire, et l'autre qui me parlait de contrôle et de maîtrise, je n'avais pas besoin de ça, je voulais lui prouver, je me concentrai donc, ayant fait cet exercice mainte et mainte fois, le regard planté dans celui de Laudius, l'air confiant et décidé, je laissai mon esprit se concentrer sur une seule idée, sentant une chaleur étrange naître au fond de mon être. Malheureusement, le résultat ne fut …. Pas vraiment ce que j'imaginais … Comme d'habitude pas de museau ou de pattes munies de griffes, juste des grandes oreilles noires et une longue queue fine.

Bien que ce soit déprimant que tu n'y arrives toujours pas après tout ce temps, je trouve toujours cette étrange transformation adorable.

- Très réconfortant, merci. Grognais-je en soupirant, ma queue s'agitant plus d'énervement que d'autre chose.

Mes sens étaient également perturbés, je pouvais ainsi parfaitement sentir les multiples odeurs dans la pièce, dont celle de mon Professeur, c'était étrange, c'était la première fois que je sentais quelqu'un d'aussi près, c'est comme si je pouvais tout comprendre par l'odeur, son parfum mais d'autres senteurs, certaines douces, certaines aigres ... Me laissant à chaque fois une impressionnant étrange. Anubis m'avait déjà expliqué qu'il s'agissait des émotions des gens mais je n'étais pas encore capable de les différencier et de les comprendres.
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] EmptyDim 8 Mai - 20:50
L’étudiant se leva pour s’installer sur mon bureau comme s’il était sien, et le regard planté sur moi, comme s’il me scannait, puis après quelques secondes de silence un sourire s’étirait sur ses lèvres. Un acte de jubilation interne couplé à un sentiment de victoire. Puis elle prit la parole, et je compris enfin pourquoi. Elle s’appelait Lucylia, plus connu sous le pseudo de L. dans l’école. Un sourire s’étirait sur mon visage, en effet elle m’avait bien eut.  Je ne m’esclaffais pas, mais la situation était assez drôle en définitive, moi que l’on avait souvent confondu avec une femme m’était fait avoir de la même façon.

La jeune femme semblait s’attacher à un acte d’orgueil, en tentant une transformation face à moi. Après avoir rejeté ses cheveux en arrière, son regard se fixa dans le mien, et elle tenta de faire appel à ses capacités. J’haussais un sourcil en attendant, lorsqu’une paire d’oreilles et une queue poussaient de son corps. J’attendais encore un peu avant de comprendre que c’était fini. Un grommellement accompagnait cette tentative, puis je décidais qu’il était temps de la sortir de ses pensées.

« Canin… Ma foi, pourquoi pas. C’est surprenant, cette forme d’oreille, cette queue… Je pourrais presque dire la race… M’enfin, ce n’est pas le but ici. Je n’irais pas jusqu’à parler de réussite mais c’est une jolie transformation. D’après toi, qu’est-ce qui te manque pour réussir ?
Ne me répond pas si tu veux, mais répond toi à toi-même.
»

« Laudius… Tu… C’est… »

« Je sais. »

« Dis-lui !!!!! »

« Non ! Plus tard. Elle est déjà assez perturbée. »

« Je m’en fout ! C’est lui ! »

« Anupet… Pas… STOP ! »


Une douleur vive s’emparait de mon crâne, comme s’il était compressé dans un étau. Elle allait me faire payer chèrement mon insubordination.

Je n’en pouvais déjà plus, et d’un claquement de langue agacé je lui intimais le silence. Elle n’allait pas se calmer, mais si au moins elle pouvait différer son châtiment. Parfois cette déesse était si capricieuse qu’elle me faisait perdre les pédales. M’enfin, elle arrêtait pour le moment.
Je rivais mon regard dans celui de la jeune femme avant de me lever de ma chaise et de me concentrer intensément. Je sentais progressivement mon corps trembler, avant que finalement un déferlement de sensations m’envahisse et que je ne sois pris de l’inévitable vertige qui accompagnait cette transformation. Je me retrouvais à hauteur de genoux de Lucylia, et après quelques secondes je choisissais de reprendre ma forme initiale. Cette transformation était moins évidente, mais elle se faisait plus rapidement.
Une fois ma forme retrouvée je fis un petit sourire à la jeune femme pour enchaîner la suite du cours qu’elle était en train de subir malgré elle.

« Le secret réside dans la concentration et la compréhension de la nature du pouvoir. Pour ma part, je peux changer de peau, d’autres invoquer les éléments et ainsi de suite. »
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] EmptyDim 8 Mai - 22:10

Lucylia
Niccals

Laudius
Taillord

Un chacal peut en cacher un autre
Oui je savais où était mon problème, je n'avais pas besoin qu'on me le dise, croisant les bras, mes oreilles se plaquèrent malgré moi sur l'arrière de ma tête pendant que ma queue continuait de battre, tous ces petits signes qui trahissaient mon énervement. Tant que j'étais dans cet état, je ne pouvais pas non plus récupérer mon apparence normal, c'était un bien gros problème. Bref, voilà que le professeur faisait à son tour le malin, se transformant également. Je restai bouche-bée, c'était la première fois que je voyais quelqu'un changer de forme, c'était vraiment incroyable, mes prunelles se mirent à scintiller malgré moi. Mes attributs animaux se redressèrent même avec attention.

Lucylia …

Je n'aimais pas quand Anubis m'appeler par mon prénom, cela ne signifiait jamais rien de bon. Fronçant les sourcils pendant que Laudius m'expliquait la clé de la transformation, je questionnai mentalement mon colocataire sur ce qu'il avait à me dire. Ne pas lui parler à voix haute était un signe que je me concentrai parfaitement sur ses paroles et justement, ce qu'il avait à me dire et le ton qu'il employa démontraient qu'il ne plaisantait pas.

Je reconnais parfaitement ce pouvoir, je sais qui possède le corps de cet humain.

Et ? Est-ce que je dois m'enfuir ou quelque chose dans le genre ?

Non, non, c'est juste que c'est une Déesse … Déprimante.

Par déprimante tu veux dire qu'elle est pleine de vie et joviale, comme moi ?

Non, toi tu es mignonne, elle, elle est insupportable.


Ce dialogue étant terminé, je revins à ma première conversation, agitant la queue d'excitation et levant les bras en l'air, un grand sourire sur mes lèvres.
- C'était trop cool ! J'ai hâte d'arrivé à faire ça.

Tu es ridiculement déprimante.

Prenant conscience que je devais avoir l'air d'un jeune chiot surexcité, je me calmais, rebaissant mes bras ainsi que mon long attribut de chacal, je passai ensuite ma main à l'arrière de la tête, la frottant dans un air gêné.
- Au faite, commençais-je en fermant quelques secondes les yeux pour mieux humer l'air, tu as une odeur très douce mais … Je sens autre chose … Nervosité peut-être ?

Je ne savais pas encore différencier l'odeur de chaque sentiment, de ce fait je me fiais à ce que les effluves m'évoquaient parfois Anubis me corrigeait ou m'expliquait mais cela était assez rare, il ne jouait les professeurs qu'en cas de strict nécessité. Ce n'était pas forcément plus mal, il n'était pas le meilleur pédagogue au monde.
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] EmptyLun 9 Mai - 19:17
Après m'être changé je voyais dans le regard de la jeune femme qu'elle était fasciné par ce qu'il venait de se passer. La jeune femme avait la queue qui fouettait l'air avec délice, et si elle avait été absente encore pendant quelques secondes c'était maintenant terminé. Elle était à la limite de bondir d'excitation, je souriais intérieurement. Elle s'exclama de joie, et j'en profitais pour regagner ma place de manière totalement décontractée.
La jeune femme en profita pour placer une remarque, non pas désobligeante, mais plutôt curieuse au stade de sa maîtrise. Elle prétendait sentir quelque chose, sans vraiment savoir quoi. elle se positionnait de façon hasardeuse sur la nervosité. Je m'affalais sur le dossier de la chaise avant de réfléchir à la réponse que j'allais formuler. C'était quelque chose qu'il allait me falloir expliquer avec délicatesse, car il était impossible d'établir un schéma type pour l'apprentissage des pouvoirs, mais parler de certaines facettes étaient très compliqué.
"Eh bien, que d'enthousiasme. Je sais que toi aussi tu as fait eut une petite discussion. J'en sais autant que toi maintenant. Alors profitons-en pour travailler. Ton pouvoir est le même que le mien à quelques détails je suppose. Alors Lucyllia, installe toi.
Tu sens des choses, c'est indéniable. Tu n'arrive pas encore à interprêter ces choses au vu de ton hésitation. Je suis en effet nerveux, anxieux et particulièrement irritable depuis que ma chère amie à décidé de faire de mon esprit un fessier en culotte de cheval sans nom.
S'il y a bien une chose que je saurais dire, c'est qu'il ne faut pas sous-estimé nos hôtes. Ils se sont frayés un chemin jusqu'à nous, et maintenant nous ne sommes qu'un vaisseau à leurs yeux. Quelques fois ça diffère, mais globalement c'est comme ça que ça se passe.
Disons que je sois l'hôte de Néfésis, nom que l'on donne aux reines dont on ne retrouve pas le nom au moment de l'exumée, en contre-partie nous héritons de leurs capacités, reste à savoir si notre corps peut l'encaisser.
"


Mon regard rivé dans le sien, je commençais à tapoter du doigt sur le bureau attendant avec attention sa réaction. Il n'y avait pas autant d'ambiguité la concernant. Je cherchais en même temps une solution pour l'aider à mieux comprendre son pouvoir. Il était important pour elle de maîtriser ce genre de chose en publique. Certes elle avait tenté de me montrer ses capacités, dans un sursaut d'orgueil peut-être, mais l'échec dévoilé me faisait craindre une perte de contrôle face à Anubis. Ah oui, je n'avais jamais formulé ma pensée ainsi, mais s'il y avait une personne capable de mettre la tempêtueuse Anupet dans un état d'excitation aussi poussé c'était bien lui.
De plus ce dieu avait déjà usé plusieurs corps. Peut-être un petit concours pourrait la forcer à se donner encore plus dans ce qu'elle faisait, ou encore la pousser dans ses retranchements par la peur. Mais pour ça, il allait me falloir du temps et deux heures ne suffiraient pas à ce jeu.
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] EmptySam 14 Mai - 17:41

Lucylia
Niccals

Laudius
Taillord

Comme un éclair dans la nuit
J'étais tout particulièrement fière de moi-même, j'avais réussis à correctement reconnaître une émotion à partir de son odeur, c'est pourquoi je m'assaillais plus confortablement sur le bureau d'un air tout content et satisfait de moi-même. Toute fois la suite du dialogue de mon professeur me fit bien vite perdre cet air sur de moi, il me parla des Dieux et de la dangerosité que ces derniers représentés, j'écoutai attentivement tout en feignant de ne le faire que d'une oreille, jouant nerveusement avec une mèche de mes cheveux.

Tu crois ce qu'il te dit ?

On avait passé de longues heures de cours à m'expliquer tout cela et je n'étais pas idiote, mais vivre avec cet être inoffensif, m'avait un peu fait oublier la réalité. Mais en repensant au dessin que je venais de faire, sans même en avoir conscience … Je ne m'étais pas défendu, je n'avais même pas résisté, je me faisais endormir par ce râleur. Enfin bon, il répéta une fois de plus sa question, mon regard coulissa alors vers les tables et les chaises vides de la salle de classe.

-

Comme je ne répondis rien, je sentis une douleur familière se former dans mon esprit, Anubis ne semblait pas apprécier ce qu'il pouvait déceler dans mes pensées. Ce n'était pas non plus une migraine à m'en rouler par terre mais comme une sorte de pique de douleur bien localiser qui me dérangeait beaucoup. Je relevai donc mes yeux vers Laudius, m'efforçant de sourire comme je pouvais et répondis d'une voix sûre :
- Il n'est pas comme ça, bien sur il peut faire ses crises mais contrôler mon corps ne l'intéresse pas, et dans l'ensemble je dirais que nous vivons en harmonie.

Et puis même si il me contrôlait totalement, je n'aurais pas besoin d'être exorcisé, mon colocataire dépressif n'aspirait qu'à une chose : La mort. Si je le laissais prendre le contrôle total de mon être, il mettrait fin à mes jours sans une hésitation. Cette pensée me glaça le sang, j'avais beau être en bon terme avec lui, il avait beau me dire qu'il ne voulait pas me faire de mal, la réalité était bien là, si il ce m'était en tête de vouloir être le seul mettre à bord, je finirais mes jours les veines ouvertes dans une baignoire. Mon corps tremblait, j'étais enclin à une sorte de terreur stupide et ce silence d'Anubis, et cet douleur qui ne voulait pas s'en aller, je crois que ma respiration s'était déjà nettement amélioré. J'étais en pleine tempête … Non … En plein orage.
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] EmptyMer 25 Mai - 17:58
Sur le visage de ma jeune élève se dessinait tranquillement la forme d’un sourire vainqueur, c’était amusant, elle savait qu’il lui restait encore mille fois plus à découvrir que ce qu’elle savait, et pourtant elle se sentait heureuse. Sans doute était-ce le fait d’avoir durement travaillé pour arriver à ce résultat. Pourtant mon discours était des plus alarmants, et sous mes airs de ne donner qu’un conseil, c’était plus une mise en garde contre le pouvoir.
Les secondes de silence s’égrenaient, et ma douce amie en profita pour revenir me parler.
« Tu as beau être un professeur, tu ne sais rien de nous… On est tellement plus complexe que vous. Tellement… plus raffiné. »

« Tu veux qu’on parle de tes envies de beuverie ? Ou encore de tes soudaines envies de jambes en l’air ? Je ne pense pas que vous soyez fondamentalement si différent de nous. Tu es ce que tu es, un être exceptionnel qui se distingue de la masse, mais tu n’en reste pas moins une parmi d’autre, même au sein de ta religion. »

« Tu sais qu’un jour je trouverais le moyen de te faire finir en pièce toi ? »

«»


[HRPG: Désolé du retard, j'étais en exam blanc ces derniers temps.]

Alors que je sentais qu’Anupet allait s’en donner à cœur joie, c’est Lucylia qui me sorti de ma rêverie. Elle affirmait que son ami n’était pas de ceux qui veulent vous nuire. Elle allait même jusqu’à affirmer qu’ils vivaient en harmonie. Soit, si elle le pensait.
Je me levais et faisais quelques pas avant de répondre.
« Bien, tu sembles sûre de toi. Dans ce cas transformes toi. Si vous êtes en harmonie il devrait pouvoir t’y aider. Je pense qu’il y aura toujours une distance entre vous. Anupet et moi partageons quelque chose de fort, même si nous nous querellons souvent, mais cette distance nous est salutaire, c’est ce qui fait que nous nous méfions de l’autre et que nos mentalités subsistent.
Nous allons commencer par domestiquer ton esprit avec un jeu extrêmement éprouvant si tu le veux.
»


Je souriais d’avance, j’avais joué à ce jeu seul, et je m’étais entraîné des mois durant avant de n’avoir droit qu’à un résultat déplorable alors qu’aujourd’hui j’arrivais à le pratiquer, non sans mal, mais au moins arrivais-je à réussir ce que j’allais exiger de mes élèves. Un esprit sain résidant dans un corps sain ne connait aucune limite. Si je n’avais aucune influence sur le corps, j’avais entière prise sur l’esprit de ceux que j’allais former.
Je me demandais avec une pointe d’amusement combien de temps elle mettrait à assimiler l’exercice, et surtout son but, et combien de temps mettrait-elle à abandonner. Ce serait passionnant de voir comment elle allait évoluer avec le temps. Anubis semblait différent d’Anupet du peu que j’arrivais à en voir. Je n’aurais jamais parié qu’Anupet ne cherchait pas à me contrôler, elle si. Un aplomb conféré par une certitude immuable des plus curieuses.
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] EmptyJeu 26 Mai - 18:58

Lucylia
Niccals

Laudius
Taillord

Les nuages ressemblent au côton
Anubis ne voulait pas se calmer, il augmentait progressivement la douleur à l'arrière de mon crâne, était-ce parce qu'il me sentait paniquer ? Peut-être qu'il trouvait ça jouissif ou peut-être qu'au contraire il était vexé que je n'ai pas confiance en lui … sacrebleu ! Mais si il pouvait me dire quelque chose ! N'importe quoi ! Juste pour que je comprenne ! La voix de mon professeur me fit sortir la tête de l'eau, je sursautai presque en remontant mon regard vers lui, il me proposait un jeu comme entraînement, aussitôt toutes mes souffrances s'envolèrent comme par magie, que se passait-il ? Était-ce parce que mon colocataire était soudainement intéressé par cet exercice ou bien la mention claire et précise d'Anupet l'avait-il interpellé ? J'avais beau y penser il ne me donnait aucun éclaircissement, je décidai donc de l'ignorer à mon tour.
- Je ne peux pas me transformer totalement, je ne sais pas encore le faire et il n'est pas des plus grand pédagogue mais si vous avez un jeu à me proposer je suis toute ouïe.

Je voulus me relever pour être face à Laudius mais je me ravisais bien vite, le pied aussitôt posé au sol, mon petit épisode de panique avait transformé mes jambes en un tas de coton, je craignais de m'écrouler si jamais j'essayais de marcher. Dans mes hypothèses, je donnai un coup de queue sur le bureau, balayant malencontreusement ce qu'il s'y trouvait, par chance, j'eus tout juste le temps d’intercepter le verre qui avait été abandonné là, hors de question de le laisser se briser sur le sol, je le reposai donc en riant de manière gêné, décidément, mon Dieu m'avait particulièrement perturbé. Les sons et les odeurs autour de moi avaient également changé sans que je ne m'en rende compte, il y avait des gens qui discutaient dehors dans la cour et des senteurs de produit ménager provenant du couloir, je me sentais troublée, ce tourbillon de sensation était grisant.

Peut-être était-ce à cause de ma demi-forme mais je n'arrivais jamais à supporter ce décuplement de mes sens, c'était un peu comme être ivre ; la tête vous tourne légèrement, vous vous sentez comme spectateur de votre corps, vous n'arrivez plus à vous concentrer sur des choses simples. Je couinai comme un chiot qui râle tout en secouant ma tête, sous cette apparence je me sentais si proche d'Anubis et en même temps si loin, je voulais tout découvrir du pouvoir qu'il avait à m'offrir mais j'avais l'impression que si je faisais un pas pour me rapprocher de sa puissance, il me dévorerait toute entière.

Lucylia réveille toi.

Hm ? Quoi ? J'ai manqué quelque chose ? Pourquoi me dis-tu ça tout à coup ? J'observai mon professeur avec incompréhension, il ne m'avait toujours pas donné son exercice, ou peut-être l'avait-il fait ? Je n'ai pas du écouter … J'étais trop concentrée sur mes sensations.

Tu ne devrais pas te laisser mener par tes émotions, tu vas finir par te perdre à jamais dans ton esprit.

Tu as peut-être raison.
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] EmptyDim 29 Mai - 8:55
La jeune femme, fidèle à son habitude avait de nouveau laissé quelques secondes de silence s’installer entre nous. J’en profitais pour tout simplement interroger mentalement mon amie sur la personnalité de son dieu. La réponse était simple, et je ne m’en étonnais qu’à peine. Un dépressif de premier ordre, un de ceux qui font perdre foi en la vie à n’importe qui ou presque. Dans le même temps la jeune femme m’annonçait que son ami n’était pas vraiment pédagogue, et qu’elle était dans l’incapacité de se changer totalement. Bien évidemment, au vue de son tempérament, la proposition d’un jeu et donc d’un défi, elle ne pouvait se contenir.
Seulement ce jeu n’avait pour seul juge qu’elle à long terme, si elle n’était pas honnête avec elle-même, aucun progrès ne serait fait. Mais pour l’y aider j’avais une petite idée des plus alléchantes.

« Si tu es prête, alors allons-y. Le jeu va être très simple, je vais laisser tomber un objet et tu vas devoir te forcer à croire qu’il restera en suspension dans les airs. Si tu n’y crois pas je le saurais et je serais libre de t’infliger une sanction de mon choix, ceux sans conséquence sur la relation que nous allons entretenir, ni même que personne ne sache ce qu’il s’est produit dans cette salle. Si je décide de te blesser cela restera entre nous. Il n’est bien entendu pas souhaitable d’en arriver jusque-là, aussi je te demanderais de croire fermement à ce que je t’ai demandé. C’est un principe très simple, si l’idée que l’objet reste en suspension dans l’air alors que tu sais qu’il touchera le sol te semble trop abstraite, alors la sanction de la « cravache » ne devrait pas être si abstraite pour toi. Gageons que tu y arriveras en moins d’une heure et demie pour le moment. Je parierais plutôt sur plusieurs jours d’entraînement mais bon. »

A cette idée même Anupet s’esclaffait, elle semblait prendre énormément de plaisir à me voir ainsi mettre une pression véritable à la Lucylia. La très redoutable Anupet et moi avions en réalité un point commun, le sadisme. Je n’y prenais aucun plaisir, même s’il était amusant de voir une telle situation se produire, mais je reconnaissais facilement que la peur pouvait être une motivation suffisante pour progresser.
Je n’avais rien subi de tel, mais je m’étais moi-même mis beaucoup de pression pour me conformer à ce que mon père attendait de moi, et lorsque j’avais finalement intégré cette école, j’avais énormément misé sur la pression que je pouvais encaisser. Qu’importait le reste. J’attendais donc qu’elle soit capable d’autant de rigueur, ce serait pour elle et pour beaucoup la seule façon de progresser régulièrement et peut-être rapidement. Surpasser ses limites a toujours eut du bon. Il fallait toutefois que je veille sur mes élèves afin qu’ils conservent un minimum de santé mentale.

C’est alors qu’Anupet se manifesta de la façon la plus surprenante, je sentis une immense vague de satisfaction me parcourir alors que sa voix susurrait calmement qu’avec le temps je serais peut-être digne de sa présence. C’était une première, et j’espérais un jour qu’elle me laisse entrevoir sa véritable forme, et non pas celle d’une statue antique. Cette question qui restait sans réponse m’harcelait jour après jour. Je souhaitais réellement mettre un visage, une présence, sur cette voix.
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] EmptyDim 29 Mai - 14:19

Lucylia
Niccals

Laudius
Taillord

Let's have fun !
Anubis me répéta l'exercice de mon professeur avant de soupirer longuement, il trouvait ce genre de chose totalement inutile et ennuyante … A vrai dire, il y avait peu de choses qui réussissaient à trouver grâces à ses yeux. J'écoutais avec attention d'un air concentré, je ne savais pas très bien le pourquoi du comment de cet exercice, je n'étais même pas sûre d'en comprendre réellement les règles mais cela semblait tout de même être un jeu amusant et ce malgré le principe de punition. Mes jambes s'étant un peu calmées, je pus enfin me mettre debout et commença à m'étirer de tout mon long avant de m'exclamer dans un grand sourire plein de confiance :
- OK ! J'ai compris !

Anubis ne semblait par très enjoué par toute cette histoire, bien au contraire, je l'entendais grognais au fond de mon esprit, je levai alors les yeux au ciel en m'adressant à lui d'un air sûr-de-moi et décontractée :
- Relaxe, je vois pas ce qui pourrait mal se passer.

Si il te blesse je le tuerais.

Parce que tu es le seul à pouvoir le faire ? Le seul à pouvoir torturer mon esprit, posséder mon corps, tailler dans ma chaire avec une lame …. Je n'étais que le pantin aux services des désirs d'un psychotique. Je soupirai intérieurement, puis me mis à réfléchir sur l'exercice, je devais être persuadée que l'objet aller rester en suspension ? Cela semblait facile et en même temps complètement fou, j'aimais les choses folles mais là, j'avais beau retourner le problème dans tous les sens, je n'étais pas sûre de savoir comment m'y prendre. Bah après tout le mieux c'était d'essayer une première fois afin de me faire une première impression de la réelle difficulté de la chose. Oreilles bien droites, queue fouettant légèrement l'air, air enjoué je demandai donc un petit air espiègle dans le regard :
- Nous commençons … Professeur ?

J'avais ralentis sur mon dernier mot, comme pour me donner un petit ton de défis, pendant ce temps là, j’essayai déjà intérieurement de conditionner pour l'exercice. Mon colocataire dépressif ne disait plus rien, comme une bête qui ce serait tapis dans l'ombre de mon esprit, voulait-il que je réussisse l'exercice ? Était-ce pour cela qui laissait toute la place à ma conscience. Si c'était le cas je me devais de le remercier plus tard.
Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] EmptyLun 30 Mai - 18:44
A l’idée d’un défi Lucylia semblait pleine d’entrain. C’était quelque chose de louable, elle semblait prendre du plaisir à vouloir se surpasser. Je notais simplement que son arrogance était une chose sur laquelle elle allait devoir vite revenir si elle souhaitait pouvoir appréhender l’immensité du monde dans lequel elle évoluait maintenant. Je n’avais pour moi qu’un exercice, que je changeais en jeu pour mieux s’adapter à la mentalité de ma jeune élève.
Dans son coin, Anupet jubilait, je la sentais heureuse de la situation qui s’installait, et si elle avait un point commun avec moi c’était bien la mise en œuvre de n’importe quel moyens pour atteindre le but fixé. Les scrupules ne faisaient clairement pas parti de notre pain quotidien. C’était au moins un terrain d’entente entre nous.
Je continuais de simplement l’écouter alors qu’elle semblait divaguer, pour finalement me lancer son arrogance au visage. C’en aurait été presque trop pour moi. Malgré tout, je gardais en mémoire que c’était pour elle son premier exercice, son initiation en quelque sorte. Oui, le mot était juste, une initiation à un art qui existait peut-être ailleurs, mais que je ne faisais que découvrir avec le temps. Immédiatement après qu’elle ait scellé ses lèvres je pris la parole.
« Eh bien, que d’enthousiasme. Je pense qu’il est temps pour toi de te concentrer. Tu n’appréhendes pas encore la difficulté de la situation. Enfin de compte tu sembles sûre de toi. Ton esprit est réellement indiscipliné, tu en prendras la pleine mesure avec le temps. Je t’offre ton premier défi. Après avoir échoué tu devras t’exprimer en alexandrin la prochaine fois que tu m’adresseras la parole. Rimes croisées, bien entendu. »

Je me dirigeais d’un pas calme vers le bureau et y pris un stylo que je tendais devant moi avant de reprendre la parole sur un ton légèrement plus sérieux.
« Commençons. Tu as encore quelques secondes avant que je ne te fasse prendre la mesure du monde qui te sépare de ton dieu. Car si tu n’y arrives pas sache que pour lui ce n’est qu’une formalité acquise au fil des âges. »

A la fin de ma phrase je lâchais le stylo dans le vide tout en fixant de près ses réactions, même si elle n’était que peu expressive je ne raterais pas l’instant où elle perdrait le contrôle de son corps et qui trahirait sa réussite. Dans le cas contraire ce serait un échec, ce qui la contraindrait à un exercice de style plutôt rigoureux et inutile. L’ennui de perdre, je comptais franchement sur ce point pour la motiver, tout en restant correcte. Je cherchais encore ce que je pourrais faire pour la contrarier réellement dans les minutes à venir.
« Pourquoi ne pas faire quelque chose de vraiment chiant ? T’es sérieux avec ton pari pourri ? Tu pourrais la forcer à porter elle-même atteinte à sa fierté… Tsss, la prochaine fois demande lui d’avouer sa faiblesse face à Anubis, ça lui fera les pieds. »

« Si tu veux, sa réaction pourrait être drôle. »

Invité
Anonymous
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius] Empty
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Deux heures en tête à tête [Feat. Laudius]
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Le pot de mayonnaise et les deux tasses de café...
» Fiche Technique de Danaël Ashlott [Ange ou démon ? Pourquoi pas les deux]
» Nain et armes a deux mains

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Hors RP :: ◄ Corbeille :: ► Archives des disparus et anciens RPs-
Sauter vers: