AccueilAccueil  PublicationsPublications  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 


Alistair Braidy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Gestion du personnage :: ◄ Fiches de présentations :: ► Les Enfers
MessageSujet: Alistair Braidy Jeu 18 Fév - 14:22

 
Alistair Braidy

Caractère et physique


Edit rentrée 2016: Des épaules un peu plus larges, des muscles légèrement plus définis par deux mois d'apprentissage intensif de la danse mais surtout, des pantalons devenus trop court... J'ai encore grandi. Moins que lors de ma première poussée de croissance mais... Isaac a pris mes mesures, 1m83. J'avais déjà mué entre 13 et 14 ans mais ma voix est devenue un peu plus grave que mon timbre habituel. Heureusement, danser m'a beaucoup aidé à conserver mon équilibre dans ce corps qui pousse trop vite. À maintenant 16 ans, j'ai pris un peu plus d'assurance dans mes choix, dans ma façon d'être. Les rencontres que j'ai faite au cours de ma première année à Immortalia m'ont beaucoup aidées à me sortir un peu de ma timidité. J'ai développé d'autres intérêts, pour la botanique entre autre, ainsi que pour la danse urbaine, dont j'ai redécouvert les rythmes pendant une certaine fête de Pâques. La natation, bien que n'étant pas encore une seconde nature, fait maintenant partie intégrante de ma vie grâce à une jeune fille qui a bien voulu m'apprendre à nager, au plus grand bonheur de Njörd. Ma relation avec celui-ci est d'ailleurs des plus agréables. Je peux difficilement m'imaginer sans le trouver dans ma tête. J'ai hâte de découvrir ce que me réserve la prochaine année au pensionnat...

Je ne suis pas quelqu’un de matérialiste. Les vêtements que j’ai possédés m’ont tous été donnés par quelqu’un, cet uniforme scolaire que je porte maintenant confirmant la règle. Quand j’ai reçus ces habits, je me suis débarrassé de tous les autres, maintenant trop petit pour moi. Heureusement, Immortalia est assez prestigieux pour m’offrir des pantalons à ma taille. 1m77 à 15 ans, ce n’est pas commun mais mon père mesurait apparemment 1m93, j’ai donc de qui tenir. Selon ce que je sais, il m’a également légué ses cheveux foncé, un brun presque noir, son nez droit et son nom de famille. Ma mère m’a transmis ses yeux, de la couleur de la forêt sous la pluie, et la forme douce de son visage. Pour ce qui est de la maigreur de mon corps et la pâleur de ma peau, c’est à part égale entre une poussée de croissance très rapide à la fin de mes 14 ans et un manque de vitamines.

Bien sûr, je possède quelques objets personnels. Si ma chambre a une allure spartiate, c’est que j’ai appris à cacher ce qui m’est cher. Dans une petite boîte, au fond d’un tiroir, camouflée par quelques dictionnaires et des sous-vêtements, il y a une petite sculpture en terre cuite en forme d’escargot qui tient au creux de ma paume et un bouton doré. Le seul objet que je garde constamment avec moi, c’est l’écharpe rouge et noire que je porte autour du cou. Elle jure un peu avec le vert de ma cravate mais je ne la retire qu’à l’occasion et la plie méticuleusement jusqu’à la rendre minuscule. Je la met alors dans la boîte avec mes autres trésors.

On me considère timide. Souriant et poli, je parle peu. On croit souvent à tort que je ne m’intéresse pas aux autres car je leur pose peu de questions. Ce n’est pas le cas, j’aimerais leur demander, les entendre me parler d’eux, de ce qu’ils aiment, de leur vie. Cependant, il arrive parfois qu’on me demande de parler de la mienne en retour. Ça m’intimide. Alors je garde le silence.

Je ne suis pas féru d’Histoire. Les mythes, les légendes, les guerres, glorifier le passé est inutile. Au fil des années scolaires, je me suis cependant découvert une passion pour les langues. Celle que j’utilise couramment en particulier. Le parlé, l’écrit, la versatilité des langues me touche. Le dictionnaire est mon livre préféré. Dans plusieurs langues. Les néologismes me fascinent même si je ne suis pas toujours ouvert à les utiliser. Les langues, comme les sciences, ne se perdent et ne se créent jamais. Elles changent, s’adaptent, suivent les règles et apprennent à les briser afin d’évoluer pour survivre. Je m’identifie beaucoup à elles.

J’éprouve également une grande admiration pour les mathématiques. Entre 3 000 et 7 000 langues et dialectes vivants parlés dans le monde, seuls les formules mathématiques sont apprises, comprises de la même manière. La beauté de ce partage universel m’émeut. Il n'est donc pas rare de me voir travailler cette matière avec plaisir, même si je ne suis pas le plus doué.

Je me sens mal à l’aise dans l’eau. Je ne prends jamais de bain et j’évite les flaques lors des pluies diluviennes ou à la fonte des neiges. Le jet de la douche, l’eau que je bois, c’est tout ce que j’arrive à supporter. Je ne sais pas nager, je n’ai jamais appris.

Histoire

J’avais 7 ans lorsque je me suis noyé. J’habitais alors sur le bord d’une rivière. Les enfants du coin se réunissaient sur la rive, parfois accompagnés de leurs parents, qui venaient pêcher, le plus souvent seuls. Il y avait des plus vieux parmi nous, 12 ans. Presque des adultes, ils savaient quoi faire en cas d’urgence. On ne s’inquiétait pas. Oh, bien sûr, quand c’est arrivé, ils ont su quoi faire. Enfin, Caitlin McDuff a su. Elle fut la seule à courir chercher des vrais adultes lorsque Brian Thaigh, 11 ans, m’a empoigné par le collet et m’a jeté dans la rivière. Techniquement, selon sa version des faits, il voulait simplement me mouiller un peu. Je lui accorde, il n’a pas joué les victimes. Seulement, même si la rivière n’était pas très profonde, des pierres encore effilées s’y trouvaient. C’était un peu de notre faute, on s’amusait souvent à y faire disparaître les plus gros rochers qu’on pouvait trouver. Ma tête a heurté l’un d’eux et j’ai été violemment sonné. Lorsque j’ai pris mon premier souffle, l’eau a brûlé mes voies nasales, ma gorge, mes poumons. J’ai toussé mais j’étais désorienté, des points sombres et lumineux brouillaient ma vision, je n’arrivais pas à trouver la surface. Je me suis débattu et mon corps, par réflexe, a inspiré à nouveau. J’ai perdu conscience et je me suis réveillé à l’hôpital. Quelques semaines plus tard, j’ai déménagé. Le traumatisme est resté.

J’ai connu Mademoiselle Leighton au collège. Elle était gentille et je me souviens de la première fois que je l’ai vu. Elle portait un veston en tweed jaune avec des boutons dorés. À chaque jour, elle écrivait au tableau un mot nouveau, un vocabulaire qui nous était inconnu. C’est elle qui m’a appris la signification de ‘’néologisme’’. Un jour, elle nous a donné comme devoir de prendre le dictionnaire et de lui écrire 26 mots qu’on ne connaissait pas et qu’on aime particulièrement. Un pour chaque lettre de l’alphabet. Je ne lui ai jamais dit mais c’est en faisant son devoir que j’ai dévoré pour la première fois le dictionnaire en entier. Pour la lettre O, comme son prénom, Ophelia, j’avais choisi Onomatopée. À la fin de l’année, après son cours, j’ai trouvé dans le couloir un bouton doré, le même que ceux sur sa veste. Elle devait l’avoir perdu. Je l’ai gardé.

Ma mère, Kathleen McDonnell, m’a élevé seule jusqu’à mes 4 ans. Mon père, je ne l’ai jamais connu. Il est parti avant ma naissance et tout ce que ma mère m’a dit de lui, c’est mon nom de famille, Braidy. Puis, un jour, elle m’a amené dans un grand bâtiment d’allure moderne, où nous sommes montés dans un grand ascenseur. Elle m’a amené dans une salle d’attente où je me suis amusé seul avec quelques jouets pour ensuite me guider dans un bureau où elle a discuter longtemps avec un homme aux cheveux grisonnant et au regard doux. Il m’avait offert un bonbon. C’était à la fraise. Puis, ma mère m’a expliqué qu’elle devait s’en aller et que quelqu’un d’autre s’occuperait de moi, que le gentil monsieur allait me trouver une nouvelle famille. Elle pleurait. Elle m’a serré dans ses bras et elle est partie. Je déteste les bonbons à la fraise depuis.

Elle m’a laissé au Centre de Protection de la Jeunesse et on m’a rapidement trouvé une famille d’accueil. Qui a dû déménager dans plus petit. On m’en a trouvé une autre. Qui a perdu sa licence, trop occupée avec l’argent pour s’occuper des enfants. Je me suis noyé pendant mon séjour à la suivante. J'ai moi-même demandé à être retiré d'une autre. Et ça a continué comme ça. En 11 ans, j’ai connu l’univers de 9 familles différentes. On m’a retiré d’une maison qu’une seule fois pour mauvais comportement. C’était après le Noël de mes 13 ans.

Au Noël de mes 12 ans, ma mère m’a contacté après un silence qui durait depuis qu’elle m’avait laissé au Centre. Elle m’a envoyé un cadeau et une lettre. Je porte toujours son cadeau autour du cou. Elle a fabriqué cette écharpe elle-même. Dans sa lettre, elle me disait qu’on lui avait envoyé des photos de moi à chaque année, à quel point mes cheveux étaient semblables à ceux de mon père, qu’elle se demandait si je serais aussi grand que lui. Elle racontait qu’elle avait terminé ses études et qu’elle allait commencer un emploi, professeur dans une école. Elle me promettait que, au Noël prochain, elle reviendrait me chercher.

Elle n’est jamais venue.

Je lui en ai voulu et ça m’a coûté ma place dans une jolie maison avec une famille que j’aimais bien, celle que j'ai connu le plus longtemps, 2 ans. Pour une fois, j’étais dans un endroit où les autres enfants n’essayaient pas de voler mes choses. Ma chambre avait l’air habitée. J’avais des vêtements à moi. Mademoiselle Leighton. Des amis. Un chez-moi.

Dans la dernière maison d'accueil que j'ai connu, j'ai demandé à partir après seulement quelques mois. Il y avait ce garçon, Ashton. Les cheveux bruns aux reflets d'ambre, les yeux de la couleur du rhum qu'on avait tout les deux ingurgité avant d'échanger un premier baiser. On partageait la même chambre et, un soir, on nous a surpris, enlacés sur son lit. Les mots qu'on avait échangés, des promesses vides. Il semblait les avoir oubliés, remplacés par ces paroles de haines et ces rires gras qu'il partageait avec ceux qui se sont mis à me suivre après l'école pour voir le sang couler. Je suis allé voir Isaac Boyle, l'homme qui s'occupe de mon dossier et de ma correspondance depuis mon arrivée au centre. Doux et compréhensif, comme à son habitude, c'est lui qui m'a remit l'invitation du pensionnat Immortalia. Exactement ce dont j'avais besoin.

Changer, s’adapter, survivre. Transporter mon chez-moi sur mon dos. Comme un escargot. Je ne peux compter sur personne d’autre que moi-même. Maintenant, il s’agit de m’adapter à la réalité de cette école.

Oh mon dieu

Njörd. Un mot qui m’évoque un froid glacial, le cercle polaire. Les ténèbres de l’Arctique. Étant une Divinité Aesir d’origine Vanir, je n’en était pas loin. J’ai dû récemment m’intéresser à leur mythologie, y étant plongé de force.

Lorsque Njörd m’accompagne dans mon sommeil, mes rêves deviennent des cauchemars où je retiens mon souffle sous l’eau jusqu’à ce que je me réveille en sursaut. J’ai développé des cernes sous les yeux à force mais Njörd semble avoir compris et m’accueille sur un énorme bateau à la place. J'ai appris que c’est un être patient, compréhensif. Il s'occupe bien de moi. Sa philosophie ne trouve pourtant pas preneur. L’eau est la vie et non la mort, dit-il. Je ne dois pas la craindre. Une autre fois sans doute.

La première fois que je l’ai vu, il avait l’apparence d’un pimpant capitaine de navire, à la mode des siècles derniers, affublé d’une barbichette de poils noirs au menton, un large chapeau à plume comme couvre-chef. Au fil des apparitions, il a finit par abandonné l’apparat pour simplement conserver une large chemise blanche ouverte sur son torse, les manches retroussées à ses coudes, un pantalon de toile noir, les pieds nus, ses cheveux longs retenus à la nuque par un cordon de cuir. Une image très cinématographique.

Cohabiter avec lui est moins difficile que je ne le croyais, une adaptation aisée pour nous deux. Il n’y a que cet acouphène qui revient de plus en plus souvent qui me dérange mais je ne sais pas encore si c’est associé à Njörd ou simplement mon corps qui se détraque. Ça reste à suivre.    
TEST RP:
 

Carte d'identité

Je m’appelle Alistair Braidy. Al ou Ali parfois. J'ai 15 ANS. Je suis Irlandais et j’ai été choisi pour faire parti d’Éternel Asgard.
Njörd est la divinité qui m’habite. On me dit parfois que je ressemble à Hiroomi Nase. J’hausse alors les épaules, ‘’Si tu veux.’’ Je suis gai et je n'aime pas en parler.


 

Derrière l'écran

Alum valide le code ! Salut ! Alors, dans la vie, j'écris des histoires, j'étudie et je travaille XD Merci à Lawrence de m’avoir fait découvrir ce site !


Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alistair Braidy Jeu 18 Fév - 14:44
Bon, bon, tu as eu mes impressions en direct-live sur la CB, je vais pas te la refaire, mais quelle fiche punaise ! *u*
Une façon d'écrire que j'adore, on se laisse porter, et ces feels.... ;-; Rah, je suis fan.
Une relation avec le dieu que je trouve complexe et qu'on a envie de découvrir, courage petit al !
Tout ça pour dire que ton perso est très intéressant et que j'ai hâte de voir ce qu'il va donner ! :D
Une fiche rondement menée, j'en suis sur les fesses, chapeau bas :D

Si les autres du staff n'y voient pas de soucis, je te validerais ! :D
Je leur laisse donc la parole XD

Oh.
Et.
BIENVENUE :D
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alistair Braidy Jeu 18 Fév - 15:26
Merci Auen :D Contente que ça t'aie plu, sincérement :D
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alistair Braidy Jeu 18 Fév - 15:29
Bienvenuuuuueuh ! ♥
J'approuve totalement ce qu'à dit Auen au dessus, je suis très agréablement surprise de ta fiche :D
Le personnage est assez amusant à découvrir, et la relation avec son dieu est plutôt complexe :3
Le test RP est très bien écrit et waaah ! Non ta fiche vend du rêve ! ♥


◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►◄►

Je suis un orchidoclaste, et j'en suis fier !

Merci à Auen Sorensen pour la signature ! ♥
Anciennes signatures:
 

avatar

Me, Myself & I
Me joindre:
Pouvoirs:
Inventaire:
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1630
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alistair Braidy Jeu 18 Fév - 15:44
Yeah :D Ça veut dire que j'suis prise ? :D
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Alistair Braidy Ven 19 Fév - 1:07
Booon mon p'tit ali, alou, ala- *se pend*
Que dire de plus ? XD Eh bien, je ne sais pas :'3
Je t'ai déjà donné mes impressions, et c'est avec une grande joie que je t'annonce, que...




Tu es validé !


Te voilà maintenant validé ! Ton rang t'a été attribué en fonction du dieu qui te possède. Il te sera probablement plus facile de nouer des liens avec les autres membres de ton groupe, car vous devrez concourir contre les autres. Avant de pouvoir te mettre à RP, il va donc falloir recenser tout ce beau monde ! Il te faudra t'approprier ton Dieu, T'intégrer dans une classe , Choisir un stylo bic et surtout... Faire une photo de Classe ! ♥

Une fois cela fait, il te sera possible de jouer dans la partie RP !  Pour trouver un partenaire, tu peux envoyer des MP aux membres qui t'intéressent ou faire une demande de RP. Lorsque tu auras fait plus ample connaissance avec les élèves, tu pourras aller faire ta fiche de liens (nous avons d'ailleurs un très joli modèle ) ainsi que créer ton répertoire de RP. Tu pourras faire encore plus de connaissances en rejoignant des clubs ou en trouvant un colocataire!

N'oublie pas de surveiller régulièrement le secrétariat d'Osiris, ou tu risquerais de passer à côté d'informations importantes.
Pour tout renseignement supplémentaire, nous te conseillons de jeter un œil à Asgard, qui regroupe toutes les choses à savoir et à se souvenir. Et si tu as la moindre question, l'accueil de l'Olympe est là pour que tu puisses la poster. Mais si tu préfères l'envoyer en MP à un membre du staff, n'hésite pas, nous sommes là pour ça !

Toute l'équipe du Pensionnat Immortalia te souhaite un excellent jeu !


Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Alistair Braidy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Alistair Souleater
» Quelqu'un m'a dit ♦ ft Alistair & Ambroise
» On ne dérange pas un serpent • Alistair
» You're bringing new life to your family tree now ◮ Alistair & Andy
» "Le sublime touche, le beau charme." (Alistair M. Fitzbern)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pensionnat Immortalia :: Gestion du personnage :: ◄ Fiches de présentations :: ► Les Enfers-
Sauter vers: