AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


La danse des constellation (ft Nolan Wright)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Annexes :: ◄ Le Parc :: ► Le bassin à carpes
MessageSujet: La danse des constellation (ft Nolan Wright) Ven 4 Aoû - 14:41
Ça y est plus de cour ! L'année était terminée ! Enfin … j'allais pouvoir me concentrer pleinement la reconstruction de mon herbier détruit par les boulets qui avaient ravagé la salle commune.

Je sortie de la salle de cour au pas de course et rentra à la chambre. Je lançai mon sac et plongeai sur mon lit enfouissant ma tête dans les draps, étouffant un soupire de soulagement. Les vacances, quel mot merveilleux…

Je me relevai en retira mon uniforme pour enfiler un short en jeans et un débardeur coloré d'un dégradé de vert et de bleu. Puis elle saisit une pique en bois rouge pour attacher ses longues boucles rousses en un lourd chignon dont quelques mèches rebelle s'échappaient.

Je vidai mon sac et mit quelques livres de botanique, de médecine et de tout ce qu'il pouvait m'intéresser. Je pris également un casse-croûte et mon éternelle paquet de bonbon. Je partie rapidement dans les jardins pour profiter de la lumière et de la fraîcheur de fin de journée. Je me trouve un coin sous un arbre près du petit bassin aux carpes et je m'assis en tailleur et commença à recopier les pages de mon carnet abîmé sur un parfaitement propre.

''Tu ne vas pas faire ça tout l'été ?''

''Non, je vais aussi en commencer un autre.''


Nyx soupira en réalisant le temps que j'allais passer là-dessus. Je ne pus retenir un sourire.

''On ira observer les étoiles aussi, promis. En plus, chez moi, il n'y a aucune pollution lumineuse, le ciel sera magnifique.''

'' Alors ça me va.''


Je piochai dans mes dragibus avant de me remettre au travail.

Quand la lumière devient insuffisante, je lâchai enfin mon stylo et me releva pour m'étirer. Le crépuscule tombait sur mon petit bout d'Irlande et les premières étoiles apparaissaient. Je relevai calmement la tête vers le ciel pour admirer Polaris scintiller de mille feux au-dessus de ma tête. La petite ourse commençait à se distinguer dans le ciel tandis que le dragon qui serpentait autour d'elle semblait s'extirper du ciel sombre. Arcturus commençait elle aussi à se voir alors que le bouvier lui restait caché.

Plus la luminosité baisait plus les étoiles se laissaient regarder. Ainsi, la belle Cassiopeia attachée à son trône, punie par les dieux, et sa fille, Andromeda toujours enchaîné attendant son sauveur.

Plus elle les regardait, plus les étoiles semblaient se former. Autrefois, les constellations ne ressemblaient à rien, maintenant, elle les voyait, les hommes et des femmes éternelles dans notre ciel. Puis soudain, tous semblaient me regarder, m'observer, analyser mes mouvements.

Une sensation de froid s'empara de moi. Mes jambes se plièrent me laissant à genoux dans l'herbe humide. Mes yeux se mirent à luire d'un éclat bleuté et le mode autour de moi s'effaça pour laisser place à la noirceur sans fond de la nuit.

J'entendais une voix grave, celle de mon père. Au début, je ne le comprenais pas. Il semblait parler une autre langue, psalmodiant des incantations inconnues. Puis je me mis à courir, me rapprochant de lui et de sa voix rassurante. Je courais dans le vide comme si je m'étais élevée au-dessus de la terre et que je courrais là-haut en compagnie des astres.

La voix se fit plus claire. Il discutait seul. Je m'approchais encore et finalement, le traversa un écran de lumière pour tomber face à lui.

Il pleurait où alors c'était la pluie qui coulait sur son visage qui donnait cette impression ? Qui sait ?

Il avait la tête baissée sur la tombe fleurie de maman. Je voulus poser ma main sur son épaule mais quelques choses me ramena en arrière.

J'étais maintenant dans ma chambre au pensionnat. J'étais assise sur mon lit et Ellyn au téléphone pleurait.

Que se passait-il ?

Ma respiration se fit plus haletante et mon corps semblait se tendre de plus en plus.

Me voilà reparti. Cette fois-ci, il n'y avait personne, mais l'herbe était pleine de sang. Je ne pouvais savoir où j'étais, mais il y avait du sang. Je semblais me focaliser là-dessus sans voir le reste.

Une voix retenti en moi, mais je n'entendais pas ce qu'il me disait ni qui me parlait.

Je me sentis aspirée à un autre endroit. Cette fois là, je ne vis rien, je fus juste envahi d'une grande tristesse. Les larmes roulaient sur mes joues.

Quelque chose allait mal. J'en avais la conviction. J'avais un très mauvais pré-sentiment, il allait arriver quelque chose à mon père.

La lumière réapparut me laissant voir l'hôpital de Kenmare. Mon père était allongé sur un lit complètement inconscient.

Mes ongles se plantèrent dans la chair de mes mains laissant perler le sang.

Les ténèbres se dissipèrent autour de moi, me laissant dans les jardins du pensionnat, suffocante, paniqué, en larme. Je me retrouvais à quatre pattes dans l'herbe froide, n'arrivant pas à reprendre mon souffle, je m'étouffais même de plus en plus. Les brin vert autour de moi, se teintait de rouge coulant de mes mains. Rien ne me parvenait, j'étais dans un cocon de silence où mon angoisse ne faisait qu'augmenter. Un liquide coula de mon nez jusque sur ma main. Une goutte rouge sur ma peau pâle comme une rose rouge au milieu de la neige.

Le sang coulait abondamment de mon nez et je sentais une lointaine douleur qui comme le reste était étouffé par mon cocon de vide.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Erin: #669933
Nyx: #0000cc
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 258
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La danse des constellation (ft Nolan Wright) Mar 8 Aoû - 21:42
Les recherches n’avancent pas de la manière dont je l’espérais. En effet, cela fait plusieurs mois que je suis revenu au pensionnat et je n’ai toujours pas avancé, tout du moins pas autant que je ne l’espérais.
Diancecht lui aussi s’impatiente, je sens sa rage, sa soif de connaissance grandir au fond de moi. Si bien que je peine à retenir les pulsions qu’il me donne. J’ai failli tuer l’une de mes élèves hier, j’aurais aimé voir son sang coulé sur ma table, maculé le gris métallique de l’inox avec sa couleur rouge pourpre… J’espère toujours que les pulsions sont bien l’œuvre du dieu médecin et non de mon esprit malade…
La possession en est probablement la cause. C’est pour cela, trouver un moyen de comprendre le phénomène pourrait me permettre d’enrayer les dégâts collatéraux.
J’ai trouvé une jeune fille vivant mal son état de possédée… je pense qu’avec elle je pourrai avancer… J’ai eu l’idée d’utilisé des plants de …


Nolan sursauta, son téléphone s’était mis a sonné alors qu’il était perdu dans la rédaction de son journal de bord. Il regarda un instant le nom qui s’affichais sur le petit écran. C’était sa mère. Cela faisait longtemps qu’ils ne s’étaient pas parler.
Il soupira doucement avant de décrocher, portant le combiné à son oreille.

« Allo ? »

« Trésor, c’est maman. »

Nolan ne put s’empécher de sourire à l’entente de ce surnom qu’il autre fois trouvait ridicule.

« Je sais, je l’ai vu sur l’écran du téléphone. Que me vaut le plaisir ? »
« Cela fait longtemps que l’on ne t’a pas vu, je voulais prendre de tes nouvelles. De plus, dimanche nous fêtons l’anniversaire de ta nièce, Elise. Ce serait un plaisir pour nous de te voir à cette occasion. »
« Dimanche ? Ce dimanche ? Attends un instant je consulte mon agenda. »
« Fais seulement. »

Nolan fixa un instant pas la fenêtre. Il ne tenait pas d’agenda, du moins pas pour les évènements de ce type. Il n’avait pas vraiment de vie sociale mais ne voulait pas en inquiéter ses parents. Il faisait donc semblant.

« Oh… »
« Je me doutais que tu ne pourrais pas, mais je préférais demander. »

La voix de sa mère était à présent éteinte, ce qui lui brisa le cœur instantanément.

« Non non, je viens de voir que justement nous sommes chanceux. J’avais effectivement quelques choses de prévue mais l’amie en question a annulé un peu plutôt dans la semaine. »
« L’amie ? »

Mer *e… Pourquoi avait-il fallu qu’il use du féminin dans son parlé. Il devrait maintenant faire face aux multiples questions de sa mère et de sa sœur….

« On en reparlera. Bonne soirée maman. »


Il l’entendit rire, douce mélodie à ses oreilles, alors qu’il raccrochait.

Se laissant allé contre le dossier de sa chaise il ferma les yeux un instant. La nuit commençait à tomber, il n’avait pas vu le temps passé.
Il s’étira avant de se relever, paquetant ses affaires avec minutie. En quelques minutes il avait ranger son bureau et éteint la lumière. Son sac sur l’épaule il se dirigea hors du pensionnat.

Alors qu’il marchait en direction de sa voiture il se perdit dans ses pensées, cherchant une idée de cadeau pour la petite Elise. Qu’elle âge allait-elle fêter ? La dernière fois qu’il l’avait vu, c’était encore un bébé… il devrait demander à sa mère, elle savait toujours quoi faire dans ce genre de situations.

Il se fit interrompre cependant en entendant des sortes de sanglots devant lui. De son œil valide il distingua une forme sur le sol qui ressemblait à une personne. Alors qu’il s’approchait à grande enjambées il se surprit à reconnaitre la toison rousse qui se trouvait devant lui. Miss Aberline.

Il accéléra un peu plus le pas pour se rapprocher d’elle. Elle était agenouillée dans l’herbe et du sang lui coulait du nez. Sa peau était anormalement pâle et elle semblait tétanisée.

Il retira rapidement sa veste avant de s’accroupir à ses côtés et de la lui déposés sur les épaules. Il sortis un mouchoirs de sa sacoche et essuya une gouttes écarlates qui perlait sur le menton de la jeune rousse.

« Miss Aberline, que s’est-il passé ? Avez-vous mal quelque part ? »


Elle avait toujours ce regard, fixé dans le vide comme si elle avait vu les pires horreurs de ce monde. Qu’avait-il bien pu lui arriver… elle était trop jeune pour une attaque, surtout que contrairement à sa sœur elle était en bonne santé. C’était à tous les coups quelques choses d’autre.

Avant que la jeune fille ne puisse réagir il la souleva, la prenant des ses bras. Elle faisait son poids mais cela était supportable.

« Je vais vous ramener au cabinet, un bon thé ne pourra que vous faire du bien. »


Il utilisait un ton doux mais il était inquiet, elle avait l’air pétrifiée.

Arrivé dans le cabinet il l’assit sur l’un des gros fauteuils Chesterfield avant de poser une couverture sur ses genoux. Il alluma la lumière avant d’appuyer sur le boutons de la bouilloire pour que l’eau se mettes à chauffer. Pendant ce temps, toujours en surveillant de coin de l’œil l’étudiante, il disposa du thé à la cannelle dans deux tasses. Lorsqu’il eut fini il versa de l’eau dans chacune et en emmena une vers sa patiente.

« Maintenant il va falloir m’expliquer, si vous voulez que je vous aide, il va falloir parler. »

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Nolan : 00cc00
Diancecht : ff9900
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Membre du personnel
Membre du personnel
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 57
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La danse des constellation (ft Nolan Wright) Dim 20 Aoû - 17:21
Ces flash me revenait en tête comme s'il ne pouvait pas sortir et qu'ils étaient condamnés à rester ici à me tourmenter. J'avais envie de crier et d'appeler mon père, mais mes membres refusaient de bouger. J'avais l'impression d'être prisonnière de mon propre corps. C'était une sensation assez étrange et terrifiante.

Je ne savais pas vraiment ce que j'avais vu, mais une chose était sûre, quelque chose ne tournait pas rond. Mon père allait avoir des problèmes.

Je sentis à peine la veste qu'on posa sur moi et les bras qui me saisirent. Je ne vis pas le temps passer jusqu'au moment où une lumière aveuglante s'allumant. Je ne voyais plus rien, j'avais mal et j'avais froid. J'avais l'impression de redécouvrir mon corps. Il était douloureux et ma tête me brûlait tandis que la voix de Nyx me parvient enfin.

''Chérie, tout va bien… ''

Elle semblait très inquiète et mon mutisme n'arrangeait rien. Une couverture fut jetée sur moi pour me réchauffer certainement. Une tasse trouva sa place dans mes petites mains aussi glacées que le bassin des carpes en hiver. Je manquai de faire échapper le mug trop chaud pour moi. Puis j'entendis une voix bien connue.

« Maintenant il va falloir m'expliquer, si vous voulez que je vous aide, il va falloir parler. »

Alors c'est lui qu'il m'avait récupérée ?

Je plissais les yeux trop éblouie par la lumière vive et artificielle de la lampe. Je restais là sans rien dire, sans savoir quoi faire.

Mon père va mourir et je ne peux rien faire … wouaw quel début de conversation …

''Calme toi, si ça se trouve tu as mal interprété. Calme toi tu dois te reposer tu es épuisée.''

Nyx voulait que je me calme … mais comment. Il était presque la seule famille qui me restait. Je ne pouvais pas l'abandonner. Mais je ne savais pas quoi faire.
Les larmes coulèrent sur mes joues alors que mes yeux toujours vide s'emplirent de détresse, mais ma voix refusait toujours de sortir. Je me recroquevillai sur moi-même essayant de ne plus penser à rien . Je n'y arrivais pas. L'image de papa devant la tombe de maman et celle de lui à l'hôpital me hantaient. Puis tout ce sang … d'où venait-il ? De son père ?

''Chérie, arrête de te tourmenter. Le futur est dur à interpréter. Tu t'es sûrement trompé. Maintenant parle au docteur. Ton corps va mal…''


Je ne pouvais que lui donner raison sur ce point. J'étais mal en point mais … mais je devais appeler papa.

Je posai ma tasse et tenta de me lever, mais les vertige et l'incroyable fatigue qui m'assaillirent me firent me rasseoir immédiatement.

''Erin ! Dis-lui ! Parle !''


J'ouvris la bouche, mais ma voix était faible presque inaudible. Je me raclai la gorge et repris un peu plus fort toujours interrompus par quelques sanglots.

« J'ai … Les pouvoirs de Nyx se sont réveillés tout seuls… »

Des larmes se remirent à couler abondamment sur ses joues rougis.

« Je me sens mal ... »

Les images du sang me revinrent en tête, puis le corps de mon père remplacé peu à peu par celui de ma mère. Une nausée violente me prit au ventre. Je me levai rapidement pour atteindre le lavabo le plus proche et vomis le peu que j'avais mangé.

Je ne savais pas comment j'avais pu me déplacer assez vite alors que quelques secondes avant à peine avais-je voulu bouger que je m'étais effondrée.

Quand je finis de m'étouffer avec mes sucs gastriques, mes jambes cédèrent. Toujours accroché au lavabo je me remis à parler doucement.

« Mon père … je pense qu'il va mourir. Il y avait du sang partout et il était à l'hôpital … comme maman… je veux pas qu'il meurt aussi. Je veux pas qu'il parte aussi... »

Je saisis mes genoux et me mit en boule. J'étais à bout de nerf et n'avait qu'une envie effacer tout ce que j'avais vu pour redevenir l'ignorante d'il y a quelques minutes.

Spoiler:
 

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Erin: #669933
Nyx: #0000cc
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 258
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La danse des constellation (ft Nolan Wright) Lun 21 Aoû - 21:36
Nolan attendit que la jeune fille prenne la parole. Son état était inquiétant mais il ne devait pas agir comme si c’était le cas, cela ne ferait qu’aggraver les choses.
Erin semblait avoir gentiment conscience de ce qui se passait. Son regard recommençait à prendre vide. Il l’observa poser sa tasse et tenter de se relever. Cependant, elle se rassit immédiatement, il était probablement trop tôt pour le moment. Il s’assura d’un regard qu’elle restait bien en place, ce n’était pas le moment qu’elle lui fasse une syncope.

Elle finit par ouvrir la bouche mais aucuns sons audibles n’en sortis. Après un raclement de gorge étouffé elle réussit finalement à prendre la parole.

Comme il s’en était douté, les pouvoirs de la divinité s’étaient manifestés… et de manière plutôt choquante apparemment. L’étudiante se mit ensuite à pleurer, encore, alors qu’elle balbutiait qu’elle se sentait mal. Il sen pencha en avant et lui tendis un mouchoir en tissus mais la jeune fille s’était entre deux précipité vers le lavabo pour y régurgiter le contenu de son estomac.
Elle finit affalée sur le lavabo, frêle petite chose alors qu’elle recommençait à parler comme dans un murmure.


« Mon père … je pense qu'il va mourir. Il y avait du sang partout et il était à l'hôpital … comme maman… je veux pas qu'il meurt aussi. Je veux pas qu'il parte aussi... »


Nolan fronça les sourcils. Il avait connaissance que Nyx avait la faculté de voir l’avenir, était-ce donc ce qui était arrivé à Miss Aberline ? Se rapprochant de la jeune fille qui était à présent recroqueviller en boule et posa une main sur son épaule. Il fit affluer ses pouvoirs dans sa main afin de calmer la jeune fille. Il sentit la chaleur parcours son bras jusqu’à atteindre la jeune fille. Les pouvoirs de guérisons de Diancecht résolvaient autant bien les problèmes physiques que psychologiques.

Ne voulant pas brusquer plus la jeune fille il s’assit en tailleur au près d’elle lui tendant simplement le mouchoir qu’il avait sorti auparavant.

« Je ne suis pas certain de comprendre Miss. Vous avez vu votre père mourir ? Ou bien est-ce un présentiment ? »

Il marqua une pause cherchant ses mots. Il ne fallait pas qu’elle parte en crise hystérique sinon il n’aurait que d’autre choix que de l’endormir a dose de calmant.

« Je vais faire mon possible pour vous aider. Vous m’entendez ? Voulez-vous que je prévienne votre sœur ? Ou que j’essaie de contacter votre père ? »

Il pouvait imaginer, essayer tout du moins, ce que ressentait la jeune fille. Elle avait déjà perdu sa mère… perdre son père serait probablement insoutenable. Il était normal que cet épisode l’ait traumatisé mais il fallait maintenant élucider ce qu’il se passait.

« Pourriez-vous me décrire ce que vous avez vécu… vu ? »

*Pourquoi t’entêter à vouloir l’aider ? Cela ne te regarde pas. De plus ça n’a aucun caractère scientifique. *

Diancecht pesait. Il n’aimait pas perdre son temps en dehors de la médecine…. Des pratiques de la médecine qui l’intéressait.

*C’est scientifique. Cela nous permettra de comprendre les pouvoirs de cette divinité. De plus, les effets physiques qu’il y a eu sur Miss Aberline sont intrigants.*


Il retira sa main de l’épaule de la patiente. L’utilisation des pouvoirs trop longtemps éveillait les pulsions de sa propre divinité, et ce n’était pas le moment adéquat.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Nolan : 00cc00
Diancecht : ff9900
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Membre du personnel
Membre du personnel
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 57
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La danse des constellation (ft Nolan Wright) Jeu 24 Aoû - 22:01
Le médecin posa sa main sur mon épaule et immédiatement, une sensation de calme s'empara de moi. La tête me tournait moins et la nausée avait disparu. Allant mieux, je saisis son mouchoir et essuya mes joues trempé de larmes et ma bouche avant de relever mes yeux vers lui.

« Je ne suis pas certain de comprendre Miss. Vous avez vu votre père mourir ? Ou bien est-ce un présentiment ? »

Je ne dis rien, ne sachant comment expliquer ce que je ressentais. C'était une peur insidieuse qui m'écrouait dans ma panique et qui ne laissait aucune place à la raison. Il reprit la parole avec le même ton calme et placide.

« Je vais faire mon possible pour vous aider. Vous m'entendez ? Voulez-vous que je prévienne votre sœur ? Ou que j'essaie de contacter votre père ? »

Mais oui, l'appeler ! Pourquoi elle n'y avait pas pensé plus tôt !

Alors que le docteur me posait une nouvelle question, je saisis mon portable dans la poche arrière de mon short et composa rapidement son numéro.

Le bipeur sonnait. Un bip … deux bip … et enfin la voix de mon père. Un soulagement me permit de prendre enfin une inspiration.

« Allô ? »

« Papa ? Tu vas bien ? »

« Euh oui Ma chérie… mais toi tu as l'air un peu effrayé, non ? »

« Non ça va t'inquiète pas »

« Bon tu voulais quoi ? »

« Juste savoir où tu étais... »

« Dans la voiture pourq... »

Soudain un bruit violent se fit entendre puis plus rien. Les larmes me montaient à nouveau aux yeux alors que je comprenais ce qui venait de se passer. Je l'avais tué… c'est moi qui avais provoqué l'accident. Tout est ma faute…

Ma respiration se bloquait, elle ne voulait simplement plus marcher tout comme mon cerveau qui semblait s'endormir pour que je n'ai pas à penser ou à souffrir.

Je l'avais tué… Nyx m'avait prévenu, elle m'avait dit qu'on ne pouvait empêcher le futur, ne peut que le provoquer.

Je me sentis bouger pourtant, je n'avais rien fait. J'ouvris les yeux pour voir que je ne contrôlais plus mon corps. C'était Nyx. Elle avait prit possession de mon corps et se dirigeait vers interrupteur. Elle appuya délicatement sur ce dernier et se retourna vers le docteur avec ses yeux brillants d'un bleu surnaturel.

« Je vous rassure, je vais la libérer dans quelques minutes. »

Elle pianota aisément sur l'écran du téléphone et le mit à son oreille.

« Hôpital de Kenmare... »

« Bonjour, il y a eu un accident sur la route qui mène du cimetière à Killarney, la 451. »

Sur ses mots elle raccrocha et jeta l'appareil sur le bureau avant de se rasseoir sur le fauteuil, droite, les jambes croisées et le regard calme et luisant. Son corps semblait voilé d'ombre qui dansait autour d'elle. Quand elle parla, sa voix semblait douce et dure à la fois, elle était la même que la mienne pourtant elle semblait infiniment plus sage.

« Elle s'est trompée dans son interprétation. C'est assez fréquent au début. Elle a vu son père au cimetière, puis le sang qui coulait de ses mains et de son nez il y a quelques instants, son père à l'hôpital inconscient, où il sera d'ici un instant et enfin sa sœur en pleur. Cela peut être pour beaucoup de raisons différentes. Les visions en elle-même sont très perturbante et peuvent faire paniquer extrêmement vite. »

Elle prit la tasse de thé et en bu une gorgée avant de grimacer.

« Thé au caramel ? Eurk … l'Ambroisie était bien meilleur. »

Elle reposa la tasse et planta son regard dans celui de l'homme face à elle avec un petit sourire.

« Cela fait si longtemps que je n'avais pas eu de corps. »

Elle émit un petit rire cristallin avant de reprendre.

« Mais mon temps est passé comme celui de tous les dieux. Nous avons été remplacés par d'autres entités. »

En parlant elle désignât le téléphone et l'ordinateur posé sur le bureau. Elle planta à nouveau son regard dans celui du docteur attendant qu'il parle. Erin ne s'était pas encore complètement calmé et elle ne pouvait pas la laisser paniquer sans rien faire.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Erin: #669933
Nyx: #0000cc
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Mont Olympe
Mont Olympe
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 258
Localisation : France
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La danse des constellation (ft Nolan Wright) Ven 25 Aoû - 23:18
La jeune fille sembla se calmer et fini par se saisir de son téléphone. De tout évidence appeler son père ne lui était pas venu à l’esprit.
Il l’observa en silence alors qu’elle portait le combiné à son oreille. Il pouvait lire la tension dans son regard alors qu’elle attendait que son paternel décroche.

Nolan sourit légèrement en coins lorsque Erin sembla obtenir une réponse à son appel. Cependant alors que la conversation débutait entre la fille et le père tout se stoppa. Un air horrifier venait de naitre dans les yeux clairs de l’étudiante alors qu’elle se mit à trembler de tout son être.

Le jeune médecin voulu intervenir mais il n’eut pas le temps d’agir que la jeune fille recommençait à se muer calmement. Cependant tout avait changer en elle, rien que sa posture était différente. Il observa en silence la personne qui se trouvait de face de lui. Ce n’était personne d’autre que Nyx en personne.
Les yeux de la patiente avait pris une teinte bleue, luisants dans l’obscurité qu’elle venait de créer. Elle devait être sensible à la lumière, pas anormal pour une divinité personnifiant la nuit. Il nota qu’un voile noir, impénétrable, semblait l’entourer, comme si elle pouvait à tout moment se réfugier dans l’obscurité.

Elle prit la parole pour lui indiquer qu’elle ne comptait pas prendre possession de manière officielle de sa possédée. Son ton était neutre et clair, il n’y vit pas de menaces.

La déesse se saisit du téléphone alors que Nolan l’observait toujours silencieux. Elle composa un numéro et indiqua qu’un accident s’était produite sur une route qu’il ne connaissait pas.
Il en déduit que l’accident en question devait avoir un rapport avec l’état précédent de miss Aberline.

Nyx était à nouveau assise sur le fauteuil avant de s’adresser à nouveau au docteur du pensionnat.
Il l’écouta, attentif. Elle expliqua que la jeune fille s’était fourvoyée dans l’interprétation de ses visions. Elle avait apparemment vu de nombreuse chose et avait tout regroupé alors que ce n’était que des bribes d’évènements individuels.
Il pouvait comprendre que la divination était un art difficile à manier et n’était pas surprit que lors de la première fois d’Erin elle ait put se mélanger quelques peu les pinceaux.

Alors qu’il était perdu dans ses pensées, méditant ce que la déesse venait de lui dire, il fut interrompu lorsque cette dernière critiqua son choix de thé. Il fallait croire qu’il n’était pas au goût des divinités de l’ancien temps.

Il se surpris ensuite à se perdre dans son regard surnaturel alors qu’elle lui avouait que cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas eu de corps. Il n’osait imaginer, il ne pouvait pas comprendre.
Elle rajouta que de son point de vue son époque était révolue, elle accentua sa pensée en désignant tout les gadget high tech se trouvant dans le bureau.
C’était étonnant. Il était prêt à parier que beaucoup de divinité, Dianchecht compris, ne pensait pas pareil

*Exactement très cher. Je suis du point de vue que l’on sera, au final, toujours des êtres supérieurs à vous pauvres humains.*


Et il savait très bien qu’il le pensait réellement. Mais ils ne vivaient pas dans le même monde, n’avaient pas vécu les mêmes vie, c’était difficile de concevoir qu’ils ait la même opinion sur tout. Surtout sur ce sujet…

« C’est un honneur. »

Il marqua un pause ne sachant pas vraiment comment agir avec une divinité pacifiste.

« C’est tout à votre honneur de penser cela, je peux vous assurez que beaucoup ne sont point de votre avis. Cependant, pour en revenir à Miss Aberline je suis soulagé de voir qu’elle c’était trompé. Perdre un parent est déjà difficile. Alors deux… »

Il ajusta sa mèche sur son œil invalide avant de reprendre.

« De plus, je suis rassurée de voir que vous prenez soin d’Erin et l’aider à traverser ses épreuves. Elle a de la chance. »


Il parlait en connaissance de cause, Diancecht ne lui avait jamais mené la vie facile.

◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Nolan : 00cc00
Diancecht : ff9900
avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Membre du personnel
Membre du personnel
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 57
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La danse des constellation (ft Nolan Wright)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
La danse des constellation (ft Nolan Wright)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le pasteur Wright serait-il un vendu ?
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]
» Danse ta vie vie, danse [Alex]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Annexes :: ◄ Le Parc :: ► Le bassin à carpes-
Sauter vers: