AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Pensionnat :: ◄ Premier étage :: ► La bibliothèque
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Mar 7 Fév - 20:29
Vous avez beau essayer de vous rassurer en pensant que ce n'était point votre faute, vous vous reprocherez quand même d'avoir agi de la sorte.

Sa respiration accéléra subitement, comme si notre contact l'avait effrayé et à ce moment là je regrettai profondément d'avoir écouté la sauvageonne. Mais ce n'est pas ce qui m'a alarmé le plus, il laissa échapper un hurlement empreint de détresse dont personne ne souhaite un jour l'entendre. Il joignit ses mains tremblotantes autour de son coup et tenta ainsi de desserrer sa cravate puis s'attaqua aux boutons de sa chemise. Durant tout cet épisode que je viens de décrire, je restai immobile, la « claque » d'Attila me fit aussitôt réagir. Je retirai la chemise de Lawrence et dénouai sa cravate pour qu'il puisse ainsi mieux respirer. Il déposa son regard sur moi et je vit que ses yeux avaient reprit leur teinte habituelle ce qui me réconforta un peu.

« Tout va bien Lawrence, tu es hors de tout danger. »

Mes paroles ne le rassurèrent en rien puisque des larmes roulèrent sur ses joues, rougies de panique. Je ne savais absolument pas quoi faire, aller quémander de l'aide et le laisser tout seul n'était certainement pas envisageable. Son corps se relâchait peu à peu et je crains qu'il ne s'évanouisse alors, j'ai dû employer les grands moyens. Lawrence n'était plus sur le lit mais par terre sur le point de sombrer, je le saisis donc par les épaules et tentai de le redresser tant bien que mal. Il était à présent assis contre le lit mais il respirait de plus en plus difficilement, il m'agrippa l'épaule pour éviter de s’effondrer. Je réprimai une grimace de douleur car ce n'était pas le moment de faire la faiblarde, mais ses doigts n'étaient pas loin de s'enfoncer dans ma chair. Sans doute épuisé de se battre pour respirer, le jeune homme laissa tomber sa tête contre mon autre épaule, je faillis basculer en arrière.

Je vous arrête tout de suite, le fait que je ne possède pas une force très développée n'est pas le seul facteur dans cette histoire, 1) j'ai été surprise, 2) Lawrence y a mis tout son poids, 3) j'étais mal positionnée.    

  « Je veux que ça arrête. Ça doit arrêter. »

Cette plainte, si silencieuse, me brisa le cœur. C'était de ma faute si tout cela lui arrivait, pas celle d'Atalante, mais la mienne. Pourquoi diable l'avais-je ramené ici ? A part faire empirer les choses, ma décision n'avait rien eu de bénéfique finalement. J'étais contente qu'Erin pleure, mais j'avais eu tort d'éprouver cela, ce que je peux être absurde. Je sens que mon quota d'amis va redescendre au vide quantique, c'est sûrement mieux ainsi.

 « Non. Feront rien ici…C’est Immo…immor…m’annihiler…vont m’annihiler… si pas capable…Broncho…bronchodi….shit…dilatateur.»

Je ne comprenais pas un traître mot de ce qu'il venait de déballer. Mon esprit était confus et je ne pouvais réfléchir calmement.

*ressaisis toi espèce de coprolithe ! Je l'aime pas l'autre asperge mais je veux pas avoir un mort sur les bras donc tu vas me faire le plaisir de te concentrer deux secondes*

Je m’exécutai sans maugréer et fermai les yeux un instant, pour mieux penser. Des bribes de mots s'alignèrent devant moi pour y dégager un sens, un semblant de phrase. Immortalia va l'annihiler ? Est-ce parce qu'il délire ou le pense t-il vraiment ? Le temps me manquai alors je persévérai ma focalisation sur d'autres mots. Broncho.. bronchodi.. dilatateur.. bronchodilatateur ! Voilà ce dont il avait besoin ! (Pour les incultes : bronchodilatateur = ventoline.) Je me mis alors en quête de son sac et mes yeux le trouvèrent au bout de quelques secondes, yeux de lynx je vous jure. Je tentai de m'extirper de notre « étreinte », en toute délicatesses et vis ses paupières en proie à un renfermement non négociable. Ce qui a suivi, je l'ai jugé nécessaire et puis bon la panique à jouée un rôle là dedans, il faut le reconnaître.

*tu l'as baffé ! depuis le temps que ça me démangeait !*

*Objection, cela ressemblait plus à une petite tape et puis c'était la seule solution pour qu'il ne tombe pas dans un sommeil qui ne présage rien de bon.*

La « petite tape » a eu effet de faire ouvrir grand les yeux de surprise. C'est une bonne chose, non ?

Je redressai son corps, sa colonne vertébrale était désormais bien droite contre le lit, du moins pour l'instant. Ensuite je me précipitai sur son sac, rectification, je trébuchai, cassant au passage un vase en verre et m'affalai sur son sac. Maladroite jusqu'au bout, je déballai toutes ses affaires et une fois le tout éparpillé devant moi, mes yeux de lynx s'occupèrent de la suite. Munis du bronchodilatateur, je retournai auprès de Lawrence et hésitai à le laisser se charger lui-même de se soigner, soucieuse que cela le dérange si je l'aide. Néanmoins, voyant qu'il n'était pas en état d'inhaler tout seul le choix fut vite fait. Je me rapprochai ainsi le plus possible de lui, ouvris sa mâchoire d'une main, et plaçai avec l'autre la ventoline entre ses lèvres. J'appuyai un coup et un petit « pshitt » émana du médicament, bruit que j'acclamai intérieurement. Voyant qu'il pouvait malgré tout retombé, je laissai sa tête retombée entre mon épaule et ma clavicule. Mon bras droit tendu jusque par terre, m'aidait à ne pas flancher. L'autre, caressait le dos de Lawrence, pensant que cela pourrai l'apaiser et pendant quelques minutes nous restâmes ainsi, son souffle irrégulier brûlant ma peau.  Je dégageai ses beaux cheveux roux qui dissimilés son visage, sa respiration s'était un peu calmé et moi aussi me décontractai un peu.

« Respire lentement, comme moi d'accord ? », lui dis-je en prenant une forte mais lente inspiration puis expirai doucement.

Je répétai l'action plusieurs fois afin qu'il soit complètement calme et son rouge tomate laisse place à son joli teint.

« Je suis désolée, murmurai-je plus à moi même qu'à lui, je n'aurai pas dû te surprendre en posant ma main.. »

Les larmes commencèrent à me picorer les joues, sensation fort désagréable. C'est lamentable de pleurer à un moment pareil, mais comme vous le savez, retenir mes émotions, je ne sais pas. Je reculai pour donner un peu d'espace au garçon suffoquant quelques instants plus tôt. Du revers de la manche j'essuyai mon visage mouillé, et laissa échappai un petit rire nerveux, reflétant de ce fait mon embarra. Je posai ma main sur son torse pour voir si les battements étaient à présent régulier, ces dernier s'étaient un peu stabilisés mais pas complètement. J'hésitai à lui parler car je ne savais s'il était apte à formuler une phrase ou même comprendre les miennes, alors je demeurai en silence attendant qu'il se remette peu à peu..

J’aperçus des petits points rouges sur le sol et me rapprochai aussitôt craignant que cela ne soit du sang. En effet, c'était du sang  mais la provenance était inconnue. J'observai le corps du garçon aux yeux vert, à la recherche d'une quelconque blessure. Ma recherche fut infructueuse, Lawrence s'était en effet blessé à la main (étrange, il ne l'avait pas tout à l'heure) mais le sang ne pouvait provenir de là car le pansement appliqué dessus avait empêcher toute fuite. Par réflexe je regardai à présent mon organisme, ne ressentant pourtant aucune douleur et ne sachant pas comment j'aurai pu me faire mal. Ma jambe semblait avoir était victime d'une attaque surprise. Un liquide chaud coulait sur ma peau, pourtant aucune douleur ne me parvenait. Je compris par conséquent que l'étendue de la blessure ne pouvait être grave.

*lorsque que t'as trébuché, t'as emporté un petit souvenir avec toi*

*Oh le vase ! Ciel ! Erin va me tuer!*

*nom d'une pipe en terre Ellyn on s'en fout du vase, par contre ta jambe ça m’embête, comment veux-tu que je courre après hein ?*

N'écoutant pas les protestations d'Attila, je me mis à  rassembler les bouts de verres avec mes mains : mauvaise idée. Des petites coupures se formèrent et je me résignai à tout ramasser. Je ne portai guère attention au petites entailles superficielles et me concentrai plutôt sur ma plaie à la jambe. J'aurais pu aller à la salle de bain, retirer mon collant, désinfecter la blessure et mettre en pansement mais non. J'ignorai ainsi ma blessure dont aucune douleur ne voulait faire acte de présence et revint auprès de Lawrence pour voir s'il allait mieux. Parfois il faut savoir quelles sont les vraies priorités.

*mais va te soigner enfin, tu vois bien qu'il est en forme l'autre rouquin !*

*Arrête de l'appeler « l'autre » ce n'est pas poli, et puis je me contrefiche de tes conseils. Il ne va pas bien donc je reste à côté, c'est ma faute s'il a subis cela,  je me dois de tout faire pour qu'il se sente mieux.*

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Ellyn trébuche et fait ami-ami avec le sol en #3333ff
Atalante vous traite d'alburostre en #999900
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Sam 18 Fév - 5:32
À mon grand soulagement, Ellyn n’avait pas attendu de me voir m’étouffer. Elle avait admirablement pris en main la situation, un peu trop en fait. Me voyant m’attaquer à mes vêtements elle avait entrepris de me débarrasser du tout alors que les boutons du haut auraient suffi. J’aurais été timide normalement, mais ce n’étais pas tellement le moment de penser à ce genre de chose et la laissai faire alors qu’elle tentait de me rassurer sans que je n’entende quoi que ce soit. Mon regard fixé dans le vide ne percevant que ses lèvres remuer alors que l’environnement devenait flou. J’étais aller poser ma tête contre elle, quémandant ma médication. Mes paupières se fermant graduellement, Ellyn avait paniqué et avait décidé de me gifler. C’était sincèrement la première fois de ma vie qu’une fille me giflait. Fallait dire que j’avais toujours été assez respectueux et un petit sentiment d’injustice m’envahit bien que je comprenne qu’elle avait simplement chercher à me maintenir conscient un peu plus longtemps…ce qui réussit au bout du compte, mais pour combien de temps? Plus ou moins concentrer sur ce qu’Ellyn faisait, je me laissai aider, comprenant qu’elle allait se diriger vers mon sac. Elle avait compris. J’étais soulagé malgré que ça ne paraisse pas. À peine une minute plus tard je me retrouvais avec l’inhalateur entre les lèvres et inspirai un bon coup alors que la jeune fille me soutenait. Épuisé par l’effort, je sentais à peine la main de cette dernière se promener dans mon dos.

« Respire lentement, comme moi d'accord ? »

Écoutant le rythme de sa respiration, je tentais de calquer la mienne sur la sienne.

« Je suis désolée. Je n'aurai pas dû te surprendre en posant ma main… »

Je relevai lentement les yeux vers son visage sans bouger la tête pour apercevoir des larmes sur son visage. Mon cœur se serra. Je lui avais fait peur. Elle s’était à présent écarté et moi je tentais de me maintenir droit pour laisser l’air circulé, ma main appuyer sur le lit pour me tenir, celle d’Ellyn sur mon torse nu et chétif. Je restai un moment silencieux, sachant que parler comme respirer m’était douloureux, mais au final je me sentais obliger de la rassurer. Ce n’était pas sa faute. Elle ne pouvait pas savoir. Elle avait même dû être inquiète pour sa sœur.

« Pas grave…Tu as bien fait. »

J’inspirai difficilement, puis expirai en un sifflement. Cela prenait toujours un peu de temps avant que le tout fasse effet pleinement et encore je savais qu’il me faudrait éventuellement faire un tour à l’infirmerie juste au cas.

« Pas ta faute…Gé…Généralement anxieux…asthmatique aussi…beaucoup. »

J’allai glisser ma main sur la sienne sans trop réfléchir, espérant la rassurer, mais elle quittait déjà. Son attention attirée par autre chose, un vase brisé apparemment, elle était allée le ramasser à main nue. Je ne m’étais même pas rendu compte du dégât un peu plus tôt, mais la couleur rouge que je percevais sur sa jambe ne me disait rien de bon.

« Tout va bien?... Fait attention. Tes mains. Gants latex…dans mon sac…»

J’avais toujours une ou deux pairs de gant et je ne voulais pas qu’elle se blesse, mais elle revenait déjà vers moi. Je sentais mon équilibre précaire comme si j’aurais préféré dormir et que c’était insoutenable. Les maux de têtes étaient toujours aussi vifs et je savais que l’abus de mes pouvoirs y était pour quelque chose.

En rétrospective, la journée avait été pénible. En plus d’avoir utilisé mes pouvoirs pour une des rares fois depuis longtemps, j’en avais abusé. J’avais également l’impression de m’être fait avoir par ma propre personne dans cette histoire, croyant que Nyx aurait refuser de laisser dormir Erin s’il n’y avait pas quelque chose pour elle au bout du compte. Ce qui s’avérait être faux. Apparemment c’était bien indépendant de sa volonté et le fait de possiblement voir Hypnos ne serait qu’un bonus. Pour moi, ça impliquait plusieurs nuits d’épuisement et de risques de crises de paniques comme celle-ci. J’ignorais si c’était une bonne chose pour moi. Confronter mes peurs et tout ça… Ou alors, est-ce que j’allais finir aussi brisé qu’Auen au bout du compte. Non…Lui c’était naturel, il était comme ça avant Immortalia, moi je suis saint d’esprit. La pensée était rassurante, mais cacher mes inquiétudes à Hypnos sur le sujet devenait difficile. À mon avis, il ne m’en parlait tout simplement pas parce qu’il craignait la même chose.

« Ne pense pas à tout ça maintenant et reposes-toi. »

« Je dois retourner à ma chambre. »

« Je ne crois pas que ce soit une option sans aide. Laisse-toi aider, tu es épuisé tu as mal et tu marcherais aussi droit qu’à Pâques. Tu veux aider Erin et Ellyn, mais je penses que tu dois aussi penser à toi et je crois que la volonté d’aider est réciproque pour une fois. Fait leur confiance, tu n’es pas un boulet.»

Évidemment, j’ignorais tout ce que Nyx avait dit à son fils en allant chercher Erin dans la petite rivière. Il avait une bien meilleure idée que moi de la réelle situation, mais comme il l’avait promis à sa mère avec un sourire, il n’interviendrait pas. De toute façon, tant qu’il voyait Nyx, cela le satisfaisait. Il n’attendait rien de moi et avait peu confiance en l’affection potentiel que je pourrais jamais porter à une jeune fille, l’expérience lui laissant comprendre que j’étais un peu innocent sur le sujet.

Après un moment de réflexion et pendant l’attente d’une réponse rassurante d’Ellyn sur le petit accident, je fini par me retourner en direction d’Erin, que je réalisais à présent avoir réveillé.

« Euh…désolé. Tu…euh…tu sens bien aussi? Je n’ai pas demandé…je…voulais que tu dormes bien. C’est un échec. Je pense que…je vais vous laisser…vous reposer. »

Graduellement, alors que mon état s’améliorait, la sensation de l’air sur ma sueur me faisait grelotter et la réalisation d’être à demi vêtue me mis mal à l’aise. Je portai mes bras autour de mon corps pour me réchauffer et me couvrir, cherchant où ma chemise, protectrice de ma pudeur, était passée. L’apercevant au sol j’arrivai pour me lever, mais me rassis aussi rapidement. Sentant les alentours tournés, j'allai même jusqu'à m'étendre un moment sur le bord du lit, les pieds toujours pendant à l'extérieur de celui-ci.

« Ce ne sera pas long…juste… », tentais-je de justifier le temps que je tardais à quitter.

Toutefois à peine ma tête touchais le matelas que je sentis mes paupières devenirs lourdes. Ce que je n'aurais pas donner pour une bonne sieste à l'instant. La douceur et le confort du matelas n'aidait en rien, mais je luttais contre le sommeil. Pas question que je m'endorme ici!



◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1804
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Dim 5 Mar - 0:55
Je me réveillai en sursaut dans situation des plus étrange, Lawrence torse-nu appuyer contre ma sœur qui ne cessait de lui marmonner des phrases réconfortantes. La respiration sifflante de Lawrence et la vantoline dans sa main me mirent au courant de la situation actuelle. Le rouquin faisait une crise d'asthme et ma jumelle le calmait, je n'avais rien à redire. Je baissai les yeux vers la chambre et admira le désastre créé par une Ellyn paniquée. Je remarquais alors de petites tâches de sang partout sur le sol. La piste me menât directement à la jambe de Ellyn qui tentait à présent de réparer ses bêtises et augmentait son nombre de blessures.

J'émis un claquement de langue et me redressa pour me remettre sur mes pieds. J'admirai à nouveau le vase brisé et mes plantes au sol avant de soupirai. La voix faible de Lawrence me fit me retourner vers lui.

« Euh…désolé. Tu…euh…tu sens bien aussi? Je n'ai pas demandé…je…voulais que tu dormes bien. C'est un échec. Je pense que…je vais vous laisser…vous reposer. »

Je lui fis mon plus beau sourire. Il devrait se préoccuper de lui et de sa santé plutôt que de mes petits problèmes sans importance.

Il referma ses bras sur son corps comme pour se réchauffer ou se cacher, mais sans grand succès. Je ne pus m'empêcher de jeter un coup d'œil à son torse dénudé. Il n'était pas musclé et paraissait frêle presque fragile, comme de la porcelaine. Il ressemblait à une poupée. Ses traits fins, son teint pâle et surtout sa peau sans défaut n'aidaient pas.

Sans défaut ? Presque. Il portait sur son ventre une large cicatrice blanche. Son regard s'agrandit quelque peu étonnée par cette ancienne blessure.

Comment cela avait pu lui arriver ? Je devrais lui poser la question quand il ira mieux.

Mes yeux ne quitter plus la ligne blanche jusqu'à ce qu'il tente de se lever pour atteindre sa chemise, mais son état ne lui permit pas et il se laissa choir sur mon lit. Je me rapprochai de lui perdant mon sourire pour un air inquiet.

« Ce ne sera pas long…juste… »

Je voyais bien que ses yeux avaient du mal à rester et qu'il avait grand besoin de sommeil, sûrement plus que moi. Je m'accroupis près de lui et attrapa ses jambes pour les mettre sur le lit et l'installer plus confortablement, puis je tirai les draps et les rabattus sur lui.

« Ça va t'inquiètes pas, tu peux rester ici. Repose-toi et ne part d'ici que quand tu seras entièrement remis. »

Je lui fis un sourire rassurent et me tourna vers ma sœur toujours un peu paniqué.

« Bon maintenant à ton tour ! Va dans la salle de bain, enlève-moi ce collant et nettoie tout ce sang. Je m'occupe des bouts de verre puis j'arrive avec la trousse de soin. »

Je regardai ma sœur s'enfermer dans l'autre pièce. Je soupirai, les mains sur les hanches puis secoua la tête et alla chercher le ballet en marchant sur la pointe des pieds pour éviter les fragments du vase.

Je balayai rapidement la pièce tout en jetant des regards inquiets à la souhaite sous ma couette. S'il était dans cet état c'était ma faute. Je me sentais affreusement coupable pour ce qu'il s'était passé et pour la façon dont je m'étais comporté. Je fis un petit tas de débris et me tourna vers Lawrence dont les yeux se fermaient peu à peu. Je m'approchai doucement et m'assit parterre juste à côté du lit pour être face à lui.

« Je suis vraiment désolée… tout est ma faute… je … je ne veux plus que tu refasses ça pour moi. Je ne veux plus te voir dans cet état… »

Je relevai les yeux vers les fleurs posées sur le rebord de ma fenêtre, ces belles de nuit blanche qu'il m'avait offerte. Je souris et tout en gardant les yeux rivé sur les pétales immaculées.

« Au fait merci pour les fleurs. Elles sont magnifiques. J'en prendrais grand soin… et surtout merci de leur avoir donné une autre signification. »

Je l'embrassai sur le front avec une tendresse maternelle que je ne me connaissais pas et me leva avec un sourire pour déposer sur la table de nuit un paquet de lingette désinfectante.

« Je le prendrai pas mal cette fois. »

Je lui lançai un clin d'œil et me détournai pour le laisser se reposer et rejoignis ma sœur dans la salle de bain. Je me lavai rapidement les mains et attrapa la trousse de secours après mettre attaché les cheveux. J'attrapai le poignet de Ellyn et l'entraîna sur son lit pour avoir plus de lumière et tenir l'autre malade à l'œil.

« T'es pas doué… faudra vraiment que tu m'expliques comment t'as fait. »

J'observais attentivement la blessure qui saignait encore tachant mes doigts. Je fouillai quelques instants dans la trousse pour en sortir de l'alcool et du coton.

« Attention ça va piquer. »

Je nettoyai consciencieusement la plaie sans me préoccuper du reste. Elle était profonde. Peut être devrai-je l'amenait voir le docteur Wright ? Non, pas besoin. Elle n'a pas besoin de points de sutures ou de soin magique. Je devrais pouvoir gérer ça.

Je plaquais le coton sur la coupure jusqu'à ce que le saignement diminue assez et me permette de faire un pansement propre grâce à de la gaze et du sparadrap. Quand j'eus fini mon travail, je relevai la tête vers ma sœur et lui souris en lui caressant les cheveux.

« La prochaine fois que tu casses un vase évite de te rouler dedans. C'est plus prudent. »

Je me relevai et rangea rapidement la trousse de soin, profitant d'un passage par la salle de bain pour nettoyer le sang sur mes mains et récupérer une éponge pour enlever les tâches rouges sur notre sol. Je reviens dans la chambre et m'agenouillai, comme une petite Cendrillon, pour finir de réparer la catastrophe de ma jumelle.
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Dim 2 Avr - 23:58
Son regard se perdit dans les méandres et lorsqu’il refit surface, il était en attente de quelque chose. La dit chose ne me semblait pas évidente toute suite mais je finis par comprendre qu’il se demandait comment j’allais. Je levai les mains en l’air tout en souriant, rectification, ma bouche devait plutôt former une horrible grimace, enfin passons outre cela.

« Ce n’est rien, les coupures sont très superficielles. », dis-je, tout en remarquant un éclat de bout de verre à l’intersection de mon pouce et de mon index.

Je baissai alors mes bras et tentai en vain de retirer ce maudit morceau de verre. Lorsque je relevai les yeux vers Lawrence, ce dernier était tourné à présent vers Erin et la questionna sur son état. Erin ! Sa présence m’avait, durant un trop long moment, échappé. Vous pouvez le dire, je suis une sœur indigne... Mon attention se redirigea vers le garçon qui se mit à gesticuler, et je compris rapidement pourquoi. Dans ma panique j’avais peut être un peu exagéré en lui retirant entièrement sa chemise, mais que voulez-vous, je suis comme ça. Le garçon aux yeux vert se leva puis comme pris d’un étourdissement fit machine arrière. Enfin, il se résolut à s’allonger sur le lit, trop étroit pour le contenir de tout son long.

« Ce ne sera pas long…juste… », commença-t-il mais sa phrase resta en suspens, inachevée.

Je pensais qu’il allait s’endormir, dans la minute qui suivait, mais non. Pour une raison qui m’échappait il résistait, heureusement Erin passa à l’action. Et oui, ma jumelle prit les devants en rabattant les draps sur son torse dénudé. C’est à ce moment là qu’un détail que je n’avais point remarqué avant me frappa, cependant j’en fit abstinence car l’heure n’était pas aux questions. Erin le rassura en lui disant qu’il pouvait dormir ici, ensuite elle se tourna vers moi.

« Bon maintenant à ton tour ! Va dans la salle de bain, enlève-moi ce collant et nettoie tout ce sang. Je m'occupe des bouts de verre puis j'arrive avec la trousse de soin. »

Je dodelinai de la tête et m’exécutai sans un mot. Je trainai des pieds jusqu’à la salle de bain, une fois ma destination atteinte, je m’assis sur le trône. Je retirai le plus délicatement possible mon collant puis pris un gant de toilette sous le lavabo. Je frottai énergétiquement ma jambe pour retirer le sang, la coupure était grande mais paraissait peu profonde, les points de sutures n’étaient ainsi pas nécessaires. Les pas d’Erin me parvinrent et je fis mine d’être très occupée à contempler ma blessure pour ne pas croiser son regard. Regard qui voudrait dire « ta maladresse me désespère, que ferais tu sans moi ? », rien que d’y penser cela m’exaspérer. Certes je suis assez gauche mais je me débrouille très bien toute seule, à ma façon. Elle m’attira à l’extérieur de la salle de bain, jusqu’au lit en me prenant la main, enfonçant de ce fait le bout de verre encore plus.

« T'es pas doué… faudra vraiment que tu m'expliques comment t'as fait. »

« Oh rien, simplement mon côté masochiste qui a voulu refaire surface », fis-je en prenant l’air le plus sérieux du monde.

Munit d’un coton et d’alcool ma jumelle s’approcha dangereusement de ma blessure et telle une enfant j’eus un léger mouvement de recul.

« Attention ça va piquer. »

« Merci de me prévenir, c’est très aimable à toi », lui dis-je sèchement.

La douleur ne tarda pas à se faire sentir, sous la forme de petits picotements désagréables. Vous savez que même les désinfectants qui sont garantis « sans douleurs », pique malgré tout ? True story. Enfin pour en revenir à mon supplice, ma coupure était à présent pansée comme il faut. Le visage d’Erin se fendit en un sourire, que je lui rendis en signe de gratitude.

« La prochaine fois que tu casses un vase évite de te rouler dedans. C'est plus prudent. »

« Je ne promets rien, mes pulsions sont dures à calmer tu sais », plaisantai-je.

Je me mis alors à penser aux étranges pulsions que pouvait avoir les gens. Ces pulsions qui pouvaient pousser à tuer sans raisons valables. Étions nous tous susceptibles de posséder ce genre pulsions ? Cela dépendait-il de notre force ou volonté de ne pas y céder ?  

*une pince à épiler*

Atalante mit fin brusquement à mes réflexions, sans que je ne comprenne vraiment pourquoi. Enfin pourquoi me parler de pince à épiler dans un moment pareil.

*Tu m’expliques ?*

*pas fute-fute hein ? t’as un morceau d’verre enfoncé dans ta chair je te rappelle, le meilleur moyen pour l’enlever c’est la pince à épiler*

*Oh très juste, cela m’avait échappé ! Merci pour ce rappel.*

Ainsi pendant que ma sœur s’affairait à nettoyer mes dégâts, je retournai une seconde fois dans la salle de bain à la recherche d’une pince à épiler. La recherche fut fructueuse après n’avoir ouvert qu’un seul tiroir je tombai dessus, littéralement. De façon général tout ce que je fais est au sens littéral du terme, ce qui est, pour la plupart du temps, assez contraignant je vous l’accorde. Donc, après m’être prise le pied dans le tapis de bain et foncée la tête la première dans le tiroir, j’en ressortie victorieuse, munie de la dite pince. Postérieurement à de nombreux grognements je réussis finalement à retirer ce maudit bout de verre. Je m’empressai une fois l’instrument de torture rangé, d’aider ma jumelle à nettoyer.

« J’ai une question, non rectification j’ai pleins de questions et j’aimerai que tu me répondes clairement et avec la plus grande sincérité. »

J’inspirai tout en essayant de formuler dans ma tête de façon compréhensible ce que j’allais lui quémander.

« Toi et Lawrence avait vous un lien particulier ? Étiez-vous dans une sorte de semi-coma ? Cela a un rapport avec sa divinité, voire ta divinité ? Oh et sais-tu pourquoi le fait que je touche le garçon as eu un effet néfaste ?

J’attendis patiemment la réponse d’Erin et une fois ceci fait, tout m’apparut plus clair. Néanmoins nous n’avions pas entièrement résolu le « cas Lawrence ». Fallait-le le laisser se reposer ici ? Si oui jusqu’à quand ? Aurait-il besoin d’autres soins suite à la violente crise que je lui avais fait subir ? Toujours plein de questions sans réponses qui me parviennent clairement, j’étais terriblement frustrée de ne pas avoir la capacité de réagir convenablement et sans piquer une demi crise de panique. On n’est pas tous l’Iron Fist, on n’a pas tous la capacité de concentrer son chi. Me dire cela me réconforta un peu.

*une bonne leçon à tirer de tous ça*

*Ah oui ? Et quelle est-elle ?*

*réfléchir avant d’agir*

Je n’avais nullement besoin de répondre, Atalante devait très certainement sentir mon exaspération se mouvoir dans tout mon être.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Ellyn trébuche et fait ami-ami avec le sol en #3333ff
Atalante vous traite d'alburostre en #999900
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 314
Localisation : Plongée dans un livre, loin de vous
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Sam 8 Avr - 0:26
Malgré mes réticences à rester dormir, mon corps lui, demandait autrement et Hypnos semblait être d’accord avec lui, lui demandant de laisser mon orgueil de côté et de me laisser partir. Il m’assurait tenter de m’éviter les cauchemars qui viendraient avoir et agirais en gardien de mon sommeil. Erin m’acheva quand elle remonta mes jambes pour me placer dans une position plus confortable, me couvrant du même coup et me donnant la permission de rester, voir l’obligation. Les yeux entrouverts, l’écoutant qu’à moitié, je suivais ses mouvements au son plus qu’autre chose. Le son du verre tintant me laissait savoir qu’elle balayait le petit accident de sa sœur. Durant quelques secondes je tombai endormis pour être réveillé par le souffle d’Erin sur mon visage, alors qu’elle était face à moi, à mon niveau en train de s’excuser et de me remercier pour les fleurs. Tentant de rester éveiller pour lui répondre, ma réponse fut plutôt décousue, mais j’espérais qu’elle en saisirait l’essentiel, même si l’essentiel ne s’était probablement pas échappé de mes lèvres alors que je marmonnais.

« Non…pas toi…paniqué…fait plaisir. »

Un semblant de sourire, plus proche de la grimace parut brièvement, avant que celui-ci ne s’affaisse en même temps que je quittais pour le monde des rêve la bouche entrouverte par réflexe avec de mieux respirer, toussotant sèchement par moment. Je ne senti pas le baisé sur mon front, mais j’en connaissait un qui en était satisfait et m’en averti immédiatement dès mon arrivé dans son «domaine» en me narguant.

Ne le croyant pas, je lui avais plutôt dit d’arrêter, mais à la longue il finit par me convaincre. Je mis cela sur la faute de l’inquiétude comme il s’agissait d’un geste très maternel… CE À QUOI HYPNOS NE COMPRENDRAIT JAMAIS LA DIFFÉRENCE! Il avait alors répliqué que ce serait le cas s’il s’était s’agit de ma mère, que je n’avais plus, et ce n’était donc pas le cas. Malgré tout, ce fut son dernier argument, comme la discussion ne pouvait qu’empirer et mon dernier commentaire avait été suffisant pour lui fermer le clapet par la suite. Il me jeta un regard noir et sorti la langue pour me narguer pour avoir viser aussi bas. Je le lui rendis pour la même raison.

D’un commun accord non-dit, nous adopterions une attitude moins hostile l’un envers l’autre, profitant seulement du moment pour réellement se reposer, sans aucune manipulation de ma part, et très peu de sa part, ne m’éveillant que par la faute de respirations incomplète ou de mes propres ronflements dû à ces dernières, me désespérant moi-même et me rendormant aussitôt dans la noirceur de la chambre. Je emmitouflai éventuellement dans les couvertures chaudes et douillettes en me promettant d'aller à l'infirmerie à mon réveil, dès que j'en aurait l'énergie.

HRP:
 

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►


Lawrence vous assaille de questions en 000066
Hypnos vous fait rêver en 00cc99
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1804
Localisation : Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood) Dim 30 Avr - 14:01
Lawrence me remercia d'une voix faible par quelques mots décousu. J'eus un petit sourire qui illumina mon visage fatigué. Mes cernes toujours aussi sombres montraient que, malgré le somme que m'avait offert le rouquin, je manquais encore de sommeil. Je m'assis par terre et m'adossa au lit laissant tomber ma tête en arrière sur le matelas moelleux.

« Ellyn désolée pour tout à l'heure. Je n'aurais pas dû réagir comme ça. »

Je relevai la tête pour lui faire un petit sourire avant d'aller chercher un pyjama décent. Lawrence avait l'air décidé à passer la nuit ici , pas que ça me dérange, mais on allait éviter de se balader vêtu d'un simple débardeur et d'une culotte. Je partis dans la salle de bain pour prendre une douche rapide. Je ressortis quelque minute plus tard vêtus d'une chemise et un short assortie. Je balayais notre chambre du regard pour m'apercevoir que Lawrence et Ellyn dormaient. Où allais-je bien pouvoir dormir ?

« Tu peux aller dans ton lit. Je pense qu'il ne t'en tiendra pas rigueur. »

« Oui mais, il n'aime pas vraiment le contacte humain ... »

« Installe toi à côté du lit si vraiment tu ne veux pas,mais tu dois dormir! »

« Hum t'as raison. »

Je tirai de mon armoire un plaid en polaire et alla m'enrouler dedans avant de m'asseoir contre mon lit. Je regardai avec un petit sourire le pot de Belle de nuit qu'il venait de m'offrir. Finalement, cette journée n'avait pas été si horrible...

je finis par sombrer dans un sommeil profond, la tête appuyer contre mes bras croisés et un air paisible sur le visage.


HRP:
 
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Les cheveux c'est trompeur (feat Lawrence Doogood)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Cheveux doux et brillants
» À fleur de peau [pv la fille aux cheveux roses]
» cheveux
» l'arrivée d'une fille aux cheveux rose...
» Spécial cheveux frisés...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Pensionnat :: ◄ Premier étage :: ► La bibliothèque-
Sauter vers: