AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


L'enfer sur Terre [PV Alum & Asulf]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Annexes :: ◄ Dortoirs des garçons :: ► Sanitaires
MessageSujet: L'enfer sur Terre [PV Alum & Asulf] Mar 14 Fév - 10:06
Au cœur de la nuit, alors que même les plus sombres desseins qui habitaient Alum semblaient se reposer au profit de rêves naïvement empailletés, un grognement sourd et animal le tira de son sommeil profond. Le seconde marmonna en retour et s'ensuivit une conversation de grommellements inintelligibles jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'ils provenaient de son camarade de chambre, Asulf. Cet étudiant, bien plus âgé que lui et dont le caractère et physique étaient aux antipodes de celui de notre glabre brun, avait toujours particulièrement impressionné Alum, qui n'osait guère le déranger. Pour le reste, il s'agissait d'un colocataire qui semblait plutôt sympathique à Alum, bien qu'ils n'aient tristement jamais appris à faire ample connaissance. Néanmoins, notre Asgardien adopté se pressait le visage contre son oreiller pour s'empêcher de déranger Asulf outre mesure, voire pire : le réveiller. Il ne l'avait jamais vu énervé et ne comptait pas vraiment s'attirer des ennuis - dans les clichés des hommes barbus, ils possédaient toujours un genre de classe qui laissait sous-entendre une brutalité ou une violence prêtes à exploser. Bien entendu, ils se sont toujours révélés faux, sauf dans un seul cas : celui du directeur - sauf pour la classe, entendons-nous. Néanmoins, les stéréotypes ayant la vie dure, surtout chez un garçon de 15 ans, il se tut et tenta de se rendormir.

Quelques minutes plus tard, Alum entendit Asulf se lever et put sentir la sueur froide couler le long de son dos et se former à la base de ses cheveux, sur son front - qu'allait-il faire hors de son lit, à cette heure-ci ? Alum ouvrit grand les yeux pour essayer de distinguer sa silhouette. La faible lueur de la sortie de secours, qui se réverbérait sous la porte de la chambre, lui montra une forme sombre s'éloignant vaguement du lit, mais le sommeil emporta l'enfant avant qu'il ne puisse continuer son enquête nocturne.

Après ce qui a semblé être une éternité à Alum, il se réveilla, la vessie pleine. Souhaitant faire ce que toute personne ferait pour la vider, il sortit de son lit et se dirigea, à tâtons pour ne pas déranger Asulf, vers les toilettes. Après s'être cogné le pied au bord de son armoire puis avoir glissé sur une de ses chaussettes mal rangées, il s'habilla rapidement d'un pantalon de jogging et d'un sweat et arriva aux toilettes - par malchance, l'un des deux cabinets - dans un éclair de lucidité, Alum a jugé bon de ne pas risquer d'utiliser les urinoirs et de viser à côté, étant donné que ses yeux étaient à peine ouverts - était hors service et l'autre, fermé à clé. Après quelques minutes d'attente silencieuse, penant tout son courage quasi-inexistant à deux mains après avoir écarté la solution d'uriner par la fenêtre de sa chambre, Alum inspira et frappa doucement. S'ensuivit un râle monstrueux tout droit venu d'un cauchemar taille réelle.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►



Venez participer au blind-test organisé par le groupe de musique !
Alum : #006699
Loki : #669999
Avatar par Redhayu ♥️
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1683
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'enfer sur Terre [PV Alum & Asulf] Mer 8 Mar - 18:09

L’enfer sur Terre

with Alum S. Cleary





Harry "Asulf" O'Sullivan | Alum S. Cleary








-----------------------------------------------




- Sandy… non reviens Sandy, je ne voulais pas que ça finisse ainsi...

C'est dans les instants les plus sombres que notre vraie nature se développe à son paroxysme et se mue parfois en amas de ténèbres. J'en suis déjà constitué, alors comment faire pire ?!

Je vois le visage courroucé de ma grand-mère, son rictus lorsqu'elle me gifle et me rejette, refusant jusqu'à ma présence à ses côtés. Mais plus que tout acte de violence physique, ce sont les paroles qui causent le plus de dégâts.

- Pars ! Pars, toi qui me fait honte à te comporter ainsi, tu reviendras lorsque tu auras montré que ton coeur est bon. Tu n'as pas été élevé ainsi, alors pars ! me crie le souvenir de ma grand mère.

C'est les yeux remplis de larmes que je m'en suis allé ce jour-là. J'étais déjà tiraillé par la honte et la lâcheté, mais je n'avais pas su comment réparer mon erreur. Comment le saurais - je ?! Je ne suis que chaos, les ténèbres ne peuvent rencontrer la lumière. Oui Sandy, j'ai mis longtemps à le comprendre mais tu es cette lumière, le phare qui guide mes pas dans le noir.

- Sandy, reviens vers moi… non, éloigne toi du bord s'il te plaît. Sandy…. Non, Sandy !

La vision du corps de la femme que j'aime s'estompe avant que j'ai l'horreur de la voir heurter le sol. Je hurle ma détresse. Et me réveille en sursaut.

Quelle misérable vue que celle d'un barbu paniqué, échevelé et en sueur, assis sur son lit. Mon souffle est lourd tant je peine à me calmer, tiraillé par mon cauchemar. Je baisse mon visage vers ce qui n'est autre que mes mains et malgré la nuit qui règne, je sens qu'elles tremblent comme jamais auparavant.

- Sandy… pardonne moi je t'en supplie… je ne voulais pas te causer tant de mal... fût grogné à voix basse.

Je me saisis de mon jean posé sur la chaise jouxtant le lit, et l'enfile. Je me lève tel un spectre, me dirige vers la porte non sans heurter un meuble et manque de m'étaler en glissant sur l’une des fichue chaussette mal rangées du gringalet qui me sert de colocataire. Une fois dehors, je me dirige à la lueur des signalisations de sortie de secours semées dans le couloir et ce, jusqu'aux WC, pour finalement m'enfermer dans la seule cabine fonctionnelle. C'est assis sur le siège de la cuvette que je me morfond, pensant ne jamais être dérangé à une telle heure de la nuit.

- Sandy pardonne moi… j'aimerais tant me racheter, ramener à la vie ton si beau sourire… cela fait des mois que cela me torture, que je ne trouve pas le courage de t’affronter.

Je n'ai pas pu te regarder dans les yeux depuis ce soir là, avec Aislinn. La vision de tes yeux imbibés de larmes me heurte en plein coeur, je n'osais plus rentrer le week-end, et lorsque je l'ai fait, j'ai dû faire face à la fureur, la tristesse et la honte de ma chère Ella. Je resterai ainsi exilé si je pouvais me racheter, faire cesser la douleur en ton coeur.

Je demeure un temps inexplicable ainsi enfermé à ressasser, seul dans ma détresse. Un élément perturbateur va finalement mettre fin à mon état léthargique : la lumière vient de s'allumer dans les sanitaires, preuve que quelqu'un est présent. Quelques secondes plus tard, le misérable opportun se risque à toquer à la porte de ma cabine, m'arrachant un râle d'agonie plutôt sinistre.

On ne peut jamais être tranquille !


Tu aurais dû aller dans l'autre cabine.


Elle était fermée. Je refuse de voir qui c'est, dans mon état actuel j'aurais juste envie de lui fendre le crâne.


Je me lève silencieusement et me met debout sur la cuvette puis escalade le panneau séparant les deux cabines. Je suis hors de la vue de cet horrible enquiquineur, mais un coup d'oeil vers la porte me rappelle qu'elle est verrouillée de l'intérieur. Je me tortille donc tant bien que mal pour briser le loquet d'un coup de pied au terme d'une joute acrobatique des plus ridicules, lâchant des grognements des plus sommaires. Avant que la porte ne s'ouvre, je prend appui sur le panneau situé à l'opposé et me propulse dans la cabine inoccupée, faisant trembler toute la structure, tandis que la porte s'ouvre. Manque de pot, une fois de l'autre côté ma main glisse, je chute donc lourdement en emportant au passage la faïence  qui se brise sous l'impact. L'arrivée d'eau est libérée, je me retrouve avec un jet en pleine figure ce qui n'a rien d'agréable. Je tente de me remettre debout et glisse lamentablement par terre. Le sol commence à être inondé, cela se propage dans toute la pièce. Après maints efforts me voilà debout, accroché au verrou de la porte que je plie après plusieurs coups violents dans la porte. Je me précipite hors des toilettes le visage trempé, cheveux et barbe qui sont l'hymne même du chaos à l'instant présent. Quelques enjambées et me voilà assis à même mon lit, une serviette sur le visage et dos à la porte, dans la pénombre.

- Si j'attrape le nigaud qui a osé me déranger, je le démembre !



HRP:
 


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

~~~ ___ ___ ___ ~~~

Prédiction:
 


Eithne n'est autre que la Reine,
 Tous dieux celtes l'honorent.
 Ils reconnaissent leur souveraine
 Belle et douce comme l'aurore.


Fiche du barbu
La plus belle femme d'Irlande s'exprime en #669933, tandis que le fromager préfère le #990000 pour sa part.

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Celtics
Celtics
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1450
Localisation : Au Valhalla
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'enfer sur Terre [PV Alum & Asulf] Dim 18 Juin - 19:06
L'enfer sur Terre
entre colocataires

La porte des cabinets s’ouvrit d’elle-même, comme si le dieu des latrines avait entendu son appel et y avait répondu favorablement, ému par la ferveur qu’aurait un jeune garçon à l’honorer d’offrandes en pleine nuit, et fut bientôt suivie d’une série de bruits tous plus alarmants les uns que les autres. Figé, Alum était partagé entre jeter un coup d’œil pour voir ce qui avait explosé dans l’autre cabinet et se préoccuper de lui-même. L’appel de la nature n’attendant pas, Alum se précipita finalement à l’intérieur de la cabine nouvellement libérée et se soulagea non sans un soupir de contentement. De l’eau – du moins l’espérait-il – ne tarda pas à couler sous ses pieds. Le jeune asgardien eut un mouvement de recul qui le fit s’asperger le pantalon avec ce qui n’était pas de l’eau. Laissant échapper un gémissement de dégoût, il entrouvrit la porte une fois son affaire terminée afin de vérifier qu’un troll ne l’attendait pas – il n’aurait pas de baguette magique à lui fourrer dans le nez. La voie étant a priori libre, Alum se lava consciencieusement les mains aux lavabos et jeta un œil à la cabine adjacente à celle d’où il venait : on aurait dit qu’un éléphant avait essayé de s’asseoir là et était reparti aussitôt après tout détruit. En pleine nuit, qui plus est. Alum n’essaya pas de démarrer son cerveau aussi tard et retourna dans sa chambre, se promettant d'enquêter sur cette affaire le lendemain.

Alors qu’il allait franchir l’embrasure de la porte du dortoir qu’il partageait avec Asulf, il entendit à travers le mince cadre de bois son colocataire grogner et proférer des menaces de démembrement à l’encontre d’un nigaud qui l’aurait dérangé. Alum retourna toutes les possibilités dans sa tête. Où était-il, tout ce temps ? Qui était le nigaud debout à une heure pareille ? Quelqu’un avait pénétré dans leur chambre pour malmener son colocataire ?

Pris d’inquiétude, Alum poussa la porte, mais elle était bloquée. Oh-oh. Après quelques coups d’épaule, elle s’ouvrit d’un grand coup sous son poids et le pauvre jeune homme s’étala de tout son long sur le sol dans un bruit étouffé et un cri d’une virilité incontestable.

- Asulf ! Tu es là ? demanda-t-il, bêtement, après s’être relevé et avoir repéré l’étudiant. Il considéra un instant son pantalon, taché d’urine, et préféra l’enlever pour ne pas incommoder son colocataire, se présentant à lui en caleçon. Il remarqua ensuite qu’Asulf, tenant une serviette, était trempé des pieds à la tête. Ne percutant pas qu'il se tenait en face du fameux troll de tout à l'heure, Alum s’étonna :

- Que t’est-il arrivé ? Je suis désolé, j’étais aux toilettes. D’ailleurs, je ne sais pas ce qui s’est passé, mais je te conseille d’aller voir ailleurs si tu as besoin ! Il y a eu un problème dans la chambre ?, s’enquit-il d’un fond pourtant si bon.

- Idiot, marmonna Loki, plus perspicace que son hôte et qui avait hâte de découvrir à quelle sauce Asulf allait manger Alum.
Made by Neon Demon

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►



Venez participer au blind-test organisé par le groupe de musique !
Alum : #006699
Loki : #669999
Avatar par Redhayu ♥️
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Eternel Asgard
Eternel Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1683
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: L'enfer sur Terre [PV Alum & Asulf] Ven 21 Juil - 16:55

L’enfer sur Terre

with Alum S. Cleary






Harry "Asulf" O'Sullivan | Alum S. Cleary


" style="border: deepskyblue 4px solid;" />




-----------------------------------------------





Boum ! Tel est l’onomatopé correspondant au bruit de petits coups étouffés dans la porte de la chambre. Que signifie ce vacarme ? Le corps frêle d’Alum m'apporte la réponse lorsque la porte s'ouvre enfin, le laissant s'écraser comme un tas de chiffon au sol. J'aurais fermé la serrure en revenant ? Que c'est dommage...

- Asulf ! Tu es là ?

L'envie de lui répondre “non” est si forte que mon visage porte les marques d'un rictus cinglant, cependant à en juger l'état de son pantalon il a déjà assez subi. J'aurais bien aimé ne pas remarquer son “accident”... De toute façon, malgré mon état orageux je ne souhaite pas entrer en guerre, je ne veux pas le voir pleurnicher ce soir.

Tu pourrais avoir pitié quand même… le pauvre enfant.

Ce n'est pas un enfant, juste un colocataire trop invasif et… Oh bo**el !

Sous mes yeux, Alum vient de retirer son pantalon. Face à moi, sans que quoi que ce soit justifie une si étrange action. Enfin si, la fuite, cependant il aurait pu m’épargner ça ! Je détourne la tête rapidement et fixe le mur en espérant y voir accroché ma hache adorée.

Ne rien faire de répréhensible, ne pas risquer la prison. Je suis calme, je suis serein. Ou ce foie.

Face à un tel trait d'humour… je préfère ne rien dire de plus.

Je prend une longue inspiration.

- Que t’es-t-il arrivé ? Je suis désolé, j'étais aux toilettes. D'ailleurs je ne sais pas ce qui s'est passé, mais je te conseille d'aller voir ailleurs si tu as besoin ! Il y a eu un problème dans la chambre ?

Malgré son ton amical, je ne peux m'empêcher de sombrer dans une profonde colère en apprenant que je suis donc face à l'imbécile qui a osé déranger mes sombres pensées. Grave erreur.

- Le problème se tient en face de moi. Tu es mon problème, je ne t'aime pas et tu m'énerve, tu as osé me déranger alors que je m'étais isolé pour combattre mes démons...

Je me lève et jette violemment la serviette sur le lit avant de m'avancer lentement vers mon colocataire. Je ne le vois même plus, la colère a pris le dessus sur la raison. Quelqu’un doit prendre, servir de réceptacle à toute la douleur que j'ai intériorisé depuis toutes ces années. N'existe plus le petit bonhomme innocent, mes yeux voient un démon, le reflet de ma psychose.

- Ça ne va pas être beau à voir, dis-je avant de me planter devant un Alum blanc comme un linge.

Quitte à terroriser, montre toute l’étendue de tes pouvoirs, apprend donc à te faire respecter au nom des celtes.

Agissant sans réfléchir et mué d'une indicible colère, je laisse exploser toute ma puissance, englobant mon corps dans un halo troublant la perception qu'il en aura. Un rictus de méchanceté gratuite m'échappe alors que je l'entrave du maléfice qui est le mien :

- Malédiction du vers qui fût mienne
Demeurera ton fardeau désormais,
Souffre ici et maintenant, laquais !
Alors que surgit le regard de Sandy je ne puis rester haine.

Emprunt d'un sentiment de violence que je ne me reconnais pas, je lève le poing et m'apprête à le projeter au visage de mon oppresseur quand un mot -ou plutôt nom- surgit dans mon esprit et donne un grand coup de gong.

- Sandy… mais qui suis-je ?!

Mon bras descend légèrement avant de tomber le long de mon torse, flasque. Je suis vidé de toute substance et ne puis continuer à soutenir ainsi le regard apeuré du frêle garçon, aussi mes yeux se ferment. Mais que m'arrive-t-il ?! Une larme commence à perler au coin de l'oeil.

- Mais qu’ai-je fait ?!

Les poings serrés non pas à l'encontre de mon colocataire mais face à ma propre folie passagère, j'hurle d'un coup et instinctivement en français :

- Puisses-tu me pardonner Sandy !


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

~~~ ___ ___ ___ ~~~

Prédiction:
 


Eithne n'est autre que la Reine,
 Tous dieux celtes l'honorent.
 Ils reconnaissent leur souveraine
 Belle et douce comme l'aurore.


Fiche du barbu
La plus belle femme d'Irlande s'exprime en #669933, tandis que le fromager préfère le #990000 pour sa part.

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Celtics
Celtics
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1450
Localisation : Au Valhalla
Revenir en haut Aller en bas
L'enfer sur Terre [PV Alum & Asulf]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» DESERT DE DALLOL (ETHIOPIE)
» L'enfer sur terre (Pv Johan ) Terminé.
» Je vis l'enfer sur Terre
» L'ENFER EST SUR LA TERRE MAIS LE DIABLE EST EN AFRIQUE DU SUD !
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Annexes :: ◄ Dortoirs des garçons :: ► Sanitaires-
Sauter vers: